Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Bénévoles

Mais pourquoi font-ils tout ça ?

Que seraient nos associations sans leurs escouades de bénévoles, tous plus dévoués les uns que les autres, donnant temps et énergie quand ce n’est pas de leur argent pour travailler à l’intérêt commun dans une société où même un ancien ministre socialiste estime que faire fortune devrait être l’idéal des jeunes gens modernes. Il est vrai que ce gougnafier a travaillé dans une banque : un lieu ou le bénévolat est totalement absent.

Loin de moi l’envie de remettre en cause ce merveilleux statut, cette manière exemplaire de rendre service, d’apporter sa pierre à un édifice ; qu’importe qu’il soit culturel, sportif, caritatif ou bien citoyen. Je viens ici m’interroger sur les motivations secrètes qui poussent chacun de nous, un jour, à franchir ce pas et à donner sans recevoir en échange cet argent qui semble pourtant devoir gouverner les désirs des humains.

Je sors d’un week-end passé à ouvrir des huîtres durant un festival ; ce matin ce sont six heures que j’ai accordées gracieusement au fonctionnement du Relais Orléanais. Ce soir, je vais tenir réunion pour la chorale dont je suis le président. Je ne mérite ni médaille ni éloges : nous sommes des millions dans ce cas et chacun agit dans l’ombre pour que la vie soit moins triste, plus joyeuse, plus supportable en somme. Le bénévole est un « ripolineur » dans l’âme !

Certains œuvrent par conviction. Ils défendent une vision personnelle de la société. Leur action s’inscrit dans un projet pensé, le désir de faire bouger les lignes et de transformer une société qui se complaît dans des valeurs détestables. Ils vont vers les plus démunis, ceux qui sont à la marge, qui ont besoin d’aide ou de présence. Ils agissent au nom d’une foi religieuse ou d’une pensée idéologique ou philosophique.

D’autres trouvent dans leur engagement la satisfaction de rendre service, d’apporter un peu de bonheur. C’est plus au niveau affectif qu’ils situent leur engagement. Ils attendent en retour quelques sourires ou un remerciement qui n’est pas toujours simple à entendre. Ils sont souvent déçus de ce qu’ils prennent pour de l’ingratitude ou bien de l’indifférence comme si recevoir devait toujours s’accompagner de l’expression d’une gratitude qui, comme chacun sait, ne peut être que profonde et sincère.

Quelques-uns viennent combler un vide, remplir un temps qui a perdu son sens, rencontrer des semblables et briser la solitude, trouver un cadre pour une existence qui en a bien besoin. Ils se rendent d’abord service tout en apportant un peu de réconfort aux autres. Il n’y a pas lieu de les en blâmer, l’essentiel est toujours dans ce qu’on donne et non pas dans le pourquoi de ce don.

Tous pourtant œuvrent et font du bien autour d’eux. Tous se donnent du mal et ne mesurent pas leurs efforts. Tous ont la conviction d’être utiles. C’est bien là le point commun de ces millions de bénévoles qui souvent passent pour des demeurés. C’est à juste titre sans doute, car il faut être fou pour déployer autant d’énergie sans retour sur investissement. C’est pourtant là ce qui fait la grandeur de cette merveilleuse loi sur les associations sans laquelle notre nation fonctionnerait de manière radicalement différente. C’est pourquoi, au lieu de s’interroger sur ce qui met en branle toutes ces personnes, il convient de leur rendre hommage.

Hélas, certains bénévoles espèrent bien tirer profit de leur engagement. Ils sont dans une démarche qui suppose un retour sur investissement. Je ne nommerai pas ces associations qui sont en fait de vastes organismes de rencontres pour loups aux dents acérées, notables en mal de générosité, faiseurs qui veulent étendre leur réseau et profiter d’un carnet d’adresses. Ceux-là, nous les éviterons : ils ne sont pas de notre monde. Leur générosité sent l’arnaque et l’hypocrisie.

Bien sûr, il y a aussi quelques faiseurs d’argent facile, imposteurs margoulins qui créent des associations paravents, simplement pour détourner des revenus, défiscaliser des bénéfices, rouler dans la farine les uns et les autres. Ils sont sans doute la face noire de cette belle idée, les mauvais sujets de la farce. Laissons-les profiter honteusement d’un statut qui ne doit pas pâtir de leur existence. Le bénévolat est un miracle et je tiens à dire un Merci sincère à tous mes collègues qui donnent le meilleur d’eux-mêmes. Vive la loi de 1901, vivent les vrais et sincères bénévoles et que le diable emporte ceux qui usurpent ce magnifique statut !

 Bénévolement vôtre.

benevole_syndic.jpg


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 17 octobre 14:25

    Hé oui bénévole comme le président, les ministres , les députés, les sénateurs , les préfets ? Ce sont encore les « sans dents » qui sont bénévoles les autres qui sont des « benêts voleurs », surtout ne pas confondre ....


    • C'est Nabum C’est Nabum 17 octobre 15:42

      @zygzornifle

      Ce monde est fichu et je n’ai plus qu’à le refaire ! Dieu


    • benyx 19 octobre 11:24

      @C’est Nabum
      Pas du tout, ce monde est une réussite, les esprits faibles peuvent tester toutes les vicissitudes de la vie et ainsi devenir meilleurs.


    • zygzornifle zygzornifle 19 octobre 15:35

      @C’est Nabum


       moi j’ai une carte Dieu pour payer

    • C'est Nabum C’est Nabum 19 octobre 19:19

      @zygzornifle

      Dieu fait crédit

      C’est nouveau


    • ZenZoe ZenZoe 17 octobre 15:40

      Je suis devenue quelque peu cynique au fil du temps, et, même si je connais de très nombreux bénévoles formidables, je suis persuadée que l’on aide les autres d’abord pour s’aider soi. Que ce soit pour apaiser une mauvaise conscience de privilégié, se forger une image flatteuse, combattre un isolement personnel etc.
      Pour autant, et comme vous l’avez très bien dit « l’essentiel est toujours dans ce qu’on donne et non pas dans le pourquoi de ce don. »
      Alors félicitations à vous tous quand même, et soyez heureux.


      • C'est Nabum C’est Nabum 17 octobre 15:43

        @ZenZoe

        La question se pose et je n’ai même pas de réponse pour moi
        C’est vous dire


      • juluch juluch 17 octobre 18:38

        J’ai fait du bénévolat dans un syndicat....j’en suis revenu mon bon Nabum.

         smiley

        • C'est Nabum C’est Nabum 17 octobre 19:01

          @juluch

          Pour moi, partis politiques et syndicats n’ont rien à faire dans ce registre

          Vous avez bien fait d’en revenir (en courant j’espère )


        • juluch juluch 17 octobre 19:05

          @C’est Nabum

          Ça a duré 5 ans quant meme...secrétaire d’un CE, DP, organiseur de réunion, gréve, visite inspection du travail etc......

          Ca faillit me coûter mon mariage !

        • C'est Nabum C’est Nabum 18 octobre 07:20

          @juluch

          Je distingue bénévolat et agitation politique


        • fred.foyn fred.foyn 18 octobre 07:22

          Mais pourquoi font-ils tout ça ?

          Parce que les politiciens élus par le peuple ne le fait pas, même en étant payé pour le faire !

          • C'est Nabum C’est Nabum 18 octobre 12:53

            @fred.foyn

            On peut dire ça même si avec de bons politiciens, il y aurait quand même des bénévoles


          • Daniel Roux Daniel Roux 18 octobre 11:13

            Qu’est ce qu’un bénévole en réalité ?

            Quelqu’un qui donne de son temps et de ses compétences à une association, selon son bon vouloir. Il n’a pas de titre et pas d’engagement, ni écrit, ni morale.

            Dès qu’il y a engagement, ne serait ce que moral, qu’il est indispensable ou responsable juridique es qualité, ce n’est plus du bénévolat, c’est du travail gratuit.

            Le travail gratuit, c’est le rêve des exploiteurs de tous poils et des élus.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès