Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Bonsensisme, entre Capitalisme et Communisme ?

Bonsensisme, entre Capitalisme et Communisme ?


Le Communisme n’a jamais pu être appliqué, le Capitalisme montre ses limites, pourquoi ne pas essayer de réfléchir à un autre système ?

Peut-on créer de la richesse, pour faire vivre le capitalisme, ou simplement partager l’existant entre tous comme le propose, mais ne le fait pas le communisme.
Le Bonsensisme : Un système qui assure une vie décente aux plus faibles en laissant les plus forts faire « ce qu’ils souhaitent » dans un cadre qui ne bloque que leur capacité de nuisance.

Pourquoi le Bonsensisme ?

En fait je me suis aperçu que la CREATION de richesse est un mensonge que la plupart des gens avalent sans même y réfléchir. Sur notre terre, la richesse globale est finie, au sens scientifique : le volume d eau, de terre, de minéraux n’augmente pas, quelques tonnes de météorites tombent chaque année, compensées par les tonnes de satellites qui vont se perdre dans l’univers.

Par conséquent, lorsqu’un individu s’empare de biens, c’est toujours au détriment de quelqu’un d’autre ( ex aux USA, comme en Australie, les biens qui permettaient aux indigènes de subsister ont progressivement été accaparés par des immigrants arrivés là les poches vides la plupart du temps !).

On peut facilement en conclure que lorsque quelqu’un devient riche, d’autres forcément s’appauvrissent ou disparaissent comme dans le cas de l’Allemagne durant la deuxième guerre mondiale.

L’homme essaye toujours de s’enrichir, d’améliorer son confort, de se rendre la vie plus facile, on ne peut pas lui reprocher, mais on doit avoir à l’esprit, que quelque part, le plus souvent dans la nature la richesse détruit quelque chose (des arbres pour les charpentes des maisons, des tonnes de terres remuées pour les rubis du bracelet de madame, des barrages inondant des zones cultivables immense pour faire fonctionner les téléviseurs, machines à laver, usines.... )

Le Communisme voulait que tout appartienne a tous, mais on a rapidement vu la limite car sans espoir d’amélioration de sa condition de vie, l’individu fait le minimum, voire souvent moins que le minimum et seul les moins doués ou ambitieux ne se plaignent pas !

 Le Capitalisme, c’est l’inverse, chacun essaye de faire mieux que son voisin, une plus belle maison, plus grande, une plus belle voiture, une plus belle femme, quitte à ce qu’elle soit à 50% en silicone, bref c’est une compétition permanente qui malheureusement atteint parfois les sommets de l’imbécilité (ex : Michael Jackson).

Libre à quiconque de penser autrement que moi, mais il me semble que la paix et la stabilité dans notre monde doit s’inspirer des deux systèmes qui ont échoué et trouver une solution intermédiaire.

 Le monde est fait de gens très intelligents, mais aussi d’autres, malheureusement moins bien servis par la nature qui ne peuvent pas lutter seuls contre les ambitieux. Ne rien faire reviendrait à cautionner l’esclavage.

 Le Nouveau système DOIT protéger les plus faibles et leur procurer une vie décente, il ne doit pas par contre interdire aux plus doués d’évoluer pour améliorer leur quotidien. Par contre le système doit fixer une limite au delà de laquelle le profit devient inutile ? ( ex à quoi peut servir un revenu de plus de 1000 euros par jour ? ).

 Bien souvent ces très hauts revenus alimentent des groupes de pression ou des hommes politique dans le but de gagner ENCORE PLUS, pour quoi faire ? Pour le montrer à son voisin, à la presse mondiale, on a de nombreux exemples qui nous prouvent que cela n’amène rien au reste du monde, seul l’ego de l’individu en profite !

 Au risque de faire hurler certains je prétends que le SEUL moyen de lutter contre la pauvreté consiste en la lutte contre la richesse excessive, toujours inutile !

 Le gros problème est de fixer ce seuil maximum, un référendum pourrait donner une moyenne à réajuster en cas de très grande divergence ?

 Pour finir dans ce nouveau système, l’éducation , la santé doivent être gratuites et accessible à TOUS, sans aucune exception, les transports doivent aussi être régis à tous les niveaux par les régions, les nations.. pour permettre la libre circulation de tous avec un minimum de pollution.

 Certains diront aussi que les entreprises fuiront un tel système ? Ce n’est pas si sûr puisque le pouvoir d’achat global restera , à peu près le même, et pourquoi ne pas faire comme Chavez qui propose de confisquer les usines qui ne produisent pas les biens nécessaires au pays ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.17/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

98 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 28 décembre 2009 10:17


    « Bonsensisme, entre Capitalisme et Communisme ? »

    Pourquoi ne pas opter franchement pour un authentique capitalisme anthopocentrique et philanthropique ?


    • Gandalf Tzecoatl 28 décembre 2009 13:15

      Cela serait effectif si une sur-accumulation de richesses individuelle devient néfaste à soi-même.


    • non667 28 décembre 2009 17:54

      à J P L
      Séduisante utopie qui oublie la réaction des adversaires capitalistes et communistes ( même moribond , ils ont encore du pouvoir ) Avant de batir il faut les démolir rapidement , si on attend que le capitalisme s’écroule de lui même, comme c’est prévisible ,comme pour le communisme, cela prendra trop de temps et la relève ne sera pas plébéienne mais plutôt une « dictature »chinoise.
      N.O.E. Français E. Un projet« français » sera scié dès le départ parce que traité de franchouillard =pétainiste =raciste = antisémite =nazi = négationiste !!
       La France n’est pas prête , un parti NOEFE recueillera au maxi 20% (2002 ) et je ne vois pas quel évenement pourrait réveiller les français ! peut être internet si on ne nous le muselle pas.
      bon courage !!


    • Defrance Defrance 29 décembre 2009 10:33

      Non, pas anthropocentrique , ni philanthropique , je pense qu’il faut laisser l univers a sa place et se concentrer a ce qui se passe sur notre planète Terre , là ou vit l’homme au milieu de la nature qu’il détruit jour après jour sans se soucier du futur ? Pour ce qui concerne les Philanthropes, ils ne le sont QUE POUR SE DONNER BONNE CONSCIENCE, voire même pour éviter le lynchage au cas ou cela tournerait mal !


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 29 décembre 2009 15:44

      Erratum

      « anthropocentrique »

      (mieux vaut tard que jamais)


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 29 décembre 2009 15:56

      Defrance (xxx.xxx.xxx.189) 29 décembre 10:33

      Magnifique démonstration de la qualité de votre bon sens ! ! !


    • kitamissa kitamissa 28 décembre 2009 11:05

      c’est du mâtiné Sainte Ségolène ( le bonsensisme) avec du Marie Georges Buffet ,avec une pincée de Besancenot et une larme de Arlette Laguiller ....

      celui qui gagne plus de 1000 € par jour,c’est basé sur quels critères ? de toute manière,celui qui perçoit cette somme journalière paye des impôts en conséquences et emploie du personnel ....
      et ces1000€,c’est quoi,des recettes ? un medecin,un dentiste,un boulanger,un garagiste etc....encaissent facilement cette somme quotidiennement !

      quand à choisir Chavez comme exemple......laissez moi rire doucement !

      c’est un article de gamin de 14 ans ce machin !


      • denis84 28 décembre 2009 11:21

        et notre probleme et bien là

        on manque cruellement de gamins de 14 ans comme celui là !!!!!!!


      • denis84 28 décembre 2009 11:23

        « notre probleme EST bien là »

        mille excuses


      • sleeping-zombie 28 décembre 2009 15:04

        Un boulanger a 1000€ par jour ? tu vis où là ?


      • Defrance Defrance 28 décembre 2009 18:18

        C’est du mitaclé, comme on dit en PICARD, de rien du tout ! Depuis 1970 je vote contre quelqu’un, Jamais pour ! Et pas plus pour Segobiroutzy que pour le facteur ou le Buffet qui prêchent dans le désert. Ces gens, comme ceux qui nous gouvernent veulent LA PLACE, rien de plus ! J ai voté pour tenter d’eviter que la France soit gouvernée par un malade dont l ÉGO explose un peu plus chaque jour, les autres n étaient pas mieux, seulement moins fascisants ?

         J ai indiqué 1000 € en référence a ce que je touche avec ma retraite qui me suffit, bien qu etant loin des 1000 € .Vous vous trompez, certains de cette tranche ne payent PAS d impots grâce au lois de Robien et la suite ils achètent les maisons des plus pauvres qui ne peuvent plus payer leurs crédits, qu’ils font améliorer AU NOIR et percoivent ensuite des loyers. exonérés ! De plus je demanderai un référendum NATIONAL pour sonder tous les Français sur le sujet !

        Vous devez vivre dans le XVI ème ou le 92 pour avir de tels boulangers ?

        Pour finir, je ne suis pas un adepte de Chavez, que je connais mal, mais sa récente décision d exproprier TOYOTA qui ne veut pas produire les véhicules nécessaires au pays va dans le bon sens, tout comme la nationalisation du pétrole !


      • Alpo47 Alpo47 28 décembre 2009 11:19

        C’est plein de bon sens ... Même si les « détails » restent à déterminer.
        Un seul souci : toutes les décisions sont imposées par les ultra-riches. Je ne les vois pas couper la branche sur laquelle ils sont assis, DE LEUR PLEIN GRE.


        • denis84 28 décembre 2009 11:31

          On pourrait les aider , c’est l’interet des élections

          Mais pour que ça marche il faudrait d’abord supprimer la télé et la presse « de masse » et se consacrer pendant un ou deux siècles à reconstituer des générations de gens capables de réfléchir , pour remplacer ceux que la propagande officielle a insidieusement lobotomisés

          Car sans gens « de bon sens »,le « bonsensisme » ne peut fonctionner


        • Trashon Trashon 28 décembre 2009 11:56

          Alpo, la minorité que représente les ultras riches à compris que l’union faisait la force, ce qui est loin d’être le cas de majorité des autres..... ha bon sens quand tu nous tient (ou pas).


        • Lemaïsjekiff Nestor 28 décembre 2009 12:41

          Salut Trashon,

          "Alpo, la minorité que représente les ultras riches à compris que l’union faisait la force, ce qui est loin d’être le cas de majorité des autres..... ha bon sens quand tu nous tient (ou pas)."

          Oui ils l’ont bien compris que l’union faisait la force, c’est pour ça qu’ils tendent sans cesse de nous diviser avec de l’actualité d’ordre secondaire. L’actualité première n’est pas → la précarité, le chômage qui augmente, les niveaux de vies qui baissent , la pauvreté qui accrue à grand pas, → non c’est pas ça qui fait la une des médias, ce qui fait la une des médias c’est ce qui est le plus propice à nous divisé.


        • Defrance Defrance 28 décembre 2009 17:41

          Bien sur que cet article est caricatural et incomplet,, voir même un peu provocateur je n ai pas la prétention de réaliser un tel système seul, mais de leur PLEIN GRÉ ou pas, il faudra bien qu’ILS laissent un bout de la branche sur laquelle ils sont assis, AVANT de s y voire accrochés avec une corde ? Tous les abus mènent a l explosion, ce n est qu une question de temps, d ailleurs vous vous êtes surement rendus compte que des « brigades spéciales » sont en cours de formation ? Pour quelle raison a votre avis ?


        • Christian Delarue Christian Delarue 28 décembre 2009 17:57

          Le propos de Trashon sonne-t-il le bon sens commun ou est-il fort d’une portée critique qui va au-delà du bon sens commun ? Différents auteurs confirme son propos qui a valeur de vérité.
          Ma proposition :

          Bouclier social : Baisser les revenus des uns, augmenter les salaires des autres.

          Eléments pour une politique salariale et fiscale de classe en France. suite de I et II (*)

          Il s’agit de mener une politique salariale et fiscale qui s’appuie sur les considérants politiques dégagés précédemment en I et II ci-dessous. Le texte 1 est lle cadre général, le texte 2 une théorisation intermédiaire. La question du contenu du patrimoine immobilier et mobilier n’y est pas intégré pour mieux dégager l’orientation proposée mais il est évident qu’il importe de prendre en compte.

          Le texte III est à écrire collectivement, notamment sur des prérequis tels que la nécessité de prendre des mesures pour réduire les taxations sur la consommation, et donc à terme abolir la TVA. Mais certaines taxes méritent d’être maintenues. C’est au débat démocratique de trancher sur la base d’une discussion ouverte et argumentée. De même, on va ici faire l’impasse sur la présence ou non de service public alors qu’il s’agit d’une différence de situation très importante entre deux pays qui par ailleurs peuvent avoir une distribution des revenus similaire. C’est là un fait avéré, démontré.

          Passons à des rudiments qui fournissent la ligne d’une politique de classe en matière de pouvoir d’achat.

          1 - Pour les nantis (revenus mensuels supérieurs à 8500 euros) : réduction des revenus avec fixation d’un maximum (8500 ? 10 000 ? 13 000 euros par mois ?), plus forte ponction fiscale. La ponction la plus forte commence par les plus riches et descend progressivement . Recherche internationale des prédateurs économiques et financiers. Mesures structurelles en plus.

          2 - Pour les travailleurs aisés (revenus entre 3000 et 5000 euros par mois) : blocage des revenus, ponction fiscale moyenne.

          3 - Pour les prolétaires à moins de 3000 euros par mois : bouclier social : Augmentation des salaires de tous et et toutes pour les moins de 2600 euros. Très faible imposition des revenus et autres impositions.

          4 - Pour les sous-prolétaires (moins de 1200 euros) : Aucune imposition, forte augmentation de salaire.

          Outre l’augmentation du SMIC et des minimas sociaux, pourquoi ne pas inventer un revenu de mi-carrière pour ne pas en rester au SMIC ou un peu plus toute une vie.

          Christian Delarue

          CA d’ATTAC France

          * Rappel des I et II :

          I. Le dévoilement des dominations globales

          http://www.france.attac.org/spip.php&nbsp ;?article10262

          II. Les deux alliances de couches sociales au sein du peuple-classe à renforcer

          http://www.france.attac.org/spip.php&nbsp ;?article10263

          Y figure la division en 4 grandes couches sociales

          4 - LES NANTIS : Ils sont entre le peuple-classe et la bourgeoisie ; ce sont les dirigeants de sociétés anonymes. Il gagnent de 8500 euros à des sommes exorbitantes. En fait, ils sortent rapidement du peuple-classe pour passer dans la classe bourgeoise, celle la plus collectiviste qui est prêt à tout pour défendre ses intérêts, ses privilèges et ses pouvoirs.

          3 - LES TRAVAILLEURS AISES : ils appartiennent au peuple-classe. Ce sont les cadres, les indépendants et le petit patronat. Ils gagnent entre 3200 et 5000 euros. Ils gagnent beaucoup moins que les riches, les nantis.

          2 - LES PROLETAIRES : Ils épuisent leur revenu mensuel en fin de mois ou pour les « plus aisés » arrive à épargner modestement. Ils gagnent tous moins de 3000 euros par mois. La zone frontière supérieure du prolétariat tourne entre 2600 et 3200 euros par mois selon les situations, les modes de vie et les lieux de vie.

          1 - LE SOUS-PROLETARIAT : Ils gagnent moins que le smic. Ils peuvent travailler et être pauvre. C’est la honte des pays riches.


        • Philippe D Philippe D 28 décembre 2009 18:09

          Joli programme !  smiley
          Comment rendre tout le monde pauvre en 2 ans chrono.
          Et sous le contrôle d’une police économico-politique.

          Ça doit être une blague.  smiley


        • Defrance Defrance 28 décembre 2009 18:21

          Personnellement je vis sans TÉLÉ depuis 10 ans ! Vous ne pouvez pas imaginer ce que ca fait !


        • Defrance Defrance 29 décembre 2009 10:41

          Thrashon et Nestor ont parfaitement raison, la « BOITE A ENCONNARDER » comme le disait si bien Philippe Noiret me semble t-il tourne a plein régime ! Il n y a pas de SDF qui meurent de Froid, pas de déplacés par les guerres incessantes en Afrique et au Moyen Orient, mais seulement Ah Que le Belgo-Suisse, victime d un « boucher Français » qui est Sauvé par un médecin Yankee ! et Miss Paris a poil a l issue de son plein gré


        • Defrance Defrance 29 décembre 2009 14:13

          Merci Denise84 de la part du gamin de 4X 14 ans et demi !

           Vous suggérez les élections, mais je pense que comme moi vous vous etes rendu compte que les « tetes de gondoles » qui se présentent sont sponsorisées par la finance et la presse et que vous comme moi , malgré le mot démocratie, vous n avez aucune chance ?


        • Myriam 5 janvier 2010 17:41

          Pauvres ? Non. Comment rendre tout le monde capable de vivre normalement et dignement. Seuls les riches seraient moins riches. C’est clair que pour certains, en dessous de 5000 euros par mois, c’est de la pauvreté....


        • Defrance Defrance 6 janvier 2010 11:34

          Bien sur, ce programme serait a construire avec la majorité des citoyens, par referendum, jamais par décisions unilatérale qui serait, a juste titre vue comme du fascime rampant  !


        • Philou017 Philou017 28 décembre 2009 11:33

          Hé oui, le bon sens....
          Il est vrai que dans les politiques appliquées depuis 30 ans, le bons sens est bien absent, de même que dans la réflexion sur les systèmes de société.

          C’est parce que les médias sont passés d’instrument de défense des intérêts acquis, à celui de guerre aux idées et plus loin aux ambitions légitimes des peuples.
          C’est à dire qu’ils ont réussi à instituer la pensée unique dans bien des domaines : mondialisation (libérale), économie (libéralisme, consommation à outrance), idéologique (idéal=libéralisme), sociétal (individualisme), etc....

          Le débat ayant disparu dans la tête de nombreux citoyens, reste plus que les options des pouvoirs en place que le citoyen accepte avec fatalisme.

          Le bon sens, c’est de sortir de ce système qui nous uniformise et nous anesthésie.


          • Bardamu 28 décembre 2009 11:39

            J’approuve pareil article, ce malgré son angélisme !

            George Orwell dénommait ce « bonsensisme » la « Common decency » -traduire par la décence commune !
            La décence commune consiste en un minimum d’authentiques civilités, d’obligations de participer au bien-être de tous.
            C’est un individualisme sublimé, où l’homme avant de s’installer à la table-monde, daignera, à tour de rôle, y mettre le couvert, passer les plats, et désencombrer l’endroit de toutes ses ordures, si ménagères soient-elles.

            Mais j’ajoute, à l’encontre d’une certaine ingénuité :

            « Et puis, s’il ne veut pas s’acquitter du minimum notre bonhomme, eh bien, ce sera : »privé de repas, et va bouder dans ta chambre-Etat ! Tu reviendras dans le monde quand tu seras calmé !"

            Ainsi, je vois assez bien les Etats-Unis, d’emblée privés de dessert, moi !... et de corvée de vaisselle jusqu’à la fin des temps !


            • décurion 28 décembre 2009 11:56

              @ l’auteur,

              Vous écrivez :
              « Le Communisme voulait que tout appartienne a tous ». Pourtant, votre article débute par un constat qui est que : « Le Communisme n’a jamais pu être appliqué ». Il est clair que vous qualifiez de la même façon l’écriture et son application concrète qui fut un capitalisme d’état contraignant.
              Cette erreur d’appréciation, vous entraîne à vouloir comparer les mérites d’un capitalisme d’état et celui d’un capitalisme privé, pour trouver une solution intermédiaire. Il me semble, compte tenu des buts recherchés, que cette méthode est vouée à l’échec.
              Le génie humain, consiste à tirer parti du savoir, de l’expérience et du besoin, mais ce génie, ne peut aller au delà de la connaissance humaine, et le don de création nous échappe, c’est pourquoi, les différentes Utopies conçues comme rejet du système, ont échouées.
              Sans mettre en cause la sincérité du but recherché, je trouves, que vous commettez quelques erreurs, de nature à fausser les résultats.
              Ainsi :
              « Le Nouveau système DOIT protéger les plus faibles »
              "le système doit fixer une limite au delà de laquelle le profit devient inutile « 
               » le SEUL moyen de lutter contre la pauvreté consiste en la lutte contre la richesse excessive, toujours inutile !"
              Sur cette base, il y a gros à parier, qu’après une révolution complète, nous revenions au même point.


              • décurion 28 décembre 2009 19:10

                En l’absence de réponse de l’auteur, ou de contre-commentaires, je vais développer.
                Je trouves aberrant, que s’octroyant les privilèges d’un créateur d’Utopie, l’auteur réserve un sort particulier pour les plus faibles. N’était il pas plus logique, que dans la construction d’un monde plus juste, il n’y ait plus de « plus faibles » ? Pourquoi reconstruire un monde, avec les inégalités de l’ancien ? Soit l’auteur, a l’esprit pollué par des séquelles de discours prosélytes, soit il pense vraîment que certaines personnes sont par nature inaptes à un certaines fonctions, et dans les deux cas, il faut remettre le « bonsensisme » en reconstruction, puisqu’il ne peut y avoir d’actes justes sans esprits justes.
                Ensuite, il me semble évident, que pour construire un monde plus juste, il faut commencer par établir une liste des injustices en commençant par les plus flagrantes, dont il convient de se prévenir définitivement si faire se peut. Quelque soit les « solutions » que l’on adopte, elles ne doivent pas conduire, à remettre à l’honneur l’une ou l’autre injustice, dont on veut se débarasser.
                Vouloir limiter les profits, n’est pas une solution valable, d’une part, parce que les outils à mettre en oeuvre serait la fiscalité, qui est elle aussi une injustice ( à n’utiliser qu’avec parcimonie) et d’autre part, cela n’aurait aucun effet direct sur les bas revenus.
                Il serait bien plus efficace de fixer constitutionnellement un écart définif entre les bas et les hauts revenus. Ainsi pour une échelle de revenus de 1 à 5 ( 400 à 2000 ) nul ne pourrait légalement s’octroyer plus de 2000 €uros, sans provoquer une remise à niveau de tout les revenus.
                Sur le dernier point, lutter contre la pauvreté en luttant contre la richesse, le fait est qu’il n’y a pas de lien de vases communiquants entre la pauvreté et la richesse. Entre le riche et le pauvre, il y a l’état, dont la gestion des deniers publics s’esr révélée etre catastrophique, pour tous.
                Donc prendre aux riches pour donner à l’état, n’est pas la solution, et il faut trouver d’autres remèdes qui ne passent pas par la fiscalité.


              • Defrance Defrance 29 décembre 2009 19:24

                Je suis d accord que quel que soit le système, il faut TOUJOURS une révolution, voire pacifique et que cette « Révolution » est Quasiment perpétuelle tant l humain cherche toujours a tirer la couverture pour soi .

                Le Capitalisme, d’état est toujours parasité par un Capitalisme privé qui "engraisse quelques uns ! 

                Le Capitalisme privé lui ne VEUT PAS de limite, même largement au dessus de ses besoins.

                Imaginez un seau d’eau pour 2 personnes en plein désert, il est évident que si un des deux, le plus fort ou le plus ruse se l’accapare seul, le second va crever de soif rapidement alors qu’il restera plusieurs litres dans le seau quand le survivant sera secouru ?


              • foufouille foufouille 28 décembre 2009 12:06

                1000/j = 365000/an
                on est loin des gros salaires, tres loin
                la race humaine est compose de moutons et de quelques chefs de troupeaux
                le seul systeme est la famille etendue, genre la tribu, pour les besoins vitaux


                • Defrance Defrance 29 décembre 2009 19:32

                  Je sais que l on est bien loin des très gros REVENUS , qui généralement n’ont pas de salaire !

                  Vous avez raison, le système originel de la tribu était probablement beaucoup plus humain que nos systèmes sophistiques actuels, le seul souci était de se battre pour voler les femmes des tribus adverses afin d éviter la consanguinité !


                • Defrance Defrance 6 janvier 2010 11:58

                  Lisez cela, écrit en 1762, utopiste, bien sur, mais plein de bon sens ?

                  http://expositions.bnf.fr/utopie/cabinets/extra/antho/18/9.htm


                • JL JL 28 décembre 2009 12:13

                  Vous dites : «  ... le SEUL moyen de lutter contre la pauvreté consiste en la lutte contre la richesse excessive, toujours inutile ! Le gros problème est de fixer ce seuil maximum »

                  Je ne crois pas que ce soit un problème de seuil : pour avoir du sens, l’impôt doit être progressif. La progressivité exclut la notion de seuil maximum.

                  Imaginons une répartition des revenus d’une part, un budget prévisionnel d’autre part. Une simulation de la fonction choisie permettrait d’ajuster les paramètres.

                  Faites l’expérience de pensée suivante : fixez une chainette avec une punaise sur un plan horizontal. Soulevez cette chaînette par l’autre bout et fixez là à l’extrémité supérieure d’un crayon planté verticalement sur la table.

                  Vous avez devant les yeux un modèle « idéal » de la répartition des revenus impôsables, l’assiette. (Je mets idéal ente guillemets pour une raison pas forcément évidente mais légitime).

                  La surface entre la chaîne, le bureau et le crayon représente la totalité des revenus imposables (par intégration de la part imposable de chaque revenus).

                  Prenons une deuxième chainette de même poids linéaire et fixons là au même endroit que la précédente.

                  La manip consiste à soulever l’autre point de la deuxième chaînette pour obtenir une figure dont la surface de la partie située entre les deux chaînettes et le crayon soit représentative du montant total des impôts à percevoir.

                  Il y a deux paramètres à régler : la tension de la chaînette d’une part, et la hauteur du point de rencontre avec le crayon d’autre part, et par conséquent, la longueur qui dépasse le crayon (chaînette trop longue) : ce point sera représentatif du taux d’impôt maximum.

                  On le voit, le taux maximume est variable et déterminé par les besoins.

                  La tension sur la deuxième chaînette se règle de la façon suivante : il faut faire en sorte que nulle part elle ne passe au-dessus de la première.


                  • JL JL 28 décembre 2009 13:44

                    Bien entendu, l’aire comprise nentre les deux chaînettes est ce qu’il reste « après impôt » aux contribuables, sur leur part imposable.

                    La part imposable peut être calculée ainsi : revenu total diminué de n fois le montant du smig, n étant le coefficient familial.

                    Ainsi, un célibataire au smig ne paira rien. Une famille de smicards bénéficiant de minima sociaux non plus. Et le coefficient familial étant opérant de la même manière pour tous ne sera plus une niche fiscale.

                    Oui, le coefficient familial est une niche fiscale puisqu’il revient, pour l’Etat, à contribuer bien davantage par le biais de la réduction d’impôts pour les enfants de familles riches qu’il ne le fait pour les fenfants de familles pauvres avec les AF.


                  • Defrance Defrance 29 décembre 2009 13:58

                    Merci, belle démonstration, mais actuellement ce n est pas un crayon, mais la Tour Eiffel qui est sur un bout de la chainette et je continue a penser que bien sur l’impôt doit être progressif et exponentiel a partir d’un certain seuil ?

                     Ne pas empêcher de travailler plus, mais taxer a prés de 100% au delà de ce seuil a définir PAR LE PEUPLE ! Certain pourraient même dire que ce serait de la philantropie obligatoire .


                  • JL JL 29 décembre 2009 22:58

                    @ Defrance, je crois que nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde au sujet de l’impôt : pour moi le bouclier fiscal est une entrave aussi inique qu’une limitation des revenus. Le système que je propose se situe entre les deux inepties : pas de limitation des revenus mais pas de bouclier fiscal et une progressivité ad libitum qui ne lèse personne particulièrement : la progressivité est sans faille.


                  • Defrance Defrance 6 janvier 2010 12:10

                    @Jl

                    Non, je me suis probablement mal fait comprendre, l impôt, la taxe doit être progressive, pas de bouclier fiscal, pas de limite, mais une augmentation NON LINÉAIRE au delà d’un certain seuil (a déterminer) . Une courbe au profil Y =X² serait le bon exemple ?


                  • Lemaïsjekiff Nestor 28 décembre 2009 12:25

                    Bonjour,

                    Bonjour deFrance,

                    « Libre à quiconque de penser autrement que moi »

                    Libre à quiconque de penser comme toi, j’en prends la liberté.

                    Un bon article.

                    En fait, le but est que tout le monde ai une vie décente. Au début peut importe le système enfin presque (pas de fafs), pour le reste on fignolera après, au fur et à mesure que l’on avancera dans ce sens. 

                    Sinon, pourquoi ne pas instaurer un salaire Maximun style le SMIC.
                    Ex : les salaires ne peuvent être supérieur à 10 000 Euros par mois, c’est juste un exemple !

                    Et oui, moi aussi j’ai 14 ans !


                    • Defrance Defrance 29 décembre 2009 09:20

                      @Nestor

                       Erreur, pas un salaire, un REVENU ! La plus part des ultra riches n ’ont pas de SALAIRES ?

                       Merci ca fait du bien sde se retrouver entre gamins de 14 ans , déjà a la retraite !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès