Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Conférence Nationale du Handicap : Assez de mensonges ! Satisfaction de (...)

Conférence Nationale du Handicap : Assez de mensonges ! Satisfaction de nos revendications !

En France, 883 000 allocataires handicapés bénéficiaires de l'AAH (Allocation aux Adultes Handicapés) et 515 000 personnes âgées bénéficiaires de l'ASPA (Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées - ex minimum vieillesse) ne disposent que de 727 euros par mois pour vivre, soit 220 euros de moins que le seuil officiel de pauvreté (chiffres INSEE 2010). Des millions d'autres pensionnés, retraités et handicapés non bénéficiaires de ces allocations sont dans la même situation, voire pire…

Lors de la première « Conférence nationale du handicap », en juin 2008, le Président de la République, M. Nicolas Sarkozy, a multiplié les promesses en matière de ressources, d'emploi, d'accessibilité et d'éducation. Aujourd'hui, après un bilan d'autosatisfaction, dressé par ses ministres devant un public trié sur le volet, il nous ressert quasiment les mêmes promesses qu'il y a trois ans : renforcer l'intégration des populations handicapées dans la société (…) 1000 postes supplémentaires pour les entreprises adaptées [alors qu'on vient d'en supprimer 500 pour l'année 2011 ! - NDLR] (…) mieux identifier les besoins d'accompagnement des élèves handicapés, recruter des AVS (Auxiliaires de Vie Scolaires) « mieux formées, mieux payées et disposant de véritables perspectives de carrière », etc. Encore faudrait-il que la réalité corresponde aux discours !

2008-2011 : Des « avancées considérables » ?

Sur Europe 1, la Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, Mme Roselyne Bachelot-Narquin parle d'« avancées considérables »… Mais les personnes handicapées, malades ou âgées, et leurs familles, ne sont pas dupes. Tous subissent au quotidien les mesures prises par le gouvernement à leur détriment :

o Maintien des allocataires handicapés et des petits pensionnés en dessous du seuil de pauvreté.

o Extension des franchises médicales, qui frappent les grands malades et les handicapés, et augmentation du forfait hospitalier qui frappe les malades les plus pauvres… Et en même temps, déremboursement de médicaments dont l'efficacité n'a jamais été remise en cause !

o Un taux de chômage des travailleurs handicapés deux fois plus important que celui des autres travailleurs, avec une aggravation en 2010. L'État donne le mauvais exemple en exonérant le premier employeur de France, le Ministère de l'Éducation Nationale, d'une partie de ses obligations, et en transférant certaines dépenses vers l'AGEFIPH (Association de Gestion du Fonds pour l'Insertion des Personnes Handicapées - secteur privé) et le FIPHFP (Fonds pour l'Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique - secteur public).

o Multiplication des tentatives de déroger aux règles d'accessibilité pour les constructions neuves, avec la complicité de certains parlementaires, notamment le sénateur Paul Blanc qui a inclus dans sa proposition de loi concernant les MDPH (Maisons Départementales des Personnes Handicapées) un article « cavalier » en ce sens…

o Intégration scolaire au rabais : chaque année, dans toute la France, des milliers d'enfants handicapés restent privés d'AVS (Auxiliaire de Vie Scolaire) dans toute la France, pendant des mois. Des centaines d'entre eux sont purement et simplement déscolarisés.

À cela, s'ajoute le fait que les MDPH, créées par la Loi Montchamp du 11 février 2005, révisent de plus en plus à la baisse les droits des handicapés : suppression fréquente de cartes d'invalidité et d'AAH, remises en cause de Compléments d'AEEH (Allocation d'Éducation pour Enfants Handicapés), refus systématique d'inclure l'aide au ménage et aux courses dans l'attribution de la PCH (Prestation de Compensation du Handicap), etc. Les MDPH étant pilotées par les Conseils Généraux, chaque Département accommode la loi à sa guise, quelle que soit sa couleur politique… Les handicapés et leurs familles sont perdants !

Contre cette politique inacceptable, nous exigeons le respect de nos droits légitimes, notamment :

o L'AAH, l'ASPA (Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées - ex Minimum Vieillesse) et tous les minimums de pensions (vieillesse, invalidité) doivent être relevés à hauteur du SMIC net.

o Suppression de la prise en compte des revenus du conjoint/concubin/PACsé dans le calcul de l'AAH et des autres allocations et pensions. L'examen des droits ne doit tenir compte que des revenus du seul bénéficiaire handicapé, et de l'entretien des personnes à sa charge.

o Retrait des mesures gouvernementales qui « plombent » le budget des personnes handicapées, malades ou âgées et de leurs familles : franchises médicales, forfait hospitalier, imposition des indemnités versées aux accidentés du travail, déremboursement des médicaments, etc.

o Renforcement de l'obligation faite aux entreprises et aux administrations d'employer au moins 6 % de travailleurs handicapés. L'argent récolté par l'AGEFIPH et au FIPHFP doit servir exclusivement aux travailleurs handicapés et non plus à leurs patrons. Cet argent ne doit plus être détourné pour servir à pallier le désengagement financier de l'État (garantie de ressources notamment).

o Application intégrale des règles d'accessibilité : logements individuels et collectifs, commerces et établissements recevant du public, voirie, transports, etc. Respect de la date limite de 2015, et abandon définitif de toute mesure législative ou réglementaire visant à créer des dérogations, sous quelque prétexte que ce soit.

o Intégration des AVS à l'Éducation Nationale, sur un véritable statut, avec une véritable formation, afin de garantir la qualité du service dû aux enfants handicapés. Création de postes en nombre suffisant.

Pour le CDTHED, le Président : Henri Galy 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • K K 11 juin 2011 12:31

    Je suis globalement d’accord avec toutes vos demandes. Elles sont de bon sens. Il est vrai que certains pensent que les 50 centimes d’euros par boite de médicament sont peu de chose, mais il faut les ramener à la consommation des personnes en affectation longue durée (plusieurs boites par mois souvent à vie) et le déremboursement de médicaments dits « de conforts » qui permettent simplement une vie « plus normale ».

    Le seul point de désaccord partiel est sur le point concernant les remises de cotisation pour les employeurs de personnes en situation de handicap. Il me parait important d’inciter les entreprises qui ne sont pas soumises à l’obligation d’emploi (qui sont majoritaires en nombre !) à embaucher des personnes en situation de handicap. Après tout, très souvent, les personnes en situation de handicap sont aussi productives que les autres une fois le poste adapté.


    • K K 11 juin 2011 12:33

      En ce qui concerne les discours de Sarkozy sur le handicap, il suffit de voir les images video pour comprendre qu’au fond, il s’en contrefiche totalement : il lit son texte sans lever les yeux, ce qui n’est pas très courant de sa part. J’en déduis qu’il n’a même pas pris la peine de prendre connaissance du texte rédigé par un collaborateur avant de le lire en public.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès