Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Cet été la FDJ confond prévention et promotion

Cet été la FDJ confond prévention et promotion

Enfants ! Remisez vos devoirs de vacances. Car cette après midi sur les plages, la FDJ veut nous faire oublier que l’habit ne fait pas le moine. Elle revêt donc d’autres armoiries et propose gratuit : sports, prévention et pari.
 
Avec la « tournée des plages » la FDJ a encore montré comment mettre la main sur le cœur. En effet « depuis sa création en 1933, la Française des Jeux [...] a pour vocation de soutenir les grandes causes d’intérêt général », nous explique-t-on sur leur site avant d’en citer trois. L’une d’elles est le financement, sous les couleurs de la Croix Rouge, de gouters de noël pour les « personnes isolées, âgées ou en difficulté ». Les plus chanceux ont même eu droit à un loto de noël et 4 cartons gratuits.
 
Mais pendant la saison estivale le rouge du Père Noël n’est pas vendeur. La FDJ troque alors ses associés caritatifs contre des partenaires marketing. Pour la « tournée des plages » loin du bleu, blanc, rouge auquel la FDJ nous a habitués, elle se pare de jaune pour rester en accord avec la saison. En effet la « responsabilité [...] environnementale » est chez elle une obsession...
 
Sous des étendards assortis au soleil, les familles de vacancier délaissent leur serviette le temps de la tournée. Profitant plutôt de la générosité de la FDJ et de ses partenaires : dans un dédale de stands, petits et grands vont y dénicher un jeu approprié. Leur est proposé : Beach Soccer et Basket pour les sportifs. Quizz ou prévention soleil pour les passifs, et bien sur pari pour les futurs joueurs compulsifs... Une fois épuisés par ces animations, ils peuvent se rendre au bar. Boire le Lipton Ice-tea gratuit. Et y compter les points accumulés durant la journée, en rêvant aux lots durement gagnés.
 
Le temps de s’extraire de ces songes, il est 21h. Les animations de nuits prennent la relève. Pour commencer on ouvre « les voix de la chance » à de jeunes talents musicaux, futurs idoles de nos ados. Ces quelques chants passés, des milliers d’auditeurs sont déjà massés sur les ondes d’Nrj12. Le loto promotionnel tiré, c’est au tour du spectacle « Rêves » d’être lancé.
 
Les dernières acrobaties musicales effectuées, cette journée idyllique touche à sa fin. Mais n’ayez crainte ! Sur le chemin du retour, alors que les embouteillages vous rejettent sur le rivage, vos enfants à l’arrière ont gardés des souvenirs de ce rêve partagé. Les lots FDJ, sont brandis tels des artefacts sauvés du naufrage ! Et lorsque vos enfants font tourner la roue du destin, sur le Millionnaire qu’ils tiennent entre les mains, vous pouvez retourner avec eux sur ce nuage doré. Et oublier que : le porte-clés Grattor qui orne leur ceinture, sert dans des jeux qu’ils n’ont pas le droit d’acheter.
 
Hélas ce rêve est addictif. Pour vous en prémunir, la FDJ se fend d’un logiciel qui annonce au joueur s’il perd de l’argent de façon : « récréative », « à risque » ou « excessive ». L’état décrète que la vente et l’incitation aux jeux sur mineurs sont proscrites. Le CSA précise même que toute communication commerciale (parrainage inclus) des « operateurs de jeux d’argent » doit obéir a certaines règles.
 
_ Ne pas apparaitre sur une chaine « s’adressant aux mineurs ». Comment définis t’on une chaine « s’adressant aux mineurs » ? Un des critères, pour exemple, est le public visé. Le CSA a donc vérifié que Nrj12 - qui cible un public âgé de 11 à 34 ans – ne s’adressait pas aux moins de 18 ans.
 
_ Ne pas apparaitre dans un programme destiné aux mineurs.Pour définir ces programmes le CSA a un nouveau bataillon de critères. Qui comprend la présence de « personnages jeunes », ou encore de thématique touchant les enfants. Il faut croire que le spectacle « Rêves » de la FDJ ne fait pas rêver nos bambins...
 
_ Ne pas – quel que soit le type de communication – inciter le mineur à jouer. On ne doit donc pas rendre pour lui les jeux d’argent attractifs. Cela inclut l’interdiction de « mettre en scène des personnalités, des personnages ou des héros [...] disposant d’une notoriété particulièrement forte auprès de ces publics. » M. Pokora, le rappeur de la FDJ, a du être bien peiné d’apprendre que sa notoriété auprès des jeunes a été balayée du revers de la main par le CSA.
 
A part pour M. Pokora donc, tout se déroule à merveille. La balade au pays des rêves va continuer et les vagues de responsabilité n’éroderont pas l’ilot de la FDJ. Car cette ile là rapporte. Et contrairement à la vente de cigarettes, celle de jeux d’argent ne tue pas. Donc ne coute pas.
 
Enfants ! Si l’état s’est refusé à vous vendre les clopes par 10 : il compte toujours prendre votre argent. Mais autrement.
 
Lucas Dévé.
 
Remerciements à fdj.blogs.fr pour son travail de veille relative à la FDJ.

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Lucas dévé


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès