Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Défendre le voile, Obama can !

Défendre le voile, Obama can !

Il ne s’en est pas privé hier au Caire, avant de s’envoler pour Paris  : "Il est important pour les pays occidentaux d’éviter de gêner les musulmans de pratiquer leur religion comme ils le souhaitent, par exemple en dictant les vêtements qu’une femmes doit porter." Le Quai d’Orsay dit ne pas se sentir visé, le costume islamique n’étant exclu que de "certain espace lié à la Constitution française (...) et à la laïcité«  ; les mouvements féministes, eux, s’insurgent :  »Obama part en croisade contre les femmes« (NPS) ; »Les sociétés humaines sont construites sur des symboles : positifs comme les couleurs d’un drapeau ou un chant de libération ; négatifs comme le costume du bagnard ou le voile sous lequel disparaissent les femmes d’Arabie Saoudite." (Ligue internationale des droits des femmes) ...

Une arme politique

Faut-il rappeler que le voile n’est pas un article de mode, ni même une anodine bondieuserie, mais l’arme brandie par Khomeiny à la face du monde libre pour instaurer sa république islamique, par définition exclusive ? Que si les fondamentalistes y tiennent au point de tuer, y compris celles qui s’y dérobent ; si ces dernières prennent ce risque, c’est qu’il est effectivement un symbole : celui d’une domination sur les femmes, mais surtout d’une civilisation sur une autre, où toute une somme d’interdits et de devoirs régissent l’emploi d’un temps qui échappe au libre arbitre.

Dangereuse diplomatie

Obama se veut diplomate. Dans la louable intention de réconcilier islam et Occident, et entre elles deux cultures incompatibles, il a présenté à ses hôtes les Etats-Unis comme "le plus grand pays musulman d’Occident". Auparavant il critiquait la frilosité de la France à l’égard d’une Turquie apte à devenir, en entrant dans la CE, le pays qui par sa population y aurait droit de veto. Voilà qu’il intervient en faveur du "droit des femmes"... à quoi ? à échapper au soleil, au grand jour, à la vie sociale, au regard des autres, à la baignade entre amis... ?

A moins que, reprenant ses termes ("Il est important pour les pays occidentaux d’éviter de gêner les musulmans", ne nous faille-t-il y voir une mise en garde contre les conséquences auxquelles nous exposerait notre furieux laïcisme ?

En attendant l’hypothétique riposte de nos autorités, rappelons le nombre croissant (si l’on ose dire) de mosquées et minarets construits en France sur des terrains donnés par les municipalités, et où se propage un discours en contradiction avec les droits humains. La Sodome-et-Gomorrhe que représente la France* aux yeux d’ islamistes inquiets de la contagion ne fait pas que des émules chez ses hôtes. Si les représentants du monde libre leur cèdent trop de terrain, la tendance pourrait se renverser et la loi des vases communicants, jouer in fine en faveur d’un obscurantisme sur lequel il serait bon d’enfin lever le voile.

*Défense de la polygamie diffusée sur Al Rahma le 2/6


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

105 réactions à cet article    


  • manusan 6 juin 2009 12:42

    et demain, la majorité pour les femmes à 9 ans, le mariage à 6.

    inch’allah


    • omar omar 6 juin 2009 15:41

      Disons plutôt que la femme sera considérée comme mineure à vie, mais que sexuellement elle pourra être envisagée dès le plus jeune âge. Elle sera aussi soumise aux mariages temporaires, le temps de la satisfaction de l’homme musulman qui lui est supérieur en tout et qui a avec lui le consentement divin.


    • Paradisial Paradisial 6 juin 2009 20:24

      Aucun sain d’eprit ne croirait qu’un père pourrait laisser sa fille de 6 ans ou de 9 ans épouser un enfant du même âge, que dire alors à un individu qui dit que c’est encore plus plausible quand le mari a la cinquantaine !!!

      Et qu’attendre de sa part lorsqu’il se défile ? Il part cherche des sources faibles, et omis son propre texte qui énonce que lorsque les hébreux devaient génocider les populations d’une région, ils devaient en épargner les jeunes fillettes qui n’eurent jamais couché avec un homme, et que leurs doctes viennent après pour trancher quelconque doute affirmer que pour s’assurer de leur virginité, on ne fait pas de quartiers : on garde que les fillettes ayant entre 3 et 9 ans.

      Absolument hideux.

      Pour le reste de ma réponse......


       Play :

      Il n’eut jamais été possible au Prophète Mohammad (que le Salut de Dieu soit sur lui) de se marier avec Aïcha à un tel âge que certains énoncent.

      Ladite polémique relative à l’âge de mariage d’Aïcha ne tient pas la route.

      En fait, les sources relatant l’âge d’Aîcha au moment de son mariage sont assez diverses, disparates et contradictoires.

      Etymologiquement parlant, Sahih veut dire : correct, vrai, véridique.

      Les Sihah (pluriel de Sahih) de Hadith sont des codexs qui répertorient les faits et gestes du Prophète (une sorte de bribes de sa biographie rassemblées). Ils sont les corrolaires des Evangiles dans le Christianisme. Ceux qui mettent dos à dos le Coran avec les Evangiles ont en ce sens complétement tort.

      En Islam, les Hadith (citations du Prophète) n’ont pas la valeur canonique du Coran.

      D’ailleurs, les premiers musulmans avaient hésité à les rassembler dans des codex, craignant par ce de créer une sorte de bouquin rival au Coran. Pour preuve, le deuxième Calife, Omar Ibnu Al Khattab, l’un des meilleurs compagnons du Prophète, sous l’autorité duquel d’ailleurs avait été rassemblé le premier coran dit Coran d’Omar, avait refusé à ramener au moment de l’agonie du prophète un scribe pour coucher sur « papier » les dernières paroles du Prophète, car Mohammad (que le Salut de Dieu soit sur lui) avait bel et bien annoncé plusieurs mois avant que le Coran était clos.

      L’éllaboration des Codex des Hadith se fit dans le deuxième siècle après la disparition du prophète, càd à peu près après entre 2 et 4 générations, et ce sur la base de traditions orales plus certaines parfois écrites, en mettant l’accent sur la corroboration des chaînes de transmission.

      C’est à ce moment que l’on vit naitre les Sahih. Les Sahih, contrairement à ce que leur nom laisse croire, ne comportent pas que des Hadith supposés authentiques ou authentifiés, mais comportent tout un large pannel de Hadith (citations) allant de ceux les plus sûrs à ceux les plus douteux.

      Les chroniqueurs islamologues rassemblèrent de tels codex (Sihah), et laissèrent à d’autres historiologues islamologues le soin de développer une science d’authentification des hadith.

      Pourquoi serait-il nécessaire d’expliquer de telles choses ?

      Bah, je voudrais, tout simplement, faire remarquer à certains que tout ce qui existe dans les Sihah n’est pas systématiquement authentique, et que le recours à un Hadith ne devrait se faire chez les musulmans que d’après avoir étudié le degré d’anthentification du Hadith et la solidité de ses chaines de transmission.

      Pour ce qui concerne l’affaire de mariage d’Aïcha, la plupart des détracteurs de l’Islam se servent systématiquement de hadith faibles pour corroborer leurs attaques contre le Prophète et affirmer leur prétendue et infamante accusation de pédophilie à son égard.

      Nombre de musulmans incultes tombent hélas dans leurs pièges.

      Or, il suffirait de procéder à une minitieuse recherche académique au sein des Sihah - relatant directement ou indirectement l’âge de mariage d’Aïcha - pour se rendre du caractère falacieux d’un telle accusation.

      Quand on procède à une telle recherche on se retrouve avec des hadith donnant chacun un âge de mariage différent, allant de 6-9 ans jusqu’à 18 ans.

      Les antagonistes et détracteurs de l’Islam font aisément et assurément fixette sur l’âge le plus bas, en se servant d’ailleurs des hadith les plus faibles. On ne saurait donc que comprendre leur démarche : Maitre renard n’est pas juge dans un concours d’oies.

      Or, l’étude académique des différents autres hadith prouve que le prophète n’aurait jamais été à même de contracter un mariage avec Aïcha qu’une fois celle-ci ayant été non seulement pubère, mais presque pleinement adulte : 18 ans. Aïcha était d’ailleurs quelqu’un de très précoce, elle était connue pour sa grande intelligence et par la force de son caractère, et ce du vivant du prophète et aussi une fois après la mort de celuic-i. Elle était une femme politique, elle était juge, et était enseignante et consultante juridique et religieuse.

      Voilà deux documents assez intéressants traitant de l’âge du mariage d’Aïcha (ils sont en anglais / peut-être un jour les traduirais-je incha-Allah) :

      Juste pour conclure, je tiendrais à faire remarquer que les mariages à un âge précoce était monnaie courrante en Europe, que ce soit dans les familles royales, les classes bourgeoises ou bien celles-paysannes. Référez-vous aux différents âges de mariage de certaines reines et princesses. Sainte Elisabeth fut mariée à l’âge de 11 ans. Autre détail : dans le Talmud, l’âge de mariage chez les filles était fixé à l’âge de 3 ans, oui, oui, 3 ans, avant de se voir ramené à l’âge de 9 ans (voir astérix plus bas).

      Ceux qui tentent ou voudraient ergoter sur l’âge de mariage d’Aïcha perdent leurs temps en voulant stigmatiser l’Islam à travers des histoires illusoires burlesques qui n’eurent jamais existé.

      Allons allons, un peu de sérieux messieurs les islamophobes primaires, allez faire de l’étude comparée des religions, cela vous sera plus utile, sinon, vous pourrez vous vous ronger l’os suivant.


    • Paradisial Paradisial 6 juin 2009 20:51

      En fait ça se trouve plus loin, en bas de la racine principale du fil de discussion.

      Bonne lecture.


    • Paradisial Paradisial 6 juin 2009 21:10

      Dédicace particulière à Manusan. smiley smiley


    • omar omar 6 juin 2009 22:26

      Vous avez peut-être raison concernant le droits canonique versus la tradition rapportée, mais ce n’est pas ce qui importe ici.

      Ce qu’il convient d’observer c’est le comportement de l’islam actuel, celui de notre époque, la quasi-impossibilité d’une remise en question de ses anachronismes sous prétexte de la préservation d’une pseudo-pureté, une authenticité des textes.

      De fait, les hadith, tout comme les fatwas ont valeur d’autorité chez certains musulmans, et dans de nombreux pays dont la religion officielle est l’islam, les femmes sont juridiquement mineur et soumises au bon vouloir du père, du frère, de l’oncle ou que sais-je. Les affaires de fatwas ayant défrayées la chronique sont nombreuses et nul besoin ici de rappeller cette mécanique barbare.

      Quand au mariage temporaire c’est une pratique honteuse qui perdure, et les pauvres fillettes qui n’ont plus la protection de leur famille ou pour des raisons économiques sont poussées dans les bras d’individus lubriques, mais la morale est sauve puisque un contrat temporaire est conclu, n’est-ce pas.


    • Paradisial Paradisial 6 juin 2009 22:37

      Ça va pas la tête ?!!

      Et pourquoi ne pas parler carrément de prêt et de mise en hypothèque !!! :-> smiley smiley


    • abdelkader17 6 juin 2009 12:58

      Votre curriculum vitae est des plus transparent hahahaha.
      Encore un coup de l’ArA l’association des racistes anonymes hihihihi.


      • Julie Dep Julie Dep 6 juin 2009 13:07

        @Abdelkader
        Dilettante de l’édition, du spectacle. Incapable de ma définir en deux lignes. Vote gauche molle.

        Il faudra que j’explique aux amis khabyles qui m’ont instruite sur l’islam qu’ils sont racistes.
        Pourquoi pas, après tout...


        • abdelkader17 6 juin 2009 14:06

          @farkanscheltabres
          faire tous les jours étalage de sa haine primaire et accuser les autre d’en être voilà une bien curieuse attitude, allez prendre vos calmants c’est l’heure hihihihi


        • Diva Diva 6 juin 2009 15:17

          @ farkanscheltabres

          Il n’y a qu’une race sur terre, la race humaine.

          La race humaine se subdivise en différentes ethnies, de cultures différentes donc !


        • Diva Diva 6 juin 2009 21:10

          @ Mutilé du Cerveau Microbien

          Et en plus tu cautionnes la conception raciale défendue par Zemmour et hitler !

          Pourquoi ne pas plutôt répondre à cette question ?

          http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/obama-est-un-veritable-ami-d-57088?debut_forums=0#forum2126314

          @ farkanscheltabres

          Je reconnais que si tu es tout à fait ma came, Nicole a ma préférence !


        • Paradisial Paradisial 6 juin 2009 21:13

          Julie Dep,

          « Il faudra que j’explique aux amis khabyles qui m’ont instruite sur l’islam qu’ils sont racistes. »

          C’est moi qui vais vous expliquer comment et pourquoi ce sont certains kabyles qui sont racistes.

          Ouvrez l’oeil et la neurone.


        • Paradisial Paradisial 6 juin 2009 21:15

          Comme beaucoup de personnes se gourent dans leur assimilation de la notion d’arabité, je me permets d’insérer des éléments de réponse qui ne manqueront pas d’éclairer quelques lanternes.

          [ces éléments de réponse provienne d’un ancien échange avec Fouadraiden]

          Apparemment vous donnez à la notion d’arabe une connotation ethnique ! Sachez que les arabes n’eurent jamais considérer l’arabité comme une appartenance ethnique (désolé pour vous si les orientalistes vous enseignent ou renseignent mal à la télé).

          Étymologiquement parlant, le terme arabe a deux sens, deux acceptions, qui sont loin d’avoir quelconque connotation ethnique. Je commencerai pas la seconde acception, puis je fournirais la première.

          (en langue arabe, et non pas française dis-donc) Arabe signifie :

          2- le citadin (celui résidant en ville), en opposition aux termes a’raabiy et badawiy (désignant le campagnard) (bédouin est tiré du terme arabe : badawiy) ;

          1- quelqu’un de très éloquent (quelle que soit la langue dans laquelle il s’exprime) (mais notamment) en langue arabe.

          Grosso modo, arabe désigne toute personne s’exprimant (avec éloquence) en langue arabe. Dans le monde occidental les incultes ont malheureusement rajouté une connotation raciale à ce terme, et font désormais la différence entre l’arabité en tant qu’origine raciale, puis géographique, puis y implémentent la notion d’arabophone.

          Les arabes d’antan n’étaient pas aussi racistes que vous. Quelqu’un qui ne parlait pas leur langue ils l’appelaient non pas étranger, mais a’jamiye, càd quelqu’un pas du tout éloquent ; si quelqu’un des leurs parlait la langue avec barbarisme (ou sans grande maitrise) lui aussi était appelé a’jamiye.

          [L’Arabie = pays de l’éloquence // on en comprend bien dès lors pourquoi les arabes de la période près-islamique accordaient tant d’importance à la poésie]

          Comme je l’insinuais en haut, les habitants de l’ancienne Arabie n’étaient pas racistes : le terme étranger chez eux n’existait pas. A sa place, ils utilisaient le terme : « a’jamiy » qui veut dire « non éloquent ». Que l’un des leurs souffrait du moindre défaut d’élocution lui aussi était qualifié de « a’jamiy ».

          A titre anecdotique, ils affublaient les animaux du titre « ’ajmaawaat » (terme très apparenté avec « a’jamiy ») pour insinuer qu’elles n’étaient pas dotés d’éloquence (dépourvu d’un langage intelligible).

          Bizarrement, les habitants de l’ancienne Arabie n’appelaient pas leurs voisins irakiens, jordaniens, yéménites, et autres appartenant à la péninsule arabique , ni mêmes les égyptiens, les soudanais voire les éthiopiens, par le titre « ’oujm » (pluriel de « a’jamiy ») parce que tout simplement ils partageaient avec eux une culture sémitique où les idiomes étaient parents.

          A ladite époque, un iranien pouvait être considéré comme « a’jamiy » (non éloquent) car il parlait une langue non sémitique qu’un arabe ne pouvait discerner.

          Tu disais :« et qu’est-ce que tu en sais pour faire parler les morts ? ».

          Réponse : Et qu’est-ce que tu en sais toi-même pour être tenté d’accorder à de tels mots d’autres significations, voire réfuter celles que j’ai déclarées ?!!

          La langue arabe est une très belle langue, pleine de richesse, et se construit de façon structurellement logique et cohérente. Essaies de faire un peu d’archéographie, et tu seras énormément éperdu d’amour pour cette science appliquée à la langue arabe.

          La langue arabe classique date d’avant la naissance de l’Islam. Les descriptions et définitions archéographiques que j’ai données de la notion d’arabité datent avant la naissance de l’Islam. Le cortex littéraire arabe est assez riche pour le prouver : nombre de chefs-d’oeuvres anté-islamiques en font partie.

          Je t’invite à consulter un dictionnaire arabe (et non des traducteurs), tel Le Larousse (édité au Liban), voire à consulter des dictionnaires de langue arabe datant du 11-12 siècles (pionniers en la matière) (ils existent aussi) (et sont accessibles, et à la portée de tout le monde sous format numérique) [sur le site www.sakhr.com].

          Tu disais : ’rien de plus clanique qu’une tribu arabe.les procédés linguistiques dont tu fais état sont un mythe orchestré par la propagande arabo-musulmane(je vois que tu la subis de partout)".

          Réponse : en plus des détails fournis in-sus, je t’invite à explorer la littérature anté-islamique où l’arabité (l’éloquence et non la race) était vantée. Quant m’accuser d’avoir subi une propagande, je voudrais te préciser que j’ai appris la langue arabe et l’Islam en école des sœurs (où je passa la maternelle et le primaire) (par des profs de langue arabe).

          Tu disais : « d’ailleurs, l’islam ,pour surgir parmi des pasteurs arabes, indique bien son parti pris arabiste ».

          Réponse : le judaïsme surgit dans un milieu hébreu. Les hébreux eurent plusieurs centaines de prophètes. Jésus (que le Salut de Dieu soit sur lui) sortit parmi les hébreux. Selon ta propre logique, devra-t-on considérer que le judaïsme soit un parti pris hébraïste ?!!

          Pour ne voir quelconque parti pris arabiste en islam t’attendrais tu qu’un prophète marsien vienne te prêcher la religion en langue marsienne, sinon, au moins, en espéranto  ?!!!!

          Tu disais : « que voulait le prophète sinon doter son peuple arabe d’un trait transnational ».

          Réponse : leur a-t-il demander de prêcher l’islam aux nations, avec ses principaux dogmes monothéistes ? ou bien de faire apprendre l’arabe aux nations, pour qu’elles sachent bien apprécier la littérature arabe anté-islamique, comme celle fabuleuse de ’antar Ibn Chaddad ?!

          Les nouveaux musulmans expriment souvent un désir d’apprendre l’arabe, pour mieux savourer le Coran dans sa langue originale, par pur amour, et par un vœu sincère de leur part de vouloir lire ce que Gabriel fit lire à Muhammad (que le Salut de Dieu soit sur lui). Les nations converties à l’Islam firent de même. La langue arabe était parlée à une époque depuis l’Andalousie jusqu’aux frontières de l’actuelle Russie.

          Regarde les Maltais, ils parlent encore la langue arabe. Hé oui, je l’ai personnellement observé, et discuté avec certains d’entre eux en arabe classique, quoique avec un certain effort : le maltais n’est plus très proche de l’arabe classique, il s’en échappa un peu, car étant chrétiens (ou rechristianisés), les maltais accordèrent une certaine liberté à la langue, n’étant plus tenu de préserver la langue du Coran.

          Tu disais : dans certaines situations les arabes peuvent se montrer les pires racistes qui soient.

          Réponse : il y a des racistes partout, ainsi que des abrutis. Que ceux qui n’auraient pas leurs lots de racistes et d’abrutis me jettent la premières pierre ?

          Tu disais : ils en sont même arrivés à occulter 4 siècles d’histoire ottomane,et devine pourquoi ?

          Réponse : essaies de t’entretenir avec des turcs. Ils te répondront que leurs grands parents savaient lire et parler la langue arabe (pour lire le Coran) (malgré l’exès de zèle d’Ataturk, aujourd’hui la langue arabe se réveille de nouveau chez les turcs). Comme indiqué in-sus, la langue arabe s’était répandue au-delà même de la Turquie, vers la Russie, et la Chine. L’empire musulman passa sous le règne de différents peuples qui n’eurent aucun lien de parenté avec l’Ancienne Arabie, malgré cela, l’arabité y resta très prononcée. L’empire musulman passa sous les mains des irakiens (du temps des abbassides), des égyptiens (du temps des fatimides), des mongoles, des mamlouks (armée égyptienne de souche africaine), des berbères (Maghreb et Andalousie), Turcs...

          Comment expliquer que des peuples (comme les mongoles) qui une fois envahirent les musulmans (se rappeler le génocide de Baghdad) et les vaincurent finirent par embrasser la religion du faible, et apprendre sa langue, et la transmettre ?!

          Comment expliquer que Saladin, un kurd, ait réunifié l’Empire Musulman affaibli par les croisades et la multiplication de petits royaume, et ait récupéré Jérusalem, sans imposer la langue kurde ?!!

          Comment expliquer que les dynasties berbères du Maroc aient conquis l’Andalousie et le haut de l’Afrique subsaharienne, et s’y comportèrent comme ambassadeurs de l’arabité (comme identité linguistique) et NON comme des ambassadeurs berbères (que j’ai trouvé charmant de discuter en arabe avec des maliens).


          Tu disais : " l’arabité ne repose pas sur la langue, car combien d’arabes ignorent tout de cette langue mais ressentent néanmoins leur identité arabe".

          Réponse : relis tout ce qui a précédé. Concernant les arabes d’aujourd’hui, qu’en dire ?!

          Par rapport à jadis, l’arabité a reculé, mais pas totalement. Les dialectes parlés dans différents pays arabo-musulmans sont tous dérivés de l’arabe classique. De quelconque pays d’où l’on soit originaire, on peut se servir de son propre dialecte local, on sera toujours très bien compris (malgré quelques difficultés) par une personne issue d’un autre pays, et s’exprimant avec un dialecte différent. Personnellement je saurais m’entendre avec un arabo-musulman de quelconque pays puisse-t-il être originaire. Jadis l’arabe classique était trés répandu. Aujourd’hui certains pays sont rongés par des relents nationalistes voire par des différents ethnocentriques. Par un passé glorieux ils ne souffraient pas de tels relents. Que j’ai énormément apprécié de discuter en arabe classique avec une charmante dame éthiopienne et avec un diplomate chinois un autre jour.

          Tu disais : « l’arabité tout comme l’occidentalité exclut l’homme noir ou asiatique ».

          Réponse : le Coran et le prophète enseignent qu’il n’y a point de différence entre un arabe et un ’ajamiy (un non arabe) que par le degré de la piété. Dans un autre hadith : il n’y a point de différence entre un blanc et un noir que par le degré de piété.

          Tu disais : « l’aristocratie arabe est d’un racisme à toute épreuve. »

          Réponse : quand est ce que l’aristocratie a-t-elle représenté des pays et des nations  ?!!! et le mépris de l’aristocratie à l’égard de la populace comment le qualifierait-on ?!!

          Essaies de voyager dans la péninsule arabique : tu verras que la blancheur immaculée n’est pas répandue chez eux. Elle s’est éteinte et tant mieux (sauf chez les monarques, ahh, toujours eugénistes ces cons, d’où qu’ils sont).


        • Paradisial Paradisial 6 juin 2009 21:17

          Ayant des racines à moitié berbères, (qui sait ! peut-être même 100% berbères) pour moi il m’est un grand honneur que de m’affirmer être arabe (pas dans le sens ethnocentriste du mot, que je n’accepte pas d’ailleurs et rejette foncièrement, mais dans le sens linguistique).

          Ayant appréhendé de très près la grande beauté et richesse de la langue arabe, il m’est tout à fait indifférent de ne jamais avoir pu ou chercher à apprendre le berbère . Je suis fier de mes racines, je ne souffre d’aucun complexe d’ infériorité, pour autant, je n’aurais pas du tout honte de dire que je n’ai cure de la berbérité de celles-ci (et de leur arabité non plus) (nous sommes tous des enfants de la terre, d’elle nous sommes sortis et à elle nous retournerons), et n’aurais davantage aucune vergogne à dire qu’il m’est un plaisir que de ne pas me réclamer d’une langue aussi préhistorique que le berbère, refusant de me soumettre à cet esprit tribaliste teinté d’une forte assabiya (clanisme racialiste) tant répandu chez certains.


        • Paradisial Paradisial 6 juin 2009 21:20
          Qu’ils se regardent ces berbéristes dans une glace. Ont-ils le type africain ?!!

          Le miroir répondra à leur place :

          Les berbères ne sont pas les autochtones premiers du Nord de l’Afrique.

          Les origines des berbères remontent au Moyen-Orient, et peut-être même de la Palestine.

          Les berbères sont de type indo-européens. Avec les guerres sur les territoires qui caractérisèrent les temps passés, ils durent quitter le Moyen-Orient, et allèrent explorer d’autres contrées.

          La voie maritime était celle qui offrait le meilleur accès. Ils passèrent le Nil, et longèrent le long de la rive sud de la Méditerranée à l’image des commerçant phéniciens.

          Qui sait, les berbères seraient ces phéniciens là. Mais ce n’est pas là qu’est la question.

          Notre ami africain n’était pas assez dupe pour ignorer, qu’au nord, au delà du grand sahara, il devait y avoir des plaines verdoyantes, des collines, des montagnes et une mer riches en ressources.

          C’était là aussi la maison de notre ami africain, et non seulement l’Afrique Subsaharienne.

          Mais notre ami africain dut être chassé par ces indo-européens venus du Moyen-Orient.

          A eux revenait la rive méditerranéenne, et lui le pauvre n’avait qu’à descendre plus bas, de préférence au-delà de cette frontière naturelle que représentait le désert, sans aller forcément jusqu’au verdoyant Équateur.

          Mais non, le plus coriace dans la famille de notre ami africain n’allait pas quitter tout son nord natal. Il s’est mit dans la tête qu’il pouvait s’adapter à la vie du désert, en attendant des jours meilleurs. Là naquit alors notre ami le Touareg, le fils de l’africain qui kidnappa la fille de son voisin berbère.

          Avec la rentrée de l’Islam, ce vaillant Touareg finit lui aussi par s’arabiser pareil que son voisin de circonstance, le berbère susnommé.

          Mais ce qui est fabuleux dans cela, est ce bédoin d’Arabie, il vint leur chuchotter à l’oreille : cessez les clivages, la terre n’appartient à personne, c’est qu’à Dieu qu’elle est, et toi l’africain, toi le berbère, et moi l’arabe nous sommes initialement tous des frères.

          Ce bédoin d’Arabie n’encemensa pas tout le territoire par son sperme comme il est dit. Il était très minoritaire ledit bédoin. Celui-ci se maria avec la fille berbère du notable, et donna des cours en langue arabe et en théologie aux membres de la tribu. Et hop, dans le semaine toute la tribu devint arabomusulmane.

          Ce qui est drôle dans l’affaire, c’est que ledit bédoin lui aussi était un indoeuropéen.

          * : Ledit bédoin n’était pas en fait un bédoin, ni ne venait de l’Arabie. Il venait de la Mésopotamie, et de l’Irak plus précisément.

          Par : Paradisial

          Pour une relecture plus factuelle consultez cet excellent ouvrage :

          L’origine des Berbères - par Gabriel CAMPS - Chercheur au CNRS


        • Paradisial Paradisial 6 juin 2009 21:24

          Après cette ontologie, je me rappelle de ce mot que j’avais émis en haut :

          Essaies de voyager dans la péninsule arabique : tu verras que la blancheur immaculée n’est pas répandue chez eux. Elle s’est éteinte et tant mieux (sauf chez les monarques, ahh, toujours eugénistes ces cons, d’où qu’ils sont).

          En fait, en Afrique du Nord, les kabyles ce sont des eugénistes, le restant des maghrébins sont des indoeuropéens (anciens berbères métissés avec les derniers arabes) métissés avec leurs frères africains.

          Et factuellement, dans la société maghrébine, ce sont en fait les kabyles berbéristes qui sont les vrais racialistes. Une sorte d’amnésiques qui se croient plus africains que les africains, plus algériens que les algériens, et plus blancs que les blancs, se servant de l’étandard d’une langue préhistorique, et du soutien sioniste, pour faire cission d’un pouvoir central (plein de défauts) qui ne les ménage certes pas avec des pincettes.

          Il faudrait voir les réalités telles qu’elles le sont, et ne pas avoir honte de les dire, sans céder aux manipulations de part et d’autres.

          J’ai la peau largement plus claire que celle de mcm, je suis chatin et aux yeux verts, et je me fiche de ces questions de couleurs, d’ethnies et de langues. Je clâme la liberté pour tout le monde sans sissions, ni préférences, ni exclusivités.

          J’ai d’excellents amis kabyles.

          Je ne dénonçais pas les kabyles, mais les kabyles berbéristes eugénistes tribalistes sécessionnistes.


        • Julie Dep Julie Dep 6 juin 2009 21:52

          @Paradisol
          So what ? La question est le voile et la liberté des femmes...


        • Paradisial Paradisial 6 juin 2009 22:45

          Ma mère a de tout temps eu les cheveux en l’air.

          On en aurait dit une suédoise.

          Mon père avait très bonne situation professionnelle. Ma mère gagnait davantage que lui.

          De son propre gré elle a laissé tout tomber pour s’occuper de sa famille. De son propre gré elle avait décidé de porter le voile.

          Je vous assure que dans les sociétés orientales ce sont les mères de famille qui commandent.

          Toutefois, elle est tellement affable, qu’elle daigne accorder un certain honneur à l’homme, en faisant croire au monde extérieur que c’est lui qui a l’autorité.

          C’est vraiment un standard que j’ai tout le temps observé.


        • omar omar 6 juin 2009 22:47

          Tu nous ressort les arguments bidons de Bouteftef, nous sommes tous des berbères, quand dans le même temps tu dénies à ces mêmes Kabyles le droit de parler leur langue maternelle ( une langue préhistorique d’après toi ).

          Chacun est libre de se déterminer comme il l’entend, toi le 100% berbere qui se prétend arabe (laisse moi rire) et qui juste après en guise d’argument « massue » nous sort son petit couplet sur l’inutilité des concepts éthniques, sur le fait que l’on serait tous frères, tu n’as pas trop peur des paradoxes ni de la contradiction d’ailleurs.

          Mais si on était tous frères, pourquoi donc cette propension à vouloir nous arabiser de force, pourquoi vouloir gommer notre qualité de peuple premier en Afrique du nord ? Nul besoin de nous arabiser si notre langue est préhistorique, nous devrions rechercher de nous mêmes à nous rapprocher de la langue mystique et merveilleuse des porteurs de lumières que vous êtes.

          Pour ce qui est de tes amis Kabyles (je parie qu’il ne parlent que l’arabe), en d’autres circonstances j’ai maintes et maintes fois entendu cette antienne, je ne suis pas raciste car j’ai des amis africains. Nul besoin de se justifier sauf si c’est toi-même que tu essaies de convaincre, ce qui nous permets de douter fortement, et avec raison, de la sincérité de tes arguments.

          En bref, tu es un gros raciste de la pire catégorie qui soit et tu essaies de rejeter les tares que tu sait sur les Kabyles qui eut ne veulent pas être ceci ou cela, ils veulent juste rester eux-mêmes, avec leur langue préhistorique...


        • omar omar 6 juin 2009 23:07

          C’est ce que je commences à croire, plus obtu ça n’existe pas, mais je ne peux pas laisser dire autant de désinformation sans réagir. Il s’imagine qu’il à un droit divin qui lui permet de m’imposer la langue que je dois parler et la spiritualité que je dois suivre, alors que sa merveilleuse civilisation de référence s’est écroulée depuis des centaines d’années déjà. De cela il ne reste qu’une machine à abrutir et à décérébrer devant laquelle nous devrions tomber en extase, vous comme moi. Si c’est pas ça se regarder le nombril, c’est quoi alors...


        • fouadraiden fouadraiden 6 juin 2009 23:14


           salam omar

           écoute histoire de ne pas s’embrouiller les problèmes parle ttes les langues que tu veux et avec qui tu veux.

           si tu as des revendications à faire , va les faires et bats toi peur eux en Algerie, et bonne chance.

           arrête de tt mélanger et de ns casser les couilles ici .

           je sais pas moi dénonce les regimes occidentaux qui soutiennent la clique maghrébine par exemple...


        • Paradisial Paradisial 6 juin 2009 23:17

          Oui, c’est massue. Désolé pour toi si tes amortisseurs son faibles. smiley smiley


        • Paradisial Paradisial 6 juin 2009 23:28

          Omar,

          On t’as trouvé un amortisseur, il s’appelle mcm.

          Bon, il est un peu rouillé. C’est tout ce qu’il y a dans la brocante pour le moment.


        • omar omar 6 juin 2009 23:36

          @Fouad l’avatar en forme de spaghetti,

          Je vous fais ch.. ici sur Agoravox, donc tu pars du principe que A..vox est un lieu virtuel qui t’appartient. Tu te met le doigt dans l’oeil jusqu’au coude, va plutôt laver ta djellabah et effacer les traces de tes pertes...

          @Paradisial et ses 70 vierges,
          Tu n’a pas plus d’entendement qu’un ver de terre attiré à la surface par les pas de la colombe.

          @MCM,

          Il est important de dire la vérité, car des personnes lisent et se font une idée en fonction des informations présentes.

          De tout temps, pas seulement pour la problématique actuelle du voile, vous entendrez prononcer une expression typique de la taqqia, « Nulle contrainte en religion ».

          « Nulle contrainte en religion » est une déclaration du même type que « le djihad est une guerre défensive » ou « l’islam a rétabli la femme dans ses droits » et patati et patata..

          Dans les faits, ces citations ne sont que taqqia destinées à calmer les gens qui désirent se lancer profondément dans le débat. Ce sont des formules à l’emporte pièce qui n’ont aucune réalité dans la vraie vie depuis l’apparition de l’islam. Les guerres de conquête, les foutouhate, sont là pour démentir le « nulle contrainte en religion ». Ils avaient bien servi les troupes harnachées et armées jusqu’aux dents lors de ces conquête si ce n’est pour contraindre des peuples entiers, avec leurs souverains, à se convertir à l’islam ! Quelle formule utilisaient ces conquérants«  »nulles contrainte en religion« ou »aslam, taslam« (convertis-toi et tu sera sauf ») ?

          A quoi sert cet article inscrit dans toute la constitution de tous les pays musulmans « l’islam est religion d’état » si ce n’est pour contraindre tous les citoyens d’être musulman sous peine d’être hors la loi«  ? Pourquoi une personne qui brise le ramadan en public est systématiquement lynchée par les passants ou arrêtée par la police ? N’est ce pas pour la contraindre, elle et toutes les autres personnes tentées, d’observer le ramadan ?

          Ne parlons pas de la formule »le djihad est une guerre défensive«  : les musulmans ont constitué des armées entière et sont allés se »défendre« à des milliers de kilomètres contre des peuples qui ne connaissaient même pas l’existence de la péninsule arabique, ni de Mohammed. Les premiers musulmans d’Arabie sont allés »se défendre« contre les perses en...Perse, contre les égyptiens en Égypte, contre les berbères en Afrique du Nord, contre les andalous en Andalousie, contre les hongrois en Hongrie et j’en passe. Je me demande sincèrement comment des millions de gens se contentent d’acquiécer quand les propagandistes islamistes débitent des betises du genre »nulle contrainte en religion« , »le djihad est défensif« , »l’islam a donné tous ces droits à la femme" etc ? Les croient-ils vraiment ou ont ils simplement peur de les contredire, sachant que les islamistes n’aiment pas du tout être contredis ?

          NON, L’islam contraint les musulmans à demeurer musulmans. La preuve est que l’apostasie est punie de mort et que la loi institue l’islam comme religion d’État dans tous les pays musulmans. La non observation d’un rite musulman est un délit dans tous les pays musulman. NON, l’islam a contraint et contraint encore les non musulmans à se convertir. La preuve est donnée par les conquêtes musulmanes militaires et par le statut de dhimmi réservé aux récalcitrants juifs et chrétiens, pour les contraindre à se convertir s’ils veulent avoir pleinement leurs droits de citoyens.

          L’islam contraint les non musulmans à se plier aux désirs des musulmans même là où ces derniers sont minoritaires : il contraint juridiquement les occidentaux, à fournir la nourriture halal, à fournir fonds et terrains pour la construction de mosquées, à mettre des piscines exclusivement au service des femmes musulmanes, à se censurer dans tout ce qui a trait à l’islam, à introduire le hidjab dans les institutions laïques, à poursuivre toute personne irrévérencieuse envers Mohammed etc... Comment peut-on ne pas vivre toute cette multitude d’exigences comme des contraintes exercées par l’islam sur la société non musulmane ?


        • Paradisial Paradisial 6 juin 2009 23:37

          Omar,

          Sinon, pour ton dernier com, c’est vraiment du n’importe quoi.

          Tu fais mon ami de la surinterprétation en puisant dans ton délirium.

          Mes propos juste avant la fin ont été plus que clair.

          Je pressens que tu as toutes les qualités pour devenir médium, puisque tes interprétations se situent à ce niveau.

          La NSA pourra un jour commander auprès de chez toi un bel algorithme de décodage dont elle n’a jamais espérer, surtout si tu t’associe avec le brillant stratège en sciences de la désinformation alias mcm.

          Vous pourrez le nommer Lionel et Hardy.


        • omar omar 7 juin 2009 00:02

          @mcm,

          Juste pour lui porter la contradiction et révéler les immondices et le tissu d’insannités qu’il déverse sur des sujets sérieux comme la défense du voile ou de la burqua ou encore la légitimité des Kabyles à s’autodéterminer.

          En matière de posts, ce n’est pas la quantité qui compte, les lecteurs sont seul juges, pour peu qu’ils aient la possibilité de lire une version différente.

          Sur ce bonne soirée.


        • Paradisial Paradisial 7 juin 2009 00:09

          MCM a le sang qui caille.

          C’était pas nécessaire de l’avouer.

          C’était prévisible, vu que son cerveau sent ostensiblement le fromage. smiley


        • omar omar 7 juin 2009 00:22

          Un petit dernier pour la route,

          Le voile à bon dos :

          En préambule, il convient de dire que la décence tant invoquée pour « protéger » la femme par le hijab n’est pas du tout de mise en matière de sexe et d’habitudes sexuelles, c’est le moins qu’on puisse dire. Pour cette raison, j’avertis le lecteur que certains passages pourraient heurter sa sensibilité , surtout dans le cadre d’une lecture faite en famille.

          Les Hadiths nous rapportent qu’il était de tradition qu’une femme capturée lors des innombrables expéditions organisées par le Prophète, passe de main en main. Elle devient ainsi la prostituée du camp. Il était préférable pour les femmes d’être laides comme des poux si elles ne voulaient pas finir en esclaves sexuelles ! En voici un exemple (Hadith d’Ibn Hisham) :

          « Quand le Prophète distribua les captives des Bani al Mustaliq, Juwayriya fit partie du lot de Thabit Ibn Qaïs [...] elle voulut payer une rançon pour sa liberté. Elle était la plus belle et captivait tout homme qui la regardait. Elle vint donc voir le Prophète pour lui demander de l’aide. Aussitôt que je l’ai vue, je l’ai détestée car je savais qu’il la verrait comme je la vois. Elle entra et lui dit qui elle était :

          - Vois-tu dans quel état je suis. Je suis tombée dans le lot de Thabit ou de son cousin et je lui ai donné une somme pour ma rançon, et je viens te demander de l’aide. Il dit :
          - Veux-tu quelque chose de mieux, je te décharge de cette dette et je t’épouse. Et elle accepta ».

          Un autre épisode de l’époque des raids et razzias : la ville juive de Khaybar vient d’être prise, les captifs rassemblés. Un des lieutenants du Prophète lui demanda de lui donner une des prisonnières. Le Prophète acquiesce et lui dit d’aller la choisir, ce qu’il fit, non sans avoir fait exécuter son mari auparavant. Alors, un autre de ses hommes vint le trouver et lui dit :
          - Tu viens de donner à Dihya al Qalbi (sic) la belle Safiya, or cette femme de sang noble ne convient à nul autre que toi.
          - Qu’on les amène tous deux, répliqua le Prophète. Quand il la vit, son sang ne fit qu’un tour. Il prit la belle Safiya et donna à Dihya sept captifs en échange, dont deux cousines de Safiya. Le Prophète la coucha sur sa paillasse et en fit une de ses 11 épouses.

          Au cours d’autres expéditions, ils ramenèrent des multitudes de chameaux, de moutons, mais surtout des femmes, à quelques exceptions près réduites en esclaves sexuelles. Encore un exemple :

          « Parmi les captifs, il y avait une femme et sa fille, qui était une des plus belles filles d’Arabie. Je les ai menées à Abu Bakr qui me donna la fille en récompense. Nous sommes rentrés à Médine. Je ne l’avais pas encore déshabillée quand le Prophète me rencontra dans la rue et me dit :
          - Ô Salama, donne-moi cette fille, elle me plaît. Je dis :
          - Messager de Dieu, elle me plaît aussi, je ne l’ai pas encore déshabillée ! Le lendemain, le messager de Dieu me vit dans la rue :
          - Ô Salama, donne moi cette fille, Dieu bénisse ton père. Je dis :
          - Elle est pour toi, je ne l’ai pas encore déshabillée ». Les détails les plus scabreux ne nous sont pas épargnés. Un fait était admis, la question de la légitimité de ces viols ne se posait pas. Ce qui faisait débat était : faut-il pratiquer le « coïtus interruptus ». Jugez-en plutôt :

          « Assis auprès du prophète, un de ses hommes dit :
          - Ô messager de Dieu, nous avons eu des rapports avec nos captives et nous voudrions ne pas en perdre de la valeur. Que penses tu du retrait de la verge au moment de l’éjaculation ?
          - Vous pratiquez donc ce procédé ? Il n’y a aucun mal à ce que vous agissiez ainsi, car il n’est pas une seule âme pour laquelle Dieu a décidé qu’elle sortirait du néant et qui n’en sorte effectivement ».

          Cet exemple éclaire particulièrement les pratiques des terroristes algériens, adeptes de ce « mariage temporaire ». Une légalisation du viol sous couvert de religion. Ces quelques exemples parmi des centaines (sans exagération) que recèlent les Hadiths démontrent bien l’attrait impulsif pour le sexe, pour ne pas dire plus. Le Prophète, à l’appétit sexuel démesuré, reçut à point nommé le commandement de Dieu rendant licite son mariage avec sa bru. Il avait l’habitude d’user de ce stratagème, c’est ce qu’il fit aussi pour ne pas « honorer » certaines de ses épouses, faisant sauter leur tour pour aller vers ses préférées. Aïcha s’en rendit compte et elle le lui dit un jour (Hadith de Boukhari) : « Ô, envoyé de Dieu, je vois que ton Seigneur s’empresse de te plaire » ! Un passage significatif de sa passion pour le sexe (encore Boukhari, un des plus prolixes et des plus réputés, ses hadiths sont considérés sahih, c-à-d véridiques) :

          « Anas ibn Malik a relaté « le Prophète faisait la ronde de toute ses épouses, comme à son habitude, au nombre de onze, en une heure le jour et la nuit ». J’ai interrogé Anas : « le Prophète a-t-il assez de force pour cela ? ». Anas me répond : « Nous disons entre nous que le Prophète a reçu la virilité de trente hommes » ». Soixante minutes pour satisfaire ses épouses : les pauvres ne devaient pas monter au septième ciel tout les jours. La promesse du vrai Ciel devait leur suffire ! Un forcené du sexe doublé d’un éjaculateur précoce : en toute logique, il ne peut pas y avoir d’incompatibilité. Et un milliard d’individu encore aujourd’hui en béatitude devant les faits et gestes de ce Grand Homme.

          On pourrait continuer les exemples à n’en plus finir. Mais, comme il faut terminer, un fait qui n’est pas très connu : en plus des 11 épouses (il en eut 9 simultanément) et des pauvres filles otages de guerre utilisées comme prostituées , il y avait les concubines et les esclaves. Voici l’histoire d’une des concubines, Marya la Copte. Le Prophète l’avait installée dans une maison éloignée de son harem. Hafsa, la fille de Omar, dont c’était le jour de partager la couche de son maître et guru, revenait d’une visite chez son père. Arrivée chez elle, elle découvre dans son lit le Prophète et Marya. Devant ses cris, il n’eut d’autre solution que de promettre de ne plus « voir » la Copte, en contrepartie Hafsa devait garder le secret. Mais elle se dépêcha d’aller tout raconter aux autres. Révolte des épouses. Mais Dieu, jamais à court de ressources pour sauver son Prophète d’une situation désagréable, se hâta de faire descendre des versets des plus opportuns : un mensonge monumental, de ceux qu’on croyait Dieu incapable de faire (sourate 66, versets 3 et 5). Ce mensonge, seules Hafsa et Marya pouvaient le contredire : elles n’en firent rien, pour les raisons qu’on devine : répudiation de l’épouse, bannissement de la concubine. Et Marya dut subir en silence la hargne de 9 furies, dont Aïcha fut la plus virulente.

          Voilà donc les quelques petits récits de la vie « quotidienne » au temps du Prophète, une tranche de vie devenue un morceau de Sunna qu’à ce titre tout bon croyant doit prendre en exemple, car « il n’appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois que Dieu et son messager ont décidé d’une chose, d’avoir encore le choix dans leur façon d’agir ». (Sourate33). Il n’appartient au croyant que de se soumettre.

          Les épouses :
          - La riche veuve Khadija, de la tribu des Banu Sadr qui eut 2 garçons (qui moururent) et 5 filles.
          - La veuve qoraïchite Sawda bint Zama, celle qui dut céder son tour à Aïcha pour éviter la répudiation.
          - La préférée, Aïcha, fille de son ami Abu Bakr, qui devint le premier calife.
          - Deux ans après Aïcha, Hafsa, la fille de Omar, celui qui allait devenir le second calife. Cultivée, c’est elle qui recueillit les premiers textes coraniques qui établirent la version « huthmanienne » du Coran, documents détruits à sa mort en 665.
          - La veuve d’un compagnon mort à la bataille de Badr, Zayneb bint Khuzayma.
          - La veuve d’un cousin du Prophète mort à la bataille de Uhud, Umm Salama.
          - La fille d’une tante maternelle, Zayneb bint Jahsh. Mariage passionnel : c’est elle l’ex femme du fils adoptif. La seule qui pouvait se permettre de tenir tête à Aïcha.
          - La fille du chef de la tribu des Bani al Mustaliq que le Prophète combattit et vainquit, Jawayriya. Elle fit partie du butin, Aïcha la jalousa.
          - La fille d’Abu Sufyan, Umm Habiba. Son père était un adversaire acharné du Prophète, mais estimant après calcul que « l’avenir est dans la religion », il donna sa fille en prélude à des négociations.
          - La belle juive Safiya bint Huyaiy. Son mari périt sous la torture devant elle après la prise de Khaybar. Elle fit partie du butin.
          - La belle-soeur d’Al Abbas, oncle du Prophète et ancêtre des Abbassides, Maymuna bint al Hirat. Autre mariage passionnel. Les préférées : Aïcha, Hafsa, Sawda, Safiya.


        • abdelkader17 7 juin 2009 00:31

          @MCM
          pour l’autodétermination de la Kabylie pas pour celle des palestiniens, on reconnait bien là les gros sabots de notre ami BHL hihihihi.


        • Julie Dep Julie Dep 7 juin 2009 20:43

          QUEL RAPPORT AVEC LE SUJET ?


        • Julie Dep Julie Dep 8 juin 2009 09:40

          @Paradisial
          Qui a parlé d’ethnicité ? Je ne vois même pas la différence physique entre certains Provençaux de souche et certains Algériens.
          Pourquoi vous dérobez-vous à la question en jeu : les interdits de l’islam, dont, au 1er chef pour moi, la soumission des femmes ?


        • Leila Leila 6 juin 2009 13:34

          Je comprends que le Quai d’Orsay ne se sente pas visé, car le port du voile n’est pas interdit dans l’espace public, mais seulement dans les établissements de l’Education nationale, de même que tous les autres signes religieux.

          Si Obama faisait allusion à un pays qui gêne les musulmans dans leurs pratiques religieuses, ce n’était certainement pas à la France.


          • fouadraiden fouadraiden 6 juin 2009 14:09



             leila , non , il devait penser au Congo. ha ha


          • Antoine Diederick 6 juin 2009 18:16

            a Fouad, quelques fois vous me faites bien rire....en effet Obama devait penser au Congo... smiley

            Leila est drôle en effet.....la France , la Belgique etc n’ont pas de compte à rendre à Obama.


          • Julie Dep Julie Dep 6 juin 2009 18:45

            @Leila
            C’est pourtant l’avis général, du fait de la loi spécifique qui nous a valu tant d’attaques. Il veut sans doute apaiser les tensions, et faire progresser le sort des musulmanes, à doses infimes. Il sait que la France réagira moins viscéralement qu’un pays musulman. Mais, pour nous qui avons depuis un certain temps acquis une certaine liberté, ces petites autorisations ont des airs d’insupportable régression. Je ne pense pas qu’il faille les accepter.


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 juin 2009 21:40

            @ Leila : L’equipe dont Obama est le porte étendard est à jouer une partie compliquée dont l’enjeu est de changer le monde comme nous le connaissons. Soyez-sure que pas une parole n’est dite par Obama dont tous les effets n’ont pas été pesés. Toute ambiguïté est voulue et rien n’est vrai avant d’avoir été réalisé. Ce n’est pas Cicéron ou Mirabeau, c’est la voix d’une batterie d’ordinateurs et d’une cohorte de PH.D qui vous parle. Alors ce qu’il dit du voile.... on jugera de l’arbre à ses fruits.



          • abdelkader17 6 juin 2009 13:42

            Au moins les américains ne gênent pas les musulmans ils les exterminent, une solution bien plus radicale que la vaste hypocrisie des droits de l’homme, de la tolérance et des valeurs universelles.


            • abdelkader17 6 juin 2009 13:44

              Le costume islamique on est pas chez Zavatta hihihihi.


              • Antoine Diederick 6 juin 2009 13:48

                Bonjour Julie,
                Obama vient donc de manière officielle et mondialement de réussir à politiser le port du voile de la religion musulmane.

                Là où les prêcheurs échouent, Obama le peut.

                L.e régime égyptien ne tient le coup uniquement grâce à l’enveloppe annuelle de dollars non islamiques et non voilés...

                Obama vient de faire de la religion musulmane une religion étatsunienne ai-je pu lire dans la presse française.... Incroyable, il est fort Obama !

                Quand la diplomatie emprunte des voies rigolotes il faut bien évidemment rire....

                Le pétrole tjrs le pétrole...

                Mais, Obama, oublie ses alliés de l’Europe et ne sait pas , ne connait pas ou veut méconnaitre les fondements culturels de nos régions....

                Pauvre Obama, cet avocat qui fit jadis l’assistant social, plein de bonne volonté et épris d’idéal, se voit donc instrumentalisé par la politique nord-américaine.

                Faudrait - il en déduire, que nous devons nous mettre à la cadence, au pas ?

                Alors que la France et les autres pays européens engagés sur des théatres d’opérations militaires obligés ne savent même pas comment assurer la logistique militaire vu les budgets, ne serait-il pas temps de repenser l’Europe puissance ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Julie Dep

Julie Dep
Voir ses articles







Palmarès