Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Crimes ordinaires de l’État français

Crimes ordinaires de l’État français

« Mon cœur abrite toute la tristesse d'une vie entière
Mais si j'me laisse faire, c'est un aller direct au cimetière » *

Ali Ziri 69 ans, Mohamed Boukrourou 41 ans, Abou Bakari Tandia 38ans, Pascal Taïs 32 ans, Abdelkarim Aouad 30 ans, Wissam El-Yamni, 30 ans, Mohammed Saoud 26 ans, Abdelilah El Jabri 25 ans, Malik Oussekin 22 ans, Hakim Ajimi 22 ans, Zied et Bouna 17 et 15 ans … La liste des hommes morts dans les commissariats, ou lors des interpellations policières est longue, trop longue. Et il ne s'agit là que de quelques noms des victimes connues et répertoriées. D'autres morts viendront, hélas s'ajouter à cette interminable liste macabre. Car la police n'est qu'un instrument parmi tant d'autres que la bourgeoisie utilise pour asseoir sa domination de classe. L'ordre bourgeois, défendu par les forces de l'ordre, a constamment besoin pour se maintenir d'inventer des boucs émissaires. Chaque période, chaque crise produit ses propres victimes. Aujourd'hui en France, les enfants et les petits-enfants des travailleurs immigrés parqués dans des ghettos entourant les grandes métropoles industrielles sont l'une des cibles privilégiées de la classe dirigeante, ce qui lui permet de mieux masquer son désastre économique, social et politique.

La brutalité exercée sur cette partie de la population fragilisée par le chômage de masse (1) n'est pas seulement le fait de la police. La propagande médiatique présente souvent les jeunes des quartiers populaires comme des « voleurs », « dealeurs », « violeurs » etc. Cette stigmatisation généralisée facilite par la suite la tâche des hommes politiques en mal de voix d'une frange de la population élevée dans la haine de l'autre. Il faut nettoyer au « Kärcher » les cités de ces « sauvageons » et de cette « racaille » qui troublent la paix des « honnêtes gens ». Il faut reconquérir ces « zones de non droit ».

Les tribunaux, où les verdicts sont connus d'avance, prennent la relève des hommes politiques. La présomption d'innocence est rarement respectée. Les peines d’emprisonnement ferme et les comparutions immédiates où les droits de la défense sont moins garantis, restent largement supérieures à la moyenne nationale (2). La rapidité avec laquelle les jeunes des quartiers ouvriers sont jetés en prison n'a d'égale que la lenteur des procédures impliquant des policiers. En France, il est difficile pour cette partie de la population d'obtenir la condamnation d'un policier. C'est une constante inscrite non pas dans un quelconque code, loi ou constitution, mais dans les faits. « Il vaut mieux être policier que simple citoyen. Ils sont couverts » disait Boubaker Ajimi, père d'Hakim Ajimi mort, victime des violences policières(3). Amnesty International constate les faits suivants : « Insultes racistes, recours excessif à la force, coups, homicides illégaux – telles sont les allégations de violations des droits humains commises par certains policiers français ». L'organisation dénonce « un système qui favorise l'impunité des policiers accusés de ces actes » (4). Il s'agit d'une véritable justice de classe. L'indépendance de la justice est une chimère que le discours dominant a du mal à masquer.

Police, justice, médias et hommes politiques sont ainsi unis, sans jamais le reconnaître, dans leur croisade contre les jeunes des cités populaires. Ce sont eux qui attisent la haine entre citoyens pour mieux les diviser en jouant sur les préjugés nationaux, raciaux et religieux. Ce sont eux qui fabriquent des coupables en utilisant la délation rémunérée. Et ce sont toujours eux qui présentent les jeunes des cités comme responsables des malheurs de la France pour mieux masquer la faillite économique, sociale et morale de la bourgeoisie qu'ils servent.

Paupérisés, marginalisés et méprisés par une bourgeoisie qui n'a plus besoin de leur force de travail, les jeunes des cités se révoltent à intervalles réguliers. Leur rage et leur colère jaillissent, comme les flammes des voitures qu'ils brûlent, des conditions matérielles d'existence inhumaines. Leur révolte n'est pas dirigée uniquement contre les brutalités policières ; elle embrasse l'ensemble des symboles et institutions de l'ordre bourgeois qui les opprime au quotidien à commencer par l'école. Celle-ci n'est que le reflet d'une société de classe. Le tri, le classement, la hiérarchisation et la sélection restent, pour l'essentiel, son mode de fonctionnement. L'école broie celles et ceux qui ne possèdent pas ou qui ne maîtrisent pas les codes culturels eux-mêmes déterminés par le milieu social malgré le courage et le dévouement de ses personnels qui travaillent dans des conditions difficiles. Même les experts d'une organisation libérale comme l'OCDE le reconnaissent : « En France plus qu’ailleurs, la réussite dépend du milieu économique » (5).

La révolte des cités n'est pas seulement le fait des jeunes. Nombre d'adultes témoignent de leur solidarité à l'égard des émeutiers, sans parler des familles qui soutiennent leurs enfants, car elles subissent les mêmes problèmes et les mêmes humiliations.

Ces humiliés ont montré à plusieurs reprises qu'ils sont capables de se mettre en colère, de se révolter et de se dresser contre un ordre injuste contrairement à un lumpenproletariat qui se trouve souvent du côté de la classe dominante. Leur révolte est un acte social et politique dirigé contre un État policier qui opprime et punit les plus fragiles de la classe ouvrière même si l'on s'obstine à ne pas le reconnaître. Pour la classe dirigeante, il ne s'agit que de « voyous » et de bruleurs de voitures organisés en bandes qui troublent l'ordre public et qu'il faut impitoyablement réprimer. « le rétablissement de l'ordre public était un préalable(...) Nous faisons face à des individus déterminés, à des bandes structurées, à de la criminalité organisée, qui ne recule devant aucun moyen pour faire régner le désordre et la violence » déclarait Dominique de Villepin dans un ton aristocratique devant un hémicycle de l'Assemblée Nationale comble (6).

« La racaille » va alors payer cher son audace et son insolence à vouloir secouer cet ordre qui l'humilie et la méprise en permanence. Après les émeutes de 2005, la police a procédé à des milliers d'interpellations et les tribunaux ont distribué des années de prison ferme. Le gouvernement a même proclamé l'état d'urgence et le couvre-feu qui l'accompagne ; décision rare dans l'histoire récente de la France. En fouillant dans son passé, la République bourgeoise a trouvé une loi, celle 1955, conçue pour imposer l'ordre colonial en Algérie. Cinquante ans après, elle l'exhume pour mater la révolte des enfants et des petits-enfants des travailleurs immigrés ! Aux problèmes sociaux et politiques, l'État français répond par des mesures guerrières !

Cet État qui mobilise des moyen répressifs extraordinaires pour briser les révoltes d'une population qui n'aspire qu'à vivre dignement, montre une grande faiblesse complice face par exemple aux marchés financiers qui détruisent l'économie de tout un peuple ! La bonne société bourgeoise qui s'indigne tant de la violence des jeunes des quartiers ouvriers s'accommode très bien de la brutalité autrement plus profonde des vautours de la finance internationale. Cette révolte a eu au moins le mérite de montrer au grand jour la lâcheté de la bourgeoisie et les valeurs hypocrites de sa République.

Les forces du progrès ne doivent pas abandonner les habitants des ghettos-cités aux forces obscures et réactionnaires. Les travailleurs immigrés, leurs enfants et leurs petits-enfants qui sont nés sur le sol de ce pays font partie intégrante, pour la grande majorité d'entre eux, de la classe ouvrière. Ils subissent plus que les autres les ravages du chômage, de la précarité et les affres des humiliations en tout genre. Cette insécurité et cette violence permanentes exercées sur cette fraction vulnérable et fragile de la société par une bourgeoisie arrogante et brutale, montrent à l'évidence que leur révolte est légitime. Ses morts, nombreux et anonymes, ne sont pas reconnus et encore moins décorés par la République.

Leur combat doit être celui de toutes les forces qui s'opposent à cet ordre injuste. Prolétaires, précaires et chômeurs de tous les quartiers unissez-vous contre votre ennemi commun, la bourgeoisie.

Mohamed Belaali

http://belaali.over-blog.com/

---------------

* MANU KEY, Karl et Yezy L’Escroc : « Dans nos têtes et dans nos coeurs »

(1) http://www.ville.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_onzus_2011.pdf

(2) Voir l'intéressante étude de Fabien Jobard et Sophie Névanen « La couleur du jugement »

http://www.cairn.info/revue-francaise-de-sociologie-2007-2-page-243.htm

(3) http://lmsi.net/Des-policiers-au-dessus-des-lois

(4) http://www.amnesty.org/fr/library/asset/EUR21/003/2009/fr/37f51e9b-e064-4f1f-8656-1683851cc215/eur210032009fra.html

(5) http://www.france24.com/fr/20101207-france-education-ocde-rapport-systeme-enseignement-baisse-niveau-scolaire-chatel-zep

(6) http://www.lemonde.fr/societe/article/2005/11/08/a-l-assemblee-m-de-villepin-justifie-l-etat-d-urgence_708050_3224.html

Documents joints à cet article

Crimes ordinaires de l'État français

Moyenne des avis sur cet article :  2.84/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • anty 6 février 2012 10:49

    Ce n’est pas la bourgeoisie qu’il faut incriminer mais le racisme de flicaille au quotidien


    • anty 6 février 2012 11:02

      de la flicaille..


    • loulou 6 février 2012 12:26

      Bonujour monsieur Belaalï. Mon texte risque d’être un peu long et je vais tenter de schématiser au maximum.La question que vous agitez m’intéresse particulièrement.C’est en effet la bourgeoisie qui vous a en quelque sorte « importé » D’abord pour des raisons de besoin de main d’oeuvre, ensuite vos familles (regroupement familiales) pour des raisons de consommation et donc d’économie générale ( besoin de logement, biens de consommations, nourriture etc...) et de baisse des salaires généralisée en favorisant la pléthore de demandeurs d’emploi pour finalement s’apercevoir que vous( votre communauté) étiez bien pratique pour divisez le peuple.Naturellement , personne dans le grand public n’a pendant longtemps compris grand chose a ce qui se passait.Toute cette histoire a toujours été enveloppée dans de belles envolées lyriques républicaines et hypocrites.La gauche pendant des décennies pour des questions morales et généreuses et tenaillé colonialiste proche n’a voulue voir que le côté« pauvre prolétaire immigré »et pendant quarante ans a propagée un discours roussauiste de culpabilisation des français et d’excuses permanentes pour les pauvres victimes immigrées.La droite (Celle qui dirige) a cachée ces appétits financiers et sa politique de division sous de grands discours égalitaires.Bref , tout les partis ce sont servis un jour ou l’autre de l’immigration. Le PS sous Mitterand pour diviser la droite, le droite et les pouvoirs en général pour diviser le pays en communautés différentes.Tous les partis mais particulièrement la droite ont joué un jeux troubles au nom de principes généreux( accueil des pauvres, enrichissement culturel, égalité etc...Il faut regarder de près le cynisme déployé.Un jours un discours en direction des Français de souche sur la délinquance de certains et le lendemain un discours contraire sur le besoin d’immigration et la richesse apportée par ces personnes.Excusez moi, mais j’ai trop peur de perdre ce long texte( mon ordinateur ne fonctionne pas bien)Je vous envoie cette partie et le reste suit. A plus.


      • Scorsonère noire géante de Russie 6 février 2012 12:58

        Drôle d’inversion accusatoire. Il semblerait que vous viviez de l’autre côté du miroir, celui la population « soutient les émeutiers », celui où les « jeunes » sont présentés comme des « voleurs », et non pas l’inverse. Moi qui croyais que les hallucinogènes étaient réservés aux bolosses...


        • Scorsonère noire géante de Russie 6 février 2012 14:55

          ...celui où là ...


        • Scorsonère noire géante de Russie 6 février 2012 14:56

          ...AAARRR...celui où la population ...


        • 1984 6 février 2012 14:53

          Qu’est-ce-qui te fait croire que l’auteur n’est pas français ?

          D’ailleurs, c’est quoi être français pour toi ?


        • 1984 6 février 2012 16:27

          « Français par le sang donné ou par le sang versé. »

          Il n’y aurait alors que très peu de français en France !
          Et encore faut-il savoir pour quelle image de la France le sang devrait-être versé ou donné.

          Franc veut dire libre. Pour cette France je veux bien verser mon sang autant qu’en donner.

          Mais une France qui ne pourrait-être critiquée ne serait plus la France !


        • ali8 6 février 2012 17:42

          avant, c’était les nobles qui défendaient la France, donc tu as le sang bleu ah ah

          envoies nous un échantillon de ton sang versé


        • loulou 6 février 2012 14:43

          Je poursuis et viens de m’apercevoir qu’il serait bon de me relire.La droite particulièrement a nommé un certain nombre de secrétaires d’état chargés de s’occuper de la diversité. Leur travail réel : DIviser« Particulièrement en promouvant la »Discrimination positive" Ce qui n’est finalement rien que moins que la fin de l’égalité républicaine.Un tas de gogos persuadés d’être bons y ont adhéré .Tout a également été fait pour favoriser, puis revenir en arrière, puis refavoriser les mouvements communautaristes., voir religieux.C’est un sujet vaste et confus. IL faudrait parler des divers plans banlieues, de l’irruption récente et en tout cas médiatique du Katar sur cette question, des zones économiques spéciales dans ces quartiers.Ce que je voudrais vous dire avant tout , c’est que qu’en fonction que nous soyons citoyens de souche ou citoyen d’origine étrangère, nous ne voyons pas les choses de la même façon. Et cette différence, les pouvoirs en place, non seulement le savent mais en joue.Le Citoyen de souche voit des gens s’installer chez lui. Au départ , beaucoup était pour . Disons par générosité politique, pour faire court. Puis, il voit que son quartier change. Les boutiques qu’il fréquentait ferment remplacer par d’autres dont les produits ne lui conviennent pas ( exotiques ou autres...) Il est de plus en plus confronté a des comportements différents, voir une certaine arrogance , voir une violence de ces populations qui veulent pour certain, affirmer le désir de vivre selon leur coutume.Que feriez vous a leur place. Ils se referment, ne comprennent pas ce qui leur arrivent et se méfient.Après tout, il y a 30000 chinois sur 40millions d’habitants en Algérie. Ils ne sont pas apprécié du tout.Comparez a la France qui a 15 millions d’étrangers pour 67 millions d(habitants ?.Vous dites que les brûlages de voitures et les émeutes de 2005 sont les manifestations d’une révolte sociale. Depuis quand brûler la voiture d’un pauvre type, brûler des écoles, des lycées, des lieux de culture, des MJC, seraient -ils des actes révolutionnaires ?. Vous dites que l’école ne fonctionne plus, qu’elle vous défavorise. Mais pendant longtemps l’école n’a pas changée. Vous y avez été accueilli égalitaire ment.Rien n’a jamais été parfait. Mais, les profs étaient respectés. Ils n’étaient pas insultés, ni frappés, ni même attaqués a coup de couteau.ET, malheureusement, je n’exagère pas. Regardez les choses en face. Vous faites la liste des gens tués par la police IL y a peut être des innocents parmi eux. Je vous prie de m’excuse mais je n’est pas malheureusement le temps de revenir sur chaque cas.Mais, il existe une liste encore plus longue de jeune Français de souche, parfaitement innocents et là, je suis obligé de faire référence a l’extrême droite qui quantifie ces morts, d’une minorité issue de l’immigration , tués par la violence de ces jeunes d’origine immigrée. Dans un problème, il faut tout voir.Dites vous bien qu’a chaque fois qu’un membre de votre communauté brûle une voiture, a chaque fois qu’il agresse quelqu’un ’(Ne niez pas la réalité) il a un nouvel ennemi en face de lui. A la plus grande satisfaction de ceux qui divisent et nous dirigent.Il y a longtemps, j’avais été a une réunion sur la lutte des travailleurs. Il y était question du slogan :Travailleurs Français- immigrés, même patron, même combat. Pour moi, ce slogan est juste. Pas pour les Maghrébins de l’époque qui étaient dans le salle. ils se voulaient plus discriminés, plus défavorisés que les autre et réfutaient ce slogan. Je me suis dit a ce moment : On est mal parti.Je pouvait comprendre leur façon de penser, mais tactiquement, c’était une gigantesque erreur.Mais, c’est vrai, vous êtes soumis a un certain nombre de discrimination.Je vais être dur, mais avec un pays qui compte 8 millions de chômeurs( Pour le moment) avec une immigration au vanne bizarrement encore ouverte, et avec le passif qu’on les Français des comportements de certain de votre communauté, je reconnais que pour le brave type honnête qui veut bosser ça n’est pas évident. Bon, vous avez, peut être compris ce que je veux dire. les gens qui nous dirigent n’en ont rien a foutre de nous. Ils profitent de nos incompréhensions mutuelles pour nous diviser. Et diviser, c’est mieux régner ! Oh, il est bien tard pour revenir sur toute les erreurs passées. La coupure est grave et peut , hélas , nous emporter vers des réflexes désastreux. Il reste des solutions. Se comprendre mutuellement.Comprendre l’histoire et le peuple qui accueille dans sa complexité, l’autre et même beaucoup d’autres. Rentrer dans les partis politique et y militer sans esprit de communautarisme. Lutter pour l’unité du peuple Français.En bref : participer au rêve Français , en comprenant qu’aujourd’hui, que ceux qui nous dirigent on trahit leur peuple, les anciens, comme les nouveaux, en le divisant, contre tous , avec des gens venus de l’extérieur qui ont cru a des promesses imaginaires.


          • Ronald Thatcher rienafoutiste 6 février 2012 14:50

            encore un qui doit se torcher le cul avec le drapeau tricolore...


            • 1984 6 février 2012 14:58

              Il est moins sale de ce torcher physiquement avec le drapeau français, plutôt que symboliquement en l’exhibant dans les meeting de UMPSFN !


            • jaja jaja 6 février 2012 16:30

              Merci Mohamed pour cet article qui nous rappelle qu’il n’y a qu’une seule classe ouvrière. D’ailleurs lors de nos luttes il y a déja bien longtemps que c’est côte à côte que les travailleurs Français et immigrés se battent...

              La dernière fois c’était lors du conflit sur les retraites comme le démontre cette vidéo en lien....

              http://www.dailymotion.com/video/xfzjnb_hk-les-saltimbanks-on-lache-rien_music

              Alors que nous bloquions les entreprises pour faire perdre un maximum aux patrons la Le Pen exigeait du gouvernement l’intervention des CRS pour rétablir la « légalité »....

              On voit bien par cet exemple que l’extrême droite raciste n’est composée que de supplétifs du pouvoir bourgeois et n’a rien à voir avec la défense du monde du travail....

              Quand à la police ce n’est que la milice du Capital et son racisme n’est plus à démontrer... même si ça chiffonne ses supporters fascistes d’Agoravox....


              • ecophonie ecophonie 6 février 2012 16:36

                Sinon, sur le même sujet, traité avec plus de recul et moins à charge, il y a ça :

                Badinter a aboli la peine de mort en 81, à quand son abolition dans les quartiers ?
                http://www.indigenes-republique.fr/article.php3?id_article=1575


                • COVADONGA722 COVADONGA722 6 février 2012 17:07

                  heu on fait la liste longue liste des « sous-chiens » agrésés assassinés par des initiales ?
                  je m’explique :journal de la 2 une raclure agreseurs sexuel d’enfant est arrété nom et photo
                  de l’ordure ben oui c’est un « sous-chiens » meme journal une ordure poignarde un controleur
                  pas de nom pas de photo et dans le journal juste les initiales .Formidable non ici à marseille c’est devenu un gimnic pas de nom pas de photo juste les initiales ben on sait comme ça l’origine du méchant donc je disais si nous mettions en paralléle les assassinats commis
                  par et à l’encontre de qui , nous aurions deux colonnes puis qu’apparemment ya des morts
                  dans les deux colonnes Mais pour voir qui mene au score ben c’est macache parce qu’on ne peut pas faire la statistique Une loi l’interdit yep comme c’est bien organisé non ?


                  • Massaliote 6 février 2012 17:43

                    Crimes ordinaires de « discriminés ». Exemple : Faits divers de Janvier 2012


                  • kitamissa kitamissa 6 février 2012 17:11

                    J’ai lu dans l’article au moins un quinzaine de fois le mot bourgeois .....


                    y doit avoir kekchose contre les bourgeois le monsieur qui écrit des narticles sur Agoravox le forum citoyen ...

                    alors allons tous ce soir au nom de la Révolution Prolétarienne, et des Bonnes Soeurs et Curés Communistes brûler les quartiers bourgeois !! nous ferons des guirlandes avec les intestins des riches, baiserons leurs grosses bonnes femmes et leurs salopes de filles qui viennent nous allumer en minijupe , nous pisserons sur leurs canapé en cuir et ferons caca sur leur moquette haute laine !

                    camarades des cités, nous vous attendons tous ce soir , avec vos bouteilles de White Spirit pour foutre le feu partout, ensuite nous élirons Poutou comme président de la République, avec Abdel Kader comme premier ministre et Ali l’Arabe qui tient l’épicerie du 85 boulevard Barbés comme ministre de l’intérieur ....

                    Inch Allah, Montjoie St Denis, C’est la lutte finale ! ralliez vous tous à mon panache blanc ! à ce soir tous devant le Balto, café tabac PMU rue de Paris à Montreuil ! Allah est grand et Mélenchon son Prophète !

                    je viendrais habillé en Tarzan avec Jane et Cheeta ! smiley smiley !

                    • bert bert 6 février 2012 17:54

                      il y a quelques années dans le 93 un gamin a pointé un flingue sur moi ........




                      ************************************************************************************
                      il faudrait d’abord apprendre à pas se tromper d’ennemi 
                      le modèle dans les cités c’est le caîd donc la bourgeoisie ......








                      • Massaliote 6 février 2012 17:54

                        Zied et Bouna cramés dans le transfo où ils s’étaient planqués volontairement pour échapper à un contrôle de police, crime de l’état français ou preuve de crétinerie ?


                        • Massaliote 6 février 2012 18:04

                          Quant à Wissam el yamni, personne ne l’a obligé à boire et fumer du cannabis avant son interpellation qui vu son état d’excitation ne pouvait qu’être « mouvementée ». De plus l’autopsie a confirmé que la mort n’était pas due à des violences.


                        • Ronald Thatcher rienafoutiste 6 février 2012 18:03

                          c’était un communiqué de l’« association des racailles incomprises qui ne demandent qu’à être aimées » par les sales flics travaillant pour la bourgeoisie.

                          Contaminé par le virus « c’est la faute de la société » qui n’attaque que les gens qui reviennent de vacances.


                          • kitamissa kitamissa 6 février 2012 18:45

                            et je rappelle à l’auteur, que les petits cons des cités foutent le feu aux bagnoles de ceux qui n’ont pas les moyens de se payer un garage, donc des prolos bien souvent, qui sont obligés de laisser leurs caisses dehors , et souvent également seul moyen de transport ..


                            généralement une bagnole d’occase garée dans la parking d’une autre cité HLH où habitent des gens pas bien riches non plus, et constatant que des enculés ont brûlé leur seul bien qui leur permettait de se déplacer et bien souvent même plus remboursable par les assurance car plus de 5 ans .

                            les bourgeois eux, ont des garages, et les petits merdeux des cités n’auraient même pas les couilles d’y aller , c’est tellement lus facile de s’en prendre à plus faible que soi ou plus vulnérable !

                            qu’est ce que vous attendez pour repartir chez vous ? maintenant que les tyrans et les dictateurs sont partis ? vous vouliez la révolution ? vous l’avez eue , ah mais c’est vrai, les intégristes vont prendre le pouvoir,et avec eux, plus question de rigoler, vous ne pourrez même pas vous exprimer comme vous le faites ici , plus de droits du tout ! par contre, ils vont vous faire filer droit ! 

                            et là bas, plus question de liberté ou de foutre le bordel ! la Police Islamique est là ! et le branlette organisée , c’est pas de mise là bas !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mohamed Belaali


Voir ses articles







Palmarès