Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Circulation routière

Circulation routière

Circuler dans les grandes villes du Burkina est un véritable casse-tête. Les accidents sont légions. A titre indicatif, dans la seule ville de Ouagadougou, 31 000 cas d’accidents de circulations ont été enregistrés de 2000 à 2006. Le non-respect du Code de la route est la principale cause. Des jeunes se sont alors engagés dans la régulation de la circulation et à la sensibilisation des usagers de la route sur la conduite à tenir.

Serge est âgé de 20 ans et habite Nagrin. Un quartier périphérique de la ville de Ouagadougou. Cela fait deux ans qu’il a intégré la famille des volontaires de la sécurité routière. Chaque matin, il se rend à vélo au siège de l’association situé au cœur de la ville pour le rassemblement. Tous ses camarades utilisent les mêmes moyens de locomotion. Le seul moyen accessible certainement. Ces jeunes sont issus, pour la plupart, des familles très modestes. Malgré d’énormes difficultés, ils sont fiers de servir le pays. « Au moins, on se sent utile. Et puis, il ne sert à rien de rester à la maison sans rien faire  », déclare Wenceslas. Pour ces jeunes, cette occupation les soustrait des regards accusateurs et les éloignent de certains vices. « Les gens ne peuvent plus nous accuser d’être des voleurs ou des bandits. Si tu restes à la maison et un poulet disparaît, tu es vite indexé », ajoute-t-il. Ils sont soutenus dans leur action par leurs familles qui ont trouvé un moyen pour les éloigner des germes de la délinquance.

La satisfaction morale comme récompense

Ce sont des jeunes déscolarisés. Ils ont pour la plupart entre 17 et 25 ans. Ils ont choisi de sauver des vies. Jacob, après deux ans, tire une satisfaction : le respect. Pour lui, pour se faire une place au sein des hommes, il faut travailler. « Certes, c’est le bénévolat, mais il ne s’agit pas seulement de tuer le temps, on y gagne même si ce n’est pas de l’argent », souligne-t-il.

La coordonnatrice de la section de Ouagadougou trouve cependant que ces jeunes ont honte de porter leur tenue. Ces derniers expliquent par contre le contraire. La chaleur et le souci de ne pas salir les tenues sont les raisons qui les poussent à se débarrasser de la tenue après les sorties. En d’autres termes, les tenues se salissent très vite.

Ces jeunes ne sont pas rémunérés. Ils reçoivent seulement une prime d’encouragement de 10 000 F CFA par mois, confie leur président Seydou Traoré.

La création d’un regroupement de jeunes volontaires n’est pas fortuite. L’idée de s’investir dans l’éducation et la sécurité routière est née à partir d’un constat. Depuis quelques années, beaucoup de Burkinabés sont victimes d’accidents de la circulation. Certains y ont laissé leur vie. Chaque Burkinabé a été touché directement ou indirectement. Selon les statistiques, 7 768 accidents de circulation ont été enregistrés en 2006 contre 8 369 en 2005. Pour la seule ville de Ouagadougou, de janvier 2000 à juin 2006, 31 000 accidents ont été enregistrés. Et 300 000 impliquant les engins à deux roues. « Les accidents sont tellement fréquents que les populations ont fini par les banaliser. C’est face donc à la croissance des accidents de routes et ces conséquences pour tout le pays que nous avons pensé mettre les jeunes à contribution », déclare le président Traoré. La sécurité routière était réservée aux seules forces de l’ordre. Mais seule, la tâche est difficile. Il était temps de soutenir leurs efforts, fait remarquer les géniteurs de ce projet. L’idée prendra forme en 1996 par la création d’une association des jeunes volontaires. La brigade des jeunes volontaires pour l’éducation et la sécurité routière (Bjvscr). C’est un regroupement des jeunes chômeurs. Les volontaires viennent offrir leur service en attendant de trouver un emploi. Les conditions d’adhésion sont l’engagement à servir, avoir une aptitude physique et être titulaire au minimum du certificat d’étude primaire. Les premiers éléments sont mis sur le terrain dès 1997. L’association avait voulu couvrir tout le territoire, mais il faut compter avec la réalité. Les villes de Ouagadougou et de Bobo seront finalement retenues. Une troisième ville, celle de Boromo, viendra compléter la liste. Le choix de Boromo s’explique par sa position géographique, souligne le président de la Bjvser. Boromo est une ville carrefour. Elle est située entre les deux grandes villes du pays, mais elle relie Lomé et Bamako. Les voyageurs font escales pour se mettre en jambes avant de poursuivre leur route. Les stationnements des véhicules obstruent la route. Ce qui évidemment entraîne parfois des accidents. Le travail des volontaires dans cette ville est de veiller au respect des règles de stationnement.

L’association étend ses activités à l’éducation routière. Les accidents pour leur grande majorité sont dus à l’ignorance et au non-respect du Code de la route. Sa stratégie est non seulement faciliter la circulation, mais également éduquer par la sensibilisation. Ainsi certaines écoles reçoivent l’appui des jeunes volontaires. Ils donnent des cours sur l’éducation routière et facilite l’entrée et la sortie des élèves. Des théâtres forum sont organisés à l’endroit des usagers. Les messages portent sur les comportements à observer dans la circulation (port du casque, usage du téléphone dans la circulation…) « Si nous sommes au niveau des écoles, explique Marietou, c’est pour permettre aux élèves de traverser la route en toute quiétude. » Un de ces camarades regrette qu’à Ouagadougou, les piétons ne soient pas respectés.

Les sensibilisations permettent une prise de conscience sur le respect du Code de la route. C’est le lieu aussi pour certains de connaître les règles élémentaires du Code.

Les éléments de la brigade sont formés dès leur adhésion à l’Ecole nationale de la police. Pendant un mois, ils apprennent le Code de la route et gestes conventionnels de la circulation. Il s’agit de leur intégrer le règlement militaire, le civisme et les principes d’une bonne citoyenneté.

Mme Sana salue le travail de ces volontaires. « Ils font un travail utile, s’ils pouvaient être partout ce serait bien », affirme-t-elle. Elle apprécie leur travail parce que c’est l’angoisse permanente pendant l’année scolaire. « Les gens circulent mal, et ne font pas attention à nos enfants ». Mme Sanou, après cinq ans, garde fraîchement à l’esprit l’accident qui a coûté la vie à une élève sur l’avenue Bassawarga. Une avenue que certains ont fini par baptiser « avenue de la mort ». « Il était 14 h 30, se souvient-elle, je rentrais en ville. Devant moi, j’entendis un bruit. C’était déjà fini. » Elle n’arrivera pas à décrire la scène de l’horreur. Une élève de 6e fut écrasée par un camion. « J’ai imaginé la douleur de ses parents et j’ai pensé que ça pouvait être moi. Il faut encourager ces jeunes volontaires  », lâche-t-elle après un long soupir.

George félicite également la brigade, mais regrette qu’elle ne soit pas permanente et ne couvre pas toute la ville. « Eux au moins ne retirent pas vos engins comme la police. La police pour lui ne prévient pas, mais réprime. » Lorsqu’on lui fait savoir que c’est du bénévolat, il s’étonne. « C’est vrai ça, ici au Burkina, mais ils vivent de quoi ? », s’interroge-t-il.

La brigade reconnaît qu’elle est peu connue de la population. Elle ne dispose pas assez de personnels pour couvrir toute la ville. Pour des gens qui s’engagent volontairement, il est difficile de les garder sur le terrain toute la journée, explique son président. Le volontariat n’est pas encore bien compris au Burkina. Dans la ville de Bobo, selon la brigade, il n’y a pas assez d’engouement. Par moment, il faut faire du porte-à-porte pour sensibiliser les jeunes et susciter leur adhésion, confie le responsable. Actuellement, l’association compte 120 volontaires dont 80 à Ouagadougou et 40 à Bobo.

C’est pourquoi la stratégie est de travailler sur les carrefours dangereux pendant « les heures de pointes » où les risques d’accidents sont élevés.

Les jeunes volontaires affirment recevoir souvent des encouragements de la part de certains usagés. Ce qui est réconfortant pour eux.

S’oublier pour les autres

Cependant, les injures et les menaces sont leur quotidien. Des usagers refusent d’obtempérer à leurs ordres. Il leur dénie le droit de réglementer la circulation parce qu’ils sont des civils.

Le président Traoré regrette ces comportements. Il souligne que seules les forces de l’ordre ont droit de recourir à la répression.

Le travail est supervisé par la police municipale. « Il existe une bonne collaboration entre nous », avoue le responsable de la brigade. Ce sont eux qui font le choix des carrefours à occuper. Les éléments de la brigade occupent 10 carrefours de certains secteurs de la ville de Ouagadougou. Les volontaires font au minimum 3 sorties par jour. Il arrive cependant, souligne Agnès, que nous effectuons 4 à 5 sorties. A la fin de chaque sortie, le chef d’équipe fait le bilan de l’opération. Chaque équipe est composée de 4 éléments dirigés par un chef, en général une fille. Pour le président, c’est une manière de promouvoir les femmes. Dans toutes les villes où la brigade est installée, ce sont les femmes qui assurent la coordination des activités. Le président de la brigade indique qu’en général ce sont les femmes qui s’engagent et restent longtemps.

Les volontaires en plus des difficultés liées au travail font face à certaines difficultés. L’insuffisance de ressources financières les contraint à interrompre ou à réduire souvent les activités. Ce qui ne rend pas leurs actions plus visibles. Les seuls appuis viennent de la mairie de Ouagadougou et du Centre de contrôle des véhicules automobiles (CCVA).

Les jeunes fournissent un énorme sacrifice. « Souvent, je n’ai pas 5 F pour réparer mon vélo. Quand je tombe en panne, j’accuse un retard. Actuellement, je n’ai rien », déclare Wenceslas. Il est appuyé par un de ses camarades. « Lorsque tu demandes quelque chose à quelqu’un, il dit que tu travailles, donc il ne te donne rien. »

Ils ont chacun un projet. Certains prennent part au concours de la Fonction publique. Ils optent le plus souvent pour la police. Un choix lié à leur activité. D’autres rêvent de créer leur propre entreprise. Mais, si les rêves sont faciles, leur concrétisation est difficile. « Nous avons des projets, mais nous n’avons pas les moyens pour les réaliser », affirme un des volontaires.

Abdoul Razac Napon

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 26 mai 2008 16:29

    L’automobile est un exemple d’outil qui perd son sens hors des circuits et en l’absence des modes d’emplois et règles à appliquer pour sa meilleure utilisation.

    Ce que vous pourriez instituer, et c’est facile, c’est accorder un "gicleur nominatif " à chaque utilisateur et deténteur d’un permis. Moins il a d’accidents, et plus gros est le gicleur auquel il a droit,.la taille est inscrite à l’arrière du véhicule, et sur son permis, de 0,1 à 10. Dans le cas du premier, votre véhicule ne dépassera pas le 40 à l’heure, ce qui réduit la consommation, la pollution et les risques dont vous avez bien raison de vous plaindre.


    • Lisa SION 2 Lisa SION 26 mai 2008 22:52

      Monsieur de Saint Cyr,

      en justifiant la manière que notre Etat met en oeuvre pour limiter la casse sur nos résaux routiers, vous cautionnez la répression de notre système. Comme tout en ne donnant pas votre soutien à l’idée simple que je formule, vous n’aidez pas à oeuvrer pour la prévention, face au drame quotidien de plus d’un million deux cent mille morts par an sur les routes du monde entier...

      C’est dommage, vous auriez gagné à plutôt apporter une idée encore meilleure...si tant est que vous en fussiez capable.


    • Méric de Saint-Cyr Méric de Saint-Cyr 26 mai 2008 18:04

      Pas de panique, dans très peu de temps il n’y aura plus de pétrole, ce qui restera atteindra un prix faramineux qui dépassera largement le pouvoir d’achat d’un Burkinabé. Et d’un Français aussi.

      Ceci dit, les gens conduisent mal partout, pas seulement au Burkina et pas seulement en Afrique. La route fait continuellement des morts et la lutte doit être sans merci. En France, si on a réussi à endiguer l’hécatombe, c’est uniquement par une forte pression policière : multiplication des radars, retrait de permis à tour de bras, lutte à mort contre l’alcool au volant.

      L’alcool d’ailleurs parlons-en : les Burkinabé ne sont pas forcément de mauvais conducteurs, mais l’alcool est un grand fléau qui frappe d’ailleurs toute l’Afrique sub-saharienne où bière et vin de palme coulent à flot…

      Alors, plutôt que de réduire le diamètre des gicleurs, c’est celui des pompes à alcool qu’il faudrait drastiquement réduire !


      • maxim maxim 26 mai 2008 18:19

        il y a encore pour 35 ans de pétrole exploitable au dernier recencement énergétique ( mais ça deviendra de plus en plus cher ) ,on peut faire de l’essence de houille ou de schiste bitumeux ,les Allemands s’en servaient pendant la 2eme guerre mondiale ...

        alors ne dites pas qu’il n’y en aura bientôt plus .....

        on sait faire depuis fort longtemps des moteurs à haut rendement de faible cylindrée et consommation ,nul doute que les constructeurs y viendront ,mais le moteur thermique n’est pas à sa fin ,il évoluera !


      • Lisa SION 2 Lisa SION 27 mai 2008 20:21
        Monsieur de Saint Cyr,

        en justifiant la manière que notre Etat met en oeuvre pour limiter la casse sur nos résaux routiers, vous cautionnez la répression de notre système. Comme tout en ne donnant pas votre soutien à l’idée simple que je formule, vous n’aidez pas à oeuvrer pour la prévention, face au drame quotidien de plus d’un million deux cent mille morts par an sur les routes du monde entier...

        C’est dommage, vous auriez gagné à plutôt apporter une idée encore meilleure...si tant est que vous en fussiez capable.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès