Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Avenir de l’éducation populaire : résistance ou désintégration (...)

Avenir de l’éducation populaire : résistance ou désintégration ?

Entre « sauver son âme » et développer sa boutique !
Maintenir son identité et le cap de l’éducation populaire ou devenir une grande entreprise « associative » ?
Ce sont les alternatives de la réflexion en cours et des débats qui ont lieu !

Les grandes associations enfance jeunesse sont à un tournant de leur histoire.

Face au désengagement de l’Etat et aux difficultés financières des collectivités territoriales qui réduisent d’une manière drastique leurs subventions, beaucoup d’associations connaissent des difficultés financières importantes.

Elles n’ont que trois choix possibles :

la marchandisation, c’est à dire la recherche de marchés de formation ou de gestion de services ;

l’instrumentalisation qui consiste à entrer dans les dispositifs d’état et à faire le dos rond ;

la résistance qui passe par l’action politique et le regroupement des forces

Les grandes fédérations comme Léo Lagrange, l’UFCV et la Ligue de l’Enseignement recherchent à la fois à maintenir leurs liens forts avec les collectivités territoriales en gérant pour "compte de tiers" des services comme les centres de loisirs ou des centres sociaux et à la fois rester un partenaire incontournable de l’Etat dans le cadre d’opérations.

Il s’agit pour elles de poursuivre leurs activités, d’essayer de se maintenir à niveau, donc de sauver ce qui peut être sauvé et de garder des parts de marchés et même d’en gagner.

Elles se livrent alors une concurrence très dure .

Lorsque la gauche a conquis la ville de Paris en 2001, la fédération Léo Lagrange et la Ligue de l’Enseignement se sont livré un combat sans merci pour remporter la gestion de plus de 300 structures passant du statut de service municipal à celui de délégation de service public .

C’était une véritable bataille de Paris qui a été menée : l’intérêt des habitants, des personnels et les valeurs affichées sont passés au second plan.

Aujourd’hui cette concurrence se poursuit dans une situation beaucoup plus difficile, avec un cadre contraignant où de plus en plus de réelles entreprises entrent en compétition dans le cadre des marchés publics imposés par les directives européennes.

Pour pouvoir survivre et obtenir les marchés , les grandes associations doivent être les mieux disant financiers...Ce qui les conduit à relativiser la dimension éducative même si elle reste en filigrane.

Comment faire pour continuer à gérer des grandes opérations nationales alors que la concurrence est rude ?

C’est la question que s’est posée la Ligue de l’Enseignement qui continue à organiser pour l’Etat, le salon de l’éducation qui se déroule chaque année au mois de novembre...

Je ne sais pas si la direction de la Ligue a trouvé la réponse.

Ce qui est indéniable c’est qu’elle essaye de ne pas fâcher le gouvernement.

Elle n’est pas co-signataire du texte laïque lancé par plusieurs organisations et qui a recueilli à ce jour plus de 120 000 signatures.

Le développement a un prix....La Ligue semple le payer, ce qui désespère nombre de ses militants !

Face à cette dérive qui conduit à transformer des associations d’éducation populaire en réelles entreprises associatives, des militants d’éducation populaire appellent à la résistance et demandent que les associations joignent leur force :

Qu’est ce qui justifie aujourd’hui que deux grandes associations comme les CEMEA et les Français soient séparées alors que leurs projets éducatifs et leurs champs d’intervention sont proches ?

N’est-il pas nécessaire et indispensable que toutes les associations d’éducation populaire intervenant dans le domaine de l’enfance et de la jeunesse fassent corps et préparent ensemble des initiatives fortes auprès des pouvoirs publics pour l’obtention de subventions pérennes ?

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès