Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Bertrand Cantat et le suicide de son ex-femme : est-il un pervers (...)

Bertrand Cantat et le suicide de son ex-femme : est-il un pervers narcissique ?

Le deuxième drame qui peut l'amener une nouvelle fois devant la justice

JPEG - 38.6 ko

Kristina Rady, l'épouse courageuse, l'amie suicidée le 10 janvier 2010, les musiciens de "Noir Désir" la pensaient indestructible, si forte malgré la trahison et la peine. Elle était exsangue. Elle le raconte à sa manière, délicate et grave, dans une postface à l'édition hongroise de "Persepolis", la bande dessinée de Marjane Satrapi qu'elle avait traduite dans sa langue maternelle. Elle y décrit le quotidien de la famille et son désarroi. ( Postface de Kristina Rady à sa traduction de Persépolis. Il faut lire les trois parties en sens inverse de leur mise en ligne. (1)(2)(3).)

Mais six mois avant son suicide, Kristina l'épouse dévouée de Bertrand Cantant avait laissé un message sur le répondeur de ses parents. Ce jour là Kristina a appelé son ex-compagnon, François Saubadu, et lui a expliquer qu’elle a eu, la veille, une violente dispute avec Bertrand Cantat et qu’elle s’est enfuie de leur domicile avec sa fille Alice. Son fils Milo se trouve alors en vacances à Munich, chez la sœur de Kristina. François Saubadu, qui n’est pas à Bordeaux, appelle un de ses amis bordelais, lui demandant d’aller chercher d’urgence Kristina et Alice et de les héberger provisoirement chez lui. ( Extraits de Marie Trintignant-Bertrand Cantat : l'amour à mort de Stéphane Bouchet et Frédéric Vézard (Archipel)

Arrivée chez cet ami, Kristina Rady, en larmes, s’isole dans le jardin et compose le numéro de téléphone de ses parents, à Budapest. Mais Ferenc et Csilla Rady sont partis pour leur résidence secondaire, sur les bords du lac Balaton, au sud-ouest de la capitale hongroise. La messagerie se déclenche, puis le bip. Kristina se lance alors dans un long monologue en hongrois. L’enregistrement dure exactement sept minutes et trente-trois secondes. Parce qu’il jette un éclairage cru et précis sur la personnalité de Bertrand Cantat et sur le couple autodestructeur qu’il forme alors avec Kristina.

La jeune femme raconte, en des mots qui trahissent sa peur, comment Bertrand Cantat, revenu vivre avec elle après sa libération conditionnelle, s'est mis à la frapper. Aujourd'hui, Bertrand Cantat est libre et a payé sa dette après l'affaire de Vilnius. Le suicide de Kristina n'a donné lieu à aucune investigation complémentaire.

A la lecture de cette nouvelle enquête, relatée dans le livre, il est difficile de voir dans le drame de la Lituanie un coup de folie passager. L’histoire semble se répéter. Selon Stéphane Boucher, l'un des auteurs du livre : " Il y a les mêmes ingrédients que dans celle avec Marie Trintignant,  : la jalousie maladive, la violence". Bertrand Cantat a été mis totalement hors de cause après le suicide par pendaison de sa compagne, mais, inévitablement, des questions se posent sur son comportement après sa libération conditionnelle. Toujours selon Stéphane Bouchet : "On a le sentiment que la question de sa dangerosité dans les relations conjugales n’a pas été approfondie dans le cadre de son suivi judiciaire. Comme il n’avait pas d’antécédent, que l’affaire de Vilnius a été considérée comme un accident de parcours, il semble que l’on ne se soit pas penché vraiment sur les risques de récidive."

Dans le monologue de Kristina, on retrouve de nombreux éléments caractéristiques de la violence psychologique exercée au sein des couples. Chaque fait, pris isolément, ne constitue pas une preuve en soi. Mais lorsque plusieurs sont réunis, comme ici, ils constituent un tableau qui est malheureusement familier aux personnes spécialisées dans les violences conjugales.

Le premier signe est l'isolement social. Les agresseurs poussent souvent leur victime à quitter son travail. Ils tentent, au minimum, de la couper de ses collègues, de ses amis. Quand Kristina dit : "J'avais du travail pour tout ce mois-ci, ce que Bertrand ne supporte pas", on peut se dire qu'il aimerait simplement avoir une femme plus disponible. Mais on peut aussi penser qu'il exerce des pressions pour que Kristina refuse le travail qui lui est proposé de manière à l'isoler davantage.

Ce qui est frappat c'est quand elle dit : "Tel que je connais Bertrand, il se suiciderait". Les agresseurs n'hésitent pas à faire du chantage au suicide, une menace qu'ils se gardent bien d'appliquer d'ailleurs. Mais la victime intériorise cette idée, de sorte qu'elle se retient de partir, pour ne pas provoquer, croit-elle, l'irrémédiable. Il y a encore autre chose de plus révélateur encore, quand Kristina dit : "Tout le monde, bien sûr, dans la rue le considère comme une icône, comme un exemple (...) et après il rentre à la maison et il fait des choses horribles avec moi devant sa famille"

Tous les spécialistes vous diront que les agresseurs se montrent séduisants et affables à l'extérieur, de sorte qu'ils se rendent insoupçonnables aux yeux des amis et de la famille élargie. Ils ne dénigrent et ne violentent la victime qu'en privé, devant les enfants qui ne se risquent pas à parler. Si bien que le jour où la victime tente d'appeler à l'aide, elle n'est pas crue.

Kristina dans son monologue dit que Bertrand Cantat lui parle d'amour, jamais l'inverse. "Bertrand est à nouveau amoureux de moi et ne peut vivre qu'avec moi", dit-elle. Il ne s'agit pas de ses propres sentiments. Invoquer l'amour pour garder son conjoint sous emprise est un comportement typique des manipulateurs destructeurs, ceux qu'on nomme aussi les pervers narcissiques. Avec ce type de personnalité, on n'est pas dans l'amour mais dans la domination.

Dans le schéma classique, bien connu des spécialistes de la violence psychologique, l'emprise s'installe petit à petit. Ensuite, les résistances psychiques de la victime cèdent les unes après les autres, de sorte qu'elle est de moins en moins à même de se libérer de l'emprise. Dans le pire scénario, si personne n'intervient et si la victime ne trouve pas la force de s'enfuir, elle se retrouve privée de tout espoir d'échapper à son conjoint violent et peut mettre fin à ses jours. Ce que Kristina a fait le 10 janvier 2010, elle s'est pendue avec un hamac au premier étage de son domicile bordelais. Présent dans la maison, Bertrand Cantat dormait au moment des faits au rez-de-chaussée. C’est leur fils Milo, 12 ans, qui a découvert le corps.

Kristina était une femme privée de son libre-arbitre, détruite psychiquement. Une femme qui dit : "De peur, on ose à peine respirer ", n'existe plus psychiquement. 

 
Mais hélas ces violences conjugales, physiques et psychiques, évoquées par la jeune femme pourraient être considérées comme des " coups et blessures volontaires", un délit prescrit au bout de trois ans.
 
Cependant Me Yael Mellul, une avocate parisienne spécialisée dans les violences conjugales, veut soulevez l'omerta qui entoure Bertrand Cantat, et elle souhaite que le parquet de Bordeaux rouvre l’enquête concernant la mort de Kristina Rady.
 
Mais elle ne représente pour l’instant ni les intérêts des parents de Kristina Rady, qui avaient pourtant donné une interview à Paris Match en novembre dernier évoquant les violences du chanteur contre leur fille, ni ceux d’une association de lutte contre les violences conjugales. Donc elle ne peut pas déposer de plainte. Elle a confié au journal "Sud Ouest", qu'elle espère obtenir un rendez-vous auprès d’un magistrat du parquet de Bordeaux dans le courant du mois d’août pour le convaincre .
 
Pour poursuivre l'artiste dans ces conditions, il faudrait lui appliquer l'article 222-7 du Code pénal, qui réprime "les violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner". Et ainsi reconnaître, comme le souhaite Me Mellul, le "suicide forcé par des violences psychologiques", une notion qui a émergé en 2011 dans le cadre de la commission égalité hommes-femmes du Conseil de l'Europe. Cette disposition européenne s'imposerait à la France.
 
L'avocate admet que "ce serait inédit", mais elle juge "étrange" qu'on puisse "condamner pour harcèlement dans le cadre du travail, mais pas dans la sphère privée".
 
Me Yael Mellul, qui a déjà un dossier en cours sur ce thème à Lorient (Morbihan). dit "avoir hâte de voir de quelle manière le parquet de Bordeaux va aborder cette problématique".
 
 
L’avocat de Bertrand Cantat, Me Aurélien Hamelle, lui est serein. Il relève que Me Mellul n’est mandatée par personne, et n’a donc aucune légitimité et aucune connaissance de l’affaire ou des personnes impliquées autrement que par ce qu’elle a pu lire dans la presse.
 
Nombreuses sont les personnes de l'entourage du couple qui ont vu ce que vivait Kristina, mais du fait de la notoriété publique de Bertrand Cantat elles se sont tues toutes ces années. Espérons que la démarche de Me Yael Mellul puisse soulever l'omerta et donne le courage à ses parents et à sa soeur de porter plainte par son intermédiaire.

 

Sources : (1)(2)(3)Postface, Fnac.frSud Ouest, Le Point, La Dépêche, Le Parisien,


Moyenne des avis sur cet article :  3.76/5   (58 votes)




Réagissez à l'article

126 réactions à cet article    


  • Wladimir Wladimir 12 août 2013 13:08

    Cantat a tout compris des mécanismes qui mettent au dessus des lois : il lui a suffi de tenir une rhétorique gauchisante et de prétendre que ses chansons font reculer le FN.

    Pour les bobos, il passe pour un philosophe engagé comme Sartre, auquel on peut bien permettre quelques excès, vu qu’il est du bon côté !

    Dès lors, il peut se conduire avec les femmes comme le pire des manipulateurs pervers, en tuer une ou pourrir la vie des autres, la droite l’épargnera pour ne pas en faire un martyr. Et la gauche le soutiendra pas solidarité.


  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 août 2013 22:39

    Je suis de ceux qui ont lutté pour que Cantat ne soit pas admis au Canada. Ce criminel n’aurait jamais du être remis en liberté.


     Pierre JC Allard

  • appoline appoline 18 août 2013 12:34

    Cantat, un philosophe engagé ? Il n’y a que ces cons de bobos pour penser cela. Cantat est un borderline avec tous les traits psychiatriques qui s’y attachent. L’ego est surdimensionné et souffre d’intolérance à la frustration.


    Ce type est un raté, dans le sens ou il y a des émotions qu’il n’éprouvera jamais. Quant à sa notoriété, c’était avant car maintenant c’est fini pour lui. Oh il aura bien quelques inconditionnels mais ça n’ira pas plus loin. Peu à peu cela se désagrégera car l’état limite (borderline) perdurera tant qu’il ne sera pas suivi par un psychiatre avec les thérapeutiques qui s’imposent mais pour cela, il faudrait qu’il admette qu’il souffre d’un problème psychiatrique et tout comme les alcoolos, c’est le plus difficile. En plus de cela s’il est addicte à certains produits cela ne va pas s’arranger

  • jef88 jef88 12 août 2013 11:52

    Est il un pervers narcissique ?
    la réponse est OUI !
    ce qu’il à fait à Marie Trintigniant le prouve ......


    • alinea Alinea 12 août 2013 12:47

      Vous êtes tombé bien bas ! Votre article est une véritable merde indigne et racoleur !


      • In Bruges In Bruges 12 août 2013 12:57

        Exact.
        Odeur d’égout ( dégoût ?) et bruits de chasse d’eau dominent ce papelard.


      • Mr Dupont 12 août 2013 15:13

        Ceci est le post de Mme Alinéa

        Féministe engagée

        Ecrivain de talent sur ce site :

        http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/ce-ne-sont-pas-les-memes-femmes-137994

        Est-elle cohérente avec elle-même Mme Alinéa ?

        Certaines criaient « Patriiiiick !!!...Patriiiiiick  !!!!!... »

        A-t-elle crié : « Bertrannnnd.... !!!...Bertrannnnd  !!!!! » ?

        Tout porte à le croire


      • Mr Dupont 12 août 2013 15:19

        Sur le lien de l’article de Mme Alinéa ; il est à lire un de ses posts

        " Je ne suis pas sûre d’avoir bien suivi ton explication ; à l’état naturel on ne se voit pas mais on reconnait l’autre comme son semblable ; c’est la civilisation qui distingue les sexes, à partir du naturel ; aujourd’hui, la nature a été fichue dehors, l’homme veut rester entre soi ; pour moi ça commence sérieusement à se gâter là ! Parce que être homme/femme, chacun, ne dépend pas de sa propre image mais de son vécu ;
        J’ai plutôt l’impression qu’il s’agit tout simplement d’une faiblesse de l’humain à ne pas savoir évoluer ; d’abord il faut tuer pour se libérer, et là ça saigne ! Alors qu’on ne vienne pas me dire que l’Homme est intelligent !!
        Bien à toi grand frère ! "

        Etonnant non ?


      • télé ton destin télé ton destin 12 août 2013 16:25

        Sans attendre la fin des propositions,

        le prix du commentaire du bon sens (malgré une certaine vulgarité, mais que l’on imagine justifiée) est attribué à : Alinea.

        Bienvenue sur « Emission torchon » ou « Comment remuer le couteau dans l’excrément. »

        La famille et les proches de « l’ex-femme » tiennent tout particulièrement à remercier l’auteur(e) pour sa neutralité (judiciaire) à l’affaire, l’intimité préservée et le bon goût de ses mots.

        Et puisque la question est imagée en fin d’article, je cite : « La mort par les mots ? » au sein d’une image de toute tendresse, nous pouvons répondre par les mots de l’auteur(e) :

        « Ce qui est frappat » (premiers mots du 8ème paragraphe). En effet cette phrase est frappante de par son impact, avec son évident manque de haine.

        Toutes mes excuses Menou69, mais inévitablement, cet article aurait pu être évité, ou au moins corrigé. (Peut-être un narcissisme pervers ?)

        Avis aux moinsseurs (je vous vois le doigt tremblant), zappez donc !

        Mr Dupont, je vous plusse, car ce que vous mettez en évidence, est avant tout un problème d’attribution de rubrique à propos de l’article. Celui où nous sommes aurait du être mis dans la case « Culture & Loisirs » puis sous case « Pubs buzz ».

        Télélibrement parlant aux sombréros de l’amer.

        Menou69, je me permets de vous conseiller de ne pas récidiver dans la rédaction de ce genre d’article, et de changer de source pour vos sources.

        Amicalement votre.


      • alinea Alinea 12 août 2013 17:00

        Dupont : nous ne pouvons qu’avoir des projections sur cette affaire. Cantat est un assassin et il n’y a là aucun doute ; je n’ai, de ma vie, jamais entendu Noir désir ! Aucune sympathie pour ce mec dont je ne sais même pas à quoi il ressemble ; la seule chose que je dis, c’est que ce drame est un drame intime et il me débecte, à tout bout de champ, comme s’il manquait d’idées ! de remuer... quoi ? Le défenseur de la veuve et de l’orphelin, appuyer sur l’abjection d’un individu ! Crier « haro » sur Cantat vous donne-t-il bonne conscience ?
        Je pense qu’il y a des journaux spécialisés dans ce domaine ; par ailleurs, je ne vois pas ce que ce post copié/collé apporte au moulin ; je suis stupéfaite de la réaction des lecteurs de cet article : remuer la fange et se sentir honnête ?
        Et si cette affaire intéresse les psy, ce que je comprends fort bien car effectivement elle semble ’ exemplaire", je trouve dégoûtant de la réduire à des ragots.
        J’ai plus de respect pour ces deux femmes que vous , me semble-t-il ! Car ces deux femmes aimaient Cantat !
        Je pense que je suis assez claire ?


      • Castel Castel 12 août 2013 17:15

        @ Alinéa,

        "de remuer... quoi ? Le défenseur de la veuve et de l’orphelin, appuyer sur l’abjection d’un individu ! Crier « haro » sur Cantat vous donne-t-il bonne conscience ?"

        Beaucoup aime Bruce Lee parce qu’il réveille notre pulsion de survie (ou même instinct de guerre).
        Parler de Cantat et de son rapport avec les femmes réveille un autre instinct de survie : celui d’être confronter à un psychopathe, qui, avec les apparences, semble une personne sympathique.
        Nous sommes tous programmés de la même manière, sauf que, certains utilisent leur instinct de survie pour d’autres préoccupations. Peut-être êtes-vous surchargé de problèmes actuellement et donc, pour vous, se poser des questions sur Cantat est comme s’occuper de la petite puce de l’autre coté de la planète.


      • alinea Alinea 12 août 2013 18:11

        Mes problèmes devraient être les vôtres Castel ! Il me semble que la situation aujourd’hui mérite toute notre intelligence et non pas se vautrer dans la fange ! Cette histoire ne nous regarde pas ! En revanche beaucoup d’autres choses nous regardent !!


      • asterix asterix 12 août 2013 19:25

        Je suis assez d’accord avec ce qu’écrit Alinea.
        Chaque fois que l’on parle de cette brute appelée Cantat, je me dis que c’est trop, qu’il faudrait le laisser pourrir dans l’incognito.
        Ceci dit, l’article était remarquable de clartér et abordait bien le fond de la personnalité de ce danger public. Il était donc nécesssaire, ne fut-ce que par désir noir d’éviter de futures victimes..


      • Shade 12 août 2013 19:32

        C’est un psychopathe Alinea, votre Tarot-Thora ne vous l’a pas dit ? 

        Votre raison « triomphante » vient de vous perdre...
        Mais ce n’est pas une surprise car il est des choses qui ne peuvent être vues qu’avec les yeux du Coeur... http://goo.gl/REkyY8

        Ce que vous dédaignez majestueusement où cela vous arrange...
        A vos périls.

        Finalement, vous n’êtes guère différente du commun des mortels, faillible et... manipulable.

        Et la question qui se pose ici, est : pourquoi lui ?

        Essayez avec le Yi-King, vous aurez peut-être la réponse.





      • alinea Alinea 12 août 2013 20:52

        De quoi me ^parlez-vous shade ? Je ne parle pas de l’affaire, je parle de l’article ! globalement je ne fais pas partie de ceux qui hurlent avec les loups, surtout pour une affaire intime qui ne concerne en rien personne ! Manipulée ? Non, vous n’y êtes pas du tout, mais vous savez, ceux qui se repaissent des drames des autres et jugent, sont rarement mes amis !
        Sinon, avec un autre article, écrit autrement, dans un autre but... je parlerais volontiers de cette histoire qui m’a beaucoup intéressée !!
        Les simplistes qui dénoncent le bourreau et remplissent leurs yeux de larmes en évoquant la victime.. m’emmerdent ! surtout quand on sent tout l’aigre vice qui les ferait cogner sur cet homme, au nom naturellement de la morale, de la justice et de la santé mentale !!


      • etrange etrange 12 août 2013 21:26

        Alinéa, si je puis me permettre et avec tout le respect que je vous dois, avouez que vous entretenez un rapport plus que trouble avec la gente féminine...En effet, j’ai pu constater que vous preniez, inconditionnellement, le parti de ceux qui d’une manière ou d’une autre les abhorrent, une tendance « inattendue » pour le moins et que j’ai déjà souligné par un message posté sur un des fils de « Homme-libre », en vous posant la question à savoir si vous ne seriez pas un chouia « maso »...Avez-vous conscience de ça, très chère Alinéa ?


      • ptimarc 12 août 2013 21:31

        rien à ajouter,sinon que des forces« occultées »parrainent sans doute cet acharnement contre bertrand cantat.


      • Shade 12 août 2013 22:25

        Hurler avec les loups ?

        Ce n’est pas le propos premier de l’article, l’information c’est la possible réouverture d’une enquête judiciaire pour l’affaire Cantat. Ce n’est pas gratuit et ça justifie largement un billet ici, ou ailleurs.

      • alinea Alinea 12 août 2013 22:59

        Je ne crois pas que Contat abhorre les femmes ! Abhorrer les femmes est tout à fait autre chose, et c’est très rare ! je ne pense même pas qu’il soit misogyne !


      • etrange etrange 12 août 2013 23:13

        Non, Alinéa, vous avez sans doute raison, quand on les cogne c’est sans doute parce qu’on les aime et les respecte....Creusez, sans vouloir vous offenser du coté du « sado-machisme » chez-vous, et n’allez pas pour ce faire, user de thèmes astraux, tarots, marc de café et autre boules de cristal...Vous allez, sans doute, à jamais me détester puisque je me permets, avant que d’aller dormir, de vous présenter tous mes respects ! ;)


      • alinea Alinea 13 août 2013 00:21

        Que ne vous ai-je rencontré plus tôt ! J’ai toujours remarqué que les êtres les moins fins sont les plus affirmatifs ! Vous avez l’air bien sûr de vous ; peut-être devriez-vous vous instruire un peu ! Le monde est plus compliqué qui m’empêche de rentrer dans le binaire si cher aux temps modernes !


      • Shade 13 août 2013 00:53

        « On » attend surtout qu’elles soient bien mortes, avant d’appeler les secours.

        Oh, sombre héros de la mère...

      • télé ton destin télé ton destin 13 août 2013 01:23

        + smiley

        Oh sombréro, c’est un mec si caïn.


      • Shade 13 août 2013 01:28

        J’ai failli passer à côté... smiley


      • télé ton destin télé ton destin 13 août 2013 01:43

        - smiley

        De l’autre côté c’est moins saint, Abel gueule,

        donc je m’auto-moinsse.


      • Magma des cendres rouges rené descendre 13 août 2013 07:29

        Alinea, dès lors que ce personnage tente de revenir sur scène, que des médias ont essayé de nous présenter cantat comme un poète maudit (on a entendu des rimbaud des temps moderne), il est légitime que certains éléments soient révélés. Il se déclame personnage public et se pose en donneur de leçon. Comme bien des gens qui sont des donneurs de leçon bien pensants s’avèrent des despotes pour leur entourage.

        J’étais a Vilnius juste après le meurtre, la presse lituanienne était bien plus détaillée et sévère avec celui qu’on tentait de nous montrer dans le drame passionnel, avec de jolis articles quand ce sont 17 coups susceptibles d’entrainer la mort qui étaient la réalité.

         

        Vous pourriez d’ailleurs vous pencher sur la musique de noir désir (rassurer vous, on ne dépasse jamais les 4 accords) pour pouvoir aussi appréhender le sujet de manière exhaustive.

        Il restera et même ici des fans abrutis pour continuer a le défendre, comme pour Michael Jackson qui reste en tête de proue de bien des animations évènements même pour petits enfants

        Il n’est pas question de fouiller la merde dans les détails, la on parle de meurtre et pour Jackson de pédophilie, pas des faits anodins ou parler de leurs préférences sexuelles.

        En France on réussi a faire de l’opacité sur ce genre d’évènement, alors je me réjouis que certains apportent des articles de banalisation. Une affaire comme celle de DSK au Sofitel, aurait été muselé en France, car on défend toujours me nanti ou l’homme de pouvoir. 

         


      • alinea Alinea 13 août 2013 13:21

        Vous avez sûrement raison René ; j’ai été piquée au vif par le ton haineux du texte que j’ai lu ; comme un juge au dessus de toute considération humaine ; puis ma méfiance de ce que disent les journaux à sensation, tels qu’énumérés en fin d’article. Pour le reste, je ne me prononce pas ; je sais que les relations se font à deux et je sais que les plus séducteurs sont les plus diaboliques ! Je ne sais rien de plus que ce que j’en ai lu ici ou là, sans recherche particulière ! et je sais que la vengeance ne sert à rien ! Merci en tout cas pour le ton de votre post, cela change de celui, général de ce fil !


      • sansblaze 15 août 2013 19:09

        Alinéa, je comprends votre réaction, le problème est que ce « drame intime » se reproduit chaque jour où presque dans au moins 1 foyer en France et qu’une femme en meure tous les 3 jours en France, ressortir cette affaire pourrait être une occasion pour les sortir de l’ombre et essayer de changer les choses ; cet homme a eu une seconde chance, il s’en moque, tant pis pour lui, mais nous au lieu d’aller faire la leçon aux Tunisiens, penchons d’abord sur ce problème...


      • Shoshana Shoshana 17 août 2013 14:09

        c’est vous qui parlez de ton haineux !!??!!.... 

        mais relisez-vous !! regardez ce que vous avez écrit, le premier post - et remémorez vous, l’histoire de la paille et de la poutre ! hein !?!... franchement c’est quoi ces cris d’orfraies ?... alors que c’est vous qui n’arrêtez pas d’attaquer ! et d’user de mots trop forts - alors, à tout le moins tournez sept fois les mots qui vont sortir de votre bouche avant de les coucher sur le papier !! - la totalité de vos posts est nulle et non avenue.. juste du vomi - du grand n’importe quoi..... si y’en a un qui crache son venin ici, c’est bien vous !!
        attention on ne parle pas sur les commentaires comme en tête à tête - c’est délicat à manier - il faut, toujours, une distance, un recul, du respect dans les mots, même quand on veux dire des choses, dures
        je trouve effectivement l’article très bien, pour répondre à plusieurs avis ici, pas racoleur du tout ! - facile de dire c’est « l’intime » donc on en parle pas ! n’importe quoi.. au contraire il faut en parler pour tous les cas cachés dans l’ombre, c’est un personnage publique, qui en joue, et qui en a eu la bénéfique indulgence.... comme si un artiste (j’en suis une) était plus pardonnable qu’un autre, c’est quoi ces conneries !!??..... non je ne trouve pas que ce soit remuer la merde que d’aller creuser un peu l’histoire, putain ça fait deux morts déjà !!!!! - et si certain avaient vraiment su ou avaient osés une aurais pu être sauvée !!! oui je suis assez d’accord avec l’idée d’une omerta - et pour finir appellez-le Mohamed ou Boubakar et voyez comment l’affaire aurait été traitée !....... - so long

      • Shoshana Shoshana 17 août 2013 14:11

        très juste ce que vous dites René - très très bien dit !



      • télé ton destin télé ton destin 17 août 2013 14:39

        Quelqu’un qui juge la qualité d’une musique au nombre d’accords employés, puis qui fait un parallèle désastreux et hors propos, ne peut par définition par dire des choses « très bien ».

        Car c’est manquer de respect à la musique et à grand nombre de compositeurs,
        Bach, Mozart, etc, jusqu’au fondement du rock et du jazz.

        Deux morts (regrettables, Cantat est coupable, ok), mais engendrer plus de 100 commentaires dans une vraie chiffonnade par temps de limonade, quel regret).

        Tellement d’articles qui parlent de la guerre en Afrique, des milliers de morts au Rwanda, de l’oubli du sida, et là, personne, 2-3 coms et puis s’en va).

        Vous avez surement raison, gardez votre couteau dans la mouise, faites comme Telma, mais mieux vaudrait-il arrêter la télé et les articles grand-public.

        Bon week-end.


      • Mowgli 18 août 2013 15:09

         « Votre article est une véritable merde indigne et racoleur »

        Expliquez-nous pourquoi. Oh, je sais, ça va être difficile. Mais faites un effort, ne serait-ce que pour Monsieur Cantat, ce héros au sourire si doux.

        Allez, un effort, j’attends... j’attends toujours... alors, ça vient ?


      • alinea Alinea 18 août 2013 15:21

        Mowgli : il y a manière et manière de parler des choses ! C’est tout ; le ton est racoleur et incite à la vindicte ; cela me déplaît souverainement ; profiter de ce fait divers pour discuter de son contenu, bien sûr, mais le ton de l’article n’y incite pas.
        J’ai l’impression de lire les gros titres de ces torche-cul que l’on voit affichés dehors, devant les bureaux de tabac. J’estime ce problème assez grave, je constate qu’il nous touche parce qu’il touche des vedettes du schow biz ; la façon dont l’auteur le traite est une vulgaire condamnation sans jugement ! Je maintiens, cela me débecte !


      • etrange etrange 12 août 2013 13:34

        Bonjour, Menou69, et merci pour cet article. Oui, Bertrand Cantat est sans contestation possible un grand pervers narcissique. Ces derniers sont rarement repérables à l’extérieur où ils se font volontiers séduisants, attentionnés, serviables et aimants en grands manipulateurs qu’ils sont.
         Oui, et qui sont-ils au fait ? N’importe qui, un parent, un conjoint, un patron, un collègue, un ami...La victime choisie répond, quant à elle, toujours du meme profil ou presque : Intelligente, parfois brillante, pleine de vie, de projet et surtout pleine de coeur qui la pousse parfois à l’illusion « Zorroesque » qu’elle est à meme de « sauver » l’autre qui devient, dès-lors, l’objet de toute son attention ....Le pervers narcissique de son coté oeuvre en tissant sa toile pathologique de laquelle sa proie confiante et inconsciente aura le plus grand mal à en sortir, en créant en premier l’indispensable isolement autour d’elle...Haro, donc, sur la famille, les amis et meme souvent l’activité professionnelle. Ces malades, des deux sexes, car c’est ce qu’ils sont, meme si on ne les voit JAMAIS consulter, font rentrer leurs « souffre-douleur » dans une spirale infernale de culpabilisation, de dévalorisation voire de violences physiques dont ils accusent l’autre, invariablement, d’etre responsable à cause de : « leurs provocations répétées »....
        Ils sont clairement ce que l’on nomme en langage « psy » des personnalités toxiques qui ne visent qu’à une chose : la mort psychique de leur victime, qu’elle soit zombifiée et de ce fait dominable à loisirs...
        Les pervers narcissiques changent souvent d’opinion, mentent, manipulent et sont souvent extremement jaloux de tout et de tous, tout en dissimulant ce sentiment par des signes d’amitiés et parfois d’amour sous des airs de sincérités indiscutables !
        Avec Cantat, je ne me pose qu’une seule question, tout en espérant me tromper, à quand la prochaine victime ?


        • clarisse62 18 août 2013 19:15

          je ne peux que confirmer ce que vous avez écrit
          ai moi meme été confrontée à un pervers narcissique
          le quitter fut tres difficile et douloureux
          je fus sa 3 ieme victime apres deux épouses dont une qui s’est suicidée......
          et je sais pertinemment que tel un prédateur il trouvera ou a trouvé déjà une quatrieme victime !!


        • ldlx 22 avril 2015 10:02

          @etrange

          Ce sont les hystériques voient en lui un pervers narcissique, il est plus probable qu’il soit juste gravement borderline. 


        • Loatse Loatse 12 août 2013 14:52

          L’un « prend » pour se sentir exister.. l’autre « donne » pour se sentir exister...

          le premier demande toujours plus (plus d’attention, plus d’excusivité, plus de tout...)
          le deuxième donne toujours plus (plus d’attention, plus de renoncements apparents, plus de dévouement)

          Le premier est charismatique, et l’autre à l’égo défaillant se nourrit de ce charisme qu’il pense rejaillir sur lui... ce que l’on appele vivre par procuration..

          sauf que le charismatique a lui même un égo défaillant qui lui fait choisir des partenaires brillantes intellectuellement, cultivées, libres... toutes choses qu’il cherchera à s’approprier sans faire l’effort de faire le chemin lui même.. ce qui mènera inévitablement à l’échec et à la destruction de ce « reproche vivant », verbalement la plupart du temps puis parfois physiquement si ce qu’ils ressentent comme une atteinte à leur blessure narcissique est réactivé..

          L’un et l’autre étant incapables d’évoluer (une faille narcissique remontant à l’enfance), ce genre de couple ne peut fonctionner donc que dans le rapport de force.. jusqu’au drame.

          Alors oui, on jugera et jetera en prison (à juste titre, car il représente un danger pour autrui) celui qui en viendra aux actes (soit tuer physiquement), et l’affaire sera close.. sauf que si l’on ne démontre pas le processus psychologique qui fait que celui (ou celle) qui y laisse la vie est également et d’abord victime de lui (elle) même, ce genre de drame ne pourra que se répéter...

          Mes propos peuvent choquer mais j’aborde le sujet en pleine connaissance de cause






          • Castel Castel 12 août 2013 14:59

            Le thème natal de Cantat dénote un besoin important de dominer, une grande violence caché sous un comportement charmeur, une intelligence vive et qui vise la psyché des humains... 


            • Loatse Loatse 12 août 2013 15:10

              @Castel

              ca revient à croire à la prédestination et donc que nul n’être maitre de son destin...

              « c’est pas ma faute m’sieur, c’est écrit dans mon thème natal ! » smiley 


            • Castel Castel 12 août 2013 15:34

              Je ne crois en rien moi, je constate des faits.
              Cependant, s’il le voulait vraiment, il aurait certainement pu être utiliser cette énergie pour d’autres choses que tabasser des femmes... (être chanteur par exemple smiley )
              Par ailleurs, le fait de croire qu’on puisse être maître de son destin me parait extrêmement tendancieux. Nous n’avons même pas choisi d’être sur terre. Ce n’est pas avec un égo illusoire que nous pouvons croire changer quoique soit dans le monde.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès