Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Bernard Maris, le libre-penseur

Bernard Maris, le libre-penseur

Le livre de Bernard Maris n’est pas seulement une magnifique déclaration d’amour à la France, d’un homme qui semble avoir pleinement ouvert les yeux sur le sens de notre patrimoine commun sur le tard. C’est aussi une analyse politique qui révèle une rare capacité à aller au-delà des idées de son camp.

 
Savoir penser comme les préjugés de son camp
 
Pour un anarchiste internationaliste, il démontre une belle ouverture d’esprit. Outre Todd et Le Bras, il corrige les chiffres de l’immigration d’Attali par ceux de Tribalat et note que « ces flux d’immigrés ne sont plus des flux de travailleurs attirés par un emploi local, mais des ‘regroupés familiaux’ très peu qualifiés  ». Il cite Finkielkraut pour qui « les bobos typiques célèbrent le métissage et vivent dans des forteresses  ». Pour lui, les brûleurs de voiture « sont la loi de la jungle, la pire, c’est à dire l’absence de loi. Comme la Mafia, ils ne connaissent que la famille, et jamais le pays ». Il dénonce ceux qui sifflent la Marseillaise, qui « participent d’un internationalisme tout à fait en phase avec le crime ».
 
Sur les émeutes de Villiers Le Bel, il rend hommage à « la police républicain (qui) s’est remarquablement comportée, un commissaire a été lynché en essayant de ramener le calme  », comme un étrange écho au rassemblement des Français derrière nos forces de l’ordre après les massacres de janvier. Il dénonçe aussi les intellectuels qui ont soutenu les inculpés dans Libération. Il dénonce le communautarisme des mairies socialistes qui accordent des horaires de piscine aux femmes. En réalité, sur bien des questions, il rejoint le point de vue défendu par les chevènementistes et les gaullistes, une évolution qui peut paraître surprenante, mais qui est aussi un formidable vecteur d’espoir pour l’avenir.
 
Des banlieues et de la question sociale
 
Pour lui, « jamais les violences urbaines ou les émeutes n’ont débouché sur une quelconque remise en cause du système économique  ». Il reprend les « Fractures françaises » de Christophe Guilluy : « comme il ne s’y passe rien, pas d’ascenseur social, pas de réussite scolaire, et pas d’emploi. Le périurbain est occupé par des personnes qui ont quitté la banlieue, laissée aux immigrés de première, deuxième, ou troisième génération  », en faisant les zones « de la déchéance industrielle et des plans sociaux », plus le territoire de l’exclusion que la banlieue : « la France pavillonnaire ne profite pas ou plus de l’ascenseur social  ». Il note que « si les investissements publics vont vers la banlieue et les quartiers sensibles, ils ne vont pas ailleurs… Or 85% des pauvres ne vivent pas dans ces quartiers  ».
 
Il reprend encore Guilluy en concluant : « Est-ce que les élites, les puissants, n’auraient pas intérêt à transformer la question sociale en question ethnique, à voir un conflit de communautés là où il n’y aurait qu’un conflit social ?  ». Pour Maris, « par un cynisme sans doute inconscient, les catégories supérieures, celles qui profitent de la mondialisation (…) ont caché la question sociale sous la question ethnique, plus vague, plus morale, plus lointaine. La lutte pour l’égalité laisse place à celle pour la diversité  ». Mais, bien heureusement, il conclut en citant Guilluy, « au regard de l’universalisme républicain, le développement du séparatisme sonne évidemment comme un échec, mais la faiblesse relative des tensions interculturelles confirme aussi un profond attachement aux valeurs républicaines  ».
 
Par ce livre, Bernard Maris rappelle que l’éloge de la diversité et du communautarisme produit un oubli de la question sociale, rejoignant les analyses des Lordon, Sapir ou Todd qui font le procès de la trahison sociale de la gauche et développe une pensée patriote progressiste que je développerai demain.
 

Source : Bernard Maris, « Et si on aimait la France  », Grasset


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • 65beve 11 août 2015 16:23

    Bonjour,

    France Inter rediffuse cet été les chroniques d’ oncle Bernard.
    Profitons-en donc pour ne pas bronzer idiot.
    cdlt.


    • France Europe République Fabien de la Beauce 11 août 2015 17:24

      Bernard Maris, économiste philanthrope intègre et soucieux du bien commun... il manquera à l’avenir.


      • Antenor Antenor 11 août 2015 17:38

        Il est grand temps que la Gauche se réconcilie avec le concept de Nation. Sans elle, la République n’est qu’une coquille vide, un fossile.


        • Céline Ertalif Céline Ertalif 11 août 2015 18:23

          J’apprécie beaucoup B Marris, l’économiste qui admirait plus les artistes que les hommes d’affaire. Il aimait les gens, la culture... Le mettre du côté des gaullo-chevènementistes me fait bien rigoler et je pense que cela l’aurait fait (au moins...) sourire !


          • escoe 11 août 2015 23:07

            J’ai trouvé ce bouquin médiocre et écrit trop rapidement. Ca se voit dans de nombreux passages.
            Présenter Vidal de la Blache comme apogée de la géographie française c’est un peu comme parler de Marcellin Berthelot sommet de la chimie organique. Ca a largement plus d’un siècle et ca a fini par être dépassé.


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 12 août 2015 11:21

              @escoe
              c’est vrai que présenté comme ça...on dirait la compilation des thèses développées dans plusieurs livres : "il commence par citer Untel et conclut en étant d’accord avec Unautre".

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès