Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Castres : Comment la justice a nié la parole des enfants pendant 10 (...)

Castres : Comment la justice a nié la parole des enfants pendant 10 ans

Nous allons parler d’une petite fille, on l’appellera Julie. Elle a trois ans quand sa mère, Sandrine, rencontre Jean-Claude, divorcé, qui est son supérieur au travail. Très vite, Julie sent que Jean-Claude agit bizarrement avec elle, mais ne comprend pas ce qui se passe, n’en parle pas au début. Puis ça recommence avec sa soeur, et la parole des petites est niée par la Justice. Chronique de 10 années de surdité judiciaire.

Puis un jour elle se plaint de douleurs à sa grand-mère, qui l’emmène chez le médecin de famille. Celui-ci constate dessin 4 n°11 - Copieà deux reprises, en juin et en juillet 2000, que le sexe de la petite est enflammé. Un pédopsychiatre consulté par la grand-mère ira jusqu’à faire un signalement auprès du Procureur de Tarascon. Un quatrième médecin fait dessiner la petite : elle représente un grand lit, avec Jean-Claude et une « excroissance » pleine de « poils ». Elle dit que « le zizi ça fait mal au cucul », qu’elle a pleuré, qu’elle n’aimait pas la « colle » qu’il lui mettait…

La grand-mère fait un signalement, puis dépose plainte ; une vague enquête est menée, et la mère, sous l’influence de Jean-Claude, n’entend pas sa fille et se brouille avec sa propre mère. Julie, elle, part en famille d’accueil avant même ses quatre ans. La plainte de la grand-mère est classée sans suite. Elle en redépose une, classée sans suite très rapidement.

De nombreuses auditions de Julie, de sa mère et de sa grand-mère se succèdent, mais pas d’expertise médicale. Le seul médecin envoyé par la Justice conclura qu’il ne s’est rien passé et que Julie va très bien, malgré qu’elle ait répété les faits devant plusieurs personnes qui en attestent.

Julie retourne chez sa mère à la rentrée. A l’école, elle se renferme, Jean-Claude la brutalise quand sa mère est absente. Pendant un an, Julie ne peut voir sa grand-mère qu’en point rencontre. Lors d’une de ces visites, elle reparle des abus devant une assistante sociale, qui écrira pourtant dans son rapport que Julie « a toujours nié avoir été victime d’attouchements sexuels de la part de l’ami de sa mère ». Quant aux abus, cette assistante sociale dira à Julie qu’il «  s’agit d’un mauvais rêve », et que « on va dire qu'il l'a fait et que maintenant il ne le fait plus » ... Le même assistante « sociale » fera ensuite comprendre que Julie ne veut plus voir sa grand-mère, et même qu’elle a menti, du haut de ses cinq ans.

Pendant ce temps, Jean-Claude vire au tyran domestique, il isole Sandrine, maltraite Julie, qui a alors six ans. C’est à ce moment que Sandrine tombe enceinte de triplés, mais Jean-Claude l’oblige à avorter de l’un d‘eux. Elle ira pour une fois accompagnée de Jean-Claude, qui est trop occupé. Les jumeaux, Aude et Romain, naissent en juin 2003, puis le couple se marie en mai 2005 et déménage avec les trois enfants.

Le choc

Le 6 septembre 2007, Sandrine tombe de très haut quand elle voit Aude, âgée de 4 ans, se toucher le sexe après la douche. Comme un gouffre qui la ramène sept ans en arrière. Aude finit par lui dire qu’elle a subi des attouchements de la part de son père, comme Julie sept ans plus tôt.

Sandrine va chez le médecin, demande le divorce, Jean-Claude va vivre ailleurs car il est muté et veut prendre son propre appartement, si bien que les jumeaux voient leur père en point rencontre.

Puis, Sandrine entame le chemin de croix judiciaire.

Tenter de convaincre les gendarmes de la laisser déposer une plainte, amener sa fille aux visites médicales, chez le psychologue, aux auditions chez les flics. Les enfants ne veulent plus voir leur père et Sandrine a les plus grandes difficultés à les amener au point rencontre.

De son côté, Jean-Claude prend un avocat et demande à des proches de rédiger de fausses attestations, histoire de montrer que Sandrine est une mauvaise mère. Mais surtout, personne ne veut entendre Aude, comme personne n’a voulu entendre Julie auparavant.

Pourtant elle dit bien aux policiers, en présence d’un pédopsychiatre, que son père l’a touchée, mais on considère qu’elle divague et finalement la plainte est classée sans suite. Aude subira d’autres auditions, où elle répète les faits. On ne l’écoute pas plus.

Sandrine a droit elle aussi à des auditions et des examens psychiatriques, où on considère qu’elle a une influence négative sur ses enfants, pendant que Jean-Claude passe pour quelqu’un d’équilibré.

Le juge retiendra que Sandrine « n’a qu’une volonté, détruire [Jean-Claude] et le faire passer pour un monstre aux yeux des enfants, pour s’en débarrasser comme elle l’a fait pour le père de sa première fille [Julie] », qu’elle « détruit son image de père » etc. Alors que lui ne s’était jusque là jamais soucié de son image de père, étant absent des semaines entières, violent avec Julie et Sandrine, menaçant.

Sandrine décide finalement de se porter partie civile pour Aude et Julie. Pour qu’on prenne sa sœur au sérieux, Julie écrit à l’assistante sociale qui la suit. Elle redit les abus commis par Jean-Claude, et qu’elle est « en colère car personne n’a cru ma sœur et ni moi ni ma mamie il y a 8 ans en arrière. Et j’en veux beaucoup à ma mère car elle ne m’a pas crue ». 

A nouveau « expertisées », Julie et Aude sont à nouveau discréditées. On dit que Julie manipule sa sœur, que le climat familial est malsain et hostile aux hommes, que Sandrine est à la limite du « syndrome d’aliénation parentale »... Le père a d’abord des droits de visite en point rencontre, puis un droit d’hébergement, et toutes les plaintes de la mère sont classées sans suite, sans investigations sérieuses. Par exemple, un ami du père qui a menacé Julie n’est jamais entendu, Jean-Claude nie les faits mais on ne cherche pas dans sa vie antérieure, on ne procède à aucune confrontation, ses proches ne sont pas auditionnés…

Fin 2009, quand les enfants sont menacés de mort par la famille de leur père lors d’une forte altercation qui s’est déroulée devant chez Sandrine, elle décide de retirer ses enfants de l’école et refuse de les présenter à leur père. La justice ordonne alors qu’ils soient placés, et un non lieu tombe pour les abus commis sur les filles.

Pour non présentation d’enfants, Sandrine est condamnée en juin 2010, en son absence, à six mois de prison ferme, et le divorce est prononcé à ses seuls torts bien que Jean-Claude vive en concubinage à cette époque. Sandrine n’a le droit de voir ses enfants qu’en point rencontre, en présence d’éducateurs. De son côté, le père obtient l’autorité parentale exclusive.

Le 7 décembre 2010, Sandrine est arrêtée alors qu’elle vient déposer Julie à son collège. Elle part immédiatement en prison, et le 25 janvier les gendarmes de trois brigades différentes viennent chercher les jumeaux au domicile de leur tante, puis on les place dans un foyer. « Savoir que tu es en prison me fait beaucoup de peine. Quand j’ai vu les flics devant le bahut et que je les ai vus t’emmener comme une criminelle alors que tu fais tout pour nous protéger contre un homme qui m’a violée, qui nous a battus, et qui m’a traitée de menteuse », écrit l’ado à sa mère.

Sandrine est finalement libérée le 27 janvier, et placée sous contrôle judiciaire. Elle ne peut pas voir ses enfants avant le 22 juin, et ce jour-là ils semblent complètement bloqués, ne parlent pas. L’audience pour la non présentation d’enfants, pour laquelle Sandrine risque de repartir en prison, est repoussée au 16 novembre 2011.

La morale de cette histoire ? La parole de deux petites filles a été niée, des années durant. Même si des médecins les ont crues, et ont insisté sur les faits. Dans cette affaire, il y a de nombreuses anomalies au niveau des procédures et des réponses judiciaires. Mais, c’est banal dans ces histoires. Aujourd’hui, Julie voit sa famille éclatée à cause de cette affaire, mais elle a décidé de se porter partie civile.


Moyenne des avis sur cet article :  4.48/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • jef88 jef88 29 octobre 2011 12:17

    QUESTION : Profession de JC ?

    Il semble avoir pas mal de relations ....


    • Chris83 29 octobre 2011 12:52

      Merci Ceri pour cet article.

      Le blog RE-OPEN DUTROUX recense de multiples histoires similaires. A se demander s’il existe en France un seul juge pour enfants intègre... tel cet article récent :
      Juge pour enfants à la tête du réseau pédophile (CORAL => ESPOIR CFDJ)

      Ici encore, les méthodes particulières d’une certaine magistrature : La stratégie du paratonnerre

      Sandrine et Julie ont besoin plus que de courage et d’obstination : des parents protecteurs confrontés à ces horreurs qui se sont vus menacés, emprisonnés ou enfermés en HP n’ont eu leur salut qu’en se cachant à l’étranger avec leur(s) enfant(s). L’Affaire Vincent, au coeur du terrorisme d’Etat est un livre-témoignage de Stan Maillaud, ancien gendarme (téléchargeable gratuitement).


      • non667 29 octobre 2011 15:34

        cela parait tellement incroyable !
        et pourtant !
        rappel :les enfant du juge pierre roche témoignent .
         http://video.google.fr/videoplay?docid=2446309226549109687


        • Rensk Rensk 29 octobre 2011 16:53

          Bon, l’histoire n’est pas la même mais... Si vous rencontrez dans votre vie quelqu’un de divorcé d’une personne de pouvoir (policier, social, maire, prof) et que vous cherchez justice... OUBLIEZ !


          • Intelle Intelle 29 octobre 2011 19:20

            Malheureusement les pédophiles sont souvent des hommes (ou femmes) ayant l’apparence d’un être « normal » et il est d’autant plus difficile de les démasquer car ils offrent l’image d’un bon père ou mère de famille. Ces petites filles ont du souffrir le martyre à cause de leur beau-père, qui devait avoir, comme l’écrit jeff88, pas mal de relations qui l’ont aidé à échapper à la justice.
            Et que penser de sa volonté de faire avorter sa femme d’un des triplés qu’elle attendait, tout simplement pour supprimer un futur témoin de des crimes !
            Qu’ont fait les juges des rapports médicaux et des déclarations des fillettes ? Les examens médicaux ne pouvaient pas mentir, une petite fille de 4 ans ne peut pas avoir de vaginite !!!
            Les policiers qui écoutent les enfants savent que ceux-ci ne peuvent pas inventer certains gestes venant des adultes. J’en parle en connaissance de cause, car une jeune fille très proche de moi a subi le viol par son père, elle a tout de suite été crue par l’inspecteur qui l’a entendue...
            Cette affaire est un énorme gâchis, ce criminel est toujours libre des ses actes et de recommencer, pourquoi pas avec d’autres enfants.
            Je souhaite à la maman de se reconstruire ainsi que ses filles, qui doivent souffrir autant de la non reconnaissance de leur statut de victimes, que de ce qu’elles ont enduré pendant tout ce temps.


            • himmelgien 6 novembre 2011 20:03

               Difficile d’admettre la véracité de cette histoire : j’habite une région où de tels actes ne sont pas inconnus, mais découverts, prouvés et punis ... sans inverser l’ordre des victimes !... Ce récit donne l’impression de se dérouler dans une Société de pédophiles !.. Un point interpelle : J-C, le prédateur doit se sentir invulnérable et invincible !... Dans ce cas, ce genre d’individus ne se limite pas à une ou deux proies : il étend son terrain de chasse ... et il finit par se faire prendre tôt ou tard !... A la limite par un fils de gendarme ou de juge !... Le Temps n’est pas l’allié de ce genre de criminels !... Or, ce récit nous montre le contraire : plus çà va, plus le prédateur renforce son emprise !... C’est beaucoup plus que des « relations » dont il dispose !... Même des préfets, des présidents de tribunaux n’ont pas de tels pouvoirs !... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès