Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Bains douches : Photographies d’un contre-espace

Bains douches : Photographies d’un contre-espace

Les bains douches municipaux pourraient apparaître comme des lieux marginaux, qui n’appartiendraient plus qu’au passé. Ils accueillent pourtant près d’un million de visiteurs par an. Texte et photographies à l’appui, Le Zinc revient sur ce « contre-espace » s’ouvrant sur un ailleurs social, spatial et temporel.

Et pour commencer, une brève histoire des bains douches. Les premiers bains qui ont apparu, au début du XIXe siècle, étaient de véritables établissements de luxe. Véritables instituts de beauté, ils proposaient, après les bains composés et les massages, restaurant, bar, salon de lecture et fumoir.

Les bains douches municipaux parisiens, ces bâtiments de brique rouge, étaient quant à eux l’instrument des politiques de « salubrité publique » de la Ville de Paris. C’est le développement dès 1898 des bains douches dits « de propreté », à travers « l’œuvre parisienne des bains douches à bon marché ».

Dans la première moitié du XXe siècle, la construction de nouveaux bains à Paris répond tant au développement des thèses hygiénistes que de celles du « socialisme municipal ». Ils font l’objet d’un double discours : Ils permettent de contribuer à la « salubrité publique » tout en garantissant une (bien relative) égalité devant l’hygiène et le sport (avec les piscines qui leur sont associés), ceux-ci n’étant plus réservés à une élite mais à l’ensemble de la population.

Ce « socialisme municipal » fait écho au « socialisme utopique », celui des phalanstères. Précurseurs des « grands ensembles » destinés à loger les populations ouvrières, les bains, lavoirs, cuisines et autres installations collectives, ils devaient permettre de garantir aux ouvriers les conditions de confort, de salubrité que la bourgeoisie pouvait s’offrir par l’argent (luminosité des appartements, circulation de l’air, accès à l’eau potable à chaque étage). Dans le plus célèbre des phalanstères, le familistère de Guise, les bains et autres installations collectives étaient complétés par un système de protection sociale, des caisses de secours protégeant contre la maladie, les accidents du travail et une retraite pour les plus de 60 ans.

Il y a encore peu, avant 1970, les salles de bains individuelles étaient encore rares dans la capitale. Les bains-douches municipaux faisaient toujours partie intégrante du quotidien des parisiens. Dès les années 70 l’évolution des modes de vie tend cependant à faire rentrer dans le logement des « fonctions » assurées par les installations collectives (le lavoir, les bains-douches, ou plus récemment encore... le cinéma).

La fréquentation des bains douches décroît à partir des années 70. Ils restent néanmoins encore aujourd’hui assez fréquentés par les parisiens. Ce phénomène ne manque pas de provoquer la surprise (voire l’« inquiétude » pour le Monde). C’est que, les bains-douches apparaissent comme une fracture dans l’univers symbolique urbain du confort moderne - fracture qu’on imaginerait bien volontiers marginale.

Les chiffres démentent pourtant cette idée : pour de nombreux parisiens les bains douches font partie du quotidien. Tous ne sont pas sans domiciles, loin de là. Les statistiques de la Mairie de Paris indiquent que deux tiers d’entre eux n’ont pas de logement, ou encore se comptent parmi les « populations étrangères de passage » [1]. Le tiers restant dispose d’un logement, mais ne disposent pas d’installations individuelles.

Pour la Mairie de Paris, qui les a rendus gratuits en 2000, les bains douches participent désormais moins d’une « démarche préventive de salubrité publique » que du « traitement de l’urgence sociale ». L’« urgence sociale » semble cependant s’être installée sur le long-terme. « Si les histoires de pauvreté sont légions aux bains douches - des factures impayées aux galères de la vie en structure d’accueil ou en chambre de bonne – les lieux n’accueillent pas seulement les exclus. Les profils des nouveaux usagers soulignent la précarisation de la classe moyenne » peut-on lire sur le site de la Mairie [2].

Les travailleurs pauvres, étudiants, précaires - qu’ils disposent ou non d’un logement, les bains douches offrent la possibilité de se livrer au rituel de l’hygiène, et de « donner le change », de se fondre dans la masse urbaine. Ces lieux à la fois marginaux et publics, dans lesquels on entre pour s’adonner à cette sorte de rite de purification, rappellent en certains points ce que Michel Foucault a appelé « hétérotopie ». Ils fonctionnent comme des contre-espaces : un système d’ouverture/fermeture les isole de l’espace environnant, à la fois spatialement et socialement.

Paul Szarkan a été un temps l’un de ces « usagers » des bains. Ayant gardé le souvenir de cette ambiance particulière qui les caractérise, il a souhaité y revenir comme photographe. Il nous propose ainsi une série d’images sur les bains douches, prises entre Place des Fêtes, Pyrénées et Gambetta.

Texte : Maria Lascaris - Photographies : Paul Szarkan

[1] Une enquête menée en 2009 par le Bureau des temps de la Marie de Paris a établi les profils et la typologie de 8 bains douches parisiens. Elle a révélé que la population se composait au 3/4 d’hommes. 2/3 des usagers sont sans domicile fixe, SDF de longue date, en majorité de sexe masculin, et populations étrangères de passage, exclusivement des jeunes hommes. On compte également 1/3 de mal logé(e)s sans salle de bains ainsi qu’un très faible nombre de logés avec salle de bains (personnes âgées encourant un risque à se laver seules chez elles). A la direction de la jeunesse et des sports, on précise que « La vocation de cet équipement est devenue forte et les besoins ont changé. Il faut donc s’adapter. Aujourd’hui, quatre bains douches sont équipés de bagageries, comme aux bains douches Charenton ». A proximité de ce bain douche sur deux étages qui compte 47 cabines, une bagagerie permet à des usagers, SDF pour la plupart, de se délester de leurs gros sacs pour une durée plus ou moins longue.

[2] L’article n’est à ce jour plus disponible sur le site de la Mairie. Il est toutefois d’en trouver le texte ici : http://zh-hk.facebook.com/topic.php...


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • oncle archibald 5 mars 2011 10:24

    Bains douche plus bagagerie .. Il suffirait de quelques chambres, de boites aux lettres, d’une cuisine collective et d’une grande salle commune pour en faire des lieux de vie possibles pour les errants ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès