Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Carlton de Lille : à seulement 15 km de la tolérance

Carlton de Lille : à seulement 15 km de la tolérance

 Tout le monde en a entendu parler tant le battage médiatique autour de cette affaire est important : le 4 octobre dernier étaient successivement placés en garde à vue puis mis en examen le propriétaire de l’hôtel Carlton de Lille, son directeur, de même que plusieurs notables de la région lilloise pour des faits de prostitution se déroulant dans l'enceinte de plusieurs établissements hôteliers des environs. La justice parle désormais de « proxénétisme aggravé en bande organisée et d'association de malfaiteur ». Une affaire étrange lorsqu'on prend un petit peu de recul sur le contexte car les faits se déroulent à 15 kilomètres de la Belgique, là où tout cela est tout à fait toléré par les autorités, et au milieu d'une prostitution de rue qui tourne de plus en plus visiblement à l'abominable.
 C'est l'occasion de faire un petit bilan de la Loi de Sécurité Intérieure de 2003, dite « Loi Sarkozy ».

Un peu d'histoire de la prostitution en France

 La France a pris une orientation abolitionniste de la prostitution depuis 1946 : c'est la loi « Marthe Richard », ancienne prostituée elle-même et résistante durant la seconde guerre mondiale, qui provoque la fermeture des « maisons de tolérance » et prévoit des mesures de réadaptation sociale pour les prostituées.

   La prostitution s'effectue dès lors principalement dans la rue, dans des lieux précis, jusqu'à la mise en place en 2003 de la « Loi sur la sécurité intérieure », dite « Loi Sarkozy », qui concerne la prostitution par sa condamnation du racolage passif. En 2003, cet aspect de la loi était justifié par l'arrivée en masse de prostituées venues des pays de l'Est, sous l'impulsion de réseaux mafieux, et en partie au moins battues, violées, enlevées, vendues, droguées de force ou subissant toutes sortes de pressions diverses. Ces ignominies ont été abordées sous forme de fiction dans des séries télévisées telles que « Matrioshki : le trafic de la honte », ou dans des film tels que « Sex Traffic ». De l'ignoble, principalement de l'ignoble.

 La lutte contre la prostitution en tant que lutte contre le trafic d'êtres humains étant tout à fait justifiable et bien sûr encourageable, on s'attendait alors au démantèlement de réseaux de proxénétisme et à la prise en charge des filles victimes de l'esclavage sexuel. Or il existe peu de données prouvant que cela ait été réellement fait. Que sont devenues ces filles qui échouaient sur nos trottoirs ? Les proxénètes qui les y amenaient ont-ils été condamnés ? Peu de chiffres sont disponibles, laissant croire à un simple balayage du problème de ce trafic humain hors de nos frontières, c'est-à-dire vers d'autres destinations aux dépends des victimes et au bénéfice des trafiquants.

 

Les conséquences de la Loi Sarkozy

 La prostitution de l'est visible sur les trottoirs ayant progressivement diminué, la Loi Sarkozy s'est appliquée sur les prostituées restantes sous forme de rafles régulières et de distribution d'amendes, provoquant alors un éparpillement de la prostitution vers des lieux de plus en plus reculés, exposant à l'insécurité de l'isolement, et rendant très difficile le travail des associations leur venant en aide. Ces conséquences sont régulièrement remises en lumière par des manifestations de prostituées rarement écoutées, soutenues entre autre par Act-Up et Médecins du Monde.

 Le travail de la police rendant plus difficile la rencontre entre clients et prostituées, la paupérisation des personnes prostituées a atteint des niveaux dramatiques, comme le dénoncent les associations comme « Droits et Prostitution », Grisélidis, Cabiria dont les appels semblent rarement aboutir réellement.

 La prostitution a-t-elle diminué ? On ne saurait le dire, car même Brice Hortefeux, alors ministre de l'Intérieur, reconnaissait dans son intervention au Sénat du 11 Mai 2010 qu'« il est difficile d'évaluer avec précision le nombre de personnes livrées à la prostitution en France » tant l'éparpillement rend maintenant les statistiques difficiles à dresser. De même il paraît impossible de comptabiliser le nombre de prostituées exerçant dorénavant par le biais d'internet, notamment la prostitution étudiante qui est totalement marginalisée.

 La prostitution de l'est quant à elle, si elle a disparu des trottoirs, est revenue massivement sous forme d'« escorting » et il suffit de pianoter quelques minutes sur internet pour constater qu'elle est présente dans toutes les grandes villes de France, très souvent dans des hôtels luxueux. Sont-ce là les mêmes réseaux qui plaçaient leurs filles sur les trottoirs il y a huit ans ? Peut-être... En tout cas sur ce point le gouvernement tient des statistique précises et avance qu'en 2009 il y aurait eu 464 faits constatés de proxénétisme (voir la même intervention de B. Hortefeux en mai 2010) impliquant majoritairement des personnes d'Europe de l'est. Un chiffre qui ne prouve pas l'efficacité de la lutte contre les réseaux internationaux lorsque l'on sait qu'en France n'importe qui apportant une aide à une personne prostituée peut être condamné pour proxénétisme.

 On peut donc penser qu'en conséquence de la répression la prostitution s'est plus déplacée qu'autre chose.

 

Les conséquences à Lille

 A Lille, ville frontalière avec la Belgique, les conséquences de cette loi ont été un peu particulières, car étant une ville frontalière avec la Belgique dont la législation est plus tolérante la ville s'est vue progressivement vidée de ses prostituées qui sont parties remplir les « salons de massage » et autres « bars à hôtesses » de l'autre côté de la frontière à 15 kilomètres de là, où elles travaillent semble-t-il dans de meilleures conditions sous la tolérance de la loi belge. En effet sous l'effet de la répression française ce type d'établissement s'est énormément développé et ils pullulent désormais dans les villes frontalières belges mais aussi allemandes, suisses et espagnoles.

 Mais la prostitution de rue n'a pas disparu pour autant des rues lilloises, car il suffit de faire rapidement un tour du quartier commerçant du Vieux-Lille pour constater qu'il n'en subsiste plus que la partie la plus sordide. En effet s'offrent aux regards du passant attristé :

- De jeunes africaines, dont la mine déconfite laisse penser qu'elles ne sont pas là pour le plaisir ou pour l'argent mais bel et bien par la force de réseaux souterrains.

- Des Roms à la pauvreté effarante, dont on se demande parfois si elles sont vraiment majeures.

- Des toxicomanes, tremblantes et physiquement esquintées.

- Des cas sociaux divers, personnes âgées y compris.

- Des transsexuels, partie émergée de la prostitution masculine.

 En tout une quinzaine de personnes en journée visible quand vous allez faire vos courses, et cette situation dure depuis des années sans que personne n'agisse réellement comme le relatait nordeclair.fr dans un article du 12 octobre 2011 décrivant la colère des riverains.

 Un point commun à tout ces gens : la pauvreté, cause principale de la prostitution comme l'oublient trop souvent les gens qui tentent artificiellement de lutter contre elle avec des arguments moraux. Pauvreté qui allant croissant dans l'ensemble du pays génère des situations toujours plus dramatiques, la prostitution n'étant jamais « choisie » mais toujours subie du fait d'un manque de possibilités autre pour subsister financièrement. La lutte contre la pauvreté ne semblant pas être sa priorité, le gouvernement parle aujourd'hui de pénaliser les clients tel un plombier qui devant une inondation déciderait non pas de colmater la brèche mais de mettre une bassine sous la fuite d'eau.

 

La pénalisation des clients : tous les clients ?

 La pénalisation des clients est défendue par Roselyne Bachelot et revient régulièrement dans les médias sous un argument moral pour justifier davantage de répression. Pour cela on nous montre la misère des personnes prostituées qui est elle-même en partie la conséquence de la politique de répression menée précédemment. Le gouvernement joue alors le rôle du pompier pyromane bien-pensant, qui surgit pour éteindre un incendie qu'il a lui-même attisé en faisant disparaître la seule source de revenus de ces gens les plus pauvres sans réellement leur proposer d'alternative.

 La clientèle de cette prostitution de rue sordide est souvent à l'image de la misère qui y est à vendre, et les guimbardes qui s'arrêtent pour profiter des charmes des demoiselles traduisent elles-aussi de la position sociale des clients en question. Ce sont eux qui se feraient alors arrêter tandis qu'on ne voit que rarement des tentatives de pénalisations des clients fortunés profitant des charmes des escort-girls dans des hôtels luxueux, sauf au Carlton de Lille, bizarrement, mais on va y revenir.

 Car la prostitution hôtelière dans les établissements de luxe n'est pas un phénomène rare, comme chacun pourra le vérifier sur les sites d'annonces d'escort-girls, et on pourra noter par exemple l'étrange augmentation du nombre d'annonces à Strasbourg lors des sessions parlementaires ou à Cannes lors du Festival du Cinéma. Là aussi la répression du clientélisme semble inexistante.

 Sur ce thème on peut rappeler aussi l'aventure survenue pour le conseiller pour la communication de Jean-Pierre Raffarin, qui arrêté en avril 2004 dans sa voiture en compagnie d'une prostituée mineure roumaine de 17 ans avait été condamné en deuxième instance à 2500 euros d'amende. L'accusation d'« outrage à la force publique » demandée par les policiers ayant procédé à son interpellation n'avait pas été retenue et le dit conseiller a toujours nié les faits en avançant la thèse d'un complot (source : wikipédia). La peine aurait-elle été la même pour Monsieur « Tout-le-monde » devant de tels faits ? Il semblerait que la pénalisation des clients riches soit différente de celle des clients pauvres.

 De même on peut s'intéresser au genre (masculin ou féminin) du délinquant. En France la très grande majorité des personnes prostituées est féminine, mais le phénomène des clientes, comme ces « femmes cougars » consommant des escort-boys, semble en nette augmentation. Or il s'agit bien là de femmes aux revenus confortables qui paient pour des services sexuels des hommes ayant besoin d'argent, parfois ouvriers ou même smicards, et dans cette configuration de domination la prostitution semble beaucoup moins choquer les partisans souvent féministes de la pénalisation du client. On notera également que lorsqu'une célèbre actrice française sort son livre « Cliente » en 2005 dans lequel elle évoque ces pratiques, elle ne suscite pas l'anathème des groupements les plus virulents. Clairement : le « client » à abattre ne peut être qu'un homme, jamais une femme.

 La pénalisation du clientélisme, derrière l'argument moral, semble donc dirigée contre un seul type de client : l'homme pauvre. Lui et seulement lui. A une seule exception près récemment : l'affaire de l’hôtel Carlton de Lille.

 

L'affaire du Carlton

 Dans ce contexte typiquement français dans lequel on invoque la morale de façon permanente pour condamner la prostitution sans jamais clarifier sa définition qui est la domination sexuelle du plus riche sur le plus pauvre, sans jamais réellement agir contre la pauvreté qui est sa véritable cause, sans jamais aider les victimes à sortir de leur situation, sans jamais démanteler les réseaux les plus visibles de proxénétisme qui sont pourtant flagrants, sans jamais condamner réellement les clients dès lors qu'ils sont importants, l'affaire du Carlton est étonnante.

 Car cette affaire dévoile un réseau de proxénétisme qui n'en est pas vraiment un, car composé visiblement de responsables de grands hôtels qui ne font rien d'autres que ce que font leurs confrères dans d'autres villes de France : c'est-à-dire servir d'intermédiaire entre leurs clients et les prostituées. Cette affaire dévoile également un pseudo-réseau de proxénétisme caché et relativement décent alors que quelques rues plus loin d'autres sont flagrants et visiblement ignobles. Elle s'attaque à la prostitution dont bénéficient les plus riches alors que traditionnellement celle-ci n'est jamais dérangée à l'abri des grands hôtels. Elle court après des prostituées qui ont semble-t-il « choisi » leur activité en Belgique, dans le sens où elles ne sont pas forcées à l'exercer par un tiers, alors que quelques rues plus loin les trottoirs empestent le proxénétisme et le réseau mafieux.

 Alors pourquoi ?

 Et bien ce pourquoi, le seul pourquoi logique de cette affaire, est peut-être la fameuse « partie fine » impliquant trois prostituées lilloises avec un homme politique connu, dont on nous tait pour le moment le nom. C'est la seule raison valable pour avoir dérangé ces petites affaires connues de tous mais habituellement ignorées qui, comme un fil que l'on tire et qui remonte une surprise, va peut-être remonter un nom bien pratique pour celui qui a tiré la ficelle à l'aube d'une campagne électorale présidentielle qui s'annonce pleine d’embûches.

 Deux questions sortent en conclusion :

- Quel nom va sortir au milieu de cette « partie fine », et être sali en pleine campagne électorale ?

- Qui a décidé subitement de tirer la fameuse ficelle magique, qui va permettre à son parti de gagner quelques points dans les urnes ?

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.66/5   (59 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Zousch Zousch 19 octobre 2011 18:08

    Je dirai même article passionnant, n’éludant aucune question et se concluant par des interrogations fort pertinentes, voire inattendues mais bienvenues.


    • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 21 octobre 2011 12:41

      Oui tout à fait, très complet* et de justes interrogations en conclusion, cette affaire est à mettre aussi en parallèle avec l’affaire Neyret qui semble être l’occasion de virer des policiers haut gradés pas assez dociles aux yeux du mini guide de la nation, ça craint !...

      *Pourrait servir d’exemple à des journalistes pro et me donne envie de re-fréquenter AgoraVox la Rue89 m’ayant beaucoup déçu... smiley


    • goc goc 19 octobre 2011 18:26

      Décidément le nain a mis systématiquement le feu au pays

      deja il avait interdit la police de proximité, afin d’augmenter l’insécurité
      puis il a fait les lois débiles concernant la prostitution
      et enfin il a passé son temps à réduire les effectifs et à décrédibiliser les forces de l’ordre (police- gendarmerie) en leur compliquant à outrance leur travail

      bref, il a cru que l’insécurité sera son arme absolue pour être élu et ré-élu
      mais aujourd’hui il s’aperçoit que cette arme se retourne contre lui, alors il essaye de cacher sa politique au lieu de faire marche arrière, mais le mal est fait et certains de ces dégâts sont irréparables

      ce type devrait être jugé pour toute sa politique, et ce sans même parler de ses traitrises comme le passage en force de la constitution européenne et son retour dans l’Otan comme valet de 1ere classe


      • Thucydide Thucydide 19 octobre 2011 18:46

        bref, il a cru que l’insécurité sera son arme absolue pour être élu et ré-élu

        Mais c’est toujours l’insécurité qu’il(s) cultive(nt) !

        Confrontés au marasme policier manifestement contre-productif, ils sont allés chercher une merveilleuse insécurité économique.

        Je mets finalement un pluriel, car il saurait être question du « Nain » ni de son « rival » Flanby, mais bel et bien de leurs donneurs d’ordres qui sont vraiment aux commandes.

        Et qui ont l’air d’avoir fini par choisir Flanby après la bourde de Dominiqueu niqueu-nique


        • Marc Bruxman 19 octobre 2011 19:22

          Je ne comprends toujours pas pourquoi la prostitution n’est pas légalisée et taxée. Cela n’aurait que des avantages :

          • Cela fait rentrer des sous dans les caisses, probablement un bon milliard annuel sans mesures impopulaires. 
          • Les putes auront un contrat de travail et une protection réelle. Les macs iront se faire mettre et changeront de business ou le feront proprement.
          • Cela permet d’économiser du temps et de l’argent pour la police et la justice. 
          • Cela sera moins hypocryte. Le sexe fait partie de la vie, c’est un besoin humain. Ceux qui n’ont pas ce qu’il faut pour le satisfaire payent. D’autres comme DSK payent aussi. D’un autre coté, mieux vaut qu’il foutte sa bite dans une pute consentante que de violer une meuf. 
          • Les emplois crées par les bordels : putes, création et rénovation des locaux, caissiers, comptables, ... feraient des chomeurs en moins. 
          Et dans le même temps on ferait bien de légaliser le canabis. Rien qu’avec pute + chichon on léverait sans mesure impopulaire de grosses sommes pour le budget de l’état et on allégerait considérablement le boulot des flics et des juges qui ne serait du coup plus en sous-effectif. Il n’y aurait plus besoin de construire des prisons car il y aurait moins de détenus à y mettre. Et moins de monde à l’ANPE car de vrais boulots crées.

          Rajoutons à cela une vraie libéralisation du secteur des boites de nuit qui créera plein d’emplois et nous permettra d’avoir de vrais clubs (comme à Berlin ou Londres) et on aura commençé une révolution. 


          • 65beve 20 octobre 2011 22:06

            MBruxman,

            J’aime bien le « pute+chichon » auquel je rajouterais « +bière »

            cdlt


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 21 octobre 2011 03:53

            @ Marc Bruxman


             Evidemment vous avez raison. Je ne vous même plus l’intérêt d’en discuter sauf se rappeler de l’hypocrisie, de la corruption de la malice qui mènent le monde. 


            S’en rappeler au moment où l’on vient de tuer des milliers d’innocents en Libye et que nos gouvernants apparaissent non seulement comme des Tartuffe, mais comme des criminels de guerre. 


            S’en souvenir, au lleu de s’étonner, si le mot "Karcher’ qu’avait utilisé Sarkozy pour menacer les banlieues prend un autre sens et cible une autre vermine qui n’est pas dans la cave, mais au piano nobile de la société française


            PJCA




          • suumcuique suumcuique 19 octobre 2011 19:39

            "Les ébats des vieillards lubriques
            Et les complots des noirs filous."


            • Solivo Solivo 19 octobre 2011 21:06

              Très joli plume.

              Bravo

              • Annie 19 octobre 2011 21:44

                Article très intéressant et bien argumenté. Ne serait-ce que parce qu’il n’y a pas de prise de position morale sur la prostitution, ce qui change un peu. Reconnaître le lien entre la pauvreté et la prostitution veut dire que toutes les mesures pour combattre la prostitution sont vouées à l’échec du moment que l’on ne s’attaque pas à la pauvreté et au manque d’opportunité.


                • Antoine 19 octobre 2011 23:40

                   Oui et il fait même remarquer que quand la prostitution profite aux femmes clientes, silence puisque une femme par définition ne peut être qu’une perpétuelle victime contrairement à l’homme, salaud permanent. Un bémol quand même, bon nombre de prostituées préfèrent leur activité à une autre, sinon plus pénible, du moins beaucoup moins rémunératrice (certaines se font en une « journée » ce que des salariées « classiques » gagnent en un mois voire plusieurs)


                • Annie 20 octobre 2011 22:20

                  Ce qui est justement intéressant dans cet article est qu’il n’essaye pas de marquer des points.


                • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 21 octobre 2011 04:12

                  La pauvreté qui motive certaines relations n’est qu’un cas d’espèce d’un principe bien plus general. 


                  Si qui que ce soit possède quoi que ce soit qu’un autre veut, il le lui cédera contre la compensation qu’il jugera raisonnable.

                  Le nier est stupide. Vouloir l’empêcher injustifié et, comme toute prohibition contre un crime dont la ’« victime » est consentante, vain et ridicule. 

                  Et avec ça la guerre à la drogue.... ! Quand ces imbéciles qui font ces lois vont-ils se fermer la gueule ou se décidera -t-on à la leur fermer !


                  PJCA



                • PiXels PiXels 20 octobre 2011 00:21

                  Excellent article, très bien écrit et dont on attend avec impatience la suite...


                  Mais si vous le permettez, je ferai une petite remarque concernant la définition que vous proposez de la prostitution :

                  « sans jamais clarifier sa définition qui est la domination sexuelle du plus riche sur le plus pauvre »

                  Je vous accorde que c’est la configuration la plus fréquente mais,
                  vous l’avez vous-même rappelé, le recours à la prostitution pour assouvir ses pulsions sexuelles n’est pas l’apanage des riches.
                  De même, vous n’êtes pas sans savoir que certaines escort girls parviennent à amasser de jolis magots (c’est un doux euphémisme)...

                  par voie de conséquence, il y a forcément des cas où le plus fortuné des deux n’est pas le client.
                  Ce qui invalide votre définition....par ailleurs beaucoup trop « réductrice », mais je ne développerai pas...


                  Mais pour le reste encore bravo et merci.


                  • gaijin gaijin 20 octobre 2011 09:58

                    « il y a forcément des cas où le plus fortuné des deux n’est pas le client. »
                    parce que vous pensez qu’un smicard va aller se faire une escort girl a mille euros la nuit ?
                    a ce prix il se marie


                  • PiXels PiXels 20 octobre 2011 11:54

                    à Gaijin


                    mauvaise foi quand tu nous tiens !

                    pour défendre quelqu’un que je n’attaque pas et qui en outre se défendrait beaucoup mieux lui même s’il en ressentait la nécessite, vous réussissez l’exploit de sortir 4 énormités en 2 phrases et 25 mots (ce qui fait quand-même la jolie moyenne de 1connerie/6,25mots et 2conneries/phrase)

                    Est-ce que j’ai parlé de smicard ? non, j’ai juste rappelé, comme l’auteur l’a fait lui-même, qu’on trouve des personnes ayant recours à la prostitution dans toutes les couches de la société.
                    Et ne vous déplaise, OUI, des gens aux revenus très modestes sont prêts aux pires extrémités, tout comme les joueurs ou les drogués, pour assouvir leurs pulsions..et par ex engloutir l’intégralité de leur maigre salaire ou les allocs pour une « heure passée avec une créature de rêve » 
                    Mille € la nuit  ! ! avec certaines filles, à ce tarif vous aurez l’option « petit bisou sur la joue gauche » ! Vous êtes, mon cher ami très très loin du compte même à considérer que le chiffre que vous proposez concerne un tarif horaire.

                    « a ce prix il se marie » : donc pour vous, n’ont recours à la prostitution que les célibataires n’ayant pas les moyens financiers de se marier !

                    Et de cette minuscule phrase, on peut également déduire que :
                    tous ces gens fortunés dont nous parle l’auteur de ce brillant article qui s’offrent à prix d’or les charmes et les « services » de ces call girls, TOUS ces gens fortunés ...seraient célibataires !!

                    Vous n’avez donc strictement rien compris :
                    Contrairement à vous j’essaie d’argumenter sérieusement mes propos.

                    Il me semble évident que l’on ne peut pas affirmer que OBLIGATOIREMENT 
                    le client est plus riche que la personne qui « lui loue son corps » et vend des « services sexuels ».
                    J’ai souhaité en apporter au moins une démonstration « mathématique » (j’aurais pu en développer d’autres)....pour expliquer pourquoi, à mon sens, la définition de l’auteur n’est pas « valide ».
                    En effet, par définition, une définition doit englober tous les cas de figures.
                    Ce n’est, en l’occurence pas le cas !....mais je n’ai aucun doute :
                    Zeugma n’aura aucune difficulté pour nous en proposer une meilleure

                  • PiXels PiXels 20 octobre 2011 14:53

                    T’as raison gaijin

                    c’est un des avantages d’AgoraVox
                    Taurais tort de t’en priver


                    QUAND ON N’A PAS D’ARGUMENT...on peut toujours moinsser !

                  • gaijin gaijin 21 octobre 2011 09:47

                    c’est même pas moi qui vous ait moinssé
                    mais pour le coup j’ai moinssé le message précédent
                    na !
                    je trouve votre diatribe ridicule
                    la fin de mon post était une boutade .......
                    pour le reste j’avais pris des exemples symboliques
                    pour le reste je regrette mais bien que je reconnaisse qu’il puisse exister des cas extrèmes il représentent quoi ? du 0.001 % ?
                    pour le reste les smicards ne savent même pas ou est le carlton ils vont voir la fille du rond point c’est tout !


                  • Marc Blanchard Marc Blanchard 20 octobre 2011 07:15

                    Je suis cofondateur d’une ONG française mais agissons en Asie du Sud Est. Nous luttons et assistons les victimes du trafic sexuel www.allianceantitrafic.org. Nous sommes probablement une des principales organisation dans ce domaine au niveau mondial.
                    Pour ma part je vit au Vietnam considéré comme sending country (pays d’expédition).
                    Nous retrouvons des victimes asiatiques dans le monde entier. Europe, Afrique, Australie, ... Il y a quelques mois 20 gamines en Grande Bretagne.
                    Tout cela pour dire que qui voyage un peu peut voir les contrôles draconiens effectués lors d’un embarquement. Comment ces filles peuvent être exportées au 4 coins du monde sans l’appui de fonctionnaires haut placés ?
                    Nous en avons dèjà coincé 2 qui se sont empréssé de rentrer chez eux en Europe sans qu’aucune poursuite ne leur soit attenté par leur pays.
                    Je rajouterai aussi que l’ONG fonctionne avec des budgets de gouvernements. Espagne. Finlande, USA, Australie,... qui comptent sur notre travail pour.
                    1) Venir en aide aux victimes, les protéger ou les informer.
                    2) Mener des campagnes de prévention pour mettre en garde les populations contre le leurre (en effet à la majorité des victimes il a été promis un travail à l’étranger avec haut revenu et elles se retrouvent prisonnières dans un bordel sans papiers et sans revenu).
                    3) Remonter aux gouvernements rapports et statistiques sur la situation dans chaque pays.
                    ...
                    Nous sommes une ONG française. Depuis 15 ans la France nous demande ces rapports que nous leur transmettons. Depuis 15 ans nous n’avons jamais reçu le moindre centime de la France.
                    Tout cela pour dire à quel niveau ils ont mis l’exploitation des êtres humains...


                    • Zousch Zousch 20 octobre 2011 10:18

                      La France ne vous donne rien ?

                      Pour son pdt vous en faites trop...lui seul a le droit...Non mais !


                    • kane85 kane85 20 octobre 2011 10:26

                      Merci de ce témoignage qui vient étoffer un très bon texte.

                      La France a vraiment un curieux rapport au sexe : les riches font ce qu’ils veulent sans être inquiétés, les pauvres sont automatiquement coupables que ce soit la prostituée que le client... tout cela sous fond de morale dégoulinante judéo-chrétienne...

                      On a pas bougé d’un poil depuis la royauté : les nobles avaient tous les droits et les autres allaient à confesse et étaient montrés du doigt pour la moindre faiblesse morale !


                    • goc goc 20 octobre 2011 11:13

                      pensez-vous sincèrement que notre gouvernement qui a dans son sein, un ministre pédophile reconnu, va faire quelque chose pour vous ??

                      a part obtenir obtenir la liste des victimes pour les rajouter au « catalogue » de chaire fraiche


                    • foufouille foufouille 20 octobre 2011 12:15

                      "Tout cela pour dire que qui voyage un peu peut voir les contrôles draconiens effectués lors d’un embarquement. Comment ces filles peuvent être exportées au 4 coins du monde sans l’appui de fonctionnaires haut placés ?"
                      faux papiers et agence de voyage complice
                      7500 pour une chinoise sans papiers de 45a
                      (pour le voyage)


                    • Ganesha Ganesha 20 octobre 2011 12:56

                      On reste effectivement perplexe de constater qu’après des millénaires d’histoire de l’humanité il y a toujours des gens qui rêvent d’abolir la prostitution...

                      Et s’il y a bien un « esclavage », c’est celui des hommes, qui ressentent un désir sexuel beaucoup plus impérieux que celui des femmes, et sont obligés de leur offrir des avantages matériels pour obtenir satisfaction...

                      S’il s’agit simplement de « mouiller DSK », on ne voit pas l’intérêt : il est déjà « hors concours » !


                      • Automates Intelligents (JP Baquiast) 20 octobre 2011 16:16

                        Pourquoi cette affaire sort-elle à Lille et pas ailleurs. Qui est maire à Lille ?


                        • Antoine 20 octobre 2011 22:39

                           Je viens de lire un manifeste des excitées nazillonnes qui proposent de dépénaliser le racolage (ok) ) mais aussi et surtout de sanctionner pénalement le client : le coup de la mouche et du miel ! Bande de con.....


                          • gébé gébé 21 octobre 2011 09:34

                            il faudrait déjà distinguer la prostitution du proxénétisme. Ce sont deux choses souvent liées mais fort différentes.

                            Ensuite, on ne voit vraiment pas ce que la morale vient faire là-dedans. S’agissant d’un contrat passé entre deux personnes majeures.

                            S’il n’y avait pas de demande, il n’y aurait pas d’offre !


                            • Analis 21 octobre 2011 16:01

                              Sans doute involontairement, la lecture de l’article donne une bonne idée de la solution, quand il évoque la situation en Belgique : la légalisation des maisons closes. Ainsi, les seuls proxénètes seraient les tenants de ces établissements, et pourraient être surveillés beaucoup plus aisément. Cela impose simplement une réglementation stricte et un système d’agrément afin de les filtrer et de laisser les maquereaux et autres trafiquants à la porte.

                              L’origine du système abolitioniste trahit sa nature puritaine : il fallait se débarasser de la prostitution, « reclasser » les prostituées - ce qui sous-entendait qu’elles faisaient quelque chose de mal. Ce qui ressort entre autres du fait qu’on n’a jamais essayé de « reclasser » les ouvriers, dont le travail était pourtant souvent bien plus aliénant. La même influence transparaît dans la loi de 2003 : on essayait juste d’empêcher les prostituées de se montrer. La justification par la lutte contre l’intensification du trafic immonde d’êtres humains depuis notamment l’Europe de l’Est était un trompe-l’oeil. Aucune mesure sérieuse n’était prise pour lutter contre les organisateurs, ce qui aurait impliqué entre autres de protéger les victimes de cette traite en les incitant à témoigner contre une régularisation de leur situation. Mais cela remettait trop en cause les dogmes de la droite.

                              Revenir au système réglementariste est donc la seule solution. En faisant fi de toutes les pudibonderies religieuses ou du fanatisme de certaines féministes intégristes, qui rejoignent les plus conservateurs en déniant aux femmes le droit de faire ce qu’elles veulent.

                              Quant au Rôle de DSK dans cette affaire... Il n’a rien fait de mal cette fois, c’est sûr. Juste peut-être un manque de sérieux. Mais si c’est avéré, cela confirmerait son goût pour les prostituées, et renforcerait l’idée qu’il était en mai au Sofitel pour cette raison (et par là-même, la possibilité qu’il soit tombé dans un piège).


                              • fn2009 23 octobre 2011 00:23

                                DSK a abusé de filles mineures !!

                                DSK a couché avec filles mineures.

                                je remets info importante car censuré alors que c’est apapru sur tous les journeaux
                                 
                                Tout a commencé en Belgique. Un proxénète français est accusé d’avoir mis en place un réseau de prostitution organisé avec l’aide d’un salarié du Carlton de la ville de Lille. Une centaine de filles auraient fait partie de ce réseau, réparties dans une dizaine de bars à hôtesses situés à la frontière Belge. A savoir qu’en Belgique, la prostitution est autorisée aux seules conditions que les filles soient entièrement consentantes et surtout majeures. Or, le problème dans ce réseau était qu’un grand nombre de ces jeunes filles étaient
                                mineures.

                                L’affaire fait grand bruit car des personnages importants seraient impliqués, dont des hauts gradés de la police, des hommes d’affaire et un avocat. Le complice qui officiait au Carlton de Lille est aujourd’hui en prison et son patron est entendu en garde à vue. Mais ce n’est pas tout car selon le site Closer.fr, un homme politique serait aussi impliqué et pas n’importe lequel : Dominique Strauss-Kahn. Le nom de l’ancien directeur du FMI aurait été cité par des prostituées et des intermédiaires du réseau. Une jeune femme aurait même confié qu’il avait profité de ses services.

                                La loi stipule que Dominique Strauss-Kahn est pour le moment considéré comme innocent. Il sera donc auditionné comme simple témoin de l’affaire, pour des faits qui se seraient déroulés en 2010. C’est une bien mauvaise période pour l’homme politique et on se demande bien quelles seront les prochaines révélations...



                                http://fr.news.yahoo.com/dsk-lhomme-...du-nouvelle-af faire-moeurs-104300868.html


                                • Vista Vista 24 octobre 2011 05:03

                                  Dites fn2009, avec tout les coquins, et il y en a de plus en plus, qui entouraient DSK dans ses parties de jambes en l’air, ses adversaires doivent avoir un beau dossier de photos compromettantes. D’ailleurs n’avait-il pas dit à certains journaux que le jour ou il se présenterait la foudre s’abattrait sur lui. Il n’avait pas tord. Tout cela sort au compte goutte ces jours ci avec la possible implication d’un haut gradé de la DCRI ! Ca commence à aller très haut.


                                • Blé 24 octobre 2011 07:35

                                  Tant que la prostitution sera considérée comme un acte « naturel », la condition humaine restera ce qu’elle est : d’un coté une poignée de dominants, de l’ autre coté le plus grand nombre, les dominés. Ces derniers utilisent les mêmes armes que leur maître : l’ argent.(soit parce que l’on en a ou au contraire parce qu’on n’en a pas)

                                  Le besoin de recourir à la prostitution, avant d’être un acte à mettre sur le compte de pulsions sexuelles, je plaiderais pour un acte à mettre sur le compte de la violence et l’ agressivité et de la domination, pulsions dont l’égo n’ arrive pas à maîtriser par manque d’ éducation.

                                  Certains jouissent avec leur sexe,(pédophilie, inceste,sado-maso, prostitué-e-s) d’autres avec leur portefeuille (jeux d’argent), dans les deux cas, il y a toujours un dominant (riche ou pauvre ce n’est pas le problème) et un-e dominé-e (enfant, homme, femme)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Zeugma


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès