Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > COP21, ses limites et ses manques

COP21, ses limites et ses manques

Quel que soit le résultat à venir : y aura-t-il accord ou pas sur la limite à 2° de réchauffement de la planète, la COP21 présente déjà de grandes faiblesses qui concernent notre avenir et l’avenir de la planète. Une approche historique de ce type de manifestation permet d’en repérer des limites et des manques sur plusieurs plans : le choix des gaz priorisés, la hiérarchisation des problèmes d’environnement, et surtout le peu de mobilisation sur l’éducation, facteur oh combien ! pertinent dans tout changement en matière de mentalités et d’activités humaines.

JPEG - 119.3 ko
©.Rosselli
 
 
Commençons par la limite que l’on pourrait considérer à la rigueur comme la moins dramatique… du moins relativement. La COP21 se centre en priorité sur le gaz carbonique ; il est présenté comme le « facteur numéro 1 » du réchauffement climatique. Or le dioxyde de carbone comme on devrait l’appeler n’est qu’un des gaz qui intervient dans l’effet de serre. Les calculs en cours ont tendance à le surestimer fortement. Y aurait-il quelques lobbys derrière ?.. Certes, il intervient sur l’effet de serre et acidifie gravement les océans, mais il favorise grandement la photosynthèse, et donc le développement des forêts et des cultures. En environnement, rien n’est blanc ou noir, tout est affaire d’équilibre et de régulation.

Dans l’effet de serre, intervient plus fortement -pour plus de 70%- la vapeur d’eau ; et heureusement, sans cela la vie sur Terre serait impossible. De toute façon pas facile d’intervenir sur elle, tout au plus pourrait-on agir sur les centrales nucléaires… Parmi les autres gaz produits en abondance par les activités humaines, il faut citer le méthane (CH4), résultat des élevages des ruminants, des rizières inondées, des décharges d’ordures et des exploitations pétrolières et gazières, le protoxyde d’azote (N2O) qui provient des engrais azotés et de certains procédés chimiques ou encore l’hexafluorure de soufre. Ces derniers ont un pouvoir réchauffant beaucoup plus important : 25 fois pour le méthane, 298 fois pour le protoxyde d'azote.

D’autres gaz fluorés (PFC, SF6) qui représentent encore 2% des émissions sont encore beaucoup plus virulents. Utilisés dans les systèmes de réfrigération et dans les aérosols et les mousses isolantes ou encore dans l’industrie des semi-conducteurs, ces gaz fluorés ont un pouvoir de réchauffement 1 300 à 20 000 fois supérieur à celui du dioxyde de carbone et surtout une très longue durée de vie. Le record est détenu actuellement par l’hexafluorure de soufre : 23 000 fois plus réchauffant[1]. Ce qui n’est en rien négligeable puisque l’industrie en développe les usages… Or tous impactent fortement le climat, il est impossible de les sous-estimer. Des mesures spécifiques sont également à mettre en avant.

 

Et les autres problèmes de l’environnement ?

Pas question de nier que la Terre est malade. Mais prend-on conscience de la gravité de ses maux ? Cette centration sur la seule décarbonisation renvoie au tam-tam des années 70-80 sur les pluies acides. Elles étaient mises en avant en permanence dans tous les médias et par les politiques. Qui en parle encore actuellement ? Certes on peut observer une forte diminution de la pollution « acide » de l’air depuis les années 2000 en Europe. Mais alors que les émissions terrestres diminuaient fortement, les émissions du transport maritime ont tant augmenté que les seules émissions des navires croisant au large de l'Union européenne émettent plus de SO2 que toutes les sources terrestres des années 80. Pendant ce temps, ces émissions ont été déplacées, elles ont largement augmenté en Chine et dans toute l’Asie du Sud-Est.

Les pluies acides restent pourtant une « pollution planétaire » et constituent pour cette raison un problème international que l’on ne traite plus ou si peu... Ainsi l’accent mis sur le réchauffement climatique par la COP21, et par là par l’ONU et le GIEC, minimise ou fait oublier d’autres maux de l’environnement sans doute aussi graves. Parmi, ceux-ci, on peut citer encore en matière de pollution chimique : l'ozone en basse atmosphère[2], les brouillards photochimiques et les particules liées au gazoil, autant de risques importants pour la santé publique, déclenchant ou exacerbant des problèmes respiratoires et cardiaques. Les polluants organiques persistants (POP) liés à la production des pesticides, des PCB et de l'hexachlorocyclohexane et à l’incinération des ordures ménagères amplifient ces risques directement ou indirectement en entrant dans les chaines alimentaires.

 

D’autres défis majeurs nous concernent autant : celui de la gestion de l’eau et celui de la maîtrise de l’énergie. Nombre de guerres passées ou à venir en dépendent largement. Une surexploitation d'une grande partie des eaux de surface, et maintenant des profondeurs par une pêche intensive dévaste les stocks d’animaux marins. Pourtant un milliard de personnes vivent strictement de la mer.

L’utilisation abusive des nappes aquifères dont dépend l'agriculture entraîne, dans un nombre croissant de pays, un stress hydrique ou même une pénurie d'eau. Environ 1,5 milliards de personnes n'ont pas encore l'eau potable et 2,4 milliards pas d'assainissement. Les conséquences sont notamment la mort de 3 à 5 millions de personnes chaque année par suite de maladies communiquées par l'eau.

Dans le même temps, la dégradation des sols continue, en particulier dans les pays dits « en développement ». Les écosystèmes forestiers subsistants sont de plus en plus dégradés et fragmentés par la mise en place de monocultures. 1,9 million d’hectares par an disparaissent ainsi, soit l’équivalent de 7 terrains de football par minute… et la diversité biologique de la planète est de plus en plus menacée. On pourrait multiplier les exemples, en recensant toutes les matières cancérigènes qui entrent dans l’alimentation ou les vapeurs des vernis, colles et autres laques émis au quotidien par nos meubles et peintures murales.

 

Enfin, il ne faut pas négliger un autre important danger planétaire, celui de notre démographie galopante. La population mondiale a atteint le milliard d’individus seulement à la fin du XVIIIème siècle, nous étions deux milliards à la fin de la dernière guerre. Depuis, le cap de 6 milliards a été atteint fin 1999, 54 ans plus tard. Celui des 7 milliards a été passé officiellement le 31 octobre 2011 ! Actuellement, elle est estimée à 7,35 milliards… Si nous ne faisons rien pour enrayer l'accroissement de notre population, l’humanité va en payer le prix fort avec un monde surpeuplé.

Actuellement, un tiers de la population mondiale vit au dessous du seuil de pauvreté, c’est-à-dire avec moins de 2 dollars par jour… Sur l'environnement, sur le développement économique, la démographie a un impact majeur ; les ressources de la Terre, notamment en substances nutritives, sont limitées. Déjà chaque minute, 15 personnes meurent de faim ; en 2050, les réfugiés de la faim seront plus nombreux que les réfugiés climatiques.

 

Et l’éducation ?

Enfin, la conférence se centre essentiellement sur un supposé accord politique. Les citoyens sont laissés en position de spectateur ou plutôt de téléspectateur. Ces derniers vont assister à un ballet de descentes d’avion, d’ouvertures de portes de voitures et de poignées de mains. Au mieux, ils consommeront du discours à base de langue de bois après avoir lu s’ils sont curieux des textes insipides, les « INDC » pour Intented Nationally Determined Contributions, ces contributions nationales qui traduisent à ce stade des intentions, et non des engagements.

Peut-on faire confiance aux seuls politiques et aux industriels pour que les « choses » changent vraiment en matière d’environnement ? Ils ne bougeront pas si la société civile ne les entrainent pas pour les premiers, ne les contraint pas pour les seconds. Car que constate-t-on depuis 40 ans ? En matière d’écologie, les seuls résultats ont été obtenus quand les mentalités des populations ont « bougé ». Or les esprits changent un peu sous l’influence évènementielle des médias, sauf suite à quelques catastrophes. De même, les hommes et les femmes politiques ont rarement réussi à modifier les comportements. Nombre de lois ne sont pas appliquées ou même sont remises en question dès qu’elles sont promulguées. On peut citer la très emblématique loi dite « Grenelle de l’environnement ». Cette loi, comporte plus de 300 articles ; actuellement, 43% des décrets n’ont pas été signés, et c’est donc quasiment la moitié du texte qui n’est pas applicable. Mentionnons également l’histoire des portiques ou des cheminées ! Par contre, les comportements évoluent plus rapidement quand l’éducation s’en empare.

L’Education au développement durable (EDD) quand elle peut être mise en place fait émerger de nombreux projets. Elle conduit à réfléchir collectivement aux leviers pour prendre conscience des problèmes et à inventer des solutions alternatives. Elle permet de clarifier les valeurs pour prendre conscience des conséquences de nos actes et surtout elle favorise la mobilisation nécessaire des idées dans le quotidien. Les changements ne sont jamais ni immédiats, ni évidents ; il y va d’un vrai passage du « dire » au « faire » ; et en sus le maintien des « bonnes » habitudes se perd vite…

Or l’éducation tient fort peu de place dans le cadre formel de la COP elle-même. Un progrès cependant par rapport à Copenhague : grâce à l’engagement de la société civile organisée, un « thematic day » sur l’éducation, a lieu le 4 décembre. Quelques ministres de l’éducation de plusieurs pays y participeront. Mais cette reconnaissance sera largement insuffisante. Par exemple, en France depuis 1980, un certain nombre de circulaires ont été produites pour suggérer une éducation à l’environnement, puis l’éducation au développement durable. Cette année encore, nombre de textes sont « sortis », relayés par les sites académiques.

Mais tout cela reste formel, car sur le terrain les conditions ne sont pas favorables. L’EDD est très peu prise en compte concrètement dans la formation des enseignants. Les programmes restent disciplinaires et centrés surtout sur les connaissances. Les nouveaux programmes à paraître n’introduisent toujours pas l’analyse systémique ou la pragmatique[3], pourtant indispensable ; le développement durable est un sujet complexe par nature, donc transdisciplinaire, qui demande l’introduction de nouvelles démarches. De même, ils restent très insuffisants en ce qui concerne des compétences comme la maîtrise de l’information ou la modélisation et ils éludent complètement la clarification des valeurs. Comment approcher l’environnement si ce dernier point n’est pas pris en compte, si les liens avec laïcité et citoyenneté ne sont pas faits ? De plus, les emplois du temps ou même l’organisation et les conditions spatiales de l’école ne favorisent en rien une telle éducation. En sus, les cadres et les directions, sauf exceptions notables, ne le favorisent pas ; ces questions sont « sensibles », souvent pour eux sujettes à problèmes, sans qu’ils y trouvent une reconnaissance. En sus, il n’y a pas d’attentes des parents qui restent centrés sur la seule réussite scolaire immédiate.

 

Actuellement, les seules avancées sont affaire de formateurs, de professeurs et d’animateurs militants qui s’épuisent sans que le relai ne soit pris. Sur le système éducatif et dans le péri et le hors scolaire, on peut citer Ecole et nature avec les Graines, les Petits débrouillards, Planète sciences, le CIRASTI, DIRE, L’école changer de cap..,[4]. Leur action est fort honorable, elle demande beaucoup d’abnégation, mais elle ne fait pas « boule de neige ».

Le comportement vis-à-vis de l’environnement se travaille dès l’école et sur la durée dans les modes de vie de chacun. Le fort accent mis sur le seul gaz carbonique n’est-il pas un alibi ? N’évite-t-il pas de poser des questions beaucoup plus vitales, notamment sur nos modes de production et de consommation ? Et les conférences à grand spectacle ne risquent-elles pas d’éluder une réflexion de fond sur ce que devrait être la nouvelle économie ou la démocratie de demain ?

 

 

[1] Leur durée de vie dans l’atmosphère est de l’ordre de 12 ans pour le méthane, 120 ans pour le N2O et 50 000 ans pour l’hexafluorure de soufre dans l’atmosphère.

[2] L’ozone en haute atmosphère est lui protecteur. On constate par cet exemple la complexité des questions d’environnement.

[3] A. Giordan et S. Souchon, Une éducation pour l'environnement, vers le développement durable, Delagrave, 2008

[4] Voir notamment le site http://paris-education2015.org/


Moyenne des avis sur cet article :  3.27/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • joletaxi 29 novembre 2015 16:32

    ben dites donc

    et ce Monsieur se propose de « lobotomiser » nos têtes blondes avec le fatras d’idoties qu’il régurgite dans son « narticle »

    peu importe si nos « djeunes » ne savent plus effectuer une règle de trois , avec la nouvelle dictature verte, ils pourront expliquer pourquoi il faut pisser sous la douche

    mais par quelle dérive nos sociétés pourtant cette fois informées et « éduquées » en sont arrivées à ce que des gens pourtant respectables militent pour de telles inepties


    • joletaxi 29 novembre 2015 19:42

      @Cassino

      depuis le temps, je ne perds plus mon énergie à « démonter » les inepties qui sont chaque fois ressassées.
      Cet auteur est à lui tout seul une somme en la matière, et je me perds en conjectures sur le fait qu’il aurait un tout petit peu d’intelligence, ou si au contraire, il a tout compris et il participe à la fête en profitant des tonnes d’argent gratuit dont la clique verte réussit à nous délester.

      Bah, si on se retrouve en slip, on l’aura bien mérité, quand on voit un camelot, VRP en savonnette, chargé de mission par la Président, cela après le spécialiste de la poele à frire en goguette aux pôles.

      Paraît que la dingo du Poitou serait d’avis d’aider financièrement les monarchies du Golfe a « transitionner » , elle en rate pas une,mais qui vote pour cette ù ! : ;$


    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 29 novembre 2015 16:57

      Qui vraiment peut croire à cette énorme supercherie «  »la limite à 2° de réchauffement de la planète, «  » ? Quelle précision, quelle finesse, quelle minable prétention !!!

      Et comment agiront ces « experts » ? En surveillant le thermomètre ?

      Quel intérêt à jouer ainsi avec la Nature d’autant plus que pour la première fois tout le monde s’accorde à admettre que tous les pays ont le même avenir ! 

      En déstabilisant et en détruisant les « pays arabes », l’Europe l’a eu dans le baba, jamais l’espace européen ne connaîtra la paix, il sera durablement la destination des millions d’égarés et de SDF universels qui ont tout perdu à cause de L’Hyper-National-Socialisme de ce fragment ouest de l’Europe qui refuse de voir la vérité en face ! 

      Pour ce qui est de cette coucoucocucomédie21, l’ONU et l’ensemble des pays auraient juste du appliquer mes recommandations sans avoir à polluer encore la planète avec le déplacement inutile des milliers d’individus qui n’ont pas l’écologie dans leur esprit ! 
      Hollande en sortira bredouille et plus que jamais incapable de prendre en charge les vrais problèmes des Français...
      ---------------
      Je rappelle utilement ce commentaire qui vous renvoie à mon article qui traite la question :

      Tant que les gens acceptent de mélanger « politique » et « écologie », le monde s’enfoncera de plus en plus dans la crasse pollution des esprits et de la Nature !

      Je n’ai pas pour habitude de parler timidement et encore moins hypocritement :

      L’écologie : la science qu’elle renferme, la pratique qui lui est nécessaire, la lutte et les moyens qui permettront de l’ancrer des les esprits sont expliqués dans mes seuls articles que personne aussi soit large son savoir et aussi soit forte sa détermination ne pourra réfuter !


      http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/la-science-et-la-pratique-164339
       
      La pollution n’est pas seulement la production du CO2, pas seulement les produits chimiques déversés dans la nature par des irresponsables ... La pollution et la destruction des écosystèmes proviennent surtout de la « transformation » excessives de la matière, des matériaux et de l’ensemble de l’environnement en précisant bien la catastrophe de la déforestation et de la prolifération de l’asphalte et du béton.L’utilisation et la généralisation des panneaux solaires est la dernière des plus grandes bêtises humaines.

      Les humains sont les seuls animaux qui n’utilisent pas seulement les ressources naturelles, mais transforment excessivement et dangereusement l’environnement, il y a sans doute des limites à ne pas franchir, limites que seule la Nature connait.

      Les chamboulements climatiques sont certainement des débuts de réaction, mais la réaction de la Nature peut être autrement plus brutale et plus conséquente.



      • arthes arthes 29 novembre 2015 18:10

        Ben si je peux permettre ma modeste contribution, quand je vois , entends à la téloche et dans les supports publicitaires, c’est à dire partout (les journaux, le web, la radio etc...) ce déferlement de publicités pour acheter des tas de trucs (voitures, electroménager, fringues, bibelots, gadgets Ht) sans parler de la (mal) bouffe qui dégouline de partout dans les sociétés modernes, et du papier pour les pub dans les boites aux lettres...Des univers minéralisés avec des gens qui volent dans les airs grâce à des fonctions smartphone (c’est pour de faux hein, mais c’est le genre de truc qui fait tripper pour vendre des conneries) je me dis qu’en effet, au point où nous en sommes niveau débilité, manque plus qu’on éduque les gens à apprendre que ça contribue à détruire la nature parce qu’ils sont devenus trop cons pour le comprendre par eux même, à l’image de cette illusion creuse qui leur est servie selon laquelle ce monde minéralisé est éternel et se renouvelle indéfiniment grâce à la super intelligence humaine qui suppléera au déficit de la nature...Autrement dit, du hamburger aux pastilles chimiques pour se nourrir il n’y a qu’un pas, vers le néant....Bon les écolos bobos pourront conserver quelques arbres et prairies sous serre, avec quelques espèces animales, en souvenir, et au cas où dans quelques centaines d’années nos descendants (j’ose pas imaginer les tronches) voudront recréer une vie à l’ancienne sur une planète vierge (comme Dieu qui mandate Noé quoi, tant qu’à faire)


        brrrrr ça fait peur...Mais ça me fait rire aussi, comme quoi....

        • JMBerniolles 29 novembre 2015 18:40

          A qui s’adresse ce genre de texte type JDD ? Quelle personne dotée d’un peu de jugement personnel peut croire qu’Obama et Hollande entre autres, peuvent agir sur les cycles solaires ? Je passe sur l’incomprehension de l’auteur sur l’effet de serre qui n’est pas un chauffage mais une limitation des fuites thermiques.

          Au moment où ce thème de rechauffement climatique a été exploité politiquement pour développer le business vert, il y a eu effectivement un rechauffement, avec un effet El Nino en 1998 par exemple, mais depuis le debut des années 2000 on se trouve sur un plateau de température en ce qui concerne la température moyenne au sol du globe terrestre.

          L’evolution des températures moyennes est d’ailleurs différente entre les deux hémisphères alors que l’effet CO2 équivalent est egalement reparti dans l’atmosphère.

          Après ce premier intérêt commercial du business vert avec notamment AlGore pour qui Obama a travaillé, est venue l’exploitation politique.

          Ce catastrophisme doit faire passer au second plan la vraie catastrophe économique que notre humanité subit.

          Cela se combine très bien avec l’Etat d’urgence qui permettra de museler les mouvements de protestation lorsque, fatalement, les gens découvriront l’ampleur de la crise économique qui frappe la France.

          Rappelons aussi qu’au Moyen Orient ces mêmes irresponsables politiques mènent une guerre pour mettre la main sur le gaz naturel et son transport.

          Il faut prendre conscience que nous vivons maintenant dans un monde orwellien.


          • JMBerniolles 29 novembre 2015 18:47

            @JMBerniolles

            Quant au CO2 ainsi diabolise, la voix de scientifiques qui rappellent justement qu’il est nécessaire à la vie est complètement étouffée.


          • JMBerniolles 29 novembre 2015 20:48

            @Cassino

            Merci de ce commentaire, mais je n’ai pas entendu dire que l’objectif de ce COP21 était de régler la crise économique.

            Il y a des dizaines de millions de gens en France qui ne sont pas concernés par la surconsommation. Les jeunes sont particulièrement frappés par le non emploi, les bas salaires, la précarité. Je connais beaucoup de jeunes diplômés qui doivent rembourser des prêts réalisés pour payer leurs études. L’ordre de grandeur pour un jeune ingénieur (six ans d’études dans une école parfois payante) est de 300€ par mois pendant 3 ou 4 ans.

            Je ne crois pas non.plus qu’il soit question de reguler la démographie mondiale, galopante. Ni d’apporter l’énergie à ceux qui en sont privés.

            La planète survivra à l’humanité. Et je pense que celle-ci ne vivra pas l’effondrement du soleil.


          • chantecler chantecler 30 novembre 2015 06:24

            @Cassino
            De plus si les volcans, l’axe magnétique du globe ,la surface solaire et les bombardement s’en mêlent nous n’avons pas fini de souffrir ....

            En ce qui concerne le CO2 certains pays ont commencé à replanter des arbres , dont le métabolisme se nourrit principalement de gaz carbonique .

            Fallait y penser !
             smiley


          • Homme de Boutx Homme de Boutx 29 novembre 2015 18:54

            Beaucoup de vent pour ne rien proposer de concret ! On dirait une encyclopédie qui aurait oublié de citer ces sources ! et dire qu’on pourrait le faire ingurgiter à nos enfants !

            « Ces derniers ont un pouvoir réchauffant beaucoup plus important : 25 fois pour le méthane, 298 fois pour le protoxyde d’azote ».

            Quelle précision alors que le pseudo « effet de serre » de l’atmosphère est gonflé de 300 % ! :

            et que sera cet effet de serre lorsque avec +2°, la vapeur d’eau contenue dans l’air aura augmenté de 12%, 12 % de nuages en plus....

            "il faut savoir qu’avec un rayonnement incident moyen de 342 W/m2, un corps noir, doté d’une inertie suffisante, placé dans l’espace s’équilibre à une température de 278,6°K (c’est 5,5°C, une valeur proche de la température de notre sous-sol ou du fond de la mer), ce qui signifie que sans "les super-pouvoirs de l’effet de serre" on ne serait pas en Sibérie mais simplement en hiver et il suffirait pour le vérifier d’aller sur la station internationale.

            En fait on passe d’une température « sous serre » de 15°C à 5,5° dans le vide soit moins de 10 °C d’écart et pas de +15 à -18 soit 33°C dans la théorie, ou plutôt l’escroquerie, de "l’esprit de serre du CO2 et pas du nucléaire".


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 29 novembre 2015 19:33

              La thèse du réchauffement anthropique est tout sauf prouvée ; mais même si ce discours semble bien une arnaque, les remèdes qu’on nous propose nous feront plus de bien que de mal. Donc, ne pas contester l’existence du Pere Noel devant les enfants.....


              PJCA

              • JL JL 29 novembre 2015 20:14

                @Pierre JC Allard


                les remèdes qu’on nous propose nous feront plus de bien que de mal. ’’

                La géo-ingénierie ne fera du bien qu’à ceux qui la mettront en oeuvre, et fera beaucoup de mal à nous tous.


              • berry 29 novembre 2015 19:41

                Hollande espère bien se refaire une santé dans les sondages avec la COP21.
                 
                Il compte passer pour le sauveur de la planète.
                Qu’importent les causes du réchauffement climatique et les mesures qui seront décidées, l’essentiel est de décrocher un accord et de faire de l’esbroufe, de la com.
                Un bobard de plus ou de moins, il n’est plus à ça près.
                 
                Il a déjà gagné 8 points dans les sondages après les attentats en mentant aux français sur sa politique étrangère.
                Il espère bien doubler la mise avec la COP21.
                Sarkozy sera peut-être condamné par la justice prochainement pour le financement de sa campagne... rajoutons à cela un traitement cosmétique du chômage l’année prochaine, un bon matraquage publicitaire à la télé, et tous les espoirs sont permis pour 2017.


                • izarn 30 novembre 2015 02:28

                  @berry
                  ...Il va falloir que je vote Marine.
                  Le sida ne passera pas par moi !


                • gogoRat gogoRat 29 novembre 2015 19:55

                  « Tout va très bien, Madame la Marquise » !
                   « ... on déplore un tout petit rien ... »
                   « expliquez-moi, comment cela s’est-il produit ? »


                  • Doume65 29 novembre 2015 19:58

                    Une petite précisons s’impose :

                    Lorsqu’on lit que le méthane a un effet de serre 25 fois plus puissant que le CO2, (23, en fait) on pourrait se dire que finalement, c’est lui le gros problème. En fait, non. Car il est vingt fois plus puissant... à quantité égale.
                    C’est pourquoi lorsque les scientifiques parlent de gaz à effet de serre, ils ramènent toujours à des « tonnes équivalent CO2, et ce sur une période 100 ans ». Ce ne sont pas des abrutis.
                    S’il n’est pas seul, le CO2 est responsable à lui seul d’environ quatre cinquième de l’effet de serre. Quant au CH4 (le méthane), il est responsable des deux tiers restants. Ce n’est pas rien (13%), et de nombreuses recherches sont faites pour, par exemple, produire des couples ruminants-herbes en produisant moins. Ce qui fait peur surtout aux scientifiques, c’est l’énorme quantité de méthane retenue dans des réserves terrestres et marines, qui risque, de part le réchauffement climatique, de s’échapper et aggraver considérablement la situation. Les dernières observations en Sibérie semblent finalement écarter en partie le risque, des bactéries utilisant ce méthane dans leur métabolisme.


                    • HELIOS HELIOS 29 novembre 2015 20:43

                      @Doume65


                      Pourquoi on s’occupe plus du CO2 que du méthane ?
                      ... c’est simple, c’est sur le CO2 qu’on peut faire payer, mettre des taxes, contraindre une population... parce que le CO2 C’EST LA VIE ? ... et pas le méthane !

                    • izarn 30 novembre 2015 02:27

                      @HELIOS
                      Avec le méthane on peu se chauffer...


                    • zygzornifle zygzornifle 29 novembre 2015 20:22

                      La COPAIN 21 c’est le grand théâtre du guignol Hollande .....

                      il n’en ressortira que des taxes et des augmentations qui iront dans les caisses de états et la planète continuera a se déglinguer, de toute façon si on arrêtait toute émission il faudrait au minimum 10 ans pour s’en apercevoir.....
                      déjà si on est un tant soit peu responsable on utilise la vidéoconférence et on ne pollue pas Paris en quelque jours comme pendant 1 année ......


                      • Dom66 Dom66 30 novembre 2015 00:27

                        @zygzornifle

                        "il n’en ressortira que des taxes et des augmentations qui iront dans les caisses de états"

                         

                        Exact,  il y a la guerre à payer et tout ces fainéants de sénateurs etc, et la Royale qui avait prévu une baisse des prix de l’essence, au chiotte  ce genre de promesses.

                        On va bouffer des taxes


                      • troletbuse troletbuse 1er décembre 2015 04:25

                        @zygzornifle
                        Hollandouille ferait mieux de lutter contre l’embonpoint. Regardez un peu notre gros lard. Pas beaucoup de volonté dans la bouffe comme dans la politique où c’est Obama qui décide

                        https://fr.news.yahoo.com/photos/la-m%C3%A9tamorphose-physique-de-fran%C3%A7ois-hollande-slideshow/la-m%C3%A9tamorphose-physique-de-fran%C3%A7ois-hollande-photo-1383237184780.html


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 novembre 2015 20:30

                        Bonne nouvelle ! Vous ne grillerez pas dans un monde devenu un four à micro ondes, les températures ont cessé d’augmenter depuis 17 ans, c’est le GIEC qui le reconnaît.


                        Le soleil a décidé d’une petite sieste, et ce n’est pas El Nino, bien excité ces derniers temps, qui y changera quelque chose. L’action humaine sur les cycles du soleil est du même niveau que celle de nos Mamamouchis sur l’emploi ou sur la paix dans le monde = 0.
                        C’est tout dire...

                        On nous annonce même l’entrée dans un âge glaciaire, c’est la très sérieuse revue scientifique Nature qui le dit ! Vous allez vous cailler ferme, mais rassurez-vous, les décisions sont déjà prises, la taxe carbone sur les carburants, le gaz et le fuel va augmenter de 6 milliards en 2016.
                        Et la taxe sur l’électricité augmenter de 1,1 milliard.

                        Tout ceci pour notre bien et celui de la planète. Ce qui va sans dire, va encore mieux en le disant...
                        Sinon, quoi d’autre ? ben, paraît qu’on est en campagne électorale ?! A moins que Hollande ne soit en campagne électorale ?

                        • JMBerniolles 29 novembre 2015 21:11

                          @Fifi Brind_acier

                          Je ne pense pas que le Giec ait reconnu que la température moyenne du globe terrestre (la convention est à une hauteur du sol relative aux stations meteo classiques qui relèvent les températures) était sur un palier depuis plus de 15 ans, -cette durée avait été reconnue comme significative pour la remise en cause du réchauffement -.

                          Cela reviendrait à reconnaître que les scientifiques du Giec se sont plantés dans leurs calculs prévisionnels. Resumons : avec les modèles en vigueur pour evaluer ce qui va se produire en 2050 et 2100, on ne sait pas prévoir la météo et les évolutions sur 15 ans. Mais on prétend savoir ce qui nous attend dans 30 et 70 ans.

                          Cela ressemble à du Pierre Dac : le plus diificile dans les prévisions c’est de prédire l’avenir.

                          Des études plus sérieuses analysent les cycles solaires. Effectivement sur cette base là un refroidissement est possible. Est ce que l’on dispose d’assez de données pour modéliser de manière semi empirique les evolutions internes du soleil et ses instabilités de surface ?


                        • JMBerniolles 29 novembre 2015 21:13

                          @JMBerniolles

                          En fait c’est Phil Jones le fameux scientifique du Metoffice UK, l’homme du climatgate, qui l’a fait du bout des lèvres.


                        • Croa Croa 29 novembre 2015 22:59

                           À Fifi Brind_acier,
                           smiley smiley smiley smiley smiley smiley (jaune)
                          TOUT ÇA C’EST DES CONNERIES !
                          Il n’y a plus besoin du GIEC ni d’autres savants pour un réchauffement visible de tous et à l’œil nu !  Inutile aussi de remonter à 17 ans pour trouver les différences.


                        • izarn 30 novembre 2015 02:22

                          @Fifi Brind_acier
                          Pire que ça...Voila des gens qui organisent le terrorisme sur terre. Des gens meurent en plein Paris. Et puis on veut sauver la planète....Car le CO2, voyez vous c’est tellement dangereux...
                          Moi je trouve qu’ils n’ont pas honte les mecs...Qu’ils se foutent de notre tronche.
                          Qu’ils aillent se faire enc....Rien à fiche de leur COP21 pour couillons.
                          De toute façon, tout est archi faux. Il n’y pas de réchauffement, le CO2 n’est pas responsable d’un truc qui n’existe pas ! Il y a des variations naturelles c’est tout.
                          L’humanité qui prétends modifier le climat ! Risible, une histoire démentielle, on se croirait retourné au Moyen-Age. C’est le niveau de ces crétins.


                        • izarn 30 novembre 2015 02:24

                          @Croa
                          ...Vous avez de la chance d’avoir un bon chauffage....
                          J’aimerais bien etre réchauffé gratuitement.


                        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 novembre 2015 06:05

                          @JMBerniolles
                          Si on n’en sait pas plus sur les cycles du soleil que sur les gaz à effets de serre, alors on a l’honnêteté de reconnaître que la climatologie est une science balbutiante.


                          On arrête de nous bassiner avec des certitudes, on arrête de jouer les Kmers Verts, avec des mesures de sûreté contre les écologistes, les vrais, je veux dire.
                          Et on demande à Mme Lepage de bien vouloir remballer son fichier des climatosceptiques. Les vrais écologistes devraient se balader avec une étoile verte ? C’est quoi, ces conneries ?

                          Il existe des pollutions, elles, parfaitement identifiables et quantifiables, dans l’eau ; dans les terres agricoles ; dans la nourriture ; les plastiques dans les océans et la chaîne alimentaire ; les produits répandus qui font crever les abeilles ; et le diesel pour faire plaisir à Calvet de chez Peugeot etc.
                          En 1980, le diésel, c’était 3% des véhicules, grâce à Calvet et à Mitterrand, c’est passé à 60%.
                          On nous prend pour des truffes. Voilà, je m’arrête, je sens que je vais m’énerver.

                        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 novembre 2015 06:07

                          @izarn
                          Il n’y a pas réchauffement, mais ce ne sont pas les pollutions qui manquent !


                        • files_walQer 30 novembre 2015 08:26

                          @Fifi Brind_acier

                          C’est ce que prédisait Henrik Svensmark (le secret des nuages) à la fin de la vidéo relatant ses recherches scientifiques sur le réchauffement.


                        • JMBerniolles 30 novembre 2015 09:49

                          @Fifi Brind_acier

                          C’est à dire que les cycles solaires on peut les observer et d’ailleurs faire des corrélations avec les évolutions de la température terrestre. Ça marche ce qui n’est pas étonnant parce que le moteur principal c’est le chauffage, 340 w/m2 sur l’atmosphère , la variation des fuites thermiques est du troisième ordre qq w/m2. Ce que l’on ne maîtrise pas encore c’est la modélisation et le calcul de ces cycles solaires.


                        • files_walQer 30 novembre 2015 12:12

                          @Fifi Brind_acier
                          « Bonne nouvelle ! Vous ne grillerez pas dans un monde devenu un four à micro ondes, »


                          Malheureusement le linky sera la pour nous faire griller quand même.

                        • Croa Croa 29 novembre 2015 23:22

                          Article nul !
                          Hé bien si le CO2 c’est le problème !
                          ( Même si agir contre le CH4 est aussi nécessaire )
                          L’éducation à la sobriété c’est bien MAIS ÇA NE RÉPOND AUCUNEMENT À L’URGENCE car c’est aujourd’hui, toutes générations confondues, que nous devons changer ! 
                          Le vrai problème c’est que non seulement l’exemple venu d’en haut sans lequel rien ne se fera ne viendra pas, mais en plus c’est tout le contraire puisque ceux qui mènent le monde sont aussi ceux qui mènent des guerres pour le pétrole, ceux qui veulent accélérer les échanges internationaux et bétonner la planète. 
                           


                          • Dom66 Dom66 30 novembre 2015 00:55

                            @Croa

                            Mais non l’article n’est pas nul.

                            Je suis d’accord avec tout votre commentaire Je plussoie.

                            Je voudrais ajouter un petit quelque chose sur le sujet de l’avenir de la planète. Et dans ce domaine nous ne les entendons pas trop parler et pourtant…

                            Comme ancien plongeur je voudrais que avant toute chose le monde puisse

                            Sauver la mer ; source de vie.

                             

                            Regardez ici :

                            Le "7e continent de plastique Continent de déchets Entendez vous tout ce beau monde parler de la pollution de l’eau ? Non Un pps pour resumer.  En chine en Inde c’est kifkif. http://www.ppsmania.fr/reportages/la-pollution-en-chine.html Et ce genre de pollution ils en parlent ???  Non, du CO2 oui http://www.courrierinternational.com/article/2004/07/08/la-somalie-poubelle-de-l-europe


                          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 novembre 2015 06:26

                            @Dom66
                            Merci de votre commentaire ! Mais je crains que ce ne soit pas l’objet de la COP 21...


                            Le marché des quotas du CO2 est un juteux moyen de faire du profit et de frauder le fisc.
                            On comprend mieux l’intérêt des patrons qui s’intéresser de près au climat :
                             « Les activistes, c’est nous ! ». D’ailleurs la tonne de CO2 vient de passer de 7 à 30 euros.

                          • Alibaba007 Alibaba007 30 novembre 2015 18:18

                            @Fifi Brind_acier "Vous allez vous cailler ferme, mais rassurez-vous, les décisions sont déjà prises, la taxe carbone sur les carburants, le gaz et le fuel va augmenter de 6 milliards en 2016. Et la taxe sur l’électricité augmenter de 1,1 milliard. « 

                            En fait tout ça c’est de la com pour un business qui ne dit pas son nom...

                            On savait les multinationales en train d’acheter les sources d’eau potable, s’accaparer les ressources alimentaires et breveter le vivant...

                            Voici venu le temps de justifier une taxe sur le droit de respirer l’air !

                            Viendra prochainement la taxe pour le droit de vivre... mais là, on ne nous demandera rien. Seuls ceux qui pourront la payer resteront... les autres seront »tout bonnement« éliminés.
                             smiley

                            Quel monde de merde le gouvernement mondial est en train de nous mettre en place !!!

                            Sortons de l’Union Européenne, de l’OTAN, de l’EURO, Cassons le TAFTA, Libérons nous de cette dictature »molle" de nos dirigeants politiques et des médias sous l’influence des Banksters !

                            Devenons contagieux en nous nous entrainants à écrire notre propre constitution citoyenne, à faire des ateliers constituants pour contaminer et gripper le système actuel.

                            Boycottons également les produits des multinationales dès que possible. Notre pouvoir d’achat c’est notre droit de véto direct sur ces puissances maléfiques qui veulent nous asservir.

                             smiley Réveillons-nous !!! smiley


                          • izarn 30 novembre 2015 02:05

                            Oui, mais tout ça, c’est de l’écologie ? Quel rapport avec COP21 ?
                            Ce n’est pas le programme de n’importe quel gouvernement responsable ? Meme si les résultats sont moyens depuis 1945 ?
                            Dites tout de suite que COP21 c’est de l’arnaque pour divertir des vrais problèmes de l’humanité.
                            Ce serait bien plus simple...
                            Parcequ’avoir peur du CO2, c’est à mourir de rire.
                            Et ces charlots qui défilent sur la scène, cela vous fait quoi ?
                            Aprés avoir organisé le terrorisme, ca vous laisse froid ?


                            • Zip_N Zip_N 30 novembre 2015 07:16

                              Faut il des habits plus chaud pour économiser 2° ? pour diminuer la consommation d’énergie au nord et faire des économies, Il faudrait des vagues rafraichissantes de migrants qui aillent au sud (équateur, moyen orient..). Si ceux du sud viennent au nord c’est l’effet l’inverse qui se produit. Si il y a diminution de la consommation d’énergie, il y a une croissance diminuée : diminuer la vitesse, les moteurs, les logements à chauffer, les temps de transports à effectuer et par dela ceci, une démographie qui peut tripler en 150 ans. Avec la cop on aura les chiffres de consommation d’hier, ’d’aujourd’hui et ceux améliorés de demain par rapport à aujourd’hui.


                              • zygzornifle zygzornifle 30 novembre 2015 08:31

                                a Nice pour traverser la ville on a une moyenne de 50 feux tous au rouge bien entendu et on passe 2 a 4 passages de feux rouge vert avant d’arriver a l’intersection pareil dans toutes les grandes villes déjà que l’on synchronise tout cela au lieu de rester planté pendant des longues minutes moteur en marche avant de faire un saut de puce jusqu’à la prochaine intersection ......


                                • Croa Croa 30 novembre 2015 09:02

                                  À zygzornifle,
                                  S’il y a des feux rouges partout c’est parce qu’il y a trop de bagnoles !
                                  Évite de traverser Nice ou prend le tram smiley


                                • joletaxi 30 novembre 2015 11:15

                                  allons les gars, tout va bien, nous avons une fine équipe qui maîtrise, tout va bien je vous dis

                                  une autre analyse

                                  http://bishophill.squarespace.com/blog/2015/11/27/our-biggest-problem-is-poverty.html

                                  ‘Between 1981 and 2012, the number of people in absolute poverty declined by over a billion people worldwide as the rate of absolute poverty declined by almost three-quarters, from 54 percent to 15 percent. The vast majority of these reductions occurred in South and East Asia – think of India and China. What happened ? They got wealthier, because of economic growth fueled literally by fossil fuels

                                  mauvaise nouvelle pour la secte verte ça non ?
                                  mais je suis sur qu’avec une solide taxe carbone, une bonne série de réglements et de lois abscons( la dernière en date sur la répression de la soi-disant obsolescence programmée),des patates, bio, la courbe du chômage va tomber au sous sol, et le mont St Michel va redevenir une île sans que cela coûte un bras ?

                                  faut juste y croire, comme en religion quoi

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès