Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > CDS, titrisation, « Pissotière à roulettes » et Roms

CDS, titrisation, « Pissotière à roulettes » et Roms

Si avec un tel intitulé ce post ne reçoit pas le prix du titre le plus étrange d'Agoravox (dans l'hypothèse, bien entendu, où il y serait retenu pour publication), c'est à n'y rien comprendre ! Pour entretenir le suspense, je précise qu'il sera, en outre, en deux parties.

Première partie : CDS : "Voulez-vous jouer avec moa ?"

"Voulez-vous jouer avec moa ?" Ce titre est celui d'une pièce de Marcel Achard (1923 me semble-t-il ?) qui n'a rien à voir avec mon propos, quoique je mette en jeu pour le vainqueur, dans cette affaire, la fameuse tringle à rideaux du regretté Coluche. Venons-en au fait et au jeu !

Savez-vous ce que veut dire CDS ?

"Il rings the bell" ? Dans notre dialecte ordinaire, on dit plutôt "ça vous dit quelque chose !" Non ? Je vous vois déjà vous précipiter, d'un geste plein d'espoir, sur Google et Wikipedia pour y lire, non sans étonnement, que le CDS (pour Centre des Démocrates Sociaux) est "un parti politique français du centre droit, de conviction démocrate-chrétienne, fondé au congrès de Rennes, par la fusion du Centre démocrate de Jean Lecanuet et du Centre Démocratie et Progrès de Jacques Duhamel" In cauda venenum  ! Vous vous voyez déjà en possession de la tringle à rideaux quand vous lisez la suite  : " Le CDS fusionne, dans la suite, avec le PSD et devient "Force démocrate" en novembre 1995, sous l'impulsion de François Bayrou". L'évocation de ce dernier nom vous donne à croire que vous brûlez, mais pas du tout vous êtes au pôle (... avant la fonte des glaces !). Paix à toutes ces belles âmes mais vous n'êtes pas dans le coup et même fort loin du but !

Car "CDS" n'est pas du français mais forme l'acronyme, moderne lui, de "Credit Default Swaps", car la perfide Albion est le temple majeur et incontesté de la finance ; à ce titre, elle attire désormais le tiers de nos polytechniciens ; en revanche, la France, elle, demeure la pépinière des Médailles Fields (le Nobel des mathématiques) dont le plus pittoresque titulaire est sans aucun doute le dernier, que caractérisent, non sans pittoresque, son génie mathématique, son amour des lavallières et sa passion des araignées !

Venons en donc aux CDS en laissant de côté la tringle à rideaux qui restera inaccessible !

Les CDS, qu'on nomme poétiquement en français "couvertures de défaillance"[""" ou, plus joliment, "dérivés sur événement de crédit" ou même plus mystérieusement "permutations de l'impayé" constituent des "contrats de protection financière entre acheteurs et vendeurs", qui, dit-on, furent imaginés au sein de la banque John Pierpont Morgan. En France, cette pratique appelée "titrisation" (en anglais securitization ) a été introduite par la loi du 23 décembre 1988. Sous l'impulsion de P. Beregovoy, elle visait, en principe, à faciliter le développement du crédit immobilier en permettant aux banques de sortir les créances de leurs bilans et d'améliorer leur ratio « Cooke ».

Attachez vos ceintures car nous entrons à la fois dans une zone (ô combien turbulente, souvenons-nous des "subprimes") et surtout dans une "terra incognita", où se trouvent, non pas les innocents "ursi vel leones" des régions blanches et inexplorées des cartes d'antan, mais des ogres de phynances infiniment plus avides et plus redoutables. Je ai mis ici un peu de latin pour vous préparer à celui de la suite qui n'a rien d'ecclésiastique comme vous allez le constater :

"L'acheteur de protection verse une prime ex ante annuelle calculée sur le montant notionnel de l'actif à couvrir, souvent dit de référence ou sous-jacent (ce montant étant également appelé encours notionnel du CDS), au vendeur de protection qui promet de compenser ex post les pertes de l'actif de référence en cas d'événement de crédit précisé dans le contrat. Il s'agit donc, sur le plan des flux financiers, de l'équivalent d'un contrat d'assurance".

Poursuivons dans Wikipedia : "Il s'agit d'une transaction non-financée : sans obligation de mettre de côté des fonds pour garantir la transaction, le vendeur de protection reçoit des primes périodiques et augmente ses avoirs sans nul investissement en capital si aucun événement de crédit n'a lieu jusqu'à maturité (la fin) du contrat. Dans le cas contraire, événement plus ou moins probable mais très coûteux, il est contraint de faire un paiement contingent, donc de fournir des fonds ex post. Il s'agit donc d'une exposition hors-bilan.

Les CDS ont été largement incriminés dans la responsabilité de la crise financière de 2007-2010 puis la crise de la dette dans la zone euro de 2011".

Tu m'étonnes ! On dit que le marché des CDS représente plus de 90% de tous les dérivés de crédit, les trois-quarts de ce marché étant entre les mains d'une dizaines de "dealers". Mieux encore, en 2008, le marché des CDS dépassait de dix fois le montant total des créances sous-jacentes et même le PIB mondial !

En somme, X achète à Y, par exemple, un CDS sur une créance-bidon (des obligations d'Etat grecques pour prendre un cas célèbre), sans être lui-même en rien un créancier de la Grèce ; il le fait sur une base de prix qu'on nomme, dans le langage fleuri des traders, "le montant notionnel de l'actif à couvrir" (j'adore le "notionnel" qui veut simplement dire que ce montant est théorique et équivaut souvent à plusieurs fois le montant de la créance elle-même !) ; l'acheteur (celui qui par là s'assure en quelque sorte), ne paye pas le vendeur, en réalité, sauf en lui versant "des primes périodiques", le seul intérêt du "vendeur" (l'assureur) étant "d'augmenter ses avoirs [purement théoriques puisque c'est de la monnaie de singe en général] sans nul investissement en capital".

Il ne reste plus au "vendeur de protection" (l'assureur) qu'à prier pour que ne se produise pas un "événement de crédit" [toujours ce bel art de litote, puisqu'il s'agit là de la faillite de la Grèce par défaut de paiement] et à "l'acheteur de protection" qu'à prier, à l'inverse, pour que se produise le même fâcheux "événement de crédit" qui lui permettra de toucher l'assurance. 

Si vous comprenez quelque chose à ce système, dites-le moi et surtout expliquez-moi comment on peut être assez stupide pour marcher dans pareille combine, sauf si le vendeur et l'acheteur de CDS sont une seule et même personne ou institution et si l'on trompe sciemment le gogo acheteur !

 

Pour y comprendre un peu quelque chose, faites comme moi, lisez Gaël Giraud sj, notre génial trader devenu jésuite

http://www.facebook.com/20propositions

http://www.20propositions.com/


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • vesjem vesjem 19 octobre 2013 23:02

    bien , j’y vois plus clair ;
    je ne doute pas que des spécialistes financiers n’en sont qu’aux prémices des inventions (machiavéliques) , comme il en est de de l’informatique  


    • pens4sy pensesy 20 octobre 2013 01:22

      C’est l’histoire du mec qui prend une assurance incendie sur la maison de son voisin.
      Il lui ne reste plus qu’a y mettre le feu et empocher le l’assurance.


      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 25 octobre 2013 10:15

        PISSOTIERES A ROULETTES OU VESPASIENNES DE NOS ELUS COMME placé....désir de non avenir..... ou DU LISIER DE COCHONS QUE NOUS NE SENTIRONS PLUS EN BRETAGNE...IL FAUDRA ALLER EN ALLEMAGNE VISTER LES CAMPS DE TRAVAILLEURS DE L EST PAYES SANS CHARGES A 500 EUROS /MOIS et sentir ce doux parfum détesté par les « écolos zérosbobos » écotaxeurs.....

        ELLE VOUS A BIEN EU MERKEL...CHICHI.. SARKOMER ET FLAMBITEL......... ???????


      • COLLIN 20 octobre 2013 12:59

        Merci pour cet article,somme toute assez clair !

        L’ensemble de la finance mondiale n’est en fait qu’un gigantesque château de cartes bâti sur des sables mouvants.

        La « titrisation » fait en sorte que quasiment tous les « actifs » des banques centrales (BCE/BOJ/FED/BOE,etc..)des banques commerciales,d’affaires, et des assurances,sont « pollués » par ces titres pourris...

        Officiellement,le « levier » des banques serait de 40/1...ce qui fait qu’une dépréciation de leurs actifs bancaires de 2.5% signifie pour elles la faillite...

        Or,non seulement la valeur de ces actifs s’est déjà effondrée de bien plus que 2.5%,mais les connaisseurs de ce système de « pyramide » sont certains que le « levier » est bien au-delà de 1/40,voire 1/100...

        En clair,tout ce système sera déclaré en faillite financière,dès lors que l’on osera auditer sérieusement les bilans de ces établissements.....

        La seule mesure raisonnable qui permettrait d’éviter la méga crise qui s’annonce,(et d’éviter la barbarie qui l’accompagnera de façon certaine),et qui en fait signera la fin de la civilisation « occidentale »,serait,en ce qui concerne notre pays,de nationaliser pour le FRANC symbolique et sans aucune contrepartie tout les établissements bancaires,financiers,de crédit,ainsi que toutes les compagnies d’assurance,et ceci sans prévenir,par exemple un dimanche matin,veille d’un grand pont,ce qui permettrait de gérer l’effondrement...juste avant que celui ci ne survienne...

        Simultanément,il apparait inévitable de mettre au secret pendant quelques semaines,tous les acteurs de la finance (les gros poissons,pas les dédé la sardine) afin de s’assurer une sécurité sous la forme d’une monnaie d’échange humaine et bien vivante dont la valeur s’apprécierait dans ces moments « tendus »...

        Mais pour cela,ne comptons pas sur l’UMPS....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès