Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Comment le consommateur finance les éoliennes...

Comment le consommateur finance les éoliennes...

Vous ne savez peut-être pas que l’EDF garantit un prix de reprise de l’électricité produite à ceux qui investissent dans des moyens de production d’électricité particuliers. Ca concerne seulement les entreprises qui utilisent de petites turbines placées sur des rivières et maintenant des éoliennes puisque l’EDF a toujours le monopole de la production et de la distribution d’électricité.

L’EDF a une structure de production d’électricité très compétitive du fait de la part très importante d’électricité nucléaire qui rentre dans son mix de moyens de production. Elle n’a donc aucun intérêt à investir elle-même dans des fermes d’éoliennes dont on sait qu’elles coûtent nettement plus cher à opérer. Par contre, les autres sociétés qui bénéficient du prix de reprise contractuel de l’EDF très élevé, ont des conditions préférentielles pour investir. C’est la raison pour laquelle ce sont des sociétés étrangères qui le font, comme Iberdrola , l’Espagnol, en Bretagne, ou encore Enertrag, l’Allemand, qui vient de gagner l’appel d’offre de l’Etat pour installer une ferme éolienne offshore au large de Veulettes en Seine-Maritime. Cette ferme sera composée de 21 éoliennes en mer sur le plateau continental pour une production de 105 mégawatts. Elle devrait démarrer en 2008.

Là ou le bât blesse, c’est que l’électricité produite coûtera cher à EDF puisque le prix de reprise garanti est de 100 euros/mégawattheure alors que le prix du marché auquel EDF pourrait racheter cette électricité si elle n’avait pas cette obligation de reprise, serait de 45 Euros/mwh. La différence, devinez qui la prend en charge : vous, bien entendu, en tant que consommateur. L’éolien augmente donc le prix de votre électricité ! Mais comme il est extrêmement minoritaire dans la production globale d’EDF, je vous rassure, vous n’en verrez pas l’impact.

Bien entendu, cela permettra de contribuer à satisfaire les obligations de production d’électricité éolienne sur lesquelles le gouvernement français s’est engagé (21pct en 2010). On peut quand même se poser la question de savoir si ce mécanisme compliqué, qui pénalise EDF au profit de société privées, qui bénéficient d’une rentabilité garantie sur contrat, donc sans risque, ne devrait pas être modifié pour qu’au moins ce risque soit partagé. Ou bien se poser la question, puisque dans tous les cas c’est EDF qui paye : pourquoi ne les installerait-elle pas elle même ?

Incidemment, le même type de financement s’applique aussi aux productions de biocarburants, sauf que c’est dans vos impôts que vous payez ce financement (sous forme de réduction de TIPP) et pas dans le produit. C’est donc le contribuable qui paie dans ce cas, et pas le consommateur.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • (---.---.217.174) 26 septembre 2005 11:46

    Tout est faux dans cet article :

    - Les « fermes » (pourquoi ne pas employer le mot parc admis par tous ?) sont des investissements lourds (1 Million d’euro le MW, pour faire court), mais elles rapportent beaucoup, de l’ordre de 20 % par an. Non pas aux constructeurs (un peu quand même ! ), comme vous l’écrivez, ni aux promoteurs (un peu aussi !), mais aux groupes financiers et aux fonds de pension qui investissent.
    - EDF est le 1er producteur d’électricité éolienne en France via sa filliale SIIF Energies. Le CA du groupe explose depuis 2 ans, il investit partout dans le monde et rachète des parcs à tour de bras.
    - La France ne s’est pas engagée à Kyoto à produire 21 % d’énergie éolienne mais 21 % d’énergies renouvelables, c’est très différent.

    Je comprend que vous vous planquiez derrière un pseudo pour écrire un tissu d’ânneries.

    Philippe Ollivier (c’est mon vrai nom)


    • FDV (---.---.110.133) 19 janvier 2006 17:59

      je suis tout à fait de votre avis. Je pense que Agoravox devrait éliminer les rédacteurs qui se contentent de recopier les papiers glacés des entreprises, notamment celles qui contaminent génétiquement notre environnement et le polluent.


    • colza (---.---.179.196) 26 septembre 2005 19:19

      Hi, Hi, Hi !!!


      • caderange (---.---.22.221) 28 septembre 2005 10:23

        Réponse de CaDerange:Je suis tout autant partisan des éoliennes que vous même, simplement je souhaite remettre les choses en place en ce qui concerne la réalité économique du financement de cette énergie pour le moment.

        Je ne pretend pas tout savoir et c’est l’interet des blogs de permettre à tout un chacun de pârticiper au débat. Encore faut il apporter des éléments concrets et ne pas s’en tenir aux imprécations désagréables.Incidemment ânerie prend un seul n.

        Il est facile de dire que tout est faux mais vous apportez au contraire une confirmation de ce que j’avance, la haute rentabilité de ce type d’installation en France( 20pct dites vous) pour un opérateur autre qu’EDF. Simplement je confirme et signe, cette rentabilité est payée par le consommateur Français d’electricité via le mécanisme du prix de reprise imposé à l’EDF.

        Amicalement quand même.


        • Sebastien (---.---.113.118) 14 novembre 2005 09:06

          Pour votre information et dans un souci d’objectivité journalistique, sachez qu’EDF est l’un des plus gros développeur éolien de France par l’intermédiaire de SIIF Energie sa filiale à 100%...


          • Alexandre Santos Alexandre Santos 14 novembre 2005 17:02

            Ce qui n’empêche pas la France d’être parmis les plus mal placés dans le dévelopment de l’énergie éoliènne


            • Gil (---.---.93.79) 10 janvier 2006 09:40

              Le nucléaire est, à court terme, le mode de production d’énergie nous dit-on, le moins cher. Mais pour être tout à fait objectif, il conviendra de rajouter à ce coût celui du retraitement et du stockage (pour des milliers d’années), des déchets. A mon avis, tout cela, en plus des risques encourus, fait du nucléaire, à terme, l’énergie la plus chère, que ce soit pour le consommateur comme pour le contribuable...

              D’autre pays d’Europe se tournent avec succès vers les énergies propres qui devront progressivement prendre le pas. En Israel, un labo de recherche à mis au point une source d’énergie non polluante, l’hydrogène, qui dégage de l’eau en sortie de moteur, à partir de l’énergie solaire (voir ce lien). Il faut donc continuer les recherches et pas seulement dans le domaine du nucléaire, sinon nous serons distancés par les autres pays.

              Imaginez de surcroit que chaque habitant soit autonome au niveau de sa production d’électricité, et ce pourrait être la fin d’EDF. Qui paiera alors l’entretien et le démentèlement de ses énormes infrastructures ? Le contribuable ? Les actionnaires ?


              • Gillous (---.---.218.66) 14 janvier 2006 16:10

                Pour confirmer les propos de gil, sur le coût prohibitifs du démentelement des centrales nucléaires. La Grande Bretagne à mis en place en Avril 2005 une Autorité du démantèlement nucléaire (NDA). Le Coût du démantelement était estimé par cette autorité à 80 Milliards d’euros pour les 20 réacteurs britanique. Elle vient de réévaluer ses estimations à 100 Milliards d’euros. Par comparaisons nos 58 réaceurs coûteraient près de 300 Milliards d’euros. Il est étonnant de voir une polémique aussi virulante sur les prix de rachat de l’énergie éolienne, alors que le silence est total sur le gouffre financier que représente le démantelement du parc nucléaire.


                • Sébastien Brousse (---.---.168.133) 19 janvier 2006 16:22

                  Je réagis moi aussi aux propos frauduleux du début de l’article qui proclame que la production d’électricité nucléaire est très compétitive et je renvois les lecteurs à l’article intitulé « la casse de l’oncle atome » publié sur sortirdunucleaire.org. Il y est question du coût astronomique du démantèlement des centrales nucléaires ainsi que du soi-disant retraitement (sic) des déchets radioactifs.


                  • david lelievre (---.---.232.102) 22 janvier 2006 11:28

                    Sans parler du financement de la recherche pour le nucléaire depuis des décennies, du coût incalculable (et pas que financier car quasi éternel ) pour la surveillance (sans doute pas éternelle) des déchets radioactifs. Il est toujours étonnant que sur ce dossier du nucléaire où la tromperie et la propagande d’état sont maintenant largement dévoilées (sortir du nucléaire), on tourne autour des petits pots, pendant que les gros chaudrons continuent de bouillonner. Je veux bien encore essayer de croire en la bonne foi de certaines personnes, je vois surtout la puissance publicitaire d’EDF (non gratuite et étonnante pour une société monopolistique), et compères CEA, AREVA. Et de voir que le projet Iter, loin de réveiller les plus hypnotisés, injecte une nouvelle dose irréalité face aux enjeux technologiques, écologiques, financiers.

                    En effet, le citoyen y perd, et pas que de la menu monnaie. Les gagnants passeront par la case départ (...) mais n’iront pas au paradis.


                    • Philippe (---.---.93.175) 22 janvier 2006 14:19

                      Le consommateur paye toujours. si j’achète une nouvelle machine, je répercute l’ammortissement dans mes prix de vente. EDF achète les KW à un prix tel que les investisseurs puissent ammortir leurs investissements. Sans quoi personne n’investirait.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

EDF


Palmarès