Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Contre l’orthographe consumériste et variable

Contre l’orthographe consumériste et variable

C’est une des polémiques de ce début d’année. Plus d’un quart de siècle après la proposition de l’Académie Française, les simplifications orthographiques dessinées en 1990 semblent s’imposer dans les manuels de la prochaine rentrée. Encore un mauvais coup apporté à la France et aux Français.

 

Une orthographe façon Twitter et à la carte !
 
Bien sûr, les tenants du relativisme général comme le Monde, défendent la réforme par une double ligne de défense : l’évolution de notre langue et la critique des caricatures des opposants (sur la question de l’accent circonflexe). D’autres soulignent que cette querelle vient après la bataille puisque les simplifications datent de 1990 et que l’éducation nationale les a officialisées en 2008. C’est juste, mais il me semble bien que les propositions de l’Académie Française avaient provoqué des polémiques. Et soit dit en passant, cela signifie aussi que la majorité précédente a donc laissé faire l’inscription de ces changements dans les programmes scolairesLe Point dénonce une orthographe « low cost », dont le seul objectif est de simplifier le Français en réduisant le nombre d’exceptions et de complications.
 
Mais ce faisant, comme le soutient Raphaël Enthoven sur Europe 1, « c’est le réel qu’on ampute quand ce sont les mots qu’on châtre  », défendant, pour une fois, les traditions et l’héritage supportés par notre belle langue. Dans sa chronique habituellement libérale-libertaire, il note que l’on se coupe du sens des mots en les simplifiant, nous appauvrissant de la sorte. Quelle vision consumériste de la langue, où l’harmonisation devrait se faire par le bas, le signe du sens d’une époque ! Pire, comme le note très justement le Parisien, cette réforme pose beaucoup de problèmes d’application, puisque ces nouveautés coexistent avec l’ancien orthographe, aboutissant à la situation ubuesque où un enfant pourra dans les prochaines années se voir enseigner des orthographes différents d’une classe à l’autre  !
 
Même s’il faut bien reconnaître que la responsabilité de ce mauvais coup n’est pas seulement attribuable à l’équipe en place mais aussi à nos dirigeants passés et d’administration de la rue de Grenelle, la ministre est à nouveau responsable d’un mauvais coup porté à l’éducation nationale.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • aimable 11 février 13:29

    nous sommes dans un monde ou l’excellence n’a plus plus cours , seule compte la façon de faire du fric rapidement avec le minimum d’activité intellectuelle


    • Phoébée 11 février 13:54

      Cette ministre est juste une jeune conne en fin de carrière.


      • Plus robert que Redford 12 février 18:48

        @Phoébée
        Voulez-vous dire par là qu’après avoir terminé sa carrière de jeune conne, elle va en entamer une seconde, de vieille conne cette fois ?


      • sarcastelle 11 février 14:29

        Cette ministre


        En disant « ce ministre » on parle bien et on le fait enrager. Deux avantages pour le prix d’un. 

        • Pere Plexe Pere Plexe 11 février 20:43

          @sarcastelle
          Que cela puisse l’agacer je ne sais pas.

          Ce que je sais en revanche c’est que « ministre » est un nom commun masculin ou féminin.
          En France depuis plusieurs décennies.
          Dans la francophonie depuis toujours ou presque (Belgique Canada...)

        • Saltz Saltz 12 février 11:32

          @Pere Plexe

          On dit une postière, parce que c’est un métier, et un ministre, même si c’est une femme, parce que c’est un titre et une fonction officielle.

          L’Académie française n’entend nullement rompre avec la tradition de féminisation des noms de métiers et fonctions, qui découle de l’usage même : c’est ainsi qu’elle a fait accueil dans la 8e édition de son Dictionnaire (1935) à artisane et à postière, à aviatrice et à pharmacienne, à avocate, bûcheronne, factrice, compositrice, éditrice et exploratrice.
          ...
          Or aucun texte ne donne au gouvernement « le pouvoir de modifier de sa seule autorité le vocabulaire et la grammaire du français ».
          ...
          (le rapport) ... déconseillait formellement la féminisation des noms de titres, grades et fonctions officielles, par distinction avec les noms de métiers, dont le féminin s’impose naturellement dans l’usage.


        • rosemar rosemar 11 février 15:56

          Sans oublier toute la poésie de l’accent circonflexe ! 


          Un petit chapeau plein de poésie :



            • lsga lsga 11 février 21:36

              Rationaliser la langue : ya bon !
              Comme en 1789, il serait de bon ton de changer les chiffres. Il a été démontré que les enfants japonais sont bien meilleurs en mathématiques, car non seulement on les laisse compter sur des hyper-doigts (les bouliers), mais en plus, les mots utilisés pour désigner les chiffres sont logiques.
               
              Ainsi, lors de la prochaine Révolution, nous pourrions changer ces nombres :
              ONZE ==> 10 et 1
              DOUZE => 10 et 2
              TREIZE => 10 et 3
              etc.
              vingt ==> deux 10
              vingt et un ==> deux 10 et 1
              vingt trois ==> deux 10 et 3
              ..
              trente ==> trois 10
              trente et un ==> trois 10 et 1
              etc.

              Ainsi, DOUZE + TREIZE, deviendrait :
               10 et 1
              +10 et 2
              ---------
              deux 10 et 3
               
              Le niveau en mathématiques des jeunes français deviendrait IMMÉDIATEMENT infiniment meilleur.
              Nous le ferons : n’en doutez pas. Ce n’est qu’une question de temps.
              Sinon, vous vous souvenez de la beauté de la poésie babylonienne ? Non. Ainsi en ira-t-il de la beauté éphémère de la langue française : elle disparaîtra totalement, sans laisser la moindre trace.
              Au moins, contrairement à vous, elle ne sera pas rongée par les vers, mais c’est tout comme.


              • pemile pemile 11 février 21:52

                @lsga « Ainsi, DOUZE + TREIZE, deviendrait : 10 et 1 +10 et 2 --------- deux 10 et 3 »

                Dur de ne pouvoir modifier un post, non ?


              • lsga lsga 11 février 22:00

                @pemile
                osef
                c’est pas comme si mon rôle était de convaincre. Je suis là pour semer le trouble.


              • Saltz Saltz 12 février 11:40

                Pourquoi se contenter de refuser la suppression de l’accent circonflexe ?
                .
                Il faut aller plus loin dans le conservatisme et abroger l’ordonnance d’août 1539 sur le fait de la justice, dite ordonnance de Villers-Cotterêts.
                Ce texte législatif, o combien décadent, a été édicté par le roi de France François Ier, entre le 10 et le 25 août 1539 à Villers-Cotterêts, et enregistré au Parlement de Paris le 6 septembre 1539.
                .
                Cette ordonnance est le plus ancien texte français pour partie encore en vigueur et appliquée par les tribunaux français, ses articles 110 et 111 (concernant la langue française) étant toujours en place.
                Elle est surtout connue pour être l’acte fondateur de la primauté et de l’exclusivité du français dans les documents relatifs à la vie publique du royaume de France.
                Elle a osé supprimer le latin dans les rapports entre l’état et les Français.
                Revenons tous au latin !


                • tf1Groupie 12 février 19:05

                  @Saltz

                  Excellent.

                  C’est bien de montrer que faire le ronchon sur une évolution de l’orthographe est un peu excessif, voire l’expression d’un conservatisme proche de celui qui faisait fureur pour « défendre » la messe en Latin.

                  Mais c’est une bonne occasion de taper sur le gouvernement.

                  Du quinquennat de Flamby on retiendra :
                  - le mariage pour tous,
                  - la mort de l’accent circonflexe.


                • franc 12 février 12:29

                  la suppression de l’accent circonflexe sur le u----- !?

                  -

                  Est on si sûr , faudra t-il écrire est -on si sur ;Quelqu’un peut -il me répondre

                  -

                  Et est-ce qu’on remplace tous les ph par les f

                  -

                  faudra t-il écrire pharmacie ou farmacie ou les deux orthographes sont possibles ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès