Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Crise de croissance

Crise de croissance

Le patronat et les actionnaires ne veulent pas que l'État intervienne dans leurs affaires, par contre eux ne se gênent pas pour intervenir dans les affaires de l'État. Prétextant la fuite des capitaux ou des délocalisations ils réclament sans cesse des baisses d’impôt, des allègements de cotisations ou davantage de subventions. La course en avant des plus riches vers toujours plus de richesse est une des principales conséquences de la hausse des inégalités.

On nous dit que les patrons ne font pas 35H, eux ! Faut dire qu’un patron, dès qu’il se lève, il se considère au boulot ; quand il se brosse les dents le matin, quand il déjeune avec sa secrétaire, qu’il va au théâtre avec un client, ou qu'il assiste à un match de tennis avec un fournisseur il est au travail ! Et quand il passe un weekend sur un yacht ou une semaine aux Seychelles c'est pour réfléchir à une nouvelle stratégie de développement. D'ailleurs il est au travail 24 Heures sur 24 car l'appartement qu'il occupe dans le 16ème, et la voiture dans laquelle il se déplace comme le chauffeur est payé par l'entreprise.

Pour justifier ces inégalités, on nous à fait croire que les dépenses des plus riches relanceraient l’économie. Ce qui est faux, pour une raison toute simple, c’est que le taux d’épargne s’élève avec le revenu. Ils investissent principalement dans leur capital financier en demandant des rendements de plus en plus élevés. Cela entraine les baisses de salaires, des licenciements et des délocalisations. La seule chose que l’on a favorisée c’est la fuite de capitaux vers les paradis fiscaux.

Comme les classes populaires ne peuvent plus consommer par manque d’argent, pour compenser le manque de salaire, on a favorisé le crédit. L’illusion du pouvoir d’achat à été de courte durée, car il a fallu rembourser et avec des salaires à la baisse et le chômage à la hausse, les difficultés n’ont fait qu’empirer. Mais au passage les actionnaires des banques et des organismes de crédit se sont « sucrés ».

Ce qui favorise la croissance à long terme c’est de développer des services publics de qualité. Mille fonctionnaires injecteront davantage d’argent dans « la machine » qu’un milliardaire ! Et que se soit dans l’éducation, la santé, ou les transports, la fonction publique fait travailler de nombreuses entreprises privées. Et combien le boulanger, le restaurateur ou l’artisan du coin ont-ils de fonctionnaires parmi leurs clients ? Le secteur économique privé ne peut se passer d’un secteur public fort !

Ces personnes tirent leurs revenus de notre exploitation et leur pouvoir de notre crédulité et de notre soumission. Cet argent disparaît dans des montages financiers complexes, il sert à la spéculation financière et alimente les paradis fiscaux. Seule une partie minime est réinjectée dans le circuit. L'argent public a été généreusement distribué sans aucune contre partie, et une partie a même servi à payer les supers bonus des traders. Ils n'ont plus aucune retenue, ils se servent dans la caisse que nous alimentons avec nos impôts et notre travail, ils sont sûrs de leurs bons droits, sûrs que nous ne nous révolterons pas.

On nous laisse croire que les choses sont plus compliquées qu'il n'y parait, que les différents problèmes sont dus à la conjoncture internationale, qu'il n'y a pas d'alternative, ce que les différents gouvernements qui se succèdent s'empressent de démontrer. C'est ainsi que l'on domestique les peuples. Il suffit de leur ôter l'espoir d’un avenir meilleur en les maintenant dans la peur du lendemain. Ensuite il est facile de les convaincre, qu'ils sont aussi heureux qu'il est possible de l'être. Rien n'est fait au hasard, tout est parfaitement calculé ! Ne Vous laissez pas berner, réagissez !!!

Article publié sur "Conscience Citoyenne Responsable"

http://2ccr.unblog.fr/2011/10/19/crise-de-croissance/


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 24 octobre 2011 11:14

    et qui paie les milliers de fonctionnaires ??????


    • JL JL1 24 octobre 2011 13:20

      Le chat,

      à quels fonctionnaires faites-vous allusion ?

      Croyez vous que les fonctionnaires ne produisent rien ? Comment expliquez vous qu’on privatise et qu’on nationalise alternativement, d’ailleurs pour le plus grand bonheur des capitalistes ? Les travailleurs d’un service public seraient, selon vous, inutiles, mais si ce service est privatisé, ils le deviennent ? Par quelle magie ?

      Vous confondez misérablement création de richesses et création de profits !


    • JL JL1 24 octobre 2011 13:22

      Le réflexe anti-fonctionnaires est la marque indélébile des frontistes, celle qui justifie qu’ol les appelle parfois « bas du front ».


    • LE CHAT LE CHAT 24 octobre 2011 13:45

      @JL

      ça sert à rien de m’insulter , les« ras du front » en ont rien à péter de ce que pensent les mous du bulbe !
      Sarko peut ne pas remplacer un fonctionnaire sur 2 qui part à la retraite , dans le m^me les socialistes à la tête des conseils généraux , des conseils régionaux , des villes créent des dizaines de milliers de postes bidons reservés à leurs sèides et que financent les employés du privé ! le PS est le parti des fonctonnaires , et son interêt est de les multiplier pour acheter des votes !
      j’habite dans une ville où il y le double d’agents municipaux que nécessaire, ça ne sent pas la sueur dans les bureaux et ceux avec des gilets fluos sont plus au bistrot qu’au balai !
      eh bien tout cela , ce sont les contribuables qui finissent par payer , et il y en a marre !


    • JL JL1 24 octobre 2011 15:08

      essai de post


    • JL JL1 24 octobre 2011 15:13

      en attendant, c’est bien Chirac qui est accusé d’avoir créé des emplois fictifs à la mairie de Paris, non ?

      les collectivités locales (villes, départements, régions...) qui assurent 75 % de l’investissement public du pays. se sont endettées, ces dernières années, en contractant des prêts « structurés », qu’on qualifie aujourd’hui de « toxiques » ou de « pourris ». (Prêts dits aussi : appuyés sur des produits dérivés)

      Mais qui les a poussées à contracter ces prêts toxiques, sinon les banquiers ennemis desdits services publics ? Faust n’est pas loin !

      A ce sujet, écoutons Susan Georges : « Pour le néolibéral, la liberté individuelle ne résulte nullement de la démocratie politique ou des droits garantis par l’Etat : être libre, c’est, au contraire, être libre de l’ingérence de l’Etat. Celui-ci doit se limiter à fixer le cadre permettant le libre jeu du marché. La propriété privée de tous les moyens de production, et donc la privatisation de tous ceux appartenant à l’Etat, est indispensable. Le marché répartira au mieux les ressources, l’investissement et le travail ; la charité et le volontariat privés doivent remplacer la quasi-totalité des programmes publics destinés aux groupes socialement défavorisés. L’individu redeviendra ainsi entièrement responsable de son sort. »

      Les quelques milliers de postes que vous évoquez sont le fait d’ordures politiques de droite comme de gauche. Et ces postes qui ne représentent qu’une infime partie du total – c’est encore trop, je sais -, servent de prétextes aux imbéciles ou aux crapules pour stigmatiser les millions de travailleurs de la fonction publique qui font correctement leur boulot, et dont le seul tort est de le faire pour le bien de la communauté nationale et non pas pour des requins pleins aux as de billets de monopoly exotiques, qui ne supportent pas qu’un investissement, fût-il public, ne rapporte pas des profits juteux.

      Votre haine des fonctionnaires qui relève d’une forme de racisme, est instrumentalisée par les chicago boys actuellement aux commande dans toutes les institutions internationales qui ont entrepris de détruire les services publics ! En France, cela se fait sous nos yeux, avec la bénédiction aussi discrète qu’hypocrite du FN, ce parti qui se présente comme nationaliste, et qui est en réalité, l’allié objectif de ces casseurs de nations ! Voilà pourquoi vous méritez l’appellation de bas du front !


    • JL JL1 24 octobre 2011 15:26

      Ceci dit,

      qu’il y ait plus d’agents municipaux que nécessaires, ça défrise qui ? Je suis persuadé que les épiciers, les propriétaires fonciers, et tous ceux qui font commerce avec eux y trouvent leur compte, et les préfèrent aux clochards, non ?

      C’est une insulte à l’intelligence que de taper sur les fonctionnaires quand le secteur privé est incapable de créer des emplois en nombre suffisant ! Les taux de chômages dans les pays capitalistes sont un véritable scandale qui justifierait qu’on remise le capitalisme au rang des idéologies aberrantes !


    • JL JL1 24 octobre 2011 15:48

      Le chat,

      ceux qui tapent sur les fonctionnaires sont dans le rôle de ce père de famille qui empêcherait ses enfants de contribuer aux tâches ménagères ou travailler au jardin et les traiterait de fainéants parce qu’ils refusent d’aller se prostituer pour rapporter de l’argent à la maison !


    • JL JL1 24 octobre 2011 18:53

      "Alors qu’on demande à l’enseignement de corriger les tares d’une société en crise, comment les enseignants pourraient-ils affronter la difficulté d’une mission impossible au moment où ils sont les plus méprisés ?"

      à lire, là : http://blog.mondediplo.net/2011-10-24-Insondable-souffrance


    • devphil30 devphil30 24 octobre 2011 11:25

      Tous vos arguments sont justes 


      Les politiques actuels sont d’énormes menteurs qui racontent n’importe quoi avec aplomb.
      Pour qui se renseigne un peu sur le fond des sujets s’est d’autant plus flagrant.

      c’est une collusion complète entre politique , finance , industrie au détriment des gens qui travaillent vraiment.

      J’approuve totalement la conclusion 

      Philippe 

      • Iv Iv 24 octobre 2011 22:15

        Un milliardaire, ça fait mille millionaires, je pense qu’on peut dire que ça fait plus de fonctionnaires que ça, ou alors vous ne considérez que les hauts fonctionnaires smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles







Palmarès