Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Comment la communication a tué la relation...

Comment la communication a tué la relation...

Il est devenu un lieu commun de dire que les "outils" de communication n’ont jamais été si nombreux, et que pourtant la "communication" ne s’est pas améliorée ! Alors...

Faisons d’abord une distinction qui éclairera le propos entre COMMUNICATION et RELATION. Convenons que la communication désigne la transmission de messages, d’informations, de consignes ; tandis que la relation concerne les liens que des individus tissent entre eux, à l’occasion d’une transmission, ou indépendamment de toute transmission.

Une communication sera de qualité si elle permet au message d’être entendu, compris, intégré, approprié, exécuté, mémorisé, y compris débattu. Dans cet objectif, les entreprises depuis plus d’une vingtaine d’années ont encouragé, organisé, des "stages de communication" ou de "prise de parole". Ainsi à différents niveaux d’encadrement, les responsables ont appris à structurer un message, le mettre en forme et l’illustrer (animations, camemberts, projections à partir de Power Point...) en ayant le souci du "feed-back"... Beaucoup se sont exercés à "regarder" un auditoire (technique du regard qui balaie l’assistance... mais sans regarder vraiment hélas !) à intégrer une "blague" dans un discours, à sourire au "bon" moment, à travailler la voix, la posture, la gestuelle... pour devenir un bon orateur.

Acharnés à transmettre, ces étudiants communicants s’appliquent à travailler la FORME de leur communication, pour convaincre les interlocuteurs ou l’auditoire. Tendus vers cet objectif qui génère un certain trac, ils sont fragilisés dès qu’interviennent un imprévu "technique" qui les déstabilise, ou des objections/questions de l’auditoire qu’ils ressentent souvent comme une agression personnelle : ils sont donc peu enclins à accueillir les remarques et à échanger calmement sur le fond du propos. La communication sur le sujet est ainsi fortement compromise.

Attachés à soigner leur IMAGE d’orateur, qu’ils se mettent en fait en enjeu personnel, ils sont tournés vers eux-mêmes tout au long de leur prestation, oubliant de se soucier des individus en face, de prendre en compte leur compréhension, opinion, réaction, ressenti... et donc la relation est également compromise.

Ainsi, nombre de réunions de travail virent "au vinaigre" ou à l’ennui. Improductives, elles sont en outre très dépensières non seulement par la logistique qui les accompagne, mais par l’inflation des moyens et outils de communication qu’utilisent les communicants pour valoriser leur intervention : une forme de concurrence entre cadres communicants s’installe dans les entreprises, chacun tentant de faire au moins aussi "bien" voire mieux évidemment, que ceux qui l’ont précédé.

Une relation sera de qualité si les individus en présence se sentent respectés, écoutés avec intérêt, appréciés, pris en compte ; et que du moment partagé, quel qu’en soit l’objet (réunion de travail, entretien, fête, discussion...) chacun ressorte satisfait humainement. A l’inverse, on peut observer que beaucoup croient (inconsciemment) se valoriser en dévalorisant l’autre, par l’ironie, le mépris ou le jugement. Mais si l’on considère avec un peu d’indulgence ce besoin si fréquent de se faire valoir au détriment de l’autre, on comprendra qu’il trouve sa source dans le manque de confiance en soi !

Or il n’y a pas besoin d’être "bon" pour être en relation, mais d’être soi-même, authentique, imparfait, dans le respect et dans l’échange : ce que l’application consciencieuse et stressée de techniques de communication ôte à tout orateur.

S’il est louable d’apprendre à mieux communiquer, il est indispensable de retrouver la capacité à entrer en relation à l’autre sans peur et sans égocentrisme.

 

 

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.45/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Forest Ent Forest Ent 26 juin 2008 13:08

    Il y a du vrai là-dedans.

    Mais la plupart des exposés au powerpoint ne servent à rien. C’est une mode de consultants qui est devenu une sorte de rite religieux stérile pour occuper les glandus dans les directions. Pour la formation ou les congrès, c’est différent, il faut bien des supports.

    Amha et de mon expérience personnelle, quand il y a un vrai sujet à traiter et décider dans une entreprise, on se débrouille très bien avec la parole, voire un papier et un crayon, ou même, soyons fous, une calculette. Quand je vois un rétro-projecteur sur la table, je sais que ça va être une perte de temps et je me barre. Je gagne un temps fou en évitant les réunions inutiles.

    PowerPoint = Consultant = Perte de temps


    • melanie 27 juin 2008 10:19

      Tout est très juste et finement analysé : Je viens de l’industrie pharmaceutique où le grand show-bizz est en marche depuis 20 ans avec camenbert coloriés et exposés soporifiques.

      Par contre ex déléguée médicale, il est tout de suite apparu que sortie de ces artifices, la communication avec le médecin gagnait en profondeur et au fil des visites en intimité, ce que tout commercial sait au fond : Communiquer oui, mais c’est la communication interpersonnelle qui change la donne et fait la diférence.

      Les outils sofistiqués et les techniques de com’ sont du formatage très superficiel, c’est le détail personnel qui marque : La cravatte de mauvais goût ou de travers, la mèche qui rebique , les chaussettes oranges ....

      Toues les études de perception ont montré que dès les premiers stades chez l’humain - les tous petits nourissons- , ce sont les traits du visage et la communication non verbale qui attirent et fascinent.Ce que cherche le petit comme l’adulte, c’est un transfert d’émotion , un accrochage personnel.

      La communication non verbale est ce qui reste d’un discours bien huilé : Ce qu’on retient de Sarkozy , dont on connait les évollées lyriques non suivies d’effet, c’est son tic de haussement d’épaule et des mimiques clownesques ....

      Les mesures prises sont d’un autre ordre et là, c’est le cerveau cortical qui prend le dessus et analyse les effets....


      • baloolalou 11 mars 2013 11:04

        Bonjour Jeseme33, 

        ce que tu dis dans tes deux articles m’intéresse beaucoup et résonne fortement en moi.
        j’aimerais bien entrer en relation avec toi, car j’aurais des questions à te poser sur le métier que tu as. est ce que tu es toujours connectée à ce site ? 
        Baloolalou

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès