Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Défécations mondaines : Bienséance et chasse d’eau !

Défécations mondaines : Bienséance et chasse d’eau !

Cela a dû au moins vous arriver une fois dans votre existence. Invité pour la première fois par vos futurs beaux-parents, par votre patron, ou par un important homme d’affaire ou client avec lequel vous deviez signer un contrat crucial, vous avez demandé discrètement où étaient les toilettes et c’est à partir de ce moment que les choses se sont gâtées et que vos malheurs ont commencé. Ce qui est décrit ci-dessous, n’est hélas reporté dans aucun manuel de savoir vivre. C’est donc dans l’urgence et sans préparation technique qu’il va donc falloir improviser pour s’en sortir, sans perdre la face et sans se ridiculiser. Les tragédies des lieux d’aisance ne font bien évidemment rire que ceux qui ne les ont pas vécues.

Quand on est invité chez des gens qui ne sont pas des intimes, une précaution élémentaire s’impose, celle d’aller évacuer chez soi tout ce que l’on peut aux toilettes avant de se rendre à un rendez-vous qui en cas de dérapage peut se révéler désastreux au niveau de votre image de marque. Tout et surtout le pire peut arriver quand on se rend dans des toilettes inconnues.

D’abord, l’odeur. Tout le monde n’a pas obligatoirement un désodorisant parfumé en spray dans ses lieux d’aisance et l’on se promène rarement avec un aérosol genre Pépror dans sa poche de costume ou dans son sac à main. La femme peut à la rigueur sacrifier un peu de son Chanel, l’homme par contre doit assumer sa trace. Imaginez que vous lâchiez dans la cuvette de votre patron des selles glaireuses et méphitiques dont l’odeur risque d’être tenace et de s’incruster durablement dans l’air confiné des WC, vous n’avez qu’à prier que personne ne vienne rapidement utiliser les lieux, le temps que l’odeur s’estompe.

Mais cette situation est loin d’être la pire, car elle n’est pas visuelle. Un problème bien plus ardu va se poser que celui des fumets indélicats. Comment éliminer les matières particulièrement collantes qui quelquefois adhèrent aux parois de la cuvette. Car, comme il faut, selon l’expression consacrée, laisser en sortant les lieux aussi propres qu’ils étaient en entrant, vous voilà bien embêté si vous ne trouvez pas le balai à chiottes. Après avoir tiré la chasse d’eau plusieurs fois, il vous faudra la mort dans l’âme y aller à la main et essuyer les parois de la cuvette de toute trace adhésive avec du papier toilette. Attention cependant n’agissez pas dans la précipitation et dans l’affolement, retroussez l’une de vos manches avant d’opérer au risque de ramener une substance incongrue et mal odorante sur votre manchette, pouvant fort bien dégager une odeur mal venue lors de la suite du repas. La catastrophe dans ce cas de figure est de laisser tomber sa montre, son alliance ou un bouton de manchette pendant l’opération. La récupération de l’objet va vous immobiliser encore un bon moment dans la place. Vos hôtes vont se demander ce que vous pouvez bien faire pour rester si longtemps parti. De là à ce qu’ils vous prennent pour un prostatique ou constipé opiniâtre, il n’y a qu’un pas, mais ce n’est pas le plus grave. Si votre future belle-mère vous imagine isolé discrètement avec une seringue dans le bras, la future noce est bien compromise.

Le pire cependant est à venir lorsque vous déposez bien involontairement dans la cuvette un étron King-size trop long et trop dur pour être évacué d’un seul coup de chasse d’eau. Il aurait fallu fractionner la pièce en contractant le sphincter, mais le mal étant fait, il va falloir agir et vite. Vous ne pouvez rester décemment plus de dix à quinze minutes sans entraîner des interrogations de ceux qui vous ont invité. Là encore, le balai est indispensable pour arriver à déliter l’objet du délit en le triturant et en le compressant pour le réduire en morceaux, mais encore faut-il mettre la main dessus. Et puis, dans la précipitation, pour ne pas dire la panique, la tête du balai peut se détacher et vous vous retrouvez alors avec le manche dans la main, obligé de récupérer la brosse à la main pour la suite des opérations. Sinon, l’ultime solution c’est le fractionnement manuel, avec les précautions déjà citées plus haut pour préserver vos manchettes. Mais vous n’êtes pas au bout de vos peines, car ce qui va être encore plus difficile à éliminer, ce sont les selles légères, qui flottent comme de la pierre ponce et ne passent pas. Elles vous narguent à chaque tentative vaine de leur faire passer le siphon et rebondissent comme des balles de ping-pong. Et si vous êtes vraiment malchanceux, cela vous arrivera chez des gens dont le réservoir des toilettes se remplit très lentement et dont le flux est faiblard. Il vous faudra bien un bon quart d’heure et de nombreuses tentatives avant de voir disparaitre cette bouée, ce bouchon de liège qui flotte impunément et vous défie.

Et quand rentrant penaud des toilettes en vous demandant ce que vous allez bien expliquer s’il y reste des traces, ou s’il vaut mieux se taire, vous aurez peut-être la chance de vous entendre dire :

- Nous avons oublié de vous dire que nous avions un petit problème de chasse d’eau ces temps-ci. Excusez nous, mais de nos jours, trouver facilement un plombier n’est pas une simple affaire !

Reste une solution radicale, couvrir l’objet du délit d’un monceau de feuilles de papier hygiénique, ouvrir le réservoir de la chasse d’eau, décrocher l’anneau qui retient le flotteur et revenir penaud en disant qu’il y a un problème dans les toilettes. Personne ne pensera que vous l’avez fait sciemment, et vous aurez tout le temps de réparer votre méfait en pouvant rester enfermé quelque temps sans éveiller de soupçons.

Alors, pour éviter tout déboires, le mieux est de se retenir en espérant tenir jusqu’à la fin de la soirée. Chez des pédants constipés, du genre qui pètent entre les dents, l’exemplarité de leur compagnie vous aidera peut-être à garder pour vous votre pesanteur intestinale ! Le proverbe dit qu’un homme averti en vaut deux, il n’a pas forcément tort. Après cette lecture, préparez-vous au scénario catastrophe, vous saurez probablement mieux réagir en cas de pépin.


Moyenne des avis sur cet article :  3.3/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

82 réactions à cet article    


  • antonio 8 juin 2011 10:26

    Eh bien, vive les « toilettes sèches » de José Bové ou la « cabane au fond du jardin » !


    • JL JL 8 juin 2011 10:35

      Je recommande cet article à tous les scatos du site !

      En même temps je m’expose à ce que GY dise encore que je manque d’humour ...  smiley


      • Georges Yang 8 juin 2011 11:23

        JL
        Juste une question, aimez-vous J.M.Reiser ?


      • JL JL 8 juin 2011 19:17

        Yang,

        au risque de vous décevoir, oui !


      • Georges Yang 8 juin 2011 19:22

        Reiser est l’un des derniers philosophes français et un de mes maîtres
        Si vous l’appréciez alors pourquoi êtes vous si souvent constipé dans vos commentaires ?


      • JL JL 8 juin 2011 19:30

        Reiser est sûrement plus philosophe que BHL et Ferry sont drôles !

        Ceci dit, si vous me trouvez constipé dans mes commentaires, je dois vous citer Desproges qui disait, je crois : « On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui ». C’est vrai que j’ai du mal à rire avec les gens que je n’aime pas. Quant à savoir si votre diagnostic est bon, c’est vous qui voyez.


      • Georges Yang 8 juin 2011 20:08

        Vous avez tort, la phrase de Desproges est probablement l’une de ses plus mauvaises
        On peut rire de tour avec n’importe qui, dire des blagues antisémites aux pendus de Nuremberg par exemple


      • JL JL 8 juin 2011 20:29

        GY,

        je ne faisais pas référence à la bienséance. Ceci dit, la bienséance, ou si vous préférez, le tact, ça compte aussi : dans ce cas là, c’est une question de finesse.


      • Georges Yang 8 juin 2011 20:37

        Ne vous relevez pas finement aurait dit Roger Valton dans la pub Boursin ail et fines herbes


      • thaumaetopea 10 juin 2011 01:54

        Le Luron et Reiser.... deux victimes de Schwartzenberg !


      • Sandrine Lagorce Sandrine Lagorce 8 juin 2011 10:59

        Bonjour Georges,
        Texte super dégueu mais super drôle.
        Cependant, une question technique me taraude : quid du bruit des plouf ! ou floc ! successifs en cas de stratégie du fractionnement sphinctérien ? Ils ne manqueront pas d’être perceptibles par vos hôtes si les cloisons de leur appartement ont une isolation phonique déficiente ?


        • Georges Yang 8 juin 2011 11:22

          Chère Sandrine
          Il s’agit présentement de défécations mondaines, n’ayant donc pas lieu en HLM non insonorisé. Le problème par contre se pose au Japon où les cloisons sont minces mêmes chez les riches. Un conseil pour amortir les bruits, intercaler un papier pour faire glisser ou mettre un ou deux doigts devant le sphincter


        • SATURNE SATURNE 8 juin 2011 12:43

          Georges,
          Très prisé dans ce cas, la quinte de toux forte, à bien coordonner avec le plouf.

          Mais on s’expose alors à cette vieille blague de curistes constipés dans des box de WC collectifs.
          Un plouf résonne. L’un dit à l’autre :
          -« ca va mieux, vous ?
          L’autre répond :
          - Non, c’est ma montre ».

          Bon , je viens de commenter aujourd’hui les deux articles fondamentaux du site aujourd’hui : le votre, et celui de Gabriel sur la faucheuse.
          Tout le reste est littérature.


        • Abou Antoun Abou Antoun 8 juin 2011 14:30

          Cependant, une question technique me taraude : quid du bruit des plouf ! ou floc ! successifs en cas de stratégie du fractionnement sphinctérien ? Ils ne manqueront pas d’être perceptibles par vos hôtes si les cloisons de leur appartement ont une isolation phonique déficiente ?
          Bonne remarque Sandrine, on voit que vous avez réfléchi au problème, vous oubliez seulement les ’prout’ (en somme « l’ouverure ») !


        • Serpico Serpico 8 juin 2011 23:11

          Et il y en a dont les WC sont de plain-pied...dans le salon.

          Intérêt à ce que la télé soit à fond....


        • kéké02360 9 juin 2011 10:04

          Sandrine , votre attitude défiante est édifiante smiley


        • Georges Yang 9 juin 2011 10:13

          Sandrine
          J’apprécie votre terminologie : « stratégie du fractionnement sphinctérien »
          Bravo ! Continuez, vous êtes sur la bonne voie.


        • thaumaetopea 10 juin 2011 01:45

          Pour amortir les ’ploufs« ou »flacs« , il faut toujours mettre du papier dans la cuvette avant de déposer... le papier fera office »d’amortisseur« et, en plus, évitera la remontée d’éventuelles éclaboussures qui quelque fois souillent désagréablement l’oeil de bronze, les roupettes ou la foufoune (suivant le sexe du donneur) ou le haut des cuisses.
          Par ailleurs on peut ouvrir le robinet du lavabo adjacent et se mettre à chantonner »le temps des cerises« ... avantage : un bruit de fond qui étouffera les »ploufs" et prouts (qui précèdent et accompagnent souvent le dépôt) et qui peut, en amortissant le bruit de la chasse, laisser croire à vos hôtes que vous êtes simplement aller vous laver les mains.
          N.B. : Pour amortir le bruit de la chasse, toujours, en plus, baisser le couvercle.... sans oublier de vérifier à la fin du flux qu’il n’y a pas de reflux.


        • thaumaetopea 10 juin 2011 01:59

          Bonjour Georges...
          A quand un article sur la sodomie et les ses risques de dégâts collatéraux ?


        • thaumaetopea 10 juin 2011 02:00

          Oups : ... et SES risques...."


        • foufouille foufouille 8 juin 2011 11:09

          tres tres drole


          • iris 8 juin 2011 11:34

            ce que je remarque c’est qu’il nya pas assez de toilettes dans les lieux publics-il faut souvent aller au café pour trouver des toilettes- et les mac do et autres vous demande de consommer pour y aller-au moment ou il ya de + en + de personnes agées, nos gouvernants n’ont pas pensé à multiplier ces lieux et le faire tenir propres- pour faire trvailler les marchands de couches-et pour terminer, il ya bcp de gens qui n’osent pas déféquer en dehors de chez eux -il faut leur dire que ce n’est pas au toilette que l’on attrape des MST et que se retenir favorise la constipation et diverses maladies intestinales et anales.


            • Georges Yang 8 juin 2011 11:37

              En cure, certes, mais à la noce !


            • Annie 8 juin 2011 11:43

              Une éventualité que vous n’avez pas envisagé, est le WC bouché qui déborde...


              • Georges Yang 8 juin 2011 11:45

                Oui, mais dans ce cas, vous n’y êtes pour rien !


              • Annie 8 juin 2011 11:50

                Sauf si c’est vous qui avez bouché le WC.


              • Serpico Serpico 8 juin 2011 23:13

                Annie

                Ça c’est le cauchemar absolu. Et en plus, l’un des hôtes est gentil pendant que l’autre fait la gueule.


              • kitamissa kitamissa 8 juin 2011 12:26

                une mésaventure est arrivée à mon épouse il y a de cela deux ans....


                en vue d’une Coloscopie ,elle avait pris la veille au soir la purge prescrite pour vider le gros colon ....

                heureusement que nous étions chez nous ,une fois les 2 litres de liquide absorbés,au bout de 30 minutes environ,nous allions nous coucher il était déjà près de minuit lorsqu’elle s’est précipité aux WC ....même pas eu le temps de s’asseoir sur la cuvette ,il y en avait partout,sur les murs,parterre,sur le réservoir de chasse ,vraiment partout !

                heureusement tout est en carrelage,on a balancé des seaux de flotte , j’ai la chance d’avoir un aspirateur tonneau d’atelier qui absorbe les liquides !....

                mais quelle odeur !

                je suis allé vider l’aspi sur la pelouse de la résidence,il était tard et il n’y avait personne ....

                puis la purge continuant à faire son effet,le seconde fois,en courant dans le couloir pour revenir aux chiottes,elle n’a même pas eu le temps, c’est la moquette qu’il a fallu nettoyer à 1 heure du matin !

                une nuit d’enfer,l’odeur dans tout l’appart ! l’horreur totale jusqu’au lendemain matin ,nous n’avons pas fermé l’oeil de la nuit ,ouvert toutes les fenêtres alors que c’était un mois de Novembre ..

                une nuit de merde tout simplement !

                • Georges Yang 8 juin 2011 16:45

                  Ben, mon colon !


                • barrere 8 juin 2011 17:31

                  vous êtes bien imprudent !  :=))))

                  lisez donc la notice ! 10 mn apres la derniere prise , NE PAS S ELOIGNER DES WC !!! ET RESTEZ Y !!!


                • thaumaetopea 10 juin 2011 02:09

                  @Kitamissa
                  Pourriez pas filer le nom de votre laxatif aux palestiniens qui ont des problèmes de colons ?.... je sais... je sais.... je suis hors sujet.... mais j’ai pas pu me retenir.... !


                • luatwork 8 juin 2011 12:26

                  vous avez omis un détail, de taille : le comble est que les toilettes sont toujours attenantes aux pièces de vie, séparées d’une simple petite cloison en placo... l’avantage est que vous pouvez suivre la conversations, voire converser avec vos hotes. mais si vous les entendez si bien, la réciproque existe, et là...
                  j’imagine que votre prochain texte portera justement sur « comment amortir la chute et éviter un rappel bruyant des bombardements de la seconde guerre mondiale ? »


                  • Georges Yang 8 juin 2011 13:27

                    Si vous en revoulez relisez cet ancien texte, on reste dans l’ambiance !
                    http://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/la-defecation-des-obeses-un-78583


                    • Nanar M Nanar M 8 juin 2011 13:39

                      La situation ne peut qu’empirer à l’approche des élections.
                      Tiens le copé y vous fait pas chiez, et l’aut’ wauquiez y vous oblige pas à courir aux chiottes pour gerber ?


                      • docdory docdory 8 juin 2011 13:50

                        @ Georges Yang

                        Totalement hilarant ! S’agit-il d’une compilation d’anecdotes autobiographiques ?
                        Dans ce cas, je ne saurais trop vous conseiller, juste après la dernière exonération avant l’heure de l’invitation, la prise préventive d’une ou deux gélules d’imodium, qui permet d’éviter dans tous les cas ce genre d’ennuis !

                        • Georges Yang 8 juin 2011 16:47

                          Doctory
                          On peut ecrire sur Spartacus sans etre gladiateur !
                          MAIS L’IMMODIUM, C’EST VRAI, CA AIDE


                        • thaumaetopea 10 juin 2011 05:26

                          @georges Yang
                          Mon collègue à l’ordonnance me semble-t-il un peu lourde... 1 voire 1/2 gélule devrait suffire (6 heures avant l’épreuve) .... au-dessus l’imodium peut provoquer de déchirantes (sensu lato) constipation.....
                          Déchirantes (risque d’écorchures et de rayures sanguinolentes au niveau du rectum et du pétoulard (« oeil de Gabès » pour les puristes)) dans le meilleur des cas mais le plus souvent obstruantes (formation de bouchons) avec accumulation de féces hautement fermentescibles... risque de terribles ballonnements voire de météorisation spumeuse puis gazeuse avec au final l’implosion du patient...... ouf !
                          Pensez y quand on vous dira :
                          — Bon appétit !


                        • Georges Yang 10 juin 2011 08:18

                          @ Thauma
                          Le sujet vous a plu, pour envoyer 9 commentaires, regarder mes articles sur le pet et la constipations ainsi que sur l’infarctus, c’est dans la même lignée


                        • thaumaetopea 10 juin 2011 13:14

                          J’y vais en courant bien sûr !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès