Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Décryptage de la Loppsi II

Décryptage de la Loppsi II

Et une de plus ! Loppsi II. Un nom sexy à la Avatar qui est pourtant loin de l’être quant à son contenu. Nous souhaitons tout de même la bienvenue à la 17ème loi inutile sur la sécurité, votée ce mardi 16 février par l’Assemblée Nationale depuis 2002.

 Avec 312 voix contre 214, la Loi d’Orientation et de Programmation pour la Performance de la Sécurité Intérieure est donc adoptée ; le tout pour 2,5 milliards d’euros. A seulement un mois du premier tour des élections régionales, le gouvernement nous ressort donc la carte de la sécurité. Il n’y a rien de mieux pour rassurer l’électorat de droite et d’extrême-droite qui semble autiste puisque le bilan de M. Sarkozy en matière de sécurité (notamment) est plus que navrant. La multiplication du nombre de ces lois et les chiffres de la délinquance en augmentation (ou au mieux en stagnation) prouvent que la répression n’est pas une solution mais une alternative inefficace à de vraies politiques de fond, qui sont, certes, plus longues et difficiles à mettre en œuvre (les investissements dans l’éducation par exemple).

La Loppsi II est donc une loi banale qui connaîtra la même inefficacité que les autres.

De la « communication » avant les élections, tel est le réel but de cette loi. Brice Hortefeux continue donc de mettre en œuvre la célèbre équation démagogique du gouvernement actuel : fait divers choquant = loi.

En effet, la Loppsi II prévoit, en réponse au meurtre récent d’un couple de retraités à Pont-Saint-Maxence dans l’Oise, d’alourdir les peines pour les agresseurs de personnes dites « vulnérables » (personnes âgées, enfants, handicapés…). Les vols commis contre ces personnes passeront donc de 5 à 7 ans d’emprisonnement et seront punis d’une amende pouvant atteindre 100 000 euros. Les peines concernant les vols accompagnés de violence seront désormais punis de 10 ans d’emprisonnement, contre 7 ans par le passé.

Hortefeux pense-t-il sincèrement faire baisser ces agressions en se contentant d’augmenter le nombre d’années passées en prison ?

Les faits nous laissent sceptiques. D’autant plus que le simple fait de s’attaquer à une personne « vulnérable » est déjà une circonstance aggravante prévue par le Code Pénal.

Autre apport de la loi  : la multiplication de la vidéosurveillance (devenue « vidéoprotection » dans le texte). Ainsi, les préfets pourront autoriser l’installation de caméras en cas de « manifestations ou rassemblements de grande ampleur présentant des risques pour l’ordre public ». Hortefeux souhaite en effet que d’ici à 2011, le nombre de caméras soit porté à 60000 sur tout le territoire. Bienvenue dans « Loft Story » version « France Story ». Brice a dû oublier de lire les rapports démontrant l’inefficacité chiffrée des caméras de surveillance tel que le rapport du VIIDO (un service de Scotland Yard) présenté dans Le Guardian le 6 mai 2009 (et l’article d’Acturevue). Celui-ci montre que seuls 3 % des délits sur la voie publique ont été résolus grâce à la vidéosurveillance en 2006 à Londres. Le sociologue Tanguy Le Goff a également prouvé leur inefficacité en étudiant la méthodologie des rapports rendus en France qui, en manipulant les données, arrivent à nous faire croire que les caméras permettent de faire diminuer la délinquance.

D’ailleurs, Dominique Verdejo (directeur conseil de la société de vidéosurveillance Personal Interactor) ne sait plus comment justifier l’installation de caméras autrement qu’en avançant « qu’elles seront bien utiles lorsque nous aurons un attentat terroriste et je suis tenté de dire que ça va arriver, il ne faut pas se voiler la face ». Sans commentaire...

La Loppsi II donne également au préfet le pouvoir de décréter un couvre-feu pour les mineurs de 13 ans entre 23 heures et 6 heures s’il les juge exposés à « un risque manifeste pour leur santé, leur sécurité, leur éducation ou leur moralité ». Cela peut paraître nécessaire et compréhensible ; mais encore une fois, il s’agit d’une « mesurette » purement démagogique puisque les maires ont déjà le pouvoir d’instaurer ce type de couvre-feu. La gauche dénonce un « pur affichage ».

Un chapitre entier a été consacré à la lutte contre la « cybercriminalité ».

La Loppsi II crée en effet un délit d’usurpation d’identité sur le net. Elle oblige aussi les fournisseurs d’accès internet à bloquer les sites pédopornographiques. Cette mesure est jugée inutile par Jean-Jacques Urvoas (PS), qui a souligné la capacité de ce genre de sites « à migrer d’un hébergeur à l’autre » contournant ainsi tout blocage. Par ailleurs, la loi étend les délais pour mener des écoutes téléphoniques. Enfin, les forces de l’ordre pourront placer des « mouchards » sur les ordinateurs des suspects. La CNIL reste très sceptique quant à ces mesures qui sont de potentielles atteintes aux libertés fondamentales des individus altérant leur vie privée si cette surveillance n’est pas suffisamment encadrée. Comment définir le degré de nécessité permettant cette intrusion dans la vie privée ? La CNIL souhaiterait que le gouvernement s’en tienne aux mêmes conclusions que la Cour Constitutionnelle allemande : « L’introduction clandestine dans des systèmes informatiques de logiciels espions ne peut être autorisée que s’il existe réellement des éléments présentant une menace concrète sur l’intégrité corporelle, la vie, la liberté des personnes, ou une atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation  ».

Le gouvernement suivra-t-il l’avis de la CNIL ?

La Loppsi II est donc une loi qui d’apparence renforce la répression en créant de nouvelles incriminations (délit d’usurpation d’identité sur le net notamment) et en aggravant les peines (passage de 5 à 7 ans d’emprisonnement pour les vols commis contre les personnes « vulnérables » et pour les infractions les plus graves au Code de la route, une peine complémentaire de confiscation du véhicule est instaurée). Pour autant, toutes les autres lois sur la sécurité parues sous l’ère Sarkozy (en tant que ministre de l’Intérieur puis Président de la République, mais toujours chargé de la sécurité) se sont révélées inefficaces alors qu’elles ont toutes accentué la répression (création de la rétention du sûreté et des peines-planchers pour les récidivistes par exemple).

Hortefeux, avec la Loppsi II succède donc à Besson et au détestable débat sur l’identité nationale, qui s’est d’ailleurs avéré calamiteux pour Sarkozy.

Leur seule finalité étant de dissimuler le bilan désastreux de la politique économique et ses multiples conséquences sur le chômage et le pouvoir d’achat notamment.

C.Merlaud

 

 Plus d’articles sur http://www.acturevue.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.76/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • herbe herbe 27 février 2010 09:36

    La photo qui illustre votre article est une merveilleuse illustration !
    Question à l’auteur : puis je la réutiliser sans problème de droits ?


    • Branck2012 27 février 2010 09:52

      Une entité économique , le Traité Transatlantique, qui serait unifiée à l’intérieur par des traités liberticides du genre de L’ACTA , et avec à l’extérieur pour bras armé L’OTAN...Un rêve de cinglés néo-libéraux.


      • Thierry LEITZ 27 février 2010 10:55

        Aucune remise en cause du système qui exclu et disperse les individus faisant de la survie une lutte violente de chacun contre l’autre.

        Personne n’y sera gagnant, sauf à considérer que vivre reclus derrières murs et miradors avec gorilles est un style de vie plaisant...

        Une société apaisée, où les jeunes ont de vraies possibilités d’insertion, où le chômage n’est pas une menace permanente serait de nature à réduire la délinquance.

        Mais là où la misère s’étend quand la richesse échoit à quelques uns, marchands d’armes et autres vedettes médiatiques avec la complicité d’un parlement de privilégiés qui trahissent depuis 30 ans ceux qu’ils sont censés représenter -et défendre- les sentiments d’injustice et de frustration feront progresser la violence.

        Honte à nous qui avons laissé faire !


        • guy_fawkes guy_fawkes 27 février 2010 11:30

          L’étau se resserre, tout doucement, mais surement !
          Camera de surveillance, interdiction de porter des cagoules, logiciels de reconnaissance faciale, enregistrement de votre profil facial via la carte d’identité, carte bancaire, cartes de transports, téléphones portables, LOPPSI qui s’étendra bientôt des sites vraiments illégaux aux sites qui dérangent le pouvoir en place....
          Nous pouvons suivre et contrôler tous vos faits et gestes m’sieurs dames ! mais c’est pour votre sécurité bien sûr !!!


          • clostra 27 février 2010 12:11

            @Le Sudiste

            Vous avez des problèmes dans votre vie ?

            Justement, je me demandais si la Loi LOPSY autorisait la détention d’ une catapulte chez soi ?


          • clostra 27 février 2010 12:17

            Du temps où tout n’était pas interdit, une petite voisine d’en face envoyait des boulettes de coton imbibés de colle sur notre façade (le problème est que les désagréments esthétiques, c’est elle qui les supportait !)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès