Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Chômeurs non indemnisés : sous le tapis du plan de cohésion (...)

Chômeurs non indemnisés : sous le tapis du plan de cohésion sociale

Le gouvernement Villepin a pour ultime priorité l’emploi, paraît-il. Bon, effectivement ces derniers jours ont plutôt été accaparés par le rétablissement de l’ordre... Mais dans les faits, qu’en est- il ? Je ne peux évidemment pas généraliser à partir de ma seule expérience personnelle, mais je ne peux pas non plus m’empêcher de penser que ce qui se passe pour moi doit aussi se passer pour d’autres, non ? Voire pour beaucoup d’autres...

Je ne suis plus indemnisé par les ASSEDIC depuis le 6 mars 2005. J’avais travaillé en CDD de six mois, renouvelé une fois sur la période juillet 2003/juillet 2004, ce qui m’ouvrait droit à 6 mois d’indemnisation, qui ont donc été épuisés en mars. J’ai depuis été rappelé par la même entreprise pour compenser la baisse d’effectifs de la période de congés juillet/août 2005, en CDD de deux mois, mais ça ne m’a ouvert aucun droit nouveau (il faut 6 mois d’activité pour avoir droit à 3 mois d’indemnisation). Cependant, je ne me suis jamais désinscrit des listes de l’ANPE depuis juillet 2004, et j’ai continué à remplir ma déclaration mensuelle sans interruption. Je suis donc bel et bien inscrit à l’ANPE en tant que demandeur d’emploi. Mais, à mon grand étonnement (euh... pas trop grand quand même), de la part de l’ANPE, c’est silence radio.

Il est vrai que les mesures de ce gouvernement au sujet de l’ANPE et des ASSEDIC ont été axées sur les chômeurs de longue durée. Ils s’étaient donc engagés à convoquer en entretien tous les chômeurs de longue durée. Apparemment, je n’en suis pas. Bientôt dix-huit mois, ça ne doit pas faire assez... Ils s’étaient aussi engagés à convoquer les bénéficiaires des ASS et du RMI. Ayant une compagne qui a un emploi suffisant pour que je ne rentre pas dans ces catégories, qui sont soumises au plafond de ressources du foyer, je n’en suis donc pas.
Paradoxalement, si j’avais fait de fausses déclarations, en me déclarant seul, j’aurais bénéficié soit de l’ASS (le plus probable) soit du RMI (en dernier lieu). J’aurais alors été certainement convoqué en entretien et un(e) conseiller(e) aurait pris en charge mon dossier. C’est donc à dire que si j’avais fraudé, j’aurais bénéficié des nouvelles mesures ou directives données par le gouvernement. Ça donne quand même à réfléchir...

Ne coûtant rien à l’État ni aux contribuables, je ne fais donc pas partie de ceux dont il faut s’occuper, ni en priorité ni tout court. C’est quand même l’impression que ça donne, non ? Je tiens ici à préciser que je me suis rendu à l’ANPE de moi-même plusieurs fois, et qu’il m’a été vaguement répondu qu’on ne pouvait rien faire pour moi... Ils savent donc bien que j’existe.

Lors de la création de l’association, La e-Cité, j’ai aussi demandé des renseignements concernant les dispositions qui me permettraient de me salarier. J’ai bien obtenu un rendez-vous à mon domicile, mais effectivement, pour me salarier, il faudrait que l’association bénéficie de subventions, ce qui n’est pas le cas, ou d’un afflux massif d’adhérents pour couvrir la partie non exonérée de mon salaire.

Au total, j’essaie de m’impliquer dans la vie sociale, je travaille quasiment tout mon temps à la technique nécessaire à la réussite de celle-ci, mais comme il s’agit d’une association et non d’une entreprise, je ne suis aidé par personne... Si je n’avais cette obstination qui me caractérise, et le soutien inconditionnel de ma compagne, j’avoue que ce serait tout de même quelque peu démoralisant. Pour les pouvoirs publics, je ne touche rien, donc je n’existe pas.
Ah si... J’ai tout de même payé mes impôts sur le revenu de l’année dernière (décalage normal en France), alors que je suis privé de tout revenu... J’avais oublié les impôts... Ah ben ! ça console un peu quand même, de voir qu’on existe toujours pour l’État...


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • patick (---.---.90.151) 26 janvier 2006 18:17

    jose suis tombé su ton article par hazard.Il est super.Est-tu au courant qu’on essaie de relayer par mon biais sur le 78 un p’tit collectif de Bordeaux « Chomeurs en Colère Non Indemnisés »avec le partenariat d’AC ! Pourrais-tu m’contacter ? Patrick 0672263608/0130902738 « artis.patrick@neuf.fr »


    • www.jean-brice.fr (---.---.136.190) 1er avril 2006 10:16

      Je suis bien d’accord avec votre analyse et votre témoignage : nos dirigeants, bien au chaud dans leurs privilèges, sont totalement coupés de la réalité... Nous n’avons plus que 2007 pour que cela change... espérons dans le bon sens !


      • marc (---.---.45.101) 29 décembre 2006 12:02

        non tu n’es pas tout seul dans ce cas hélas et on peut relever moulte inepties tres graves dans le systeme (je suis frappé par l’article 4 des Assédic qui statue en commission,commission pour laquelle tu n’es pas invité à defendre ta position).Donc comme toi je n’existe plus (meme pas pour les impots sur les revenus mais quand on sait que les autres impots ont largement dépassé ces remises à niveau de fourchette c’est encore des peaux de bananes devant les yeux...)La solution la clandestinité et ne pas oublier que tu as encore une carte d’electeur (je sais en attendant ça fait pas crouter et retrouver notre dignité):car on les presque tous vus aux commande du pays sauf certain des fois il faut faire le pas comme aux dernières présidentielles.Moi j’ai meme provoqué un RDV avec mon ANPE(pour étudier un changement d’activité)mon interlocuteur m’a proposé d’aller voir un psy je ne savais pas que la carte vitale fonctionnait ici aussi (humour !!).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès