Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > De Bardot à Jeanne d’Arc !

De Bardot à Jeanne d’Arc !

Cette année, on fête le six centième anniversaire de la mort de Jeanne d’Arc, après avoir rendu hommage à BB, il y a deux ans ! Du libertinage à la patrie ! De la débauche à l’abstinence. RTL interpelle les auditeurs sur la « pucelle » de Domrémy, de beau matin. Historiens et éditorialistes débattent. Jeanne d’Arc ? C dans l’air. Un temps qui recherche un héros, une voix, un symbole, dans une France, manifestement, dépressive, malingre. Certes, on se cultive en écoutant Gallo ou Casali, nouvelle icône de la discipline, des médias. Récapitulons.

Avant de devenir l’égérie du Front national, Jeanne était l’emblème de la gauche. Celle de la Révolution, du refus. Cette gauche qui faisait de la nation : son totem. Avant de se « perdre » dans la « mondialisation », considérant ce mot comme une injure-après un travail de sape de son « intelligentsia » parisienne-. Mais encore ? Jeanne d’Arc était une femme moderne. Une amazone qui ferait pâlir le Planning familial et Ni Putes, Ni Soumises… Une suffragette pure sang qui portait l’armure, l’épée, le casque ! Un personnage haut en couleur qui inspire un monde désenchanté, sans repère où l’honneur, l’engagement connaissent la gloire de l’absentéisme d’Etat (la RTT morale).

« A dix-sept ans », Jeanne fait le mur, enfourche un cheval et brave l’autorité patriarcale, sur ordre de Yahvé pour défendre le pays contre l’ennemi : les Anglais. A l’époque, on ne connaissait pas encore la laïcité. Ni la séparation des pouvoirs. D’où l’emballement des républicains pour l’impétueuse cavalière ! En 2012, celle que l’on célèbre à tue-tête serait déclarée schizophrène, « intégriste »… et internée à la Salpêtrière sur injonction du Préfet pour trouble à l’ordre public. Malgré un charisme notoire. C’est le regard de Luc Besson.

Qui aujourd’hui, pour paraphraser Onfray, « se battrait pour le pouvoir d’achat, l’emploi, la croissance ? » Qui, aujourd’hui, partirait en « croisade » contre le monde de la finance, ses forteresses, ses donjons, pour libérer le politique… défendre une souveraineté assiégée ?

Personne. Plus qu’un mythe, Jeanne d’Arc pointe le désarroi d’une société immobilisée par les vestiges du passé. Une société narcissique, qui, pour redémarrer, a besoin de symboles forts, de leaders et d’un story telling taillé sur mesure. Convoquer « la pasionaria martyr », rouvrir l’histoire, soulignent l’impasse, voire, l’incapacité d’une élite à fabriquer du rêve. De l’espérance.

François Hollande, en allant à Jarnac, en « bon taoïste », démontre ses limites.

Pour recevoir l’onction suprême, comme les marins qui partaient en mer, le challenger (le Moderne) invoque les « forces de l’esprit », s’incline devant les Anciens, rend un culte aux morts pour gonfler une candidature. Une aura.

Finira-t-il sur le bûcher ? Y aura-t-il les Cauchon de l'UMP pour le faire abjurer ? Dieu seul le sait.

De Jeanne d’Arc à Mitterrand, on cherche sa voie pour décoller, suivre sa « légende personnelle ».

Voir les vidéos :


Discours de N. Sarkozy à l'occasion du 600ème...
Jeanne d'Arc appartient-elle encore à notre...
François Hollande cherche "les forces de l'esprit"


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • HerveM HerveM 13 janvier 2012 10:39

    Le symbole est sympathique mais j’émet de gros doute quand à la véracité de cette histoire. Ou tout au moins sur l’implication réelle de cette femme dans les évènements d’une époque que l’on imagine sans peine empreinte de misogynie.

    Il suffit de voir le travestissement de l’actualité, la pensée unique imposée à coup de lois à l’histoire contemporaine pour être dubitatif sur la véracité d’évènement s’étant déroulés il y a plusieurs siècle....


    • Jamel1998 13 janvier 2012 12:19

      Pourquoi utiliser le terme « bon taoïste » ?

      Pourquoi utiliser ce terme que vous ne comprenez pas ?

      • kitamissa kitamissa 13 janvier 2012 13:16

        Vous vous prétendez Journaliste de formation ? soit ....


        relisez bien ce que vous écrivez ....la pucelle de Doremy ? .......Fa,sol,la,si ?

        ensuite la Salle pétrière ?.........c’est voulu ?........sinon c’est la Salpêtrière un hôpital Parisien bien connu ....

        • Caparut Caparut 13 janvier 2012 15:26

          Et vous avez oublié le nom de l’évêque que d’aucuns, à l’époque auraient traité de porc !
          Ce pseudo-journaliste fait trois erreurs monumentales qui le couvrent de ridicule :
          - « Doremy » au lieu de Domrémy, commune du département des Vosges où l’on situe le lieu de naissance de Jeanne d’Arc,
          - la Salle pétrière (voir commentaire précédent)
          - Pierre Cauchon (et pas cochon !), évêque, ordonnateur du procès de Jeanne d’Arc.
          C’est la nouvelle race des journalistes, analphabètes... comme leurs pieds !


        • jef88 jef88 13 janvier 2012 20:56

          On ne fête pas la mort mais la naissance de Jeanne ! Erreur supplémentaire !

          Elle n’est sainte que depuis 1920 ! Soit environ 490 ans aprés sa mort !!!

          Son histoire est faite d’interprétations et non de faits avérés !! Voir Jeanne des ARMOISES

          Alors quand on polémique ? Je m’esclaffe !!!!!!!!!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès