Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Déferlement et instrumentalisation des peurs

Déferlement et instrumentalisation des peurs

Les peurs envahissent la société au point de s’interroger si ce besoin instinctif de peur n’est pas un moyen de s’en prévenir.
Au-delà de l’actualité (terrorisme, immigration) et des menaces sur l’environnement, ces peurs foisonnantes concernent surtout les nouvelles technologies et l’alimentation.

Les technologies issues des progrès scientifiques ont largement contribué à l’allongement de l’espérance de vie et au mieux vivre, mais elles sont souvent contestées aujourd’hui alors qu’elles envahissent notre quotidien.
Aucune discipline scientifique n’y échappe : la chimie (pesticides, nitrates, gaz de schiste, parabènes, bisphénol A, aspartame, métaux lourds, …), la physique (énergie nucléaire, ondes électromagnétiques, …) la biologie (OGM, cellules souches, clonage, vaccins, …) ou les nanotechnologies.
Ces technologies sont évaluées et contrôlées par les experts scientifiques de plusieurs instances françaises et européennes, mais la peur est si prégnante ou instrumentalisée que les avis scientifiques sont parfois rejetés et les experts eux-mêmes fustigés.

La nourriture n’a jamais été aussi saine, diversifiée, contrôlée, tracée, cependant les peurs alimentaires sont de plus en plus présentes et suscitent débats, règlementations hâtives, étiquetages intempestifs, scoops médiatiques et imprécations de gourous en mal de notoriété.
Il est vrai que l’urbanisation a éloigné le consommateur des agriculteurs et de leurs pratiques, laissant la place aux marchands de peurs.

Comment ne pas déplorer l’absence de hiérarchisation des risques et la distorsion entre les risques ressentis et les risques objectifs ?
L’opinion se focalise sur les OGM, l’huile de palme, les nitrates dans l’eau, les ondes électromagnétiques, le désherbant Roundup®, alors qu’ils n’ont jamais provoqué le moindre problème sanitaire. Mais elle s’accommode par ailleurs, du tabac, de l’alcool, des maladies nosocomiales, de la drogue, tous ces fléaux responsables de milliers de décès.
Les pesticides, soumis à des contrôles stricts avant leur mise en marché et destinés à protéger les cultures sont jugés indésirables et cloués au pilori. En revanche des toxines synthétisées par les plantes pour se défendre contre ses agresseurs sont rarement évaluées et couramment consommées sans la moindre appréhension.
Le « naturel » serait-il moins dangereux que le « synthétique » issu de l’intelligence humaine ?
Des agents cancérigènes néoformés (amines hétérocycliques, benzopyrène, acrylamide) que l’on peut retrouver dans les grillades et les frites sont absents du hit-parade des peurs.
Peut-être pour ne pas gâcher une bonne tradition culinaire française !
Les nitrates dans l’eau sont toujours jugés dangereux (un seuil de potabilité a été fixé à 50 mg/litre il y a plus de 30 ans) alors que les études récentes démontrent que les nitrates présentent pour la santé, plus d’avantages que d’inconvénients, notamment sur le plan cardiovasculaire et anti-infectieux.
Les ondes électromagnétiques sont redoutées alors qu’elles sont moins dommageables que l’exposition à la lumière solaire.
Si les produits chimiques de synthèse sont stigmatisés, il n’en est pas de même pour les contaminants biologiques. L’importante crise sanitaire qui a frappé l’Allemagne en 2011 faisant 33 morts et de nombreux malades, provoquée par des graines germées infectées de la bactérie E.coli provenant d’une ferme allemande « bio » n’a eu droit qu’à un très discret et bref traitement médiatique. Pourquoi ?
Les mycotoxines, autres contaminants biologiques, dont le caractère cancérigène est avéré pour certaines d’entre elles, suscitent moins d’intérêt que le Nutella®, tout au moins pour les parlementaires et la Ministre de l’Ecologie.
La hiérarchisation des risques est-elle du ressort des médias, des politiques ou des scientifiques ?

Les peurs conduisent à des comportements dépourvus de tout discernement.
Il est courant d’entendre « on est contre les OGM ou contre les pesticides » alors que chaque OGM ou chaque pesticide est singulier et a ses propres caractéristiques, en particulier sur le plan toxicologique.
Qu’y a-t-il de commun entre un riz GM (génétiquement modifié) enrichi en bêta-carotène pour soigner les enfants atteints d’avitaminose A et un maïs GM résistant à des insectes ou tolérant à la sécheresse ?
Ces postures sont-elles idéologiques ou relèvent-elles d’une paresse intellectuelle ?

La peur est largement instrumentalisée par différents acteurs marchands d’angoisse.

-  les médias,  jouent souvent sur la peur dans l’espoir d’un gain d’audimat ou de meilleures ventes. Ce travers journalistique devient dérive grave en cas de mensonge, manipulation de l’information et abandon de toute éthique journalistique.
Ce fut particulièrement le cas pour France 2, chaîne de télévision publique, dans l’émission « Envoyé spécial » d’avril 2007 ou « Spécial investigation » de Canal + du 2 août 2015 où, pour discréditer les OGM, des images effrayantes d’animaux ou d’enfants malformés ont été utilisées sans vergogne.
- les écologistes sont généralement allergiques aux nouvelles technologies, de l’énergie nucléaire aux pesticides et aux OGM. Pour ces derniers et contre l’évidence, ils contestent toujours leurs bénéfices environnementaux.
En revanche, ils paraissent beaucoup plus conciliants avec les projets de dépénalisation de la drogue. 

 des organisations politiques, altermondialistes notamment, associent progrès technologiques et société capitaliste. Dans le déni de la réalité, les OGM sont devenus le symbole d’une agriculture productiviste au service d’entreprises multinationales prédatrices.

-  au lieu d’éclairer les citoyens, les gouvernements successifs  utilisent parfois imprudemment les peurs pour quelques bénéfices politiques ou électoraux. C’est le cas des schistes bitumineux et surtout celui des OGM où, à l’occasion du Grenelle de l’environnement, a été négocié sur le dos des agriculteurs, la neutralité des écolos sur le nucléaire contre l’interdiction des OGM !
La règlementation et l’étiquetage, sensés protéger et informer la population s’avèrent aussi des vecteurs de peur lorsqu’elles deviennent excessives et superflues créant ainsi un doute chez le consommateur.

- la grande distribution alimentaire, experte en « marketing du sans », joue habilement sur la peur à travers l’étiquetage et la publicité pour valoriser ses produits ou pour promouvoir les produits « bio » générateurs de meilleures marges commerciales.
Elle propose des produits « sans huile de palme », « sans gluten », de la viande, des œufs ou du lait étiquetés « sans OGM » sans susciter la moindre réaction de la DGCCRF, alors qu’un produit alimentaire issu d’animaux nourris avec des aliments issus d’OGM, ne peut en contenir la moindre trace !

- les faux lanceurs d’alerte  qui assoient leur notoriété sur la peur, bénéficient du relais bienveillant de nombreux médias plus enclins à s’intéresser à des informations fracassantes d’un chercheur militant isolé qu’à l’avis consensuel d’une instance d’évaluation avec son collège d’experts indépendants.

Cette idéologie malsaine de la peur s’appuyant sur un principe de précaution dévoyé, conduit inexorablement à une société anxiogène, qui perd ses repères, se replie sur elle-même, se réfugie dans le retour au naturel ou la pensée magique et devient réticente à l’innovation et à la prise de risques sans laquelle la société ne pourra plus progresser.

Gérard Kafadaroff


Moyenne des avis sur cet article :  1.57/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • armand 7 septembre 2015 12:43

    Donc, cela s’appelle eurotroll.


    • V_Parlier V_Parlier 8 septembre 2015 14:21

      @armand
      Eurotroll techno-béat.


    • aimable 7 septembre 2015 13:28

      les O G M , j ’appel cela de la bouffe industrielle , on sait ce qu’il n’y a pas dedans mais on ne sait pas ce qu’il y a dedans

      il faudra créer une norme pour distinguer la bouffe industrielle et l’alimentation issue de l’agriculture raisonnée


      • foufouille foufouille 7 septembre 2015 13:38

        il me parait normal que j’ai le droit d’être informer du contenu de ce que j’achète et donc avec des sans xxx, informations nutritionnelles, etc ....


        • Robert GIL Robert GIL 7 septembre 2015 13:43

          Pourquoi sommes-nous aussi passifs et résignés, pourquoi acceptons-nous facilement certaines injustices et pas d’autres, pourquoi acceptons-nous de vivre dans un monde dominé par les forces de l’argent, pourquoi acceptons-nous d’être gouvernés par des gens sans scrupules, pourquoi sommes-nous arrogants et prétentieux devant les faibles et soumis et domestiqués devant les forts ... lire la suite


          • Gollum Gollum 7 septembre 2015 13:50

            Bon. Notre bonhomme vient juste de s’inscrire et utilise Avox pour vendre son bouquin. Avec moi et sans doute beaucoup d’Agoravoxiens il aura perdu son temps…


            Beaucoup de perles..

            La nourriture n’a jamais été aussi saine, diversifiée,

            C’est à peu près vrai pour le côté sain d’un point de vue bactériologique, ça l’est beaucoup moins d’un point de vue chimique, chacun de nous ayant une panoplie lourde de résidus de pesticides dans le sang, dont personne ne sait quels sont les effets à long terme ainsi que les interactions..

            Mais des agriculteurs intoxiqués lourdement et handicapés à vie, il y en a.

            Quant à la diversité.. smiley Des centaines de variétés de tomates mais peut-être 3 ou 4 variétés dans les hypermarchés.. smiley

            Idem pour toutes les variétés de légumes.

            Perso j’en ai tellement marre de bouffer les sempiternels même légumes qui tournent en rond que je suis obligé de me tourner vers la cuisine chinoise, japonaise et autres pour diversifier mes menus.

            Je boycotte les patates depuis de nombreux mois car impossible de trouver des pommes de terre dignes de ce nom et des saveurs d’antan… Elles partent en bouillie immangeable et personne ne se bat à la maison comme autrefois on se battait pour les manger. Par contre elles bourrent l’estomac comme pas permis. Pour se donner l’illusion de s’être nourri convenablement, rien de tel.. smiley

            Lire ici les raisons profondes pour lesquelles il est impossible d’avoir de vraies patates : http://www.dumieletdusel.com/archives/2011/04/05/20816893.html

            Les pesticides, soumis à des contrôles stricts avant leur mise en marché et destinés à protéger les cultures sont jugés indésirables et cloués au pilori.

            Ah, ah.. faut oser… smiley


            Les ondes électromagnétiques sont redoutées alors qu’elles sont moins dommageables que l’exposition à la lumière solaire.

            La lumière solaire n’est devenue toxique que depuis que les gens vivent comme des salades sous cloche… C’est pareil pour les plantes. Celles qui vivent en appartement et que l’on sort au printemps dehors sans précaution sont grillés directes… 

            Mais l’auteur va surement nous vanter les crèmes solaires alors que des millions de tonnes se retrouvent directement dans la mer chaque année et intoxiquent toute la faune marine..

            Cette idéologie malsaine de la peur s’appuyant sur un principe de précaution dévoyé


            Ah oui tout à fait. Heureusement que l’on ne l’a pas fait pour les matières plastiques, notamment pour les sacs qui maintenant volent au vent dans tous les pays dits en voie de développement et qui n’ont pas de système de traitement des déchets correct..

            Et qui arrivent à créer un continent entier de déchets dans l’Océan.. smiley

            Sans compter les microparticules de déchets plastiques qui empoisonnent maintenant le plancton marin… smiley

            Acheter le bouquin du monsieur braves gens et vive le progrès ! smiley


            • Jeff Parrot Jeff Parrot 7 septembre 2015 14:00

              Article parodique ?

              Question à l’auteur, quelle est là cause de la croissance exponentielle des maladies suivantes ? :
              - cancers,
              - auto-immunes
              - autisme


              • foufouille foufouille 7 septembre 2015 14:27

                @Jeff Parrot
                l’autisme est juste mieux diagnostiqué.
                comme le diabète, etc.


              • christophe nicolas christophe nicolas 7 septembre 2015 15:16

                Il n’y a pas que l’aspect scientifique, il y a le piège juridique puisque en modifiant une partie, certains gagnent le droit sur la totalité... c’est une arnaque.


                •  C BARRATIER C BARRATIER 7 septembre 2015 15:58

                  la peur plait aux hommes et créé des fonds de commerce très anciens, les religions, le bio...La peur pervertit nos comportements. Elle est inutile, voir dangereuse.
                  Pour ma part je crois n’avoir plus peur de rien depuis longtemps

                  en table des news :

                  Sens de la vie, sens de l’univers

                  http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=59

                   


                  • Philippe Stephan Christian Deschamps 7 septembre 2015 19:58

                    @Gérard Kafadaroff
                    .
                     le principe de précaution ou
                     principe d’attrition

                    .
                    en conclusion
                    Attrition et précaution ne sont pas opposés, mais complémentaires. C’est pourquoi il me semble que créer les conditions de cette complémentarité entre « précaution » et « attrition » serait fondamental pour aider à réorganiser la société autour de la responsabilisation devant le danger, à promouvoir l’empathie, l’altruisme et la solidarité. Il faut remettre « la vie » dans tout çà... et accepter la nature telle qu’elle est et non telle qu’on voudrait qu’elle soit. L’application du principe d’attrition permettrait de rééquilibrer le principe de précaution en proposant un principe de liberté contrôlée et raisonnée qui permettrait de décider comment gérer ses risques sans mettre en danger la vie d’autrui.


                    • soi même 8 septembre 2015 03:09

                      il est visible aujourd’hui que tous est fait pour démolir définitivement non pas UE, mais bien l’Esprit de l’Europe, qui est tous autre chose qu’une entité politique de l’Europe , cela fait maintenant plus de 120 ans que cela est engagé, nous sonnes aux dernières lueurs de sont agonies.

                      Donc que vous trouvez que c’est la gestion de la peur qui est la causse, je vous répondrai c’est sur trois pillés que cela se tiens, la peur, le doute, la haine .
                       


                      • V_Parlier V_Parlier 8 septembre 2015 14:27

                        Cette habitude qu’on pris les techno-béats d’extrapoler l’évolution de la durée de vie lors des 60 dernières années (parfaitement explicable par les progrès de l’hygiène et de la médecine) pour nous expliquer que nous la devons à toutes les cochonneries « compétitives » qu’ils sont en train de nous sortir. Qu’on fasse une étude sur la santé des 0-20 ans et qu’on la compare à la situation des années 70, et là çà va déchanter !


                        • aimable 9 septembre 2015 08:12

                          @V_Parlier

                          dire que dans ma jeunesse a la campagne je mangeais bio sans le savoir , parce-que c’était l’ alimentation normale, maintenant pour beaucoup de personnes c’est un luxe, c’est ce qu’on appel le progrès , pour nourrir ceux qui ne demandent rien puisque nous somme en surproduction !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès