Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Beauté, la promesse du bonheur

Beauté, la promesse du bonheur

Miroir, miroir, dis-moi qui est la plus belle ? Cette réplique de Blanche-Neige, toutes les filles (et quelques garçons !) la posent un jour ou l’autre à leur reflet, avec comme réponse quasi inévitable : ben…pas moi ! Le magazine Philosophie du mois de juin, dans son dossier spécial, pose une autre question : « Qu’est ce qu’être beau ? ». Depuis la seconde moitié du XXème siècle, le physique a pris une place prépondérante dans nos interactions sociales, professionnelles, et amoureuses. Comment en sommes nous arrivés à ce nombrilisme superficiel et tyrannique, et qu’est-ce que la beauté à l’heure du tout photoshopé, où les icônes de papier glacé remplacent celles des temples ?
 
Libération, aliénation
 
Pour de nombreux historiens, le début du ‘culte du corps’ se situe dans les années 1960. La fin de cette décennie riche en changements sociaux, culturels et politiques à travers le monde voit décliner les grandes idéologies, au profit de l’individualisme roi. L’augmentation du ‘temps pour soi’, et le matraquage des nouveaux critères de beauté par le cinéma ou la publicité font du modelage du corps une priorité. Désormais, il faut être mince. Diététique et gymnastique deviennent les maîtres mots d’une industrie de la beauté déjà florissante.
 
Cette tendance se poursuit dans les années 70, puis la décade suivante, c’est le muscle obtenu dans la souffrance qui est de rigueur. Associé à la notion de forme et de santé, il fait partie de l’attirail de la working girl au même titre que les épaulettes et la permanente qui font d’elle une femme forte et indépendante. Mais dès le milieu des années 80, la hype sadique des biscotos décline. Les golden boys ont fait faillite, le chômage guette, c’est le retour des valeurs solidaires et familiales.
 
N’empêche que désormais, « l’idée d’un corps susceptible de transformation sans fin 1 » est bien ancrée dans les esprits, où elle perdure jusqu’à maintenant. Même si les modèles connaissent des variations (la garçonne des années 20, les plantureuses pin-up des fifties, les incroyables hybrides d’aujourd’hui) une norme unique est toujours imposée, loin de la diversité réelle. Le corps est aussi devenu esclave de notre société qui exige performance, discipline, productivité et compétition. On déclare la guerre aux rides, aux bourrelets, et aux poils et on remplit les poches des industries de la beauté pour atteindre un idéal qu’elles nous ont inculqué…
 
Souffrance, amour ou oubli de soi ?
 
Philosophie a invité de nombreux penseurs à réfléchir et s’exprimer autour de la question « Qu’est-ce qu’être beau ? ». Trois hypothèses sont développées.
 
La première associe la beauté avec la douleur. Pour atteindre des canons presque impossibles, il ne s’agirait que de volonté, celle de s’affamer, de trimer des heures durant sur des machines ou d’endurer anesthésie générale, bleus et cicatrices. A ceci, on peut ajouter une autre souffrance, psychologique cette fois, qui amène à ces recours extrêmes. Un sentiment généralisé d’inadéquation, qui touche désormais les hommes comme les femmes, même si ces dernières subissent plus encore la pression du regard des autres, de leur propre regard aussi.
 
Seconde voie de réflexion : l’amour rendrait beau. Dans cette approche, la beauté n’est plus simple plastique, puisqu’on voit dans l’amant, l’enfant ou la mère bien plus que son enveloppe corporelle. Notre vision englobe alors les idées et souvenirs que l’on partage, les projets en commun, la personnalité que l’on connaît derrière le visage et le corps. Il est vrai qu’on dit souvent que la personne aimée et qui aime est rayonnante. D’un point de vue plus prosaïque, c’est aussi parce qu’être aimé, c’est être « validé », ce qui permet d’avoir plus confiance en soi. Alors, les épaules droites et la tête relevée, on a tout de suite plus de prestance.
 
Le dernier postulat c’est que pour être beau, il faut s’oublier. Le plus beau des éphèbes serait à la merci de ce travers humain : la conscience de soi. S’appuyant sur les pensées des romantiques, mais aussi sur de nombreuses philosophies orientales, l’auteur explique ici qu’il faut accéder à la spontanéité. Paradoxalement, ce serait en s’entraînant et en se connaissant, que l’on pourrait oublier de penser à ce que l’on est pour se contenter d’être, gracieusement. « Un corps mal bâti peut devenir beau lorsqu’il danse, un visage difforme peut-être transfiguré quand il sourit. 2 »
 
Quelques faits à méditer pour relativiser…
 
  • Selon des statistiques récentes, 85 % des jeunes filles n’aiment pas leur apparence…
  • Si Barbie, symbole de la bimbo, était une vraie femme d’1m77, ses mensurations seraient 85-46-73 et elle devrait marcher à quatre pattes car elle ne tiendrait pas debout.
  • La femme moyenne pèse 66 kilos.
  • Il y a vingt ans, les mannequins pesaient 8 kilos de moins que la femme moyenne. Aujourd’hui elles pèsent 23 kilos de moins.
 
1.Georges Vigarello, dans Histoire de la beauté, le corps et l’art d’embellir de la renaissance à nos jours, Seuil,2004
2.Jean François Billeter, Leçons sur Tchouang-Tseu, Allia,2002

Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • iris 18 juin 2010 11:44

    Paradoxalement, ce serait en s’entraînant et en se connaissant, que l’on pourrait oublier de penser à ce que l’on est pour se contenter d’être, gracieusement. « Un corps mal bâti peut devenir beau lorsqu’il danse, un visage difforme peut-être transfiguré quand il sourit. 2 »
    ok avec vous-
    lorsque l’on connait les gens on oublie leur physique-et un phyqique que l’on trouvait beau de prime abord -àprès connaissance devient banal
    et c’est vrai que l’amour au début change l’etre-j’ai toujours perdu du poids en étant amoureuse


    • Darius 18 juin 2010 12:01

      « Miroir, miroir, dis-moi qui est la plus belle ? Cette réplique de Blanche-Neige .. »
      J’avais 5 ans quand j’ai vu « Blanche Neige » pour la 1ère fois, c’est assez pour me souvenir que ces paroles étaient prononcées par la Reine, la belle mère de B.N. donc cette réplique n’est pas de B.N. elle même !


      • Firedog Firedog 18 juin 2010 14:39

        Je pense qu’elle voulait dire « du film BN »


      • Lucien Denfer Lucien Denfer 18 juin 2010 12:12

        Affiner les sens par l’observation et l’écoute attentive du mouvement de la vie. Les oiseaux, les fleurs, les arbres, les êtres, les mots que l’on emploie et les sentiments que l’on ressent. Etre beau c’est ne pas réprimer ni mépriser ce que nous sommes vraiment. Etre sensible n’implique pas l’assouvissement ou la répression de nos pulsions, juste l’observation suffisante pour maintenir la vigilance de l’esprit.

        Avoir conscience de notre façon de manger et des traitements que nous infligeons à notre corps est relativement facile mais ce n’est pas suffisant.

        Le plus ardu est de se défaire des habitudes de l’esprit, des pensées mécaniques, de la pseudo-fatalité induite par les circonstances, afin de rétablir une certaine élasticité. La grande majorité des formes subtiles d’observation nous échappent, ce qui équivaut à une comdamnation à revivre indéfiniment les mêmes tourments. C’est ainsi que l’on croit se libérer en se défaisant d’une habitude, pour retomber dans une autre plus subtile mais pas moins aliénante.

        Se voir réellement tel que l’on est, dans une dimension qui inclut le physique et le spirituel, sans céder à la tentation de suivre les chimères de nos projections, sans essayer de nous changer, nous corriger ou nous évader, être celui que nous sommes dans l’instant sans préter attention à tout ce que nous voudrions être. Cette forme de sensibilité et d’attention rend l’esprit intelligent. Cette sensibilité, cette intelligence et cette liberté en action c’est cela être beau...


        • avshareli avshareli 18 juin 2010 13:27

          Les critères de beauté sont différents d’une époque à une autre et d’une civilisation à l’autre. S’ils tendent à s’uniformiser désormais c’est grâce (ou à cause) des moyens de communications et des interférences culturelles qui en résultent.

          Ce qui est grave, c’est quand ces critères de beauté imposés ( par qui ? ) nuisent à la santé tant morale que psychologique et surtout physique évidemment.
          Perdre du poids à tous prix, rester jeune à tous prix , non pas pour être en forme ou attrayant , non , pour donner l’illusion que l’on a toujours 20 ans ! De là la terreur irraisonnée de prendre de l’âge , oubliant que vieillir c’est vivre et qu’arrêter de vieillir ne se fait jusqu’à présent qu’en perdant la vie.

          Jadis un derrière de femme joliment rebondi était un plaisir tant pour l’oeil que pour la main. Aujourd’hui la femme s’astreint à faire disparaitre son popotin pour le glisser victorieusemnt dans une taille 36.
          Et ce que l’on n’arrive pas à transformer par le biais des régimes , on tente de le faire par celui du bistouris avec tous les dangers irréversibles que celà entraine.
          Et tout ça pourquoi ? Pour paraitre jeune. sachant pertinemment qu’avec tous les artifices et toutes les astuces avoir 20 ans n’ arrive qu’ une fois dans la vie. Chaque âge a son charme et ses caractéristiques : vouloir faire de nous tous des zombis de 20 ans est une illusion parfois fort désagréable à la vue ( voir toutes ces personnes , hommes et femmes qui ont subi des opérations esthétiques qui les ont plus enlaidis que rajeunis).

          Toutes ces jeunes filles auxquelles on impose comme modèles des mannequins faméliques seraient plus jolies et en meilleur santé si elles décidaient d’avoir des corps de sportives musclés et harmonieux et surtout en excellente santé.
          Notre monde en accordant tant d’importance aux apparences n’est-il pas entrain de perdre toute sa profondeur et toute son âme ?

          • slipenfer 18 juin 2010 14:56


            si une jolie lumière bleu opalescente entour la superbe créature
            qui s ’approche de vous avec un magnifique sourire.
            barrez-vous elle est irradiée.

             smileyma photo après une de ces rencontres fatal


            • slipenfer 18 juin 2010 15:16

              Les hommes préfèrent les canons : Faux
              Les hommes préfèrent les rambardes.
              A la campagne ils préfèrent les vaches
              MDR


              • ZenZoe ZenZoe 18 juin 2010 17:47

                La recherche de la beauté physique ne date pas du XXème siècle. Je ne suis pas historienne, mais je me souviens que les Grecs antiques lui vouaient un véritable culte. Pareil en Egypte au temps des Pharaons.
                Seuls les canons de la beauté changent. Et malheur effectivement à celui qui n’est pas conforme aux canons en vigueur. Les femmes bien enveloppées d’aujourd’hui auraient par contre fait un tabac au 18ème siècle. Si ça peut en consoler certaines...


                • kitamissa kitamissa 18 juin 2010 17:48

                  ah la vache ....46 de tour de taille la Barbie ?

                  un noyau de cerise dans l’estomac et elle est obèse ! smiley

                  étant môme ,le premier film que j’ai vu c’était justement Blanche Neige ,et curieusement moi,c’était la reine qui me faisait bander plus que Blanche Niaise ...

                  cette reine,grande brune élancée et maléfique,elle avait une silhouette d’enfer,et un look de dominatrice ..

                  je la vois bien avec une robe fourreau fendue,des bas résille,talons hauts et fume cigarette étalée sur un immense canapé et toute offerte !.....

                  bon j’arrête là ! smiley


                  • vinvin 20 juin 2010 04:03

                    Beauté, la promesse du bonheur.


                    Bien la beauté, a mon avis c’ est comme l’ argent. Cela ne fait pas le bonheur, mais ça y contribue....

                    Moi qui suis vieux, moche, et con, j’ ai une copine, mais je sais qu’ elle n’ est pas avec moi pour « ma gueule » !.....

                    Chaque fois qu’ elle me rend visite, c’ est ma carte bleu qui fume......

                    C’ est pareil avec le « pognon ». Avoir trop d’ argent peut rendre con, mais il en faut quand-meme un minimum pour vivre correctement et entretenir une copine, (si on en a une...).


                    ...................................................................... .......................................................


                    Message adressé aux croyants :

                    Les écrits biblique on déformé la parole de Dieu, en écrivant que dieu avait dit ceci : (Que les hommes étaient égaux entre eux...). C’ EST TOTALEMENT FAUX !

                    Il a dit : ( Il y aura des hommes riches et beaux, et pour eux ce sera facile ; Il y aura des hommes moches et riche, et pour eux ce sera moyens. Ceux qui seront beaux et pauvre, et pour eux ce sera aussi moyen. Et enfin ceux qui seront vieux, moches et con, et pauvre comme « job », et pour eux ce sera très dur ! ).

                    Et je suis bien placé pour savoir de quoi je parle.......

                    ...................................................................... ........................................................


                    Ce n’ est pas de l’ ironie, c’ est du cynisme pur et dur, envers moi-meme !



                    Bien cordialement.





                    VINVIN. 

                    • kitamissa kitamissa 20 juin 2010 18:39

                      elle devait pas être là ta copine cette nuit vu l’heure à laquelle tu as posté .


                      • vinvin 21 juin 2010 00:53

                        Non, elle n’ était pas avec moi, car je n’ ai pas les moyens de sortir 350 euros toutes les nuits, et de plus, j’ aurais très bien pu écrire mon post précèdent en sa présence, car vu qu’ elle est originaire du Cameroun, et qu’ elle n’ a jamais étée scolarisée, pour lire ce que j’ écrit, il faudrait d’ abord qu’ elle apprenne l’ alphabet !.....



                        (Moi je lui est déjà appris a faire les Pipes, mais bon, je ne peut pas tout faire en meme temps !......).




                        VINVIN.

                      • kitamissa kitamissa 21 juin 2010 16:43

                        ah.....

                        si tu lui a déjà appris à tailler des flutes c’est dèjà ça ...fais gaffe quand même qu’elle ne soit pas originaire d’une tribu d’anthropophages ...

                        et la descente à la cave...la minette .....elle aime ça ? smiley


                        • vinvin 22 juin 2010 00:04

                          L’ Anthropophagie a disparu depuis pas mal de temps au Cameroun, par contre effectivement elle adore la descente a la cave, ( celle où je stocke mon vin !....).


                          Elle adore le vin Français, ( ça lui change du vin de palme qu’ elle buvait au Cameroun,) et puis elle adore la aussi la bière, ( le temps que j’ en boive une, elle, elle en boit quatre ! ).

                          Elle fait mieux l’ amour lorsqu’ elle est un peu « pétée » !.......




                          Cordialement.




                          VINVIN.

                        • vinvin 22 juin 2010 00:35

                          Ce que je ne comprend pas, c’ est comment et pourquoi une belle jeune femme de 26 ans, avec un beau petit c*l, une belle poitrine, un corps magnifique, et un « clito » comme un concombre, ( mais non, pas aussi gros, mais aussi aigre !....) peut se détruire comme ça en buvant autant d’ alcool ?.....


                          Je sais qu’ elle a beaucoup souffert au lorsqu’ elle était au Cameroun, ( violée régulièrement par l’ un de ses oncle a 13 ans,) ensuite a 20 ans elle est venue se marié en France avec un « connard », elle a divorcé, ses enfants lui ont étés retirés par les services sociaux, etc, etc...

                          mais avec le physique qu’ elle a, si elle voulait elle pourrait bien s’ en sortir en cherchant un mec qui aurait un peu plus de moyens que moi pour l’ entretenir, elle récupérerait ses enfants, et elle pourrait vivre a peu près normalement.....

                          Alors qu’ en ne pensant qu’ a se bourré la gueule, faire la fête, danser, se faire draguer, etc, etc.... elle ne peut rencontré que des hommes qui le prennent pour un « vide c**illes » pour une nuit, après quoi ils l’ envoient « bouler » comme un vieille chaussette.

                          Jusqu’ a présent, j’ ai été le seul a la gardé depuis 2 ans et demi, et a l’ aider moralement, matériellement, et financièrement.

                          C’ est vrai qu’ elle est un peu con, et elle fait presque que des conneries, mais elle est quand-meme une brave fille et je l’ aime bien.

                          Et puis peut-être aussi que nos souffrances mutuelles, et notre solitude, se complètent ?.....




                          Cordialement.





                          VINVIN.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès