Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Danone, forum des Halles : à quand l’obligation du français pour la (...)

Danone, forum des Halles : à quand l’obligation du français pour la publicité ?

On est sans doute jamais mieux trahi que par les siens, comme Peugeot, au slogan énigmatique « Motion et Emotion  ». Après nous avoir infligé un « Live Young » pour vendre Evian, Danone fait de la réclame pour Actimel en promettant « Stay Strong  ». Encore plus effarant, le nouveau forum des Halles est vendu à Paris par le slogan « Unexpected opening  ». A quand la fin de l’invasion de l’anglais  ?

 
Entre snobisme et aplatissement globalisant
 
Les raisons de la progression de l’anglais dans la publicité sont multiples, mais deux dominent. D’abord, on peut y voir une forme de snobisme des communiquants globalisés parisiens, qui travaillent parfois en anglais et qui ne se rendent même pas compte de ce que représente la non utilisation de la langue officielle de notre pays. Car cette généralisation de l’anglais est aussi extrêmement pratique pour les multinationales, pour qui il est bien plus simple de concevoir des éléments de communication sans avoir besoin de les traduire et de les adapter aux nuances et subtilités de chaque langue nationale. Ce faisant, plus besoin d’équipes locales : une équipe globale peut alors tout gérer, ou presque… Car ce choix de l’anglais est aussi un grand vecteur d’économie et une assurance de contrôle de ce qui est fait.

Et c’est l’autre aspect particulièrement gênant de ce choix : en choisissant des campagnes en anglais pour tous les pays, les multinationales, toujours promptes à dire qu’elle valorise la diversité, aplatissent le monde en uniformisant plus encore notre quotidien. Non seulement ce sont les mêmes produits, mais également les mêmes publicités, jusque dans la langue utilisée ! Il est assez effarant que les marques ne se rendent pas compte à quel point elles deviennent étrangères pour une partie des consommateurs qu’elles pensent viser. Car comment est reçue une telle publicité par des personnes qui maitrisent mal la langue de Shakespeare, si ce n’est avec distance, voir même irritation de voir des marques, françaises qui plus est, ne pas daigner s’exprimer aux Français dans leur propre langue ?
 

Dans la communication, le laisser-faire donne lieu à beaucoup d’abus. Outre les fautes de communication ou le choix de mannequins bien trop maigres, le choix grandissant de l’utilisation de l’anglais en est sans doute le plus répandu. A quand une réponse de nos dirigeants ?

 

Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 23 avril 10:19

    J’hésite à faire ce commentaire sur un sujet aussi débile que la publicité qui n’apporte aucune information et contre laquelle je me bats depuis des dizaines d’années portant mon abhorration jusqu’à quitter une chaîne de télévision lorsque cette horreur apparaît ! ! !...
     smiley smiley smiley smiley smiley smiley 


    • fred.foyn Le p’tit Charles 23 avril 10:24
      La publicité mensongère matraquée sur les merdias...avec le consentement du CSA bien sur..et personne ou presque pour dénoncer ce lavage de cerveaux...A croire que la masse labo-rieuse engloutie avec frénésie et contentement ces images trompeuse.. ?
      Un grand mystère encore enfoui dans des neurones défectueux... ?

      • lsga lsga 23 avril 11:46

        Votre combat est perdu d’avance.Autant essayer de lutter contre l’érosion des montagnes.

        Le français est une langue âpre, sans élégance, difficile à maîtriser, sans souplesse, où toute créativité est immédiatement sanctionnée par un « barbarisme » ou une « faute de syntaxe ».

        C’est la langue bourgeoise, précieuse, autoritaire, élitiste, anti-populaire par excellence.

        Dans le cadre de la mondialisation : soit elle s’adaptera pour devenir plus facile, plus souple, pour permettre un phrasé plus court et plus agile, soit elle disparaîtra.

        Les gens n’ont que faire des obsessions grotesques des précieuses de l’académie.


        • Ben Schott 23 avril 11:52

          @lsga
           

          Pour être parfaitement cohérent, vous auriez dû écrire ce commentaire en inuit.
           


        • HELIOS HELIOS 23 avril 11:57

          @lsga

          ... n’importe quoi !

          La réalité c’est que l’anglais est une langue pauvre accessible à tous les esprits, surtout les moins développés... et c’est surement pour cela qu’elle marche.

          Le CSA est défaillant, ce sont les citoyens qui doiven défendre leur langue. Une pub en anglais devait faire baisser les ventes.

        • lsga lsga 23 avril 12:10

          @Ben Schott

          Non : en franglais smiley


        • lsga lsga 23 avril 12:20

          @HELIOS Les prolos défendent leur langue : un franglais remplis de barbarisme doté d’une syntaxe à la Queneau et matinée d’arabe.

          Votre François d’académie est une langue morte, une langue bourgeoise, une langue étrangère pour le peuple français. Nous n’en voulons pas.


        • Ben Schott 23 avril 12:28

          @lsga
           

          « Les prolos défendent leur langue : un franglais remplis de barbarisme doté d’une syntaxe à la Queneau et matinée d’arabe. »
           
          Les prolos, vous en parlez beaucoup, mais vous ne leur parlez pas beaucoup, visiblement !
           
          Mais le pire c’est que vous parlez en leur nom alors qu’ils ne vous ont rien demandé.
           


        • lsga lsga 23 avril 12:34

          @Ben Schott

          Je suis un prolo camarade. Je vis en vendant ma force de travail à des entreprises privées.

          Et je te le dis : ton François d’académie on lui pisse à la raie. Le Beschrelle : c’est le Coran français. On assomme les gamins du prolétariat à coup de règles absurdes et de listes d’exceptions ridicules, on écrase leur créativité à grand renfort de « barbarisme », on mortifie leur logique à grande dose de par coeur.

          Les prolos parlent frangloarabe et emmerdent le François d’académie.


        • Ben Schott 23 avril 13:16

          @lsga
           

          « Je suis un prolo camarade. Je vis en vendant ma force de travail à des entreprises privées. »
           
          Mon cul ! Vous êtes un auto-entrepreneur dans le tertiaire, c’est-à-dire un petit-bourgeois non salarié propriétaire de votre outil de production ! Faut pas me la faire à moi !
           


        • lsga lsga 23 avril 13:24

          J’ai en effet été travailleur journalier (le plus précaire des prolétaires). Aujourd’hui, je suis devenu salarié, et immigré aussi.

          J’ai senti venir l’état d’urgence au moins un an à l’avance, et j’ai quitté ce pays de merde avant que la police para-militaire ne débarque chez moi pour tabasser ma femme et ravager mon appartement avant de me jeter en cage pour apologie du terrorisme ou autre chose.

          « Tu exagères, ça n’arrivera jamais... » J’ai le nez creux.

          Bref : salarié, immigré, prolétaire, révolutionnaire.


        • rocla+ rocla+ 23 avril 13:27

          @lsga


          Il manque tralalaire  ... smiley

        • foufouille foufouille 23 avril 13:36

          @lsga
          tu es surtout mytho et un gros bourgeois. tu as plutôt vendu vendu tes vignes et ta propriété.
          pauvre péripate.


        • Ben Schott 23 avril 14:09

          @lsga
           

          « avant que la police para-militaire ne débarque chez moi pour tabasser ma femme et ravager mon appartement avant de me jeter en cage pour apologie du terrorisme ou autre chose »
           
          Ah ah ! Vous avez bien déconné, là ! Et logiquement, votre femme vous a quitté parce qu’elle en a eu marre de vivre avec un éternel adolescent qui déconne à plein tube sur internet, non ?
           
          Vous êtes au Luxembourg, maintenant ?
           


        • lsga lsga 23 avril 14:34

          Quoi qu’il en soit : le François est une langue qui n’est parlée que par quelques bourgeois. La vaste majorité de la population française ne parle pas cette langue étrangère.

          Les français parlent le frangloarabe et chient sur le Beschrelle.


        • Plus robert que Redford 23 avril 17:20

          @lsga
          Chuis perplexe !!

          Vous chiez sur le français « bourgeois » dans une syntaxe et une orthographe parfaitement maitrisées, associées à un style, somme toute assez élégant...

          Vous êtes en réalité le prince des faux-culs !


        • mmbbb 23 avril 17:51

          @HELIOS Votre propos est absurde Je rejoins ISGA sur ce point le francais a voulu etre une langue de l’elite Le francais etait parle dans toute les cours de l europe elle etait aussi la lange de la diplomatie Elle a perdu du terrain puisque nous sommes devenue une puissance moyenne et que la langue du commerce est l’anglais La langue de la science est aussi l’anglais puisque les USA ont le leadership dans la recherche Toutes les publications sont faite en anglais Nous avons laisse passe la revolution du numerique ( Louis Pouzin un brillant polytechnicien n’a pas ete ecoute par les enarques ) et l ’informatique est desormais par nature americaine L academie francaise met son grain de sel et préconise courriel Pour les termes techniques c’est l’anglais clusteur processeur boot reset etc les vieux académiciens n’ont qu a deviser entre eux et nous laisser vivre. Les americains sont innovants il fallait prendre le train en marche


        • AA158 (---.---.201.70) 23 avril 20:51

          Ouiii chamaillez-vous entre privés-de-tout, quelle bonne idée.

          Au lieu de convoiter l’herbe du voisins pourquoi ne pas vous concentrer sur l’abatage de la clôture ?

          Vous devez voir que les besoins et ressources peuvent être gérés bien mieux.

          Vous savez que le statut administratif placé par l’etat sur votre vie n’a aucune importance.

          Alors cessez je vous prie.

          ++


        • vesjem vesjem 23 avril 22:20

          @lsga
          t’es du gender à dire non quand on dit oui et inversement , n’est-ce pas ?
          pour apprécier l’élégance d’une langue , il faut ne pas la connaître
          ainsi , pour moi, l’anglais est une langue plutôt agréable , tout comme le portugais , alors que l’américain m’inspire l’envie de vomir sous l’oppression de la patate chaude ;
          pas toi ,isga ?


        • Auxi 23 avril 23:59

          @lsga
          Ah bon ? Fils d’une femme de ménage et d’un manœuvre, je suis devenu ouvrier typographe puis correcteur. Chez nous, on était très soucieux de la qualité d’expression. Mes parents me faisaient toujours relire les courriers qu’ils adressaient et le corriger le cas échéant. À te lire, on comprends très vite que tu n’as pas souvent fréquenté des prolétaires. D’autre part, à propos d’un tout autre sujet, je t’ai déjà pris en flagrant délit de mensonge. Alors, ta qualité de prolétaire, permets-moi d’en douter…


          Et à part ça, la révolution intergalactique, ça roule ?

        • Auxi 26 avril 01:47

          @Plus robert que Redford
          Et aussi le roi des menteurs, je l’ai coincé en flagrant délit de mensonge sur un tout autre sujet, il y a quelques temps.


        • Auxi 26 avril 02:11

          @lsga
          Le Beschrelle : c’est le Coran français.

          Dans ce cas, je suis un djihadiste, « camarade » ! Pauvre garçon, toujours aussi con… Tu ne te rends même pas compte à quel point tu es insultant pour le prolétariat.

        • Ben Schott 23 avril 11:57

           

          Autre exemplen savoureux : Bayer (géant de l’industrie pharmaco-chimique allemand) : « Science For A Better Life » ! Ça sonne mieux que « Vous rendre malades pour gagner gros » !
           


          • lsga lsga 23 avril 14:36

            @Ben Schott

            Autre exemple savoureux : c français qui se choisissent des pseudo anglosaxons genre « Ben Schott »


          • HELIOS HELIOS 23 avril 16:16

            @lsga

            ah, ah... Ben Schott ça me parait plutot arabe, justement... mais on peut se tromper... 

            et qu’est-ce qu’il en dit l’interressé ?

          • Ben Schott 23 avril 17:14

            @HELIOS
             

            Non, c’est bien un auteur typiquement anglais, que j’aime bien.
             


          • Auxi 24 avril 00:04

            Plutôt que l’obligation du français dans la publicité, je préfère la mort de la publicité, car j’en ai plus que ras-le-bol de ces agressions perpétuelles de marchands de tapis.


            À MORT LA PUB !!!

            • Abou Antoun Abou Antoun 24 avril 07:49

              @Auxi
              D’accord !


            • Orchidoclastophobe (---.---.204.85) 24 avril 07:10

              La publicité est déjà fort envahissante, voire exaspérante sur les chaînes de télévision, dans la rue, sur Internet, un peu partout et tous supports, c’est un fait. Mais l’invasion des anglicismes pour augmenter les mérites de tel ou tel produit est véritablement insupportable. Ceci est d’autant plus grave lorsqu’il s’agit de marques typiquement françaises (cf le ridicule « France is in the air » d’air France), les exemples drôlatiques ne manquent pas, hélas. J’ose espérer que cette tendance ne se justifie que pour faire « in », « branché », et je souhaite bientôt « branchouille », « has been », que tout ceci deviendra ringard un jour. Les publicitaires aussi créatifs qu’ils puissent être, comprendront peut-être que l’exaspération de consommateurs potentiels face à l’américanisation de leurs réclames aura un effet contraire à leur première intention qui est de vendre ! L’Anglais est certes très pratique , pour échanger des idées avec des personnes dont on ne connaît pas la langue natale et ce dans tous les pays où il y a des distributeurs de boissons gazeuses. L’anglais serait même préférable dans des domaines spécifiques tels que l’informatique ou la recherche, pour des raisons de concision et d’uniformisation de termes d’ordre techniques ; je suis par exemple très satisfait de pouvoir lire des notices de produits technologiques fabriqués en Orient sans avoir à étudier le Mandarin. Les petits chinois obtiennent en outre un taux extrêmement élevé d’alphabétisation que la France peut réellement envier. Mais on nous explique ici ou là que si les petits Français ont du mal avec l’écriture c’est à cause du fait que la langue de Molière serait obscure, trop compliquée, tellement élitiste... Diantre ! La langue de Rabelais était certes fort différente du Français actuel, lequel est voué à évoluer comme toute langue vivante. N’oublions pas que de nombreux mots ont été empruntés à des langues multiples au cours de l’histoire, par exemple plus de cinq cent mots arabes à peine francisés, des mots italiens, espagnols, certaines marques déposées sont devenus des noms communs, et caetera. Les autres langues ont emprunté aussi beaucoup au Français. Les Américains raffolent par ailleurs de l’emploi de petites phrases en Français, quand ils ne le maîtrisent pas carrément. Je ne parlerai pas de l’argot si imagé, ou de la beauté de la langue dont on s’éprend formidablement au travers de la littérature, mé merde y’a kon meme lortograffe la congugéson ai la sintax a respecté et ossi la ponctuassion. Je dis ceci pour ceux qui pensent que l’ortographe est la science des ânes et autres trolls haineux des cavernes qui fuient ce pays misérable indigne de leur gandeur d’esprit, cf le drôle d’oiseau qui ose dans ce fil de commentaires, en contradiction avec ses propos, se nantir d’un avatar coiffé du bonnet phrygien : NON, le franglais n’a rien de prolétaire (wesh ma gueule) ; il est même suremployé par les « happy people » arrivistes qui n’appartiennent pas trop à la classe ouvrière, mais plutôt à une certaine classe aisée (ahh le luxe) qui s’organise un « brunch » ou autre « after dinner » lors d’une « swimming pool party » dans un « loft » hors de prix sur la côte, avec « dress code » chic pour messieurs « hipster » tellement « trendy » et un « make up » très « sexy » pour mesdames. Et le prolo voudrait rêver, en agissant par mimétisme et se croire moins ringard en affirmant que la langue française est désuette ; qu’user de l’anglais des puissants inconsistants que les medias érigent en modèles de réussite est tellement mieux dans sa condition d’être nombriliste égocentrique. Je m’indigne du fait que la France s’efface sous le joug des médias qui imposent (j’espère par inconscience, innocence ou panurgisme) une universalité de moeurs, de musique, de mal bouffe, l’usage de la langue anglaise de plus en plus systématique, tout cela venant d’outre Atlantique, au détriment d’une identité historique, nationale, en bref la république dont la langue est un liant tangible, un précieux outil d’émancipation, la condition nécessaire à la liberté d’expression. Il s’agit de conserver la singularité du français, d’en perpétuer l’usage, comme le font nos cousins québecquois avec tant de verve. Cette tâche nous incombe je l’espère avec moins de difficultés que pour la sauvegarde du breton, de l’occitan ou du patois limousin. Sans esprit identitaire incongru, ce problème n’étant pas uniquement remarquable en France, doit-on imaginer que la mondialisation devrait être calquée sur un modèle unique de société ? Est-ce enviable de vivre à terme dans un monde de clônes qui revendiqueraient leur singularité en faisant comme tout le monde en tout point ? Et pour finir, comme il me plaît de citer les grands auteur, le groupe allemand Rammstein chantait avec un sens aigu de l’analyse et non sans ironie :« we’re all living in America, Amerika ist wunderbach... »


              • Abou Antoun Abou Antoun 24 avril 07:48

                @Orchidoclastophobe
                Amerika ist wunderbach.
                Très bon clip en effet. Juste une petite remarque c’est ’wunderbar’ et pas ’wunderbach’ ; Ach ! Deutsch ist nicht so leicht zu schreiben !


              • Orchidoclastophobe (---.---.204.85) 24 avril 08:38

                @Abou Antoun

                Merci pour la correction de mon Allemand défaillant >_< . wunderbar.


              • Abou Antoun Abou Antoun 24 avril 07:37

                Tout cela n’est, une fois de plus qu’une histoire de gros sous. La réalisation d’un spot publicitaire coûte un max. En faisant tout en globish on fait une importante économie d’échelle, même chose pour les campagnes d’affichage, etc...


                • ricoxy ricoxy 24 avril 10:02

                   
                  ► Abou Antoun
                   
                  Jawohl ! Et je dirais même plus : совершенно право !
                   


                • Abou Antoun Abou Antoun 24 avril 17:02

                  @ricoxy
                  Bonjour,
                  вы
                  тоже говорите по-немецки теперь ?
                  A quand la suite des anglicismes rampants ?


                • Auxi 26 avril 01:42

                  @Abou Antoun
                  À la fois publiphobe et ancien correcteur pour la presse et l’édition, tu imagines à quel point il m’est difficile de rester zen face à la publicité…


                  À MORT LA PUB ! À MORT LE FRANGLAIS ! À MORT LE « GLOBISH » !


                • Jean Keim Jean Keim 24 avril 08:07

                  Bah ! Tout s’arrangera tout seul.

                  Quand nous serons tous télépathes et que nous nourrirons de pure énergie, le mal-dit ainsi que la mal-bouffe et le franglais disparaîtront et avec une grosse partie de la publicité ainsi que le mensonge smiley

                  Comme l’a dit un sacré bonhomme : 
                  « Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme ; mais ce qui sort de la bouche, c’est ce qui souille l’homme. »

                  • ricoxy ricoxy 24 avril 10:19

                     
                    Les réclames publicitaires n’ont d’autre but que de provoquer le désir d’acheter n’importe quel « produit » par un maximum de personnes. Pour cela, évidemment, pour s’adresser à la masse, un langage simpliste, des images agressives, des musiques criardes remplissent à merveille le rôle d’incitateur à l’achat. Le peudo-anglais ou globish, par sa syntaxe allégée (« light »), est un langage de communication universel : les publicitaires ne s’adressent pas à l’intellect, mais à l’émotion, à l’instinct. Alors, à quoi bon un langage élaboré ?
                     
                    Pour ces gens-là (les publicitaires), tout le monde voit, entend et bouffe la même edrem. Bon appétit !
                     


                    • Orchidoclastophobe (---.---.204.85) 24 avril 13:44

                      @ricoxy

                      Tout à fait d’accord avec vous sur ce point. Cela étant, ne peut-on pas aboutir au même résultat en utilisant un français simple, compréhensible par tous ? L’exemple cité dans l’article de Danone® disant « Stay strong » au lieu de « soyez forts » ou « force vive ! » est emblématique... La masse ne parlerait-elle déjà plus français ou est-ce un tic de langage très chic de bobos ?


                    • Abou Antoun Abou Antoun 24 avril 17:54

                      @Orchidoclastophobe
                      J’irai un peu plus loin. Ces slogans du genre ’restez forts’ sont d’une crétinerie totale. S’il suffisait de bouffer du Danone pour avoir de gros biscottos cela se saurait. L’utilisation d’une langue étrangère donne un peu de mystère à la formule (cf : la messe sans le latin de Tonton Georges) et enlève une partie du ridicule. De toutes façons le moins pire dans ce genre de choses c’est le jeu de mots, le lourd calembour, style ’Dubo... Dubon .... Dubonnet" qui marque les esprits pour des générations, même celles qui ignorent tout du fameux breuvage.


                    • ricoxy ricoxy 24 avril 18:15

                       
                      ► Orchidoclastophobe (= qui n’aime pas les casse-nouilles ?)
                       
                      Le globish répond évidemment au besoin de toucher une clientèle internationale. Se profile ausi sans doute pour les industriels et les publicitaires français le goût de l’exotisme, en liaison avec le prétendu prestige des États-Unis. Écoutez par exemple la réclame publicitaire pour Bayer (« Science for a better life »). Ce slogan est prononcé par une femme à l’accent tellement américain (bouillie sonore) que c’est à dégoûter des produits Bayer (×).
                       
                      On se souvient des vieilles réclames  : « Les républiques passent, la peinture Soudée reste », « Seb, c’est beau, c’est bon », « Dubo, Dubon, Dubonnet », « Philips, c’est déjà demain », etc. Alors pourquoi ne pas faire des réclames en français ? Parce que le français n’est plus « porteur » ?
                       
                      ---
                      (×) Bayer est une société pharmaceutique allemande qui fut fondée en 1863 par Friedich Bayer, et qui ensuite fit partie de la société IG Farben, dont un des dirigeants fut Fritz ter Meer, un criminel de guerre nazi qui mit au point le fameux gaz « Zyklon », qui fut utilisé dans les chambres à gaz. Que fait le C.S.A. ?
                       

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès