Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Charlie Hebdo en procès, une chronique de l’intégrisme (...)

Charlie Hebdo en procès, une chronique de l’intégrisme ordinaire

medium_The_Mutilated_Shade_of_Mahomet.jpeg
« L’homme communautariste, l’homme des associations est l’homme du ressentiment sous sa figure contemporaine. Son impuissance à être l’a conduit vers les officines où bout l’esprit de vengeance. Il lui faut sans cesse des combats, des revendications, des pressions pour se sentir être parce qu’il ne peut plus éprouver l’excitation vitale que sous la forme de la persécution : celles dont il se dit menacé justifiant celles dont il demande la mise en œuvre. »
Les démons, Philippe Muray
L’Etat de droit a un attrait inestimable pour qui veut lui nuire ou en espère un avantage particulier : il suffit d’y être reconnu victime pour attirer à soi la bienveillance de la Justice. C’est ainsi que de nos jours, on ne compte plus les prédateurs de la République aux velléités de justiciables. Être une victime n’est pour eux plus une tare mais une nécessité, un préalable à des victoires de plus grande envergure.
Les poursuites engagées à l’encontre de Charlie Hebdo par le recteur de la Grande Mosquée de Paris, l’Union des organisations islamiques de France et la Ligue islamique mondiale sont incontestablement de cet ordre, celui où les cérémonies de justice se substituent progressivement aux débats d’idées. Le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, soucieux de ne pas paraître trop ostensiblement intégriste, se défend d’avoir organisé le procès de la liberté d’expression. Nous admettons que l’on puisse caricaturer le prophète, a précisé son avocat, Maître Szpizner, mais nous refusons cette agression raciste contre les musulmans (1).

De fait, le journal devra répondre devant le Tribunal de Paris, du 7 au 8 février, de l’accusation d’« injure envers un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée » (2) pour la publication de trois caricatures, dont deux initialement parues dans le journal danois Jyllands Posten. La première représentait Mahomet portant une bombe en guise de turban, la seconde montrait le prophète submergé par le nombre de terroristes arrivant au paradis, et leur en refusant l’accès par ces mots : « Stop ! Stop ! We ran out of virgins ! » (3) tandis que la dernière décrivait un Mahomet affligé par les intégristes, se tenant la tête entre les mains et déclarant : « C’est dur d’être aimé par des cons ».

Dans chacune des trois illustrations, c’est sans équivoque possible l’intégrisme musulman, et non la communauté musulmane dans son ensemble, qui fit l’objet de la charge critique menée par Charlie Hebdo. La distinction, essentielle, ne semble pourtant pas concevable à Dalil Boubakkeur, qui considère notamment que « Représenter Mahomet coiffé d’une bombe c’est dire à tous les musulmans et pas seulement aux intégristes : "Vous adorez un prophète vecteur d’attentats, de mort, de destruction, donc vous adorez la violence"  » (4). Bien évidemment, ce serait faire preuve de fausse ingénuité que d’ignorer qu’un tel sentiment ait pu exister lors de la publication des caricatures. Pour autant, il n’est pas concevable de fixer les limites de la liberté d’expression au gré des fluctuations de sentiment d’une communauté, à plus forte raison quand celle-ci est représentée par des institutions à ce point contestées par ceux dont elle prétend aujourd’hui prendre la défense.

Entre l’infinité d’interprétations possibles des caricatures publiées, ce sera au tribunal de Paris de déterminer s’il en est une qui doit prévaloir. Pour ce faire, il lui incombera de répondre à une question décisive : le caractère insultant des publications procède-t-il d’une intention coupable de leurs auteurs ou de la sensibilité particulière d’un public ?
Or, à considérer la définition légale et jurisprudentielle de l’injure (5), rien ne serait plus contraire au droit positif qu’une condamnation de Charlie Hebdo. En effet, pour que soit constitué le délit d’injure, il faut, outre l’existence d’un propos outrageant adressé en public à une personne ou à un groupe de personnes déterminées, démontrer la volonté de nuire de l’auteur des propos.

En l’occurrence, les caricatures incriminées ne visaient de toute évidence qu’à stigmatiser les seuls intégristes musulmans, cherchant à mettre ainsi en exergue le dévoiement croissant de l’islam par les extrémistes religieux. De fait, pour que la justice condamne l’hebdomadaire satirique, il lui faudrait conclure que la critique véhiculée par les caricatures incriminées portait sur l’ensemble de la communauté musulmane. Procéder à une telle analogie serait en définitive estimer que le fanatisme est indissociable de la foi musulmane, ce serait proclamer que la violence est consubstantielle à l’islam. En d’autres termes, pour que les plaignants obtiennent gain de cause, il faudrait que la justice se rende coupable de l’amalgame qui précisément est aujourd’hui reproché à Charlie Hebdo.

Cette méprise aberrante, si la justice ne s’en est pas encore rendue coupable, a, quoi qu’il en soit, d’ores et déjà été commise par les premiers à s’en dire victimes ; car ne pas tolérer la critique des violences islamistes au motif qu’elle insulterait la foi de tout musulman, c’est ériger l’appartenance à une même religion en obstacle à la réprobation des crimes perpétrés en son nom, abolir le sens critique au nom du sacré.

De cette affaire, et quelle que soit son issue juridique, il faudra retenir que l’intégrisme a d’autres visages que celui de la barbarie et sait s’habiller d’ordinaire pour parvenir à ses fins, qu’il ne répugne pas à recourir à des moyens légaux pour étendre son empire. Mais, sauf à considérer que la licéité des moyens justifie la poursuite de fins insensées, cela ne le rend pas moins hostile au monde ni ne l’affranchit de sa responsabilité vis-à-vis des croyants sur lesquels il jette le discrédit, usurpant la place des authentiques musulmans, ceux que l’on dit modérés parce que restés silencieux jusqu’à ce jour, ou parce que leurs voix ne nous parviennent plus par-delà le tapage et les vaines détestations.
Notes
1- Face à « Charlie », la Mosquée sur la défensive, par Catherine Coroller, Libération, samedi 3 février 2007.
2- Article 48 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse.
3- « Arrêtez ! Arrêtez ! Nous sommes à court de vierges ! »
4- Face à « Charlie », la Mosquée sur la défensive, ibid.
5- Article 29 de la loi du 29 juillet 1881 : L’injure s’entend, en opposition avec la diffamation, de « toute expression outrageante, terme de mépris ou d’invective qui ne renferme l’imputation d’aucun fait ».
Illustration : The mutilated shade of Mahomet, Gustave Doré (1865)

Moyenne des avis sur cet article :  4.63/5   (107 votes)




Réagissez à l'article

124 réactions à cet article    


  • Bill Bill 7 février 2007 13:04

    Bonjour,

    J’ai écrit un article à la va vite ce matin sur ce sujet, mais je trouve le vôtre très bon !

    Bien cordialement.

    Bill


    • Sabra & Chatila 11 février 2007 12:30

      Comment expliquer que l’occident permet de blasphemer Dieu mais que de critiquer le judaisme, le sionisme ou Israel fait riquer a ses auteurs la peine capitale ?

      Dans le meme temps, 2 evennements révelateurs :

      Dieudonne caricature un rabbin, il est bannit socialement.

      Charlie hebdo publie un dessin avec une icone religieuse coiffée d’une bombe et tout l’occident hurle a la liberte d’expression.

      CE N’EST RIEN D’AUTRE de la PREFERENCE RELIGIEUSE !

      et la preuve que l’occident est noyauté par un pouvoir patriculierement puissant et haineux smiley a vous de deviner lequel


    • Briseur d’idoles (---.---.168.198) 11 février 2007 12:35

      Cher Sabra,

      Un texte (a faire circuler)très intéressant !


    • Senatus populusque (Courouve) Courouve 11 février 2007 12:37

      La Cour de cassation rendra le 16 février sa décision sur l’affaire Dieudonné.

      Si l’affaire Charlie-Hebdo va aussi en cassation, ce sera l’occasion de supprimer le « 2 poids, 2 mesures » et de fixer une jurisprudence uniforme sur la liberté d’expresssion.


    • Briseur d’idoles (---.---.168.198) 11 février 2007 13:03

      Il tiennent la Gaule, nos Gaulois !


    • Pierre (---.---.240.214) 7 février 2007 13:55

      Un blog pour soutenir Charlie Hebdo : http://soutenonscharlie.canalblog.com/


      • Briseur d’idoles (---.---.168.198) 11 février 2007 12:43

        Avec le soutien du CRIF, tu t’époumones pour rien l’Ami !

        D’ailleurs la rédaction de Charlie fait la fête !


      • docdory docdory 7 février 2007 13:58

        @ l’auteur

        On attendrait des prises de position fermes des candidats à la présidentielles pour la défense de la laïcité et la liberté de la presse . Au lieu de cela , on a droit à un magnifique silence radio , les seuls candidats défendant clairement la laïcité sont Nicolas Dupont -Aignan et Corinne Lepage ...

        Un site à ce sujet , indispensable à consulter avant de voter :

        http://vigilance-laique.over-blog.com/

        Il faut que la France laïque se lève tout entière pour soutenir Charlie Hebdo contre le vol noir et liberticide de ces nouveaux corbeaux qui font cet odieux procès . Quand on voit les Ramadan , Boubaker , et autres procéduriers , on a envie de s’exclamer " croâ , crôa ...) . A bas l’obscurantisme , non au rétablissement du délit de blasphème !


        • miteny (---.---.130.65) 7 février 2007 14:00

          « Représenter Mahomet coiffé d’une bombe c’est dire à tous les musulmans et pas seulement aux intégristes : « Vous adorez un prophète vecteur d’attentats, de mort, de destruction, donc vous adorez la violence » »

          C’est un peu vrai, non ?. Je serais étonné que l’on m’apprenne que l’islam prône la non-violence (même envers ses ennemis : c’est trop facile de ne prôner la non-violence qu’envers ses amis). Et n’est-ce pas un devoir de critiquer celui qui ne prêche pas la non-violence ?


          • Senatus populusque (Courouve) Courouve 7 février 2007 14:11

            Les incroyants pourraient porter plainte contre les éditeurs du Coran à cause des versets suivants :

            « Cette combustion d’hommes et de pierres prête pour les incroyants (ou les incrédules). » Sourate II (la vache, ou la génisse), verset 22 ou 24.

            « Les incrédules seront les hôtes (ou les compagnons) du Feu. » II, 37 ou 39.

            « Allâh maudisse les incroyants. » II, 83 ou 89.

            « Aux incroyants la honte du tourment (ou un supplice ignominieux). » II, 84 ou 90.

            « Aux incroyants l’affreux tourment (un châtiment douloureux). » II, 98 ou 104.

            « Je précipiterai l’incrédule dans le châtiment du feu . Quelle affreuse fin (pour lui) ! » II, 120 ou 126.

            « Allâh n’aime ni l’incroyant (ou le pécheur incroyant) ni l’impie. » II, 276 ou 277.

            « Les incroyants, je les tourmenterai terriblement (ou je le punirai d’un châtiment cruel) en cette vie et dans l’autre et ils seront sans recours. » III (la famille d’Amram), 49 ou 56.

            « Quiconque cherche une autre religion que l’Islam ne sera pas accepté. » III, 79 ou 85.

            « Qu’Allâh éprouve ceux qui croient et détruise (ou fasse disparaître) les incroyants. » III, 135 ou 141.

            « Nous jetterons l’effroi dans le cœur des incroyants. » III, 144 ou 151.

            « Les incroyants vont et viennent dans le pays, mais ne t’y trompe pas, piètre est leur joie, et leur refuge sera la géhenne (ou leur demeure sera l’Enfer). » III, 196 ou 196-197.

            « Nous tenons prête pour les incroyants la honte du tourment (ou une peine ignominieuse). » IV (les femmes), 37 ou 41.

            « Allâh tient prêt pour les incroyants la honte du tourment (ou un supplice ignominieux). » IV (les femmes), 102 ou 103.

            « Nous tenons prête pour les incroyants la honte du tourment (ou un supplice ignominieux). » IV, 150 ou 151.

            « Les incroyants qui nient nos versets seront les hôtes de la fournaise (ou les compagnons de l’Enfer). » V (la table servie), 10 ou 13.

            « Les incroyants qui nient nos signes seront les hôtes de la fournaise (ou les compagnons de l’Enfer). » V, 86 ou 88.

            « Oui, les incroyants auront le tourment du feu. » VIII (le butin), 14.

            « Les pires bêtes, aux yeux d’Allâh, sont les incroyants qui s’entêtent à ne pas croire. » VIII, 55.

            « Annonce aux incroyants l’affreux tourment. Les incroyants avec qui vous avez fait un pacte et qui ne vous ont pas fait tort et n’ont aidé personne contre vous, eh bien respectez ce pacte jusqu’à son terme car Allâh aime les fidèles. Une fois passés les mois sacrés, tuez les incroyants où que vous les trouviez. Prenez-les, assiégez les, dressez leur des embuscades. S’ils se repentent, font la prière, acquittent l’aumône, laissez-leur le champ libre, car Allâh pardonne, il a pitié. » IX (la repentance), 3-5.

            « Allâh a promis aux hypocrites, hommes et femmes, et aux incroyants le feu de la géhenne. » IX, 68.

            « L’affreux tourment frappera ces incroyants. » IX, 90.

            « Croyants, combattez les incroyants qui sont dans vos parages et qu’ils vous trouvent durs. » IX, 123.

            « Pour les incrédules, boisson brûlante (ou le breuvage de l’eau bouillante) et châtiment douloureux, parce qu’ils n’ont pas cru. » X (Jonas), 4.

            « Ceux qui ne croient pas aux versets d’Allâh, il ne les guide pas, ils auront l’affreux tourment. » XVI (les abeilles), 104.

            « Les incroyants arguent de l’erreur pour rejeter la vérité. Ils se moquent de nos signes et de nos avertissements. » XVIII (la caverne), 56.

            « Ah ! si les incroyants connaissaient le moment où ils ne pourront soustraire au feu leur face ni leur dos, car ils seront sans recours. » XXI (les prophètes), 39.

            « On taillera des vêtements de feu pour les incroyants, on leur versera de l’huille bouillante sur la tête. » XXII (le pèlerinage), 19.

            « N’écoute pas les incroyants, combats-les rudement avec ce Coran. » XXV (le critère), 52.

            « Les incroyants qui nient nos signes et la rencontre de l’autre vie seront dans le tourment. » XXX (les Romains), 16.

            « Allâh maudit les incroyants, il leur a préparé un brasier. » XXXIII (les ligues), 64.

            « L’incroyance des incroyants ne fait qu’accroître l’horreur qu’Allâh avait d’eux. » XXXV (le créateur), 39.

            « Malheur aux incroyants, à cause du feu. » XXXVIII (çâd), 27

            « Les incroyants auront le grand tourment. » XLII (la délibération), 26.

            « Les incroyants profitent, ils mangent comme des bestiaux, mais ils auront le feu pour logis. » XLVII (Mahomet), 12.

            « Aux incroyants l’affreux tourment. » LVIII (la plaidoirie), 4.

            « Les incroyants qui ont nié nos versets seront pour toujours les hôtes du feu. Mauvais avenir. » LXIV (la duperie réciproque), 10.

            « Noé dit : Seigneur, ne laisse pas d’incroyants circuler sur Terre, car si tu les laisses, ils égareront tes esclaves et n’engendreront que des pervers sans foi. » LXXI (Noé), 26-27.

            « Pour les incroyants, nous avons préparé chaînes, carcans et brasier. » LXXVI (l’homme), 4.

            « Les incroyants, qu’ils aient le livre ou qu’ils ajoutent des dieux, iront dans le feu de la géhenne et y seront pour toujours. Ce sont les pires des humains. » XCVIII (la preuve), 6.

            N.B. Ces références sont faites d’après :

            1 : l’édition en coll. Points, au Seuil, en 1998 (réimpression de juin 2001) ; traduction de Jean Grosjean pour les Éditions Philippe Lebaud, 1979. 2 : l’édition en coll. PBP, chez Payot, en 2001 ; traduction d’Édouard Montet en 1958. 3 : l’édition en coll. Folio classique chez Gallimard, en 2001 : traduction de Denise Masson en 1967.


          • JC. Moreau JC. Moreau 7 février 2007 14:17

            Comme je l’ai signifié dans mon article, il ne s’agit pas de nier que le sentiment de M. Boubakeur puisse avoir quelque fondement. Simplement, il convient de rappeler que ledit fondement résulte d’une susceptibilité particulière et non d’une intention de la part de Charlie Hebdo nuire à la communauté musulmane.

            En d’autres termes, la caricature représentant Mahomet coiffé d’une bombe en guise de turban ne constitue pas EN SOI une injure à la communauté musulmane, en ce qu’elle vise exclusivement à critiquer le terrorisme islamiste, à mettre en exergue le dévoiement de la profession de foi musulmane par les intégristes. Que ce message ait pu n’être pas pleinement compris par l’ensemble des musulmans est tout à fait compréhensible. Que Charlie Hebdo puisse être reconnu responsable de l’incompréhension d’autrui, pour ne pas dire de sa susceptibilité démesurée, est en revanche intolérable.


          • JC. Moreau JC. Moreau 7 février 2007 14:41

            Cher Demian,

            En l’occurence, me semble-t-il, l’erreur de droit consisterait précisément à s’en tenir au fait que Mahomet est le prophète de tous les musulmans, sans procéder à l’analyse circonstanciée des propos incriminés, analyse qu’impose le droit français (1) comme le droit européen (2). En d’autres termes, eu égard au contexte dans lequel les caricatures ont été publiées, il n’était pas possible de considérer que celles-ci aient constitué une injure à l’ensemble de la communauté musulmane (en atteste notamment la couverture de Charlie Hebdo ou Mahomet se lamente en disant « c’est dure d’être aimé par des cons » et où il est très expressément stipulé que ces propos s’adressent aux intégristes.

            EN définitive, l’erreur de droit serait donc, comme j’ai pu l’évoquer précédemment en d’autres termes, de procéder à une interprétation « in abstracto » des caricatures.

            Notes :

            1- TGI Nancy 19 juin 1993 (vous pourrez trouver un commentaire de cet jurisprudence dans la revue « LEGIPRESSE » n°104, année 1993, III, à la page 108)

            2- Je vous renvoie à la jurisprudence de la Cour Européenne des Droits dde l’Homme dans son arrêt « Oberschlieck contre Autriche » rendu le 1 juillet 1997


          • Romain Baudry 7 février 2007 14:45

            Bien sûr, mais... on pourrait en dire autant de la Bible !


          • Romain Baudry 7 février 2007 14:46

            Oups ! Je répondais aux citations de Courove.


          • docdory docdory 7 février 2007 15:26

            @ Demian West

            « c’est un délit dans le droit laïque et français » dis-tu ???

            Mais non , tu fais erreur , le blasphème n’est plus un délit dans le droit français depuis 1881 ! Et d’ailleurs s’il en était autrement , on n’aurait pas pu abattre la statue monumentale de la statue de Gilbert Bourdin , prophète du Mandarom , à Castellane .

            Pour les adeptes de cette religion , cela a sans nul doute constitué un blasphème contre leur prophète .

            Or il n’y a aucune espèce de raison pour la République Française de privilégier un prophète par rapport à un autre , dans la mesure où il est impossible de déterminer objectivement si les élucubrations de l’un de ces deux prophètes sont « meilleures » que celles de l’autre .

            Pour les quatre cinquièmes de la population non musulmane et non mandaromiques de cette planète , il s’agit de toutes façons , dans un cas comme dans l’autre de fariboles , de billevesées , d’illusions , d’inepties , de superstition , d’obscurantisme , d’absurdités etc...

            Donc les habitants de cette planète ont le droit imprescriptible et inaliénable de penser , dire et écrire ce qu’ils pensent des prophètes Gilbert Bourdin , Mahomet , mais aussi Ron Hubbard , Claude Vorhilon-Raël , Jim Jones et tout autre prophète de toute religion présente passée et future !!!!


          • Cosmic Dancer (---.---.174.19) 7 février 2007 15:44

            @ Docdory :

            Exactement. Et pourtant, le maire UMP de Ploërmeul a fait ériger une statue de JPII en place publique. Et pourtant, Delanoë a rebaptisé la place Notre-Dame...


          • docdory docdory 7 février 2007 16:19

            @ cosmic dancer

            C’est effectivement un scandale !


          • fouadraiden fouadraiden 7 février 2007 17:23

            c’est faux,la qualité supposée du prophète arabe ne contraint personne et sûrement pas la logique juridique à la vérité islamique car je peux ,avec ma grand-mère, décider que mon petit frère est notre prophète universel.à deux nous formeront déjà une communauté de croyants et alors ?

            l’argument est mauvais.


          • roumi (---.---.74.206) 7 février 2007 19:31

            @fouadraiden

            là tu déconne dur , c’est un embryon de religion familiale que tu décris .

            après il faut faire passer cette idée


          • fouadraiden fouadraiden 7 février 2007 19:43

            roumi

            pas aux yeux de la vérité


          • aixetterra... aixetterra 7 février 2007 23:28

            Les Musulmans modérés le sont de moins en moins car ils craignent les extrémistes.

            Il en va de même pour M. Boubakeur.

            Les fondamentalistes quant à eux ne craignent qu’Allâh.

            Qu’un nouveau Prophète leur vienne et leur retire la peur !


          • Briseur d’idoles (---.---.168.198) 11 février 2007 12:46

            Retourne au Bal des Auvergnats, Courouve !!


          • Zozo (---.---.79.1) 7 février 2007 14:38

            Gageons que les juges du tribunal correctionnel de Paris en charge d’examiner les poursuites engagées contre Charlie Hebdo feront preuve du même discernement que vous, et qu’ils ne cèdent pas à cette espèce de vague d’autocensure qui semble frapper les européens voulant ménager les soi-disant susceptibilités de certains musulmans. Si par malheur le jugement venait à condamner le journal satirique, beaucoup de gens en France pourraient ne plus se sentir en confiance dans un pays qui ne protègerait plus la liberté d’expression. Une liberté gagnée au fil des siècles sur le dogmatisme, l’obscurantisme, la connerie humaine. Il s’agirait là, véritablement, d’un retour au moyen âge.


            • Cosmic Dancer (---.---.174.19) 7 février 2007 14:47

              @ L’auteur :

              Grandes félicitations pour cet article. Et pour celui que vous avez publié sur votre blog, dont j’arrive, sur l’icône de la mollitude Claire Chazal vs l’écrivain remarquable Sarah Vajda. Bravo.


              • Briseur d’idoles (---.---.168.15) 7 février 2007 16:04

                Parlons d’abord de l’intégrisme, du communautarisme du CRIF et de ses lettres de cachet !


                • docdory docdory 7 février 2007 16:17

                  @ briseur d’idoles

                  Il est également inadmissible de voir des politiciens français , dans un état laïque , se précipiter en masse au diner du CRIF , au mépris de la laïcité qu’ils sont censés défendre (loi 1905 : « l’état ne reconnait , ne salarie ni ne subventionne aucun culte » ) .

                  Se rendre au diner du CRIF , pour un politicien , c’est déjà reconnaitre un culte , c’est donc illégal !

                  « Reconnaitre » un « organisme » tel que le CFCM est également inadmissible et illégal ...


                • Cosmic Dancer (---.---.174.19) 7 février 2007 16:34

                  @ Docdory :

                  J’aurais répondu la même chose à Briseur, qui cherche simplement (information) à démontrer par là que le complot judéo-américain mondial est en marche, puisque ce monsieur soutient Bruno Gollnisch et consorts...


                • Briseur d’idoles (---.---.168.15) 7 février 2007 16:35

                  Je vous l’accorde, mais à ma connaissance, le CFCM, n’organise pas de Dîners, seulement des buffets sans invités extérieurs lors de Congrès, ensuite, Sarko s’y rend pour donner des ordres, ce qui est « normal » puisque les « imams » sont des « imams flics » agréés par le ministère de l’intérieur et le Crif ; tandis qu’aux Dîners du CRIF, les politiques, viennent chercher leurs feuilles de route et faire « repentance ». C’est différent !


                • docdory docdory 7 février 2007 16:39

                  Pour moi CRIF et CFCM , c’est la même farine , des lobbys religieux plus ou moins intégristes !


                • Cosmic Dancer (---.---.174.19) 7 février 2007 16:45

                  @ docdory :

                  Tout à fait d’accord avec vous. Les intégristes de tout bord doivent être combattus avec la même fermeté.


                • Bruno (---.---.109.53) 7 février 2007 16:43

                  le cfcm est dangereux il troue la couche d’ozone


                  • Fred (---.---.20.123) 7 février 2007 17:01

                    Les plus dangereux intégristes sont-ils ceux qu’on imagine ?

                    Qu’est ce que les allemands qui ont voté pour Hitler savaient vraiment ? Qu’est ce que les Français qui veulent voter pour NS savent vraiment ?

                    Les dictateurs peuvent être élus au suffrage universel dans une démocratie ... oui techniquement c’est possible...

                     smiley


                    • Fred (---.---.20.123) 7 février 2007 17:03

                      Rappelez-vous Saddam H (Irak) >95% et Jacques C. (Paris) 82%  smiley


                      • Fred (---.---.20.123) 7 février 2007 17:24

                        N’y a -t-il pas QUE la vérité qui blesse ?

                        Pourquoi des personnes musulmanes mais non intégristes se sentiraient visées par une caricature de Mahomet ?

                        Les musulmans n’ont-il pas le droit de regarder les guignols ? de rire ?

                        Une caricature dans les Arts visuels, la peinture subjective de l’élément abordé (individu, organisation, pensée...) charge certains traits de caractère souvent ridicules ou déplaisants.

                        Il est par définition « normale » qu’une caricature soit une vision simpliste voire fausse d’un individu , d’une organisation...

                        Le français caricaturé tient sa baguette sous le bras , le beret sur la tete et la cloppe au bec ( quoique ... ça va peut être changer ). Bref, Avez-vous déjà vu CE français dans la rue ?? JAMAIS, car il n’existe pas. Est-ce que cette caricature porte préjudice aux français ??!! Franchement , p’tet bien qu’oui , p’tet bien qu’non , mais globalement on s’en fou.

                        Faut croire que certaines personnes n’ont pas de soucis ou n’ont rien d’autre à faire de leur temps pour polémiquer et amalgamer sur des détails aussi ridicules.

                        De plus, il ne faut pas non plus oublier que ceux qui n’aiment pas les caricatures ne sont en rien obligés de s’abonner à Charlie Hebdo.

                        Par contre, ça serait dommage de priver les autres de belles rigolades ...


                      • Senatus populusque (Courouve) Courouve 7 février 2007 19:34

                        « Les musulmans n’ont-il pas le droit de regarder les guignols ? de rire ? »

                        Un de mes amis, d’origine algérienne, mais né en France et qui ne connaît pas l’Algérie, m’a raconté qu’un jour, étant enfant, il était entré dans une mosquée, que ce qu’il y avait vu l’avait fait rire, et qu’un adulte lui avait tiré l’oreille pour le punir.

                        Le même, toujours incroyant, vit à Marseille ; c’est un adulte handicapé (psychiatrie) ; il est donc fragile. Il m’a dit que lorsqu’il voyait passer des femmes toutes en noir, dans la rue, sur le même trottoir, cela lui faisait peur.


                      • Briseur d’idoles (---.---.168.15) 7 février 2007 20:31

                        Quand j’étais môme, on était une bande de gosses à faire des blagues !...

                        L’un d’entre-nous allait pisser dans le bénitier de l’église du village...

                        Ensuite on allait à la messe pour regarder les grenouilles faire trempette...

                        Est-ce que cela te fais rire, l’ami Courouve ?


                      • Senatus populusque (Courouve) Courouve 7 février 2007 23:33

                        Bien sûr ; moi aussi j’ai pissé dans des bénitiers.


                      • aixetterra... aixetterra 7 février 2007 23:48

                        Au vu de certaines tenues féminines très « tendances » chez l’intégriste moyen, genre haut : noir foncé, et bas : noir très foncé, avec voilette grillagée et doubles collants-chaussettes renforcées, on eût pu croire qu’il appréciait les caricatures.

                        Surtout lorsqu’on connaît son sens de l’humour. C’est à n’y rien comprendre... smiley


                      • aixetterra... aixetterra 7 février 2007 23:50

                        Moi aussi !

                        Tu crois que je devrais consulter ?

                         smiley


                      • fouadraiden fouadraiden 7 février 2007 17:04

                        à l’auteur,

                        vous n’abordez pas la « situation » dans laquelle se dévoile ce problème.vous misez sur la variété des intentions pour noyer la spécificité du problème auquel nous avons à faire face,enfin je pense.

                        selon vous ,un terroriste islamiste est un musluman, n’est ce pas ?

                        selon vous ,les musulmans(en fait les arabes) quand ils sont attaqués disposent-ils ,à l’instar des autres confessions des memes moyens pour organiser leur défense ?

                        imaginez que tous les musulmans se transforment en terroristes islmaistes ,aurais-je alors le droit d’ injurier l’ensemble d’une communauté devenues ostensiblement intégristes ?

                        vous négligez le fait qu’en europe les populations naturellement rattachées à l’islam sont stigmatisés malgré ce qu’ils peuvent croire ou ne pas croire.un mususlman en europe contrairement à un juif ou à un chrétien est une personne qu’on peut reconnaitre par le faciès ou le prénom.toute la différence est là.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

JC. Moreau

JC. Moreau
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès