Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Contre Dati, des « féministes » jouent le jeu de l’arrière-garde

Contre Dati, des « féministes » jouent le jeu de l’arrière-garde

Madame la ministre, en ne s’octroyant qu’une semaine de congé post-partum, quand une majorité de Françaises trouve mesquines les 16 actuelles, nous trahirait toutes. Les patrons, paraît-il, vont profiter de l’exemple pour exercer un chantage sur leurs employées, comme, entend-on encore, Sarkozy l’a sûrement fait sur elle.

Pour les uns, "son job était trop important pour qu’elle le laisse" ; pour d’autres, comme au Planning familial, elle bâcle "ce moment privilégié avec la vie". Victime des autres ou de sa propre ambition, honte sur elle de "ne pas allaiter", "ne pas s’occuper la nuit du bébé", de "jouer les hommes" en privilégiant sa carrière !* Ce sont de prétendues féministes qui parlent, un demi-siècle après Beauvoir ! Qui, reprochant à une femme, exceptionnellement traquée dans son intimité, de disposer d’elle-même selon son humeur, et non selon la règle commune, prétendent régir la moitié de la population sur un seul modèle. Et quel... !

Et si Mme Dati n’a pas envie d’être "féminine" selon leurs critères - lesquels changent selon les époques et les crises ? S’il lui plaît de privilégier son travail, le biberon, de se mener à sa guise ? (Notons au passage le traitement réservé à ce "modèle de l’intégration", que certains peut-être préféreraient plaintive et voilée, quand d’autres femmes politiques n’ont pas passé plus de temps à la maternité.)


 Un égalitarisme suspect

Ne semble venir à l’esprit de personne que, d’un individu à l’autre, de quelque sexe qu’il soit, la différence est grande tant sur le plan de la constitution que du rapport au travail et au reste. Pour telle accouchée la remise en forme prendra des mois, quand telle autre gambadera sous huitaine. Certaines s’épuiseront moins à leur travail, dont l’intérêt sera réactivé par le bonheur de la naissance, qu’à changer des couches... 

84% des femmes voudraient plus de congés ? Bien sûr, puisque les jobs qui leur sont réservés, subalternes, ennuyeux, n’ont souvent d’autre intérêt que le salaire. Alors faut-il, pour préserver des acquis, cantonner à des postes spécifiques celles à qui l’on interdisait, par exemple, le travail de nuit parce qu’il était usant et que des employeurs les y contraignaient ? Progrès pour les unes, l’interdiction en frustrait d’autres... Si, en renonçant à son congé, la ministre donne un mauvais exemple, qu’en est-il de l’obligation qu’on voudrait faire à toutes d’être mère avant le reste ? La rhétorique chère au Front national trouve un curieux écho chez ceux-là qui prétendent le combattre.

 Le salut dans la souplesse

Nous voici dans une société normative où, comme pour les jeux vidéo, nous n’avons droit qu’à un ou deux "avatars" pour entrer en piste. Une loi existe, qui garantit seize semaines de congé maternité, comme elle garantit la retraite à 60 ans. Mais garantir n’est pas imposer - ne devrait pas l’être. Des chercheurs ont dû s’expatrier pour continuer à exercer leur passion après l’âge légal. Pour qu’une réelle souplesse existe, que nulle pression ne s’exerce, l’employé, de premier plan comme du dernier, doit pouvoir imposer à son patron le respect de la loi. Et ne pas s’en laisser imposer par des groupes portés sur le bien d’une humanité formatée selon leurs voeux.
Julie de Pardailhan

*Collectif national pour le droit des femmes, Libération 9/1


Moyenne des avis sur cet article :  2.52/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • Gül, le Retour II 9 janvier 2009 15:20

    Non-non ! smiley

    Bonjour Cap’tain ! smiley

    Non, parce qu’il serait temps qu’on lui foute la paix avec son bb, ses amants, sa vie !!!

    Il ne devrait même pas y avoir un seul article sur le sujet !!! C’est une maman toute neuve, tant mieux pour elle et point barre !

    Vous voulez parler de Rachida Dati, alors parlons du travail qu’elle effectue pas de sa vie privée, même si cet article est un pendant non négligeable et une sorte de rééquilibrage face à tout ce que l’on peut voir actuellement sur le sujet !


    • Gül, le Retour II 9 janvier 2009 15:37

      Ca ferait un tel tollé, qu’une loi qui remettrait en cause le congé maternité (alors qu’on en est effectivement plutôt à demander plus de temps), lui ferait perdre l’appui d’au moins la moitié de la population française...Donc je ne m’inquiète pas trop...

      Ceci dit, il a un tel culot !!! smiley


    • Zalka Zalka 9 janvier 2009 17:57

      Les patrons n’ont pas besoin de loi pour en tirer les enseignements.

      Il y a moins de deux ans, une de mes amies en stage pour son BTS a vu ses patrons conseiller à une de ses collègues plus agée de se faire avorter sous risque de perdre sa place.

      J’ai déjà entendu un employé de ressources humaines dire que pour un certain nombre de postes, ils écartaient automatiquement les femmes en âge d’avoir des enfants, parfois même en posant la question lors de l’entretien.

      Ce genre de comportement sortira renforcé de cet affaire. Même si les lois sur les congés parentaux ne sont pas en dangers (pour le moment), la situation ne sera pas amélioré.

      C’est pour cela que ceux qui réduisent l’affaire à "C’est la liberté de Dati" font preuve de courte vue, même si dans l’absolu ils n’ont pas tort.


    • Gül, le Retour II 9 janvier 2009 18:28

      Ce genre de choses, Zalka, n’est pas nouveau ! Il y a une vingtaine d’année c’était déjà le cas. La différence c’est qu’il y a désormais des lois contre les discriminations et celle-ci en une, et de taille !

      Pour l’exemple ue vous donnez par contre, c’est direct aux Prud’hommes ! Non mais !
      Voir un appel au harcèlement moral selon la manière dont cette pression abjecte a été faite !

      Cordialement.


    • Zalka Zalka 9 janvier 2009 18:31

      Mais pour gagner aux prud’hommes, ils faut des preuves.

      En général, les personnes mal intentionnées à ce point se débrouillent pour ne pas donner prise. Si c’est leur parole contre une autre, il ne se passe rien.


    • Yohan Yohan 9 janvier 2009 19:10

      @ Zalka
      Ce n’est pas parce que ça arrive qu’il faut tout de suite en faire une généralité. Votre argument ne tient pas debout, la plupart des entreprises préfèrant recruter des femmes - de 30 ans, plutôt que de + 40 ans pour tout type de poste. Que l’on vienne pas me dire le contraire. Certes, quand elles font des bébés, ça tiraille parfois, mais tout dépend des non dits. Jouer franc jeu, il n’y a rien de mieux si l’on veut éviter les frictions inutiles.
      Je suis patron, donc je peux en parler d’expérience. Certaines salariées jouent franc jeu et demandent ce qu’il est possible de faire par rapport aux contingences du travail et aux leurs. D’autres jouent avec le feu, surfant sur les arrêts maladie, prolongant leur congé par tous les moyens possibles en vous prévenant au dernier moment et puis après, elles viennent vous demander une augmentation, voire même une promotion au sortir d’un congé parental d’éducation renouvelé à son maximum.


    • Atlantis Atlantis 9 janvier 2009 23:07

      Vous voulez parler de Rachida Dati, alors parlons du travail qu’elle effectue pas de sa vie privée,

      Justement, là on a du mal ... Si on parle de sa vie privée c’est avant tout elle qui a lancé la diversion (avec l’appui de NS et de ses amis marionetistes de journalistes). Même NS fait pareil avec Carlita. Il serait temps d’ouvrir les yeux : à quand miss france ministre ? (ah zut j’avais oublié qu’on pourrait en éclipser certaines qui jouent ce rôle)


    • Gül, le Retour II 10 janvier 2009 00:51

      Heu...Atlantis,

      Nous sommes bien d’accord sur le côté people à outrance d’un certain nombre de personnes appartenant à ce gouvernement ou papillonant dans l’entourage de notre omni-président !!!

      Pensez-vous pour autant que passer son temps à en parler et à, justement, relever tous ces appels au bling-bling, soit une bonne méthode ?

      Une fois de plus, nous avons des ministres, jugeons-les plutôt sur leur travail en mettant absolument de côté leur apparence médiatique.... !

      Ce sera au moins aussi efficace, si ce n’est plus !


    • carnac carnac 10 janvier 2009 08:00

      @ zelka
      Comme vous avez raison ! les jeunes filles éduquées avec leurs camarades masculins ne parviennent pas seulement à imaginer qu’elle feront l’objet d’ostracisme dans le travail .

      Je reçois chaque semaine dans les permanences juridiques syndicales des jeunes femmes qui pour avoir imprudemment parlé de leur grossesse devant la machine à café se retrouvent sans travail pour peu que l’employeur puisse dissimuler cette discrimination :

      - rupture de contrat pendant la période d’essai (quand on sait que l’essai peut être renouvelé et atteindre facilement 6 mois)

      - mission d’interim interrompue à son premier terme alors qu’elle était censée durer

      - cessation soudaine de renouvellements de CDD qui jusqu’alors avaient été plusieurs fois renouvelés

      - suppression des primes d’objectifs alors qu’elles sont calculées sur l’année N-1 donc sur la période qui précède la grossesse

      - chantage pour obtenir une démission (notamment dans la pharmacie et dans les commerces)

      - et si la personne refuse de démissionner recherche frénétique d’une faute professionnelle

      - affectation à des travaux pénibles (par exemple le service des bouteilles de gaz dans la grande distribution)

      - licenciement pendant un congé parental
      etc ...
      cela c’est LE VECU de centaines et centaines de jeunes femmes qui n’ont pas la chance d’avoir un salaire suffisant pour pouvoir aisément faire garder en toutes circonstances leur enfant d’où ce processus discriminatoire


    • Pierre de Vienne Pierre Gangloff 9 janvier 2009 15:22

      Madame Dati, "une femme exceptionnellement traquée dans son intimité" !!!?
      Qui a commencé ?


      • Yohan Yohan 9 janvier 2009 15:51

        Avait-elle un autre choix ? En d’autres mots, si en entreprise, vous venez de prendre une fonction à haute responsabilité, vous n’êtes pas censé vous mettre à faire des bébés dans la première année qui suit. Dans ce cas, l’usage tacite veut que l’on ne prenne pas son congé légal de maternité, ce qu’elle a fait donc comme bcp d’autres à un tel niveau de responsabilité


        • licorne 9 janvier 2009 16:23

          Je me marre !!!! ah la vraiment c’est trop bon....

          Les féministe en arrive a faire la guerre a celle qu’ils ont pris en exemple sous pretexte qu’elle est des comportement trop masculin vis a vis de son enfant et de son travail.... continuer c’est hilarant....


          Oh fait doit on considerer quelque part l’avis de sa fille et du pere de sa fille (parce qu’il doit quand meme existé c’et individu mysterieux...) elle privilegie sa carriere a sa fille, elle est dans l’air du temps voila tout....


           


          • maxim maxim 9 janvier 2009 16:55

            chacun fait ce qu’il veut de sa vie sans que l’on ait à regarder et à juger !

            si Rachida Dati a décidé de reprendre son ministère ...et alors ? c’est ses oignons ,non ?

            voilà c’est tout ,alors quand les féministes argumentent que c’est baffouer les droits au congé de maternité ,c’est du n’importe quoi ,uniquement pour dire quelque chose !


            • Zalka Zalka 9 janvier 2009 17:49

              Un paquet d’idiot rejettent en bloc toutes critiques. Belles mentalités...

              Que Dati fasse ce qu’elle veut, ok. Le problème, c’est qu’on va citer en exemple son cas, dénigrant toutes les "fainéantes" qui prennent leurs congés, les faire culpabiliser, et justifier les patrons qui ne prennent pas les femmes pour certains postes pour risque de grossesse.

              Alors, oui, Dati fait ce qu’elle veut, comme le fit Ségolène Royal il y a moins de 20 ans. Mais nier que cet exemple puisse poser problème, c’est de l’aveuglement qui confine à la stupidité.


              • Castor 9 janvier 2009 18:02

                Moi, je ne suis jamais en congé maladie.

                Vais-je être, comme tous les libéraux, mis au ban de la société parce que je ruine les efforts des classes laborieuses et salariées qui ont obtenu la reconnaissance d’un droit à être malade ?

                Quel est ce mystère qui pourrait transformer un décision personnelle d’une ministre en modèle pour toutes les femmes ?

                Il faudrait être crétin pour dire que les femmes n’ont pas besoin de ce repos compensateur après une grossesse et un accouchement.
                Mais de là à en faire une norme et à montrer du doigt celles qui n’en profiteraient pas, pour raisons personnelles, en prétendant qu’elles nuisent à la cause du plus grand nombre ... pardon, mais je trouve ça un peu raide !


              • Zalka Zalka 9 janvier 2009 18:14

                Castor,

                Je ne pointe pas du doigt Dati (j’apprécie d’ailleurs votre défense de Royal ! ;) ).

                Je pointe du doigt les idiots qui en profitent pour se comporter comme des sagouins.


              • Castor 9 janvier 2009 19:30

                Zalka,

                c’est la partie "on va profiter de cet évènement pour" qui me hérisse dans votre discours.
                J’ai beaucoup de mal avec ces procès d’intention intentés avant toute velléité d’entamer quoi que ce soit.
                Il règne depuis l’élection de NS une espèce de vent de folie qui voudrait nous faire croire que nous dérivons vers une dictature.
                Tout est bon pour nous faire croire que...

                Mais je ne vous jette pas la pierre pour autant, il existe en effet de nombreux sagouins se comportant comme des malfrats.


              • Dolores 9 janvier 2009 19:51

                Ne pas oublier que Dati n’est pas la caissière de l’hyper du coin.
                Une "nounou" ne va pas trop écorner son salaire !


              • Gül, le Retour II 9 janvier 2009 21:56

                Sampiero,

                Bouh ! Espèce d’oiseau de mauvais augure corse !!! smiley

                Partageons plutôt du bon vin, une bonne charcutaille et du fromage...Je me laisserai aussi volontiers tentée par ces espèces de petits beignets à la brousse et je sais spas quoi dedans, enfin bref...c’est à mourir de pliasir...gustatif ! smiley

                Est-ce que tu connais "Le lamarck" au pied de la butte à Paris ?


              • Castor 10 janvier 2009 10:17

                Sampiero,

                ah, si vous connaissiez ma vie !
                j’ai troqué tous les bobos quotidiens pour un truc costaud en une seule fois !


              • K K 10 janvier 2009 11:04

                Oui, Castor a raison. Nous sommes tres inegaux face a la maladie. Certains ne sont jamais malades ou le sont peu de temps (jai eu cette chance pendant des annees... et donc pas darret maladie). D’autres vont cumuler les accidents de la vie et les complications. Une simple allergie inconnue peut entrainer un arret tres long (voire un dece).

                De meme, nous navons pas tous les memes metiers et certains metiers peuvent se pratiquer avec une jambe cassee alors que pour dautres le moindre pepin physique les rendent impossible a pratiquer. Je ne pense pas qu’un travail de ministre (avec tous les fonctionnaires, directeurs de cabinets etc..) soit impossible a couvrir apres une grossesse. Par contre un emploi de caissiere ou d’ouviere dans une usine l’est certainement. LA fatigue n’est pas la meme (je ne dis pas que la ministre ne se fatigue pas, mais ce n’est pas une fatigue physique)

                JE pense plutot que le conge apres un accouchement devrait dependre de la personne et du poste qu’elle exerce. Les 15 jours etant le minimum qu’on ne peut refuser, mais libre a la personne de les prendre integralement ou non selon l’avis d’un medecin pour la reprise du travail.


              • mick legrand 10 janvier 2009 12:28

                Dolores écrit " Ne pas oublier que Dati n’est pas la caissière de l’hyper du coin.
                Une "nounou" ne va pas trop écorner son salaire !
                "

                Mais bien sûr ! Qu’est-ce que c’est que cette idée bizarre qui voudrait que R. Dati soit une femme "ordinaire". Elles est ministre de la justice et maire d’un arrondissement de Paris.

                Croyez-vous qu’elle va faire ses courses au supermarché comme tout le monde ? Qu’elle fait le ménage ou la cuisine chez elle ? Qu’elle est contrainte de poser une journée de congé parce que le plombier vient réparer la la chaudière (c’est du vécu !). Vous croyez qu’elle fait la queue à la banque, ou pour faire refaire son passeport, ou changer sa carte grise, ou chez le médecin ?

                Rachida Dati est une grande bourgeoise. Avec tous les avantages (certains écriraient "privilèges") d’une grande bourgeoise. Elle peut se permettre, ELLE, de se décharger des contingences matérielles sur son personnel de maison.


              • Bof 9 janvier 2009 17:50

                Liberté, LIBERTE CHERIE !!!!

                 Madame La Ministre est LIBRE comme TOUT le monde. Quels sont les pays où il y a autant de droits et pas de devoir ?
                La saloperie de retraite OBIGATOIRE malgré la courbe de mortalité qui montre bien que la proximité de la retraite tue ! et cette pourriture de date approche pour moi. Et des êtres osent dire qu’ils nous défendent, et ils seraient même payés !

                ICI, un Français n’utilise pas ses droits, ai-je lu ! Quand ces dames seront-elles obligées de se reposer et sur commande puisque c’est un ordre ?... et si elles ont besoin de se reposer après, il faudrait aménager des possibilités.

                Je n’accepte pas du tout ces lois qui nous obligent toujours ! Bien sûr, elles seraient utiles si elles nous laissaient la possibilité de partir en vacances, ou de prendre sa retraite en cas de problèmes ou même un long congés et pour les mamans de se reposer ou de soigner l’enfant et jusqu’à ses 12 à 14 ans environ- MAIS JAMAIS sur ordre !


                • K K 10 janvier 2009 11:06

                  Oui Calmos, vous avez raison sur ce point : tout depend des eventuelles consequences medicales et nous sommes tres inegaux sur ce point.
                  Rachida Dati et ses medecins, sont bien mieux places que nous pour savoir si son attitude est raisonnable ou non.


                • pigripi pigripi 9 janvier 2009 18:01

                  Encore un titre accrocheur pour attirer le chaland et un article sans rigueur, mélange d’allégations et de préjugés et de considérations toutefois intéressantes.

                  Je n’ai pas lu les commentaires des "féministes". Les féministes, c’est une galaxie, pour celles et ceux qui l’ignorent, dans laquelle on retrouve toutes les tendances habituelles de notre société. Faire référence aux "féministes" sans autres précisions ne signifie pas grand chose.

                  Personnellement, je me considère comme une féministe indépendante de toute organisation -y compris religieuse- et "éclairée", ce qui veut dire que je prends en considération tous les aspects de l’oppression des femmes et ceux des relations hommes/femmes. En effet, je pense que nous ne pouvons construire des relations égalitaires qu’en tenant compte des forces et des faiblesses des deux sexes. Je fais court ...

                  Pour ce qui est de l’affaire Dati, je pense surtout qu’il y a oxymore entre UN garde des sceaux et UNE mère. Un masculin ne peut pas faire un bébé.
                  Je ramène l’histoire à cette image car l’ère Sarkozy est celle de la façade, du paraître. On se montre, on joue un rôle et on ne fait pas ce que l’on dit, on dit le contraire de ce qu’on fait ou encore on fait ce qu’on ne dit pas.

                  Le garde des sceaux, femme Dati, doit rester disponible pour exécuter les réformes (suppression des tribunaux d’instance, du juge d’instruction et toutes les écolutions vers le plus répressif). ELLE est avant tout UN officier aux ordres de son monarque et la montrer pouponnant, insistant sur une maternité si peu probable serait casser tout un système de pouvoir.

                  Que Dati ait accepté de jouer ce jeu est certainement la condition sine qua non de son maintien en poste. Et je la comprends. Si elle s’absentait de son cabinet, elle subirait, multiplié, par mille ce que j’ai subi moi-même dans ma vie professionnelle.

                  Lorsque je suis partie en congé maternité, j’étais co-responsable d’une lettre d’information interne. Lorsque je suis revenue, mon nom avait disparu de l’ours. Quand je m’en suis étonnée, il m’a été répondu "tu comprends, c’était gênant que ton nom figure alors que tu n’étais pas là ..."

                  Et même, on ne peut pas exclure que Dati soit malheureuse de ne pouvoir pouponner Zohra.

                  Je ne pense donc pas que le retour immédiat de Dati à son poste ait quoi que ce soir à voir avec une remise en question du congé maternité. Au contraire, une prolongation du congé maternité arrangerait la politique régressive vis à vis des femmes et leur retour au foyer ferait baisser les statistiques du chomage.


                  • Julie Dep Dep 9 janvier 2009 18:34

                    Je ne réagis qu’à un aspect de ce commentaire, sans doute écrit hâtivement dans un besoin bien naturel de se défouler, fût-ce à tort.

                    Mon titre "accrocheur" va dans le sens de ce que vous dites au début, à savoir que ce ne sont pas "les" féministes, contrairement à ce qu’étale la presse unanime, mais "des" prétendues (les guillemets sont là pour dénoncer cette prétention) féministes qui pensent toutes les femmes bâties sur un même modèle susceptible de ne s’épanouir que dans la maternité. Les entendre après avoir lu Simone de Beauvoir et vu le travail accompli depuis me fait l’effet d’une insupportable régression.

                    Un certain Zalka prétend plus haut que je "nie" le problème soulevé, alors que je l’aborde par deux fois. Peut-être pourrait-on se lire avant de se faire des procès d’intention, et énoncer ses objections en gens civilisés ?


                  • Yohan Yohan 9 janvier 2009 18:55

                    Quel est donc ce procès d’intention ?
                    Ceux qui voient dans le prisme de la saga Dati une possibilité de remise en cause du congé maternité sont des anxieux ou des pervers qui s’ignorent.
                    Ce n’est pas nouveau, les femmes font ce qu’elles veulent des droits rattachés à la maternité, même si parfois elles doivent en payer le prix. Certaines prennent tout ce qui est donné par la Loi, d’autres non et c’est leur choix le plus souvent. Pour autant, et depuis que ce constat est fait, il n’y a jamais eu remise en question du congé maternité, que je sache, bien au contraire, puisque les droits ont évolué plutôt favorablement.
                    D’ailleurs, le choix des gvt de gauche comme de droite a été de protéger les droits rattachés à la maternité, car ils étaient pour bcp dans la spécificité française à afficher une belle courbe des naissances par rapport à ses voisins.
                    c’est donc bien un procès d’intention, aux arrières pensées politiciennes stériles...


                    • Julie Dep Dep 9 janvier 2009 19:13

                      Yohan, je répondais à Zalka et à pigripi. J’ai l’impression que la seule évocation du personnage Dati met les gens hors d’eux. Ils devraient lire l’article avant de porter un jugement sur son contenu. smiley


                    • Yohan Yohan 9 janvier 2009 19:15

                      L’auteur
                      C’était plus une réaction au fil qu’à vous même et noamment à Zalka, qui voit tout en noir.


                    • Lapa Lapa 9 janvier 2009 20:42

                      je vais vous dire un truc. A chaque fois que j’ai eu la joie d’avoir un enfant, bien qu’homme et ayant un emploi à responsabilité j’ai toujours posé des congés pour accompagner le début de la vie de ce petit être et soutenir mon épouse. Pourquoi vouloir faire comme l’homme sur un schéma ancien qui est un mauvais modèle ?
                      Pourquoi croire que s’occuper de son enfant à la naissance puisse être un frein à être une femme et un homme ?


                      Vous critiquez le schéma classque mais vous en apposez un autre tout aussi idiot.

                      Mais que Diable, Mme Dati se doit déjà d’être en conformité avec la legislation en vigeur concernant le travail (durées des CM, date de reprise ???) et puis ne pas passer les premiers jours de la vie de son enfant avec lui, non pas en tant que FEMME mais en tant que PARENT tout simplement ; c’est qu’elle vit sur des schémas éculés .

                      Nous sommes tous des parents, quelque soit notre sexe, nos enfants ont besoin de nous !


                      • Julie Dep Dep 9 janvier 2009 21:21

                        Je ne critique "le shéma classique" que dans la mesure où il est obligatoire. Moi aussi, j’ai plus que tout aimé pouponner. Mais ce ne doit pas être une obligation.
                        Et ce n’est pas à celles qui se disent féministes de forcer les femmes dans ce seul et unique sens !


                      • maharadh maharadh 9 janvier 2009 21:23

                        Ferait-on le même tapage médiatique s’il s’agissait d’un homme reprenant son travail après une opération ?


                        • saint_sebastien saint_sebastien 9 janvier 2009 22:38

                          encore un article de merde. AGORAVOX deviendrait il le POST ?


                          • Jean TITOUPLIN Jean TITOUPLIN 10 janvier 2009 10:34

                            Imaginer les réactions si la garde des sceaux avait pris le maximum du congé maternité que lui autorise la loi est encore plus amusant.


                            • K K 10 janvier 2009 11:11

                              en ce qui me concerne, ma reaction serait strictemetn identique a celle que j’ai eue. Son retour premature au travail, la regarde elle et ses medecins. Nous ne pouvons pas savoir a sa place ce qui est mieux pour elle.


                            • catastrophy catastrophy 10 janvier 2009 11:25

                               Trois hommes invisibles et un coufin sans fin. smiley


                              • Emmanuel Aguéra LeManu 10 janvier 2009 14:08

                                Dati c’est Superwoman, ce toutes façons, vous n’y pouvez rien, jalouses ! c’est comme ça. Même les juges, elles les mange.

                                Elle dort pas, elle ne fléchit pas, elle s’habille, se décore, fonce, s’accouple, se découple, grossit, tout ça entre 2 conseils de cabinet, elle pond des réformes, des lois, des Zohras comme vous et moi on boit un verre d’eau.

                                La plus mauvaise blague depuis Thatcher.

                                Ceci dit c’est vrai qu’elle ne mérite pas ces commentaires en tant que petite arriviste de seconde zone, mais en tant que ministre, négligé ou non, l’impact est là.

                                Maintenant, Superwoman a-t-elle sa place au sein d’un gouvernement, ça c’est autre chose...


                                • EddieLeRouge 10 janvier 2009 20:10

                                  Si Madame Rachida Dati travaillait sur une chaine de montage , que ce soit chez Renault, Peugeot ou philips pour 1000euros par mois, je vous garantis qu’elle aurait pris son congé maternité...
                                  Je pense même qu’elle serait allée voir son médecin pour avoir quelques semaines suplémentaires ...
                                  Oui être ministre n’est pas pénible à priori...


                                  • Althea72 11 mars 2009 10:45

                                    "" Et si Mme Dati n’a pas envie d’être "féminine" selon leurs critères - lesquels changent selon les époques et les crises ? S’il lui plaît de privilégier son travail, le biberon, de se mener à sa guise ? ""

                                    Dans ce cas on ne fait pas d’enfant, si on est pas prete a l’assumer. Un enfant n’est pas un jouet a la mode que l’on se paye comme un caprice.
                                    Un enfant surtout en bas age a besoin de contact, d’amour de proximité de ses parents. 
                                    De nos jours et dans nos société occidentale, sous couvert de modernité, de liberté de la femme on voudrait oublier qu’un nouveau né n’est qu’un petit mamifère sans défense qui a besoin de l’attention de ses parents 24h/24 mais non on voudrait qu’il soit autonome a la sortie de la maternité, qu’il ne pleure pas, dorme toute la journée, ne fasse pas trop de bruit quand il est eveillé eet surtout nous fiche la paix pour qu’on puisse continuer a vivre normalement....

                                    Pauvre gosse

                                     smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Julie Dep

Julie Dep
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès