Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Base élèves : un fichier généralisé sur les écoliers de maternelle et (...)

Base élèves : un fichier généralisé sur les écoliers de maternelle et primaire

Dans toutes les administrations, les fichiers informatiques se multiplient et désormais peuvent se recouper. Les écoliers de la maternelle au CM2 sont aujourd’hui la cible d’un fichier informatique généralisé appelé Base élèves, qui regroupe des informations sur l’état civil ainsi que des données personnelles sur l’élève, sa situation familiale et scolaire...

Présenté par le ministère de l’Education nationale comme un outil destiné à « simplifier » le travail des directeurs d’établissement, ce fichier recèle des informations utiles tant pour la CAF que pour les services de police, qui ont également accès au dit fichier (ceci n’était pas prévu dans le texte initial avalisé par la CNIL, mais des textes postérieurs ont élargi les conditions d’utilisation). Ce fichier contient des éléments d’information n’ayant aucun rapport avec une gestion administrative ou un suivi pédagogique des élèves. A quoi peut donc servir cette « application faite pour vous aider dans vos tâches quotidiennes de gestion des élèves », dixit une lettre de l’inspection académique de la Vienne destinée aux directeurs d’école ?

« Base élèves » est donc le nom du fichier destiné à suivre les élèves de maternelle et primaire. Il contient les informations suivantes, qui sont conservées pendant dix ans (au lieu de deux auparavant) :

- le niveau de l’élève, sa classe, son absentéisme, son département, les écoles fréquentées, le nom du professeur, les langues vivantes étudiées, la langue et la culture d’origine ;

- les difficultés scolaires, psychologiques et psychiatriques (par exemple si l’élève a été suivi par les réseaux d’aide spécialisée aux élèves en difficulté ou par le service d’assistance pédagogique à domicile, ou s’il a suivi les Classes d’intégration scolaire) ;

- l’état civil de l’enfant et de ses parents ;

- le dossier médical ;

- les adresses et numéros de téléphone au domicile et au travail, l’origine géographique, la date et le lieu de naissance de l’enfant.

Certes, actuellement, il semble que les informations centralisées à Orléans seront anonymes, c’est-à-dire qu’au dessus du niveau de l’Inspection académique, les données ne seront plus nominatives ; et les maires n’ont pas encore accès à l’ensemble des informations pédagogiques... Cependant les lois de ce type sont appelées à évoluer, comme celle sur le fichage génétique. Le processus est toujours le même en ce qui concerne les fichiers informatiques et génétiques, et la « sécurité » en général. L’équivalent anglais de la CNIL, l’ICO (Information Commissionner’s Office) explique ce processus par rapport à la prolifération des caméras de vidéosurveillance en Angleterre : au départ, la surveillance se donne un rôle précis, simple et affiché publiquement. Ensuite, elle devient normale pour la population et se généralise jusqu’à devenir « systématique », puis elle répond peu à peu à de nouveaux objectifs et est détournée de son but primitif.

Quant aux objectifs affichés, toujours selon l’Inspection académique, il s’agit de « faciliter le travail administratif du directeur d’école », ainsi que « les échanges d’informations entre les [établissements] et l’inspection académique », « partager les informations avec les mairies », « suivre les effectifs » et enfin « suivre les parcours » des élèves.

Mettons ce fichier Base élèves en parallèle avec la loi sur la Prévention de la délinquance, qui oblige les acteurs sociaux, professionnels de la santé, enseignants, policiers, magistrats et maires, à se partager les informations sur les éventuels délinquants et les délinquants avérés. Les enseignants, qui devront remplir le fichier quant au suivi pédagogique et au suivi social des élèves, sont transformés en auxiliaires de justice.

Ensuite, un des buts affichés de ce fichier est de permettre la réalisation de « statistiques nationales », mais lesquelles, ce n’est pas précisé. Cependant, le fait de devoir mentionner la langue et le pays d’origine laisse à penser que des statistiques « ethniques » peuvent être faites, malgré l’interdiction de ce type de recensement en France (les derniers ont servi à marginaliser et détruire la population juive durant la Seconde Guerre). En outre, ce genre de mentions, ainsi que celle de la nationalité, pourraient permettre aux services de police de localiser systématiquement les familles sans papiers d’enfants scolarisés.

Enfin, un autre risque est que la Caisse d’allocations familiales puisse supprimer les allocations des familles dont les enfants sont parfois absents à l’école, et ce de manière systématique également. Il faut rappeler que la loi de Prévention de la délinquance prévoit le croisement des fichiers de l’Education nationale avec ceux de la CAF et du conseil pour les « droits et devoirs des familles », tout cela sous la direction du maire, chargé de déceler les familles jugées laxistes et de leur envoyer des avertissements.

Base élèves s’inscrit aussi dans la logique du rapport Benisti de 2004, qui préconisait de repérer dès la crèche les enfants au comportement agité, dans le but de prévenir les « comportements déviants » (il semble que même à la maternité, les infirmières aient dû remplir des formulaires pour repérer des prématurés agités). Tout cela au mépris non seulement des facteurs sociaux et économiques qui jouent un rôle dans la dérive vers la délinquance, mais aussi de la part d’acquis qui régit tout comportement social. Le fichier Base élèves, utilisé dans ce sens, permettrait de dresser des profils sociaux et psychologiques des délinquants potentiels, de manière à repérer dès l’entrée en maternelle les enfants déviants et forcément délinquants en puissance...

Pour terminer, il faut préciser que Base élèves est un fichier géré via internet : bien que théoriquement sécurisé, il est évidemment possible d’intercepter les données transmises ou qui y sont contenues. Un article du Canard enchaîné daté du 27 juin 2007 explique que la CNIL s’est inquiétée auprès du ministère de l’Education nationale de l’absence de respect des engagements pris par le gouvernement quant à la sécurité des données. Louis-Marie Horeau, qui a rédigé l’article, explique que « Les fichiers de centaines d’écoles étaient consultables sur internet : il suffisait de donner comme nom d’utilisateur le numéro de l’établissement (renseignement public) et comme mot de passe... le même numéro ! Le Canard a pu vérifier cet état de fait dans plusieurs académies ». Ce problème est manifestement dû à une « simplification » du mot de passe pour accéder au fichier accordée aux directeurs d’école... Suite à cela, le ministère a complètement fermé l’accès, seule manière semble t-il d’assurer la sécurité des données.

Il est par ailleurs intéressant de noter que, de l’aveu même du ministère, c’est « suite à un certain nombre d’informations publiées sur internet » que l’administration fut mise au courant « qu’il est possible que la sécurité de l’application BE1D [Base élèves premier degré] soit menacée ». C’est malgré tout en ces termes lyriques que l’Inspection académique de l’Orne présente le fichier Base élèves : « Cette collaboration exemplaire entre les écoles, les mairies et l’Inspection académique est représentative de ce que peut permettre le système éducatif quand il veut être plus performant, plus innovant, mais aussi plus convivial en s’appuyant sur les compétences de chacun et en se renforçant au bénéfice du fonctionnement du premier degré ».

Enfin, la multiplication des fichiers informatiques et même génétiques avance au même rythme que la diminution des prérogatives de la CNIL qui, depuis la loi du 15 juillet 2004, n’a plus les moyens de s’opposer à la mise en place de fichiers administratifs ou destinés à la « sécurité » nationale, puisqu’elle n’a désormais plus qu’un avis consultatif.


Moyenne des avis sur cet article :  4.87/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • texmex 12 juillet 2007 14:25

    Et est ce que ce fichage est obligatoire ? Peut on voir ce qui est stocké et quelles sont les informations obligatoires ?


    • Ceri Ceri 12 juillet 2007 14:32

      oui tous les parents d’élèves doivent remplir la fiche, et les directeurs d’école doivent y mettre tous leurs élèves. L’accès aux données est un droit, mais la Ligue des droits de l’homme déplore que les familles ne sont pas averties qu’elles peuvent vérifier et modifier les infos. Il n’ets pas non plus précisé quelles infos sont obligatoires ou facultatives.

      La CNIL quant à elle doute de la sécurité des données. La LDH recommande aux parents d’écrire quelle que soit leur nationalité qu’ils sonr français et parlent le frnaçais, ou de ne pas répondre au questionnaire (ce qui risque d’être difficile puisque le fichier sera généralisé en septembre - a moins que le problème de sécurité ne retarde les choses)


      • Lilian Lilian 12 juillet 2007 16:17

        C’est vraiment inquiètant votre article. Est ce qu’il y a des directeurs d’école qui refusent de donner ces informations ? Est ce qu’on peut refuser en tant que parent de donner une informations ? Ca m’etonne que ça n’aie pas fait plus de bruit. Il doit y avoir des associations qui luttent contre cette Base élève. Je me demande même si c’est légal...


      • Lilian Lilian 12 juillet 2007 16:18

        J’ai oublié de dire qu’il était bien votre article smiley. C’est pertinent, j’espère que ça sera repris dans les medias.


      • ripouette ripouette 12 juillet 2007 16:21

        Pour les petits curieux qui veulent voir à quoi ressemble Base Elève, on trouve même une version de formation accessible en ligne.

        Comme ça vous pourrez vous aussi jouer au chef d’établissement ou au flic, selon les goûts !

        Excellent article merci smiley


        • jako jako 12 juillet 2007 20:41

          c’est bien madame mais le certificat fait très peur à mon firewall.... cependant les autres liens de l’auteur sont edifiants


        • ripouette ripouette 12 juillet 2007 20:47

          Le certificat émane de la très vénérable Académie de Versaille. En revanche, après vérification, ce lien ne mène pas vers Base Elèves, mais vers Sconet, la version en préparation pour les collèges et les lycées. Je vous laisse découvrir... Ca reste dans le sujet.


        • ripouette ripouette 12 juillet 2007 20:55

          Grr Il provient de l’Académie de Paris le certificat, pardon. Ce lien est très différent de ceux de l’auteur de l’article car il donne accès à la base de donnée elle même, après il faut chercher un peu smiley

          (ps : dur dur les forum où on ne peut pas éditer ses messages.)


        • jako jako 12 juillet 2007 21:07

          oui c’est dur dur pour tout le monde mais merci de votre intervention


        • Ceri Ceri 12 juillet 2007 16:32

          http://baseleves.canalblog.com/

          http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article1630

          http://53.snuipp.fr/spip.php?article469

          oui la version de formation est fort sympathique aussi !

          http://eduscol.education.fr/D0202/baseeleves.htm (tu probablement mis la même page !)

          Sinon oui certains syndicats appellent à ne pas utiliser ce logiciel et à ne pas remplir les fiches. Les parents d’élèves dans les acacdémies test, notemment à Rennes, ont lancé quelques actions contre, mais ca n’a pas empêché l’extension à tout le pays pour 2007)


          • Lilian Lilian 12 juillet 2007 16:43

            c’est déprimant. smiley


          • martin martin 12 juillet 2007 16:41

            article fort intéressant et inquiétant surtout. Quand on suppose les dérives qui interviendront inévitablement on ne peut qu’avoir des craintes quant aux libertés fondamentales qui nous resteront. A quand la programmation in-utero ?. Vers une civilisation de clones !.


            • jako jako 12 juillet 2007 20:10

              Bonjour ce qu’il y a de plus choquant voir illegal est la mention ’de culture d’origine’ j’ai remarqué à ce sujet (en paralléle avec l’article) qu’il y avait eu a un moment donné l’interdiction de divulguer le nom et origine de présumés coupables ou coupables or depuis quelques mois cette origine est soulignée avec complaisance par les journalistes surtout à la radio (je n’ai plus la télé) et je trouve cela très insultant pour la communauté qui est alors mise en exergue


              • JL JL 12 juillet 2007 22:44

                Cet article est à rapprocher de celui-ci : « Caméra cachée : souriez, vous êtes fliqué »

                http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=26772&id_forum=1453383&var_mode=recalcul#commentaire1453383


                • spipou 14 juillet 2007 11:34

                  Bonjour ! Pour l’avoir pratiquee (cette base eleve) je peux vous dire qu’elle est denoncee par tous les syndicats... Pour l’instant certains champs sont non remplis par les directeurs/trices voire ignoree mais la hierarchie insiste sur le caractere obligatoire de cette base et sur son caractere purement informatif (mais oui...). Avec le temps, j’ai peur qu’elle soit de plus en plus remplie consciencieusement et alors toutes les derives seront possibles.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès