Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Ces femmes qui ne veulent pas d’enfants

Ces femmes qui ne veulent pas d’enfants

Depuis quelques années maintenant, il semble qu’un tabou commence à se briser en Europe occidentale. En effet, de plus en plus de couples et notamment de femmes clament ne pas vouloir d’enfant, ne ressentir aucun instinct maternel notamment en Allemagne où le phénomène est en pleine expansion. Quelles sont les principales raisons de ce refus de l’enfantement ? Est-il vraiment facile d’assumer ce choix au grand jour ?

On le sait déjà, les progrès dans les moyens de contraception avec l’apparition de la pilule, le déclin de l’Eglise et de ses valeurs, l’émancipation des femmes par le travail ont fortement contribué à réduire la natalité dans toute l’Europe occidentale. Mais un nouveau phénomène contribue à cette baisse : le refus de certaines femmes d’être mères. Les principales raisons évoquées pour justifier un tel choix sont une peur de ne pas être à la hauteur, d’être une mauvaise mère, mais aussi des rapports houleux avec ses propres parents, un sentiment d’insécurité croissant face à un monde de plus en plus instable : conflits terroristes, chômage, violence, pollution, réchauffement climatique, multiplication des catastrophe naturelles... Mais par peur d’un futur qui est par définition indéfinissable, faut-il pour autant s’arrêter de procréer ?

Des raisons plus « personnelles » sont aussi à prendre en considération comme la difficulté majeure de gérer vie familiale et professionnelle notamment en Allemagne, où les femmes préfèrent privilégier leur carrière d’autant plus que les entreprises ne les aident pas et que les crèches et autres garderies ne sont pas en nombre suffisant pour accueillir tous les enfants. Il y a aussi la peur de perdre la complicité dans son couple avec l’arrivée d’un nouveau-né qui va totalement désorganiser les habitudes de la vie à deux. En effet si pour certains l’arrivée d’un enfant consolide à coup sûr un couple, pour d’autres, elle est non seulement une menace à son équilibre mais conduit aussi à aliéner sa liberté individuelle.

Cependant, il n’est pas aisé d’avouer clairement qu’on ne veut pas d’enfants.Les femmes qui le clament sont jugées assez durement par la société occidentale qui reste conservatrice, et notamment par les mères. On soupçonne leur sexualité, on les juge égoïstes, insensibles, superficielles ne voulant pas abîmer leurs corps... On les range dans la case des « vieilles filles » et on ne les considère pas comme des femmes « accomplies ». La « norme » véhiculée notamment par les publicités reste toujours celle de la famille idéale à quatre avec un garçon et une fille... Les non-mères peuvent aussi se sentir exclues lorque leurs amies, leur entourage ont des enfants qui deviennent leur principal sujet de conservation.Cependant il est à noter qu’on condamne peu à l’inverse un homme refusant d’avoir des enfants.

Pour que chacun se sente respecté quels que soient ses choix, il faudrait une compréhension mutuelle qui est plus souvent rêvée qu’obtenue.

Cependant les politiques ont bien compris qu’à l’heure où le problème du financement de retraites se pose, il apparaît primordial de continuer à faire des enfants, gages de vitalité d‘un pays, et offrent ainsi de plus en plus d’aides aux familles nombreuses, tentant d’accroître les structures de la petite enfance.

Mais cela ne changera en rien les convictions profondes de celles qui ne souhaitent pas devenir mères. Alors, qu’on fasse le choix d’enfanter ou non, c’est à chacun de suivre la ligne qu’il s’est fixée et de trouver son bonheur.


Moyenne des avis sur cet article :  4.12/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

82 réactions à cet article    


  • haddock 23 juillet 2007 09:51

    Au XXI siècle il me parait bien normal qu’ une femme ne désirant pas d’ enfant puisse vivre sans problème .


    • Vigilance 23 juillet 2007 15:46

      Au 21ème siècle il me paraît ahurissant qu’une femme puisse faire preuve d’autant d’égoïsme sans que cela ne pose aucun problème.


    • Vigilance 23 juillet 2007 15:48

      Il n’y a pas de honte à ne pas vouloir d’enfant, mais j’ose espérer qu’il n’y a aucune fierté non plus à en tirer.


    • haddock 23 juillet 2007 18:15

      Vigilance ,

      Ahurissez , mais n’ escaguassez point .


    • haddock 23 juillet 2007 18:19

      En fait ce n’ est pas avoir d’ enfant qui vaut , c ’est en fabriquer qui est amusant .


    • claude claude 23 juillet 2007 21:27

      @ vigilance,

      je suis stupéfaite ! de quel droit condamnez vous les femmes à enfanter ?

      - autant je fus heureuse et comblée d’attendre mes petiots et d’essayer de les mener à coups de taloches et de bisous ( ça c’est une recette difficile à réussir, si les bisous et les « je t’aime », ne sont jamais assez nombreux, les tapes sur les fesses sont à distribuer avec soeur parcimonie et ce bon père escient) à devenir des adultes responable et bien dans leur peau,

      - autant que comprends que des femmes n’aient pas la patience et le courage de porter un enfant, de souffrir dans leur chair ( qui c’est qui se paye les jambes lourdes, les sciatiques, le dos douloureux, les varices, les vergetures et les hémorroïdes... et je ne parle même pas des nausées de debut de grossesse qui vous transforme en experte de l’esthétisme des cuvettes de toilettes, à travers la société de consommation ???)

      donner de l’amour c’est une lourde responsabilité, et c’est agir en femme responsable que de reconnaître qu’on se sent incapable de rendre un enfant heureux, d’être là quand il est malade, d’être disponible pour un câlin gros comme la terre, la lune et les étoiles réunis, un bisou, une histoire...il faut aussi gronder, pousser, tirer, faire face à la crise d’adolescence « personne ne me comprend ! chez mes copin(e)s, leurs parents leur laissent (au choix) : tout faire, sortir, aller en vacances tous seuls sous la tente à trifouillis les perpettes, faire un percing, un tatouage, porter un pantalon à la raie des fesses et le t-shirt pratiquement au dessous de la poitrine... !!! » claquement de porte, soupe de boudin et mine renfrognée/offensée à l’appui...

      mes amies qui ont choisi de ne pas être mère, adorent les enfants de leurs frère, soeurs, les miens, parce qu’elle n’ont pas choisi de porter les angoisses que peuvent avoir les parents. elle n’ont pas la contrainte de l’éducation, mais tous les avantages d’un dialogue rafraichissant et d’une affection sans arrière-pensée.

      et puis, il y a des femmes qui n’aiment pas les enfants : il donc recommandé qu’elles s’abstiennent de se reproduire !!! les journaux sont pleins de ces mères immatures, incapables, insensées qui maltraitent sciemment leur bébé.

      je ne parle même pas des toxicomanes, alcooliques et autres dépendantes aux drogues, médicaments et cochonneries de toutes sortes qui font naître les enfants avec un handicap parfois lourd, quand ils ne sont pas en état de manque ou ivres !!!

      je crois que le véritable égoïste c’est vous : vous craignez pour votre retraite ... j’invite tous ceux en manque d’enfants à adopter ces milliers de petits abandonnés parce qu’ils sont handicapés, parce qu’ils sont nés dans une poubelle, un bidonville ou un pays en guerre...

      qu’une femme choisisse d’être mère ou pas, elle ne peut qu’être fière de son choix et de le revendiquer ! smiley

      à quand les « pères porteurs » ? smiley

      claude, mère de famille


    • claude claude 23 juillet 2007 21:31

      aaah, mon cher capitaine,

      on voit qu’on a affaire à un connaisseur !

      avec la fenêtre ouverte sur les près où le vent souffles sur les herbes folles, et avec l’odeur du foin fraîchement coupé... cela fait des enfants pleins de tâches de rousseur...

      ou l’hiver, devant le feu de cheminée, avec la neige qui tombe délicatement sur les branches de l’arbre pour faire des bambins délicats comme une plume ...

      bref, vive l’amour ! smiley

      avec ou sans enfants !


    • haddock 23 juillet 2007 21:47

      Ah ...La belle Claude ,

      Je crois qu’ on s’ entendrait très bien , quel dommage que je sois dur d’ oreille ...

      Vivent les femmes et les bratchtals et le vin blanc d’ Alsace .


    • claude claude 24 juillet 2007 00:02

      mon pauvre capitaine,

      à force de roucouler sur les trilles de votre belle castafiore... vous voilà bien !!! mais est-ce vraiment un mal, l’ouie n’a pas une place prépondérante dans le déroulement des câlins...

      ps :

      au fait, pourquoi ces votes négatifs à l’évocation d’une des plus belles activités qui existent au monde : faire l’amour ??? c’est gai, rafraichissant, créatif parfois (on attend quand même 9 mois...) et c’est mieux que de se balancer des sauvageries à la figure ! smiley

      carpe diem !


    • Gasty Gasty 24 juillet 2007 07:28

      Dites ! vous pourriez pas allez ailleur !dans la marge sous les pub par exemple. C’est indécent enfin !


    • claude claude 24 juillet 2007 12:23

      cher gasty,

      on a pas dit que l’on faisait nos cabrioles primesautières en diffusion eurovisée... pour être heureux vivons cachés ...sous le foin ou dans une belle clairière à l’herbe tendre et verte...

      certains de nos hommes politiques et dirigeants devraient prendre exemple sur les bonobos qui résolve tous leurs conflits par des gros câlins ! smiley

      mais ça risque de poser problème, car il y a plus de « dirigeants » que de « dirigeantes » , et je doute que georges puisse faire des mamours à oussama !!! smiley


    • Gasty Gasty 24 juillet 2007 13:04

       smiley


    • Vilain petit canard Vilain petit canard 23 juillet 2007 10:02

      Eh ! Et pourquoi les femmes devraient-elles forcément avoir envie de faire des enfants ? C’est censé être une espèce d’instinct, une fatalité liée au sexe : la femme produit de l’enfant, comme le pommier des pommes et l’homme politique de la dépense. Sans enfant, la femme serait en quelque sorte incomplète. Le désir d’enfant est est sacralisé (Google : 1.100.000 occurences) et autorise toutes les audaces médicales.

      Ce préjugé est surtout commode pour l’homme, qui n’a pas ainsi à mettre ses petites mains fragiles dans les couches sales et autres biberons. Il prendra en charge l’enfant quand il sera devenu adulte, les mâles de préférence, les filles, on laissera ça (encore) à la mère, elle se chargera de les caser chez des hommes bien placés.

      Pas étonnant que de plus en plus de femmes se disent qu’il existe une vie au-delà de l’utérus. Comme les hommes, plein de femmes veulent une position sociale, un job enrichissant, du fric, du pouvoir. Mais l’enfant est une tare sociale : moins de salaire, moins de temps de présence à la dévotion de l’employeur, moins de disponibilité, bref, la vie est plus simple sans enfant. Vous avez raison de le souligner, l’Allemagne, c’est pire que la France, où la situation n’est pas aussi déséquilibrée (quoiqu’un peu, quand même).

      Jusqu’ici c’étaient les hommes qui se défilaient, en laissant oeuvrer leurs conjointes, maintenant, les femmes veulent leur part du gâteau, et c’est normal. Qu’est-ce que notre société offre aux femmes-mères, à part les Maternelles sur France 5 et une surabondance de biens de consommation à acheter pour leurs marmots ? Des lessives super-efficaces ? Des magazines leur expliquant comme avoir plusieurs orgasmes ? Regardez dans la presse et à la télé l’image de la femme et de la fameuse ménagère de moins de 50 ans, c’est édifiant.

      Alors l’embêtant, c’est que le renouvellement des générations ne se fait pas très bien, avec ce nouveau système (qui est en fait l’ancien système, mais cette fois-ci appliqué aux femmes, c’est-à-dire à tout le monde).

      Ben faut savoir ce qu’on veut. On veut une société performante, où chacun se défonce pour son job, sa carrière, de meilleurs revenus, pour gagner plus, dépenser plus, profiter de son statut social ? Voilà le résultat, on va bientôt sous-traiter la production d’enfants dans le tiers-monde.

      Ceci dit, il faut avouer que la politique française, fiscale et sociale, d’aide aux mères porte certains fruits, quand on compare avec d’autres pays développés (cf. l’Allemagne).

      Quant aux abrutis qui stigmatisent la femme sans enfants, il feraient mieux de se demander quels compliments on peut leur faire à eux ou elles, en particulier dans leurs rapports avec leurs propres enfants.


      • Don Diego Don Diego 23 juillet 2007 10:27

        ’ Un tabou se brise en europe occidentale... ’

        Sapristi ! et on ne me dit rien.... !

        Et en europe orientale ? Ils se reproduisent toujours dans la position du missionaire ? Ah les blaireaux.... Depechez-vous de porter le vent de la civilisation a l’est ! L’avenir appartient a Fatal Bazooka ! La sodomie comme regulateur des naissances ! Parlez-en A Pascal Sevran....


        • herbe herbe 23 juillet 2007 10:30

          Ce thème est socialement (politiquement ...) assez dérangeant en effet.

          Un point de vue iconoclaste par Marcela Iacub :

          « L’empire du ventre » :

          http://www.amazon.fr/LEmpire-ventre-autre-histoire-maternit%C3%A9/dp/2213621187


          • armand armand 23 juillet 2007 10:37

            Ce n’est pas tant le conservatisme qui est en cause qu’une mode (on dirait plutôt ’attitude’) ’bébé’ qui a le vent en poupe. D’ailleurs on préfère dire ’faire un bébé’ qu’’avoir un enfant’. L’xemple est donné, d’ailleurs, par les people, très friand de reproduction-spectacle, eux qui disposent des services de bataillons de nounous issus des meilleures écoles.

            Il est indéniable qu’avoir un enfant pénalise une femme professionnellement - les statistiques nous le prouvent. Et que la mentalité masculine n’a pas beaucoup évolué, peut-être aussi parce que, pour beaucoup d’hommes, un enfant n’est pas ressenti comme une nécessité viscérale, et que le fait de ne pas le porter dans sa chair pendant neuf mois induit une plus grande différenciation.

            Pour corriger ce déséquilibre, je ne pense pas qu’il soit souhaitable (ni possible) de culpabiliser les hommes et de les contraindre de force à changer les couches plus souvent. Mais plutôt de cesser de raisonner exclusivement en termes de performance professionnelle, et d’admettre qu’une femme pourra prendre le temps qu’il lui faut pour élever son/ses enfants, et que ces taches sont indispensables à la société.

            On ne reviendra jamais en arrière, à l’époque où les enfants arrivaient, qu’on le veuille ou non, et on devait faire avec. Le risque avec la planification à l’outrance de nos vies, quand nous avons la chance d’habiter des pays et d’appartenir à des classes sociales qui ont le choix, c’est de toujours regretter ce qu’on n’a pas fait. Et donc, de tenter de tout faire, de tout concilier, quitte à aller à contretemps.


            • Boileau419 Boileau419 23 juillet 2007 10:39

              Bonheur personnel, on comprend. Mais qu’adviendra-t-il du bonheur personnel le jour où nos communautés dépeuplées seront piétinées par les foules affamées du Tiers-Monde ?

              L’Occident est mal parti.

              Plût au Ciel que la même envie de ne pas avoir d’enfants saisisse les femmes du Bangladesh ou du Malawi ! Hélas, dans ces pays, la femme n’a rien à dire et n’est pas libre de son corps. Et puis, sans enfants, comment assurer ses vieux jours ?

              Autrefois, c’est le christianisme qui a ouvert aux femmes la voie d’une certaine liberté (devrai-je dire d’une liberté certaine ?) en encourageant la virginité consacrée.

              Cette fois-ci, il ne s’agit plus de se faire nonne, je présume.

              Espérons que ces femmes libérées compenseront le refoulement de leur instinct maternel par une hyperconsommation qui poussera la croissance.


              • claude claude 23 juillet 2007 21:38

                @ boileau,

                se sacrifier pour faire des enfants ??? ah, non !!! smiley

                au nom de quoi ? la religion c’est dépassé ! le patriotisme chauvin aussi ! la pérennité du nom ? les enfants des filles peuvent porter le nom de leur mère, désormais...

                rien, absolument rien ne justifie qu’une femme se sacrifie pour faire et élever des enfants. pas plus qu’un homme...

                à travers tous vos beaux discours natalistes, il y a un mot qui est constamment absent : l’amour, et justement, c’est l’amour qui fait les enfants, pas la société, ni la religion !


              • maxim maxim 23 juillet 2007 11:16

                je ne vois pas ce que celà peut avoir de choquant......

                mon premier mariage avec une prof d’histoire géo est resté sterile,c’ètait un choix commun ,mon ex n’en voulait pas ,idem pour ma part ,à l’époque nous n’avions pas la veine parentale ,celà pouvait mettre un obstacle pour une carrière ,et nous voulions profiter de la vie sans contrainte ....... avec ma deuxième épouse,nous avons eu trois enfants alors que je n’en voulais pas ,ma femme en désirait ,il a fallu les confier à des nourrices pour les élever,nous avions notre parcours professionnel à assurer ,finalement ça s’est pas trop mal passé,mes enfants ( tous grands adultes et responsables ) s’en sont bien sortis ..... je comprends maintenant les hésitations que peuvent avoir les femmes à mettre au monde et assurer un avenir correct à un enfant ( chomage,frein à un parcours professionnel,liberté entravée ,incertitude du devenir du monde actuel,frein à une sexualité libérée ,coût d’un enfant,choix d’une nourrice consciencieuse .etc ...)......

                un enfant,c’est un engagement pour la vie ,c’est fragile ,lorsqu’il y a un doute l’absention est la solution le plus sage .....


                • dop 23 juillet 2007 14:23

                  Papa ... tu ne nous désirais pas ?


                • maxim maxim 23 juillet 2007 14:38

                  Dop !!!!c’est donc toi mon fils ?????


                • Vilain petit canard Vilain petit canard 23 juillet 2007 15:04

                  @ Dop

                  (hhhh !) Non, Dop, (hhhh !) Obi Wan ne t’as pas tout dit. (hhhh !) Je suis ton père (hhhh !).


                • brinb666 23 juillet 2007 11:25

                  N’oublions pas qu’en Allemagne, les écoles sont fermées les après-midi, ce qui fait qu’une présence à la maison (que ce soit masculine ou féminine) est nécessaire tous les après-midi jusqu’à la fin du collège. En France par contre, les enfants sont pris en charge jusqu’à 16h ce qui permet un 80%

                  Je crois qu’un aspect qui est mal pris en compte c’est qu’un enfant coûte très cher : habits, nourriture, jouets, vêtements spiderman.... que les allocations ne compensent absolument pas. quand on fait le compte, pour qu’un enfant soit bien intégré à la société il faut dépenser beaucoup d’argent et sacrifier son temps libre. Et puis on ne peut plus travailler plus pour gagner plus, qui garde le gosse pendant les heures sup ? les grands-parents ? non on a été obligés de partir à 800km pour le boulot (flexibilité oblige)....

                  Mais je pense que le désir d’enfant est aussi naturel chez l’homme que chez la femme, et j’estime que tous ceux qui pensent qu’un couple n’ait pas d’enfant est normal doivent aussi estimer que l’homosexualité est normale. (personnellement l’homosexualité ne me pose strictement aucun problème).


                  • marcel 23 juillet 2007 11:26

                    S’il n’y avait pas le risque de submersion démographique de l’Occident par les masses inombrables et hostiles du Tiers Monde(musulmanes ou non),il faudrait considérer cette tendance dénataliste comme une chance historique de voir nos contrées surpeuplées se vider enfin de ses trop nombreux habitants . Comme le dit Boileau,il serait temps d’aller porter la bonne parole dénatatliste là où elle se justifie le plus, à savoir les pays du Tiers-Monde où les taux de natalité sont les plus élevés et sont un frein majeur à la sortie de la misère de ses habitants.


                    • kingofshifumi 23 juillet 2007 11:31

                      @ marcel Pascal Sevran, sort de ce corps, on t’a reconnu !


                    • Angelus 23 juillet 2007 12:35

                      Il me semble que la misère soit la cause d’une méconnaissance contraceptive et sanitaire et non l’inverse.


                    • martin martin 23 juillet 2007 15:30

                      Pour sa part la Chine a voulu limiter les enfants à 1 par couple. Malheureusement les mâles ont été préférés et maintenant ils sont en manque (garez vos filles). Quoi qu’il en soit la Terre ne pourra pas indéfiniment pourvoir aux besoins croissants d’une humanité en augmentation continue. Des conflits interviendront inéluctablement (faut par rêver) ; regardons ce qui se passe dans le monde animal où des espèces finissent par se limiter par divers moyens ou procédés.


                    • marcel 23 juillet 2007 11:36

                      @Kingo.... ;pas pascal sevran,peut-être pascal sevré mais dans ton cas pascal navrant


                      • flop flop 23 juillet 2007 11:45

                        c’est dommage que cet article soit plein de « on » sans que jamais sources ou chiffres ne soit cités. Qui est ce « on » ? Le « je » littérairement refoulé de notre journaliste ? Le diminutif de « les gens pensent que » qui n’est autre que la forme raccourci de « je pense que les gens pensent que » ?


                        • docdory docdory 23 juillet 2007 12:07

                          @ Carole Guisado

                          Le problème des femmes qui n’ont pas d’enfants ou « n’en veulent pas » est plus complexe qu’il n’en a l’air . Il est fréquent , dans ma pratique , de constater chez ces femmes des IVG à répetition faisant suite à des « oublis » de pilule ( pendant plusieurs semaines parfois ! ) grossesses « non désirées » qui correspondent soit à un désir inconscient de grossesse , soit à une vérification par ces femmes de leurs capacités reproductrices ... Par ailleurs il m’est malheureusement arrivé d’être obligé d’annoncer la mauvaise nouvelle d’une ménopause précoce à des femmes de 32 à 40 ans qui avaient « attendu le moment favorable » pour être enceintes , ou alors avaient attendu « l’homme idéal » tel qu’il est véhiculé par l’idéologie nauséeuse des journaux féminins , ou bien ne voulaient pas d’enfants , et je peux vous assurer qu’ils s’agit d’une nouvelle terrible à recevoir pour ces pauvres femmes , même celles qui étaient au départ réfractaires à toute maternité ...

                          Il faut noter une étonnante évolution depuis deux ou trois ans chez les patientes . Alors que le refus de maternité était assez fréquent à la fin des années 80 lorsque je me suis installé , j’observe actuellement le phénomène inverse : de nombreuses jeunes filles de 17 à 19 ans entreprennent délibérément une grossesse malgré leur jeune âge et en l’absence de toute insertion professionnelle ( il y a 20 ans ces grossesses de très jeunes femmes étaient immédiatement à l’origine de demandes d’IVG ! ) Actuellement , la moitié des grossesses que j’ai l’occasion de suivre sont chez des patientes de 17 à 19 ans , et ces grossesses sont parfaitement désirées . Peut-être s’agit-il d’un hasard statistique , mais cela explique peut-être en partie la relative résistance de la démographie en France par rapport au reste de l’Europe ?

                          Il est certain que dans des pays comme l’Allemagne et le Japon , qui sont quasiment en état de suicide démographique , cette dénatalité est largement favorisée par l’absence d’aides fiscales ( parts fiscales ) , la faiblesse des allocations , la rareté des moyens de garde et des écoles maternelles . A ce titre , la France est un véritable pays de Cocagne pour les futures mères ! Evidemment cela va à l’encontre des dogmes économiques de l’orthodoxie ultra-libérale , dogmes dont l’application implacable dans notre pays aboutirait inéluctablement à un déclin démographique sévère !


                          • Vilain petit canard Vilain petit canard 23 juillet 2007 12:12

                            Salut doc !

                            Très intéressante observation... Rien ne vaut les informations du terrain !


                          • Philippe VIGNEAU 23 juillet 2007 15:00

                            @docdory vous dites : A ce titre , la France est un véritable pays de Cocagne pour les futures mères ! Evidemment cela va à l’encontre des dogmes économiques de l’orthodoxie ultra-libérale , dogmes dont l’application implacable dans notre pays aboutirait inéluctablement à un déclin démographique sévère !

                            je crois que sur ce point vous avez tout faux (ou alors je ne vous ait pas compris ) : une economie en declin demographique est largement compromise... la croissance est fortement tributaire de cette croissance demographique... de plus les enfants, sont un vecteur de plus en plus utilises par les publicitaires et nos politiques savent tres bien que pour nos futures retraites, ils ont tres interet a ce qu’il y ait beaucoup de marmots...

                            bref si faire des bebes, ce n’etait pas bon pour l’economie on nous ne le rabacherait pas a longueur de journal televise et les politiques ne s’en gargariseraient point... smiley


                          • docdory docdory 23 juillet 2007 15:54

                            @ Philippe Vigneau

                            Selon l’orthodoxie ultra-libérale , les écoles maternelles et autres crèches , et les allocations familiales sont financées par des prélèvements obligatoires , ce qui pour un économiste libéral est l’horreur absolue .

                            Par ailleurs il s’agit d’organismes publics municipaux ( crèches ) , ou nationaux ( écoles maternelles ) , alors que , selon l’orthodoxie économique dont on nous rebat les oreilles à longueur de journaux télévisés et radiophoniques , et qui sert de « science officielle » à l’Union Européenne ( comme le marxisme léninisme était la « science officielle » du ci-devant bloc de l’Est ) , selon cette orthodoxie donc , ces institutions publiques devraient être privatisées , afin de satisfaire la sacro-sainte « concurrence libre et non faussée » .

                            Il semblerait d’ailleurs , ( si ce que des personnes vivant outre-Manche m’ont dit est vrai ) , qu’en Grande Bretagne , pays ultra-libéralpar excellence , les écoles maternelles soient privatisées et fort coûteuses ( information à vérifier ) ...


                          • NPM 24 juillet 2007 06:49

                            « Selon l’orthodoxie ultra-libérale , les écoles maternelles et autres crèches , et les allocations familiales sont financées par des prélèvements obligatoires , ce qui pour un économiste libéral est l’horreur absolue . »

                            Les USA ont plein de gosse..

                            Par ailleur, un économiste libéral n’est pas contre un financement public, mais à condition qu’il aille dans la poche des parents qui ainsi fassent jouer la concurence, et pas dans le budget d’une administration de fonctionnaires. La concurence, toujours.

                            Personnellement, je trouve qu’il ne faut pas donner d’allocation aux pauvres, car inévitablement, ils font des gosses pour toucher le fric, leur vie entiére est basé sur le parasitisme, et leur enfants sont de futurs cas sociaux. Réservons cette argent à la France Utile.


                          • flop flop 24 juillet 2007 08:41

                            d’après vous, peut-on rapprocher le comportement de ces personnes dont vous parlez d’abord, de celui de personnes prenant le volant alors qu’elles sont complètement bourré ? Peut-on dire par exemple de ces dernières qu’elles ont un désir inconscient de mourir ou de tuer ? Peut-on dire , + justement me semble -t- il, qu’elles croit possible, qu’elles ont un désir d’autant plus irrépréssible qu’il est déshinibé par l’alcool ou par la simplicité apparente du processus d’avortement, d’échapper aux contingences ? Comme l’exprimer Roland Barthes, « si on croyait à la mort, on ne se suiciderai pas », et n’est-il pas humain ( un comportement stigmatisé chez les enfants mais que l’on retrouve chez les adultes ) d’ avoir en fait envie de « tester » les limites d’une omnipotence fantasmé ?

                            Je veux dire en fait que « le désir d’enfant » ou le désir de « vérifier sa conformité » sont peut -être des justifications possibles, mais ont peut aussi s’orienter vers des comportements dont les justifications sont moins sexuésd’une part , valorisés d’autre part ( le fait de se conduire en héros n’est-il pas voisin de ce type de comportement ?)


                          • claude claude 24 juillet 2007 13:22

                            les pauvres font des enfants pour s’enrichir avec les allocations familiales. bien vuuuuuuu !!!! smiley

                            parce que les enfants de pauvres, ne mangent pas, ne s’habillent pas, ne vont pas à l’école, ne tombent pas malades... cool !!! smiley

                            tiens, vais m’y remettre moi, pour partir me dorer la couenne dans un palace des caraïbes ! smiley

                            http://www.uniondesfamilles.org/commentcalculelecoutdunenenfat.htm

                            «  »Niveau de vie des familles selon le nombre d’enfants : La famille avec 1 enfant qui gagne 1730 € a quasi le même niveau de vie ( 786 € / unité de consommation ) que la famille avec 5 enfants qui gagne 3310 €( 787 € / unité de consommation )(...)

                            (...)Le problème, c’est qu’il n’y a pas un « coût de l’enfant » mais des coûts relatifs de l’enfant qui varient selon le revenu de la famille (un enfant de cadre coûte plus cher à ses parents qu’un enfant d’ouvrier) et et selon le nombre d’enfants de la famille (3 enfants ne coûtent pas 3 fois le prix d’un enfant mais moins). «  »"

                            http://www.lefigaro.fr/Conso/20070417.WWW000000435_un_enfant_a_tout_prix_.h tml

                            «  »« Un enfant, c’est 36 861 euros par an. Evaluer le coût réel d’un enfant n’est pas chose facile. Tous les biens achetés ne lui sont pas directement imputables. Toutes les familles n’ont pas les même besoins, les mêmes revenus non plus. Une famille vivant avec deux Smic et celle dont le salaire est de 6 000 euros mensuels n’ont pas les mêmes contraintes budgétaires. Un enfant vivant dans un milieu favorisé revient plus cher à ses parents, et c’est dans un cadre mono-parental qu’un enfant représente un investissement important. Les parents, à la suite d’un divorce perdent une partie de leurs moyens et les économies d’échelle du couple sont annulées. Malgré tous les biais scientifiques, les statisticiens de l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) se sont risqués au calcul. Ainsi, un enfant de moins de 14 ans, coûte autour de 20% du revenu de ses parents. Passée la puberté, les parents débourseraient 33% de leur revenu pour son éducation. Annuellement, d’après l’Insee, les parents déboursent 36 861 euros pour leur enfant. Les chercheurs pondèrent cependant ces chiffres en fonction de l’âge de l’enfant.(...) »«  »

                            http://www.unaf.fr/article.php3?id_article=147

                            «  »Le coût de l’enfant : un indicateur pour la politique familiale Interview de Jean-Louis Dubelloy, coordinateur du département « grands équilibres économiques et sociaux » de l’UNAF septembre 2001

                            Un exemple d’application concrète des données calculées par l’UNAF

                            A partir d’un budget-type deux méthodes permettent d’évaluer le « coût forfaitaire » des dépenses moyennes d’un enfant (tous les calculs qui suivent sont effectués sur les résultats de juillet 2001).

                            a/ soit par soustraction des budgets de deux familles de compositions différente :

                            ENFANT Budget D ( 6 personnes : 2 adultes, 2 adolescents, 2 enfants) : 19 792 F - Budget B (4 personnes : 2 adultes, 2 adolescents) : - 15 925 F = dépenses de subsistance pour 2 enfants : = 3 867 F soit 1 933F pour un enfant de moins de 14 ans

                            ADOLESCENT Budget D (6 personnes) : 19 792 F - Budget A (4 personnes : 2 adultes, 2 enfants) : - 13 904 F = dépenses de subsistance pour 2 adolescents : = 5 888 F soit 2 944 F pour un adolescent, à partir de 14 ans

                            b/ soit par recours à une échelle d’équivalence :

                            Application de l’échelle Eurostat (dite aussi de l’OCDE) : 1er adulte : 1 part ; 2e adulte et toute personne de 14 ans et plus : 0,5 part ; toute personne de moins de 14 ans : 0,3 part. Soit : Famille A (2 adultes, 2 enfants) : total : 2,1 parts Famille B (2 adultes, 2 adolescents) : 2,5 parts Famille C (1 adulte, 2 enfants) : 1,6 part Famille D (2 adultes, 2 adolescents, 2 enfants) 3,1 parts

                            Budget A : (13 904 x 0,3)/2,1 = 1 986 F pour 1 enfant de moins de 14 ans, en famille peu nombreuse. Budget D : (19 792 x 0,3)/3,1 = 1 915 F pour 1 enfant de moins de 14 ans, en famille nombreuse Budget B : (15 925 x 0,5)/2,5 = 3 185 F pour un adolescent en famille peu nombreuse. Budget D : (19 792 x 0,5)/3,1 = 3 192 F pour un adolescent en famille nombreuse. Budget C : (11 208 x 0,3)/1,6 = 2 101 F pour un enfant en famille monoparentale.

                            Retenons la première méthode, avec 1 933 F pour un enfant et 2 944 F pour un adolescent.

                            Les allocations familiales stricto-sensu assurent la couverture suivante de ces dépenses :

                            * les 2 enfants de la famille A : 699 F d’allocations, soit 18 % des 3 867 F de dépenses mensuelles. * les 2 adolescents de la famille B : 896 F, soit 15 % des 5 888 F de dépenses. * les 4 enfants de la famille D : 3 234 F, soit 33 % des 9 755 F imputables en juillet 2001.

                            On peut ainsi, selon les besoins de l’étude, calculer des cas-types qui mettront en lumière les tendances profondes de l’évolution des allocations familiales, partagées entre politique familiale et politique démographique.«  »"

                            - consulter aussi :

                            http://www.unaf.fr/IMG/pdf/Le_furet.pdf
                            http://www.unaf.fr/article.php3?id_article=4867
                            http://www.unaf.fr/rubrique.php3?id_rubrique=160
                            http://www.babychou.com/conseils/RM-PAJE.pdf

                            allocations familiales :

                            - allocation de naissance ou d’adoption : http://www.caf.fr/cataloguepaje/default.htm :

                            «  » Le montant

                            La prime est de 855,25 €. Pour les enfants adoptés ou accueillis en vue d’adoption à compter du 1er août 2005, son montant est de 1710,49 €. Elle est versée au cours du 7ème mois de grossesse et, en cas d’adoption, le mois suivant l’arrivée au foyer ou le mois suivant l’adoption ou le placement en vue d’adoption si l’arrivée au foyer est antérieure. En cas de naissances multiples, d’adoptions multiples, ou d’accueils multiples en vue d’adoption, il est versé autant de primes que d’enfants nés, adoptés ou accueillis en vue d’adoption. «  »"

                            - montant des allocations familiales :

                            http://www.caf.fr/catalogueaf/ : «  »" Le montant Montants valables jusqu’au 31/12/07.

                            Vous recevrez chaque mois : si vous avez 2 enfants 119,13 € si vous avez 3 enfants 271,75 € ajouter, par enfant en plus 152,63 €.

                            En plus des allocations familiales, pour vos enfants âgés de 11 et 16 ans, vous recevrez une majoration ; son montant est de : 33,51 € par enfant de 11 à 16 ans 59,57 € par enfant de plus de 16 ans.

                            Attention si vous n’avez que deux enfants à charge, vous ne recevrez pas de majoration pour l’aîné. Les allocations sont dues à compter du mois civil qui suit la naissance ou l’accueil du 2ème enfant. Leur versement cesse dès le mois où les conditions ne sont plus remplies. «  »"

                            - allocation parent isolé :

                            http://www.caf.fr/catalogueapi/ :

                            «  »" Les conditions

                            Vous attendez un bébé et êtes célibataire, séparée, divorcée, veuve, ou vous avez un ou plusieurs enfants à charge et êtes veuf(ve), séparé(e), divorcé(e) depuis moins de 18 mois. La moyenne de vos ressources mensuelles des 3 derniers mois doit être inférieure au montant maximal de l’Api. retour

                            Le montant Montants valables jusqu’au 31/12/07

                            Le montant mensuel dépend du nombre d’enfants à charge, il est égal à la différence entre le montant maximum de l’Api et le total de vos ressources : salaires, pension alimentaire, certaines prestations, ... auxquelles s’ajoute un forfait logement (que vous soyez logé gratuitement, que vous payiez un loyer ou remboursiez un emprunt pour vous loger).

                            Montant du forfait logement : 52,90 € si vous attendez un enfant 105,81 € si vous avez un enfant 130,94 € pour 2 enfants ou plus.

                            Le montant mensuel maximum de l’Api est de : 561,18 € si vous attendez un enfant 748,24 € si vous avez un enfant ajouter par enfant en plus 187,06 €.«  »"


                          • Angelus 23 juillet 2007 12:30

                            @L’auteur, Article interressant, qui pourrait ouvrir sur une analyse démographique généralisée. Il semble en effet que les femmes veulent moins d’enfant. Je pense qu’il faudrait élargir ce sentiment au couple. Le couple évolue. Il me semble que les mentalités masculines évoluent d’autant. Hommes et femmes sont certainement en train de rejoindre leur point de vue sur le travail et la famille (et c’est pas trop tot...).


                            • NPM 23 juillet 2007 12:38

                              Tous ca m’a surtout l’air d’être un manifestation du nihilisme occidental, façon athée des Lumiéres qui s’est écrasé la gueule. L’iluminé se retrouve dans le noir..


                              • NPM 24 juillet 2007 06:49

                                - 10 ? Pourquoi donc ? Cette idée vous fait froid dans le dos, ou ca touche un de vos préjugés ??


                              • Darkfox 23 juillet 2007 12:56

                                Comme on dit chacun son choix... Mais il faut accepter ses choix .. Le rôle de l’homme a évolué maintenant est beaucoup d’hommes aident la femme pour l’enfant. Il faut aussi arrêter de croire qu’un homme une fois, son affaire faite,il ne fait plus rien et va regarder un match de foot.

                                De plus en plus, il soutient sa femme , change les couches , fait le ménage prépare les repas... Si certaines femmes ne veulent pas d’enfants ..c’est qu elles n’ont pas calculé les choses suivantes :
                                - quand elles seront vieilles , elles n’auront pas de petits enfants etc... donc reste dans ton coin seul c’est bien ...
                                - elles vont vouloir en adopter un quand il sera trop tard ? bref un choix de vie comme un autre .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès