Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > De quoi la neige est-elle le « Non » ?

De quoi la neige est-elle le « Non » ?

En direct de ma Segpa

Le principe de permission implicite.

_IGP7732.JPG

La neige dévoile bien des intentions malignes, des évolutions dans les mentalités, des précautions qui deviennent permissions. Cet aléa climatique, ce cadeau des cieux ou cette calamité pour les routes est devenue l'occasion de dévoiler les changements d'une partie de la société qui trouve prétexte de cette intempérie pour ne pas travailler.

553591_527095977323581_571345529_n.jpg

Ce matin dans mon établissement scolaire qui accueille des adolescents de 12 à 16 ans, la neige a provoqué une vague d'absentéisme sans précédent. Pourtant, nous sommes en centre ville, les bus et les tramways fonctionnent à Orléans et bien rares sont les enfants qui viennent d'un peu plus loin. Le prétexte était trop beau, le flocon fait le larron !

536983_527096393990206_285806928_n.jpg

Rassurez-vous, la belle astuce a également attiré quelques adultes. Car il en va ainsi désormais dans cette fonction publique qui perd de plus en plus la perception de sa dimension de service. Un chef qui arrive en retard, repart chez lui pour vaquer à d'autres soucis, des enseignants qui sont bloqués chez eux quand d'autres ont pris des précautions pour arriver à l'heure.

_IGP7703.JPG

Alors, que dire aux élèves, quand dans le même temps, le Conseil Général au nom du désormais sacro-saint principe de précaution interdit ce jour les transports scolaires ? Dans l'inconscient des jeunes, la neige est devenue l'autorisation implicite de ne pas venir à l'école. J'avais intercepté des conversations le vendredi de réputés courageux se plaignant alors de l'absence des précieux flocons qui les avait contraints à venir …

29568_527096300656882_1309623863_n.jpg

L'information qui tourne en boucle, les flashs spéciaux pour 5 centimètres de poudreuse, les alertes et les interdits préfectoraux ont depuis longtemps eu raison de bien des volontés. Désormais, la neige laisse les moins courageux, les plus prudents, les cossards et les lascars à la maison. Nous le savons, nous ne pouvons que constater cette évolution qui n'accorde plus l'importance que l'école avait autrefois.

_IGP7706.JPG

Combien d'anciens nous racontent qu'en ces jours d'exception, ils parcouraient quelques kilomètres à pied pour se rendre malgré le froid et le manteau neigeux au rendez-vous des cours ? C'est désormais un passé révolu. Même nos chers élus ouvrent le parapluie et demandent à leurs administrés en culotte courte de rester à la maison. Les jolis futurs travailleurs que voilà !

537213_527098583989987_1192973839_n.jpg

Je suis d'autant plus en colère que les plus grands sont à moins de six mois de leur entrée dans la vie active. Se rendent-ils compte que cette journée volée ne leur sera pas pardonnée quand ils seront en apprentissage ? Pourront-ils alors faire l'effort qu'ils sont incapables de produire aujourd'hui ? Quelle belle éducation collective nous leur proposons ainsi !

_IGP7717.JPG

Le principe de précaution appliqué avec une extrême vigueur quand il s'agit des risques de circulation semble bien moins soucier tous nos dirigeants quand on regarde du côté de nos chères centrales nucléaires. C'est bien la preuve qu'il n'est qu'un prétexte pour poursuivre la lente dégradation des valeurs collectives, la déliquescence des consciences.

24447_527096067323572_1553657933_n.jpg

Je sais qu'on va encore me jeter à la figure le risque d'accident routier. Que se passe-t-il dans les pays touchés par des hivers rigoureux ? La vie s'arrête-t-elle pour autant ? Nous perdons de vue l'essentiel, nous sombrons dans un assistanat absurde qui démotive ou déresponsabilise chacun de nous. Je ne peux l'admettre sans me révolter contre cette mascarade qui nous transforme ce jour en gentils animateurs pour les derniers des mohicans.

_IGP7718.JPG

Je veux enfin féliciter les familles qui ont pris sur elles de conduire leurs enfants en voiture au collège, j'en ai comptabilisé 6, les élèves qui sont venus à pied. Ceux-là échappent à la régression générale dans laquelle on veut installer notre nation. Car je ne peux croire que ce mouvement d'érosion de la conscience professionnelle ne soit pas le fruit d'un plan délibéré de ceux qui bradent notre société ! « C'est abuser, personne ne vient en cours ! » s'exclame en classe Pamida, qui né au Congo, découvre la neige et ses curieuses conséquences chez l'autochtone …

603110_527096227323556_174410956_n.jpg

Enneigement leur.

 

_IGP7734.JPG

JPEG

 


Réagissez à l'article

21 réactions à cet article

  • Laurent C. (---.---.---.254) 22 janvier 2013 11:37

    Neige ou canicule, tout est bon pour comme excuse. A ce rythme, dès qu’on sera en vigilance orange, les gens s’enfermeront.


    Vous parlez d’autres pays, mais sans aller très loin, dans nos régions montagneuses il est fréquent d’être « coupé du monde ».

    C’est juste une question de mentalité et dans ce domaine, les adultes donnent de bien mauvais exemple à leurs enfants.
    • C’est Nabum (---.---.---.108) 22 janvier 2013 12:28
      C'est Nabum

      Laurent


      L’exemple n’est plus une valeur qui se démontre 

      Ainsi dans mon établissement, la dernière arrivée et la première partie est bien souvent la directrice.
      À parir de là, tout va à vau-l’eau et sur la neige c’est pas simple !
  • foufouille (---.---.---.35) 22 janvier 2013 11:38
    foufouille

    avant, il y avait pas 5 millions de chomeurs
    avant, on pouvait recuperer du bois ou des bouteilles consignees dans les decharges
    bruler les sarments sera bientot interdit
    le cantonnier est en CUI
    a part pour le plaisir, les etudes servent plus a grand chose
    faut apprendre le chinois ..............

  • slipenfer (---.---.---.155) 22 janvier 2013 13:13

    c’est les sports d’hiver des pauvres,les batailles de boules de neige
    c’est sacré.

     smiley

  • Alois Frankenberger (---.---.---.204) 22 janvier 2013 13:32
    Alois Frankenberger

    Faut dire que d’investir pour des pneus hiver sur la Loire demande un certain niveau d’abnégation ( ce n’est pas la haute Savoie non plus hein ) , surtout avec le réchauffement climatique qu’on nous promet mais qui se laisse malgré tout un peu désirer.





  • lulupipistrelle (---.---.---.227) 22 janvier 2013 16:28

    Chez moi quand il neige, tout est bloqué...les rues, l’autoroute... et les hôpitaux débordent de personnes âgées qui ont quand même voulu sortir pour acheter leur pain et se sont cassé le col du fémur. 


     
  • Brontau (---.---.---.81) 22 janvier 2013 17:46

     Bonsoir Nabum si j’osais, je me hasarderais à proclamer : "qu’importe le flocon pourvu qu’on ait l’ivresse...

  • TSS (---.---.---.50) 22 janvier 2013 23:08

    Je me rappelle du fameux hiver 54 et d’un autre tout aussi fameux 56/57 où entre janvier et fevrier

    il avait fait -16°/17° pendant presque 3 semaines et pas un jour d’ecole manqué (pour personne).

    Culotte courte(pas de jeans ou baggy) et « snowboots » ,4 fois par jour(pas de cantine) avec le

     verre de lait chaud, instauré par Mendès-France,à la « recré » et tout cela nous semblait normal !!

    Quand je raconte ça à mes petits enfants ils me regardent avec des yeux ronds,quand je

     leur dis qu’à l’epoque,au sortir de la guerre il n’y avait comme moyen de locomotion ,que

    nos jambes ou le vélo... !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès