Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Big Brother est dans la foule

Big Brother est dans la foule

Sur le blog de Lionel Tardy (député UMP et un des principaux critiques de la loi Hadopi) un billet présente une photo de l’investiture de Barack Obama (du 20 janvier 2009). Sur cette photo à ultra haute définition, on peut distinguer en zoom maximal le visage de milliers de participants dans la foule. C’est tout à fait étonnant, allez jeter un œil ! Comme le dit le député « Une seule photo et la possibilité de « ficher » un million de personnes ! »

Un tel document peut faire penser à la surveillance de Big Brother. Dans l’œuvre de Georges Orwell « 1984 », le Parti unique a imposé des «  telescreen » (ou télécran dans la version française), sortes d’écran-caméra, dans tous les espaces de vie, publics comme privés, et qui ont la capacité de capturer les moindres faits et gestes de la population d’Océania (Big Brother is watching you). Pourtant, est-ce que ce parallèle est juste ?

Internet nous éloigne de Big Brother

Il se trouve que je viens de relire 1984. Même s’il est facile d’associer internet et toutes ses composantes de détection et de conservations des données (la détection des IP, les réseaux sociaux, la maîtrise des mots clés de recherche, … tous les éléments présentés par la CNIL) à une forme de flicage (comme vient de l’écrire Metro) il est clair à la lecture de « 1984 » qu’en réalité internet éloigne de la dictature Orwellienne plutôt qu’il ne nous en rapproche.

Voici trois éléments parmi d’autres :

- D’abord, l’Etat d’Océania maîtrise davantage ses citoyens par la destruction méthodique de tout passé historique, que par une observation constante via les télécrans. Dans le roman de science fiction, l’Histoire n’existe plus, le passé est systématiquement revisité à la lumière des décisions prises par le parti. Si l’on peut échapper aux télécrans comme le fait le héros de l’histoire, on ne peut pas échapper à cette éradication du passé.

A ce titre, Internet présente un visage complètement différent, puisqu’il permet une hyperconservation de toutes les strates d’actualité. Et une accessibilité par tous, à tout moment [b].

- Second élément de la dictature, la destruction des liens relationnels, qu’ils soient familiaux, amicaux, amoureux, … au profit d’une seule et unique relation avec l’incarnation du parti, Big Brother.

Inversement, internet a permis la floraison de multiples outils de socialisation (dont les réseaux sociaux ne sont qu’un des aspects) et d’expression, d’affirmation de son individualité, et du regroupement des individualités. La plupart des regroupements (blogs, groups, forums, …) fonctionnent sur le registre : « je suis unique, vous êtes uniques, formons le réseau des gens uniques ! » Derrière ce paradoxe, il y a une réalité qui fonctionne très bien sur le web.

- Troisième éléments, l’appauvrissement de la langue. Le Newspeak (ou novlangue) est créé pour permettre un encadrement du champ lexical, avec comme finalité de réduire l’expression de la pensée.

Sur ce plan encore, internet est plutôt générateur de nouveaux champs lexicaux. Et même si la richesse lexicale issue du web n’est pas encore reconnue par l’Académie Française, ce n’est qu’une question de renouvellement de génération [c].

Il est d’ailleurs symptomatique que dans les Etats totalitaires (cette fois ci bien réels) internet est toujours strictement encadré (voir par exemple un précédent article sur la censure internet à Cuba).


Vulnérabilité individuelle et force collective

Allons plus loin. Il me semble qu’à partir du moment où tout le monde à accès à tout ce que disent tous les internautes, la valeur des informations personnelles s’effrite. C’est comme si chaque internaute acceptait inconsciemment de se dévoiler sur internet, sachant que si chacun fait de même, la possession par des tiers de ses informations personnelles perdra de sa valeur. Comme s’il y aurait une neutralisation partagée, mutuelle et librement consentie. Comme l’a dit un des gendarmes interrogés par Metro, les gens râlent contre les données compilées dans les fichiers de la police (type Edvige), alors qu’ils en disent beaucoup plus sur internet.

Cette espèce de volonté inconsciente en rappelle une autre, qui est la base du contrat social. Le contrat social est le renoncement à une partie de nos libertés, ou droits naturels, en échange de lois garantissant la perpétuation du corps social. Le fait de vivre en société n’est-il pas celui d’accepter de limiter son espace de liberté, et chacun participant à cet effort, l’ensemble en ressort plus fort.

Internet me semble le terrain d’un nouveau contrat social où la société civile accepterait de se dévoiler, et chacun le faisant, de limiter ainsi l’appropriation par un tiers.

En d’autres termes, le contrat social (qu’il s’agisse de l’ancien ou du nouveau) reviendrait à échanger (volontairement ou non) une augmentation de sa vulnérabilité individuelle contre davantage de cohésion, d’efficacité du groupe, donc de force collective.


Sur-informer est la meilleure manière de se protéger

A ceux qui penseraient que l’abondance d’information sur une personne ou une entrepris est une faiblesse, il faut rappeler les bases de la gestion des informations. Mon métier de veilleur me donne une certaine légitimité pour affirmer qu’il n’est pas de veille plus difficile que celle qui se porte sur une entreprise ou un sujet sur-documenté.

La sur-information est même une des 3 techniques de « manipulation » (sans connotation négative) des informations : la première étant bien sûr de ne rien publier (sous-informer). La seconde de publier des choses fausses (des-informer). La troisième étant de sur-publier pour noyer le lecteur et cacher les choses importantes qui pourraient être publiques (sur-informer).

Des trois techniques, la dernière est la plus efficace pour des raisons simples : La première technique est difficile à mettre en œuvre car il est impossible d’assurer une cloison étanche entre ceux qui savent (un conseil d’administration, des actionnaires, …) et le public. Les fuites sont inévitables. Et ne rien publier est toujours suspect. La seconde est dangereuse, et peut être (selon le niveau de desinformation) illégale. La troisième est facile à mettre en œuvre, légale, et terriblement consommatrice de ressources pour les veilleurs qui doivent extirper l’aiguille de la bote de foin informationnelle. [d]

Pour conclure sur la photo qui a initié cet article. Celui qui a pris la photo, l’a mise en ligne, et chacun y a accès. C’est une métaphore du meilleur moyen de limiter l’émergence d’un Big Brother. Puisque nous pouvons tous être Big Brother, personne ne le sera. Le nouveau « contrat social internet » contient en lui-même sa propre régulation.

Jérôme Bondu
http://www.inter-ligere.net/


Notes et références :
Voir la photo. Voir le billet de Tardy

[a] Cette photo est construite à partir de 220 photos.

[b] Cela peut néanmoins être relativisé : Ceux qui possèdent les outils de stockage, possèdent le contenu. De même ceux par qui on retrouve les informations (je parle des moteurs de recherche) ont les moyens de censurer ou mettre en avant ce qu’ils veulent. D’où l’importance à mes yeux d’un moteur de recherche européen pouvant concurrencer intelligemment l’américain Google. La volonté européenne n’a-t-elle permis de se passer de Boeing pour le transport de passagers en créant Airbus ? C’est l’objet du moteur Quaero, le moteur de recherche européen.

[c] Là encore, on peut nuancer mon propos. S’il y a beaucoup de gains… il y a aussi beaucoup de pertes. Le bilan est certainement positif dans certains domaines (sciences dures, codes liés au web, certaines conventions comportementales). Et certainement négatif dans d’autres (codes comportementaux plus traditionnels, expression des sentiments, …).

[d] Attention, le fait que la surinformation « protège », n’enlève en rien le devoir de vigilance ! Cela ne justifie en rien les accès d’impudeur sur internet, et notamment sur les réseaux sociaux. Poster les photos de sa dernière beuverie n’a aucun sens. J’ai présenté cela dans un livre blanc sur « l’impact des réseaux sociaux ».

L’extrait sur le contrat social est de Wikipedia.


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • chlegoff 23 avril 2009 11:28

    D’abord, l’Etat d’Océania maîtrise davantage ses citoyens par la destruction méthodique de tout passé historique
    Soyons réaliste, le niveau de connaissance générale des jeunes et plus particulièrement de l’histoire est très limité et très orienté.

    la destruction des liens relationnels, qu’ils soient familiaux, amicaux, amoureux, … au profit d’une seule et unique relation avec l’incarnation du parti, Big Brother.
    Le fait est que depuis quelques décennies dans nos sociétés occidentales les liens familiaux se sont disloqués au profit d’individualismes consuméristes. Le modèle sociétal y étant certainement pour quelque-chose. Remplaçons l’expression Big Brothers par les expressions Marketing et Communication et nous pouvons facilement traduire en lavage de cerveaux collectif.

    l’appauvrissement de la langue.
    Je dirais plutôt appauvrissement du langage. L’aptitude à communiquer avec ses semblables sans canaux intermédiaires induits par la technologie est devenue moins spontanée chez les jeunes. La masse d’information à assimiler nuit au temps de réflexion. L’agressions omniprésente de la publicité et tous les stimulus psycho-sensoriels qui l’accompagne Ce sont des pistes, et il en existe certainement beaucoup d’autres, qui indique un appauvrissement du langage représentatif au profit de stratégies sensorielles satisfaisantes pour l’individu.

    internet a permis la floraison de multiples outils de socialisation
    Tant que la neutralité d’Internet est respectée. Je vous renvoie à l’HADOPI ou d’autres mesures de surveillance ou de censure d’Internet dans le monde, pour constater que rien n’est acquit dans ce domaine.

    Quand au reste de votre article, intéressant cependant bien que je ne partage pas votre optimisme, concernant la sur-information elle développera l’esprit de synthèse des générations futures au détriment du temps de réflexion.

    Que vous l’acceptiez ou non, les technologies actuelles et à venir sont particulièrement efficaces dans une société de surveillance généralisée des populations. Les techniques de marketing (analyse des comportements et satisfaction factice des besoins) sont également particulièrement efficaces. Ce qui compte dans la société de consommation et de l’information ce n’est pas la censure mais la façon dont est présenté le message. Le contrat social auquel vous faites allusion, qui redevient très à la mode ces jours-ci au sein de l’UMP et consorts, n’est rien d’autre qu’un argument développé par une minorité qui a compris comment s’approprier le pouvoir par les moyens de puissance et de coercition. (dixit Freud). L’inquiétude de Big-Brother est plutôt d’avoir commis l’erreur de laissé se développer Internet sans contrôler suffisamment l’outil. Je vous rassure l’arme principale de Big Brother reste le capitalisme qui contrôle nos relations sociales et nos émotions.


    • caramelle 26 avril 2009 10:59

      Je partage totalement votre réalisme.

      Merci.

    • Lapa Lapa 23 avril 2009 12:14

      je ne suis pas complètement d’accord avec votre vision des choses. Vous idéalisez trop internet comme réponse à toute la problématique de 1984.

      Le constat est juste, pour contrer 1984 il faut retrouver ses liens familiaux et sociaux, avoir l’esprit ouvert à la reflexion et retenir l’histoire passée.

      Ce n’est pas forcément dans Internet, cette virtualisation du lien social (qui, souvent ne se résume qu’à facebook, ou un blog, c’est à dire de l’exhibisionisme social sans intérêt et quelques communautés où l’on ne connaît même pas les trois quart des gens présents...), doublé d’un media parfaitement propice à toutes sortes de manipulations qui permettra cela.

      Il faut reconstruire des liens physiques réels avec ses proches (voisins, familles, amis (et pas ami de facebook...) et s’ouvrir à notre histoire et patrimoine. Il faut s’impliquer physiquement dans ses idées et rester au contact des choses et des gens. Internet ne favorise pas forcément l’empathie et reste quelque chose de foncièrement individuel comme expérience, car utilisé individuellement par une foule d’anonymes. Internet n’empêche nullement l’acculturation et la perte du langage : voir l’utilisation récurrente de la novlangue sur le net, comme dans tout autre media.

      internet reste un très bon outil, ne lui jetons pas la pierre, qui permet de se détacher de la télévision entre autre, mais il faut faire attention à ne pas s’imaginer que ce réseau est exempt des défauts cités plus haut.


      • Jerome Bondu Jerome Bondu 23 avril 2009 13:17

        Bien sur internet, n’est en rien un état idéal. Mais je pense qu’un nouvel équilibre va y être trouvé.

        Sur le fait que l’UMP s’intéresse au « contrat social » : je tiens à préciser que mon propos est 100% a-politique.

        Cdt
        JB


        • Walden Walden 23 avril 2009 13:51

          « Internet me semble le terrain d’un nouveau contrat social où la société civile accepterait de se dévoiler, et chacun le faisant, de limiter ainsi l’appropriation par un tiers. »

          Le propre du contrat social est tout de même d’avoir une vocation universelle, de tendre à établir un modus vivendi entre l’ensemble des citoyens.

          Or soyons sérieux, on en est bien loin avec Internet. Ce medium de communication n’est accesible qu’à une minorité d’entre nous, tant pour des raisons financières d’accès que de capacités d’utilisation.

          De fait, cela fait bien trop d’exclus pour pouvoir parler de terrain de construction d’un nouveau contrat social, où ne serait représentée qu’une frange de la population.

          « En d’autres termes, le contrat social (qu’il s’agisse de l’ancien ou du nouveau) reviendrait à échanger (volontairement ou non) une augmentation de sa vulnérabilité individuelle contre davantage de cohésion, d’efficacité du groupe, donc de force collective. »

          Pas d’accord : ceci, c’est la logique de « transparence » (glasnost en russe smiley qui prévaut dans les pires régimes totalitaires.

          Quand on a plus de vie privée, on est de facto réduit à n’être en tout point de vue qu’objet d’autrui. La personne entièrement publique, complètement objectivée, n’est plus un sujet. N’étant plus un sujet, elle ne s’appartient plus vraiment, elle ne peut plus être un « soi-même », elle n’est plus personne. Elle n’est plus qu’un rouage n’existant que par et pour la grande machine.

          PS plus à propos qu’il n’y paraît : SVP monsieur Agoravox, rendez-nous les polices de caractères et les smileys pour personnaliser nos messages !


          • pallas 23 avril 2009 14:14

            Internet ne represente pas la liberter et ne l’a jamais ete. C’est plus une maniere de s’exibé qu’autre chose. Les gens qui vont sur facebook ou crée leurs blogs exposent leurs vies privées ainsi que leurs visages, ils se sont fiché d’eux meme. Au nom de la liberté, beaucoup d’internaute se la supprime, si ce n’est pas un comble, pas besoin de big brother, les individues le font d’eux meme.

            Pour ce qui est du controle des individues et de savoir ce qu’ils font, qu’elles maladies ils ont, ou ils depensent leurs argents, avec qui ils sont mariés, sa a toujours ete comme sa, des la naissance nous sommes fiché d’une maniere ou d’une autre. La carte de credit, les impots, l’etat civil, le credit a la banque, la carte de nationalité, le suivi scolaire, le suivi de maladie, etc etc etc.

            De plus pas besoin de la loi hadopi pour savoir ce que nous faisons sur internet, c’est un leurre de pensé qu’il y a atteinte a la liberté individuel, sa n’a au fond, jamais existé.


            • Neozenith 23 avril 2009 15:37

              J’ai envie de compléter vos propos, mais dans le sens inverse.
              Votre métier de veilleur vous permet d’affirmer que la sur-information empêcherait l’émergence d’un big brother, qu’une personne contrôle toutes les autres.

              Mon métier de gestionnaire de bases de données / statisticien me dit parfaitement le contraire. La sur-information, même si elle empêche d’avoir des informations précises sur une personne précise, permet d’établir des statistiques toujours plus nombreuses et plus fines sur des catégories de personnes. Les réseaux sociaux ne noyent pas l’information, au contraire, ils la concrétisent et permettent d’établir comme un portrait robot quantitatif et qualitatif de la population. Et c’est justement connaître ces informations qui permet de cibler des portions pour les rendre maléables.
              Pour illustrer mon propos, c’est exactement ce que font les grandes surfaces avec les cartes de fidélité. La sur-information y est représentative : toutes les offres, publicités, les agencements des rayons, etc sont des conséquences de l’exploitation de données en apparence anodines et inutiles, mais qui combinées permettent de contrôler le comportement de nombreuses personnes : « tiens, une offre sur tel produit que je ne consomme jamais. Bah, c’est l’occasion d’essayer ». Et voilà, vous n’avez pas l’impression d’avoir été influencé ou manipulé, et pourtant... Vous n’avez pas été ciblé personnellement (encore que les techniques actuelles tendent vers ce modèle), mais vous avez été victime de ce système.

              Imaginez ce système appliqué à un réseau tel que Facebook...

              Le but final de big brother n’est pas d’avoir une liste exhaustive de chaque personne, mais bien de manipuler la population entière... Et là où « 1984 » se trompe peut-être, c’est qu’il n’est pas nécessaire d’établir un contrôle individu par individu pour contrôler tout le monde...

              Alors non, Big Brother n’est pas dans la foule, Big Brother contrôle la foule comme un unique individu.

              « Le meilleur des mondes » représente mieux que « 1984 » ce vers quoi on risque de se rapprocher : Une population divisée en 5 ou 6 classes, chaque individu étant assimilable et assimilé à l’une de ces classes.


              • Jerome Bondu Jerome Bondu 24 avril 2009 15:43

                Merci pour votre commentaire. Je comprends tout à fait votre propos et le partage en partie.

                Mais continuons votre démonstration : en effet on peut dire que ceux qui ont accès aux statistiques puissent mieux vendre en connaissant les habitudes de consommation des clients. Jusqu’au jour où un bloggeur présentera la démarche. Expliquera comment cela fonctionne. Les clients qui liront le post, comprendront le mécanisme ... et seront dès lors plus vigilants !! 

                Mon idée est que la multiplication des informations, même s’il y a un danger (que je ne nie pas), induira « dans un système déquilibre », les protections équivalentes.

                Cordialement,
                JB


              • Neozenith 25 avril 2009 19:56

                Je tiens quand même à vous féliciter pour votre article, qui lève tout de même une polémique intéressante.

                Mais continuons votre démonstration : en effet on peut dire que ceux qui ont accès aux statistiques puissent mieux vendre en connaissant les habitudes de consommation des clients

                Cependant, il ne s’agit plus seulement, pour ceux qui ont les statistiques, de s’en servir pour mieux vendre en connaissant les habitudes des clients, ils les utilise déjà pour modifier les habitudes et comportements ! Et c’est bien cela qui est dangereux.

                Jusqu’au jour où un bloggeur présentera la démarche. Expliquera comment cela fonctionne. Les clients qui liront le post, comprendront le mécanisme ... et seront dès lors plus vigilants !!

                Et malheureusement, je peux dire d’expérience que les personnes qui liront le post et comprendront le mécanisme ne modifieront pas pour autant leurs petites habitudes (ne pourront ou ne voudront pas), et je suis le premier concerné. J’ai toujours la carte de fidélité de mon magasin « préféré », qui leur sert de me tracer et de me profiler.
                Certes, je remplis le minimum d’infos me concernant, je ne répond pas aux sollicitations constantes des pubs, offres promotionnelles et autres réductions (sans doute parce que je sais que je suis manipulé, vous avez raison), mais je n’en suis pas moins une statistique pour eux.

                Mon idée est que la multiplication des informations, même s’il y a un danger (que je ne nie pas), induira « dans un système déquilibre », les protections équivalentes.

                Je pense justement que la sur-information du net mène à la désinformation des individus. Trop d’éléments contradictoires pour une simple recherche sur une question que l’on peut se poser. Et la désinformation mène à l’ignorance.
                En parallèle, les puissants qui ont accès aux informations contenues dans les bases de données des fichiers nationaux (Secu, Police), les fichiers d’entreprises (banques, distribution) et réseaux internet (réseaux sociaux) peuvent, en regroupant ces informations, obtenir un pouvoir incomparable...

                Finalement, je suis d’accord avec vous sur le fait qu’internet procure une sur-information, mais je ne pense pas que celle-ci nous protège. Elle contribue plutôt à la désinformation des individus, les rendant ignorants, et internet permet en même temps, pour les élus et puissants, de rassembler des masses d’informations inimaginables mais parfaitement justes et utilisables. Informations terriblement dangereuses une fois regroupées et exploitées.


              • Jerome Bondu Jerome Bondu 25 avril 2009 22:07

                Vous dites : Je tiens quand même à vous féliciter pour votre article, qui lève tout de même une polémique intéressante.
                JB—>Sympa, merci !

                Vous dites : ils les utilise déjà pour modifier les habitudes et comportements ! Et c’est bien cela qui est dangereux.
                JB—>La, je suis d’accord avec vous, mais dans une certaine mesure. Toute entreprise commerciale cherche à satisfaire les besoins de ses clients, et … à orienter les besoins de ses clients en fonction de ses avantages concurrentiels. C’est l’influence. Ca ne me semble pas abominable comme démarche. On fait tous cela à divers niveau. Devant sa femme quand on veut négocier une sortie entre copains (si si). Devant ses enfants pour qu’ils rangent leur chambre, … La vie est faite d’action d’influence. Que les entreprises le fassent est de bonne guerre.

                Vous dites : En parallèle, les puissants qui ont accès aux informations contenues dans les bases de données des fichiers nationaux (Secu, Police), les fichiers d’entreprises (banques, distribution) et réseaux internet (réseaux sociaux) peuvent, en regroupant ces informations, obtenir un pouvoir incomparable...
                JB—>Ca se discute. Cela part du principe qu’il y a les puissants, et les autres. Je trouve cela très tranché, très manichéen. Savez vous que l’immense majorité des chefs d’entreprise sont des gens comme vous et moi qui se sont mis à leur compte. Les politiques sont de même en majorité des gens qui ont des convictions et qui travaillent sur le terrain. C’est le prisme déformant d’une télévision simplificatrice qui donne l’impression que nous sommes gouvernés par une poignée de nantis, comme si nous étions revenus au temps monarchiques. La réalité est bien plus nuancée. Demain, vous allez peut être devenir auto-entrepreneur. Ainsi, vous serez consommateur des données statistiques que vous décriez aujourd’hui. Puis si votre affaire marche bien, vous ferez de la pub, gagnerez en visibilité dans les réseaux sociaux, et peut-être, une fois que votre affaire tournera toute seule, vous serez tenté de faire partie du conseil municipal de votre ville pour influer sur votre environnement… Tout ceci pour dire que je ne crois pas à au cloisonnement des classes. Par contre, je crois au cloisonnement des esprits.

                Vous dites : internet permet en même temps, pour les élus et puissants, de rassembler des masses d’informations inimaginables mais parfaitement justes et utilisables. Informations terriblement dangereuses une fois regroupées et exploitées.
                JB—>Comme je l’ai dit plus haut, je ne crois pas à une caste de puissants. La puissance réside dans ceux qui veulent avancer ensemble. Quand à la sur-conservation d’informations entre les mains de « puissants », avant qu’une utilisation puisse en être faite, il coulera de l’eau sous les points. Les exemples abondent (réseau Echelon inopérant, …).

                Je pense qu’internet est un média formidable. Pensez seulement à ce que nous permet Agoravox ! Cette discussion, entre nous qui ne nous connaissons pas, aurait été impossible il y a seulement 10 ans ! L’utilisation que vous faites de cet outil montre (dans un sens) que vous croyez en cette solution, … puisque vous l’utilisez ! Et plus nous serons nombreux, plus nous serons riches (intellectuellement). Et plus les renseignements qui pourront être tirés de nos débats pourront être utilisés par ceux qui sont au gouvernement pour adapter les lois en fonction de nos attentes.

                Je conçois que l’on puisse voir les blocages du système, et les utilisations négatives d’internet. Par contre, en nier les effets vertueux me semble une erreur.

                Cdt
                JB


              • pallas 23 avril 2009 16:48

                Tu te trompe Neozenith sur un seul point, le reste est totalement.

                Tu te trompe sur le conditionnement de l’individu. Depuis que la civilisation existe et sa remonte tout de meme a plus de 3000 ans, l’individu est conditionné par le groupe qu’il represente. Mais sa peut aller plus loin, l’individu se conditionne de lui meme pour faire parti du groupe, les regles de vivre en societe est un conditionnement de l’individu.
                Nous sommes des etres a la base Sociaux et non individuels, seul, nous n’avons aucuns pouvoir, parcontre, l’individualisme a ete vendu comme arme contre le Nationnalisme.

                La base de la creation de l’individualisme etait de contré toute forme de nationalisme pouvant entrainé un fascisme, c’est en quelque sorte la peur de nos dirigeants passé qui ont poussé a crée cela. Le capitalisme est fondée sur l’individualisme, le communisme ou le socialisme a la base avait pour but de recrée le lien social mais il a ete vite pervertie par l’envie et tout ce qui en resultait.

                Crée un monde a la « 1984 » ou « le meilleur des mondes » a l’epoque de la seconde guerre mondial ou a l’epoque romaine aurait ete tout a fait imaginable car il y avait une forte idéeologie identitaire, aujourd’hui, il n’y a plus d’idéeodoligies, a part celle du Mercantilisme qui a vu l’emergence de la creation de l’industrie du divertissement et des ravages que cela provoque comme effet secondaire.

                Il ne faut pas oublier que nous sommes dans un monde qui se desagrege, du aux crises economiques, ecologiques, sociaux, qui detruisent nos societe, nous rendant de plus en plus agressifs les uns envers les autres et reclu chacun dans sa forme primaire de communauté artificiel.

                Je pense que le gouvernement, ainsi que les autres gouvernements occidentaux agissent de cette maniere pour essayer de controler la mise en marche des guerres civils, car notre societe plonge rapidement dans la violence, je vois aussi ce coté de la du probleme.

                Je ne dit pas qu’ils font sa pour notre bien, je pense qu’ils font sa, car ils ne voient pas d’autre choix pour conserver leurs pouvoirs, et pour pouvoir le conserver il ne faut pas que la societe tombe dans une guerre civil.

                La classe moyenne se meurt rapidement, c’est elle qui fait que la nation est ce qu’elle est, si la classe moyenne disparait la nation mourra, il n’y aura plus de consommateurs, il n’y aura plus de devellopement technologique, n’y d’evolution.

                La politique de ces 40 dernieres années dans tout le monde occidental a ete une mise en avant du Mercantilisme qui a crée le syndrome Nolife, Geek, Fan de football, Exclusion social pour les plus pauvres, Desagragation du tissu familiale, descrimination des individues uniquement sur le physique et la je ne parle pas que de la couleur peau, mais du critere de beauté. Un etre dans notre societe est Jugé sur sa beauté et non sur sa capacité, le Mercantilisme a poussé a ces extremes.

                Je ne pense pas en toute honneté que dans les 10 ou 20 années a venir que la situation s’ameliora, je pense et j’en suis de plus en plus convaincu qu’ont approche a des guerres civils multiple dans tous les pays occidentaux, ainsi qu’a des guerres regionaux entre nations pour acquerir les dernieres ressources energetiques et donc a un renforcement des lois et des mesures repressives qui vont tendent a une forme de dictature pour essayer de juguler tout sa a tres tous les pays du globe d’une maniere ou d’une autre.


                • Neozenith 24 avril 2009 08:53

                  D’accord avec toi, Pallas, sur le fait que la société d’aujourd’hui est individualiste à l’extrème.
                  Il y a cependant une chose sur laquelle je ne suis pas d’accord avec toi, et sur laquelle tu te contredis.

                  La société actuelle a formé les individus au « chacun pour soit » et « après moi le déluge ». Les seuls groupes importants auxquels souhaitent appartenir les individus sont les groupes qui rapportent de l’argent, les entreprises. Cela est de plus en plus vrai.
                  Les gens perdent leurs attaches familiales, amicales, et deviennent incapables de s’intégrer à de véritables groupes sans opportunité pécunière ou mercantile derrière.

                  Dans ces conditions, il me semble impensable d’en arriver aux guerres civiles que tu décris. Une guerre civile signifie une rebellion des individus de la population d’un pays contre un pouvoir ou une autre partie de la même population. Seulement cela nécessite un minimum d’organisation et de « sacrifice » (au sens temporel, corporel, pécunier) que les individus deviennent incapables de fournir. Cela signife aussi des liens forts entre individus, la nécessité d’une relation de confiance entre eux qui n’existe d’ores et déjà plus. Plus de possibilité d’organisation, plus de rapprochement entre individus, plus d’unions sans intérêts immédiats.

                  Lorsque les individus prendront conscience (s’ils prennent conscience !) de la nécessité d’appartenir à un groupe plus « sérieux » (je ne parle évidemment pas des réseaux sociaux, fanclubs de foot, guildes de World of Warcraft) et non mercantile, ils feront leur possible pour s’intégrer à ces groupes. S’ils ne prennent pas conscience de cette nécessité, ils continueront d’appartenir à ces groupes superficiels et/ou mercantiles.
                  A ce moment-là, les techniques de manipulation décrites dans mon précédent commentaire seront encore plus au point qu’elles ne le sont aujourd’hui, et l’individu s’enfermera dans un carcan qu’il ne croira qu’être celui du groupe, mais qui sera bien celui du pouvoir controlant chaque groupe. 
                  Bienvenue dans le meilleur des mondes !


                • pallas 23 avril 2009 16:52

                  Je voulai dire Neozenith que jtu te trompai sur un seul point et que je suis totalement d’accord avec toi sur tout le reste, dsl mon orthographe est lamentable, j’en suis dsl.


                  • Ungh Ungh 23 avril 2009 23:41

                     Bien évidement que nous ne sommes pas dans « 1984 » avec l’internet actuel puisque c’est un réseau encore assez ouvert. Mais ce roman ne parle pas que d’un réseau, c’est aussi une organisation de société.

                     Regardons alors la France démocratique et rappelons nous quelques anecdotes qui parsèment le quotidien :

                    - Prenons les 58 fichiers existants aujourd’hui(environ 40 en 2006 ).
                    - Prenons le fichier base élèves qui fiche pour 35 ans les gosses sans demander quoi que ce soit à qui que ce soit et certainement pas les parents.
                    - Les nouvelles pièces d’identité biométriques dans lesquelles 8 empreintes digitales sont demandées, que l’on ne peut refuser qui vont s’imposer d’elles mêmes puisqu’on aura plus le choix et qui sont stockées je ne sais où.
                    - Plus de caméras partout, dans les rues et même en projet dans les écoles.
                    - Prenons le cas Julien Coupat qui reste en prison principalement sur la base qu’il aurait écrit un livre et par extension examinons les lois d’exception anti-terroriste.
                    - Nicolas Princen ainsi que l’appel d’offre de Xavier Darcos afin de « regarder » internet, ce qu’il s’y dit du gouvernement, de l’état, de Nicolas Sarkozy.
                    - Prenons les descentes dans les écoles qui passent relativement inaperçues, comme à Vendres ou Marciac. Ou bien de plus discrètes quand on cherche les auteurs d’un blog dans un collège. Si un enfant de trois ans est « comme il faut ». Et encore la façon de « s’assurer » que des évaluations scolaires se déroulent bien.
                    - La liberté de la presse comme pour pour Rue89, Moapress, les journalistes de France Television,
                    - Une police au service du citoyen avec 1% de la population passé en garde à vue en 2008 ( +55% en huit ans ) à tel point que des collectifs se créé pour surveiller la police. La culture du chiffre somme toute. Entraves à la circulation avec des actions contrôle de la population, on ne sait jamais, des fois que Ben Laden trainerait à Lyon.
                    - Casse du service publique. Casse de la justice. DGRPP. Négation du référendum de 2005. Abandon de l’état pour les États Unis d’Europe, puis pour les USA. (2015)
                    - Nous sommes en guerre contre le terrorisme, un ennemis invisible et insaisissable, inidentifiable et on a des morts. A noter que Ben Laden et Al-Quaida ne sont pas recherchés par l’Europe au 16 juillet 2008.
                    - La richesse d’internet linguistique de l’internet ne dépend que des sites que vous visitez. Aller donc la voir du côté de trucs populaires chez les jeunes pour vous en rendre compte. Des Skyblogs, du World of Warcraft, du MSN ( maintenant disponible sur portable oué ! ).
                    - La Novlangue est déjà utilisée. Regardez le best of de monsieur Lefebvre ou un portrait de Notre Bien Aimé Guide vieux de 2 ans déjà. La façon de retourner le discours, de dire et de se contredire, de changer la réalité. Quand on qualifie tout et n’importe quoi de terrorisme, quand on falsifie les citations, quand on présume coupable les présumés innocents, ...
                    - Pour HADOPI, je le voie comme les prémisses de la mise sous tutelle d’internet. Un prétexte bidon pour tester techniquement le filtrage du net. Rien que l’installation du mouchard payant de l’état pour se faire espionner, le comble du cynisme, est une invitation au servage, pour n’avoir rien à se reprocher. Justifié évidement par une noble cause, la défense des artistes, mais après ? N’oublions pas que qu’Internet est aussi un repère de terroristes (tiens les revoilà eux ), de pédophiles entre autre, mais ça, monsieur Lefebvre le lobbyiste ( en video ici ) ne l’a pas dit.
                    - Etcétéra ...

                     Nous voyons la toile par la lorgnette de notre confort français. Nous pourrions aussi déchanter nous nous posions la question de cette liberté par rapport à la version chinoise de du réseau. Sur son contrôle institutionnalisé par le parti ( unique évidement ), sur les sites interdit / bloqués et la liberté d’opinion qui y règne. Nous pourrions aussi nous poser la question de la collaboration de certaines sociétés dans la délations de blogueurs n’étant pas vraiment d’accord avec les vues du parti au pouvoir ... et de voir qu’Internet peut alors devenir un formidables outils de contrôle et de repérage de « dissidents », « déviants » face aux naïfs qui pensent être anonymes sous couvert d’un pseudonyme. Internet n’est pas neutre selon que le gouvernement le veuille ou pas. Les premières attaques judiciaires françaises afin d’avoir des IP contre Dailymotion, Youtube et Facebook vont dans ce sens.

                     Mais rassurons nous, nous sommes toujours en démocratie, nous avons le droit de vote, nos dirigeants nous aiment. Je verrais plutôt « le meilleur des mondes » comme orientation future.


                    • pendragon 24 avril 2009 14:13

                      Quand on est assez éduqué et qu’on ne ressent pas le besoin d’avoir un Grand Frère, on ne saurait craindre un personnage de roman fictionnel.


                      • Webes Webes 24 avril 2009 17:47


                        Ce n est pas encore « 1984 » mais certain pense que l on y va et a grand pas avec Hadopi !!!

                        "Rarement Nicolas Sarkozy, pourtant habitué aux coups de sang, n’était apparu aussi furieux face aux parlementaires. Ce qui laisse une question : pourquoi ?

                        Pourquoi contre vents et marées le Président de la République tient-il tant à ce texte ?

                        La réponse tient dans la suite du programme législatif, et en particulier la future loi de programmation de sécurité intérieure (LSI), sans cesse repoussée, qui prévoit une obligation de surveillance et de filtrage des contenus consultés par les internautes. Derrière la lutte contre le piratage, qui n’est qu’une façade, Nicolas Sarkozy souhaite faire entrer le cheval de Troie qu’est l’Hadopi et son obligation d’installer des « logiciels de sécurisation » sur tous les postes des foyers français. Une fois les filtres imposés sur tous les PC, ll suffira d’étendre au moment de la LSI les types de contenus ou les sites bloqués."

                        Article : http://www.numerama.com/magazine/12727-Sarkozy-en-rage-contre-le-Nouveau-Centre-et-Jean-Dionis-du-Sejour-MAJ.html



                        • vincent p 24 avril 2009 18:10

                          Bon article,

                          Par ailleurs beaucoup de gens de nos jours se répètent les uns aux autres que c’est la fin des idéologies si seulement c’était vrai. En fait nous évoluons si peu à travers tant d’idées reçus, enfin tant que cela rassure les gens.


                          • pierrot123 25 avril 2009 07:49

                            Non, pas de commentaire, merci.


                              • Halman Halman 25 avril 2009 10:53

                                « A ce titre, Internet présente un visage complètement différent, puisqu’il permet une hyperconservation de toutes les strates d’actualité. Et une accessibilité par tous, à tout moment [b]. »

                                Ce n’est pas si évident que cela.

                                On le voit bien avec Wikipedia, certains articles sont constamment modifiés par des rédacteurs qui n’ont pas la même vue du sujet. Alors comme dans 1984, l’article qui disait que l’Océania était vainqueur se transforme soudain en défaite.

                                Où est la vérité sur le net ?

                                Tout comme dans 1984.

                                Que ce soit dans la vie ou sur le net qui n’est que le reflet de ce que les gens ont envie d’y mettre, à force certains événements ou interprétations d’un événement disparaissent ou sont modifiés selon le mode de pensée du moment.

                                La preuve avec le 11 septembre, malgré les vidéos certains croient quand même y voir des missiles parce que sur le net on leur dit que c’est des missiles.

                                On le voit bien dans cette affaire et dans tant d’autres, les gens malgré le net ne croient que ce qu’ils veulent bien croire. Malgré qu’en fouillant bien on découvre sur le net des documents prouvant à l’évidence l’erreur de la pensée unique du moment.

                                Gagarine premier homme de l’espace le 12 avril 1961 ?
                                C’est pourtant sur le net et dans nos livres d’histoire, et pourtant :

                                http://jpcolliat.free.fr/x15/index.html

                                http://xplanes.free.fr/x15/listevol.html


                                • Halman Halman 25 avril 2009 10:59

                                  Regardez bien les vols de White en 1960, il a bel et bien été dans l’espace, dans un avion spatial, il a testé toute la technologie utilisée par Shepard en 1961, matériaux, combinaison de vol, moteurs XLR99, technique de rentrée dans l’atmosphère, moteurs fusées d’attitude pour le vol en atmosphère aussi raréfiée qu’en orbite, etc ; malgré qu’une certaine réglementations de technocrate ait décrété que l’Espace n’est qu’à 80 Km d’altitude.

                                  Alors où est la vérité, dans les infos officielles où dans les faits ?

                                  Le net véhicule les deux, la vérité officielle communément admise qui ne correspond pas forcement à la réalité, et les faits réels.

                                  A chacun de croire ce qu’il veut bien croire.

                                  On en revient toujours là.


                                  • dom y loulou dom 25 avril 2009 13:19



                                    « D’abord, l’Etat d’Océania maîtrise davantage ses citoyens par la destruction méthodique de tout passé historique »

                                    c’est exactement ce qu’ils font depuis 4000 ans donc.

                                    toute vérité est soigneusement empaquetée dans des tonnages de conneries, toute l’histoire qu’on nous a apprise est fausse.

                                    Par exemple le principe de l’imprimerie... juste un exemple parmi des milliers... on nous a dit qu’elle fut inventée par Gütenberg... mais elle fut seulement redécouverte... 

                                    les sumériens imprimaient avec des rouleaux d’argile gravés, le principe de l’imprimerie existait donc déjà à l’aube... et tandis qu’on nous a bassiné avec l’âge de la pierre on nous a soigneusement caché les origines réelles de l’humanité et d’où ils avaient tiré leur code génétique complet.

                                    Lisez donc le premier récit de la génèse, le texte sumérien et vous aurez compris ce qui se passe. Faites-le vite parce que les tueurs ne prennent pas de répit tandis que tant cherchent encore leur « normalité » et à faire la fête, à gagner des coupes vides dans des compétitoions stériles et de montrer leur beau visage dans les médias.



                                    Il n’y a pas de fins au crimes des anges déchus et ils en ont tant à leur actif que c’est devenue une lutte à mort... ils préfèrent apparemment tuer tout le monde que de se voir devant un tribunal.

                                    http://www.youtube.com/watch?v=1ONgnjgE90s&feature=related

                                    baryum qui tue les reins et le foie
                                    aluminium qui induit des comportements violents
                                    arsenic qui n’est plus à présenter, un vil poison
                                    et tant d’autres puissants dérégiulateurs neurologiques

                                    et la fièvre porcine maintenant... c’est un nouvel attentat contre l’humanité perpétré par ces gens. Si on ne les arrête pas on ne verra pas la fin de ces monstruosités.

                                    Les vaccins industriels fabriqués à base de mercure et ces grandes campagnes de vaccinations auxquelles on assiste sont littéralement ignobles quand on sait que le mercure détruit irrémédiablement les synapses.

                                    C’est une génération de débiles qu’ils souhaitent... les aom sont devenus bien trop intelligents à leur goût.

                                    depuis toujours leur but est de ramener l’humanité à l’état animal.

                                    http://www.youtube.com/watch?v=SeMABRCjrNk

                                    on vous conseille vivement de le regarder en entier et d’ouvrir les yeux plus avant.

                                    dans la foulée descendons dans nos plus antiques mémoires, jusqu’au tout premier texte de genèse qui nous soit donné, le rélcit du sumérien Enki nous donne toute l’histoire...

                                    http://www.youtube.com/watch?v=wiLnfyfh-3s

                                    incroyable que ces informations aient pu être retenues à tous pendant tous ces millénaires ...

                                    la faute originelle dont parle Enki par exemple... n’a juste RIEN à voir avec les mystifications débiles qui en ont été faites dans le talmud, le livre « sacré » des anges déchus ...

                                    et le récit de base a été tellement torturé et déformé que la mémoire a été transformée en cartoon d’Adam et Eve dans le jardin d’Eden... avec cette bien utile culpabilité enfoncée dans le coeur de l’humanité quand l’humanité fut surtout victime de la plus barbare des agressions et de colonisation mentale qui dure depuis 4000 ans.

                                    mais que tous les termes employés furent employés par un autre, dans leur juste contexte et dans le souci de vérité et de transmettre une mémoire qui autrement se serait fatalement perdue à jamais... est vraiment un grand mystère que nous vivons.

                                    parce que nous avons accès à ce texte seulement au moment où nous sommes sur le point de réitérer la fameuse « faute des origines » dont parle aussi Enki... seulement elle n’a rien à voir avec ce qui en a été fait...

                                    Enki ne nous parle pas de kiki trop longue ou trop courte... lol... ou de connaissances interdites ni de pommes empoisonées... pas du tout...

                                    il nous raconte comment l’humanité apparut, dans quelles mains et surtout... à quelle horreur de destruction nucléaire il assista en témoin impuissant, comme tous les « dieux » incpables d’arrêter l’horreur qu’ils avaient engendré dans leur colère contre les anges déchus...

                                    seule babylone survécut à ce cataclysme mondial qui suivit l’utilisation « d’armes de terreur » ayant engendré un vent néfaste tuant tout sur son passage d’un bout à l’autre de la planète... un vent thermonucléaire donc.

                                    Le déluge était déjà passé... là ce fut un cataclysme décidé, une destruction atomique engendrée par les « dieux ». Et il a en plus l’honnêteté parfaite de nous dire QUI étaient ces « dieux » et de les ramener à une naure ma foi... très humaine..

                                    n’est-ce pas ahurissant ? Il faut vous informer, car c’est la grande possibilité de renforcer votre être face à ces attaques répétées contre la vie que nous vivons. Votre mémoire éveillera votre ADN complète, tadis que la peur nous laisse fonctionner qu’un misérable 25% d’ADN... tout le reste sommeille encore chez la plupart.



                                    Caligula-Rumsfeld, Bush, Cheney, il faut arrêter ces assassins de masse pour les cirminels contre l’humanité qu’ils sont où on ne verra pas de fin aux horreurs commises contre nous tous.

                                     


                                    • L'enfoiré L’enfoiré 26 avril 2009 13:38

                                      @L’auteur,
                                       Vous avez complètement raison dans votre analyse. Plus on informe, moins on informe.
                                       Pourquoi ? A cause de la profusion d’info.
                                       Les rapports par l’intermédiaire d’email confirment cela.
                                       Les listes de distribution ont accéléré le mouvement.
                                       On met des dizaines de personnes en copie de ses mails par habitude. Quel est le pourcentage de personnes intéressées ? C’est la question à même pas un euro.
                                       Un vieil article que j’avais écrit pour signaler le trop plein. « Reçu ou compris cinq sur cinq ? »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès