Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Comportement de Jean-Paul Huchon : une régression

Comportement de Jean-Paul Huchon : une régression

Il y a quelques jours, Le Monde a évoqué, dans un article sous les signatures de Gérard Davet et Piotr Smolar, "l’audition mouvementée de M. Huchon à la brigade financière". Si la teneur de ce texte est exacte, et je n’ai aucune raison d’en douter, le comportement de Jean-Paul Huchon constitue une régression au regard du principe d’égalité entre les citoyens. Jean-Paul Huchon, entendu dans les locaux de police, s’est prévalu de son statut, menaçant les fonctionnaires présents de représailles en disant avoir de la mémoire pour les personnes qui le traitaient mal.

Cette attitude a été dénoncée au procureur de la République de Paris qui avait déjà fait bénéficier M. Huchon d’une bienveillance particulière, ce dernier n’étant pas placé en garde à vue et pouvant regagner son domicile entre les auditions. Cette mansuétude procédurale aurait dû conduire Jean-Paul Huchon à plus de retenue.

Mais sa situation, cette volonté clairement manifestée de ne pas être perçu et traité comme un citoyen ordinaire, fait réfléchir bien au-delà de lui-même.
D’abord, alors que Jacques Vergès est invité dans les émissions les plus prestigieuses pour soutenir, contre l’évidence d’aujourd’hui et en raison même des affaires qu’il mentionne, qu’il y aurait "une justice contre les pauvres", l’absurdité d’une telle attaque ainsi systématisée risque d’être battue en brèche par la contradiction pitoyable apportée par M. Huchon.

Ensuite, en dehors des quotidiens Le Monde et Le Parisien du 4 avril, force est de constater que cette affaire, dont au reste il ne faut pas surestimer l’importance, n’a fait l’objet d’aucune autre mention, ni relation critique, sauf à avoir manqué une autre information sur le même sujet. A-t-on le droit de s’interroger sur ce qui se serait médiatiquement produit si cette triste aventure avait impliqué un homme ou une femme de droite ? J’ose espérer que son exploitation n’aurait pas été plus virulente.

Enfin, et c’est le plus important, lorsqu’on ressasse, pour culpabiliser policiers et magistrats, que notre Justice est une justice de classe, que les riches gagnent quand les pauvres perdent, alors que la réalité et l’expérience montrent, sinon l’absolue fausseté d’une telle affirmation, du moins son caractère aujourd’hui partiel et partial, il faut admettre cette dure certitude que certains puissants portent avec eux la conscience d’une supériorité, se croient investis d’une qualité d’essence qui interdirait qu’on les mélangeât avec le commun des justiciables et des gardés à vue (si Jean-Paul Huchon l’avait été !). Contre les faiblesses et les dérives de nos institutions, on peut se battre.

Contre l’arrogance humaine qui sévira même dans un univers idéal, pourquoi ne pas tenter de mobiliser les citoyens ? En tout cas, il est inadmissible de les passer sous silence, au prétexte qu’elles seraient inévitables. La démocratie réside souvent dans les détails.


Moyenne des avis sur cet article :  3.39/5   (137 votes)




Réagissez à l'article

101 réactions à cet article    


  • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 7 avril 2006 12:23

    M. Bliger, vous réagissez en tant qu’avocat ou en tant que militant de droite ??? Non, parce que sans vouloir vous offenser, Chirac et sa clique n’ont guère fait mieux en terme de respect de la justice...


    • Gio (---.---.162.36) 7 avril 2006 12:55

      Oui peut être, mais ils ne se drapent pas dans les habits de lumière d’une gauche parée de toute les vertus et redresseuse de tord.

      N’oubliez pas non plus que Mr Huchon a fait partie des équipes les plus hupées du capitalisme français.


    • machinchose (---.---.129.40) 7 avril 2006 13:13

      tiens ! gio est de retour !

      donc la droite aurait le droit d’être effroyablement méprisante vis à vis de la loi parce que ... heu... on ne comprend pas bien. Alors que la gauche prétendrait à une moralité... à laquelle la droite ne prétend pas ???

      je ne suis pas bien...

      et donc on a droit encore à une petite sortie qui va nous mener droit sur la chère gauche caviar !! bravo !

      quant à l’article qui est tellement de mauvaise foi que ça pourrait être comique si ce n’était grave je déplore qu’il ne nous en dise pas un peu plus. il nous dit que ça n’a pas d’importance mais en fait un pavé, nous parle d’un comportement inacceptable dont nous ne saurons rien (ni dans ce qu’il était ni dans son contexte)

      j’imagine que les turpitudes chiraquienne ont encore moins d’importance pour qu’il n’en parle pas...

      je suis consterné.


    • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 7 avril 2006 13:49

      Cher Gio, la droite aime se parer des habits de lumière de la religion. Ce qui n’est guère mieux... Se dire fervents catholiques et détourner l’argent de ceux qui vous font confiance comme en sont accusés le couple Chirac est un fait extrêmement grave. Je ne dis pas que les athées ont le droit d’être malhonnête. Mais il y a en plus un délit d’hypocrisie cumulé.

      Et puis, tout simplement, la loi est la loi, qu’on soit de droite, de gauche, catho, athée, caviar, pain sec. Je suis surpris de voir une droite réagir au quart de tour sur l’affaire Huchon et pas sur les affaires Tibéri. Je suis choqué de voir la droite réagir au quart de tour sur le dérapage verbal (absolument condamnable et condamné par son parti) de George Frêche et ne rien dire sur des propos extrêmement limites (si ce n’est pire) de Grosdidier (’les youyous’), Vaneste (’l’infériorité de l’homosexualité’) et Raoult (’Clichy est la honte de la France’).

      On se doit d’appliquer les mêmes règles pour tout le monde, et dans cette ’affaire Huchon’, comme dans l’’affaire Frêches’ j’ai plus l’impression de voir des rancoeurs hypocrites (du style : on a été blamé, alors pourquoi pas le camp d’en face ?), que de l’objectivité...


    • Gio (---.---.91.178) 7 avril 2006 19:14

      Bravo eu tandem Ludovic - Machinchose, toujours aussi fier leurs positions.

      Sachez que je condamne TOUTES les fraudes, de quelques cotés politiques qu’elles soient. Donc arrêtez de dire des contre-vérités.

      Ensuite je ne vois pas ce que l’église catholique vient faire là. Pouvez vous m’expliquer ?

      Enfin, votre façon de dire que seule la gauche a raison, ça me fait franchement rigoler.Mais, surtout, continuez encore et encore à vous croire le centre de la France à défaut du reste du monde.


    • brigetoun (---.---.69.126) 7 avril 2006 20:15

      oui mais venant d’un socialiste (j’en suis) c’est totalement indigne. Je ne savais pas que Huchon faisait partie de ces hiérarques qui nous rendent inaudibles


    • machinchose (---.---.129.40) 7 avril 2006 20:17

      mais enfin c’est « indigne » venant de n’importe qui !!

      et encore faudrait il savoir exactement ce qu’il s’est passé et savoir également ce qu’en dit M. Huchon, cet article finalement ne dit pas grand chose de tout cela.


    • nantor (---.---.131.113) 10 avril 2006 09:49

      Mais pourquoi faut-il que nombre de gens ramènent tout à un débat gauche-droite ??? Cela n’a aucune importance, notamment dans cet article ...


    • machinchose (---.---.129.40) 10 avril 2006 09:55

      la question est plus dans la forme et le contexte de l’article, quel est son sens dans l’esprit de l’auteur.

      croire qu’un article peut être neutre est absurde (et c’est heureux). Il ne s’agit pas d’un débat gauche / droite mais de savoir le comment et le pourquoi du texte.

      On ne peut pas prétendre s’en faire une opinion de ce texte sans se poser ces questions.


    • Philippe Bilger (---.---.66.204) 10 avril 2006 09:57

      Comme je suis heureux,Nantor, de vous l’entendre dire.Cela fait quatre jours qu’un certain nombre d’interventions s’obstinent à politiser ce qui relève d’une dénonciation morale et humaine normale.Lorsque la politique nous empêche de nous émouvoir,c’est grave.


    • machinchose (---.---.129.40) 10 avril 2006 10:09

      la politique n’empêche rien du tout mais celle qui semble transparaitre de vos textes (vous noterez l’emploi du verbe « sembler ») peut légitimement faire débat. De plus j’ai plus noté dans ces commentaires une émotion dont on vous reproche de manquer justement vis à vis de la chose « justice » et on craint alors que vous ne nous donnier à mordre un os un rien facile voir un poil démagogique (sale gauche caviar) pour masquer des choses bien plus graves qui ont lieu justement aujourd’hui sous ce gouvernement, qui nous concerne tous directement et, quoique vous en disiez, plus encore si nous sommes « petit »... donc on peut légitimement s’interoger sur cette manipulation de l’émotion qui prétend vous servir sur le dos d’une petite illustration (éventuellement douteuse) le grand truc froid et sinistre d’une certaine hauteur (dépourvue d’empathie et d’émotion) du « la justice est la même pour tous, et si toi petit con tu n’y crois pas c’est que tu n’es qu’un imbécile (pauvre de surcroit) et tu mérites la taule ! na ! »

      la démostration qui se voulait bétonnée ne dit, au fond, rien, ne démontre rien et semble plus servir à décrédibiliser Huchon en taclant un peu Vergès (pour lequel je n’ai par ailleurs aucune sympathie).

      Donc, selon ma modeste opinion vous avez tort de dire qu’on ne peut pas discuter de votre texte ou que son éclairage politique est incongru.

      merci.


    • Jojo (---.---.2.219) 7 avril 2006 12:45

      N’importe quoi. On le sait depuis toujours qu’il y a deux poids deux mesures. On n’a pas attendu Vergès pour en être conscient. Le nier (pour soutenir, contre l’évidence d’aujourd’hui et en raison même des affaires qu’il mentionne, qu’il y aurait « une justice contre les pauvres ») est incroyable.

      Outreau, ça aurait été instruit comme ça à Neuilly ?

      Sans parler des « affaires », mentionnées ci-dessus.


      • Jean Chouan (---.---.1.220) 7 avril 2006 13:28

        Si je comprends bien, ce monsieur s est cru « autorisé » du fait de son appartenance à un certain parti politique de menacer des officiers de police judiciaire dans l exercice de leur fonction ? Ce comportement est digne d une esprit totalitaire potentiel ! Je ne comprends pas qu il ne se soit pas retrouvé mis instantanément en garde à vue avec présentation immédiate pour outrages, menaces à officier détenteur de la Puissance Publique... Un tel comportement d’une part d’attitude menaçante vis à vis d’OPJ, et d autre part de laxisme augure mal de l avenir de la République.... Certains ont il « oubliés » à ce point que la République est très fragile ? Et qu il y a d autres modes de gouvernement ? Attention ! Les camps et les cul de basse-fosse peuvent être reùis au gout du jour si cela continue !....


        • machinchose (---.---.129.40) 7 avril 2006 13:48

          alors que jacques chirac se croit autorisé de part sa fonction de se mettre hors la loi. alors que bernadette chirac qui est conseillere departementale se met hors la loi en usant du pouvoir d’influence de son époux.

          alors que M. Balkany grand ami de M. Sarkozy est à l’abris de tout grace à ses amitiés.

          Alors que M. pasqua (on va voir si ça change enfin) est passé à travers les gouttes depuis tant d’année.

          au pire M. Huchon a fait le coup du classique ’je ne suis pas n’importe qui". Ce qui n’a aucune justification mais qui est très banal. Il n’a pas encore démis un juge ou attenté à l’indépendance de la justice.

          ... alors calmez vous.


        • Jean Chouan (---.---.1.220) 7 avril 2006 21:39

          Non ! Je ne me calme pas !... Quand on est, (ou qu’on l’a été) soit élu , soit dépositaire de la « chose publique », on se doit d’être exemplaire... Relisez donc Platon, la République. Les tricheurs, les malhonnêtes et autres margoulins ne sont pas des modèles à mes yeux. Je n’ai qu’un immense mépris pour ceux qui se servent alors qu’ils ont été désignés pour servir.... Alors ne cherchez pas d’excuses à des comportements pareils... Que ce soit ce personnage qui fait l’objet de cette discussion, ou encore ce triste sire qui s’est autorisé à insulter les harkis (qui eux se sont battus pour nos couleurs), il n’y a aucune raison de les protèger....Le système politique dont ils se réclament a plutot un lourd passif dans l’Histoire.


        • machinchose (---.---.129.40) 7 avril 2006 22:30

          certes mais là vous condamnez quelqu’un en ayant eu seulement une version « à charge » ... mon propos était seulement de rappeler des manquements beaucoup plus graves qui sont avérés (ou empêchés de l’être) et qui ne provoquent pas nécéssairement les mêmes réactions indignés (pas ailleurs qu’à gauche en tout cas, ce qui n’a aucun interet puisque c’est partisan... même si la base de la gauche n’a jamais trop apprecié les turpitudes de ses dirigeants ce qui l’honore et est pragmatiquement une catastrophe en matière de discipline de parti... mais je m’égare)


        • (---.---.49.137) 7 avril 2006 13:52

          c’est bizarre, dès que je vois votre nom, j’evite votre prose qui sent vraiment très mauvais. La france d’en haut !


          • Philippe Bilger (---.---.70.116) 7 avril 2006 14:26

            Trouvez-vous que votre commentaire sent très bon ?Je suis persuadé que vous représentez mal la France d’en bas,pour reprendre votre absurde distinction.


          • (---.---.2.205) 7 avril 2006 18:08

            Pendant que vos amis pondent des lois pour sucrer encore plus nos impôts et l’argent qu’on se tue à gagner, vous venez polluer ce blog avec des commentaires partisans sur vos amis à qui vous serrez la pince dans les coktails et sauteries du crillon et consorts.

            je représente peut être mal cette France d’en bas, que vous méprisez tous de reste, mais au moins, je ne me laisse pas distraire par ce genre d’articles complaisants, inutiles et surtout qui trasvetissent la liberté d’expression.


          • Philippe Bilger (---.---.70.116) 7 avril 2006 19:19

            Monsieur l’anonyme,vous devez vous tromper de personne !


          • olivier (---.---.229.136) 10 avril 2006 09:18

            Monsieur l’anonyme, quand vous dites que vous representez une certaine communauté, vous faites reference a quelle election ? Il me semble que nous sommes en democratie, donc sans election vous ne parlez que pour vous. Merci donc de ne pas pretendre representer qui que ca soit. De toute evidence, vous n’en seriez pas capable vu la facon dont vous vous exprimez.


          • (---.---.153.60) 7 avril 2006 14:39

            encore une fois les réactions sont avant tout dogmatiques bouhh c’est pas bien mais comme ils font la même chose à droite, ce n’est que juste retour des choses !

            c’est bien puérile !

            il faut arrêter de dire des conneries ! M. Freche est toujours président de son conseil général et membre du PS (la seule condamnation c’est « j’suis désolé c’était pas bien » bien facile tout ça) et pour tout dire, en tant qu’ancien habitant de Clichy, cette ville est vraiment la honte du pays, elle est très bien dotée en subventions mais apparemment personne ne comprend pourquoi cela ne change absolument rien à la situation des gens (la paix sociale ne s’achète pas si facilement)

            les moutons noirs se retrouvent dans tous les partis politiques, ce n’est pas l’apanage des uns ou des autres ! de toute manière les politiques sortent, en général, des mêmes quartiers, des mêmes écoles .... il est donc sociologiquement normal qu’ils se comportent de la même manière !


            • Guillaume (---.---.66.24) 7 avril 2006 14:41

              Comment en une phrase ( A-t-on le droit de s’interroger sur ce qui se serait médiatiquement produit si cette triste aventure avait impliqué un homme ou une femme de droite ?) faire d’un article interessant en outil de propagante. Cela me fait penser a Berlusconi et son theorie du complot gauchiste (la presse, les magistrats tous gauchiste tous pourris...). A part cette phrase je trouve cette article tres interessant. Et comme disait Brassens « quand on est con, on est con » qu’on soit de droite qu’on soit de gauche...


              • Ludovic Charpentier (---.---.68.72) 7 avril 2006 14:59

                Le problème, c’est que M. Bliger ne s’offusque pas quand Didier Barbelivien fait de la politique mais quand Lilian Thuram en fait, c’est grave (cf. un de ses précédents articles). Idem ici, je ne crois pas que Xavière Tiberi était moins hautaine lors de ses démêlés judiciaires, mais là, parce que c’est Huchon, M. Bliger en parle. D’où mes soupçons concernant la partialité de l’auteur. Je n’ai jamais dit que les propos de Frêches était tolérable, mais je trouve extrêmement gonflés les réactions de certains hommes politiques de droite qui trouve scandaleux ces propos, vus les multiples dérapages récents en la matière (et si M. X peut faire les critiques su’il veut, un élu de la République doit avoir un devoir de réserve vis à vis de ses électeurs... Sinon on fait comme Berlusconi : on traite de ’couillons’ le camp d’en face et on ne fait jamais avancer les choses ainsi...).

                J’essaye d’être impartial, tout n’est pas blanc aussi bien à gauche qu’à droite, mais vous comprendrez qu’étant de gauche, j’ai naturellement tendance à défendre mon camp...


              • (---.---.153.60) 7 avril 2006 15:36

                alors comprennez que Bilger en fasse de même !


              • machinchose (---.---.129.40) 7 avril 2006 15:38

                Il ne défend rien il attaque mal.

                la nuance est de taille.

                il ne défend pas l’indéfendable chirac il attaque le petit huchon (sur des évènements dont il ne dit pas grand chose et dont il est obligé d’admettre la petite importance) ...


              • Ludovic Charpentier (---.---.68.72) 7 avril 2006 16:05

                Exactement. Toujours la parabole de la paille dans l’oeil du voisin et de la poutre qui est dans le sien...


              • Philippe Bilger (---.---.70.116) 7 avril 2006 17:13

                Ludovic,ce n’est pas moi qui crée l’actualité.Vous me prêtez des desseins que je n’ai pas et des partialités que je n’ai pas eues.Pourquoi voulez-vous à tout prix me voir comme un partisan obtus alors que je me contente de dénoncer un comportement que vous blâmez comme moi.


              • machinchose (---.---.129.40) 7 avril 2006 17:30

                vous prenez aussi un peu les gens pour des cons.

                vous ne faites pas que dénoncer. vous savez comme moi que par la dénonciation vous avez le pouvoir (simplement de dire ça suffit je ne parle pas de plus) de dire plus en ayant l’air de dire seulement ça.

                le plus que vous sous entendez : on n’arrête pas de taper sur la droite en ce moment, il est temps de rappeler que la gauche c’est pas folichon non plus.

                je caricature un peu mais vous avez compris mon propos.


              • (---.---.153.60) 7 avril 2006 18:19

                et alors quel est le problème ? vous croyez vraiment que les gens de gauche parce qu’ils sont à gauche ne sont pas moins mauvais que les autres (pour ne pas dire le contraire)


              • machinchose (---.---.129.40) 7 avril 2006 18:33

                au delà du caractère un peu alambiqué de votre commentaire il apparait que vous n’avez pas compris ce que je voulais dire et que j’explique dans une autre réponse à vous même je crois.

                et ici je ne dis pas ’la gauche est meilleure" ! c’est irritant tout de même cette relecture partisane incessante qui se contrebalance de ce qu’on a vraiment dit.

                un peu de respect s’il vous plait.


              • Antoine (---.---.237.11) 8 avril 2006 01:36

                hummmm

                c’est pas nécéssaire de défendre des camps, en défendant des camps ont fait de l’idéologie de groupe et on en métacommunique pas sur le fond, on ne ne dépasse pas les limites de son appartenance et on ne rejoint pas l’universel.

                J’ai lu tout comme vous l’article de Monsieur Bilger et je pense avoir compris que le contexte évoqué renvoyait à la position prise par une certain joueur de foot. Il n’y pas à voir à mon sens que cette maladie du moment : voir des « peoples » utiliser leur image médiatique pour prescrire des comportements qui n’ont rien à voir avec le fond des questions qui suscitent leur intervention.


              • machinchose (---.---.129.40) 8 avril 2006 10:00

                à part qu’en l’espece le pipole à la difference de Barbelivien avait une compétence bien supérieure sur la question par rapport au ministre qui lui faisait la leçon....


              • boust (---.---.69.18) 7 avril 2006 14:46

                C’est vrai que le comportement de Huchon peut paraître inadapté, mais moi ce qui me choque c’est d’avantage la manière qu’à la police de traiter les suspects.

                Suspect ne veut pas dire coupable, et la police l’oublie trop souvent.

                La réaction de huchon peut s’expliquer par le fait qu’il a eu en face de lui des gens qui se permettent tout.

                Peut-être qu’il aurait réagi de la même manière s’il avait été simple citoyen !

                Il y a quelques années de cela, j’ai moi même été interrogé par la police pour une affaire de viol. Après m’avoir traité comme un criminel pendant 24 heures, on m’a relaché sans explication. Lorsque j’ai demandé si on allait me recontacter pour me faire connaître les suites, on m’a répondu « il vaudrait mieux pour vous que vous n’ayez pas de nos nouvelles ».

                Je n’ai effectivement jamais eu de leurs nouvelles, mais cela montre à quel point l’interrogatoire d’un citoyen est totalement banalisé par la Police, qui trouve normal de vouloir tout savoir sur vous, de vous malmener, et de ne pas avoir à fournir une quelconque explication.

                Cela énerve, et pour ma part, si j’avais eu un peu de pouvoir, je les aurais volontier mis à la circulation...


                • brigetoun (---.---.69.126) 7 avril 2006 20:19

                  si Huchon avait réagi au nom des justiciables en général on pourrait à la rigueur comprendre, là il se drape dans son autorité


                • machinchose (---.---.129.40) 7 avril 2006 20:23

                  mais au fond qu’en savons nous ? il nous faudrait peut être d’autre sources car le compte rendu de cet article (de Me Bilger) est tout de même très succint et visiblement « à charge ».


                • Antoine (---.---.237.11) 8 avril 2006 01:13

                  mmmmhhh si les faits vous concernant sont vrais ...

                  je dirai que les comportements policiers dépassent la mesure citoyenne. Je pense (et la France n’est pas la seule dans ce cas) qu’il y a des débordements policiers qui gênent et nuiseNT à l’esprit démocratique. Pour ma part je pense qu’il nécessaire de mieux former les policiers qui ont tendance a jouer au petit Rambo et ce n’est pas démocratique, il ya de l’impunité quelque part.

                  Ce n’est pas digne et c’est imbécile.


                • Je t’em... (---.---.124.58) 8 avril 2006 01:28

                  Post le plus débile que j’ai jamais lu... c’est de la faute aux méchants policiers si les hommes politiques sont des mafiosis... Génial, à ce niveau zéro de réflexion il serait grand temps de vous faire soigner :)


                • machinchose (---.---.129.40) 8 avril 2006 10:01

                  je ne sais pas dans quel commentaire vous avez lu ce que vous êtes le seul à dire.


                • Antoine (---.---.170.119) 12 avril 2006 14:42

                  Les plaintes contre les dérives policières en hausse de 10% en 2005

                  PARIS (AFP) - Gardes à vue irrégulières, banalisation des fouilles à corps, menottages de plus en plus systématiques : la Commission nationale de la déontologie de la sécurité (CNDS) a été saisie en 2005 de 108 plaintes, soit une hausse de 10%, dont 72 contre la police nationale, indique-t-elle dans son rapport annuel publié mercredi.

                  Dans ce document, la commission « s’inquiète » aussi des manquements à la déontologie dans les affaires touchant des mineurs et des étrangers (demandeurs d’asile ou en situation irrégulière), avec une « augmentation sensible » de ce type de dossiers.

                  Les affaires examinées en 2005 par cette autorité indépendante, chargée « de veiller au respect de la déontologie par les personnes exerçant des activités de sécurité », ont de nouveau concerné majoritairement la police (49 dossiers), suivie par l’Administration pénitentiaire (7) et la gendarmerie (5).

                  La commission note un accroissement des affaires montrant une « méconnaissance » de la procédure de garde à vue et des garanties qui y sont attachées (examen par un médecin, rencontre avec un avocat, avertissement de la famille) ainsi que d’une circulaire de 2003 sur la dignité des personnes dans cette situation.

                  Elle revient sur le cas dramatique du décès d’un homme de 46 ans, interpellé à Paris en octobre 2004 pour conduite en état d’ébriété et retrouvé gisant sur le trottoir, le lendemain de sa garde à vue, victime d’une hémorragie cérébrale.

                  Faisant état de « présomptions graves de fausses signatures sur les procès verbaux », elle doute que la victime « ait été effectivement remise en liberté à l’heure indiquée sur les PV ».

                  La commission souligne « la multiplication des saisines impliquant des enfants et des adolescents » et une « sur-représentation » des jeunes majeurs parmi les plaignants.

                  Elle cite le cas d’un garçon de 15 ans, menotté pour un doigt d’honneur lors d’une visite présidentielle à Marseille, gardé trois heures et qui s’est plaint de violences et d’insultes racistes, jugeant « hautement disproportionné » le traitement « musclé » de cette affaire pour un geste déplacé.

                  Concernant les étrangers, elle juge « inacceptable » que des enfants mineurs aient été placés dans un centre de rétention à Toulouse en tant qu’« accompagnants » de leurs parents alors que le centre ne disposait pas d’espace pour les familles.

                  Elle cite aussi le cas d’un nourrisson d’un mois né en France, retenu avec sa mère d’origine somalienne dans un véhicule de la PAF (police des frontières) de Rouen « pendant près de huit heures sans eau ni nourriture ».

                  La commission n’a pas de pouvoirs de sanctions mais elle a saisi la justice sur six affaires en 2005.

                  Avant même la publication du rapport, la police des polices a indiqué mardi que les sanctions contre les policiers avaient augmenté de plus de 14% en 2005.

                  source AFP

                  lien à suivre http://www.cnds.fr/pages/ra.htm

                  Comme dirait un ami, on aurait peur de demander son chemin en ville au gardien de la paix faisant sa ronde smiley)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès