Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Clochers et minarets : Autorisation en équilibration contre (...)

Clochers et minarets : Autorisation en équilibration contre emprise

Le vote suisse est dangereux pour la dérive haineuse globale qu’il entraine. A question mal posée risque de mauvaise réponse. Car il y a de bonnes raisons de s’opposer à la montée du religieux ici ou là mais pas en Suisse vu le faible nombre de mosquées avec minarets (quatre je crois). On pourrait nommer cela la religiophobie. Elle peut être forte ou modérée. Il est possible en l’espèce de reconnaitre le fait architectural religieux tout en affirmant vouloir circonscrire sa trop forte emprise dans l’espace public qu’il s’agisse de minarets, clochers ou autre.

photo CD : Eglise de Bourseul (Bretagne)
 
Le premier texte portant sur l’emprise du religieux et du marchand a été complété par un autre qui emporte des précisions d’ordre culturel et idéologique.

I - Autoriser mais limiter l’emprise du religieux sur l’espace public

Le débat sur les minarets donne lieu à des positions radicales opposées alors qu’un compromis est réalisable à partir de principes clairs et cohérents. Les principes ne sont que des indicateurs mais ils doivent être diffusés.

L’espace public devrait être neutre. Cet idéal n’est pas évidemment pas respecté. On peut même dire que c’est utopique. Il subi l’emprise de la marchandisation et celle du religieux. A défaut d’être totalement neutre on devrait limiter cette double emprise. Car qui dit emprise dit dépassement d’une limite. Un peu de religieux çà va trop c’est trop ! On peut en dire autant de la marchandisation : un peu de pub çà va trop c’est trop. On peut à cet égard invoqué la notion d’équilibration qui vient de Proudhon sous le sens "équilibration des contraires" et qui a été exhumée ou réhabilité par le sociologue altermondialiste Philippe Corcuff.

A) Du côté de l’emprise MARCHANDE

Les tableaux d’affichage associatif (souvent moches certes) disparaissent au profit des grands panneaux publicitaires (très propres évidemment). Cette dynamique va dans le sens de l’emprise de la marchandisation du monde. Une autre dynamique plus respectueuse de la vie locale (mêmes avec ses quelques débordements) viserait à favoriser l’expression associative de quartier avec plus de panneaux et à limiter la prolifération des grands affiches commerciales. Il en va de même pour l’emprise historique du religieux qui est mon propos principal.

B) Du côté de l’emprise RELIGIEUSE

Autoriser des locaux de prière pour les différentes religions ne fait pas problème pour l’immense majorité des gens mais sous certaines conditions. Les religions disposent toutes de locaux sauf l’islam. Ce que l’on nomme l’islam des caves qui devient l’islam à ciel ouvert - euphémisme d’islam dans la rue - n’est pas une solution. L’exercice du culte doit être privé. Ce qui suppose des locaux. Les religions ont de l’argent pour en construire.

* Reste à examiner les conditions.

Il convient de rassurer la population sur ce point . Si aucune garantie n’est prise sur les conditions d’installation alors on trouve des réactions de protection qui ne font pas dans la nuance Un compromis, un équilibre des tolérances est nécessaire . Il y a besoin que les élites politiques affichent leur sens du compromis dont elles sont par ailleurs coutumières à l’ordinaire . Ce compromis devrait limiter l’emprise forte du religieux dans l’espace public . Autoriser certes mais en donnant des limites. Ce qui pose problème ce n’est pas l’existence de minarets discrets c’est l’existence de grands minarets et de minarets faisant appels bruyants à la prière. C’est pareille pour les grands clochers et les envolées répétés de cloches. Les cloches des églises sonnent d’ailleurs beaucoup moins que jadis . De la même manière que l’appel du muezzin est à brider si l’idée apparait. Mais il semble que ces appels soient rares pour l’instant.

* Que comprendre ?

C’est le caractère ostentatoire et même impérialiste de certaines constructions qui gêne, qui importune. Une castration des phallus religieux est demandée qui n’est pas de l’islamophobie.

Qu’est ce qu’un grand minaret demandera-t-on ? La réponse vient de la commune de Genevilliers - lue dans Ouest France de ce 1/12/09 - c’est un minaret plus haut que la mairie. Autrement dit on prend un bâtiment symbolique de la République et on dit pas plus haut ! Moins de grandiose et plus d’humilité pour les religions ne saurait faire de mal à la tolérance mutuelle.

Si l’on veut bien regarder les choses ainsi, alors on évite l’affrontement et de traiter de racistes et de fascistes des gens qui ne le sont pas.

II - Laïcité-équilibration contre emprise.


On connaissait deux formes de laïcité : la laïcité-séparation et la laïcité-neutralité voici la laïcité-équilibration. La laïcité équilibration promeut la tolérance réciproque, l’ajustement des intérêts. Ce qui possible pour la laïcité ne l’est pas nécessairement dans tous les domaines. La laïcité a pour but de créer un espace commun ou il est possible de vivre ensemble en reconnaissant des différences qui sont acceptables non excessives. Telle société va dire que les signes religieux discrets sont acceptables à l’école mais pas les signes ostensibles ou ostentatoires. Ce faisant on peut dire qu’elle tranche un conflit de société en acceptant un peu mais en refusant l’excessif, l’abusif. C’est chaque société en fonction de son histoire qui ajuste ce compromis social.

Ce n’est pas parce que l’autre camp procède à des amalgames que nous devons faire de même. Le gros du vote anti-minarets est sans doute xénophobe mais pas tous loin de là. Il faut chercher à comprendre avant de caractériser à l’emporte-pièce. La vision globalisante, pratiquant la confusion et le campisme constant n’aide pas à gagner ceux qui pensent hors des deux schémas.

Procédons à quelques distinctions qui aident à comprendre et structurer la complexité des visions du monde dans le champ culturel et dans le champ théo-idéologique. Ces distinctions relèvent plus des expériences militantes que d’une analyse savante ou scientifique.

B) Aspects CULTURELS : trois conceptions du monde en présence.


* Certains aiment les villages avec clocher et estiment que c’est là le bon terroir et la ruralité qui forme l’identité de la France (Agoravox le 1/12/09) en différence avec les villages musulmans des pays arabes. Nous sommes différents restons-le ! Ce respect des différences débouche sur un " chacun chez soi " complété marginalement par une acceptation de l’autre sous condition d’assimilation.

* D’autres aiment la pluralité par réaction à ce chauvinisme et veulent un mixte de bâtiments religieux comme paysage de tolérance.

* D’autres encore n’approuvent ni l’un ni l’autre : le premier pour sa préférence catholique séparatiste fondée sur la subculture chrétienne qui perdure, le second car ils se font plus religieux que les religieux en autorisant un envahissement du religieux pluriel . Ici il peut y avoir deux positions l’une laïque radicale plus d’église, synagogue et mosquées (bulldozer à la Pol-Pot) , l’autre plus modérée qui les acceptent mais limitant à l’avenir le caractère ostensible et grandiose tant pour les grands minarets que les grands clochers.

B ) Aspects IDEOLOGIQUES : une double dégénérescence qu’il faut critiquer :


* Versus déplacement des acteurs visés : Celle "islamistophobe" (critique de l’islamiste et de l’islam radical ) qui dégénère vers la musulmanophobie (peur de tous les musulmans assimilés aux islamistes radicaux) . Exemple de lecture : En 1998, le premier ministre Turc actuel, M Erdogan, disait : "Les mosquées sont nos casernes, les coupoles nos casques, les minarets nos baïonnettes et les croyants nos soldats." A partir de là on imagine que les dirigeants des mosquées sont tous des islamistes radicaux. On ne sait que peu de chose sur le sujet d’ailleurs. Mais la raison impose de penser que la présence-absence de minaret n’est pas très déterminante sur leur activité qu’ils peuvent mener sur les autres lieux de prières, rues ou caves.

* Versus " du texte aux croyants " : Celle islamophobe (entendu ici au sens strict comme simple critique de l’islam pouvant aller jusqu’au blasphème) qui dégénère vers l’islamophobie raciste, la musulmanophobie (de Robert Redeker au clip de Wider) . Ce discours contient en général une part de critique acceptable du texte religieux et de ses pratiques mais aussi une critique in fine des croyants. Autrement dit il opère tôt ou tard un passage de la critique d’une croyance à une stigmatisation des croyants. Le passage peut être plus ou moins net dans "l’incitation" ce qui fait qu’il n’y a pas toujours procès juridique.

**

Christian Delarue

Qui exprime ici une conception complémentaire voire différente de celle du MRAP dont il est membre (BE &CA)
 

Moyenne des avis sur cet article :  1.89/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • Christian Delarue Christian Delarue 5 décembre 2009 07:45

    La question des minarets mérite d’être explicitée. Si on ne le fait pas alors on se trouve en présence d’un retour du « choc des civilisations » et donc d’une position campiste eux :/nous. Or la réalité est plus complexe. Entre l’extrême-droite anti-minarets et les pro-minarets il y a place pour une position intermédiaire, voire plusieurs. J’en donne une qui a le mérite d’être universalisable et de ne pas porter uniquement sur:contre les minarets.
    CD


    • Big Mac 5 décembre 2009 13:23

      « L’extrême droite anti-minarets »

      Encore un gros mensonge de la part du fasciste qui entend faire bouffer de gré ou de force de l’islam au peuple.

      Les fascistes Monsieur Delarue ce sont les gens comme vous qui veulent imposer au peuple ce qu’il refuse. 


    • Christian Delarue Christian Delarue 5 décembre 2009 18:05

      La démocratie suisse porte pour partie la peste car ce vote a répondu à une campagne d’extrême-droite haineuse des croyants de la deuxième religion de France et d’Europe. Le fascisme peut très bien arriver par les urnes. Ce ne serait qu’une répétition historique, pas une première.

      Cependant je n’ai pas une vision unilatérale de ce vote. Tous les suisses ne sont pas xénophobes et islamophobes. Ils peuvent émettre des critiques sur tel ou tel aspect de l’islam mais ils acceptent les musulmans ordinaires. Ils craignent seulement les islamistes radicaux, une minorité d’individus.

      Le propre de l’extrême-droite suisse est d’avoir visé tout musulman comme un islamiste. Il y a donc un vote de la peur suite à cette intox. Mais la majorité des suisses n’est pas sur une orientation xénophobe et islamophobe radicale. Sa critique est épisodique et ordinairement sans effet d’exclusion. Les choses vont rentrer dans l’ordre gentilment dans qlq tps !


    • Big Mac 5 décembre 2009 18:16

      Mais oui quand le peuple ne vote pas pour votre secte préférée il a mal voté !

      Mais tôt ou tard vous rendrez des comptes à ce peuple que vous essayez de museler par tous les moyens.

      Les sondages en Europe sont clairs : les Européens en ont plein le cul des éternelles revendications de cette secte.

      Vous ne voulez pas en tenir compte ? Eh bien vous ne faites qu’aggraver les choses et augmenter la pression jusqu’à explosion. 


    • King Al Batar Albatar 5 décembre 2009 10:40

      Je pense que parfois nous nous égarons un peu sur la question des minaret en Suisse et je trouve qu’en certains points vous recentrez bien le débat.

      Tou d’abord je m’exprime en français vivant dans un Etat complétement laic (en principe, sauf le poisson le vendredi dans la cantine...) avec toute le mode de pensée que cela implique. Par conséquent mon point de vue est plutot ouvert. Pour moi, en France, et sans être musulman, cela ne me dérange absolument pas qu’l y ait des minarets, pas plus que des clochers. Un appel à la prière dans la rue me dérangerait peut etre, uniquement pour des raisons de nuisances sonores, au même titre que les cloches de l’église me gonflent le dimanche matin après une soirée bien arrossée.
      En fait tant que cela ne nuit pas aux autres citoyens, la liberté de pratique d’une religion et la detention de lieux de cultes dignes de ce nom me parait indispensable.

      En revanche en Suisse les choses sont différentes. Il faut bien savoir que la laicité est percue différement en Suisse qu’en France. Tout simplement parce que l’église n’est pas totalement séparé de l’Etat. J’ai trouvé ceci sur Wiki :
       « Le préambule de la constitution fédérale de 1999 commence par une invocation de la puissance divine : « Au nom de Dieu tout-puissant ! »[35] Les situations cantonales sont diverses, certains cantons reconnaissant la prééminence de certaines Églises (catholicisme, protestantisme, vieux-catholiques et/ou judaïsme), d’autres respectant le principe de séparation entre Église et État »

      La Laicité dépend donc des cantons, mais en revanche la consititution se déclare de la puissance divine. Noublions pas que ce sont les Suisses qui fournissent la garde du pape. L’état et le peuple sont peut etre plus chretien que nous ne pouvons le concevoir, nous en tant que francais.

      Par conséquent je crois qu’il nous est impossible de se positioner de leur point de vue, puisque nous ne nous trouvons pas dans la même situation. Il s’agit quand même plus ou moins d’un Etat Chretien, et cette décision concernant les minarets me parait etre plus d’un point de vue Chretien liberale, que laic.... Il est clair qu’un Chretien n’aura pas le même point de vue sur l’islam qu’un athé par exemple.

      Attention je ne dis pas que je comprend pas le vote Suisse, bien au contraire je dis juste que de mon point de vue il m’est impossible de le comprendre...


      • Charles Martel Charles Martel 5 décembre 2009 10:53

        Cher auteur, votre introduction est peu représentative de la teneur de votre article ; au demeurant intéressant.

        Pour le B) vous avez à mon avis oublié une catégorie importante :
        ceux qui sont pour les minarets à la place des clochers. Comme moyen de subversion de l’ordre établi et de renversement de la société. Ce sont les mêmes qui font passer des listes de déchristianisation mais qui voudront coût que coûte l’implantation d ’autres cultures ou religion pour abattre la culture traditionnelle européenne. Alors qu’évidemment ils seraient les premiers à encourager la sauvegarde d’autres cultures à l’autre bout du monde.
        Ils sont tout simplement christianophobes mais ce terme n’existe pas, car la pensée dominante des mass media impose leurs idéologies et crée les mots qui leur conviennent pour les jeter à la face de leurs détracteurs.
         


        • Ali 5 décembre 2009 11:25

          salam

          la laicité interdit les symboles religieux dans les lieux publics c’est la loi française et il n’y a pas y revenir
          point barre mots si chers à nos lecteurs
          or faudrait définir les lieux publics la place du village la rue sont-elles des lieux publics ??
          si oui dans ce cas tous les symboles religieux visibles doivent disparaître TOUS la laïcité nouvelle religion doit faire règner l’ordre et la loi

          quant aux minarets en France ceux ci paraissent peu nombreux en rapport du nombre toujours grandissant des mosquées en France macha’Allah et ceux qui désirent vraiment se documenter peuvent se procurer l’annuaire des mosquées de france en vente libre
           
          et pour ceux qui prennent en exemple la Suisse je les invite à relire les commentaires de DOM un suisse qui explique que dans son pays les sionistes (encore eux) brassent de l’air et que la démocratie n’existe pas totalement car dans un canton les femmes ne votent toujours pas et que les votes s’expriment à main levée quelle démocratie !!

          je note également que la victoire des anti-minarets n’est que partielle car leurs construction restera autorisée à Bâle et en romandie


          • Shaytan666 Shaytan666 6 décembre 2009 11:29

            la laicité interdit les symboles religieux dans les lieux publics c’est la loi française et il n’y a pas y revenir

            Encore un qui a lu la loi en diagonale, la loi n’interdit pas les signes religieux dans les lieux publics, la loi interdit uniquement les signes religieux pour le personel et les élèves des écoles gérées par la Républqiue, ainsi que pour les fonctionnaires c.a.d. les personnes qui travaillent pour la République. Point barre !


          • Schweitzer.ch 5 décembre 2009 11:27

            « A question mal posée risque de mauvaise réponse. »

            Avant d’affirmer des choses pareilles, il faudrait tout de même connaître les tenants et les aboutissants de l’affaire !

            Le référendum a été lancé à la suite du rejet, par le Tribunal fédéral - la plus haute instance du pays - des oppositions formulées par 4’800 des 7’500 habitants d’une petite commune suisse alémanique, contre la construction d’un minaret.

            A partir de là, l’inscription de l’interdiction de construire des minarets était la seule voie qui s’offrait, dans le cadre de notre démocratie directe, pour éviter, à l’avenir, ce genre de décision arbitraire contre les voeux massivement exprimés d’une population


            • Christian Delarue Christian Delarue 5 décembre 2009 11:53

              à Schweitzer.ch

              La référence suisse n’est qu’une accroche pour poser ma position sur la laïcité-équilibration.


            • Rough 5 décembre 2009 11:31

              Encore une fois le frère de Jean-Luc se lâche !...Le vote suisse dangereux ! Non mais je rêve !
              Y’a des millions d’hommes qui n’ont jamais eu et n’auront pas accès au suffrage universel avant des siècles et qui se battent pour cela...et l’autre tartuffe boboïsant vient nous expliquer que le vote libre et démocratique c’est pas bon en Suisse....

              Le peuple fait la Loi en votant, un point c’est tout ...c’est d’ailleurs un des gros inconvénients de la démocratie...le nombre ne fait pas toujours la sagesse....Les palestiniens ont élus le hamas et les algériens le FIS...en toute liberté dans les deux cas....

              Que des élites parisiano-parisiennes autoproclamées et bien pensantes viennent nous expliquer qu’il existe des problèmes que nous pauvres béotiens ne sommes pas à même d’appréhender est insultant...Le citoyen ne serait donc capable que de payer impôts et taxes au grès des caprices et de la gabégie des décideurs, il serait tout juste bon à se plier aux lois idiotes et inutiles, mais sur tous les sujets « sérieux » il lui faudrait passer par le filtre des élites pour prendre une décision....Votre position est aussi révoltante que celles de tous ces politicards pourris de l’UE qui ont essayés par tous les moyens d’influencer les français sur le traité européen....Tant que vous et d’autres persisterez dans cette attitude condescendante et méprisante vous obtiendrez, àchaque fois que cela sera possible, des résultats de ce genre...les suisses sont facétieux, ils ont, je pense, voulu donner un bon coup de pied au cul, à une classe politique refusant de prendre en compte leurs aspirations....

              Je vous rappelle que contrairement à la France tous les Suisses sont inscrits sur les registres électoraux, c’est automatique....donc le taux d’abstention se calcule sur la base de la totalité des votants potentiels et non pas des inscrits comme en France...47% d’abstention en suisse pour ce type de consultation c’est faible, preuve que tous se sentaient concernés....

              Autre petit détail les suisses qui ont voté avaient tous sans exception payé leur impôts et avaient tous accompli leur obligation militaires...exactement comme le citoyens des antiques cités grecques d’Athènes à Sparte....A méditer quand en France on peut voter sans payer d’impôts et sans avoir effectué de service national....


              • Christian Delarue Christian Delarue 5 décembre 2009 11:59

                Rough,

                Ce vote peut être perçu comme un rejet difficile à recevoir par les musulmans alors qu’une autre façon de faire aurait permis un compromis, une acceptation réduite plutôt que rien par exemple.

                Pour le reste ils ont voté : ’dura lex sed lex" !


              • Ali 5 décembre 2009 11:47

                @ Abg

                vous êtes semble-t-il un agitateur d’obédience national socialiste et vous désirez « crever l’abcès au plus tot »
                allons soyez explicite levez votre masque vous appelez au progrom

                vous savez que tout les édiffices religieux CHRETIENS appartiennent à l’état et que les communes financent leur entretien
                j’enviendrait à réclamer une diminution de ma taxe d’habitation laquelle finance l’entretien des églises et autres lieux

                les mosquées appartiennent à des associations et s’autofinancent grâce aux cotisations des croyants qu’on se le dise


                • Christian Delarue Christian Delarue 5 décembre 2009 11:49

                  @ Schweitzer,

                  C’est vrai que je suis allé un peu vite... Mais mon propos n’est pas la Suisse.

                  Ceci dit, il y a plusieurs façon de poser une question à un référendum. Il y a aussi plusieurs façon de comprendre un refus : par exemple refuser une mosquée avec un grand minaret, n’est pas refuser une mosquée avec un petit minaret .

                  Mais, l’évocation du cas « suisse » est secondaire pour mon texte. En somme, une simple accroche pour un texte qui ne discute pas de la démocratie et des conditions de son expression. Ils ont voté. C’est un fait « dur ». Encore qu’en Europe les politiques ont l’art de faire revoter les peuples !


                  • Schweitzer.ch 5 décembre 2009 11:59

                    « Ceci dit, il y a plusieurs façon de poser une question à un référendum. »

                    Vous confondez référendum et sondage. Pour contrer la décision du Tribunal fédéral, la seule solution était d’inscrire, dans la Constitution, l’article suivant : « La construction de minarets est interdite ».

                    Et comme en Suisse toute modification constitutionnel passe... constitutionnellement par le peuple, la question portait, non sur les minarets, mais sur l’acceptation, ou le rejet, du nouvel article constitutionnel.
                     
                    Ce qui fait - mais c’est fréquent dans notre pays - que celui qui était contre (les minarets) devait voter OUI, et que celui qui était pour devait voter NON. Chaque fois, il y a des électeurs qui se trompent, mais les enquêtes d’après-vote montrent que les erreurs tendent à s’équilibrer


                  • Christian Delarue Christian Delarue 5 décembre 2009 16:39



                    Il faut relativiser le vote suisse dans la mesure ou il n’y a jamais eu d’incidents entre la population locale et les prieurs du vendredi. La majorité des Suisses ne voit aucun problème à la présence musulmane.

                    Pas de confusion avec l’extrême-droite suisse qui creuse son sillon haineux des musulmans depuis que la petite bourgade de Wangen bei Olten, dans le canton de Soleure, a vu une communauté islamique turque se battre pour obtenir l’érection d’un petit minaret sur le toit de l’ancienne ferme qui lui sert de mosquée. De plaintes du voisinage en recours municipal, l’affaire a pris une dimension nationale et a finalement été récupérée par l’UDC. Le minaret soleurois est ainsi à l’origine de l’agitation qui a mené au vote de dimanche.
                    CD


                  • Shaytan666 Shaytan666 6 décembre 2009 11:45

                    On a eu exactement le même problème en Wallonie avec des turcs aussi.
                    Dans la ville de Bastogne, bien connue par la batailles des Ardennes, la communauté islamiste turc avait également acheté une ancienne ferme avec l’intention d’en faire une mosquée, jusque là pas de problème mais c’est quand ils ont voulu également ériger un minaret que les embrouilles ont surgi, pétition de + de 8000 signatures contre ce minaret, la commune dirigée par des sociaux-chrétiens n’en n’a pas tenu compte et a accordé l’autorisation, appel des citoyens devant la région wallonne et pour finir c’est le ministre en charge de l’urbanisme, également social-chrétien, qui a tranché, permis de bâtir refusé. Fin de l’histoire.


                  • elec 42 elec 42 5 décembre 2009 11:58

                    l’article est compliqué à lire,ou voulez-vous en venir ?je n’y comprend rien.expliquer mois.merçi.


                    • Christian Delarue Christian Delarue 5 décembre 2009 12:02

                      @ Elec 42

                      Laïcité-équilibration et mentalité laïque.

                      Militant antiraciste au sein du MRAP avec Mouloud Aounit, grande figure historique du Mouvement, j’ai peu à peu perçu ma différence de conception de la laïcité et de l’antiracisme (sur l’islamophobie notamment) avec ce dernier dès les consultations de la commission Stasi (1). Cette différence de conception s’est précisée et affirmée ensuite peu à peu. Ce sont les lois et les débats qui les accompagnent qui m’amenèrent à préciser ma position. Une conception ne peut rester une intuition, le sentiment vague d’une différence. Il lui faut une argumentation structurée. Car ma conception non orthodoxe en matière de laïcité ne me rapproche pas pour autant de ce que l’on appelle la laïcité positive. Je conserve une position universaliste. Cet ensemble de faits accumulés depuis plus de 6 ans m’a incité à faire un effort de compréhension par quelques lectures dont Weber et Durkheim (2). J’ai parlé de mentalité laïque d’abord de façon statique (3) puis comme mouvement historique de longue durée émergeant contre la mentalité religieuse qui lui résiste.

                      La mentalité laïque c’est plus que la laïcité séparation posée en décembre 1905 pour les institutions publiques. La mentalité laïque s’exprime sous deux formes : la laïcité-neutralité et la laïcité-équilibration.
                      La laïcité-neutralité est celle qui par exemple prévaut dans la fonction publique française ou tous les signes religieux même discrets sont interdits.

                      L’équilibration vient d’une terminologie de Proudhon "équilibration des contraires" réhabilitée par le sociologue altermondialiste Philippe Corcuff (4). Cette notion d’équilibration peut s’appliquer face à l’emprise du religieux « par en-haut » et/ou « par en-bas » (5). La notion se rapproche de celle de « tolérance réciproque » que j’emploie de temps en temps . La tolérance réciproque s’oppose à la tolérance unilatérale ou une partie agit et l’autre partie supporte. Dans la "tolérance réciproque" il est fait appel à un effort des deux parties pour aboutir à un équilibre.

                      La notion d’équilibration peut être mise en oeuvre
                      - soit sur un agencement juridique et social complexe
                      Equilibration : Contre l’islamophobie, pour la laïcité et le droit des femmes (6)
                      http://www.legrandsoir.info/Equilibration-Contre-l-islamophobie-pour-la-laicite-et-le-droit-des-femmes.html
                      - soit pour des phénomènes plus restreints comme relatés ici :
                      * La laïcité-équilibration est celle qui forme la philosophie de la loi de mars 2004 sur les signes religieux à l’école qui autorise les signes discrets mais pas les signes ostentatoires.
                      * La laïcité-équilibration est aussi celle que je propose dans un article sur les minarets et clochers qui vise à les autoriser mais à en limiter la taille.
                      Clochers et minarets : autorisation en équilibration contre emprise. (7)
                      http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article4340
                      * On peut la repèrer aussi mais de façon moins nette dans
                      Diversité, laïcité, discrimination et fêtes religieuses. (8)
                      http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article809

                      Christian Delarue.

                      1) Commission de réflexion sur l’application du principe de laïcité dans la République : rapport au Président de la République


                      présentée par Bernard STASI à partir d’une activité menée pendant le second semestre 2003
                      http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/034000725/index.shtml

                      2) L’empreinte de Durkheim et de Weber au sein de la gauche française.
                      http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article247

                      *3) Essai sur la mentalité laïque (peu de mise en perspective historique)*
                      Extrait posté le 08/09/2005 sur le site la-gauche-cactus.fr
                      http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article318

                      4) Galaxie altermondialiste et émancipation au XXIème siècle : l’hypothèse d’une social-démocratie libertaire <http://www.mediapart.fr/club/blog/philippe-corcuff/200808/galaxie-altermondialiste-et-emancipation-au-xxieme-siecle-l-hypoth>

                      http://www.mediapart.fr/club/blog/philippe-corcuff/200808/galaxie-altermondialiste-et-emancipation-au-xxieme-siecle-l-hypoth

                      5) Emprise du religieux « par en-haut » et « par en-bas » : quelle laïcité ? sur AELP, Agoravox, etc...
                      http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article788

                      6) Equilibration : Contre l’islamophobie, pour la laïcité et le droit des femmes
                      http://www.legrandsoir.info/Equilibration-Contre-l-islamophobie-pour-la-laicite-et-le-droit-des-femmes.html

                      7) Clochers et minarets : Autorisation en équilibration contre emprise
                      http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/clochers-et-minarets-autorisation-66176

                      8) Diversité, laïcité, discrimination et fêtes religieuses.
                      http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article809


                    • Shaytan666 Shaytan666 6 décembre 2009 11:48

                      Quand moi je travaillais dans le Golfe et bien je ne me sentais pas non plus tout à fait chez moi, c’est pas pour cela que je la ramenais.
                      Qu’est ce que la guerre en Afghanistan a a voir avec les minarets suisses et même avec le port de la burqa ou du niqab en France ou en Belgique.


                    • ZEN ZEN 5 décembre 2009 14:13

                      Wald
                      "L’idéal religieux (islamique) est lié organiquement à l’ordre social qu’il a créé.

                      N’oublions pas qu’en Europe nous ne sommes sortis que depuis peu de cette problématique augustinienne
                      Franco disait encore des choses analogues
                      La séparation de l’Eglise et de l’Etat a été un combat long et didfficile , depuis seulement les critiques du 18°s.
                      La Turquie , puis la Tunisie ont ouvert la voie...


                      • Shaytan666 Shaytan666 6 décembre 2009 11:52

                        Justement cela a été assez dur d’en sortir, d’empêcher les curés de dire le dimanche en « chaire de vérité » !!!!!pour qui les bigotes devaient voter. On s’est débarrassé de ces oiseaux de mauvaises augures ce n’est pas pour laisser d’autres oiseaux des rapaces ceux-la prendre leur place.


                      • Tarouilan Tarouilan 5 décembre 2009 14:20

                        La religion se résume-t-elle a (uniquement) la sphère personnelle du pratiquant..... réfléchissez ......

                        et bien non....... comme la cigarette, elle a une incidence qui peut être grave, sur la vie d’autrui.... ce n’est pas anodin, et cela doit induire une tolérance, plus qu’un droit.

                        Incidence sur la vie d’autrui : D’abord par le statut pour le pratiquant des droits et statut de celui qui n’est pratiquant de cette religion ; il suffit de lire le coran, pour rapidement comprendre que le non croyant, n’a pas le même statut que le croyant, dans d’autre religion comme la religion juive, nous l’avons vu recemment, qui autorise le croyant a tuer le non croyant sans arrière pensée, comme le rabin
                         Eliyahu en a jugé « qu’il n’y avait absolument aucune interdiction morale contre le massacre aveugle de civils pendant une éventuelle offensive militaire massive ».

                        Il est donc dangereux pour la bonne harmonie sociale et le respect des uns et des autres d’autoriser des monuments (même discrets) qui donnerait l’impression de cautionner des délires religieux dommageables pour la société.

                        Dans la religion catholique, cela fait bien longtemps maintenant que les choses se sont calmées, et que les excès n’ont plus d’adeptes, par contre les deux religions précisées ci-dessus, semble prendre une voie contraire, et il ne faut les considérer qu’avec une grande prudence, et en aucun cas accepter des « monuments ou toutes construction » qui légitimerait, au nom de tous, leurs délires religieux. 


                        • Shaytan666 Shaytan666 6 décembre 2009 12:31

                          Il ne faut pas non plus trop « blanchir » la religion catholiques, si effectivement une grande majorité a compris que leur religion n’avait plus rien à faire dans la sphère publique, certains irréductibles et malheureusement Benoît XVI en tête, voudraient encore que le religieux guide la vie du citoyen, les intégristes de Levèbre, l’Opus deï, et en Belgique une secte car il faut appeler un chat un chat comme « Belgique et chrétienté » groupuscule d’extrême droite d’obédience catholique.
                          http://www.bechrist.be/FR/frame.htm


                        • kitamissa kitamissa 5 décembre 2009 14:22

                          vous me faites pitié avec votre « vote Suisse dangereux » monsieur l’auteur ....

                          les Suisse ont eu les C ....de dire tout haut ce que les autres pensent tout bas au nom du politiquement correct ....

                          marre d’être toujours confrontés aux exigences d’une communautée invitée chez nous,et qui emmerde tout le monde avec ses exigeances au nom d’une religion ...

                          que ce soit dans les piscines,sur les stades,où les jeunes filles viennent à des horaires différents...

                          dans les hôpitaux et les maternités où le médecin homme risque de se faire égorger si jamais il examine une femme Musulmane....

                          dans les cantines où il faut une nourriture spéciale Hallal ,parce que la nôtre est tout juste bonne pour les chiens d’après eux !

                          et maintenant il faut se farcir des Minarets ,et pourquoi pas la Burka obligatoire pour les Européennes tant qu’ils y sont,parce que mine de rien c’est bien leur intention,Islamiser l’Occident ....

                          si vous faites l’aveugle,permettez au moins aux gens claivoyants de s’exprimer,et les Suisses l’ont fait eux !


                          • PhilVite PhilVite 5 décembre 2009 15:40

                            Pourquoi le développement de l’islam ici nous pose-t-il un gros problème ?.

                            Parce qu’il nous a fallu des siècles pour décramponner la religion catholique des manettes de la société, où elle n’avait rien à faire, et la mettre à sa place, c’est à dire dans la sphère privée.

                            Et voilà que l’islam débarque avec comme corollaires des revendications émanant de certaines minorités, ponctuelles mais bien réelles, portant sur l’organisation de la société (exemples triviaux : demande de piscines réservées aux femmes, demande de médecins femmes pour les patientes, blocages de certaines rues (et donc de l’activité) aux heures de prière (observé notamment à Marseille et à Paris)...) Autrement dit des récriminations d’ordre politiques qui sont totalement inacceptables pour nous (nous, citoyens français du 21° siècle).

                            Nous avons donc le pénible sentiment qu’il va falloir se remettre au combat pour mettre l’islam à sa place. La même que celle de toutes les autres religions. Autrement dit l’islam nous fait enclencher la marche arrière alors qu’on se croyait débarrassé de ce foutu problème et qu’il y a tellement mieux à faire.

                            Etant athée, je comprends fort bien qu’on puisse avoir besoin de croire. Crois qui veut, crois qui peut. Mais la constructions de minarets, clochers, flèches, beffrois...etc ne me paraît plus de saison ici.
                            Certains simplets diront que comme la France est couverte de clochers, il faudrait les détruire pour respecter l’équité entre les religions. C’est oublier d’où nous venons. La domination de l’église catholique s’est inscrite dans nos paysages. C’est ainsi. Un village, un clocher. Un clocher, une église...Une église souvent désertée, mais entretenue par la collectivité ; encore une trace de l’histoire. Par ailleurs je ne connais pas d’églises récentes dotées de clocher élevé. Et la dernière cathédrale construite en France, celle d’Evry n’en a pas non plus.

                            Autrement dit, amis croyants, croyez, mais ne balancez pas vos croyances et leurs symboles à la gueule de ceux qui en ont d’autres, ou de ceux qui n’en ont pas du tout. Sans ce respect mutuel basique, c’est sûr, tout ça finira mal. Une fois de plus.


                            • Shaytan666 Shaytan666 6 décembre 2009 12:34

                              Cela fait plaisir pour une fois de lire un vrais athée et pas un ersatz, baigné dans la culture orientale. Bravo !


                            • Mohammed MADJOUR Mohammed 5 décembre 2009 16:54

                              "Le vote suisse est dangereux pour la dérive haineuse globale qu’il entraine."

                              C’est tout à fait inexact, il n’y a aucun danger dans le résultat de ce vote et j’ajoute que la haine vient des positions hypocrites des politiques queues de poules qui s’évertuent à satisfaire tout le monde !

                              Hier, Fillon jouait les pompiers... Fini, Colombey les deux Machins ?

                              Mohammed.


                              • elec 42 elec 42 5 décembre 2009 17:26

                                si j’ai bien compris,le problème,c’est le religieux et n’on pas la religion,puisque nous priont tous le meme dieu.


                                • Shaytan666 Shaytan666 5 décembre 2009 20:18

                                  C’est qui nous, moi je prie pas hein ! je laisse cela aux faibles.


                                • frédéric lyon 5 décembre 2009 17:59

                                  Lors de la séparation de l’Eglise et de l’Etat au début du vingtième siècle, la République a eu la main lourde avec l’Eglise Catholique notamment.


                                  On a exproprié les Eglises et les Monastères. Des Congrégations entières de moines, pourtant composées de citoyens français en situation parfaitement régulière, ont été chassées de leur propre pays. On n’a pas hésité à embastiller des prêtres.

                                  Qui vous dit qu’il ne faudra pas en arriver là pour mettre au pas la religion musulmane, dont il convient de rappeler que la plupart des membres ne sont pas des citoyens français, contrairement à ce qu’on croit, mais des « touristes » qui ont oublié de rentrer chez eux à l’expiration de leurs visas.

                                  Des « touristes » qui font la queue devant toutes les Préfectures de France pour demander la prolongation de leur titre de séjour qui est échu, ou devant le Consulat de leur pays d’origine lorsqu’il s’agit d’élire leur Président de la République.

                                  Il y a un véritable problème qui se pose aujourd’hui et qui n’a cessé de s’aggraver, parce qu’on a plongé sa tête dans le sable pour ne pas le voir, en se contentant de qualifier de « fascistes » ceux qui le pointaient du doigt.

                                  Et ce problème s’aggravera encore car si la prise de conscience a enfin commencé, elle n’a pas encore débouché sur des mesures politiques claires. Nous en sommes encore au point où les hommes politiques espèrent pouvoir reposer le couvercle sur la marmite.

                                  Malheureusement, les incidents que ce problème provoque ne vont pas cesser comme par enchantement !

                                  • frédéric lyon 5 décembre 2009 18:25

                                    La gauche, dont l’auteur de cet article est un militant, est la première à vouloir étouffer toute l’affaire.


                                    Pourquoi ?

                                    Pour qu’on ne lui réclame pas ses comptes.

                                    N’est-ce pas elle qui a « régularisé » les immigrants illégaux à tour de bras, applaudit aux occupations d’églises, réclamé sans cesse et sans compter la « régularisation » des « sans-papiers », n’est ce pas elle qui a proposé qu’on établisse le fameux « droit du sol » afin de fabriquer artificiellement des doubles nationaux capables de voter en France pour remercier leurs bienfaiteurs ?

                                    N ’est-ce pas elle qui a proposé qu’on donne le droit de vote aux citoyens Algériens et Sénégalais aux élections municipales, en attendant mieux, car elle estimait sans doute que le « droit du sol » ne fabriquait pas assez vite de nouveaux électeurs ?

                                    Sans se soucier le moins du monde du droit des citoyens et des électeurs français.

                                    Ceux qui croient que cet incroyable comportement, qui est un attentat contre la République, est dû à de bonnes âmes généreuses sont de sacrés jobards. Il y a derrière des motivations beaucoup plus prosaïques qui ne sont pas toutes avouables devant l’opinion publique.

                                    Attendons le prochain incident, qui ne manquera pas de se produire, et qui fera sauter à nouveau le couvercle de la marmite, et nous en reparlerons. 

                                    • Loan 5 décembre 2009 18:58

                                      Article stupide émanant d’un dhimmi notoire, collabo des envahisseurs.


                                      • abdelkader17 5 décembre 2009 19:01

                                        @Loan
                                        les envahisseurs sont bien implantés,ils ne sont pas prêts de quitter le port d’attache,on saura recevoir les merdeux dans votre genre comme il se doit.


                                      • Shaytan666 Shaytan666 6 décembre 2009 13:44

                                        Encore une menace à peine voilée (hi ! hi !), vous n’êtes pas d’accord avec nous et bien on règle le problème à coups d’AK47 et de cocktail Molotov.


                                      • Christian Delarue Christian Delarue 5 décembre 2009 19:09

                                        Oui pour la régualrisation des sans papiers.
                                        Français du peuple-classe et immigrés même combat contre la bourgeoisie, le MEDEF et Sarkozy.
                                        Ceux qu’il faut mettre au pas ce sont les financiers qui pompent les peuples. Les lepénistes itou ! Raz-le bol de leur délire !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès