Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Burqua : un argumentaire approximatif, … peur de mieux

Burqua : un argumentaire approximatif, … peur de mieux

 Le débat sur la burqua s’enlise. Jusqu’à quel point les signes ostentatoires et l’affirmation culturelle (ou religieuse) sont-ils acceptés chez nous ? Le voile oui, la burqua, non. Une ou deux burqua, pourquoi pas, des dizaines, non. Le choix individuel, oui. Le contrôle social, parental, ou matrimonial, non. La laïcité à l’école, mais la rue est un « espace privé ». Non à la burqua à l’hôpital, à l’école, oui chez soi. Non à la burqua, oui à la kipa. Une croix cachée sous le chemisier, oui. Un pavé en or racontant le supplice du Christ, non. Le voile, non. La perruque qui cache le crâne rasé, oui. C’est une question d’esthétique, d’eumétrie, de citoyenneté, de liberté ou de libre arbitre, et j’en passe… Le flou reste absolu, on nage dans l’approximatif, le sentiment ou le ressentiment. … On veut et ne veut pas.

Nul doute que le problème est complexe, parasité par des arrière pensées, des craintes, des non dits, du dressage référant au correct. Des peurs aussi : peur de racisme, d’intransigeance, d’extrémisme (laïque, religieux, politique).

D’intolérance.

Et si on renversait la donne. Si on acceptait que désormais, de nos signes distinctifs, une infime minorité soient religieux. Que le post modernisme est aussi du post religieux. Que chez nous, la mini-jupe, les chevaux colorés, les bas moulants, le string, les tatouages, les cravates et les caleçons polycolores nous distinguent autant que la croix, la kipa ou le voile. Que la pilule est aussi culturelle que le cacher. Que nous sommes une société multi signaux et appartenances, comme l’est Israël : le bikini côtoie les bouclettes des loubavitch. Que les caractéristiques de notre appartenance, nos signes distinctifs culturels sont tous ceux là à la fois, tout comme l’intégration de l’homosexualité, le langage cru, la vacuité de notre télé, les seins nus à la plage, etc.

Dans ce monde globalisé et non plus fragmenté et étanche, dans ce monde des voyages express ou l’on change de continent et de pays comme de chemise, la seule règle possible est celle de la réciprocité.

En Malaisie, la burqua me choque peut-être mais ne me dérange pas : les mini jupes des chinoises et les sari des indiennes créent une harmonie, comme en Israël : les fondamentalistes y crient peut-être au scandale mais une transsexuelle a remporté Eurovision. C’est comme chez nous. Le curé peut toujours préférer les costumes sombres, et des robes longues, mais il accepte un punk troué de partout ou un motard farouche (ça existe) qui va au confessionnal.

Le jour où à Riad une femme pourra, sans craindre les foudres de la loi islamique ou le jet de pierres des fervents défenseurs de l’orthodoxie sectaire (c’est oxymore mais c’est vrai), le jour où elle pourra conduire sa voiture et faire ses courses toute seule, le jour ou dans une famille musulmane une fille sera voilée et l’autre en mini-jupe (aujourd’hui c’est l’un ou l’autre) serons nous peut-être moins effarouchés.

La réciprocité se bâtit, dans les relations internationales, par des accords bilatéraux ou des conventions. Allons-y. Exigeons à nos gouvernements, au lieu de discourir avec des arguments foireux, d’exiger la reconnaissance de l’autre et de nous mêmes : que les signes distinctifs, culturels ou religieux des uns et des autres soient respectés par des accords : Nous acceptons la burqua, vous acceptez le string. Ca ne vous plait pas ? Ca ne plait pas non plus à nos propres religieux, mais ils l’acceptent. C’est pour cela qu’on les tolère…


Moyenne des avis sur cet article :  3.35/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

86 réactions à cet article    


  • souklaye souklaye 22 juin 2009 11:15

    L’appartenance, quelle qu’elle soit, cultive la fierté épidermique, la culpabilité mémorielle et la paranoïa territoriale pour justifier que les Droits de l’Homme sont une chose, mais que la nation en est une autre.

     

    Le commerce identitaire fabrique des sentiments économiques et une religion patriotique sur mesure, fonction du taux de natalité des étrangers dans le reste du monde.

     

    Si le tourisme post mortem exhume l’Histoire des vaincus, ceux-ci préfèrent le deuil en extérieur plutôt que l’autopsie intérieure.

     La suite ici

    http://tiny.cc/UguLg


    • jps jps 22 juin 2009 12:29

      @ auteur
      l’approximation est dans votre article
      en ce qui concerne le nikab et la burqa, vous ne pouvez faire référence aux curé car il est question de cacher son visage. La discussion ne porte pas hijab.
      Autres arguments : http://poly-tics.over-blog.com/article-32851879.html


    • docdory docdory 22 juin 2009 14:32

      @ Souklaye


      Et si vous décidiez un jour d’écrire des commentaires intelligibles pour le commun des mortels ? Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement ...

    • Reinette Reinette 22 juin 2009 23:02

      jps tout à fait

      Les principes de la laïcité républicaine et les fondements de la vie sociale doivent être clairement réaffirmés, d’autant que les religions ont une propension à déconsidérer la femme.





    • Reinette Reinette 28 juin 2009 18:12

      Zuhdi Jasser, le narrateur du film, est un américain musulman modéré (pas un de ces innombrables modérés™ que nous ne connaissons que trop, mais un vrai modéré) pleinement engagé dans la lutte contre le radicalisme de ses coreligionnaires. Dans ce film, il attire l’attention du spectateur sur l’existence d’un document de 15 pages déclassifié par le FBI, dans lequel l’organisation des Frères Musulmans explicite noir sur blanc sa stratégie pour miner les Etats-Unis de l’intérieur par le biais d’organisations musulmanes se présentant sous les atours trompeurs de la modération.

      http://www.bivouac-id.com/2008/11/12/exclusif-bivouac-id-le-film-evenement-%c2%ab-le-troisieme-jihad-%c2%bb-en-version-francaise/


    • Reinette Reinette 28 juin 2009 18:15

      Le même scénario a-t-il lieu en Europe ? Au Royaume-Uni, l’excellent Pat Condell n’a de cesse de dénoncer le noyautage par les islamistes des organisations musulmanes du pays. Quant à nous français, nous avons vu nos associations anti-racistes adopter au fil des années un parti-pris islamophile des plus édifiants, et faire de l’« islamophobie » leur principal cheval de bataille. L’une d’entre elle (le MRAP pour ne pas la nommer) n’a pas hésité à aller jusqu’à réclamer par la voix de son président Mouloud Aounit la pénalisation du blasphème. Simple coïncidence ?


      Quelques toutes petites minutes de divertissement

      http://www.bivouac-id.com/2009/02/04/les-faceties-du-djinn-video-et-temoignages/


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 22 juin 2009 11:16

      Burqa et niqab ne posent qu’un tout premier problème :
      Qui est le bipède qui ce cache sous ces oripeaux ? Homme ? Femme ? Pacifique ? Dangereux ?

      Il s’agit donc d’un problème d’ordre public et de police qui se résout par l’application des textes existants. Cette application doit interdire à tout individu de circuler le visage masqué sur la voie publique.

      Cela fait, toutes les autres considérations ne relèvent que de la ratiocination intellectuelle.


      • azerty1710 22 juin 2009 16:24

        Si vous parvenez à déterminer la dangerosité d’un individu à partir de ses vêtements, vous êtes un génie.


        Souvent les personnes dangereuses essaient de ne pas se faire remarquer et paraissent normales.

        On peut-être policier et tueur en série, comme Gérard Schaeffer.

        Même sous une burqa, on reconnaît le corps d’une femme. Au pire, la voix. 


      • samir 22 juin 2009 18:00

        oui c’est clair qu’en voyant le visage de la personne on sait tout de suite si elle est dangereuse ou pacifique on peut plonger dans ses pensées les plus intimes


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 24 juin 2009 09:44

        à azerty1710 (xxx.xxx.xxx.161) 22 juin 16:24

        « Si vous parvenez à déterminer la dangerosité d’un individu à partir de ses vêtements, vous êtes un génie ».

        Bizarre. Il me semble avoir écrit exactement le contraire de ce vous avez compris.


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 24 juin 2009 09:49

        à samir (xxx.xxx.xxx.93) 22 juin 18:00

        "oui c’est clair qu’en voyant le visage de la personne on sait tout de suite si elle est dangereuse ou pacifique"

        J’ai dit : sans voir le visage d’une personne, il est impossible de savoir si elle est amie ou ennemie.

        Mais, je n’ai pas dit qu’en voyant son visage, on sait avec certitude qu’il s’agit d’un ami ou d’un ennemi.

        Sauf qu’il y a plus de risques qu’une personne au visage caché soit malintentionnée...


      • fouadraiden fouadraiden 22 juin 2009 11:28



        le jour où vos regimes occidentaux cesseront de cautionner et d’apporter une aide logitqie aux bedouins du Golfe , ce jour là le monde s’en portera mieux.


        • Rounga roungalashinga 22 juin 2009 14:15

          Or, le déguisement est interdit en France, sauf le Mardi gras prévu à cet effet.

          C’est vrai ? Vous pouvez me sortir l’article du code pénal correspondant ? Ce n’est pas une question piège ou une ironie, je veux savoir, c’est tout.


        • Eric Kaminski 22 juin 2009 11:28

          Le problème est que nous parlons aussi de l’intimité des personnes.

          Cette question ne peut être abordée de manière superficielle par les Etats.

          La question qu’il faut se poser, c’est : pourquoi des burqa apparaissent en France ? Les pistes de réponses qui apparaitront offriront des choix politiques au-delà de la question religieuse. Nos politiques devront alors avoir le courage de se saisir des vrais problèmes et non pas de détourner lattention de l’opinion publique de l’essentiel.

          http://ekaminski.blog.lemonde.fr/


          • manusan 22 juin 2009 11:39

            Il y a un film d’horreur qui fait fureur au Pakistan, c’est Zibahkhana. Dans la ligne d’un bread dead et street trash pour ceux qui connaissent. Un genre de Jason en Burka.

            Les pakistanais ont été fiers de leur premier film gore, pas de polémique dans le pays sauf chez les fondamentalistes, comme quoi la conneries est universelle.

            http://www.zibahkhana.com/


            • Gazi BORAT 22 juin 2009 11:49

              @ Manusan

              Est-ce une blague ? Un canular monté autour d’une production TROMA ?

              Si cette production pakistanaise existe réellement, ce serait tant mieux..

              Je me souviens d’une version locale « sixties » de Dracula en noir et blanc, avec des vampirettes sexy séduisant par leurs danses et déhanchements lascifs leurs victimes..

              gAZi bORAt


            • manusan 22 juin 2009 11:53

              borat,

              c’est pas une blague, malgré le petit budget le film a eu des prix je crois.

              cherchez sur internet.

              en tout cas on est loin du folklore bollywoodien.


            • manusan 22 juin 2009 11:57

              WINNER OF THE BEST FILM AWARD AT THE RIO FAN FILM FESTIVAL 2008. RIO, BRAZIL

              WINNER OF THE BEST GORE JURY’S AWARD AT THE FANTASTIC FILM FESTIVAL

              pas de palme ?


            • HELIOS HELIOS 22 juin 2009 12:05

              La dissolution de l’Islam dans la societe judeo-chretienne ferait-elle des grumeaux

              JE PLAISANTE !


              • Céphale Céphale 22 juin 2009 12:26

                Plaignons la malheureuse (ou le malheureux) qui se cache sous une burqa après avoir bouffé des fayots !


                • King Al Batar albatar 22 juin 2009 13:01

                  Je suis sur qu’il ya des femmes qui portent des string sous leur burqa !!!!


                  • Reinette Reinette 22 juin 2009 23:09

                    et une burqa sous le string ... ça l’fait ?


                  • milesawayman 22 juin 2009 13:05

                    Je suis musulman non pratiquant et pourtant je ne suis pas du tout pour la Burqua. En fait, je suis contre. Toutefois, je suis également contre plusieurs autres manifestations de foi préconisées par certains courants de certaines religions et ce n’est pas pour ça que je me permettrai de les juger.


                    C’est typiquement occidental, l’esprit du blanc (bwana) que de se permettre (en pensant que le dogme de sa propre culture et supérieur à toutes les autres) de juger les pratiques des autres comme étant archaiques et regressistes. Toutefois, ces jugements, trop facilement portés et exprimés, sur les traditions et la culture des autres sont faits sur la base de la sacro-sainte morale chrétienne, blanche, occidentale.

                    C’est bien dans cette esprit que la colonisation de l’afrique et des autres continents ont commencé et ont donné lieu à la structure du monde telle que nous la connaissons aujourd’hui. Pour sortir les indigènes des ténébres dans lesquelles ils vivent et leur apporter la lumière à travers la foi chrétienne.

                    Personne n’a pensé que si certains en Inde vénére les vaches, les souris, les serpents, d’autres, ailleurs vénérent le feu ou la lune, ces personnes qui portent la Burqua, le font parce que, selon leurs croyances, c’est l’un des moyens de vénérer Dieu.

                    Si l’on tente d’empécher le port de la burqua ou si l’on oblige les sikhs de France à se raser la barbe et à ne plus porter de turban, ce serait faire de ces gens des sorte de martyrs. Des gens que l’on empèche de pratiquer leur religion. Cela pourrait faire penser à des épisodes tels que la persecussions des chrétiens par les romains ou celle de certains courants catholiques par l’église pendant le moyen âge.

                    D’un autre côté, le fait de proclamer que le fait d’interdire la Burqua serait motivé par la liberté des femmes qui la subissent est non seulement une grosse hypocrisie mais la preue d’un démagogie et d’un sentiment de supériorité latents chez certains. 

                    La burqua ne vous plaît pas dans votre pays soi-disant libre et fraternel : dites le directement et arrétez de plaindre des femmes qui pratiquent leur religion à leur manière et sans faire de mal à personne, ou bien dites que cela vous dérange et déclamez les véritables motifs.

                    Enfin, il est évident que le port de cette chose ne peut être toléré dans les administrations, à l’hôpital, au tribunal... et dans tout autre espace étatique.

                    • anton 22 juin 2009 19:57

                      tu oublie problème que ces femmes vivent dans pays occudental, elles doivent adapter et intégrer et accepter les coutumes de France. la burqa montre que la personne pratique religion et aussi aussi refus de cette personne intégrer à la siciété française.


                    • milesawayman 22 juin 2009 20:16

                      Je ne dirai pas le contraire. Chacun fait ce qu’il veut chez lui. La France est un état souverain et peut décider d’interdire les pratiques religieuses non chretienne sur son territoire, mais dans ce cas elle doit annoncer au Monde qu’elle n’est pas une république Laique et renier sa constitution actuelle et l’esprit des lumières.


                      Et n’oublie pas non plus que la majorité des musulmans de France, sont nés en France, ce sont des Français qui méritent autant leur nationalité que n’importe quelle tête blonde sinon plus.

                      Les jeunes beurs d’aujourd’hui sont les enfants de personnes qui ont donné leur sang à cet état qui n’a fait que les renier, les rejeter et les dénigrer depuis la fin de la guerre.

                    • oncle archibald 23 juin 2009 09:05

                      Le véritable et unique motif de mon opposition à la burka et autres vêtements indiquant clairement une appartenance ethnique et religieuse c’est qu’en France lorsque je rencontre quelqu’un, que je le croise dans la rue, je ne veux pas que nos rapports nos échanges soient faussés par des préjugés fondés sur leur appartenance religieuse rque ces tenues me jettent à la figure.


                      La France est et doit rester laïque et fraternelle, si les musulmans les chrétiens les juifs portent ostensiblement les signes de leur religion dans la rue, c’est affirmer la primauté de la religion ou de l’ethnie sur la valeur propre de chaque individu, c’est la porte ouverte au sectarisme, clanisme, anticléricalisme, et tous ces machins détestables... Je n’arrive pas à imaginer une rue avec des femmes en burkas, des mecs avec des croix de 50 cm pendues au cou, des mecs à bouclettes avec leurs kipas etc..Je n’ai aucune envie de connaître d’abord la religion de quelqu’un avant de savoir même qui il est.

                      La société française fonctionne comme ça, on ne peut pas trier dans les avantages que l’on trouve à émigrer en France, il faut accepter les moeurs du pays et réserver le folklore pour les fêtes privées et les vêtements religieux pour les lieux de culte. 

                      Anecdote : dans le lycée Pierre de Fermat à Toulouse il y a 54 ans, j’en avais 11, un surveillant m’a demandé d’enlever la médaille de baptême grande comme une pièce de 20 centimes que l’on entr’apercevait à travers ma chemise ouverte... J’ai trouvé ça très con, mes parents m’ont expliqué qu’il avait raison, voir explications que j’ai très bien retenues plus haut .. je m’en suis toujours très bien porté et je n’ai aucune envie de me laisser emmerder.

                    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 22 juin 2009 13:14

                      Salut Michel




                      Ce débat fait couler beaucoup d’encre, tant sur notre site ou comme sur les autres média ( presse, radio, télés , forum web, et chaque intervenant qu’il soit pour ou contre développe longuement son analyse,... et comme au final chacun campe sur ses positions aucune solution ne peut être prise ou arrêtée,....pourtant en réfléchissant bien la situation est finalement très simple, en effet il suffit de répondre aux questions suivantes :

                      • Ce vêtement est il imposé par le Coran ?, ...la réponse est non !

                      Toutes les musulmanes du monde le portent elles ?,...la réponse est non ! et dans certains pays les femmes circulent même tête nue !

                      Une république laïque (la France ) doit elle accepter sur son sol le dictât d’un courant religieux sectaire et obscurantisme que l’ensemble du monde libre réprouve ? la réponse est tout simplement non !

                      Enfin dans un lieux public ce vêtement empêche t’il l’identification de la personne qui le porte, la réponse est évidemment oui !

                      Voir mon article du:18/06/09 sur agoravox

                      Un groupe de députés demande l’interdiction de la burka ou du niqab  !

                      @+ P@py



                      • Gazi BORAT 22 juin 2009 13:22

                        @ noter toutefois que le groupe initié par le maire de Vénissieux ne demande pas directement l’interdiction mais pose au préalable la réunion d’une commission parlementaire d’enquête su le phénomène.

                        Commission d’enquête ? Pourquoi pas..

                        Afin de sortir des fantasmes, recueillir des données sur ce qui n’est pas une coutume pour les Musulmans de France, originaires dans leur grande majorité d’Afrique du Nord ou d’Afrique, régions du monde où ce type de vêtement est aussi exotique qu’un costume traditionnel alsacien...

                        gAZi bORAt


                        • milesawayman 22 juin 2009 13:30

                          Les musulmans n’interprétent pas tous le coran de la même manière.


                          Ceux qui connaissent l’arabe savent très bien que selon la manière dont un accent est pos sur une lettre ou selon le fait que tel mot est considéré comme étant pluriel ou singulier (pour les mots invariables) le sens peut être totalement différent, voire contraire.

                          Qui a raison ? Qui a tord ?

                          Seuls quelques grands érudits peuvent donner leur opinion sans toujours trancher. En tous cas, ce n’est pas Momo le proriétaire de la superette du coin, ni le grand recteur de la mosquée de paris qui pourra se prononcer. 

                          Même si il le fait sa décision n’engage que lui.

                          Chez les musulmans il n’y a pas d’équivalent du Pape, ce sont en principe des conseils « régionnaux » qui tranchent par une Fatoua (décision votée).

                          Ce qui est vrai pour les maléquites du Maroc ne l’est pas forcément pour les Chiites Afghans, et cela va au déla de la grande scission entre Chiites et Sunnites.

                          Qui donc a raison et qui a tort ??

                          • LE CHAT LE CHAT 22 juin 2009 14:07

                            Nous acceptons la burqua, vous acceptez le string

                            bien d’accord avec toi ! et aussi les gay pride à Kaboul et les mariages gay à Ispahan smiley



                            la tolérance dans les pays islmique est pas terrible !


                            • milesawayman 22 juin 2009 14:52

                              L’homosexualité est proscrite dans toutes les religions monothéistes. C’est logique parce que si les hommes et les femmes étaient tous Homos cela conduirait la société à sa propre perte, plus de procréation, extinction de l’espèce.


                              N’oublions pas que toutes les religions ont étés inventées par les sociétés pour maintenir les gens ensemble et pour réguler les relations entre eux. Avant c’était la loi de l’individu le plus fort, maintenant c’est la loi de la sociéte contre les contrevenants. Tu fais quelque chose qui sort du code, tu te place dans la situation de l’ennemi de la société ; punitions : exclusion de la société (prison, exil), punition physique (à l’époque être roué, de nos jours interrogatoires musclés et viols en prison), la religion ajoute un petit plus en te promettant l’enfer...

                              Bref, c’est pour dire que l’homosexualité existe partout, au 15 ème siècle, il y avait des hotels d’homosexuels dans certains pays du nord de l’Afrique (pays musulmans à l’époque) C’était toléré. De nos jours au Maroc, il y a sur certaines places publiques, des hommes qui s’habillent en femme avec le maquillage et les hanches qui se déhanchent, pour danser (c’est une sorte de spectacle publique complètement normal). 

                              Enfin, tout le monde se dit ouvert d’esprit à propos de l’homosexualité (et c’est mon cas) mais imagine que ton frère ou ton fils en soit UN (ça te la couperait !! façon de parler)..

                              C’est bien connu, l’Europe c’est le paradis des homos, c’est pour ça que les européens vont se taper des petits combodgiens et d’autres fruits exotiques africains ou sud-americains...


                            • LE CHAT LE CHAT 22 juin 2009 15:27

                              @milesawayman

                              ol’homosexualité ,c’est juste un exemple , les gens qui veulent nous imposer la vue de femmes en burqa veulent se servir du concept libertés individuelles alors que chez eux ça n’existe pas !

                              moi je veux pouvoir boire une binouze et chanter Highway to hell dans les rues de la Mecque si ça me plait sans recevoir le fouet !


                            • azerty1710 22 juin 2009 16:31

                              C’est pas le gatt ; on est pas en train de négocier des accords commerciaux. Les personnes qui portent la Burqa en France sont des citoyens français et les lois des autres pays n’ont rien à voir là dedans.


                              On cherche à trouver la solution la plus juste indépendamment de ce qui se passe ailleurs. Ce n’est pas parce qu’un pays ne respecte pas les droits de l’homme à l’occidentale qu’on doit prendre des mesures de rétorsions contre des personnes qui vivent chez nous et qui ont un lien distant avec ce pays.

                            • Annie 22 juin 2009 14:11

                              Les arguments contre la burqa, qu’il s’agisse des droits de l’homme ou du respect de la laïcité portent en eux leur propre contradiction. On assiste à des contortions intellectuelles et des compromissions pour justifier avec des opinions bien tranchées l’interdiction ou la tolérance de la burqa, selon les sensibilités. Les moeurs évoluent, surtout si cette évolution est promue de manière sereine, et légiférer ne servirait qu’à planter le décor à un durcissement des positions débouchant sur une plus grande intolérance. Par contre, en dépassionnant la question et j’ira jusqu’à dire en abandonnant le débat, nous offrons à tous, et même aux irréductibles, une chance d’éviter la radicalisation des positions. 


                              • azerty1710 22 juin 2009 16:38

                                Je pense comme vous.


                                C’est le plus beau compliment que je puisse faire à une femme. smiley

                              • LE CHAT LE CHAT 22 juin 2009 14:35

                                vive le string au pays des shahs !


                                  • sissy972 22 juin 2009 15:21

                                    Bonjour
                                    Le plus simple et le plus logique serait de laisser aux femmes la totale liberté de choisir leur religion ou mieux de ne pas en avoir.
                                    Toutes ces règles qui soulèvent actuellement des tollés ont été inventées par de vieux barbus ayant de sacrés problèmes avec leur libido ; 


                                    • azerty1710 22 juin 2009 16:34

                                      Les femmes ne sont pas assez mûres pour prendre ce genre de décision d’elles mêmes. Ce genre de question exige plus de culture et d’autonomie intellectuelle qu’on ne le croit. Plus tard elles pourront.


                                    • Reinette Reinette 28 juin 2009 17:56

                                      Les femmes ne sont pas assez mûres pour prendre ce genre de décision d’elles mêmes. Ce genre de question exige plus de culture et d’autonomie intellectuelle qu’on ne le croit. Plus tard elles pourront. (azerty1710)




                                      « S’il vous plaît, défendait votre liberté. Ne tenez rien pour acquis. J’ai savouré chaque instant de ma vie en Amérique. Se promener seule dans la rue, sans se faire traiter de putain est un don du ciel pour moi. Rien que pouvoir discuter avec un voisin, sans se voir accusée d’adultère, c’est un don du ciel pour moi … Je vous en prie, ne tenez rien pour acquis… »  Wafa Sultan, syrienne expatriée aux Etats-Unis qui pourfend le totalitarisme avec une verve et un courage exceptionnels, malgré les menaces de mort dont elle est l’objet.

                                      La vidéo
                                      Wafa Sultan : « J’ai décidé de combattre l’islam », la vidéo en version française.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès