Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Coup de blouse à Béziers

Coup de blouse à Béziers

Le nouveau maire de Béziers, Robert Ménard en l’occurrence, apparenté au Front National, s’est mis en tête de faire plonger sa ville plusieurs dizaines d’années en arrière, en proposant à tous les écoliers les blouses chères à Pétain, et au gouvernement de Vichy de la France collaborationniste. lien

Nous revoilà donc retombés dans les temps anciens, alors que sévissaient encore l’ardoise, le plumier, les pupitres en bois, avec leurs petits encriers en porcelaine, et la plume sergent major. lien

Les filles et les garçons de l’époque étudiaient séparément, écrivant à la plume avec des pleins et des déliés, utilisant des buvards pour éviter les taches d’encre, et lorsqu’ils avaient bien travaillé, ils avaient des bons points, et des billets d’honneur.

A la fin de l’année, on donnait à chaque élève du savon et de l’encaustique afin de redonner aux pupitres un aspect acceptable pour la rentrée d’automne.

Par contre celui qui avait un cahier mal tenu faisait jusqu’à 20 tours de cour avec son cartable sur le dos, et avaient droit aux coups de règle sur les doigts, voire au bonnet d’âne et mis au coin de la classe…des pistes que Robert Ménard pourrait être tenté d’explorer. lien

On s’interroge avec curiosité sur la suite du programme biterrois, car après avoir instauré un couvre feu discriminatoire, puisque limité à un quartier de la ville considéré comme étant « coloré », et interdisant que l’on puisse faire sécher son linge aux fenêtres dans certains quartiers, va-t-il bientôt imposer le port du béret, ou le verre de lait tous les matins, après s’être entrainé à entonner la Marseillaise ?

Il s’agirait, selon lui, de mettre en place « un élément d’égalité au sein de l’école  », argument que certains considère comme « cousu de fil blanc », car le port de la blouse n’étant pas obligatoire, ceux qui ne voudront pas la porter seront forcément les « mauvais élèves » de la société. lien

Mais Ménard ne veut qu’y voir un hymne à l’école de la 3ème république…sauf que dans les pays dont les écoles privées obligent le port de la blouse, elle est suivie généralement par le port de l’uniforme.

Changeons de sujet, mais pas de ville.

Jamais à court d’imagination, le nouveau maire de Béziers a pris une décision assez contradictoire avec celle de son confrère FN de Beaucaire, Julien Sanchez, lequel s’était engagé officiellement à faire cesser la barbarie des corridas, tout comme l’autre maire FN de Fréjus, David Rachline lequel n’avait fait rien d’autre que de maintenir la décision de son prédécesseur, Elie Brun. lien

Sanchez a quand même maintenu les courses à la cocarde, appelées courses camarguaises, les taureaux dans les rues, les abrivados, les encierros, et les rencontres équestres. lien

Ajoutons qu’un certain flou plane encore à Fréjus puisque Claire Starozinski, présidence de l’alliance anti-corrida, n’est pas totalement convaincue qu’il en soit fini avec la souffrance animale. lien

En tout cas, Robert Ménard prend le chemin inverse.

Il a pris un arrêté qui ne permettra pas aux anti-corridas de manifester dans un périmètre tout autour des arènes, mais assurant avec mansuétude qu’ils pourront manifester autant qu’ils le voudront, mais ailleurs. lien

Le sujet ne fait de toute façon pas l’unanimité puisque dans les rangs du FN, Gilbert Collard ne veut voir dans la corrida qu’une « danse sublime entre la vie et la mort  » appelant au « respect des traditions »…

Ceci dit le clivage existe aussi à gauche puisque François Hollande ne « conteste pas que la tauromachie soit une partie intégrante de la culture méridionale au même titre que la gastronomie ou le parler local »…(les gastronomes apprécieront) et chacun sait que son premier ministre est convaincu que «  la corrida est une culture à préserver  ». lien

Mais revenons à nos chères blouses d’écolier.

L’initiative de Ménard n’est pas une nouveauté, car déjà, sous le quinquennat précédent, une quarantaine d’écoles primaires privées avaient remis au gout du jour le port obligatoire de la blouse, justifiant qu’il s’agissait « d’atténuer les différences sociales entre les élèves ». lien

Par exemple, à l’école des Sarments, à Perpignan, 5 semaines après la rentrée 2012, le port obligatoire de la blouse était accompagné d’autres mesures : les maitres se devant d’être vouvoyés, stylo feutre ou à bille étant remplacés par des stylos encre, le calcul mental faisant son grand retour, les écoliers se devant d’apprendre une poésie par semaine, et de chanter « coucou hibou » ou « colchique dans les près ». lien

Des choix que Robert Ménard serait peut-être tenté d’appliquer aux élèves biterrois ?

En tout cas à droite, l’idée fait son chemin.

François Fillon, lors des présidentielles de 2012 s’était exprimé au sujet de ces blouses se déclarant favorable au port d’un uniforme commun dans chaque établissement scolaire. lien

D’ailleurs l’UMP dès 2010 défendait « la blouse ou la tenue correcte exigée ». lien

On le voit, les décisions du maire de Béziers sont en phase avec celles prises à droite au plus haut niveau de l’état.

Les partisans de la blouse, ou de l’uniforme à l’école, se réfèrent entre autres aux traditions scolaires japonaises, où l’on sait que les écolières portent jupettes très courtes, et chaussettes blanches montantes, ces tenues qui ne sont pas sans produire des émotions torrides chez quelques humains en manque d’érotisme, et allant jusqu’à provoquer de la prostitution dans le milieu étudiant. lien

Il n’est pas inutile de rappeler que ces fameuses blouses avaient été mises au placard à la suite des évènements de mai 68.

Alors, allons-nous assister au retour de l’uniforme en milieu scolaire ?

Restons dans l’humour : les amateurs de presse parodique vont être comblés, puisque NordPresse (infaux) affirme que le port de la puce électronique serait obligatoire dans les collèges à partir de septembre prochain. lien

Elle permettra de donner des informations sur l’étudiant, (date de naissance, préférences sexuelles, nom, prénom, type de sang…) et sera équipée d’un émetteur GPS qui permettra de localiser l’intéressé à quelques millimètres près.

Au moment où les étudiants sont en train de tenter de passer le Bac, alors que la SNCF est en grève, ça permettrait au moins de vérifier le périple complexe parcouru par l'éventuel futur bachelier.

Pourtant ce scénario de fiction n’est peut-être pas si éloigné de la réalité, d’autant que Manuel Valls aurait déclaré : « l’efficacité de cette puce n’est plus à démontrer. Il faut se rendre à l’évidence, cette technologie est indispensable dans de nombreux domaines comme la lutte contre le terrorisme… ». lien

Cette puce, (photo) de la taille d’un gros grain de riz (3 mm de long), d’une vie quasi illimitée, est conçue par la société américaine Verichip, filiale d’IBM, a aujourd’hui les moyens financiers et techniques d’inonder le marché mondial. lien

Pour la petite histoire, s’il faut en croire le journaliste américain Edwin Black, IBM devrait en grande partie sa fortune à la dernière guerre mondiale : la célèbre entreprise aurait aidée Hitler à mettre en place les moyens administratifs et techniques qui permettaient de ficher la population, surtout celle qu’il voulait exterminer, en utilisant les machines à cartes perforées Hollerith. lien

Mais revenons à la puce électronique : alors que précédemment, on pouvait se limiter au seul tatouage (lien), son implantation est obligatoire depuis le mois de juillet 2011 pour nos animaux de compagnie, lors de voyages, avec comme argument massue qu’elle facilitera la récupération de l’animal en cas de vol. lien

En tout cas, pour nos chiens et nos chats, elle n’est pas sans dangers, puisque certains sont convaincus que cela pourrait provoquer des tumeurs cancéreuses. lien

Sera-t-elle un jour implantée sous la peau des sportifs, permettant de contrôler leur santé, leur rythme cardiaque ? lien

En tout cas, il existe déjà de par le monde des applications sur les humains. lien

Récemment, sous la pression de l’Allemagne, de l’Italie et de la France, la puce électronique est déjà décidée par l’Union Européenne  : elle est présente sur les passeports européens afin de les rendre plus « efficaces ». lien

Elle est aussi adoptée depuis le 19 janvier 2013 pour le permis de conduire européen. lien

A y regarder de plus près, cette puce est déjà présente un peu partout dans notre petit monde technologique : on la trouve dans nos ordi, nos tablettes, nos téléphones portable, certains appareils ménagers, le GPS, etc. lien

Elle équipe déjà les permis de travail des travailleurs étrangers, et elle est au programme des cartes d’identités électroniques sécurisées.

Un jour pourra-t-elle renseigner nos différents dirigeants sur nos options politiques, l’état de notre compte en banque, notre suivi médical, nos choix de consommateurs, voire nos transactions sur internet ?

1984, et son « big brother » de Georges Orwell, n’est pas si loin. lien

Le citoyen lambda va-t-il continuer d’accepter sans réagir cet étrange monde qui lui est proposé ?

L’avenir nous le dira.

Comme dit mon vieil ami africain (ainsi que Frédéric Dard) : « plus le maitre est con, plus le chien est fidèle ».

L’image illustrant l’article vient de « ecole.autrefois.over-blog.fr »

Merci aux internautes de leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

Les cocus de la démocratie

Le caillou dans la chaussure

Cette Europe de tous nos malheurs

Le diable s’habille en Tafta

L’infiniment petit est-il infiniment dangereux

Ecole privée ou privé d’école ?

Des puces qui dérangent

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.38/5   (78 votes)




Réagissez à l'article

188 réactions à cet article    


  • gaijin gaijin 17 juin 2014 08:42

    salut olivier
    entre ceux qui veulent revenir aux cauchemars et du passé et ceux qui préparent les cauchemars du futur le présent paraît bien sombre ................


    • olivier cabanel olivier cabanel 17 juin 2014 11:41

      bonjour Gaijin

      bien résumé !
       smiley

    • Julien30 Julien30 17 juin 2014 13:02

      « entre ceux qui veulent revenir aux cauchemars et du passé et ceux qui préparent les cauchemars du futur le présent paraît bien sombre »

       

      C’est beau comme du BHL...


    • soi même 17 juin 2014 13:11

      Julien30 , encore une fois les pieds dans le plat, heureusement que tu n’aimes pas la publicité gratuite, car tu vas êtes servie !
       smiley
        


    • KravM KravM 18 juin 2014 18:38

      ça ne veut rien dire...de la réflexion politique de lycéen qui n’a pas les moyens de se mouiller...oui Julien30, et même du sous bhl !


    • Claudius Claudius 17 juin 2014 08:55

      Bonjour l’auteur


      Vous êtes l’un de ces conformistes rugissants qui, sans relâche, traque, sous les multiples oripeaux dont on l’affuble, l’immortel maréchal Pétain ..

      Vous avez une bien bonne conscience Cabanel, encore meilleure que celle des notables du musée de Bouville dans La Nausée

      Vous êtes banché vous, c’est à dire bien dans le rang ..

      • Patrick Samba Patrick Samba 17 juin 2014 10:01

        Hi !

        ainsi Olivier traquerait le Maréchal, tandis que vous en auriez une certaine nostalgie. C’est bien ça ? Parce que c’est assez difficile de vous suivre, vous cultivez l’ambiguité, qui finit par ne plus être très ambigue malheureusement....


      • olivier cabanel olivier cabanel 17 juin 2014 11:43

        claudius

        c’est la meilleure nouvelle de la journée.
        depuis très longtemps, on m’a toujours qualifié d’anticonformiste...
        me voila donc rassuré.
        merci.
         smiley

      • KravM KravM 18 juin 2014 18:42

        un anticonformiste n’est, après tout, qu’un conformiste qui ne s’aime pas...assez cohérent avec le gauchisme ethnomaso que vous donnez à contempler.


      • claude-michel claude-michel 17 juin 2014 09:00

        bof...en Angleterre l’uniforme est de rigueur dans les écoles...ils ne sont pas pour ça pétainiste.. ?
        J’crois que l’auteur à un coup de « BLOUSE » envers le FN...rendez vous compte...25%...insoutenable.. ?


        • olivier cabanel olivier cabanel 17 juin 2014 11:44

          claude-michel

          moi, un coup de blues ?
          j’adore le blues.
          sinon, au sujet de ménard, et des autres, je ne fais qu’un simple constat, rien de plus.
          mais apparemment, il y a des réalités qui vous dérangent ?
           smiley

        • claude-michel claude-michel 17 juin 2014 12:01

          Par olivier cabanel...Désolé mais c’est vous qui avait une obsession avec le FN...vous en faites même un article...Moi je n’en ais aucun... !


        • olivier cabanel olivier cabanel 17 juin 2014 13:42

          claude michel

          si vous aviez lu attentivement l’article vous auriez découvert que le fn n’était pas le seul concerné, mais vous avez une lecture partisane, tout comme votre jugement, 
          enfin, c’est seulement votre problème.
          le ciel vous tienne en joie.
           smiley

        • Gabriel Gabriel 17 juin 2014 09:12

          Bonjour Olivier,

          A l’heure ou la société de consommation s’affiche jusque dans les écoles, faire porter une blouse à tous les élèves d’un même établissement peut éviter l’étalage des disparités sociales et ainsi permettre de sauvegarder un peu de cette égalité devant l’apprentissage de la connaissance. Beaucoup de pays ont adopté se principe blouse ou uniforme et ce n’est pas pour cela qu’ils sont de tendance pétainiste.


          • olivier cabanel olivier cabanel 17 juin 2014 11:47

            Gabriel

            pas d’accord, mais alors pas du tout !
            c’est l’uniformité qui est en question... tous le meme habit ! 
            marcher au pas, très peu pour moi.
            mais si ça peut vous rassurer, grand bien vous fasse.
            au contraire ce qui est beau, c’est la diversité des gouts, des habits, des couleurs de peau, 
            enfin, ce n’est que mon modeste avis.
             smiley

          • soi même 17 juin 2014 11:57

            @ Gabriel, ce qui est paradoxale dans ce que dénonce Olivier, C’est que les communismes aimaient aussi beaucoup les uniformes.
            A tel point, que toute la société étaient uniforme, uniforme pour aller à l’école, uniforme pour être pionnier, uniforme à l’armée, uniforme pour aller au turbin !
            C’est fou, comme la gauche a aimer l’uniforme, il aimait aussi l’uniforme de la pensé avec leurs cours de dialectique, cela doit sans doute être le pendant des grands nuits de Nuremberg ?
            Les extrême finissent toujours par ce rejoindre !
            Celui que tu déteste le plus, tu finies par aimer ses idées, et pourtant au combien tu le détestes !

             


          • Julien30 Julien30 17 juin 2014 13:05

            c’est la diversité des gouts, des habits,.."

             

            Au-dessus on avait du BHL, là on a du united colors of benneton avec Cabanel. Ouais diversité des habits super, donc des marques, Nike ou Reebok, H&M ou Celio ? Faites votre choix, avec vos slogans de publicitaire comme vision du monde vous êtes au poil Olivier.


          • barrere 17 juin 2014 17:59

            pourquoi la couleur de peau ?
             on ne va plus la voir ? les filles en burka ?


          • KravM KravM 18 juin 2014 18:49

            Cabanel n’est après tout que le très classique représentant de cet extrême gauche blousée qui par manque de réelle sincérité et pudeur d’ado face au groupe, est devenue l’idiot utile du mondialisme mercantile !


          • KravM KravM 18 juin 2014 18:51

            ...cette...


          • cevennevive cevennevive 17 juin 2014 09:44

            Bonjour Olivier,


            Là, je ne vous suis pas.

            Rien à voir avec le FN bien sûr, vous l’aurez compris. Non, il s’agit uniquement de l’uniforme des écoliers.

            Point n’est besoin d’un uniforme à la Mao ou d’une blouse grise...

            J’ai voyagé et séjourné dans quelques Pays démocratiques (States, île Maurice, Italie, etc), et la vue des petits écoliers sortant des cars, avec des uniformes jaunes pour les filles, bleu clair pour les garçons m’a plutôt réjoui. Tous sont vêtus de la même façon et l’on n’aperçoit pas les différences sociales.

            Il faut reconnaître aussi que les jeunes filles de 12 ou 13 ans, victimes d’une mode souvent inepte et laide, ne donnent guère un tableau décent parfois.

            Personnellement, je crois qu’un uniforme plaisant et gai serait bien plus apte à gommer ces différences, qu’elles soient sociales, géographiques ou empreintes de snobisme.

            Allez, bonne journée Olivier !


            • olivier cabanel olivier cabanel 17 juin 2014 11:48

              cevenevive

              désolé, je ne partage pas cet avis,
              c’est l’uniformité qui est en question...
              une école qui marche au pas... très peu pour moi.
              vive la diversité, qu’elle soit dans l’habillement, ou dans la manière d’apprendre.
              la liberté, c’est ça que j’aime.
               smiley

            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 juin 2014 12:36

              Allez Olivier, encore un petit coup de « FN épouvantail », pour essayer de redorer le blason des Verts et autres Partis européistes en perdition !
              Mitterrand l’a fait, autant utiliser le filon, sur un sujet absolument essentiel, les blouses à Montpellier.

              La question d’actualité serait plutôt : comment empêcher les citoyens de se rendre compte que la Commission européenne veut en finir avec le droit du travail, les services publics, la santé, les CDI, le SMIC.... etc ??

              Comment faire ? Réponse : en parlant de foot, de foot, de foot, et du FN !

              Et en leur cachant le plus longtemps possible la publication des GOPE, Grandes Orientations de Politique Economiques, par la Commission européenne. qui vont s’appliquer aux 28 pays pour 2014/2015.


            • eric 17 juin 2014 09:55

              Enfin ! Enfin il est reconnu que le régime Pétain est a bien des égards l’aboutissement de la troisième république Radicale Socialiste. (tient, allez voir les textes Front Popu et Vichyste sur les tziganes par exemple...)

              Ce n’est pas trop tôt !

              Mais ici, on trouve l’enthousiasme des nouveaux convertis, prêt a « brûler ce qu’ils ont adore et adorer ce qu’ils ont brûlé ». Jeter l’opprobre sur Jules ferry et Ferdinand Buisson comme sur Abel Bonnard, sur Leo Lagrange en même temps que sur les chantiers de jeunesse, n’est ce pas aller un peu vite en besogne ?

              Oui ! L’ensemble des instits. syndique a gauche a fait chanter « Maréchal nous voila a ses élèves » avec ferveur, et il y a eu très peu de démissions.
              De la a sacrifier en expiation, toutes les racines historiques de la gauche enseignante, je trouve que cela va un peu loin.

              « Honore ton père et ta mère » ( Deutéronome 5:16)
              On ne nous dit pas de les « aimer », mais de les respecter. L’enseignement ici, c’est que pour le meilleur et pour le pire, ils sont une partie de nous même. C’est cohérent avec « tu aimeras ton prochain comme toi même ». Comment aimer les autres si on ne parvient pas a s’aimer soi ? Et comment s’aimer si on déteste ses origines ?
              Adhérer a des idées de gauche s’analyse décidément comme une forme de haine de soi.

              Nous n’avons pas finit de voir fleurir sur les chantier d’école, des panneaux nous rappelant que « certes, elle n’existait pas a l’époque, mais que si elle avait existe, les instit auraient certainement livre eux aussi leurs élèves juifs au régime radical socialiste de Pétain », dont la principal caractéristique fut d’avoir été élu par l’assemblée née du Front Populaire et d’être peuplé a peu prêt exclusivement de gens issus des différentes gauches.

              Il faut en finir avec cette obsession des gauches d’expier leurs fautes sur le dos des autres.
              Revenir ici et maintenant. Au reel.
              Faire de l’histoire.

              La blouse, c’était certes un signe d’égalité donc de fraternité. De liberté aussi, par rapport aux apparence vestimentaire et aux modes d’ultra consommation. Mais aussi de pauvreté. On avait peu de fringues et il fallait les protéger. A l’heure ou le pouvoir socialiste redistribue notre argent a la classe moyenne supérieure en allégeant les impôts sur le revenu qui ne sont payes que par la moitie la plus riche des ménages, les familles pauvres en voie de paupérisation pourraient apprécier cette mesure.


              • eric 17 juin 2014 11:00

                J’ajoute qu’alors que des générations d’instits socialocommunistes nous ont bourré le crane avec « le Château de leur Père, la Gloire de leur Mère et le salsifis de leur tante », leurs petits enfants vont avoir du mal a nous associer a ce « meurtre du père » qui devrait leur permettre de dépasser leur œdipe...
                Parce que nous, on a écouté en classe.
                Ce n’est visiblement pas leur cas.
                Ils ont tout oublie des difficultés vestimentaires de « La guerre des boutons ». Et pourtant, on en parle, dans ce roman édifiant, des blouses, des fringues, et des branlées que se prennent les enfants de prolo quand ils ont abîmés leurs trop précieux et trop rares vêtements...
                Ah ! Ces gens ont décidément la mémoire courte, la mixité sociale limitée et la dent dure pour les pauvres...


              • vieux grincheux 18 juin 2014 20:10

                @Eric


                dieu est mort en 1905 quand une simple particule est passé par deux trous à la fois.....l’ ubiquité, attribut divin ? ciao la mascarade !!! aux pives les (mauvaises) histoires de SF du Livre, commun aux 3 religions dont les mains degoulinent de sang...

                Tu le vois, ce sang, Eric ? Tu sens son odeur de fer qui commence à rouiller ? Regardes bien Eric ! regardes ce que tu cautionnes avec ton Deutéronome à la noix....tes citations de Béotien qui se voudrait Sycophante et parlant de la « Gôche » qui plus est, l’ invention de la Bourgeoisie pour « défendre les prolos » si ignorants, tout en leur refusant toute représentation.

                Va-t-en réfuter les 12 preuves de l’ Inexistence de dieu de Sebastien Faure qui les tient de Voltaire qui les tenait du Curé Meslier...et oui....

                Aprés tu viendras citer tes âneries de paroissien confit d’ eau bénite, en public et tu comprendras pourquoi (peut-être) c ’ est une ALIENATION d’ adorer un type SOUFFRANT SUR UNE CROIX......

                le péché ? est-il en fonction d’ onde ? car pour l’ instant, tel un électron ,zoneper n’ a pu en prendre une photo....

                Et pour qu’ il n y ait aucune ambiguité, voici un aphorisme sans péril pour s’ EMANCIPER de tes stéréotypes et coquecigrues aussi sottes que grenues :

                « La liberté de chacunE n ’existe que si elle étend celle de l’ Autre à l’ Infini »

                Gépi ? c ’est de M.B.

                VG

              • eric 20 juin 2014 08:26

                A vieux grincheux : Qu’est ce que l’existence ou la non existence de Dieu a a voir la dedans ? Vous avez des obsessions ?
                Ici, il est questions d’une habitude vestimentaire qui dura une bonne partie de deux Républiques au moins, dans les milieux qui sont la base de toutes les gauches. Leur vocation était essentiellement de préserver les vêtements « civils » des gamins« ( voir com : la Gurerre des Boutons).

                On nous les présente désormais, au choix, et en provenance des mêmes milieux soit comme un signe de Vichysme, soit comme une »avancée nécessaire a l’égalité apparente sur les plan sociaux et/ou sociétaux« ( théorie des genres). Et je n’invente rien. Depuis la parution de cet article, la proviseuse du Lycée public Fermat a Toulouse a entame une consultation des parents sous ces auspices.....

                Au lieu de vous passionner pour les ratiocination d’un missionnaire catholique contrarie, je vous invite a revoir votre programme d’histoire. Ou alors je n’ai pas bien compris votre commentaire. C’est la »bourgeoisie« du premier siècle qui a invente le sang du christ, Ou celle du VI eme siècle avant, celle qui a collationne le Deutéronome qui a cherche a aliéner le prolo ? Et si Marx était un petit bourgeois vivant aux crochets de l’industrie, et donc de l’exploitation du prolétariat, a travers Engels, est ce que cela change quelque chose a l’intérêt de ses écrits ? Je pense entre autre a ses définitions de ce qu’est la bourgeoisie et aux conditions de son apparition.

                Dans les mêmes textes, il y a tu ne tueras point, j’ai déjà pu constater dans notre histoire qu’effectivement les gens de votre type on une certaine tendance a s’émanciper de ces coquecigrue d’un autre age, soit dans le réel soit sur le plan symbolique.

                Et puis, bon je ne vais pas vous faire un cours sur les fonction discontinues non dérivables. Mais votre délire mystique de »liberté infinie" de l’autre est parfaitement inhumain et en ce sens cohérent avec les rejet des 10 commandements issus d’une trentaine de siècle de recul éthique sur l’actualité. Du reste, de façon assez réjouissante, il tombe exactement sous le coup des critiques de Faure....

                http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/au-nom-de-l-infini-l-homme-90541

                Ah ouais, et juste pour votre culture générale, il n’y a pas d’eau bénite chez les calvinistes....Mais je comprendrai très bien que, comme moi, vous n’en ayez rien a battre...


              • cevennevive cevennevive 17 juin 2014 10:16

                J’ajoute que si tous les écoliers de France devaient porter un uniforme (en moyenne 3 tenues d’été, 3 tenues d’hiver), il serait souhaitable d’interdire de les faire confectionner par des Chinois (ou autres). Ce serait une dépense d’état, comme les uniformes des militaires ou des policiers, les parents n’auraient pas à les payer.


                Ainsi, compte-tenu du nombre d’enfants scolarisés, combien d’ateliers de confection devrions-nous ouvrir, et combien d’emplois seraient nécessaires ?

                Une bonne voie pour résorber le chômage...


                • eric 17 juin 2014 10:32

                  Soyons réalistes. Alors que le budget est déficitaire, que l’endettement croit, le pouvoir socialiste va nous endetter un peu plus pour exonérer d’impôt sur le revenu la classe moyenne supérieure qui vote bien. Sa clientèle de base.

                  On va se taper 100 millions de pertes pour 14% de grévistes de la SNCF.
                  Les cadeaux aux intermittents viendront après la mise en œuvre de l’accord.
                  Tout est a l’avenant.
                  Nous n’aurons pas les moyens de financer des uniformes. Et puis cela favoriserait ceux qui ont beaucoup d’enfants. Les riches, qui votent a droite, et les pauvres, qui votent FN. Politiquement aucun intérêt.
                  Menard est un précurseur. La solution, c’est la blouse. Deux sur l’année et basta.... !


                • cevennevive cevennevive 17 juin 2014 10:49

                  Taratata Eric, je pense que c’est juste pour rire que vous nous dites que l’état n’a pas les moyens de financer des uniformes !


                  En matière d’éducation et d’enseignement, je crois savoir qu’il y a des « professeurs honoraires » qui touchent un salaire à vie et qui ne font que deux ou trois cours par mois à l’université (si encore ils en font !)

                  Je crois savoir que certains délégués syndicaux de l’enseignement sont dispensés de cours.

                  Je crois savoir que l’achat massif d’ordinateurs (importés) représente une gabegie dans certains établissements.

                  Je crois savoir que, sous l’impulsion des éditeurs, les programmes scolaires changent si vite qu’il faut jeter des tonnes de manuels scolaires chaque année.

                  Etc, etc...


                • pens4sy pens4sy 17 juin 2014 12:14

                  @ Cevennevive
                  Ce serait contraire aux règles du TAFTA qui bientôt, grâce a notre vénéré président Hollandouille et à ses sbires, obligeront les collectivités locales ou d’état, à mettre en concurrence les sociétés étrangères sinon gare aux amendes.
                  Perso, les uniformes pour les écoliers me semble une bonne idée, dommage si cela ne doit être qu’au profit des Chinois (ou Bengali ou autres) ou à la charge des parents.
                  Dans le fond Menard a raison, maintenant comment gérer cela sans se faire dézinguer idéologiquement - comme dans l’article - financièrement et/ou politiquement, c’est une autre affaire.


                • eric 17 juin 2014 12:23

                  A cevennevive : Ce n’est pas moi qui l’aurai dit. Pour qui votent les gens qui bénéficient de ces largesses et gabegies ? Ce sont les mêmes que Cabanel. Ces catégories sociales fascinée par la consommation, et qui tentent de manifester leur identité défaillante par des variations vestimentaires ou pileuses.
                  Dans le quartier de mes parents a Paris, il y en a plein. Des parents au mal-rasage étudié, habillé grunge, et traînant leurs gamins super léchés BCBC. Eux sont bohème, bien sur, mais il ne faudrait pas que l’on prenne leur gosses pour des enfants de pauvres..... !
                  Si tous le monde est en blouse, comment les éventuels petits enfants de Cabanel ( ou en fait leurs parents et grands parents) pourront il tenter de démontrer leur « supériorité culturelle » sur les enfants des autres ?
                  Vous savez, ils sont capable d’aller très loin pour prouver leur « distanciation brechtienne » vis a vis des habitus des autres catégories sociale. C’est super étudié. Vous devriez pouvoir retrouver l’article d’AGA dans Elle, ou elle décrit les savants et durables efforts pour a partir d’un vélo neuf, obtenir le savant rouillé, la patine ecolobio, qui est de mise dans les bistrot chics de l’Ile de Ré....


                • eric 17 juin 2014 10:42

                  Plus j’y réfléchit, plus cela me parait limpide.

                  Le niveau monte ! Et le mépris avec !

                  Quand la gauche était en moyenne a bac plus 2 ou 3, elle se payait le luxe de mépriser les ouvriers. Les bacs moins 4 comme ils disent quand ils croient qu’on ne les entends pas.
                  Mais comme ils ne les fréquentent pas, ils ne savent pas que la France est a 80% au niveau bac et que le prolo n’est plus si éloignés d’eux qu’ils l’espèrent. Cela ne les empêche pas de penser que l’ouvrier est congénitalement Vichyste....

                  Maintenant qu’elle est a bac plus 4 ou 5, elle croit que les instits en sont reste a bac +2 et les additionne aux prolos dans ses mépris .

                  Cela promet ! Sous la troisième, les instits étaient une élite sortie des milieux populaires ruraux grâce a l’école.
                  Aujourd’hui, ce sont souvent les moins bons en classe dans les familles du socialisme arrivé. C’et du reste sans doute pour fermer les portes de l’enseignement aux « élites populaires » et garder les places pour ses gosses, que les conditions d’admission sont sans cesse élevées...
                  On n’a pas finit d’entendre parler de drames familiaux dans les milieux socialistes...

                  Parce que l’insti. alterecolobio de base ne se laissera pas traiter de Vichyste comme un vulgaire ouvrier....


                  • Txotxock Txotxock 17 juin 2014 11:03

                    Entre les nostalgiques de Pétain, les inconditionnels des mots mêmes de « Front national » qui moinssent avant d’avoir lu al, les « je ne veux voir qu’une tête », c’est sûr, Orwell c’est maintenant.


                    • olivier cabanel olivier cabanel 17 juin 2014 11:50

                      Txotoxck

                      oui, cet article est en fait un test, il permet de voir ceux qui ne voient meme plus dans quelle direction le front les emmène.
                      affligeant.
                      merci de votre commentaire, je le partage.

                    • soi même 17 juin 2014 12:57

                      Ce n’est pas ce que tu as un début de calvitie, qu’il faut prendre l’ensemble de tes lecteurs pour des CONS OGM !


                    • _Ulysse_ _Ulysse_ 17 juin 2014 11:21

                      "Le nouveau maire de Béziers, Robert Ménard en l’occurrence, apparenté au Front National, s’est mis en tête de faire plonger sa ville plusieurs dizaines d’années en arrière, en proposant à tous les écoliers les blouses chères à Pétain, et au gouvernement de Vichy de la France collaborationniste"

                      Là quand même, c’est d’une malhonnêteté crasse. La blouse à l’école comme dit plus haut existe dans plein de pays. De plus, en France elle existait avant Pétain et la collaboration. Vouloir amalgamer ça avec la collaboration est quand même une ineptie et j’ai peur que l’auteur le fasse exprès dans un but de manipulation (reverse psychology), processus du mauvais objet.

                      D’ailleurs, l’auteur ne donne pas son point de vue sur le pb de l’habillement à l’école. Perso, dans mon lycée c’était tenue correcte exigée, cela permettait de gommer en partie les différences sociales et d’éviter les tenues extravagantes.
                      L’école est un endroit sérieux, y tolérer le n’importe quoi ne peut que la décrédibiliser, il faut pas oublier que l’encadrement doit garder une certaine autorité sinon ça peut vite devenir la foire et c’est la qualité de l’enseignement qui en pâtis.

                      Mais peut être que l’auteur souhaite finalement un enseignement public bordélique et de mauvais niveau et le développement d’un enseignement privé bien encadré pour la classe des nouveaux riches.

                       


                      • olivier cabanel olivier cabanel 17 juin 2014 11:52

                        Ulysse

                        c’est la liberté de penser, de choisir, de s’habiller librement, qui est en cause.
                        ce qui est en cause, c’est tout simplement la LIBERTE... et avec de mauvais arguments, on impose la privation de liberté.
                        la prison, en quelque sorte.
                         smiley

                      • _Ulysse_ _Ulysse_ 17 juin 2014 12:36

                        Vous aimez les raisonnements binaires.
                        Tenue correcte exigée à l’école = prison lol, vous versez dans le n’importe quoi.

                        Vous parlez de liberté de s’habiller mais vous oublier que cette liberté s’arrête avec les moyens financiers. Certains ont une grande liberté puisqu’ils ont les moyens financiers, d’autres ont la liberté de s’habiller chez auchan et emaus.

                        Votre principe de liberté va conduire à accepter tout et n’importe quoi sous prétexte de liberté, et de nombreuses libertés ne seront réservées qu’à ceux qui ont les moyens. Liberté de s’habiller, de partir en vacance, de choisir sa mutuelle santé, sa retraite, liberté d’acheter des enfants, de louer des ventres, de louer des bras ..

                        Ce principe de liberté que vous érigez en dogme ne peut conduire qu’à l’aliénation des pauvres par les riches. Les pauvres ayant besoin d’argent pour vivre, ils devront accepter de faire n’importe quoi pour satisfaire le besoin de liberté des riches.


                      • eric 17 juin 2014 12:42

                        Ouai ! Jules ferry, Pétain, la Santé, le Tchador et la blouse scolaire même combat !

                        Il est en partie gagné bien sur ! Mais il reste des îlots de résistance.

                        Quand le scandale des cours de dessin, de chimie ou des ateliers de pâte a modeler cessera-t-il ?

                        Que fait Hollande ! Comment un gouvernement objectivement complice de la réaction vestimentaire peut il encore se prétendre a Gauche !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès