Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Bonne fête, travailleur !

Bonne fête, travailleur !

Les mères ont leur fête au temps du muguet, la République aussi, en juillet, et même le petit Jésus a la sienne, en décembre. On leur fait des cadeaux. Des fleurs, des discours ou, quand on croit que le jubilaire a vraiment tout, en s’en fait entre nous. Chouette, les fêtes ! Etes-vous Carrefour ou Wal-Mart ?

En Amérique, où l’on a compris que se faire des cadeaux fait marcher le commerce et est le plus beau cadeau collectif qu’on puisse se faire, on a la journée de la Femme, celle des Enfants, celle des Secrétaires et bien d’autres. Comme on importe tout des USA, mais qu’on fait tout mieux que tout le monde, on finira aussi par avoir des jours de n’importe qui, puis de n’importe quoi. Une journée Lambda, par exemple, où l’on parlera des Tibétains et où l’on achètera chinois... Mais je m’égare...

Pourquoi le travail n’aurait-il pas sa fête, lui aussi ? Un jour par année, où l’on pense aux travailleurs, est-ce trop demander ? Alors on a le Premier Mai... Le problème, c’est qu’à partir d’un certain âqe, se faire souhaiter bonne fête, c’est aussi se faire dire qu’on a pris un coup de vieux. Le travail n’est plus très jeune. Il marche encore, mais... pas très alerte. Évidemment, quand on a connu Germinal et qu’on a écouté Jaurès, entendre Ségolène et se battre pour les 35 heures, ça ne donne pas le goût de courir.

Soyons sérieux. Il y a moins de travail, moins de travailleurs et la plus grande partie du travail qu’on fait, en col roulé plus souvent qu’en col blanc ou bleu, grand-papa n’aurait même pas appelé ça du travail. On vit dans une société de services, une société d’économie tertiaire, il ne reste que 16% de la main-d’œuvre en industrie aux USA. Le cambouis et la sueur sont devenus des raretés plaisamment rétro, comme le communisme. Alors on ne se retrouve plus. Il n’y a plus de prolétaires. On a fait disparaître la classe ouvrière.

Inutile de chercher le travailleur en bas de l’échelle sociale. Il a été poussé en haut par toute une horde de non-travailleurs. Les chômeurs, bien sûr, mais ça, c’est l’aristocratie des sans-travail, les temporaires. Il y a les permanents du non-travail. Chômeur un jour, mais précaire toujours... Il y a les jeunes, il y a les vieux, les non-instruits, les pas-tout-à-fait-en-santé et les pas-tout-à-fait-doués, les immigrés et les pas-tout-à-fait-français. Syndiqué et défavorisé ? Vous plaisantez ou vous voulez une baffe ?

Le travailleur marche sur du solide. Ils sont nombreux en dessous... L’image choc des travailleurs en marche, ce n’est plus une démonstration sur les boulevards, ce sont les millions de voitures de travailleurs qui avancent lentement, en rangs serrés vers l’Espagne, début août. Le grand soir, c’est chaque soir où il y a du foot. Le travailleur a réussi son entrée dans la bourgeoisie.

Solidarité ? Avec qui ? Nous sommes tous disparates, avec des intérêts différents. C’est ça, une économie tertiaire. La lutte des travailleurs peut-elle être celle de ceux qui ne travaillent pas ? Comment être avec les exclus, quand on a tellement peur de sortir ? « Diviser pour régner ? » Même pas, juste laisser l’égoïsme et la paresse faire leur œuvre, dans une société où il y en a assez pour que ce qui leur manque ne manque pas vraiment à ceux qui ont peu.

Ne cherchez pas le travailleur en bas. Ne le cherchez pas à gauche non plus. Sans solidarité, il n’y a plus de gauche. Il ne reste à gauche que quelques théoriciens et des journalistes qui bloquent le passage, pour qu’on n’aille pas trop loin. Pour qu’on ne tombe pas dans le vide, ou pire, qu’on ne découvre pas que la terre est ronde et qu’on ne se retrouve pas à droite.

Le travailleur a trouvé sa place dans le monde de l’abondance. Elle n’est ni en bas ni à gauche, juste un peu à l’écart. Presque tout le travail qu’on fait est d’une utilité douteuse et, sans le dire, on pense que l’assistanat vaut bien le travail dans un monde de loisirs. La moitié de la richesse nationale appartient à 5% de la population, mais pourquoi se plaindre ? C’est bien pire ailleurs. 38% de la richesse aux USA appartient à 1% de la population, la moitié de l’humanité vit sur 1 euro par jour et 1 000 000 d’enfants meurent de faim ou de malnutrition chaque mois.

La réalité, c’est que l’on n’est plus une population démocratiquement gouvernée mais un cheptel judicieusement exploité, mais cette idée n’est vraiment troublante que si on y accorde trop d’attention. Il suffirait d’une décision politique pour que le niveau de vie du travailleur moyen double en quelques mois... mais serait-on plus heureux ? Et ils feraient quoi, les riches, si tout le monde avait tout ? Vous imaginez la queue, chez Fouquet’s ?

Allez, il n’y a plus de travailleurs, nous sommes tous des travailleurs. « Liberté, c’est une marque de yaourts » et l’Internationale est une chaîne d’hôtels. Souhaitons-nous bonne fête, oublions nos rides, soufflons les chandelles et trinquons. Nous sommes là pour trinquer.

Pierre JC Allard


Moyenne des avis sur cet article :  4.76/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • jack mandon jack mandon 1er mai 2008 12:29

    @ Pierre JC Allard

    Bonne humeur, humour et réalisme, à la vôtre.

    Ce premier Mai est aussi l’occasion d’affirmer notre identité et notre originalité.

    Même si ce n’est qu’une vue de l’esprit, l’essentiel est d’y croire.

    J’ai le souvenir du Paris des années 50 qui chantait le muguet et la fête populaire.

    Bien cordialement et merci pour votre article qui sait prendre du recul

    Jack Mandon


    • JL JL 1er mai 2008 19:56

      PJCA, j’approuve ce billet désabusé, mais je pense qu’il y a encore des travailleurs. De moins en moins peut-être mais ceux-là sont de plus en plus exploités. Les jeunes le sentent. Vous devez savoir que les jeunes gens détestent se sentir exploités.

      C’est pourquoi les jeunes des pays occidentaux refusent le travail, viennent grossir les rangs des Rmistes cependant que les exploitants de MO clandestine ont de beaux jours devant eux. En France, l’objectif de 25 000 reconduites à la frontière serait paraît-il dérisoire par rapport aux entrées illégales. Un peu comme les saisies de drogue par rapport à ce que les dealers écoulent.

      Le partage du travail est de toute évidence contraire aux intérêts des employeurs. Un bon consommateur est un mauvais travailleur, et réciproquement, pour de multiples raisons qu’i l serait passionnant de développer.


      • Rosemarie Fanfan1204 1er mai 2008 20:42

        JL a raison.... mais en plus vous n’avez pas tort PJCA.

        Le 1er dont Jack nous parle fait poartie des souvenirs des anciens.

        Biens à vous PCJA


        • jack mandon jack mandon 3 mai 2008 14:42

           

          @ Fanfan la tonique


           

          Merci Fanfan, d’un seul jet, me voici rassuré, je suis un ancien et un rêveur, c’est un fait tout simplement, je m’en accommode le coeur content.

          A l’occasion, si vous avez un peu de temps, mais aussi le désir, j’aimerais que vous jetiez un oeil sur mes quelques papiers...et si je pouvais connaître votre avis aux hasard de commentaires critiques, j’en serais très heureux...le cruel déficit de femme me pèse un peu sur le site.

          Issu d’un milieu simple, j’ai une vie en parfait accord avec mes origines, mais dans l’esprit et le coeur, j’ai choisi un bonheur royal, celui d’un poète parfaitement inconnu, mais très heureux de vivre... entre lac et montagnes.

          Comme Alexandre le bienheureux, je ressens la vie comme les grandes vacances de mon enfance...du côté du Grand Meaulnes.

          Si vous me trouvez provocateur, c’est tout à fait involontaire de ma part.

          A bientôt peut être

          Jack

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès