Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Chomsky, « intellectuel le plus influent » ?

Chomsky, « intellectuel le plus influent » ?

La revue Prospect (« Britain’s intelligent conversation »), associée pour l’occasion à la revue américaine Foreign Policy, a interrogé 20.000 personnes dans le monde pour savoir qui, selon elles, était « l’intellectuel le plus influent » ?

Sur son blog, "La République des Livres", Pierre Assouline* jette un regard critique sur ce palmarès un tantinet suspect, soulignant que l’échantillon était "composé en majorité d’Anglo-Saxons" et que le questionnaire proposait "une liste remarquable par la rareté des jeunes et des femmes".

Résultat des courses : c’est le linguiste et philosophe engagé Noam Chomsky (lire l’article de Prospect) qui décroche la palme avec 4.827 voix, et arrive en tête des intellectuels les plus influents, bien avant Umberto Eco (2.464 voix), Richard Dawkins, Vaclav Havel, Jürgen Habermas ou Salman Rushdie. Le sociologue Jean Baudrillard arrive en 22e position, ce qui est plutôt remarquable, mais fait figure d’exception puisqu’il faut descendre beaucoup plus bas dans le classement pour retrouver un autre Français, à la 81e position, le philosophe Alain Finkielkraut , bien après l’ayatollah Sistani (30e) ou Tariq Ramadan (58e). N’y cherchez pas de femmes, comme le souligne Pierre Assouline, elles sont très peu représentées... Nous sommes également loin de l’époque (pourtant récente) où notre sociologue national Pierre Bourdieu "revenait le plus souvent dans les écrits des autres intellectuels, ce qui est tout de même un thermomètre assez précis" rappelle, un brin nostalgique, M. Assouline.

Si les jeux sont pipés, on aurait pu tomber plus mal... Ce choix de l’auteur d’une oeuvre consacrée à l’analyse des mécanismes idéologiques des sociétés occidentales (La fabrique de l’opinion publique. Serpent à Plumes. 03, ou Dominer le monde ou sauver la planète ?. Fayard. 04) dont l’image sent le souffre chez les bien pensants, est plutôt sain. A bientôt 80 ans, Chomsky, le libertaire, et -à mes yeux- incontestablement l’un des plus grands intellectuels vivants de notre époque, continue à dénoncer avec virulence la manipulation de la réalité par les pouvoirs politiques, économiques et médiatiques. Ses détracteurs ont beau tout tenter pour essayer de le discréditer, de le faire passer pour un anti-américain primaire quand ce n’est pas pour un négationniste (lire l’article du Monde diplomatique qui "remet les pendules à l’heure") aux yeux du public, ce dernier le plébiscite ! C’est ce qui s’appelle une belle gifle...

Alors Chomsky "intellectuel le plus influent" ? Et si c’était vrai... "Dans un monde où des cohortes d’intellectuels disciplinés et de médias asservis servent de prêtrise séculière aux puissants, lire Chomsky représente un acte d’autodéfense", écrit Jean Bricmont dans Le Monde diplomatique. Je ne saurais trop vous répéter ce conseil.

Par Véronique Anger-de Friberg

*Pierre Assouline est journaliste et écrivain, chroniqueur au "Monde 2" et critique pour "Le Nouvel Observateur". Son blog : http://passouline.blog.lemonde.fr/livres/2005

Le site de Prospect : http://www.prospectmagazine.co.uk/article_details.php?id=7110

Noam Chomsky enseigne la linguistique au MIT. Son site : http://www.chomsky.info/
"La mauvaise réputation de Noam Chomsky. Haro sur un imprécateur" (Jean Bricmont. Le Monde diplomatique. 04/01) : http://www.monde-diplomatique.fr/2001/04/BRICMONT/15109


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Bernard Lallement (---.---.148.113) 20 octobre 2005 20:05

    Hum ! Il faut toujours prendre avec prudence ce genre de « sondage »....

    Il est indéniable que les théories de Chomsky sur la structue du langage ont eu une importance considérable en linguistique et que son engagement politique « anti impérialiste » lui vaut une renommée internationale certaine. En France, il faut reconnaitre qu’il est mal connu, sauf dans les milieux universitaires, et que sa préface du livre de Faurisson, donnée alors qu’il n’avait pas pris connaissance du contenu, lui ont valu de solides inimitiés. Encore faudrait-il définir ce que l’on appelle un intellectuel. Des définitions, données par Deleuze (créateur de concepts) à Sartre (celui que se mèle de ce qui ne le regarde pas) en passant par Bourdieu (contre pouvoir essentiel de la démocratie)l’amplitude est vaste. Quant à l’influence (laquelle et dans quel domaine ?), elle est très difficilement mesurable et souvent aléatoire (voir les débats sur Heidegger, Freud, Sartre ou Aron par exemple). « Intellectuel le plus influent » signifierait qu’à lui seul, dans la solitude de sa pensée, Chomsky ait été en capacité d’infléchir l’ordre des choses,ce qui n’est pas exact, tant au stricte niveau des sciences linguistiques que de l’engagement philosophique ou politique. Cela dit, quelque soit le caractère discutable du « sondage » il est remarquable de considérer que les deux premiers intellectuels retenus soient des linguistes, même si Umberto Ecco est plus connu pour son oeuvre romanesque. Nous sommes tous des êtres pétris de langage...

    Ah ! vous avez oublié de citer, une femme (il y en a si peu comme vous dites) dans la sélection, Julia Kristeva « arrivée » 48ème. La perte (réelle) d’influence de la pensée française contemporaine dans le monde des idées étant ce qu’elle est, il serait dommage de ne pas la mentionner.

    Sartre prévoyait la disparition de l’intellectuel au XXIème siècle car il envisageait un jour l’homme suffisamment informé pour pouvoir créer ses propres valeurs sans en passer par un intercesseur. « L’homme qui pense pour un autre ça n’a pas de sens » disait-il

    Merci pour votre article.

    B.L.


    • Chem ASSAYAG Chem ASSAYAG 20 octobre 2005 20:22

      La consultation du palmares montre qu’en mobilsant ses amis n’importe qui dans la liste originale aurait pu s’y retrouver (à partir de la 90eme place il suffi de 100 votes...). En plus la liste de départ est totalement hétérogène : quel rapport en Amos Oz et le pape Benoit XVI (dont on serait bien en peine de comprendre coment en quelques mois il peut apparaître en 17eme position...). Sans parler d’oublis grossiers (Steiner, Levis Strauss, Hawking...). Ce classement est vraiment très étrange.


      • Alain (---.---.131.228) 20 octobre 2005 22:18

        Le choix de Noam Chomsky me rassure terriblenemt. Cela dit lorsque l’on descend l’ascenseur et que l’on consulte les noms exclus de la liste, on constate que pas mal de « beau monde » est resté sur la touche. Notamment Hawking cité dans un commentaire ci-dessus. Merci en tout cas à Véronique. A noter, Noam Chomsky a son site http://www.chomsky.info/ avec pas mal de textes et d’extraits de bouquins

        Alain


        • Courouve (---.---.102.37) 21 octobre 2005 20:56

          Noam Chomsky est un des très rares, avec Salman Rushdie, à avoir défendu la liberté d’expression qui vaut surtout pour des idées qu’on désapprouve (autrement, le mérite ne serait pas grand ...), et à distinguer, dans une époque de grande confusion et d’amalgames, la discrimination (à réprimer) du légitime désaccord (dissent). Chomsky et Rushdie rendent encore possible (avec aussi Houllebecq et Onfray) une critique radicale des religions qui ne soit pas assimilée à un racisme.


          • (---.---.254.10) 22 octobre 2005 12:23

            agoravox serait il une chorale beni-oui-oui cryptostalinienne ? Les pervers polymorphes ont leur place en politique : leur place se situe au coté de Faurisson , de Pol-Pot ,de Chomsky, Streicher , Wagner et consorts ... La censure va elle encore s’exprimer librement ? je le pense librement


            • (---.---.186.146) 15 décembre 2005 21:44

              Chomski prouve, après Saussure et Troubetskoi, que les linguistes sont, avec les physiciens, très en avance sur les philosophes et les psys, victimes d’étiquettes collées à demeure sur des citernes dont le contenu est renouvelé en permanence. Demander aux psys, sociologues etc... une longue culture linguistique serait les renvoyer à l’école. Pourtant, qui lit, outre les langues européeennes anciennes et modernes, l’arabe, le persan, le sanskrit et le chinois, possède l’outillage pour examiner les différentes « expressions » du mot-citron qu’ils commentent.


              • Gary Gaignon Gary Gaignon 25 avril 2006 00:05

                Moi je dirais que Chomsky est à la chose universitaire de gauche ce que M. Moores est de même à la culture populaire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès