Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Corse : racket et mat !

Corse : racket et mat !

Etrange comme les catastrophes ou les indignités de toutes sortes suscitent une surabondance médiatique qui révèle comme une volupté amère devant le cours d’une société qui va aussi mal qu’on le pense ! On est confondu par l’évolution d’un monde qui ne décourage jamais même nos pronostics les plus sombres.

Pourtant, quand il y a de la lumière et de l’espoir, les médias, certes, acceptent d’en parler, mais du bout de l’esprit, avec réserve. Comme si c’était trop beau, trop rare. A garder sous cloche, précieusement, telle une merveilleuse et courageuse exception confirmant une règle désespérante.

Un événement récent en Corse a manifesté un formidable sursaut citoyen. En dehors du Parisien et du Figaro qui l’ont évoqué, il a eu peu d’écho.

Je veux modestement en faire plus et apporter ma pierre. Il n’est jamais trop tard pour célébrer un bel exemple humain.

Lucien Benvenuti, un restaurateur corse de Saint-Florent, a osé s’opposer à une tentative d’extorsion de fonds censée émaner d’indépendantistes lui réclamant 100 000 euros "pour soutenir le Front". Il a, dans le même mouvement de résistance, décidé de ne pas respecter la lâche et complaisante loi du silence en dénonçant cette vilénie. Même s’il a recueilli un large assentiment de ses compatriotes, il n’en demeure pas moins qu’aujourd’hui, il est menacé de mort, comme son épouse romancière, Marie Ferranti, et leur fille de 20 ans.

Est-il normal de se sentir si peu touché par une telle affaire qu’on la traite comme un fait divers ordinaire alors que, d’une part, elle est profondément dérogatoire à la mentalité corse dans ce qu’elle a de pire et que, d’autre part, elle illustre, pour le plus grand bonheur de la société française, l’évidence que des âmes trempées et des résolutions fortes surgissent quand il le faut, pour donner l’exemple ?

C’est d’ailleurs ce que nous dit Lucien Benvenuti lorsqu’il affirme "si on les attrape, nous irons jusqu’au procès. On ne lâchera pas. Pas maintenant. Pour l’exemple." J’espère que la police, dans son enquête, saura être à la hauteur de ce citoyen pas comme les autres.

Le président de la République a l’intention d’inviter, le 14 juillet, des personnalités remarquables. Qu’on veuille bien lui glisser à l’oreille les noms de Lucien Benvenuti et de cette mamie courageuse à laquelle j’ai consacré un billet, le 3 février 2007.

J’en serais heureux pour eux.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 9 juillet 2007 10:18

    La Corse est un pays fantastique et la Balagne et Saint-florent ,à la limite du désert des Agriates et un très joli village.

    J’aime bien la café « la terrasse ».

    Avant l’Euro,en terrasse ,le café était à 6 francs,moins cher qu’à Paris.

    Après l’Euro,les prix ont explosé partout en Corse.

    Il est vrai qu’il a toujours été difficile de comprendre les difficultés de la police ou la gendarmerie pour mener des enquêtes et la justice de faire son travail.

    Pourtant,le GIR existe et du boulôt ,en Corse il y en a beaucoup ,je suis près à m’engager dans le GIR CORSE,pour tout nettoyer,si le GIR embauche des informaticiens

    C’est pourtant pas compliqué !

    Quand aux « nationalistes »,généralement propriétaires d’hotels,de restaurants,de bateaux,de véhicules de luxes... et peut etre aussi ...inscrit aux RMI ?


    • masuyer masuyer 10 juillet 2007 21:31

      On signale que le GIR a tenté de contacter Lerma.

      Hélas ce dernier a raté l’appel occupé à écrire des conneries sur Avox


    • masuyer masuyer 10 juillet 2007 21:32

      « Après l’Euro,les prix ont explosé partout en Corse. »

      tant que ce n’est que les prix


    • Philippe Bilger Philippe Bilger 9 juillet 2007 11:24

      Merci pour votre commentaire et votre approbation.


    • haddock 9 juillet 2007 11:53

      La réaction de ce restaurateur est une exacte réponse à la bande de voyoux qui sévissent dans l’ Ile .

      Sous couvert de Front , de Libération etc... ce ne sont que de vulgaires bandits , lâches et anonymes , des forts-en-gueule-poules-mouillées .

      Vivementqu’ il goûtent l’ ombre des murs du pénitencier .


      • SANDRO FERRETTI SANDRO 9 juillet 2007 14:43

        à l’auteur : Je souscris pleinement à ce coup de projecteur sur un comportement rare et estimable ( « citoyen » serais-je tenté de dire, si le mot à la mode n’ét ait pas si galvaudé) Reste qu’il faudra apprécier cela sur la durée ( il y loin à un éventuel procès, et vous savez comme moi les revirements auxquels ils donnent souvent lieu en Corse et en Paca- amnésie soudaine de témions introuvables, retractations, etc)

        Je voudrais vous interpeller (ou pour rester modeste et courtois, « receuillir votre sentiment ») sur un fait d’actualité objet d’un de vos précédents billets : la présentation devant le Parlement du projet de loi contre la récidive. Ne treouvez-vous pas choquant les bancs quasi vides du Sénat vendredi pour le vote de ce texte qui touche pourtant à un sujet prégant pour les opinions publiques( la sécurité-, en alternance avec le chomage).

        15 sénateurs pour « discuter » ce texte, les « petits jeunes » punis et requis pour présenter 40 amendements en lieu et place des titulaires « régulièrement empéchés », comme on dit dans les Commissions Rogatoires.... N’est-ce pas pathétique ?

        Où est le changement de cette Chambre bleue horizon dont on nous vantés les mérites, la modernité et la rupture avec les vieux démons (dans le cas d’espèce, les relents d’huile solaire plus forts que les affaires du pays).

        N’est-il pas pathétique (ou dérisoire) qu’il ait fallu que ce soit Robert Badinter qui rende hommage à Rachida Dati( non pas sur le texte, qu’il combat naturellement), mais sur la symbolique de ce nouveau Garde des Sceaux( je ne parle pas du fait que ce soit une femme, c’est indifférent, ni méme qu’elle soit de la « minorité visible »-quel terme affreux !-, mais du fait que, pour première fois sous la Veme, ce soit un magistrat qui devienne Garde des Sceaux, ce qui, à priori, ne peut pas nuire (un exemple à suivre pour d’autres Ministères...)

        Bref, à l’heure où tout le monde a de « l’insécurité plein la bouche »-à bon droit du reste-, à l’heure où notre Président de la République avait en son temps décrété qu’à 135 Km/h au lieu de 130 nous étions de grands délinquants, à l’heure où sa circulaire de 2002 interdit tout « passe droit » concernant ces contravantions,n’est-on pas en droit d’attendre de notre honorable représentation Nationale (11 000 Euros/ mois tout de méme, hors frais de représentation et de secrétariat)qu’elle fasse preuve du minimum de présence décemment requise. On ne saurait leur demander d’étre spécialiste de tout, mais tout de méme, venir et appuyer sur le bouton de vote, est-ce trop demander ?

        Prévoyez vous un peu plus de « décence citoyenne »pour le passage devant l’Assemblée Nationale, où va-t-on encore voir se creuser se fossé de la méfiance viscérale du peuple envers ses « représentants », foyer de tous les populismes ? Merci d’avance de votre réponse.Ne croyez pas que ce post est hors sujet : ne voyez vous pas le parallélisme entre le sursaut de courage citoyen, rompant les omerta séculaires, que vous applaudissez à raison, et ce mépris séculaire persistant des deux chambres pour la chose publique ?


        • GRL GRL 9 juillet 2007 16:17

          Le problème de ce genre de racket vient surtout du fait qu’il existe depuis tres longtemps de maniere assez étendu et uniforme sur toute l’île ainsi que sur la Côte d’Azur et la Provence . C’est le système mafieux dont vous parlez là , tout simplement .

          Que quelqu’un lui résiste en ferait un exemple , mais si il se fait buter un jour au coin d’une rue , pendant ses vacances , loin de chez lui , et bien ce sera un exemple de connerie , désolé .

          Car ce qui résiste à cette pratique assez généralisée dans tout établissement ayant pignon sur rue , c’est nos gouvernements . Comment expliquez vous que depuis l’installation confortable de toutes les pegres successives que cette île comme cette côte ( qui est mon lieu de naissance ) lezs réseaux n’ont trouvé aucune résistance d’une part , mais a en quelques années , réussi à s’étendre de maniere tentaculaire ?

          Et pour cause , la méthode est toujours la même . Vous voulez ouvrir un établissement , un café sur la cote , un restaurant , il suffit que vous alliez deposer quelques papiers et commenciez les démarches administratives , pour qu’on vienne taper à votre porte , tres curieusement . Mais c’est connu de tous les locaux , ce que je vous dis là , et alors , on vous place , et on laisse , allez , un billard et un flipper dans votre café , la recette ne vous appartenant pas . L’année d’apres , si vous etes bénéficiaires , on vient vous demander plus , et celà termine en racket , alors que çà a commencé tout doux.

          Ceux qui refusent sont obligatoirement des gens qui savaient à l’avance , qui ont accepté de faire les premiers pas avec leurs racketteurs , mais pour qui , le jeu va un jour ... trop loin.

          Et tiens , à Toulon là où j’ai passé une vingtaine d’années , et bien une nuit , booom , un bar explose ou brûle . Deux mois apres , un autre ouvre. Voilà , c’est généralement un type qui a refusé de payer .

          Alors attention , la résistance au rackett d’un homme seul serait belle si elle rejoignait une attitude gouvernementale cohérente face à ce problème. Mais il n’en est rien , et comme il n’en est rien , celui qui resiste un peu trop , ou pire , qui menace de remuer le baton dans la m.... du milieu , lui , risque sa vie , rien de moins .

          Que doit il penser , lui , resister ainsi tout en sachant que l’organisation , le milieu , profite d’une impunité quasi infaillible depuis plus de trente ans ?

          Pour ma part , je trouve que seuls les juges italiens avaient eu du courage à l’époque ou ils ont mis la pagaille dans le milieu mafieux au risque de leur vie. Chez nous point de ceci. Et l’on parle de rackett au profit du front ... Mais quel front , ce FLNC là n’est qu’un masque , ce masque c’est celui du trafic de l’île. Mais celà , personne ne s’y attaquera , et vous savez ce qu’on dit lorsque personne ne bouge devant le trafic , ... c’est que chacun doit y trouver son compte ... mais ce n’est qu’une rumeur populaire me direz vous .

          Enfin , le bel exemple dont vous parlez sera pour moi , un « bel exemple » , si le gars reste en vie , et si il stimule la justice à AGIR ...

          Au delà de çà , connaissant bien les habitudes de ces coins là de France , permettez moi de douter de la portée de son geste en termes de repercussions sur le milieu , par contre , il est fort probable qu’il va etre severement emmerdé.

          Comme quoi , sans l’appui de la justice , on s’écrase bien vite devant le banditisme , et si ce que je dis était faux , la mafia n’aurait jamais pu s’installer comme elle l’a fait , envahir ma régiion natale , ponctionnant chaque boîte , chaque établissement su toute la cote méditerannéenne ...

          Qu’en pensez vous ?


          • Reinette Reinette 9 juillet 2007 17:46

            La lecture des rapports de l’Observatoire international des prisons (OIP) sur les conditions de détention en France a de quoi vous mettre le coeur entre les dents. Jamais l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme (« Nul ne peut être soumis à la torture ni à des peines ou traitements inhumains ou dégradants ») n’aura autant servi d’essuie-mains depuis que la bande à Sarkozy gère les destinées du pays, la cadence s’est emballée.

            Elle avait déjà pris un bon rythme au temps de la gauche jospiniâtre, mais là, c’est de l’extrême : octroi de 10 milliards d’euros entre 2002 et 2007 pour les flics et la justice, accompagné d’une surenchère sécuritaire qui, note le rapport, débouche sur « l’élargissement du recours à l’emprisonnement », « l’aggravation des peines » et un « durcissement des dispositions sur la détention provisoire ».

            Résultat, une surpopulation record en milieu carcéral. Le taux d’occupation, de 125,4 % en moyenne, atteint ou dépasse les 200 % dans de nombreux établissements. Pour absorber le trop-plein, l’équipe dirigeante a entamé la construction de 13 200 nouvelles cages semi-privées.

            (Au fait, il est où BEDIER ?)

            Lorsque celles-ci seront engorgées à leur tour, on fera quoi ? Une batterie de volières géantes ?

            (En prison, les repas sont confiés à une entreprise privée, qui gère le plus souvent les cantines et le travail pour les prisonniers. En ne leur donnant pas assez à manger, on les oblige à travailler pour cette même entreprise pour des salaires de misère qui ne dépassent généralement pas 0,50 euro de l’heure, afin de pouvoir acheter à cette même entreprise des produits alimentaires vendus à des prix supérieurs du double à ceux pratiqués à l’extérieur - Certes, il y a d’autres possibilités pour survivre : la prostitution, le racket et le deal, celui-ci étant parfois organisé par les porte-clés eux-mêmes.)

            ...Quant à se faire soigner, dehors, comme Papon-le-Préfet, pas la peine d’y penser...


            • haddock 9 juillet 2007 17:56

              Reinette ,

              Le restaurateur corse serait content de lire votre commentaire .


              • masuyer masuyer 9 juillet 2007 20:33

                Haddock,

                à la décharge de Reinette, je crois qu’il s’agit d’une erreur de manipulation, ce post était destiné à un autre article

                http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=26584

                là il est à sa place.

                Je dirais même plus.... smiley


              • haddock 9 juillet 2007 20:49

                Dans ce cas , désolé pour Reinette .

                Nestor , un drink pour l’ ami Masuyer smiley

                Dupond , je dirai même plus smiley


                • lyago2003 lyago2003 9 juillet 2007 21:29

                  En accord total avec l’analyse de GLR quant aux juges Italiens il faut leur rendre hommage tel Mr FALCONE ! Le juge Giovanni Falcone a passé onze années de sa vie, enfermé dans un bureau-bunker du Palais de justice de Palerme. Il est la figure emblêmatique de la lutte anti-mafia. Pour combattre efficacement Cosa Nostra, il lui a fallu d’abord la comprendre « de l’intérieur », découvrir le sens de chaque mot, de chaque geste, le rapporter à ce tout d’une implacable rationalité que constitue le monde mafieux.

                  Falcone avait mis au jour les modes de fonctionnement, les valeurs, les finalités, les codes de langage de Cosa Nostra.

                  Il est devenu l’ennemi numéro un de la mafia. Un combattant légendaire qui revendiquait être un simple serviteur de l’Etat en terre infidèle.

                  J’ajoute que la Corse est parmi une des plus belles îles parmi celles que j’ai pù visiter et que le peuple corse dans sa grande majorité désaprouve les agissements des mafieux mais ne pouvant pas s’exprimer soit par peur des représailles soit malheureusement avec la coutume ancestrale de l’omerta qui perdure et qui est pour tout corse sacré.


                  • haddock 10 juillet 2007 07:56

                    Les vrais gangsters , Mémé Guérini et frères , s’ avancaient à visage découvert , et ne se cachaient pas derrière l’ indépendantisme pour leurs activités illégales .

                    On pourrait croire que ce mot a été inventé pour commettre holds-up , rackets , et autres félonies .


                    • JL JL 11 juillet 2007 11:43

                      Bravo pour cet article. Vous écrivez «  »Le président de la République a l’intention d’inviter, le 14 juillet, des personnalités remarquables. Qu’on veuille bien lui glisser à l’oreille les noms de Lucien Benvenuti et de cette mamie courageuse.«  »

                      Lui glisser à l’oreille ? Que non ! lui crier aux oreilles, oui !

                      La vie de cet homme est en danger, pour l’exemple. A ce titre, et pour l’exemple aussi, le président de la république ne peut pas ne pas donner une signe fort : il doit l’inviter. Ainsi il montrera clairement de quel coté il se place : du coté des victimes ou du coté des mafieux.

                      C’est une chance qui lui est donnée ici, de faire plus que promettre. Mais ce sera aussi une chance pour la gauche, s’il ne la saisit pas.

                      Mr Sarkozy montrera clairement ce 14 juillet quel est son camp.


                      • GRL GRL 11 juillet 2007 15:42

                        Ok , j’ai compris la dérision apres coup , désolé .

                        Bon , pour Sartène , tres honnetement , je vais vous dire , mon pote , un breton calme , un colosse du style « qui dit pas un mot » à vraiment failli mourir là bas . Pour ma part , j’ai du quitter l’île comme un voleur . Pourquoi ? Simple , lui comme moi ( et ce sont nos histoires qui nous ont rapprochés ) on avait rencontré ... une femme qui nous plaisait ... et à qui on plaisait ( on se connaissait pas à l’époque , ce sont deux histoires differentes ) mais son histoire comme la mienne ont mal fini. Moi j’ai du quitter la région immédiatement sous les menaces d’un pere déchainé, mais lui , il s’est fait coincer et tabasser gravement dans un bar de Sartene par des types qui n’aimaient pas qu’on sourient aux filles du pays.

                        Puis de là , on est venus à s’interesser à ... « ou passer l’hiver en Corse quand on est continental » . Et bon , les gens avec qui on pouvait parler , même ailleurs , à Bastia , à Moriani , nous ont déconseillé de passer l’hiver à Sartène du fait qu’on était continentaux . Malgré tout , la vie est tres différente en Corse , une fois que les touristes sont partis. Par contre , c’est bon , j’ai pas dit qu’on égorgeait les enfants dans les rues , faut pas déconner non plus.

                        A contrario tiens , à Moriani , j’ai oublié un soir , des instruments de musique et du materiel de spectacle sur le capot de la voiture , garée en ville. Toute la soirée s’est passée sans que je ne pense à retourner à la voiture , et quand j’y suis finalement retourné , tout était là , absolument tout. Pourtant , il y avait beaucoup de passage. Et çà , pour moi , c’est vraiment propre à la Corse ( enfin , en France , je ne l’ai pas vu ailleurs) , si l’on parle d’honneteté. Parce dans beaucoup d’autres endroits ailleurs , tout aurait été embarqué 5 mn apres que j’ai passé la rue.

                        Pour ce qui est de la manif , ce n’est pas le fait qu’elle ait été violente qui m’a déçu , ce sont les panneaux , « les français dehors » , çà c’était triste pour moi , dont les origines ne sont pas Corses mais qui ai , comme on peut dire le cul assis entre plusieurs chaises de la Méditerranéee.

                        Mes amitiés et désolé pour la confusion. GRL


                        • lilly 17 août 2007 12:50

                          cela ne m’étonne pas pour les menaces de mort !! j’en ai eu moi même par internet ! des jeunes nationalistes ont réussi à trouver par l’intermédiaire de mon ancien email, mon adresse et mes sites personnels. Après discussion sur leur sempiternelle indépendance, et contrariés, ils m’ont carrément envoyé des menaces de mort, après leur avoir dit que l’indépendance ce n’était pas pour demain et que , n’étant pas corse, cela ne me concernait pas. Leur venin ne s’est pas fait attendre ! ils nous traitent de gaulois racistes.... mais qu’ils se regardent.

                          J’apporte tout mon soutien à Lucien, que j’ai connu en vacances il y a deux ans. c’est un gars qui pense surtout à son boulot de restaurateur et qui aime le tourisme. Oui, qu’on nous débarrasse d’une bande de petits vauriens qui font« mumuse », qui ont été embrigadés par des plus durs, c’est ça le pire

                          Lucien, tient bon

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès