Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Carte des points noirs routiers : un pansement sur un cancer (...)

Carte des points noirs routiers : un pansement sur un cancer généralisé

Le gouvernement vient de publier la liste des 53 points noirs routiers, suite à l’accident d’autocar survenu le 22 juillet en Isère. La commune de Saint-Nicolas-de-Port(54) y figure au grand étonnement de son maire, Luc Binsinger, qui dénonce sur son blog le pot-aux-roses (http://lucbinsinger.free.fr/)

A la suite du tragique accident de car survenu le 22 juillet 2007 dans la côte de Laffrey en Isère, le ministère de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement durables vient de publier sur son site (http://www.equipement.gouv.fr) la carte des sections du réseau routier national présentant un risque élevé d’accident pour les autocars et les poids lourds en raison de la déclivité. Cette carte recense 53 sites. A la demande du ministre de l’Ecologie, Jean-Louis Borloo, chaque lieu ciblé va faire l’objet d’un audit des ingénieurs du Conseil général des Ponts et Chaussées qui analyseront puis proposeront des solutions d’aménagement.

luc-binsinger.jpg

Luc Binsinger, maire de Saint-Nicolas-de-Port, dont la commune a été recensée comme point noir par le gouvernement, se réjouit d’une telle disposition. Néanmoins, il fait observer que le tronçon autoroutier ciblé ne présente pas une déclivité (5 %) ni une dangerosité élevées en comparaison d’autres routes de Lorraine ou de France : « Je suis étonné de voir sur cette carte figurer le nom de Saint-Nicolas-de-Port et en même temps de constater l’absence de routes accidentogènes, comme la côte de Fontoy en Moselle, sur l’A30, la descente de Piedmont-Longwy sur la N52 en Meurthe-et-Moselle, la montée Saint-Michel à Thionville aménagée en 2×2 voies sur la D14, la N415 menant au col du Bonhomme dans les Vosges. Tout comme je suis étonné de constater que c’est cette autoroute qui est considérée comme dangereuse alors qu’un kilomètre plus loin, près de 1 000 poids lourds par jour transitent par le centre-ville de Saint-Nicolas-de-Port, au milieu des habitations et sur une descente aussi raide, mais deux fois plus étroite ».

La moitié des accidents graves en France se passe sur route départementale

En outre, Luc Binsinger s’interroge sur l’efficacité d’une telle carte alors que l’étude effectuée par la Sécurité routière entre 2001 et 2005 (disponible à l’adresse web http://www.securite-routiere.gouv.fr/infos-ref/observatoire/index.html) montre qu’en France métropolitaine, 48,5 % des victimes de la route l’ont été sur les réseaux départementaux, 20,5 % sur les routes nationales, 18 % dans les petites agglomérations inférieures à 5 000 habitants. L’autoroute ne représente que 7 % dans le nombre de tués. En Lorraine, 52,9 % des personnes tuées le sont sur les routes départementales, voire jusqu’à 64 % dans le département des Vosges.

L’alcool et le manque de luminosité font plus de victimes que les côtes

Autres indicateurs que le maire de Saint-Nicolas-de-Port souligne : en 2006, 31 % des accidents graves et 44 % des personnes tuées sont intervenus de nuit. Taux qui sont particulièrement élevés par rapport au nombre d’usagers sur les routes à ces heures de sommeil. Enfin l’alcool est la cause de près de 30 % des accidents mortels et reste l’un des problèmes majeurs en matière de Sécurité routière.

Et Luc Binsinger de conclure : « La précipitation du gouvernement à sortir la carte des points noirs et à faire primer l’événementiel sur l’essentiel, pourrait laisser croire qu’il se soucie plus d’être actif que d’être efficace. J’ose espérer que ce ne soit pas le cas, car au regard de la réalité routière en France, 750 000 km de réseaux, 80 300 accidents et 4 700 morts en 2006, cette brève cartographie des 53 points noirs apparaît déjà comme un pansement posé sur un cancer généralisé ».

Rappelons enfin pour mémoire, qu’il y a exactement 25 ans, le 31 juillet 1982, survenait l’accident d’autocars de Beaune faisant 53 morts dont 44 enfants.

Les circonstances différentes de l’accident montrent à quel point il est nécessaire que les mesures en matière de Sécurité routière portent aussi sur les comportements routiers, sur la technologie des poids lourds et autocars, et pas seulement sur la route elle-même où a eu lieu l’accident.


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 2 août 2007 12:07

    L’autoroute ne représente que 7% des tués, donc il faudrait réduire le prix des péages pour inciter les gens à y rouler.

    Ben, non on préfère y installer des radars automatique et à y concentrer les forces de gendarmerie. Comme cela on incite les automobilistes à prendre les départementales.


    • Algunet 2 août 2007 13:37

      T’as raison il faut interdire les départementales... Autoroutes gratuites pour tous !


    • PSR 2 août 2007 13:49

      Et si l’autoroute ne présentait que 7% de tués justement parce qu’il y a radars et contrôles ? Et si ceux qui continuent à prendre les nationales voulaient simplement éviter de payer le péage ? Allez, un peu de bon sens !


    • HELIOS HELIOS 6 août 2007 19:17

      Mais non, les 7% étaient déjà vrais AVANT les radars !

      D’ailleurs la baisse des morts provient plus de la sécurité passive des vehicules que de ces mêmes radars puisqu’on constate des diminutions comparables partout en Europe.


    • HELIOS HELIOS 6 août 2007 19:29

      La boucherie ? Mais on s’en f... de la boucherie... du ministère au maire en passant par le préfet et l’ingenieur de la DDE.

      par contre, savoir où on pourrait mettre un radar qui rapporte, là c’est une étude interressante que tous font et se partagent déjà les recettes a l’instar de ce departement :

      citation : La Cour administrative vient d’autoriser le département de l’Essonne à demander une redevance annuelle à l’Etat pour occupation de l’espace public départemental pour chaque radar automatique. Selon le Président du Conseil Général, cela lui permettra de financer les travaux d’entretien de la voierie que l’Etat lui a transféré sans tranfert de budget...

      lisez en plus là : http://www.mylittlebuzz.com/?post/LEtat-pourrait-payer-une-redevance-aux-departements-pour-les-radars-automatiques-53-2007

      alors, vous comprennez, la sécurité routière, c’est du pipi de chat quand on explore les intérêts économiques des fabriquants, des consultants et des politiques qui trouvent aupres des plus sensibles d’entre nous des arguments de bas étages pour justifier les limites de vitesses appliquées n’importe comment.


    • Sparte Furia - Cherry Etoile LRT for Luc Binsinger Luc BINSINGER 2 août 2007 12:17

      Remarque très pertinente. Les radars ne sont pas évoqués dans l’article, mais merci Cris, de ce croisement d’informations


      • TSS 2 août 2007 13:01

        2 remarques :

        1)à chaque fois qu’il y a un accident grave on fait faire une carte des points noirs ce qui veut dire qu’en 50 ans on doit avoir une vingtaine de cartes mais jamais rien n’a ete fait pour les resorber !!

        2)les autoroutes sont privées à 80% alors qui paie les policiers,qui paie la DDE comme cet hiver !

        est que ces entreprises remboursent l’etat des frais engagés,sinon le contribuable engraisse les societe privée !!


        • MagicBuster 2 août 2007 15:24

          Pour le gouvernement SARKOZY c’est simple nous sommes tous des criminels.

          Tu fumes un pet’ , tu es un drogué. Tu bois deux bières, tu es un alcoolique. Tu parles à un enfant, tu es pédophile. Tu ne veux pas qu’on fiche ton ADN, tu es coupable.

          http://www.syti.net/Criminalisation.html

          Etre contre les idées de Sarko c’est défendre une idée, une vision de la France qui nous échappe.

          Etre contre Sarko, ce n’est pas être contre la France ou contre les Français, c’est de la résistance contre un ennemi interieur.

          L’union fait la Force, l’état censé protéger les français modestes, est maitenant utilisée pour les pressurer.

          Les gens les plus modestes vont logiquement s’unir , pour survivre. La guerilla reprendra . . .


          • GéraldCursoux Cursoux Gérald 2 août 2007 16:47

            Et les passages à niveau ! quel bel archaïsme routier... Combien de morts et de blessés par an ? Les accidents dus à des problèmes d’infrastructure sont plus nombreux et plus graves que les autres... mais chut ! il ne faut pas le dire, car ce qui compte c’est la chasse au chaufard !


            • Algunet 3 août 2007 04:38

              Ce que je ne comprends pas avec les passages à niveaux, c’est qu’il faut une sacrée volonté pour louvoyer entre les barrières et être diablement distrait pour ne pas entendre le signal sonore, ni voir le signal lumineux...

              Et les piscines privées, et les bouteilles de rouge ! quel bel archaïsme sociétal... Combien de morts et de blessés par an ? L’état, ce vilain profiteur n’a pas encore mis en place de PV automatique associé à l’alcool test obigatoire à chaque démarrage de véhicule...


            • lyago2003 lyago2003 2 août 2007 20:58

              Bonjour, Un autre exemple qui à mon sens est significatif de l’état d’esprit de beaucoup de nos élus qui privilégient certains travaux par rapport à la sécurité. Devinez pourquoi ? TGV à Diemeringen : TRES GRANDE VOLONTE faut-il toujours attendre qu’il y ait des drames pour agir ? Diemeringen : 1700 habitants Nord Ouest de l’Alsace. Pour arriver sur le parking du cimetière de diemerngen : situé à la limite de cette commune, en venant du centre, il faut couper la route en plein virage. Cette entrée de parking est située à l’endroit le plus dangereux, juste dans un virage avec une visibilité du prolongement de la route n’éxédant pas 20 m . Les usagers de la voie en sens inverse roulent très souvent à toute allure, étant hors agglomération à quelques m de l’entrée du parking, non signalé ! L’emplacement de cette entrée est ainsi extrèmement dangereux. plusieurs fois, même avec la plus grande vigilance, j’ai évité l’accident de justesse ainsi que de nombreuses autres personnes de la commune se rendant en ce lieu. Suite à l’accident mortel de notre fils et de sa compagne le 8.03.2003, nous sommes amenés à fréquenter le cimetière de diemeringen, ou reposent nos jeunes. Nous savons tous que l’infrastructure est l’élément déterminant dans la lecture de la route. L’enjeu de cette entrée est de réduire le risque d’accident.. J’ai donc décidé d’avertir le premier magistrat de la commune de la dangerosité de cette entrée. Après plusiquers entretiens, il a été décidé de demander l’intervention de l’ingénieur responsable de la Direction Départementale de l’Equipement (DDE) en charge de cette section. Il est donc venu sur les lieux, ainsi que le Maire et moi-même. L’ingénieur et le Maire et moi-même. L’ingénieur et le Maire ont reconnu que cette entrée n’était pas adaptée et constituait un danger pour les usagers. Je leur ai donc demandé ce qu’ils comptaient faire pour supprimer ce risque d’accident.L’ingénieur de la DDE a déclaré que ce problème n’étiat pas du ressort de la DDE mais de la commune, car cela se situe dans l’agglomération. Le maire a dit que la commune n’avait pas les moyens financiers de sécuriser cett entrée mais que la commune avait un projet pour changer le lieu de l’entrée. Cela pourra être fait d’ici deux ans. Nous étions alors en 2003 ! Nous sommes en Juin 2007, quatre années se sont écoulées et à ce jour absolument rien n’a été entrepris ! J’ai bien entendu relancé à plusieurs reprises le Maire. Ma dernière intervention date d’il y a environ un mois, avec toujours la même réponse : « cela sera fait plus tard »... Dans le même cadre et vu l’inaction de notre commune, jai aussi signalé ce point dangereux sur le site du Ministre des Transports (de l’époque) : Gilles De Robien...sans réponse à ce jour ! Mais suite à mes demandes réitérées et à mes pressions médiatiques, le premier adjoint au Maire, responsable des infrastructures routières de la commune a réagi et fait publié dans le quotidien des Dernières Nouvelles d’Alsace le 26.09.2004 un article qui me semble révélateur de l’état d’esprit de certains de nos élus. Je cite « comme il s’agit d’une route départementale, nous ne pouvons prendre aucune initiative sans l’accort de la DDE. A notre demande, celle-ci effectue une étude dont les résultats devraient être prochainement communiqués au Conseil Municipal. Heureusement, nous n’avons à déplorer aucun accident à cet endroit précis, en lien avec l’activité du cimetière ». 1°) - Cette réaction justificative de l’Adjoint au Maire de Diemeringen en charge de la sécurité routiière, est à mon sens « déplorable ». En effet, faut-il comprendre que vous pouvez être victime d’un accident de la route. L’essentiel étant que cela ne doit avoir aucun lien avec l’entrée visée du cimetière de sa commune ? 2°) - Par la spécificité du « nouveau cimetière » les personnes devant s’y rendre seront de plus en plus nombreuses et donc le potentiel accidentogène sera forcément plus élevé. Actuellement il n’est utilisé qu’au tiers environ de sa capacité, mais son accès doit tenir compte de son développement futur. Faut-il attendre, comme c’est trop souvent le cas, qu’il y ait des accidents, des personnes blessées et des vies brisées pour toujours, pour qu’on prenne en compte cet endroit qui est source d’accidents potentiels ? A quand des accidents corporels pour faire bouger les choses ? Je dois constater, qu’après toutes ces actions ainsi que les relances auprès du Maire de Diemeringen et de la DDE, les institutionnels et décideurs ne se sentent pas vraiment concernés.....


              • Merci lyago2003 pour cet intéressant témoignage.

                A Saint-Nicolas-de-Port, ville de 8000 habitants, le problème est un peu différent. La route départementale coupe la ville en deux et relie l’autoroute A33 à la vallée industrielle de la Meurthe. Mille véhicules lourds en moyenne empruntent tous les jours cette route, soit 365 000 camions à l’année, qui passent par le coeur de ville.

                Et au problème de la sécurité s’ajoutent les nuisances que crée le passage de camions : bruit, vibration, pollution.

                Alerté sur le problème il y a plus de 20 ans, le Conseil Général de Meurthe-et-Moselle a promis la réalisation d’une déviation pour absorber le trafic “parasite” de véhicules lourds. Mais les choses n’ont pas beaucoup évolué depuis. Face à la relative inertie du département et à l’attente des habitants, le nouveau Maire, Luc BINSINGER a décidé de relancer le Conseil Général sur le Projet. Après plusieurs réunions de travail entre la Commune et le Département, un projet crédible a pu enfin voir le jour. Il a été présenté à la population il y a un an environ. Cependant, le Conseil général nous a annoncé que le projet ne serait pas réalisable avant 2012, pour des raisons budgétaires entre autres.

                Là aussi, en dépit du travail et de la volonté du Conseil Municipal à faire aboutir le dossier, le projet traîne et l’on se demande si en France, la survenue d’un accident n’est malheureusement pas la condition préalable à toute réaction et tout changement de la part des autorités haut-placées.


                • lyago2003 lyago2003 3 août 2007 21:24

                  @Sparte Furia - Cherry Etoile LRT for Luc Binsinger ,

                  Il y a peu de temps encore l’Etat ponctionnait dans les crédits destinés au ministère des transports !

                  Les gravillonnages des routes deviennent systématiques en effet ils reviennent beaucoup moins chers que les enrobés et tant pis pour les victimes qui se font surprendre comme ce jeune homme de 20 ans qui a perdu la vie car le gravillonage n’avait pas été signalé par le DDE par contre le lendemain fleurissait des panneaux sur le parcours gravillonné et c’est avec cet état d’esprit que l’on veut faire arrèter la boucherie sur nos routes ???????????

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès