Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Bertrand Delanoë inaugure la place Jean-Paul II, coming in ?

Bertrand Delanoë inaugure la place Jean-Paul II, coming in ?

Ce dimanche, à l’heure de la sieste, Monsieur Delanoë, maire de Paris, en présence de Monseigneur Vingt-Trois, archevêque de la ville, a donné le nom de Jean-Paul II à la place du parvis, située entre la cathédrale et la Préfecture de police. Récit de l’événement.

L’inauguration d’une place, même si Paris a des prétentions supérieures à beaucoup de sous-préfectures de province, n’est pas un événement d’une portée comparable à une victoire en Coupe du monde, pour ne prendre qu’un exemple récent, sans prise de tête.

Cependant, cette inauguration, somme toute assez naturelle - quoi de plus normal que de baptiser la place du parvis de la Préfecture de police du nom d’un pape bien connu pour ses opinions opposées aux régimes policiers - a suscité des réactions relativement vives, notamment de la part de la communauté homosexuelle, dont l’ouverture d’esprit, pour autant que l’endroit évoqué soit le siège de l’esprit, reste un modèle à suivre pour la communauté hétérosexuelle, toujours obstinément fermée aux idées progressistes. Sans doute pour une part à cause de ces réactions, cette inauguration a pris une dimension inattendue.

Les médias avaient annoncé l’événement. BFM, même, en avait parlé au journal de 15 heures, entre une émission sur les vins de luxe et une autre sur les jeunes loups de la politique et du business. Dans les paroisses, on en avait, semble-t-il, un peu parlé, mais sans véritable enthousiasme. Sur Internet, un buzz, suscité pour une part par la réaction attendue des fantaisistes d’Act-Up dont on sait que l’inventivité et quelquefois le bon goût sont la source d’interventions relativement violentes (on se souvient de la parodie de mariage organisée à Notre-Dame, et des coups reçus par le recteur de la cathédrale), mais qui viennent pimenter la vie mortellement ennuyeuse des braves gens, contrôlés tous les cent mètres par les radars de Monsieur Sarkozy.

Sur le parvis de la Préfecture, c’est l’état de siège. L’inauguration de la place Staline n’aurait pas causé davantage d’émoi. Gyrophares, barrières, gendarmes-robocops contrôlant les sacs des bonnes sœurs, flics en civils, agressifs, déambulant d’un air faussement détaché dans la foule (comme les curés en civil, on les reconnaît toujours). Stress. Les barrières délimitent un petit carré au centre de la place. Pour y entrer, contrôle. Heureusement, le certificat de baptême n’est pas exigé. Devant, un espace VIP, mais sans petits fours. Les journalistes, dans un autre carré, près des huiles. Les prélats (revu avec plaisir Monseigneur Lustiger) en grande tenue, soutane noire, ceinture violette. Les personnes âgées ont aussi leur carré, à l’ombre, près de l’Hôtel-Dieu. On n’est jamais trop prudent...

Et c’est le moment des discours.

Monseigneur Vingt-Trois tire le premier. Une allocution dont la première qualité est qu’elle n’a empêché personne de dormir, la puissance de la sonorisation limitant la portée du propos aux trois premiers rangs de l’assistance.

Puis Monsieur Delanoë, bien meilleur au micro. Et, il faut le dire, un discours absolument renversant.

Au contraire de Monsieur Chirac, qui a dépensé des trésors d’énergie, d’obstination, voire d’intelligence, pour effacer de la Constitution européenne toute référence à ses racines religieuses, Monsieur Delanoë, lui, a parlé sans complexe des racines chrétiennes de la France. Qui, quoi qu’on puisse penser, pourrait effacer cette réalité factuelle de notre histoire et de notre mémoire collective ?

Et il a embrayé en évoquant le trésor immense de l’héritage spirituel de Jean-Paul II, rappelant le rôle déterminant du Pape « sentinelle majeure des temps modernes », dans l’effondrement du mur de Berlin, son initiative pour la repentance, son ouverture constante au dialogue, avec les juifs, les musulmans, la mémoire de l’esclavage, la réhabilitation de Galilée...

Parlant en son nom propre, avec franchise, Bertrand Delanoë n’a pas occulté son désaccord personnel avec certains aspects de la doctrine du Pape...

Le premier citoyen de Paris a rappelé que si le principe de la laïcité - auquel il est très attaché - est celui de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, il n’implique en aucun cas l’ignorance réciproque (ou l’hostilité), et que les hommes de foi ont toute leur place dans la Cité.

Reprenant les mots d’Aragon, Celui qui croyait au ciel, celui qui n’y croyait pas, Monsieur Delanoë s’est attaché à souligner l’apport de Jean-Paul II pour l’unité dans la vie de la cité, dans la vie communautaire et sociale.

Sur le parvis, c’est l’étonnement, la stupéfaction admirative, et, pour une partie de l’assistance, le bonheur. Cocasse de voir cette population, dont l’aspect extérieur est plus proche d’un sage classicisme que de la branchitude du Marais ou de la Rive gauche, applaudir à tout rompre un Bertrand Delanoë aux côtés sulfureux.

J’ai vu un homme, quadra aux cheveux ras, d’apparence normale et non avinée, pleurer discrètement d’émotion aux mots du Maire. En politique, c’est devenu rare.

Quelques personnes, mêlées à la foule, ont tenté de perturber le discours du Maire par des hurlements divers et des lancers de tracts d’associations homosexuelles, mais ont été rapidement maîtrisées par la maréchaussée. Il n’est pas sans saveur de remarquer que la tentative de perturbation de cette sorte de « coming in » du Maire de Paris est le fait de personnes appartenant à cette communauté qui exige d’être religieusement écoutée quand elle a une annonce de « coming out » à présenter...

Il faut saluer le courage du Maire de Paris, qui n’a pas hésité, en homme libre, à prendre une décision à contre-pied de ses amis politiques, décision qui n’est pas sans risques personnels. Et il faut saluer son ouverture d’esprit, non feinte, dont témoigne cet hommage public à un homme dont il ne partage ni la foi, ni la totalité des opinions.

En réalité, et c’est peut-être le motif du relief plus important donné à cet événement, chacun sentait plus ou moins confusément que la portée de l’événement dépassait les acteurs. Que le Maire de Paris posait un acte dont la portée positive, inscrite dans la culture de Vie dont parlait Jean-Paul II, était plus grande que sa propre stature humaine, autant que la réaction haineuse des opposants à cette manifestation dépassait la stature humaine de ces personnes, instruments d’une lutte qui les dépasse. Et ce côté spirituel, aussi curieux que cela puisse paraître, était étonnamment sensible, physiquement perceptible, dans une joie très douce. Il y a des moments, dans la vie, où l’on sait très bien que quelque chose du Ciel visite la Terre.

C’est cela qui s’est passé, ce dimanche, place Jean-Paul II, à l’heure de la sieste. Il faut être attentif, et reconnaissant pour les moments de grâce qu’il nous est donné de vivre.


Moyenne des avis sur cet article :  4.32/5   (177 votes)




Réagissez à l'article

140 réactions à cet article    


  • France-Tibet Ile-de-France (---.---.160.72) 4 septembre 2006 19:56

    Félicitation pour votre article qui milite avant tout pour le respect mutuel. Rappelons que Bertrand Delanoë avait reçu le Dalai Lama en Octobre 2003. Le Maire de Paris déclarait à cette occasion : « J’ai invité le dalaï-lama à venir dans la maison des Parisiens parce que son message est toujours un message de paix, de respect de nos différences, de rassemblement de nos énergies. C’est un message qui n’exclut jamais » C’est le fondement de la laïcité que d’accepter les différences, et de permettre une coexistence basée sur le respect mutuel. Dans l’article en lien, le Dalai Lama répondant à une question d’un journaliste sur la santé de Pape, préoccupante à l’époque s’était déclaré très triste ayant « toujours beaucoup apprécié son activité pour la paix ». Voir la suite dans le lien http://archquo.nouvelobs.com/cgi/articles?ad=etranger/20031016.OBS8187.html&datebase=20031016


  • Xavier (---.---.246.189) 4 septembre 2006 12:16

    Moi ce que j’adore dans cet article, c’est l’objectivité de l’auteur. Dire qu’il ose parler d’ouverture d’esprit...


    • faxtronic (---.---.127.45) 4 septembre 2006 12:30

      Ah Paris, Ah Delanoe. Ainsi cette ville est chretienne et non plus laique. Quand une bombe islamiste explosera dans paris ou dans son metro, qu’une bande d’extremiste juif, kemaliste, scientologue, musulman, ou que sais-je encore, viendra faire le zouave, quand un ostrogoth du moyen orient viendra percer la bedaine derechef, je n’irais pas pleurer ou plaindre les imbeciles le ventre ouvert plein de clous sur le pavé : j’irais boire un verre a la republique ! Amen


      • Thibault MORTIER Thibault MORTIER 4 septembre 2006 13:10

        Cher Monsieur,

        Il est à craindre que poser une identité laïque ne suffise pas, hélas, à protéger des intégrismes. L’affaire du voile est là pour nous rappeler que la réalité est plus difficile à saisir.

        Par ailleurs, l’action et le discours de Bertrand Delanoé lorsqu’il donne le nom de Jean-Paul II à cette place ne sont en aucun cas l’affirmation de l’identité chrétienne de la ville, mais représentent seulement l’hommage de la Cité à un homme dont la dimension demeure exceptionnelle, quelle que soit sa religion.

        Bien cordialement TM


      • Le furtif (---.---.0.204) 4 septembre 2006 13:36

        A quand le square Hubbard, le boulevard Moon ?


      • Marsupilami (---.---.169.172) 4 septembre 2006 13:49

        Et je dirais même plus : le jardin d’enfants Hasran Nasrallah-Mouloud Aounit, que vont bientôt exiger le MRAP et l’UOIF ?

        Qu’on garde les noms de lieux liés au passé religieux du pays, je n’ai rien contre : ce sont de légitimes métastases de l’Histoire. Qu’on en rajoute de nouveaux alors que nous sommes en république laïque, je suis contre.


      • Hakim I. (---.---.29.75) 4 septembre 2006 16:25

        @ faxtronic

        L’athéisme, ça doit rester aussi entre les murs de sa maison ?


      • faxtronic (---.---.127.45) 4 septembre 2006 17:15

        oui aussi. Je ne suis pas athé.


      • Alfre...D (---.---.79.42) 4 septembre 2006 18:27

        Ah ces laïcs toujours prêts à faire la morale aux gens différents !!!


      • (---.---.226.178) 4 septembre 2006 18:29

        Oui, tu cherches à imposer ton idéologie par la force, c’est pour cela que tu crains les religions : elles te font concurence.

        Devient donc un démocrate et accepte la pluralités des point de vus, tu te sentiras mieux aprés, et tu auras l’air moins crétin.


      • Stravos (---.---.58.60) 4 septembre 2006 18:34

        Le dénommé « intégriste catholique » nous offre un excellent exemple de charité chrétienne... Et aprés, ces messieurs se plaignent que leur églises soient vides ! Qu’il retourne donc à sa messe le Savonnarole de service, et qu’il ne nous fasse pas iech !


      • Stravos (---.---.58.60) 4 septembre 2006 19:01

        Apparemment, Delanoé vise l’indulgence des cathos, il espère sans doute que ceux-ci lui accorderont une petite croix comme viatique pour buché... J’invente rien : les slogans cathos étaient parfaitement explicites lors de la manif anti-pax. Où se trouve la tolérance de ces gens ? Il n’est que de lire la Bible ou se référer à l’histoire pour savoir le sort que les religieux réservent aux homos et aux femmes un peu trop libres.


      • Alfre...D (---.---.226.15) 4 septembre 2006 22:52

        Inculte, vous défendez la laïcité mais vous en galvauder le sens !!! respect de toutes les religions pour les incultes d’agoravox !!!

        Arrêter de critiquer gratuitement les cathos et essayer de relever un peu le débat !!! Vous faîtes tout un flan pour le nom d’une place sous pretexte que la personne est catholique et en plus vous avez bonne conscience !!! Juste pour l’exemple, vote reflexion prise d’un autre angle : Quoi une rue Itzak Rabbin ??? Paris est devenu une ville juive !!! quoi un square staline, Paris est donc devenu une ville de dictateur !!! quoi une cour Zidane, Paris est devenu une ville de footballeur.... la liste est longue !!!! et montre votre profonde intolérance !!!

        Heureusement LePen n’a rien contre les cathos, aussi non vous voterez pour lui les yeux fermés ( si si je vous assure... relisez vos post !!!)

        Vous êtes désolant et votre bétise n’a d’égal que votre inculture !!!


      • Gilles Pradeau Gilles Pradeau 4 septembre 2006 12:37

        J’ai posté un article sur ce sujet « Quelle place pour Jean Paul II à Paris ? »

        Je me suis fait fouillé en passant seul à proximité du parvis Notre-Dame à 15h30 à proximité du parvis Notre-Dame, sans y avoir pénétré : arrêté puis envoyé pour un contrôle d’identité à la Goutte d’Or en raison d’un nez de clown dans ma poche et des petits tracts « Votez Delanoë » dans une autre. Motif : trouble à l’ordre public. Quelle misère que les libertés publiques en France... smiley


        • Gilles Pradeau Gilles Pradeau 4 septembre 2006 12:44

          « on se souvient de la parodie de mariage organisée à Notre-Dame, et des coups reçus par le recteur de la cathédrale ». C’est bizarre, j’ai comme le souvenir que la supercherie avait été démontée : heureusement des journalistes avaient été présents pour témoigner qu’il n’y avait eu aucune violence...

          On se souvient bien mal visiblement, ou on n’était pas présent et on raconte n’importe quoi ! smiley


        • (---.---.79.11) 4 septembre 2006 13:26

          Sur le film, on voit pourtant le pauvre prétre à terre, tabassé par Act-up..

          Enfin bon, qu’attendre d’autre de ces gens là...

          Qu’ils aillent donc faire la même chose dans une mosqué, on verra s’ils en resortent vivants.


        • La Taverne des Poètes 4 septembre 2006 14:33

          à Gilles :

          Comme un avant-goût de la « France d’après »...


        • Fix (---.---.132.252) 4 septembre 2006 14:45

          Dans votre article publié sur votre blog, vous dites que Jean-Paul II aurait craché sur Bertrand Delanoé pour son homosexualité s’il l’avait rencontre. Je ne me souviens pas avoir jamais vu Jean-Paul II cracher sur quelqu’un pour quelque raison que ce soit !!


        • Gilles Pradeau Gilles Pradeau 4 septembre 2006 15:05

          Fix, vous devez avoir mal lu : « Si Delanoë ne cesse de clamer au Conseil de Paris qu’il n’est pas »sectaire« , il va même jusqu’à honorer ceux qui ne sont pas ouverts au dialogue et qui lui cracheraient dessus en raison de sa sexualité. » Je ne parlais donc pas de Popol II.


        • Fix (---.---.132.252) 4 septembre 2006 15:08

          J’ai donc bien lu : Qui honore-t-il sinon Jean-Paul II ?


        • mowglii (---.---.153.33) 4 septembre 2006 15:22

          où avez vous donc vu que l’eglise catholique et son chef crachent sur les homosexuels ?

          l’eglise considere que l’homosexualité est un péché. mais tous les Hommes sont pecheurs . personne (ou presque ) n’est parfait. cela n’empeche pas d’etre un frere.

          Jesus à t il craché sur la pecheresse Marie Madeleine ? ou a-t-il dit : « que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre » ?

          Fix, vous avez une vision bien etrange de la religion catholique


        • Fix (---.---.132.252) 4 septembre 2006 15:24

          A Mowgli : A mon avis vous m’avez mal compris : je ne faisais que demander à Gilles Pradeau de préciser sa pensée. Jamais je n’ai dit que JPII aurait craché sur Delanoé


        • Ciarán (---.---.243.109) 4 septembre 2006 13:17

          Inattendu et pas trop tard, quelqu’un de la vie politique française, en l’occurrence le Maire de Paris, et un homosexuel convaincu, a eu le courage de saluer un grand homme qui a marqué durablement et positivement l’Histoire du 20ème siècle .... malgré son malheur d’être catholique, le chef spirituel de millions de Français et universellement détesté par la dictature bien pensante française. Courageux de la part du Maire de Paris ? Très probablement. Bertrand ne va pas se faire beaucoup d’amis chez la Gauche et le Politiquement Correct. Désintéressé ? Pas si sur. Les Catholiques français sont ridiculisés, calomniés, offensés, leurs églises, leurs cultes et leurs cimetières vandalisés et désacralisés, personne ne crie injustice ni court à leur défense, ils n’ont nullement la même protection médiatique ni politique que les autres religions en France ... mais hélas ils sont toujours nombreux, et encore plus regrettable ils ont toujours le droit de voter. Bertrand a compris.


          • (---.---.162.15) 4 septembre 2006 13:44

            « Ridiculisés, calomniés, offensés, leurs églises, leurs cultes et leurs cimetières vandalisés et désacralisés »

            Hé bien dites-donc, vous en tenez une sacréé couche ! Quel cinéma, ce monde apocalyptique dans lequel vous vivez !!

            Ca en est ridicule, oui, mais tous les catholiques n’ont heureusement pas votre paranoïa...

            A part ça, j’ai trouvé intéressant le reportage de Thibault Mortier, même si je ne suis pas d’accord avec lui sur un Jean-Paul II dont le bilan m’apparaît singulièrement mauvais. La comparaison avec l’inauguration d’une « place Staline » est amusante ! Mais ce n’est pas moi qui l’ai faite, hein !

            Am.


          • Le furtif (---.---.0.204) 4 septembre 2006 13:32

            Privé du seul programme politique qui lui importait__ Paris 2012__, la mairie de Paris tient , après le string de Paris plage, à nous faire savoir qu’elle se range du côté du parti de l’ordre.

            Décidément, une fois de plus, il est amusant de voir que ceux qui se faisaient gloire :

            d’appartenir la« Marge »...s’autoproclament désormais comme garant du respect des « valeurs » .

            Les vices « anciens » sont les nouvelles vertus et nos libertés anciennnes...

            La République

            La laïcité

            La liberté de conscience

            Toutes ces vieilles lunes ne sont que turpitudes


            • (---.---.203.7) 4 septembre 2006 14:46

              et oui ce n’est pas nouveau : La liberté c’est l’esclavage, La guerre c’est la paix. L’ignorence est la force.


            • Icks PEY (---.---.232.221) 4 septembre 2006 13:54

              J’aimerai prendre le débat sous un autre angle et m’affranchissant du fond du sujet pour m’attacher à la notion de légitimité republicaine.

              Regardons les choses en face : de quel droit une minorité aurait-elle le droit de contrecarrer une décision officielle prise par les autorité légitime ? De quel droit Act Up aurait plus de droits que les membres du conseil municipal de Paris ?

              Une minorité qui impose son point de vue, cela s’appelle une dictature (en tout cas, cela y ressemble !).

              On pourrait discuter de la notion d’autorité légitime (Vichy, par exemple), mais en l’espèce, il me semble que la légitimité du conseil municipal de Paris ne peut être remis en question.

              On a donc le droit de ne pas être d’accord : c’est le principe de la démocratie, mais je suis choqué par le fait que quelques extrémistes minoritaires cherchent à empêcher une décision légitime de s’accomplir.

              IP


              • Benoît (---.---.4.44) 4 septembre 2006 15:03

                oui tout à fait d’accord avec toi


              • José w (---.---.25.142) 4 septembre 2006 14:08

                Bon article.

                La tolérance n’est en tout cas pas l’apanage des athées et autres laïcs extrémistes.

                Jean Paul II avait au moins un leitmotive plutôt « révolutionnaire » en ces temps de terreur entretenue par les lobbies militaro-industriels et les médias alignés : « N’ayez pas peur ! » se plaisait-il à répéter.

                Certes à nos yeux moins prudes, il a commis de très graves erreurs sur les moeurs notamment, mais rien que cette phrase « N’ayez pas peur ! » pourrait peut-être sauver notre société du mal qui la ronge à vitesse grand V.

                Enfin, ce n’est pas forcément le personnage religieux qui a été consacré dans cette inauguration, mais plus sûrement le personnage communicant, connu de tous, avec ses forces et malheureusement ses faiblesses...

                Mais un Homme de bien sans aucun doute.


                • faxtronic (---.---.127.45) 4 septembre 2006 14:42

                  oui certes, JPII etait surement un homme de bien et tous ça, mais ce n’est pas le probleme. JPII etait le chef des catholiques. Or la Republique n’a pas a celebrer une religion quelqu’elle soit, sinon c’est la chienlit (ça l’est deja d’ailleurs). Qu’a t il fait pour la Republique cet homme. Une place wojtila peut etre, une place jean-paul II, je m’en fais de ce pas decrocher le panneau pour le clouer sur la porte de mes toilettes. D’ailleurs je pense que cette plaque va en voir de toutes les couleurs.


                • Benoît (---.---.4.45) 4 septembre 2006 15:06

                  c’est quoi la « République » ?


                • faxtronic (---.---.127.45) 4 septembre 2006 15:53

                  Quoi c’est quoi la « Republique ». Peux tu expliciter ta question s’il te plait.


                • José w (---.---.25.142) 4 septembre 2006 16:18

                  Imaginerions-nous une place Jean-Philippe Smet plutôt qu’une place Johnny Halliday (je sais, l’exemple est assez mal choisi...) ?

                  Jean-Paul II était son nom de scène, le nom sous lequel il était connu de milliards d’êtres humains.

                  Il ne me semble donc pas choquant que ce nom public soit celui utilisé...

                  Quant à ce qu’il a fait pour la République : doit-on donner des noms de rue et de place uniquement à ceux qui ont oeuvré pour la République ou pour la France ?

                  Evidemment non..


                • faxtronic (---.---.127.45) 4 septembre 2006 16:47

                  JPII super star.... Comme l’a dis l’autre en bas du thread, delanoë eut été mieux inspiré d’appeler cette place victor hugo. Apres tout VH, a fait plus pour Notre-Dame que JPII. Moi j’attends avec hate la place du Dalaï-Lama ou du mollah Omar.


                • faxtronic (---.---.127.45) 4 septembre 2006 17:32

                  Et benoit, c’est toi le « catholique extremiste », car meme IP. Tu serais pas aussi ben-machin, le catho au couteau entre les dents du forum du figaro. Excuse-moi, maintenant je comprends ta question, car pour toi le « Republique est une devergondée ».

                  A la revoyure Ben le catho.


                • José w (---.---.25.142) 4 septembre 2006 19:23

                  Faxtronic est amusant à lire, il me fait penser à Johnny Halliday : il est belge (l’autre veut le devenir et quitter la nationalité française du même coup), et il vient nous donner des leçons de Réupblique française.

                  C’est un peu comme si j’allais voir les Suisses pour leur dire comment appliquer le secret bancaire en les traitant de protestants acharnés. Et de rajouter que je ne reconnais pas cette Suisse-là qui applique ce secret bancaire-là...

                  Nul doute que cela les ferait bien rigoler...


                • faxtronic (---.---.183.158) 5 septembre 2006 00:58

                  euh non je suis français.


                • faxtronic (---.---.183.158) 5 septembre 2006 01:12

                  Tu sais Jose W, on peut etre francais et travailler en Europe, cela existe, et par millions

                  Tu crois que je me serais fais chier a ecrire mes opinions si il concernait un pays qui me concerne pas. La republique me concerne beaucoup.

                  Je ne vis que depuis 1 an en Belgique uniquement pour le boulot, car etant chercheur j’avais du mal a en trouver un dans mon pays, mais c’est un autre debat ; et dieu soit loué les affaires politiques francaise sont relativement plus simple que les affaires politiques belges, je n’oserais pas m’y aventurer. Je vais pas commencer a avoir une opinion sur la delimitation linguistique de la banlieue bruxelloise et la representation de vilvoorde machin-chose par exemple smiley


                • bruno (---.---.46.20) 5 septembre 2006 16:22

                  Pas de problème, on peut rebabtiser la place Stalingrad place Karol Wojtyla smiley


                • Gilles (---.---.28.21) 4 septembre 2006 14:40

                  A tout ceux qui reproche au maire de Paris d’avoir inauguré la place Jean-Paul 2, au nom d’une laïcité dont la définition semble de plus en plus flou, je me permettrai de rappeller que Jean-Paul 2 a également été un chef d’état, pendant pendant plus de 20 années. Il a notamment oeuvré pour la réconciliation entre les religions, notamment juives et chrétiennes orthodoxes.

                  Peut-être que cela n’était pas nécessaire. Ou peut-être que c’etait une bonne idée. Mais cette question mérite d’être posée por toutes les rues, dans ce cas, y compris celle du cardinal Lemoine (qui, comme son nom ne l’indique pas, a appartu à la religion chrétienne), ou l’avenue F. D. Roosevelt (simple chef d’état étranger, comme chacun sait).

                  On va admettre pour Roosevelt, compte tenu de son rôle dans une certaine guerre. Mais il y a aussi une avenue Kennedy, qui lui, n’est qu’un chef d’état étranger, dont l’appartenance à la religion chrétienne ne fait aucun doute, pas plus que celle de son pays (God bless America).

                  Kennedy était chef d’état, Jean Paul 2 aussi... Kennedy était chrétien catholique, JP2 aussi. L’un a droit à sa rue, l’autre pas ?

                  J’aurais pu citer Eisenhower, qui a droit à une avenue.

                  D’autre part, cette décision a été prise par les élus de Paris, élus conformément à la Constitution Française, pour gouverner Paris. Ce qu’ils ont fait. Act’Up, ou quelque soit l’association en question, n’ont AUCUNE légitimité, par leur non représentativité démocratique absolue. Mais ce n’est pas ce point le fond du problème, il me semble.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès