Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Ce qu’il reste de nous…

Ce qu’il reste de nous…

Dans les écoles, on nous apprend que l’apanage de l’héritage historique est symbolisé par des conquêtes agressives, des croisades belliqueuses, des massacres glorieux, des victoires sur les autres pays, sur les autres espèces, sur la Nature dont la soumission est un bienfait. Virtuosités artistiques, scientifiques, techniques, voire sportives complètent le tableau d’une histoire qui, pour l’essentiel, est subjective et relative à chaque étendard. Progrès et cathédrales, conquêtes et appropriations, marathons et découvertes ne suffisent pas à la grille de lecture de ce que l’on se plait à nommer l’aventure humaine, ce qui n’est pour l’essentiel que mésaventures et tribulations. Au-delà de la lorgnette académique, la postérité retiendra de nous tout le contraire d’une empreinte glorieuse, ne rapportera que cicatrices, saccages et dégâts, et quels dégâts ! Si nous ne pouvons apparemment pas éviter les outrages commis à la Planète, il serait de bon ton de cesser de les taire et de mentir. Les rapporter, les constater pour en mesurer l’ampleur, en ressentir une profonde honte pour tenter de corriger un tant soit peu le tir ne sont pas des attitudes historiques. Si la biohistoire existe, où sont les biohistoriens ? Il semblerait toujours que nos monuments aux morts ne relatent que des Homo sapiens. C’est incomplet, il serait l’heure d’un inventaire du « Vivant posthume ».

Le bien commun est mis en péril par une totale soumission d’une population grégaire à un marché global, à un mercantilisme forcené de tout, jusqu’au réservoir génétique et bientôt à l’eau potable… La Terre nourricière est étouffée, desséchée, exténuée, fourbue. C’est un peu normal quand on estime que l’homme ne fait pas seulement la guerre à l’homme, mais aussi à la Nature, qu’il a proliféré au détriment des autres espèces et de leurs habitats outrancièrement oblitérés. Consciemment ou culturellement, par un strict rapport de force doté du surnuméraire et étayé par la technique, il surexploite la Terre nourricière, il persécute tout ce qui pousse, tout ce qui bouge, épuise les stocks, abuse de la Nature jusqu’au recul, au déclin, à la défaite finale du Vivant, sans même se rendre compte qu’il signe ainsi son propre arrêt de mort. C’en est déjà presque fini du climat, du sol (biologiquement mort ou aridifié), de tous les écosystèmes et pas seulement des seules forêts (dont 20 000 hectares sont biffés chaque jour), des autres espèces (25 000 extinctions annuelles d’espèces), de l’eau douce (pollution, surpompage), des énergies fossiles (nous flirtons avec pic pétrolier), etc.

« L'humanité constitue en quelque sorte le cerveau collectif de la Terre-mère. La conscience humaine, avec son potentiel illimité de croissance spirituelle, doit maintenant dépasser les limites que lui imposent races et nationalités, religions et idéologies, afin de se pencher sur les problèmes de la planète tout entière. » « Nous devons nous débarrasser de cette superstition bizarre qui nous fait croire que l'espèce humaine a le droit particulier d'exploiter perpétuellement la planète à la seule fin de satisfaire ses besoins égoïstes ». Ces déclarations porteuses de sagesse et de simplicité écologique sont de Karan Singh, éminence spirituelle de la classe politique indienne et membre honoraire du Club de Rome, institution qui a toujours prôné la dépopulation mondiale et la croissance zéro comme prix à payer pour sauvegarder l’avenir planétaire (Rapport Meadows, 1972).

La Planète n'est pas à la disposition de l'espèce humaine, qui plus est se tient très mal. La Planète ne nous appartient pas, nous appartenons à la Planète. On connaît autant ces poncifs qu’on feint de les ignorer, ou que notre esprit calculateur et retord use de duplicité pour faire accroire à une prise de conscience. On se dit que le pire n’est jamais certain et on remet le couvert, on achète un nouveau trousseau de bébé, rose ou bleu, mais jamais vert, couleur de l’espoir écologique et donc du renoncement à procréer. La passivité devant le désastre annoncé n’a d’égal que la vie anormale des gens normaux. Nous vivons aux crochets de la Planète, à crédit sur le dos des écosystèmes, l’humanité s’endette sans cesse davantage auprès d’une Nature qu’elle ne pourra rembourser, usant, abusant, puisant des ressources que l’on sait en fin de stock. Le capital biopatrimonial est maintenant largement entamé, mais en aucune façon nous ne renonçons à nos prélèvements, la plupart du temps sans raison légitime. La dette écologique engendrée par cette surconsommation est insurmontable, la civilisation humaine est en faillite, la biocapacité de la Terre nourricière ne suit plus, nous en avons reçu d’innombrables avertissements, sans en tenir compte. Renoncer le plus possible à utiliser la voiture et l’avion, ne se chauffer qu’au minimum, privilégier les achats issus de circuits courts, moins énergétivores et moins polluants, notamment dans l’alimentaire en ayant recours aux produits de saison et de terroir, favoriser les articles sans emballage superflu, manger moins de viande, etc., seraient de bonnes résolutions pour diminuer notre empreinte écologique. Et parallèlement à ces bonnes résolutions, moins nous seront nombreux et plus légère sera la charge.

La société occidentale consomme à l’excès des ressources naturelles dont elle n’est pas détentrice et qu’elle extorque aux nations qu’elle domine tyranniquement. Nous sommes ainsi débiteurs par rapport aux contrées dont les citoyens exploitent moins de 1,8 hectare, comme c’est le cas d’un Indien, d’un Vietnamien, d’un Péruvien ou d’un Soudanais. On sait que pour continuer à vivre sur les modes adoptés, un Français nécessite trois planètes, un Américain quasiment six, ce qui projette un besoin moyen de deux planètes pour un Terrien. Belle leçon de solidarité planétaire quand on constate qu’un Américain s’octroie un droit de ponction cent fois supérieur à un Afghan. Difficile ensuite pour un Occidental de s’arroger le droit de donner des leçons de morale dans des pays écologiquement éreintés par notre faute.

Faire des enfants tue la Planète. Un nouveau-né monégasque usurpera sa vie entière sa part amazonienne ou groenlandaise sans jamais poser un pied ni en Amazonie, ni au Groenland, on l’a compris. Mais naître en Amazonie ou en Australie présente le méfait potentiel de menacer directement une biodiversité encore vive et remarquable. C’est pourquoi les populations des contrées naturelles présentent le risque rapproché d’une pression plus dommageable encore. On fera d’autant moins un enfant que l’on habite une région sensible, un des derniers bastions du capital vert de l’humanité. Le surpeuplement de l’homme est un antagonisme à la biodiversité. Contrairement à une vue trop hâtive de la situation planétaire, un enfant de plus à Londres, Mexico ou Hong Kong sera un moindre préjudice qu’un début de surpeuplement et d’inquisition humaine d’une Tasmanie ou d’une Papouasie. Restons absents ou absentons-nous de la Patagonie, du bassin du Congo, de la forêt boréale et de bien d’autres paradis encore sauvages et de riche naturalité, heureusement souvent peu hospitaliers pour l’homme. Ménageons les beaux restes du grand catalogue du Vivant, épargnons les ultimes réservoirs de gènes, les chambres fortes de biomasse et de stocks de carbone, mettons les prédateurs envahissants que nous sommes hors d’état de nuire et d’occire les derniers poumons de cette Terre. L’option du tourisme, même respectueux s’il existe, est un filon tout à fait négatif. Les régions encore partiellement épargnées n’ont besoin que d’une chose, de continuer à l’être. Toute présence d’un humain vivant sur le mode occidental incontournable et incontourné de l’American way of life est une calamité pour les équilibres naturels et une menace pour les ressources. Restons chez nous, confions les derniers berceaux de naturalité au savoir faire millénaire des peuples natifs et n’encombrons de nos progénitures et de nos futurs intrépides adultes que nos propres maternités, asiles et services d’urgence !

Tous les constats sérieux convergent : la poursuite d’un tel choix délibéré de croissance ne cesse d’amplifier la pression sur l’environnement dans des conditions qui créent des catastrophes ou qui démultiplient les cataclysmes que l’on disait naturels et qui le seront de moins en moins. Le levier démographique qui actionne cette économie forcenée pose même la question de la survie de l’humanité. Pour ne focaliser que sur le réchauffement climatique, qui ne représente qu’un des phénomènes damoclésiens actuels, on sait désormais qu’il s’est fortement accéléré sous l’effet des émissions humaines de gaz à effet de serre, dont le plus important est le gaz carbonique. Or, au-delà d’un réchauffement de 2° par rapport à l’époque préindustrielle, des méga catastrophes humaines sont prévisibles, bien plus graves que celles qui ont commencé à se manifester : sécheresses, inondations et tempêtes, élévation du niveau des mers, etc. On est actuellement à 1°, et comme les effets des émissions passées se font sentir durablement, on va passer de 1º à au moins 1,5° vers 2030. Si les tendances actuelles ne sont pas inversées, le réchauffement sera compris entre 2° et 6° bien avant le terme de ce siècle. Et nous nous abstenons d’évoquer certains scénarios beaucoup plus anxiogènes, non dénués de fondements pour autant. En France, pour que notre développement soit soutenable, il faudrait diviser par quatre nos émissions de CO2 par personne.


Moyenne des avis sur cet article :  2.82/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • leguminator 6 janvier 2012 09:32

    "Mais naître en Amazonie ou en Australie présente le méfait potentiel de menacer directement une biodiversité encore vive et remarquable"

    ça y est : il a pété les plombs !! Il veut génocider les Aborigènes et les Kayapos...

    @Tarrier
    Votre sophisme sans bornes est pathétique... Apprenez à réfléchir de façon cohérente avant de vous répandre comme vous le faites : en plus d’être ridicule, c’est dangereux pour ceux qui prendraient vos écrits au premier degré.

    Dans le cas où vous persisteriez, vous feriez tomber le masque et dévoileriez votre visage d’imposteur


    • Michel Tarrier Michel Tarrier 6 janvier 2012 10:12

      « Mais naître en Amazonie ou en Australie présente le méfait potentiel de menacer directement une biodiversité encore vive et remarquable. » Hors contexte, c’est censément cocasse et exploitable en démagogie ordinaire et grossière. Cette réflexion est un principe basique et l’attitude du « résident » donne la clé des conséquences. Les gros lourds qui viennent « pomper » les richesses ou profiter des lieux, comme tout colon exploiteur, font des dégâts et surpeuplent (cf. le cas des Amish dont le taux de croisade par lapinisme a été de 4440% de 1900 à 2008 *, mais aussi de groupuscules Israelites en forêt péruvienne). Tandis que les Natifs, dont tous les neurones sont en phase avec le Vivant, ont toujours contrôlé leur natalité, jusqu’à l’infanticide lorsqu’une naissance naturelle intervient une année de disette en menaçant la survie des autres enfants. Ça en bouche un coin à votre morale bâtarde fille d’un Christ millésimé ! La suite du texte est d’ailleurs : « C’est pourquoi les populations des contrées naturelles présentent le risque rapproché d’une pression plus dommageable encore. On fera d’autant moins un enfant que l’on habite une région sensible, un des derniers bastions du capital vert de l’humanité. »
      (*) http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/les-faux-amish-de-la-decroissance-103516


    • foufouille foufouille 6 janvier 2012 12:11

      comme lui (dieu), pas plus de deux


    • devphil30 devphil30 6 janvier 2012 10:40

      Et dire que certains ont mis non à cet article , le chemin à faire est long mais les échéances se rapprochent.


      Nous ne pouvons pas dire que l’on ne connait pas la situation mais malgré les signaux d’alertes nous continuons à brûler la terre jusqu’à la transformer en une fournaise. 

      Folie des hommes , folie d’un seul maître l’argent qui ne servira à rien quand les légumes ne pousseront plus faute d’eau et d’une terre stérile 

      Philippe

      • roro46 6 janvier 2012 12:32

        je crois que ce qui gène surtout dans les articles de M. Tarrier, c’est son ton, totalement contre productif.


      • foufouille foufouille 6 janvier 2012 12:13

        « L’option du tourisme, même respectueux s’il existe, est un filon tout à fait négatif. »
        sauf pour les helicologistes


        • Michel Tarrier Michel Tarrier 6 janvier 2012 12:37

          Faut-il produire ?


          • foufouille foufouille 6 janvier 2012 12:42

            ton apart est en pierre de taille ?


          • roro46 6 janvier 2012 16:15

            « Faut-il produire » ?

            Faut-il produire quoi ? Des articles ?  smiley

            Ce que je veux dire - mais vous l’aviez très bien compris -, c’est que si vous cherchez à produire une prise de conscience chez les lecteurs, le ton que vous employez est complètement inaproprié.

            Mais je ne crois pas que c’est ce que vous recherchiez.


          • COVADONGA722 COVADONGA722 6 janvier 2012 15:38

            l’auteur appelle à la retenue mais c’est son géniteur qui aurait du se retenir !
            yep !


            • Yohan Yohan 6 janvier 2012 15:42

              Il devrait même s’auto-détruire pour montrer sa cohérence smiley smiley


              • astus astus 6 janvier 2012 16:56

                Bonjour,

                Le constat que vous faites n’est pas faux car les hommes abusent en effet des ressources de la planète ce qui risque se retourner tôt ou tard contre eux, mais il est malheureusement peu productif parce que les gens croient toujours que les catastrophes n’arriveront qu’aux autres, et qu’ils se méfient à juste titre des dictatures, fussent-elles vertes et ver-tueuses. D’ailleurs en son temps personne n’a écouté les prédictions de Cassandre, elles aussi assez péremptoires, ce qui l’a menée à la solitude. Il serait à mon avis plus intéressant de vous demander pourquoi les hommes se comportent de cette manière parce que je ne vois pas comment une écologie plus responsable pourrait advenir sans une réflexion approfondie sur le psychisme humain, notamment la violence et l’instinct de mort.

                Cordialement.

                • Gandalf Claude Simon 6 janvier 2012 18:09

                  Tarrier, représentant indépendant de nos élites qui souhaitent pratiquer la sous-population en propageant le maximum de crises et en ponctionnant du mieux qu’ils peuvent les gueux a enfin été démasqué.


                  Voici ce qu’écrivent ses chefs :

                  • Gandalf Claude Simon 6 janvier 2012 18:14

                    " Consciemment ou culturellement, par un strict rapport de force doté du surnuméraire et étayé par la technique, il surexploite la Terre nourricière, il persécute tout ce qui pousse, tout ce qui bouge, épuise les stocks, abuse de la Nature jusqu’au recul, au déclin, à la défaite finale du Vivant, sans même se rendre compte qu’il signe ainsi son propre arrêt de mort. "

                    Voilà pourquoi Tarrier a décidé de persécuter l’humanité.

                    • roro46 8 janvier 2012 11:56

                      Bien que, encore une fois, je ne partage pas du tout le ton des articles de M. Tarrier, j’en partage néanmoins d’avantage le contenu - je devrais d’ailleurs plutôt dire :
                      le constat qu’il fait de l’état du monde.

                      Cela n’engage pas à partager les solutions qu’il préconise.

                      Il faut reconnaître qu’on est quand même sur un drôle de chemin - en route pour le mur si on ne change pas de direction -, et que l’humanité n’a nullement besoin de M. Tarrier pour se persécuter elle même.


                    • Gandalf Claude Simon 6 janvier 2012 20:17

                      Michel, regarde le taux de fécondité de l’Europe : 1.50 enfants par femme

                      Je ne t’explique pas toute l’abomination et l’ignominie qu’il a fallu pour arriver à ce résultat, mais il est là.

                      Franchement, tu es en train de prêcher des vaincus.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès