Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Climate Gate : un clin d’oeil au terrorisme intellectuel

Climate Gate : un clin d’oeil au terrorisme intellectuel

Une affaire, passée sous silence par les médias français, est en train de faire un véritable buzz sur la toile anglophone : le Climate Gate. L’histoire ? Des hackers pénètrent les serveurs du très renommé Cimate Research Unit (CRU) de l’Université de l’East Anglica et publient sur Internet une sélection de 1073 mails, échangés entre plusieurs climatologues prestigieux, qui laissent apparaître une manipulation des résultats scientifiques en vue d’accréditer la thèse d’une cause humaine dans le réchauffement climatique.

Church of Climatologie Refus que certaines données scientifiques soient diffusées, manipulations des résultats, offensives pour faire taire les détracteurs…L’étendu de ces courriels a largement de quoi inquiéter les tenants du consensus sur le réchauffement climatique. Notamment à quelques jours du sommet de Copenhague dont l’un des enjeux majeur est la création d’une taxe carbone mondiale.

 

Le silence des médias

Rappelons-le, le Cimate Research Unit (CRU) est une unité qui joue un rôle majeur au sein du Groupe Intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Il est le principal centre de recherche climatique de l’ONU et, à ce titre, intervient dans de nombreuses politiques publiques. Cette affaire aurait ainsi dû, naturellement, faire l’objet d’une analyse approfondie ou du moins susciter quelques questionnements quant à la véracité des faits scientifiques que l’on nous assène comme vérité absolue. Il n’en rien. Les médias français se sont largement attachés à passer sous silence cette affaire ou à en minimiser la portée1.

Une authenticité avérée

Pourtant, l’authenticité des faits n’est semble-il pas à remettre en cause. Dans un communiqué de presse, l’Université d’East Anglia reconnaît non seulement avoir été piratée mais aussi que ces échanges sont bel et bien authentiques. La seule défense du GIEC a été de marteler que les e-mails et documents cités comme preuves ont été sortis de leur contexte. Malgré cela, étrangement, les médias continuent à remettre en cause l’authenticité de ces e-mails.

Extraits

Voici quelques extraits de ces échanges :

- Manipulation des données : A propos d’un graphique montrant les statistiques climatiques du dernier millénaire Phil Jones2 fait allusion à une technique utilisée pour maquer le déclin des températures : « Je viens de terminer la ruse de Mike dans Nature qui ajoute dans les températures réelles pour chacune des séries pour les 20 dernières années (depuis 1981 et suivantes), et la ruse de Keith pour cacher le déclin ». Plus explicitement encore : « La communauté scientifique me tomberait dessus dans des termes certains si je disais que le monde s’est refroidit depuis 1998. OK, c’est le cas, mais c’est uniquement 7 ans, et c’est insignifiant statistiquement » ((http://www.di2.nu/foia/0942777075.txt)). De son côté, Michael Mann explique à Phil Jones qu’il serait bienvenu de “contenir” le prétendu optimum médiéval3.

- Refus de Phil Jones de rendre les données publiques, bien qu’elles soient utilisées par l’ONU pour invoquer cette taxe climatique mondiale : « PS : Je me fait embêter par quelques groupes pour diffuser les données de températures du CRU. Ne dites à personne qu’il y a le Freedom of Information Act au Royaume Uni »

- Intimidation : ces échanges font également apparaître des malversations en vue de mettre à bas un opposant ou encore empêcher certains auteurs d’être publiés dans des revues scientifiques. Michael Mann explique ainsi comment faire pour détruire un journal qui a publié des articles sceptiques4.

La liste de ces e-mails, ô combien compromettants, est longue. Le site Skyfal s’est attaché à signaler les meilleurs extraits en précisant leur source en fin d’article.

Le terrorisme intellectuel à l’oeuvre

Au-delà du fait d’être en accord ou en désaccord avec la thèse officielle du réchauffement climatique, cette affaire (ou plutôt le silence dont elle fait l’objet) attire une nouvelle fois l’attention sur le terrorisme intellectuel qui sévit dans nos contrées. Elle rappelle les attaques virulentes lancées à l’encontre des opposants à la théorie officielle, et la tactique de dénigrement systématique dont ces derniers firent l’objet. En 2007, le géophysicien Vincent Courtillot, directeur de l’Institut de Physique du Globe et membre de l’Académie des Sciences, eut à faire face un déferlement de virulentes critiques après avoir écrit que la responsabilité du CO2 sur les changements climatiques était surestimée par rapport à celle du soleil. Le secrétaire à l’environnement britannique David Milibrand n’hésita pas à assimiler, il y a quelques mois, ceux qui nient le changement climatique aux défenseurs modernes de l’idée que la Terre est plate.

Pour l’heure, le GIEC a annoncé qu’il mènerait sa propre enquête sur le scandale climategate. Phil Jones a renoncé à ses fonctions jusqu’à la conclusion de l’enquête. Affaire à suivre.

  1. http://www.lepoint.fr/actualites-technologie-internet/2009-11-23/rechauffement-climatique-des-pirates-volent-les-donnees-d-un-laboratoire/1387/0/398056 []
  2. Directeur du CRU, Professeur de la” School of Environnemental Science” à l’Université de l’East Anglica []
  3. http://www.di2.nu/foia/1054736277.txt []
  4. http://www.di2.nu/foia/1047388489.txt []

Moyenne des avis sur cet article :  3.72/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

61 réactions à cet article    


  • LeGus LeGus 5 décembre 2009 01:35

    Amis soucoupistes bonsoir.

    Stop Cortillot...Vincent Cortillot est géophysicien spécialiste de paléomagnétisme, en gros il étudie comment se sont figées dans le temps les roches et dans quelles direction en corrélation avec la dérive des continents.
    http://www.ipgp.fr/ courtil/
    Que vient-il se piquer de climatologie ?
    Il n’y a pas comme une légère différence de vitesse, de viscosité ?
    Un peu comme si un mycologue faisait de la psychologie des foules !
    Allegre aussi tien fait dans le très terrestre,le sous terrestre, le souterrain....Géophysique, Géologie, Mines, ah les belles disciplines....
    Qui c’est qui finance ces belles institutions ????
    Qui qui c’est parmi les industrielles qui fait des trou-trous ????
    Nooooon je suis mauvaise langue, les pétroliers sont des gentlemen...


  • Nometon Nometon 5 décembre 2009 11:30

    @Le gus

    Courtillot est, notamment, un spécialiste du champ magnétique terrestre. Ses recherches portent, notamment, sur le rayonnement solaire. L’effet de serre a besoin de l’énergie du soleil, au cas où cela vous aurait échappé.

    Mis à part cet élément, votre message n’est qu’insultes et mensonges à l’encontre d’un savant qui dérange votre idéologie. En d’autres temps et en d’autres lieux, les communistes ne faisaient pas autrement.

    Propos biaiseux et surtout, minables.


  • Bernard Dugué Bernard Dugué 5 décembre 2009 12:51

    Bonjour,

    J’ai moi-même été traité de révisionniste en niant l’impact humain sur le climat

    Le Climat gate s’associe au pandémigate que j’ai dénoncé dans mon livre et qui évidemment, est censuré dans les médias alors que sa chronique est justifiée par le fait que c’est le éclairage dissident sur cette affaire (avec celui de Girard qui joue dans le registre médical)


  • UnGeko 5 décembre 2009 12:55

    « une écologiste n’hésita pas à traiter Courtillot de négationniste »

    Il s’agit d’une responsable du WWF !

    « Le soja GM détruit l’Amérique du Sud et cherche à encaisser des »Crédits Carbone«  ! Quel rôle jouent certaines ONG ? Depuis des années, les lobbies de l’agrobusiness s’activent dans les coulisses des négociations sur le climat !

    Alors que la quinzième Conférence des Parties (COP 15) sur les Climats, organisée par les Nations Unies à Copenhague, approche, un nouvel accord doit être signé pour la période post-2012. Il est de plus en plus évident que l’agrobusiness essaye de tirer profit de l’énorme marché des crédits carbone. Sous le terme d’ « agriculture de conservation », Monsanto et ses autres alliés des biotechnologies ont infiltré la FAO (l’Organisation pour l’Agriculture et l’Alimentation) et la Convention Cadre sur les Changements Climatiques des Nations Unies (UNFCCC) dans le but d’obtenir des crédits carbone pour l’agrobusiness.
    La certification volontaire pour le soja Roundup Ready « responsable » sponsorisé par le WWF et une nouvelle méthodologie pour les Mécanismes de Développement Propre [1] sont deux étapes importantes pour accéder à ce marché de trois milliards de dollars. »

    [1] [Principe du MDP : Un Etat ou une entreprise de l’Annexe I (pays développés) investit dans un projet de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans un pays en voie de Développement (PED). En échange des réductions constatées, un volume équivalent d’Unités de Réductions d’Emissions Certifiées (UREC, Certified Emission Reduction) lui est délivré. Cet investisseur pourra vendre ces Unités sur le marché ou les déduire de ses obligations internationales de réduction.

    Vous l’avez bien compris l’avenir de l’homme est une mane pour ce faire du pognon !


  • jcm jcm 5 décembre 2009 13:24

    @ Nomedon :

    « ...insultes et mensonges à l’encontre d’un savant qui dérange votre idéologie... »

    Quand Le Gus écrit à propos de Courtillot « Un peu comme si un mycologue faisait de la psychologie des foules ! » il produit une assez bonne comparaison, sauf que le mycologue pourrait être d’une grande honnêteté, ce qui n’est peut-être pas le cas de Courtillot.

    Le manque total de doute (et de la prudence qu’il devrait susciter) de votre part, qui se traduit par l’utilisation du terme « minable » dans votre dernière phrase, me conduit à penser que vous ignorez à quel point Courtillot a été contesté non dans ses convictions mais dans ses méthodes.

    Afin que vous soyez informé :

    « Vincent Courtillot, directeur de l’Intitut de physique du Globe de Paris, mis en cause dans une affaire d’éthique scientifique »

    « Soleil et climat, l’affaire Courtillot, suites. »

    Une question qui a franchi les frontières françaises puisqu’elle a connu des échos dans la revue « Nature », entre autres : « Geophysicists accused of breach of publishing ethics ».

    Il ne faudra pas faire l’économie de lire « Les Chevaliers de l’Ordre de la Terre Plate, Part I : Allègre and Courtillot » et « Les Chevaliers de l’Ordre de la Terre Plate, Part II : Courtillot’s Geomagnetic Excursion » où l’on s’aperçoit (dans la première partie) que Courtillot est pour une bonne part le perroquet d’un Allègre plutôt éloigné de la science ("Il y a peu de choses à ajouter sur ces arguments, sauf que la capacité d’Allègre à les répéter indique soit une remaquable crédulité, soit un inquiétant manque d’intégrité scientifique.« ).

    Dans la seconde partie Courtillot est qualifié de »truand« , démonstration à l’appui.

    D’éminents climatologues, notamment les Pr Bard et Delaygue, ont démonté (et démontré par a + b leur fausseté) les théories fumeuses de Courtillot, qui a pris acte de certaines de ses erreurs mais persiste à les propager, ce qui n’est pas le gage d’une profonde honnêteté : »Comment on “Are there connections between the Earth’s magnetic
    field and climate ?” by V. Courtillot, Y. Gallet, J.-L. Le Mouël,
    F. Fluteau, A. Genevey EPSL 253, 328, 2007
    « .

    Au vu des documents précédents il reste aux thuriféraires d’Allègre et de Courtillot, dont vous êtes, Nomédon, la tâche, en particulier, de prouver que les conclusions des Pr Bard et Delaygue sur les thèses de Courtillot sont fausses ne les invalident pas.

    Sinon toute personne qui fera référence à ces thèses ne pourra plus jamais être crédible : la démonstration de leur fausseté existe, nul n’est supposé s’exprimer »en connaissance de cause" et les ignorer.

    Vous êtes désormais au courant, Nomédon, il vous reste certes la possibilité de faire l’ignorant, ce qui ne serait pas un gage d’honnêteté de votre part...


  • stephane 5 décembre 2009 13:38

    Des arguments quasi-religieux : prometteurs, les débats du XXIe siècle.....


  • LeGus LeGus 5 décembre 2009 13:57

    @Nometon,

    Je vous cite :
    "Courtillot est, notamment, un spécialiste du champ magnétique terrestre. Ses recherches portent, notamment, sur le rayonnement solaire. L’effet de serre a besoin de l’énergie du soleil, au cas où cela vous aurait échappé.« 

    JCM a répondu mieux que je ne pourrais le faire et je l’en remercie.

    Citation :
     »Mis à part cet élément, votre message n’est qu’insultes et mensonges à l’encontre d’un savant qui dérange votre idéologie. En d’autres temps et en d’autres lieux, les communistes ne faisaient pas autrement."

    je vous défie de me dire quel élément de mon propos exactement serait factuellement faux, montrez moi où je mentirais avant de parler d’insultes.


  • jourdan 5 décembre 2009 14:12

    Courtillot a été accusé de fraude puis blanchi. Cette accusation ne devrait donc pas ressortir éternellement.


    Quant à C Allègre, il a obtenu l’équivalent du prix Nobel dans sa discipline.

    Qu’ils aient raison ou tord, ça ne me parait pas indispensable de les insulter. 

  • jcm jcm 5 décembre 2009 14:28

    @ Jourdan :

    Je n’insulte personne et d’autre part les thèses de Courtillot sur le climat ont été démontées, sans que personne ne démontre (ne veuille ou ne puisse démontrer) qu’elles étaient réellement valables.

    Jusqu’à plus ample informé ces thèses doivent donc être considérées comme fausses.

    Le fait que Courtillot ait reconnu cette fausseté mais qu’il persiste à diffuser ces thèses est une marque caractérisée de malhonnêteté.

    Il n’ a là aucune insulte mais la déduction que ferait chacun face à une personne prise en situation de tromperie avérée.


  • LeGus LeGus 5 décembre 2009 16:26

    @Tous,

    Hallucinant ce débat :
    -un réchauffiste, moi-même, demande que fait un géologue avec le climat, et si sa proximité naturelle vu sa discipline avec des intérêts liés à l’exploitation des ressources souterraines n’est pas un peu « interpellant »
    -Un climat-guatiste rétorque que V. Cortillot a fait des travaux sur le vent solaire.
    -Un réchauffiste signale que ces travaux on fait naître une polémique pour tripatouillage des chiffres.
    -Et les climat-guatistes de crier aux insultes...

    Permettez moi de vous rappeler que l’épisode présent de contestation de l’origine anthropique du réchauffement est partie d’une accusation de manipulation des données.
    Donc si ils doit y avoir des insultes pour mauvais chiffres, elles sont partagées dans les deux camps.
    Mais ce n’est pas tout...
    -D’un coté nous avons un hacking des mails d’un institut, et contestation de l’origine anthropique du réchauffement ou du réchauffement lui même qui en découle. Or ce hacking ne peut à lui seul remettre en cause les travaux des autres ni même les faits observés du changement climatique...Glaciers, banquises, niveau des mers, évolution des biotopes et des pratiques agricoles, fréquences et intensité des cyclones.....
    -De l’autre coté, nous avons une étude sur le vent solaire faite non par un astrophysicien, mais par un géophysicien Cortillot et qui s’est avérée fausse. Or cette unique étude visait justement par son objet a démontrer que le réchauffement est uniquement l’œuvre du soleil.

    Une étude peut-être fausse parmi beaucoup d’autres, Cortillot les conteste toutes ; De l’autre coté une seul étude fausse par Cortillot....

    Je vous laisse réfléchir.


  • Gollum Gollum 5 décembre 2009 17:44

    Quant à C Allègre, il a obtenu l’équivalent du prix Nobel dans sa discipline.


    Il n’empêche que c’est un imbécile quand même, lui qui traite les autres si facilement d’imbécile. Je me souviens d’une vidéo récente où il affirmait péremptoirement que notre hiver allait être froid. Ah oui, en effet, qu’est-ce qu’on gèle...

  • Emmanuel38 5 décembre 2009 19:34
    Courriels piratés : la réalité du changement climatique est incontestable, par Scott A. Mandia
    3 décembre 2009

    Les données piratées sur le site des climatologues britanniques du Climatic Research Unit (CRU) indiquent de toute évidence que cet institut n’appliquait pas nombre de règles élémentaires requises dans le traitement des données. La lecture du désormais célèbre fichier « Harry_read_me.txt », où un membre de l’équipe chargé des procédures informatiques a archivé le compte rendu de ses travaux, est on ne peut plus édifiante. On peut y suivre au jour le jour ses déboires et ses efforts désespérés pour tenter de reconstituer des résultats à partir d’une masse de données, programmes et procédures hétéroclites et non documentés. Le constat est accablant. L’absence criante de procédure qualité, de suivi et de gestion des archives, ne plaide pas en faveur du CRU, qui devra certainement procéder à une réorganisation drastique de ses méthodes et se doter du personnel nécessaire à une gestion des données et des outils respectant les normes de qualité que l’on est en droit d’exiger. Ceci posé, faut-il en conclure, comme certains le suggèrent, que l’ensemble des travaux de la communauté scientifique serait compromis ? Le météorologue Scott A. Mandia replace cette affaire dans son contexte, et rappelle que les données et les études du CRU ne sont qu’un élément parmi tant d’autres dans le faisceau de preuves et les très nombreuses publications qui sous tendent et étayent les conclusions actuelles des chercheurs.

    Par Scott A. Mandia, Météorologue, 1er décembre 2009

    Le traitement de l’information peut varier selon leurs positionnements politiques, mais plusieurs blogs, journaux et télévisions affirment que ce piratage révèle que l’hypothèse du réchauffement climatique dû à l’homme résulte de trucages des données. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité, à mon avis.

    À ce jour, il n’y a pas eu une seule publication scientifique crédible montrant que le réchauffement actuel est dû à une cause naturelle et expliquant également pourquoi les concentrations records de gaz à effet de serre ne seraient pas significatives.

    PAS UNE.

    Peut-on vraiment croire que les chercheurs du CRU seraient capables de réduire au silence tous les scientifiques de la planète qui auraient tenté de publier cette étude majeure allant contre l’hypothèse du réchauffement global causé par l’homme ? Y aurait-il la moindre chance qu’un complot de cette ampleur soit réel ?

    Si l’on rejette la base de données HadCRU et toutes les publications émanant de cette équipe, il reste encore une montagne de preuves confirmant l’hypothèse d’un réchauffement dû à l’homme (AGW).

    Les calottes glaciaires et les glaciers qui sont en train de fondre rapidement ont-ils eu accès à ces courriels ? Sont-ils associés à une conspiration ?

    (...)

    Depuis très longtemps, nous savons qu’un doublement du CO2 dans l’atmosphère provoquera un réchauffement du climat d’au moins 1°C, et on a une certitude raisonnable sur le fait que les rétroactions résultantes induiront au moins 2°C de réchauffement supplémentaire, et plus probablement 3°C. Nous mesurons également une élévation du taux de CO2 de 2 ppm par an, allant augmentant (sauf l’année dernière où il y a eu une légère baisse due à la récession mondiale) et nous atteignons des niveaux qui n’ont pas été observés au cours des 15 derniers millions d’années.

    Allons-nous en conclure que ces courriels démentent toutes ces preuves ?

    De nombreux scientifiques, travaillant dans de nombreux domaines de recherche, ont publié des données montrant les effets du réchauffement planétaire, et indiquant que les êtres humains en sont les principaux responsables. Parmi ces scientifiques on trouve évidemment des climatologues, météorologues, géologues, modélisateurs, et océanographes. Mais aussi, et de façon plus inattendue, des biologistes, biologistes marins, zoologues, chimistes, astrophysiciens, économistes, chercheurs sur les questions environnementales et autres. Je suis persuadé que nombre d’entre eux n’ont jamais eu de contact directs ou par courriel avec le CRU.

    Il semble évident que dans cette période précédant Copenhague, la méthode éprouvée, qui consiste lorsque l’on n’aime pas le message a « attaquer le messager ou changer de conversation », qui fut utilisée par les géants du tabac et aujourd’hui par ExxonMobil et ses organisations de façade (Heartland Institute, George C. Marshall Institute, Competitive Enterprise Institute, etc), est encore à l’oeuvre.

    http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2924


  • Charles Martel Charles Martel 5 décembre 2009 19:59

    Je me souviens d’une vidéo récente où il affirmait péremptoirement que notre hiver allait être froid. Ah oui, en effet, qu’est-ce qu’on gèle...

    connaissez vous la date du début de l’hiver ? Juste pour voir.

    Allègre utilise les mêmes arguments débiles qu’on entend partout ailleurs pour le réchauffement climatique : y’a eu la canicule donc c’est le réchauffement climatique...

    A arguments cons, arguments cons et demis.


  • David Krauss 5 décembre 2009 20:33

    Et quand est-ce sera abordé le Sidagate ?

    Bientôt j’espère

    www.houseofnumbers.com


  • Jean Lasson 5 décembre 2009 21:32

    A propos de Vincent Courtillot, Le Gus nous dit : « Que vient-il se piquer de climatologie ? »

    Ah, un géologue ne peut pas s’intéresser au climat ? Mais alors, Jean Jouzel, qui est glaciologue, peut, lui, s’y intéresser ? Et James Hansen, qui est astronome spécialiste de Vénus, lui aussi ? Et Pachiauri, ingénieur ferroviaire, aussi ? Il est vrai que ces derniers défendent la théorie du RCA, ce qui leur donne peut-être, ipso facto, la qualité de grrrrands spécialistes, malgré des compétences moins élevées que celles de Vincent Courtillot...

    La bonne foi n’étouffe pas « Le Gus », ni « jcm » smiley

    A l’auteur : bon article, merci !

    Je finirai pas cet aveu cornélien de Keith Briffa (dendrologue du GIEC) : « I tried hard to balance the needs of the science and the IPCC , which were not always the same ». (Ref :1177890796.txt)« . Traduction :  »J’ai essayé, autant que j’ai pu, de concilier les besoins de la science et ceux du GIEC, qui n’étaient pas toujours les mêmes."


  • jcm jcm 6 décembre 2009 08:40

    @ Jean Lasson :

    A propos de ma « bonne foi » : vous mélangez vraiment tout, un peu de fatigue peut-être à moins que certains aspects des choses dépassent vos capacités de compréhension ?

    Pour mettre en cause ma « bonne foi » vous vous référez à ce commentaire posté plus haut dans lequel je me borne à rappeler les conclusions de scientifiques spécialistes de leur discipline sur les thèses de Courtillot concernant le climat.

    Il ne s’agit pas d’un point de vue personnel sur ces thèses mais de leur qualification du point de vue scientifique : elles sont tout sauf de la science.

    Puisque vous avez lu ce commentaire je peux formuler 3 hypothèses à votre sujet.

    La première : vous détenez la preuve que les conclusions des Pr Bard et Delaygue sont fausses mais alors montrez-les !

    La seconde : vous ne vous référez pas à la science dans ses dernières et meilleures conclusions mais dans ce cas nous ne pouvons débattre de vos propres croyances, qui ne sont rien pour moi.

    La troisième : vous prétendez vous référez à la science mais ne voulez pas prendre en compte certaines conclusions qui vous déplaisent.

    Cela s’appelle « tenir un double discours », qui intègre une part de mensonge ou de tromperie.

    Si vous n’en n’avez pas conscience c’est pathologique, sinon c’est simplement malhonnête.


  • Jean Lasson 6 décembre 2009 10:01

    @ jcm,

    Vos références sont, exclusivement, (1) le site realclimate, créé par la bande de falsificateurs prise la main dans le sac du climategate (Michael Mann et Gavin Schmidt) et (2) le blog de Huet, journaliste à Libération, soutien militant indéfectible de la bande. Deux références 100 % partiales. Le compte-rendu de Huet est un monument de désinformation et de propagande. L’Académie des sciences a donné raison à Vincent Courtillot, tandis que vos idoles font l’objet d’une enquête par leur université. 

    Si vous confondez ça avec la science, alors vous êtes à plaindre. Je vous conseille le rétro-pédalage plutôt que la fuite en avant.


  • jcm jcm 6 décembre 2009 12:43

    @ Jean Lasson :

    « ...L’Académie des sciences a donné raison à Vincent Courtillot... » : à propos de quoi exactement ?

    De ses « erreurs de calcul » ?

    Des liens, des preuves précises, merci !


  • jcm jcm 6 décembre 2009 14:19

    @ Jean Lasson :

    J’ai pensé un moment que vous étiez le « GlimateGâteux » de service ce dimanche : pas terriblement rapide...

    Je vous ai demandé des liens à propos de « ...L’Académie des sciences a donné raison à Vincent Courtillot... »

    Il faut que ces liens dirigent vers une démonstration de la fausseté des conclusions des Pr Bard et Delaygue à propos des thèses de Courtillot, parce-que le fond de l’affaire est là, nulle part ailleurs !

    Que ces conclusions soient relayées par des blogs que vous n’aimez pas n’a aucune importance puisque j’ai donné un lien direct vers ces conclusions : « Comment on “Are there connections between the Earth’s magnetic
    field and climate ?” by V. Courtillot, Y. Gallet, J.-L. Le Mouël,
    F. Fluteau, A. Genevey EPSL 253, 328, 2007
     ».


  • Charles Martel Charles Martel 12 janvier 2010 21:18
    A gollum :

    "Il n’empêche que c’est un imbécile quand même, lui qui traite les autres si facilement d’imbécile. Je me souviens d’une vidéo récente où il affirmait péremptoirement que notre hiver allait être froid. Ah oui, en effet, qu’est-ce qu’on gèle..."

    ça va il a fait assez froid depuis décembre à votre goût ?

    vous voyez bien que la météo c’est bien différent du climat. Fallait pas nous gaver avec le réchauffement en novembre sous prétexte qu’on était au dessus des saisonnières.


  • domip 5 décembre 2009 00:53

    Le débat en question est à voir ici.


    • Le péripate Le péripate 5 décembre 2009 07:15

      Jean-Louis Borloo réunit quelques blogueurs, dont le scientifique Denis Delbeq (pro RCA), qui relate l’évènement.

      Si la patrouille climat ne passe pas, la patrouille pétrole passera derrière. Si vous ne croyez pas, vous obéirez.

      À propos du climategate : J’en ai juste parlé avec Jouzel et le Treut, a expliqué Borloo. Vous savez, eu égard aux enjeux, il s’agit quand même à Copenhague de changer le mix énergétique mondial. Alors les sceptiques n’arrêteront pas la machine. Autrement dit, causez toujours.

      Concernant la Chine, selon Borloo et Delbeq : la Chine a compris qu’elle ne restera pas éternellement l’usine à bas prix du reste du monde. « Elle a décidé d’être leader sur le bas carbone ». Comprenez, il y a bien une guerre économique dans tout ça, et personne n’a d’autre choix que de foncer vers le green business.

      Est-ce que on parle bien de réchauffement climatique, là ?!


      • ffi ffi 5 décembre 2009 08:19

        Une nouvelle bulle, fondée sur le mensonge, ou l’ignorance, peu importe, qui éclatera à son tour.

        Rien ne dit que le pétrole soit une ressource fossile, à part les croyances scientifiques d’occident. Il y a même quelques bonnes raisons de penser que cela ne soit pas le cas.

        Il est probable en fait qu’il y ait de gigantesque quantité d’hydrogène sous nos pieds (voir théorie de la terre hydruré - hydridic earth en anglais - de Vladimir N Larin), comme le prouve les découvertes faites lors du forage sg3 en Russie ou encore celle d’une teneur de 40% en dihydrogène des émanation des fumeurs des dorsales océaniques.

        Les enjeux n’ont pas l’air de se soucier beaucoup de l’avenir du peuple, comme d’hab.


        • jcm jcm 5 décembre 2009 10:13

          « Les enjeux n’ont pas l’air de se soucier... »

          Ben ça alors... !

          C’est un scandale !

          Qu’attendez-vous pour leur botter les fesses, à ces enjeux ?

          Qu’ils se remuent enfin !!!


        • jcm jcm 5 décembre 2009 08:36

          Ce fabuleux article, intense, dense, nous amène des informations originales, capitales, dont nous ignorions tout, vraiment !

          C’est du journalisme citoyen au carré !

          6 x 6 = 36 : osons-le : du journalisme 36 toyen !

          Eh oui, à ce niveau on ne peut se contenter d’éloges ordinaires...

          J’en profite d’ailleurs pour vous annoncer un scoop à propos de la photo d’illustration : on vient de retrouver Al Gore complètement écrasé sous un ours blanc semi-comateux.

          On pense que le GIEC accusera la fonte prématurée du glaçon qui supportait cet ours.

          On attend avec impatience les premiers clichés de cet accident, qui réjouira les anti-réchauffistes : Al Gore est réduit au silence.

          Il confortera par contre les réchauffistes qui verront dans cette fusion accélérée une preuve du réchauffement global.

          Toujours cette histoire de la bouteille à moitié vide, à moitié pleine...

          Pour ce qui est du ClimateGate, en effet cette non affaire a eu quelques échos ici ou là, plus ou moins intenses et qui s’estompent dans le bruit ambiant.

          On peut parier que quelques ClimateGâteux attardés persisteront à s’égosiller pendant quelques temps encore avant de retomber dans les oubliettes du temps.

          Saluons dès maintenant leur mémoire...


          • morice morice 5 décembre 2009 08:54

            votre illustration est extraite du site « Rense », un monument d’antisémitisme, qui passe son temps à présenter Obama comme communiste et défend les négationnistes dont Zundel : et vous venez nous parler de « terrorisme intellectuel » ?? vous vous êtes bêtement trahi, là.Vos sources indiquent à quel point votre propos est inepte.


            • Pyrathome pyralene 5 décembre 2009 13:01

              C’est chacun leur tour de venir gerber , hier c’était encore le Bénard qui baissait son froc.....


            • Emilie Le Faucheur 5 décembre 2009 09:28

              Cette illustration était libre de droit sur Flickr et m’a semblée bien servir le propos. A bon entendeur.


              • jcm jcm 5 décembre 2009 09:47

                Très juste : cette illustration a fort bien servi mon propos !

                J’ai quand même grâce à elle pu écrire quelques lignes, car il y avait vraiment tellement à dire sur le contenu de « l’article »... qui démontre que « l’art » de réchauffer les restes ne se perd pas !


              • stephane 5 décembre 2009 15:19

                Al Gore est l’archétype de l’homme politique qui a pris le thème du réchauffement climatique comme un véritable dogme  : vue la tournure quasi-religieuse que prennent les débats, votre illustration est très bonne à mon sens .

                Les amalgames que dénonce Courtillot sont illustrés de façon saisissante dans la video chez F Taddei : comme dans d’autres cas, c’est l’accusation de négationnisme qu’on lui envoie, et c’est supposé mettre fin au débat, comme si c’était l’argument ultime. 

                Mais où est le rapport avec le réchauffement ? C’est choquant, au point qu’à sa place j’aurai menacé celle qui venait de dire çà d’un procès en diffamation, qu’il n’aurait pu que gagner d’ailleurs.

                Le négationnisme ne concerne que la Shoah, tant d’utilisations abusives n’auront pour conséquence que de galvauder le terme, le vider de son sens dans un intérêt qui n’est certainement pas celui de la mémoire. Pas plus qu’il n’a fait avancer le débat.


              • morice morice 5 décembre 2009 21:40

                elle a illustré en premier le site négationniste..


                regardez un peu où on la trouve, votre illustration :

                postée par Jamie Kelso :
                « Jamie Kelso (June 81948) is Administrator of the American White Nationalist website WhiteNewsNow.com. »

                elle est signée dees.. à savoir Davis Dees 


                discours du gus :
                In my art, you will occasionally see a ’Z’ symbol over a star of David. This simply represents the political movement called Zionism which has co-opted Judaism and uses it as a shield to hide behind. Both myself and Rense.com are PRO-Jewish, but extremely ANTI-Zionist. Those who attempt to smear my art as ’anti-semitic’ are fools and frauds. 

                Pro-juifs c’est faux, ils sont nettement antisémites !


              • morice morice 5 décembre 2009 21:41


                Les amalgames que dénonce Courtillot sont illustrés de façon saisissante dans la video chez F Taddei : comme dans d’autres cas, c’est l’accusation de négationnisme qu’on lui envoie, et c’est supposé mettre fin au débat, comme si c’était l’argument ultime. 


                Gore a raison, même s’il a fait carrière depuis sur le thème de l’environnement, et Courtillot n’a aucune crédibilité.



              • Pyrathome pyralene 5 décembre 2009 12:58

                M’enfin ! vous cherchez quoi ?? on peut donc continuer à polluer sans vergogne ??......pesticides , pétrole , nucléaire....


                • ddacoudre ddacoudre 5 décembre 2009 19:30

                  bonjour agora intox

                  je lisais tes commentaires avec amusement, non pas qu’ils ne soient pas sérieux et graves, et que je ne comprenne pas ce que tu peux en penser.

                  la manipulation de l’info est devenue une manière de gouverner, je pense que ceci n’a pu t’échapper, il en ressort que tous ceux qui écrivent sur agoravox et rapportent ses infos risquent d’en rapporter toutes les manipulations, de plus il peut y avoir comme tu l’as souligné le poids de l’ignorance feinte ou nihiliste. tout ceci est le prix de la liberté, comme tu peux le voir cela peut être dangereux, mais démontre également la régression culturelle dans laquelle nous sommes entrés.

                  ce site n’est pas particulièrement complotiste, même si je vois parfaitement ce que tu veux dire. le complotisme est cette rumeur qu’entretiennent les médias et qui n’est pas contre balancé par des débats salutaires, comme ceux que tu tiens ici. l’on ne peut d’un coté développer depuis des années cette ambiance générale de défiance (pour ne pas être vulgaire) et ne pas la voir affecter les exprits.
                   je pense que cela est grave et je craints le pire pour le futur, l’on ne construit rien de durable sur la défiance et sur l’absence d’espérance, nous avons un vers dans le fruit, et contrairement à toi je pense qu’il est dans l’information « audimatique ».
                  cordialement.


                • morice morice 5 décembre 2009 23:30

                  tout le monde aura noté son clavier qui déconne à celui-là : pas d’apostrophe : le mec déjà épinglé ici sur plusieurs fils ... sous plusieurs pseudos.. 


                • Blue boy Blue boy 5 décembre 2009 13:46

                  En admettant que cela soit vrai, faut-il pour autant continuer à vivre comme des porcs, à rouler dans des grosses bagnoles, envoyer nos déchets toxiques dans les pays pauvres, piller les ressources comme si elles étaient infinies, dans des pays où la population n’a même pas de quoi bouffer ?

                   

                  Je soupçonne certains  de faire avec cette thèse complotiste, à l’approche du sommet de Copenhague, le jeu du capitalisme le plus odieux…

                   

                  Décidément, l’homme blanc est indécrottable… prêt à tout pour justifier ses méfaits…


                  • Clem 5 décembre 2009 13:59

                    En ce qui me concerne, je suis de « sensibilité écolo » dans mon comportement de tous les jours (éviter au maximum le gachis ainsi que les pollutions de toutes sortes). Et je n’ai pas attendu une quelconque religion mondiale pour agir de la sorte.

                    Cette histoire de « réchauffement global » contesté n’est pas nouveau. Cela fait quelques années déjà que des scientifiques présentent des travaux qui mettent en doute tout ceci. Le problème, comme cela a été dit, est qu’ils ont longtemps été étouffés (le mot est faible, car certains ont été insultés (encore hier sur une chaine de tv française), ont vu leurs crédits coupés, ect). Ce qui se passe actuellement : de plus en plus de scientifiques les rejoignent à l’inverse du Giec dont beaucoup ont démissionnés (mais dont les noms continuent à apparaitre sur les rapports, chose dont ils se plaignent, sans succès).) Certains médias commencent à leur donner droit au débat (débat scientifique qui a été décrété comme « clos » par les tenants du réchauffement (clore un débat de cette manière est une ineptie scientifiquement parlant soit dit en passant).

                    (Gardons à l’esprit qu’il s’agit là, du « réchauffement dû à l’homme ou pas » et pas autre chose. Contester cette théorie ne signifie pas que l’on est pour la pollution des pétroliers, l’infection des nappes d’eau par les pesticides ou l’extinction des espèces, ou toutes sortes d’autres amalgames.)

                    Maintenant, si on suppose, comme le disent les « sceptiques », que l’influence de l’homme dans un possible réchauffement est minime, alors on pourrait se dire « A la limite, si Copenhague est un succès, on va tous réduire nos émissions de CO2, ça n’aura que peu d’influence, donc opération neutre, ok pas de problème. ».

                    Moi je vois un point positif : les émissions de CO2 sont majoritairement issus de sources « fossiles » qui sont en quantité limitées sur Terre, donc limiter leur consommation et trouver d’autres sources d’énergie est une bonne chose, et sera probablement nécéssaire, ne serait-ce qu’à long terme.
                    Je vois par contre un point négatif : réduire cette part va demander à nos économies occidentales fragiles un effort considérable, dont certains ne mesurent pas les conséquences. En ce qui concerne les pays émergents, on va leur demander de se priver en partie de leurs ressources naturelles. Pour eux c’est un simple suicide.
                    (Certains pensent que cette histoire de « réchauffement dû à l’homme » est entretenue artificiellement par certains lobbies dans le but de maintenir ces pays « sous la coupe de l’occident ». Je ne le pense pas, parce que l’intérêt des pays occidentaux est précisément l’inverse : pour que ces derniers gardent leur niveau salarial, leur protection sociale, ect, il faut un équilibre mondial qui passe par une augmentation du niveau salarial, social ect des pays en voie de développement !)


                    • Alexandre88 Alexandre Flet 5 décembre 2009 14:03

                      Jancovici parle assez bien des climatoseptiques :



                      « On peut avoir envie de croire que les changements climatiques que nous provoquons ne sont pas vrai, malheureusement, ceci est basé sur une envie et non sur des faits. »



                      C’est comme quand on vous annonce un cancer : Vous allez attacher beaucoup d’importance à l’argument de votre fils qui vous dit que peut-etre la secretaire c’est trompé de dossier...


                      Au beau parleurs qui confondent météo et climat, petit age glaciaire et rechaufement climatique, comme courtillot, ils trés bien traités sur manicore.com : 

                      http://www.manicore.com/documentation/serre/ouvrages/verite.html


                        • Alain Jean-Mairet 5 décembre 2009 15:31

                          L’élément le plus décisif qui ressort du climategate est peut-être la mise au jour du fait que les démonstrations de l’origine humaine du réchauffement ne sont pas fondées scientifiquement.

                          Ni l’équipe du CRU, ni celle de la NASA (donc les auteurs des principales sources, et de loin, de la démonstration du réchauffement des 150 dernières années) n’ont publié les données qui permettraient de contrôler leurs travaux.
                          L’équipe du CRU n’a publié aucunes données brutes (bien que les revues scientifiques qui ont publié leurs travaux exigent, d’ordinaire, que tout soit publié, dans le pire des cas après un ou deux ans, le temps de bien exploiter les données avant que la « concurrence » ne puisse y accéder), arguant du fait que (certaines de) ces données lui avaient été transmises sous condition de ne pas les divulguer (questions commerciales). Entretemps, ces obstacles ont été levés (dans le cadre d’une action en justice) et les « scientifiques » ont alors déclaré avoir détruit les données originales lors d’un déménagement.
                          L’équipe de la NASA a publié les données brutes US (bien obligé, il s’agit de données obtenues avec l’argent des contribuables américains), mais elle se refuse toujours (là aussi, des actions en justice sont en cours) à publier ses tris de ces données brutes (toutes les sources n’ont pas été utilisées ou pas sur toutes les périodes couvertes) ainsi que les pondérations effectuées (il faut homogénéiser les données pour tenir compte des différents systèmes de mesure et des modifications intervenues dans l’environnement des stations météo).
                          Si bien qu’il est impossible (et pour le CRU, semble-t-il, cela le restera à tout jamais) de vérifier la qualité des travaux qui ont formé la base de la démonstration du réchauffement climatique moderne.

                          Le réchauffement climatique d’origine humaine existe peut-être. Mais pour l’instant, ce n’est pas la science qui le dit.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

kalune


Voir ses articles







Palmarès