Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > De l’individuel au collectif : engageons-nous !

De l’individuel au collectif : engageons-nous !

Notre société, nous ne le savons que trop bien, est basée sur l’individualisme, seul capable (pour les libéraux, mais comme ce sont eux qui ont le pouvoir…) de satisfaire l’intérêt général, ou collectif.

Cette illusion, savamment orchestrée depuis maintenant quelques siècles, théorisée, « scientifiquement prouvée » comme on dit, s’est répandue dans toutes les couches de la société, des plus hautes jusqu’aux plus basses.

Bien sûr, ceci n’est pas vrai. Au niveau du seul intérêt « global » de l’humanité, c’est à dire du monde entier, le capitalisme ne satisfait pas l’intérêt général, et loin s’en faut. La seule réalité tangible pour chacun, c’est effectivement qu’il faut penser d’abord à soi, et qu’il n’y a pas vraiment le choix. Mais c’est faute de savoir se rassembler, pas faute de ne pas être nombreux à penser qu’il le faut.

En cette période trouble de mouvements sociaux, on voit bien à quel point cette notion d’individu et de collectif est au centre de toutes les batailles. Tous les mécontents veulent, souhaitent se rassembler autour de nouveaux projets communs, favorisant le collectif avant l’individuel, mais il n’y a rien à se mettre sous la dent : les partis de gauche, même à l’extrême, sont prompts à critiquer l’individualisme, mais personne n’est en mesure de faire une contre proposition. Apparemment, et cela devrait choquer tout le monde, ce ne serait pas aux partis politiques d’appeler à la grève générale, mais aux syndicats…. qui eux, n’appellent pas non plus à cette action. Pourquoi ?

Bien sûr pour la raison suivante, à savoir qu’en réalité ils sont eux-mêmes victimes de l’illusion que j’évoquais plus haut, à savoir qu’ils font passer leur individualité avant le collectif. L’un veut être le candidat de la gauche, l’autre garder sa place dominante au sein de son syndicat, un autre au sein de l’entreprise… sans se griller dans une action qui, si elle ne marchait pas, leur ferait perdre ce qu’ils ont déjà.

En définitive, tous sont plus ou moins d’accord sur le fait qu’il faudrait faire quelque chose ensemble, unis et rassemblés, mais personne ne veut s’y lancer si par ailleurs les autres ne se lancent pas aussi. Et cette peur est la même pour chacun. Le coup du retrait des liquidités bancaires par exemple, pourrait fonctionner si tous le faisaient en même temps. Mais personne ne croit réellement que les autres vont le faire. Alors à quoi bon se lancer tout seul dans une bataille où seuls ceux qui s’y lanceront sont sûrs de perdre ?

C’est l’échec assuré, un point c’est tout.

Maintenant, s’il existait ce «  lieu » dont je parlais, où tous pourraient dire « j’en suis », et que chacun puisse se sentir soutenu par les « j’en suis » déjà inscrits, prêts à agir, l’effet de masse « boule de neige » pourrait être rapidement conséquent. Si en ce lieu des dizaines de milliers de personnes disaient, par avance, qu’ils vont agir à la date prévue. Les frileux se verraient portés par le nombre, et se réchaufferaient à leur contact.

Le jour dit, soutenus par le nombre, les plus frileux pourraient alors se lancer dans la bataille avec les autres, tous ensemble et unis, sans peur de se retrouver tous seuls devant leur banque.

Je vais donc tenter le truc, avec les moyens du bord … c’est à dire lancer un sondage sur ce blog, dont chaque vote exprimera la volonté du participant de suivre -ou pas- le mouvement.

Concrètement, je vais poser la question : “êtes-vous prêts à retirer tout le liquide possible que vous possédez à la banque, jusqu’à hauteur de votre découvert, le 7 décembre ?” : « oui », « non », ou « à une autre date ». le 5 décembre se conclurait le sondage, et les comptes seraient à faire : si le nombre de votants est inférieur à un certain nombre, il faudra remettre ça. Mais si un nombre important venait à y répondre favorablement, il faudrait, par l’intermédiaire des twitters, facebook et tous les autres moyens dont nous disposons, rassembler autour de nous le plus grand nombre possible, avec comme base argumentative le résultat du sondage effectué.

Pour que ce dernier ait une valeur, il faut bien entendu miser sur l’honnêteté des votants, et ne voter qu’une seule fois. J’imagine que cela est possible techniquement., mais apparemment l’hébergeur du blog sur lequel je suis ne permet pas de s’inscrire autrement qu’en créant auparavant leur propre blog. Ce qui n’est pas concevable.

Il faudra donc compter sur la bonne volonté de chacun, au moins pour l’instant… comme disait Coluche « ce n’est qu’un combat, continuons le début ! »

PS : ce sondage sera s’arrêtera le 5 décembre au soir, en espérant que le message soit relayé d’ici là… on ne sait jamais, et comme je le dis souvent, méfions -nous, nous ne sommes jamais à l’abri d’une bonne surprise !…

Caleb Irri

http://calebirri.unblog.fr


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • liberta 18 octobre 2010 10:23


    Le meilleur moyen de prouver notre engagement citoyen dans cette lutte à mort contre le gouvernement Sarkozyste est de soutenir financièrement les grèvistes afin qu’ils aillent jusqu’au bout

    Il faut que l’Intersyndicale lève un FONDS NATIONAL DE SOLIDARITE qui serait bien accueilli par les nombreux citoyens qui ne pouvant faire grève, auraient ce moyen de soutien

    Ce serait faire battre en retraite l’individualisme qui est l’outil priviligié des gouvernants pour nous manipuler

    Il est étonnant que les syndicats et les collectifs dans les manifestations n’appellent pas les citoyens à un soutien financier - je remarque autour de moi que cette initiative serait la bienvenue si c’est bien encadré


      • BA 18 octobre 2010 16:07

        Sur 4.800 stations gérées par Casino, Carrefour, Auchan, Cora, Leclerc et Intermarché, « il y en a quelque 1.500 en rupture d’un produit ou totalement à sec », a déclaré à l’AFP Alexandre de Benoist, délégué général de l’Union des importateurs indépendants pétroliers (UIP, grande distribution).

        http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5i7CgRkZVAlpPg9xdmN_81Qad -uOg?docId=CNG.c7e0d96e7c1f04e60dc126431d0655d4.a1

        Autrement dit :

        Casino, Carrefour, Auchan, Cora, Leclerc et Intermarché ont 1.500 stations-service en rupture de stock.

        Mais ça, ça ne concerne que 4.800 stations-service gérées par Casino, Carrefour, Auchan, Cora, Leclerc et Intermarché, sur un total de 13.000 stations-service.

        Il en manque 8.200 sur lesquelles nous n’avons aucune information.

        Et les stations-service Total ?

        Et les stations-service Esso ?

        Et les stations-service BP ?

        Combien de milliers de stations-service sont en rupture de stock EN TOUT ?


        • BA 18 octobre 2010 21:30

          Pénurie de carburants : plus de 2.600 stations à sec, l’Ouest le plus touché.

          En agrégeant les chiffres de Total, des indépendants et des grandes surfaces, le nombre de stations touchées par un manque de carburant dépasse les 2.600 stations.

          http://www.lepoint.fr/societe/penurie-de-carburants-plus-de-2-500-stations-a-sec-l-ouest-le-plus-touche-18-10-2010-1251172_23.php


          • amelia74 20 octobre 2010 20:37

            Bonsoir,

            Pour info il existe une caisse de solidarité : > http://www.bizimugi.eu/grevesolidaire/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès