Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > C’est ton tour, bizut’ !

C’est ton tour, bizut’ !

Mais qui sont ces jeunes personnes vêtues de sacs plastique noirs, couvertes de crème à raser, quêtant dans la rue de quoi financer leurs premières vraies beuveries ? Quel est cet étrange jeu de rôle grandeur nature auquel ils s’adonnent ? Quelle est la signification de cette agitation ?

Septembre-début octobre est pour beaucoup l’époque de la rentrée. Depuis notre plus tendre enfance, notre ventre est noué à l’idée de changer notre environnement et notre quotidien. Les rentrées successives rythment aussi les grandes périodes de sa vie. Elles correspondent à l’entrée dans une « dimension » supérieure, avec ses codes, ses références, ses exigences. En cela, il est intéressant de comparer les rites de passage universitaires, religieux, sociaux, et d’en analyser (trop brièvement, j’en conviens) les sens cachés.

La finalité d’un rite de passage est de marquer la fin de la période précédente, afin d’en faire le deuil, de marquer physiquement la fin du cycle, l’acceptation du nouvel ordre, et l’adhésion au maintien de celui ci.

I Le deuil de la vie passée

L’entrée dans une nouvelle ère implique que le mimétisme envers les aînés devient beaucoup plus fort. Désormais ils sont nos pairs, et, comme Suzanne Citron l’a illustré dans Pygmalion à l’école, leur regard et celui de nos maîtres nous façonnent.

Alors le bizut’ doit affronter une épreuve, depuis le saut avec un élastique pas élastique en Afrique, jusqu’à une privation de nourriture, de sommeil, une grosse absorption d’alcool, la construction de la « quille » des militaires, ou une humiliation comme la quête pour financer les soirées d’intégration dont il sortira grandi. La plupart du temps, celle-ci est faite pour être surmontable avec de la volonté.

Un des Marx Brothers ne disait il pas : « Je ne ferai jamais partie d’un club qui voudrait m’avoir pour membre » ? Le bizut’ ne peut revendiquer que la place qu’il a méritée.

II L’acceptation du nouvel ordre

Moins connus sont les bizutages qui visent à s’assurer la docilité du bizut’. L’idée est d’exposer celui-ci à un comportement qu’il aurait refusé, ou du moins dont il dirait qu’il l’aurait refusé.

Par exemple, une option élitiste de la faculté de Droit d’Aix-en-Provence avait mélangé aux nouveaux de la promotion des complices qui répliquaient régulièrement au professeur, avec le ton des fidèles d’une secte « le Droit, c’est ce qui est juste » en latin (Jus est quod justum est, si je ne m’abuse, mais je n’ai pas pratiqué cette langue depuis quelques années). Cette formule, juspositiviste, n’est pas anodine (pas plus que le buste d’Auguste Comte qui trône au milieu de la cour intérieure de la Faculté de Droit de Montpellier).

Similairement, dans une grande école d’ingénieurs de Grenoble, les élèves se sont trouvés confrontés lors de leur première journée à un exercice de math particulièrement corsé, sur lequel même les anciens pensionnaires de prépas se cassaient les dents. Après vingt minutes de difficultés, et un savon humiliant du professeur, c’est une ravissante jeune femme qui, à la surprise générale, se proposait pour résoudre l’équation, avec des calculs hermétiques. Il s’avérait en fait que celle-ci était elle aussi complice d’une bande de deuxième année, qui débarqua par les portes à l’arrière de l’amphi avec force bouteilles d’alcool et rouleaux de papier toilette.

De même, en cette rentrée 2006-2007 est-il amusant de remarquer avec quelle application les étudiants notent les instructions de présentation données par leurs chargés de TD, en particulier ce chargé de Droit administratif qui pousse le vice jusqu’à imposer le nombre de lignes sautées, la place des majuscules, comme cherchant à provoquer une réaction de leur part. Quand celle-ci vint enfin, il fut choquant de remarquer chez les autres élèves l’absence totale de distance prise par rapport au ridicule de la situation.

Vous l’aurez compris, cette fois-ci, c’est la force d’intimidation de l’institution qui est démontrée au bizut’. Celui-ci ayant consenti de nombreux sacrifices pour intégrer sa filière est en définitive disposé à accepter sans renâcler de nombreux abus. Le bizutage lui en fait prendre conscience de manière incontestable. C’est un peu la reproduction atténuée de l’expérience de Stanley Milgram sur l’impact de l’autorité (l’expérience du faux quizz menant à des décharges électriques à chaque réponse erronée).

III La transmission d’un lien aux règles du groupe

Hors de question de bizuter si l’on a pas soi-même été bizuté. De même, toute personne ayant été bizutée se pose la question de savoir si elle doit à son tour bizuter ou non. Le bizutage oblige ainsi le bizuté à se positionner face à la tradition, qui symbolise la règle ancestrale du groupe.

Dans le domaine religieux, le problème se traduit par des rituels à chaque fois cruciaux pour le groupe. Ce sera l’onction, la circoncision, l’excision...

Pour un juif ou un musulman, ne pas perpétrer la circoncision, c’est mettre fin à une chaîne qui remonte à Abraham qui, après le sacrifice retenu d’Isaac, a signé une alliance avec Dieu par ce biais. Ne pas circoncire son nouveau-né, ne pas le baptiser, c’est risquer de se voir soi-même exclu du groupe. L’inverse marquera implicitement l’aval donné a posteriori à la décision de son père, qu’il soit biologique ou symbolique (le parrain des IUT et des écoles d’ingénieurs, par exemple).

Conclusion : le bizutage est un avatar moderne des tests de soumission imposés à l’individu. A la moindre incartade, il lui sera rappelé l’humiliante épreuve dont il a fini par se rendre complice.

A ce titre, les guerres ont également eu ce rôle-ci, impliquant dans des massacres collectifs des jeunes gens innocents, les forçant à torture, à violer, se garantissant ainsi de toute remise en question ultérieure par ses citoyens.

Aujourd’hui, le bizutage n’est plus forcé mais librement consenti. Est-ce un éloignement de la barbarie, ou une forme plus insidieuse de soumission ?

Documents joints à cet article

C'est ton tour, bizut' ! C'est ton tour, bizut' !

Moyenne des avis sur cet article :  3.08/5   (123 votes)




Réagissez à l'article

104 réactions à cet article    


  • Garsd’Zart (---.---.64.135) 17 octobre 2006 11:24

    Le bizutage est un révélateur terrifiant de la pire cruauté humaine car exercée dans le cadre de ce qui est le plus élévé dans une civilisation :Le savoir !

    Même si le bizutage est un délit (http://www.education.gouv.fr/bo/1999/31/encart.htm),il existe encore notamment dans de grandes écoles,prépa,fac médecine etc ...

    Témoingnage

    http://www.chez.com/plasly/

    http://www.zetud.net/home/associations-et-vie-universitaire/bizutage-attention-au-lavage-de-cerveau-article164.html

    Association :

    http://www.sos-bizutage.com/

    http://contrelebizutage.free.fr/

    Textes et discussion :

    http://lyceens.free.fr/Themes/Bizutage/document.htm


    • T.B. (---.---.21.162) 17 octobre 2006 11:39

      Exemple type des moutons de Panurges, les bizutés autant que les bizuteurs. L’auteur oublie que ceux qui ne se laissent pas bizutés, peuvent, dans certains corps ou certains instituts, être ensuite rejetés par les corporatismes (instinct grégaire toujours !) post-études. De toutes façons, vu la lacheté intrinsèque de la plupart des corporations françaises, ce n’est pas un problème. Ceux qui ont été capables de résister à la connerie s’en sortent toujours mieux.


      • lss (---.---.94.132) 17 octobre 2006 11:48

        Une civilisation, soi-disant moderne, qui ne trouve rien de mieux à faire que réitérer les rites initiatiques, souvent humiliants, parfois franchement abjects voir dangereux est-elle vraiment moderne ? Comme quoi l’humain reste une bête stupide malgré tout le savoir qu’il prétend accumuler. L’éducation et l’instruction sans sagesse restent égales au néant.


        • thomas 17 octobre 2006 12:14

          Un rite initiatique ca n’a rien d’humiliant confond pas le spirituel avec la frustration.


        • Garsd’Zart (---.---.64.135) 17 octobre 2006 11:55

          @ tb

          Tout ce qui ne tue pas rends plus fort ,ok ...pfff

          @ iss

          +1

          Effectivement sous le vernis de la civilisation ,l’homme reste un animal !


          • T.B. (---.---.21.162) 17 octobre 2006 12:17

            Gardzart

            Je suppose que tu t’adresses aux accidentés de la route - non fautifs - en fauteuil roulant ou aux comateux. Ton message va sûrement leur faire plaisir.

            Ensuite, n’insultes pas les animaux.


          • (---.---.121.76) 17 octobre 2006 12:57

            il n’a pas écrit « tout ce qui ne tue pas rend plus heureux » que je sache.


          • T.B. (---.---.21.162) 17 octobre 2006 14:17

            Gardzart, excuses-moi, je n’avais pas lu ton 1er commentaire. Je me mets sous le clavier, rouge de honte. Encore mille excuses.


          • monteno (---.---.179.94) 17 octobre 2006 11:57

            Juste en passant, pour rire un peu ... Il me semble que les deux « grands sujets » qui avaient préoccupés Ségolène Royal lors de son passage aux Affaires( ministre de l’EN sous Claude Allègre) étaient la pillule du lendemain pour les jeunes filles et l’abolition du bizutage....Smile ...


            • armand armand 17 octobre 2006 11:57

              C’est plutôt l’absence de rites d’initiation et de passage dans nos sociétés atomisés, rongés par l’obsession de l’immédiat, qui pose problème. Mais ces rites n’ont pas besoin d’être humilants ou stupides comme le bizutage.


              • José w (---.---.25.142) 17 octobre 2006 12:01

                Tout ce qui ne rend pas plus con rend plus fort...

                A l’évidence, le bizutage rend con.


                • Garsd’Zart (---.---.64.135) 17 octobre 2006 12:08

                  à josé w +1

                  tb est visiblement major de promo !


                • T.B. (---.---.21.162) 17 octobre 2006 12:22

                  Racontes-nous plutôt ton bizutage Gadzart, qu’on rigole et éventuellement quand tu étais bizuteur. C’est dur d’être un mouton, j’imagine. Allez, exprimes-toi. Tu verras ça soulage, il paraît.


                • Garsd’Zart (---.---.64.135) 17 octobre 2006 12:29

                  TB, es tu pour ou contre le bizutage ?

                  Si oui, tu ne m’as compris !


                • T.B. (---.---.21.162) 17 octobre 2006 12:38

                  Absolument contre. Précisèment, je ne tiens pas à interférer pour les autres. Chacun est libre. Perso, j’en ai connu deux et personne n’a osé mettre la main sur moi. C’est pas une question de gabarit, c’est une question de détermination personnelle. Je hais les c... qui se laissent faire.

                  Je t’ai peut-être mal compris.


                • Garsd’Zart (---.---.64.135) 17 octobre 2006 14:05

                  @ tb Mon post précédent était ironique (tout est dans le pfff... pas très explicite !).

                  je suis contre le bizutage à tel point que j’ai refusé un poste intéressant à l’ensam (arts et métiers,les garsd’zarts) .

                  L’ensam est une des pires écoles en termes de bizutage !


                • T.B. (---.---.21.162) 17 octobre 2006 14:22

                  C’est de ma faute, je n’avais pas lu ton 1er post. Et avec ça je donne des leçons ! je suis absolutly désolé. La prochaine fois je regarderai mieux autour de moi, surtout vers le haut.


                • Garsd’Zart (---.---.64.135) 17 octobre 2006 14:31

                  merci ,trés sympa !


                • LARGOUTA (---.---.139.26) 18 octobre 2006 10:21

                  Nous n’avons que faire de tes fantasmes, si tu as quelque chose a reprocher a l’ENSAM développe. Si tu n’y a pas mit les pieds ou ne serais que discuter quelques instants avec l’un de ses élèves, tait toi.

                  Copine de gadz et fière de l’être.


                • Anthony Meilland Anthony Meilland 17 octobre 2006 12:09

                  Je suis bien content d’avoir fait la fac !

                  Une semaine en prépa m’avais suffi pour comprendre que c’était majoritairement des C... (Profs + élèves) avec leur pu...n d’esprit de clan.

                  Je me rappelle le regard malade de la fille de seconde année chargée d’organiser le bizutage de ma classe.

                  Je me souviens aussi du jour du bizutage pour les Prépa Lettres qui devaient se déguiser en animaux et resté aisi tout une journée. Cela m’a inspiré de la pitié et du dégout.

                  J’ai donc choisi une autre route...


                  • Fred (---.---.155.75) 17 octobre 2006 15:04

                    je suis d’accord, malheureusement toutes ces ecoles d’ingenieurs donnent lieu a des diplomes qui sont beaucoup mieux reconnus dans l’industrie ou les Epics que les diplomes de fac. Aujourd’hui une these en science ne sert que pour les gens qui veulent faire maitre de conf, CNRS ou partir a l’etranger ou alors il faut etre pret a etre payer moins pour 3 ans d’etude de plus. Apres on s’etonne que nos thesards aillent aux US ; la-bas il vaut mieux avoir fait la fac qu’une ecole d’inge.


                  • Anthony Meilland Anthony Meilland 17 octobre 2006 15:11

                    C’est vrai que je fais mon malin parce que je n’ai pas de problème d’argent.

                    Si j’étais né pauvre peut-être n’aurai-je pas eu ce faux courage de suivre la voix qui me semblait la moins « sale ».


                  • Garsd’Zart (---.---.64.135) 17 octobre 2006 12:21

                    Ce bizutage est maintenant plustôt appelé « intégration » !

                    On appelle ça « les traditions », « l’usinage » chez les Garsd’Zart ou des réunions se font à la « strass » .

                    La violence est moins physique que psychique .Cela forme des « KorpsBruder » mercenaires des StCyr,SciPo,X,mines,Ena,etc !

                    La violence augmente exponentiellement avec le Q.I. !


                    • T.B. (---.---.21.162) 17 octobre 2006 12:31

                      C’est vrai ça, Zart, tout le monde sait aujourd’hui qu’Einstein était un sacré bizuteur.

                      Tu connais le test des questions/mauvaises réponses/punitions/ charges électriques proportionnelles ? Résultat : ceux qui envoient les décharges les plus puissantes (fictives mais ils ne le savent pas) ont le profil type du mouton, soumission totale au « maître » et totale absence de « personnalité » ou « caractère ».


                    • Garsd’Zart (---.---.64.135) 17 octobre 2006 14:21

                      je connais ce test ! C’est comme « la prison fictive » où des cobayes jouent les matons et d’autres les prisonniers : Effrayant !


                    • LARGOUTA (---.---.139.26) 18 octobre 2006 12:12

                      L’experience que tu décris maladroitement s’appelle l’expérience de Milgram (http://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9rience_Milgram), et au contraire elle tant a prouver qu’une très large proportion de la population ( supérieur a 60%) se soumet a l’autorité a partir du moment ou certains conditions sont remplies, et ce quelque soit le niveau de formation, d’éducation, le milieu sociale ou même le sexe. C’est d’ailleurs la partie la plus intéressent des études de milgram puis que c’est l’un des rares comportements humains qui semble relativement constant.

                      P.S. C’est Gadz’arts et non Garsd’Zart, et je doute qu’ils organisent quoi que ce soit au sains de la Strass qui correspond a l’admistration de l’école.


                    • Garsd’Zart (---.---.64.135) 18 octobre 2006 12:36

                      developpe :

                      le suicidé de chalons defenestré...

                      l’urine sur le bureau du directeur ...

                      la directrice de l’ensam (paris) non reconduite car ancienne des arts mais hors usinage ...

                      Cluny ressemble plus à Kolberzin ...

                      l’opacité de gestion par les anciens de l’assos (« amicale » aussi puissante que certaines fraternites :.).


                    • Garsd’Zart (---.---.64.135) 18 octobre 2006 12:39

                      c’est adressé à

                      LARGOUTA (IP:xxx.x2.139.26) !


                    • mathieu (---.---.133.191) 17 octobre 2006 12:31

                      je dirai plutot que la violence avec la baisse du Qi et non l’inverse. Il n’y a que les etres stupide qui est le besoin de vouloir de demontré qu’ils sont intelligents et qui est le besoin d’humilier les autres, en somme d’exister. Peut m’importe le bizutage de ces fameuses elites en puissance, vu leurs niveaux intellectuels d’attention particuliere ils n’en meritent pas, ils sont insignifiant a mes yeux.


                      • mathieu (---.---.133.191) 17 octobre 2006 12:32

                        je dirai plutot que la violence augmente avec la baisse du Qi et non l’inverse. Il n’y a que les etres stupide qui est le besoin de vouloir de demontré qu’ils sont intelligents et qui est le besoin d’humilier les autres, en somme d’exister. Peut m’importe le bizutage de ces fameuses elites en puissance, vu leurs niveaux intellectuels d’attention particuliere ils n’en meritent pas, ils sont insignifiant a mes yeux.


                      • faxtronic (---.---.127.45) 17 octobre 2006 14:01

                        La connerie est une variable independante. La connerie ne depend pas de :

                        - La race
                        - La reilgion
                        - Le QI
                        - Le sexe
                        - La richesse
                        - Les opinions politiques

                        La connerie depends souvent du point de vue. On est toujours le con de quelqu’un.


                      • José w (---.---.25.142) 17 octobre 2006 17:39

                        Faxtronic, si hypothèse était vraie, cela signifierait que la connerie n’existe pas, et n’est qu’un point-de-vue.

                        Pourtant, la connerie exsiste bel et bien, et certains en meurent tous les jours...

                        Non, la connerie est avant tout l’absence de spiritualité.

                        Mais bien entendu, il faut bien savoir de quoi on parle et par exemple il ne faut pas confondre la connerie avec l’ignorance ou l’erreur : quadn on dit j’ai fait une « connerie », on dit en fait j’ai fait une erreur...

                        Là on parle de la connerie au sens large, la « connerie humaine » par exemple.


                      • José w (---.---.25.142) 17 octobre 2006 17:40

                        Faxtronic, si ton hypothèse était vraie, cela signifierait que la connerie n’existe pas, et n’est qu’un point-de-vue.

                        Pourtant, la connerie exsiste bel et bien, et certains en meurent tous les jours...

                        Non, la connerie est avant tout l’absence de spiritualité.

                        Mais bien entendu, il faut bien savoir de quoi on parle et par exemple il ne faut pas confondre la connerie avec l’ignorance ou l’erreur : quadn on dit j’ai fait une « connerie », on dit en fait j’ai fait une erreur...

                        Là on parle de la connerie au sens large, la « connerie humaine » par exemple.


                      • miteny (---.---.165.158) 17 octobre 2006 12:53

                        C’est une forme de soumission au dieu argent-Etat imposé par une dictature idéologique qui se fait appeler démocratie.

                        Tiens heureusement que je ne vote pas et que je ne voterai jamais...


                        • José w (---.---.25.142) 17 octobre 2006 12:57

                          Malheureusement le QI n’a rien à voir avec la spiritualité ni la connerie.

                          On peut avoir le QI d’Einstein et bosser une bonne partie de sa vie pour préparer la bombe nucléaire qui mettra à feu et à sang la planète entière, soit parce qu’elle éclatera encore, soit parce qu’elle menacera d’éclater(guerres « préventives » comme en Irak, au Liban ou en Afghanistan...). Bref, on peut être très intelligent et très con, généralement pour des questions d’égo.

                          Il ne faut pas confondre l’intelligence du cerveau et l’intelligence du coeur : la connerie se trouve davantage dans le manque d’intelligence du coeur que dans la manque d’intelligence du cerveau, même si cette dernière peut y contribuer.

                          L’intelligence de coeur est parfois aussi appelée intelligence de l’ « âme ».

                          Un gros mot bien vulgaire pour tout bizuteur patenté (la photo d’illustration de l’article est choisie à dessein)...


                          • Anthony Meilland Anthony Meilland 17 octobre 2006 13:06

                            En tant que bouffeur de curé patenté d’AgoraVox, je m’insurge contre cette infamie !!!

                            On essaie de nous croire par un raisonnement biaisé que le problème c’est le manque de « spiritualité ».

                            Allez donc demander à Torquemada, s’il n’aimait pas bizuter ses amis païens !!

                            Et c’est quoi ce délire obsessionnel sur la bombe atomique.

                            Jean Paul II a été plus meutrier qu’Hiroshima et Nagasaki réuni en condamnant pour des raisons dites « spirituelles » l’utilisation du préservatif.

                            Pour finir sur une note plus humoristique on peut comparer votre « intelligence du coeur » avec « l’intelligence de la main » de Raffarin. smiley


                          • José w (---.---.25.142) 17 octobre 2006 14:12

                            Ais-je écrit que les curés étaient forcément spirtuels, et plus encore, forcément TOUS spirituels ? Ais-je parlé du pape dans mon papier ? Je ne crois pas, relisez bien...

                            La main de Raffarin vous a approché d’un peu trop près, car vous semblez lire avec les pieds : est-ce une nouvelle forme de spiritualité que vous souhaitez développer ?

                            La spiritualité des pieds des bouffeurs de curé... si certains sont prêts à se faire bizuter par vos « idées », libres à eux.


                          • Anthony Meilland Anthony Meilland 17 octobre 2006 14:16

                            Veuillez donc expliquez à un pauvre athée comme moi le rapport entre Bizutage et manque de spiritualité.

                            Merci.

                            D’ailleurs, c’est quoi ce machin, la spiritualité ?


                          • ohlala (---.---.124.230) 17 octobre 2006 14:34

                            @ Thierry,

                            ...Ce qui occupe l’esprit, se préoccupe de l’esprit, s’attache à des valeurs de l’esprit. Mais mon amiMarsupilami te répondrait mieux que moi s’il était là. Et c’’est un autre agnostique qui te dit ça. T’es pas bon, là Thierry.


                          • ohlala (---.---.124.230) 17 octobre 2006 14:35

                            Excuse moi, Anthony, pas Thierry.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès