Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Dépravée, la jeunesse française ?

Dépravée, la jeunesse française ?

Vous aurez remarqué comment la comparaison en politique fonctionne unilatéralement : on compare notre droit du travail et notre économie à celle outre-manche ou à celle scandinave pour montrer à quel point nous avons du retard. Mais jamais l’on ne se compare à d’autres nations pour relativiser des situations que certains sont bien prompts à appeler crise. Est-ce là un exercice diplomatique que de ne jamais critiquer un pays ami ? Est-ce plutôt pour effacer toute contradiction, comme une sorte de TINA du mouvement et de la réforme plus que de TINA du statu quo ? Exemple avec la famille.

Depuis environ un an, le gouvernement a circonscrit notre jeunesse à l’intérieur de grandes apocalypses. Nos jeunes seraient donc très portés sur la boisson, à tel point qu’il faut légiférer en urgence à ce sujet. Nos jeunes seraient aussi très vulnérables face à l’ogre Internet, repaire des violeurs, des kidnappeurs, des égorgeurs et autres Jack l’Éventreur cybernétiques, comme l’affirme la vidéo publiée par le Secrétariat d’État à la famille, dans laquelle Arthur va prendre cher face à une bande de néo-nazis et où la petite Anna va pouvoir faire joujou avec un vrai lapin libidineux (ou -nœud, on ne sait pas si le script s’est livré à des facéties langagières). Et puis, à chaque cas de pédophilie, comme on vient encore d’en engloutir un à Lille (double combo, il s’agit d’un prêtre, en plus !) il y a une semaine, on nous rappelle à quel point nos enfants sont en danger, même à l’école.

Tel serait ainsi le portrait d’une jeunesse dépravée, irresponsable, inconsciente du danger. Tremblez, parents ! Traversons pourtant la Manche. Avons-nous des raisons de nous inquiéter ?

Quelques statistiques : en France en 2005, l’âge moyen au premier rapport sexuel était de 17,5 ans pour les filles, 17,2 ans pour les garçons, sensiblement le même en Grande-Bretagne. Pourtant, depuis quelques jours, la Grande-Bretagne se passionne pour Alfie, un adolescent de 13 ans dont la voix n’a pas mué et qui ressemble à un enfant de 8 ans, devenu papa (la mère en a tout juste 15), symbolisant pour les Conservateurs le déclin des valeurs morales de l’Angleterre. Les scientifiques s’inquiètent d’une montée des rapports sexuels avant l’âge de 16 ans en Angleterre, pourtant le pays de la vieille morale rigoriste de l’ère victorienne.

En ce qui concerne la consommation d’alcool, les jeunes Français seraient en 2003 3% à consommer de l’alcool régulièrement (10 fois/mois) à 14 ans, 13% à 17 ans (20% des garçons et 7% des filles). Ils sont 32% des garçons de 15 à 19 ans à déclarer avoir été ivres au cours des douze derniers mois, contre 20% des filles. On remarquera d’ailleurs que ces chiffres sont à manipuler avec précaution, tant la notion d’ivresse est premièrement subjective, et ensuite est généralement beaucoup plus rapidement ressentie quand on est jeune : on peut être ivre avec une très petite quantité d’alcool. En Angleterre, si l’on s’en tient à des chiffres du Daily Telegraph de septembre 2007, il y aurait eu 26 000 hospitalisations entre 2002 et 2006 pour cause d’empoisonnement à l’alcool, soit 18 par jour, à tel point que la lutte contre la consommation excessive d’alcool devient en Angleterre un vrai sujet de société. C’est d’ailleurs en Grande-Bretagne qu’est apparue la pratique de binge drinking, qui consiste à boire le maximum d’alcool en un minimum de temps. Cette pratique est d’ailleurs encouragée par deux phénomènes : le prix modique des boissons et surtout la fermeture très hâtive des pubs (23h). Autrement dit, quand on sort, autant rentabiliser un maximum.

Nos jeunes sont donc sages vis-à-vis de l’alcool. Il semble que les parents jouent le jeu. Mais surtout, il n’y a pas en France d’icônes jeunes faisant montre d’une image désastreuse. Lorie et M. Pokora ne sont pas des ivrognes ni des toxicomanes, bien au contraire. En Angleterre, les deux nouvelles icônes de la jeunesse, Amy Winehouse et Lily Allen, font à elles seules tourner les tabloïds anglais par leurs frasques : ivresse répétée, addiction aux drogues, etc. Leur succès médiatique est tout autant basé sur leurs talents musicaux que sur leur image icônique. D’ailleurs, la seconde tend à supplanter la première, puisque Amy Winehouse n’a plus rien produit musicalement depuis deux ans et enchaîne les annulations de concerts, tandis que la seconde mêle maladroitement les deux dans un parcours à la Britney Spears. Lily Allen, d’ailleurs, vient de soulever un tollé outre-Manche en invitant les parents à laisser leurs parents essayer les drogues, affirmant que « certaines personnes réagissent bien [aux drogues], d’autres non. Essayez et voyez ce que vous en pensez. » On imagine mal en France des bad boys assimilant les pilules d’ecstasy à des Smarties ! Ils sont déjà bien occupés à convaincre les jeunes de casser du flic.

Mais c’est tellement mieux de ne pas regarder ailleurs pour maintenir la désinformation. C’est aussi ça, TINA : ne pas présenter d’alternative pour mieux dire qu’il n’y en a pas.


Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Yena-Marre Yena-Marre 16 février 2009 11:05

    Bonjour ,
    Heureusement notre genialissime guide suprême a LA solution : détection des délinquants des la maternelle , descente de valeureux gardiens de l’Ordre dans les ecoles pour débusquer ceux qui ont échappe au filtre du 1er âge .


    • dapeacemaker911 16 février 2009 11:07

      ..... .......


      La jeunesse s oublit de differentes manieres :
       -Certains se droguent et risquent la prison (shit, et autres drogues illegales)
       -d autres se droguent legalement (alcool antidepresseurs)
       -d autres encore se perdent dans les jeux videos, dans le sex ou les etudes (sisi j en connais)
       -certains se suicident 
       -enfin d autres commettent des delits et finissent en cabane pour, souvent, pas grand chose.

      En resumé, bcp finissent sur le bas coté.

      Alors qu est ce qu on fait ?

      On rajoute des lois repressives ? on descend l age minimal d incarceration a 5ans ?
      on flic des la premiere annee de vie ?
      on tente de detecter les comportement dangereux avant la naissance par analyse genetique ?

      ou on avou enfin que le monde qu on leur offre n inspire que souffrance, peur et desespoir ?


      Est ce que notre jeunesse doit payer de sa responsabilité a notre place ?

      Comment ne pas peter un plomb dans une societe ou celui qui a le moins sert de bouc emissaire a ceux qui ont tout ?
      ou l on enferme des gamins parce qu ils sont violents, alors que l on ne leur sert que des modeles de violence et de sex ?

      Cette societe est un pousse au crime, on nous aliene chaque jour un peu plus et moi meme j ai du mal a rester sensé, vu que notre societe toute entiere, ne l est pas.


      VNR


      • Emmanuel Aguéra LeManu 16 février 2009 13:27

        Bon, allez, mettez-moi une caisse de Karcher avec ça...


      • Mouche-zélée 16 février 2009 17:20

        LeManu

        Il n’a jamais dit "je vais vous passer tout ça au Karsher" il a dit "je vais vous passer tout ça Casher" nuance, il a des soucis d’articulation des mots si tu ne l’a pas remarqué , ha ha ha  smiley


      • la_gata la_gata 16 février 2009 11:52

        depravée ?? non je ne crois pas , dans tout cas ne generalizons pas , mais je crois plutôt que ici en France on infantilize trop les jeunes , on les à enlevé presque toute responsabilité sur leurs vies et vers autrui , la plupart sont comme des grands enfants dans le mauvais sens , superficiels, gatés , et qui croient que tout les est du .
        et c’est clair dans l’ennui du vide ils cherchent a s’evader par las jeux video, ( la majorité et pas seulement les jeunes ) , les drogues , l’alcohol , et autres comportements asociaux ...


        • foufouille foufouille 16 février 2009 12:27

          cette pub est amusante
          en gros, il s’agit de montrer que le net attire tout ce qui ne fait pas partie de la bonne moyenne
          sexe, punk, skin, jeux violents, pedophile............


          • Emmanuel Aguéra LeManu 16 février 2009 13:18

            Hi Nick.

            Que nos enfants soient devenus des alcooliques et que la législation doive d’urgence y remettre de l’ordre ne fait aucun doute... Que le web ne soit qu’un insidieux et dangereux outil au service de la MPFA (mafia des pédophiles fondamentalistes & associés) ne fait non plus aucun doute... Vivement la prochaine loi informatique !

            Pour revenir au sujet, après 10 ans en Angleterre j’ai pu de visu constater que les frayeurs cocardiennes de "dérive de la jeunesse" n’ont rien à envier avec celles constatées en silence outre-Manche.

            Les enfants Anglais apprennent à mentir très vite. La société anglaise a des fondements "moraux" très profondément ancrés dans l’inconscient collectif que je n’ai que très rarement vu remis en question hors de l’intimité très restreinte.

            Les enfants anglais ne désobéissent pas à leurs parents. On aime et on respecte les enfants anglais. Malheur à celui qui foutrait un claque, méritée ou non (ne compliquons pas tout !), à son enfant, il pourrait se retrouver à la une du Sun ou la cible d’un groupuscule d’activistes fanatiques porteurs d’un quelconque glaive justicier.

            Les enfants anglais portent la cravate pour aller à l’école (il y aurait beaucoup à dire au sujet de l’uniforme à l’école "gage d’égalité sociale", alors que le différence est nette entre le veston neuf et celui acheté en 2 ou 3° main), Mon petit s’est fait viré de son école parce qu’il portait des docMaertens, les mêmes que moi,alors cravaté pareil que lui pour bosser dans la City. Et c’était pas le modèle voyou, loin de là.

            L’enfant anglais ne ment pas. Aller dire à un parent que son enfant raconte des craques est un crime pour lequel deux avocats vaudront mieux qu’une simple précaution. Les adultes mentent, mais seulement lorsqu’ils sont confondus ; ils deviennent alors des vilains et alors gare au Sun et aux groupuscules... On somme le mensonge n’est qu’une faute dans le passé des autres.

            L’enfant anglais joue au cricket, supporte une équipe de Premier league, et connaît "Animal Farm", livre de référence sur l’apprentissage de la vie en société, qui tient là-bas la place des Misérables ici..

            L’enfant anglais est, pour fairte court, cerné de morale et de puritanisme depuis son premier babygros et ne peut qu’essayer au plus vite de s’en echapper ; pour cela il apprend très tôt à donner le change au monde adulte, s’adultisant lui-même dans le réflexe naturel de la quête de sa liberté. Cette attitude est exacerbée par la vitesse à laquelle changent les choses, facteur aggravé d’éloignement des générations.

            On a fait tout un foin des évènements en 2004 dans nos banlieues : Se souvient-on de la violence des émeutes de Brixton ? Comme vous dites, si l’on a peur en France de l’alcoolisme des djeuns, que devrait-on dire dans la patrie du "binje drinkin" (un max de cul-secs avant la fermeture). J’ai vu les bouteilles d’eau minérale pleines de vodka et les petites minettes de 13/14ans ivres mortes dans les caniveau des High-Streets, pas dans les back-streets mal fréquentées où les caméras ont repoussé le crime. Non, je vous parle du Strand, de Piccadilly ou de King’s rd, du "yuppy-London" by night.

            "Mais on s’affole... vous voyez bien que tout va bien : They don’t drink an drive"
            Et c’est vrai. Ils seraient même capable de vous dénoncer si vous ne bouclez pas votre ceinture. Ne rigolez pas, c’est arrivé.Le nez dans le caniveau mais la voiture au garage... tout va bien l’angleterre est un merveilleux pays, adulte et responsable.

            Comme quoi le flegme peut rendre aveugle.


            • Emmanuel Aguéra LeManu 16 février 2009 13:37

              J’ai oublié un détail. Ce gosse de 13 ans qui est père avant d’avoir des poils, ça me semble la suite logique de lois comme la taule à 13 ans, par exemple. On y vient chez nous, question de patience... on a toujours un peu de retard en France...

              "Tu me fous en taule ? ok, alors où il est le problème, je peux boire, finir dans le caniveau, mettre la voisine enceinte, etc..."
              Rien à répondre, logique implacable.



            • LE CHAT LE CHAT 16 février 2009 13:28

              vu la crise , le punk va bientôt être de nouveau tendance ! no future ! smiley


              • Emmanuel Aguéra LeManu 16 février 2009 13:58

                Pour rester dans la sémantique sex pistols, on pourrait maintenant dire qu’il y a pire que "no future" ; il y a "future"...


              • Mouche-zélée 16 février 2009 17:22

                Le Chat

                Trop tard mon neveu est déjà Punk, mais pas de la race de punks que nous connaissons ...
                Tout a bien changé aussi de ce côté là, 20 ans et déjà écrasé par ce qu’il voit ...


              • souklaye souklaye 16 février 2009 15:38

                 Open bar, lobby et santé publique

                 

                Les constructions sociales s’opèrent en parallèle des économies culturelles, elles sont quasi indissociables et garantes du bon fonctionnement du mécanisme national.
Que se passe-t-il quand le législateur change d’orientation sous le joug d’une quelconque majorité ou en vertu de la redéfinition de la moralité ?

                La réforme de l’hôpital porte en elle un hôte considéré comme préjudiciable pour une partie des vignobles français, des conseils d’administration des promoteurs de la cirrhose du foie, un parasite qui bouscule les budgets prévisionnels des œnologues amateurs et des receleurs officiels de coma éthylique pour mineurs.

                Spéculons quelques instants. Et si par cette succession de lois régulées par des amendements, le but ciblé n’était pas la rémission de cette jeunesse aussi accessoire que vaine, mais la loi Evin ?

                 

                http://souklaye.wordpress.com/2009/02/12/open-bar-lobby-et-sante-publique/


                • Annie 16 février 2009 16:04

                  @LeManu,
                  10 ans en Angleterre ne vous ont pas suffi. Vous présentez un ramassis de stéréotypes qui n’expliquent pas vraiment les raisons de la déliquescence présumée des anglais. Il y aurait effectivement des commentaires à faire, mais pas ceux-là. Peut-être l’influence de la "city".


                  • Mouche-zélée 16 février 2009 17:27

                    Annie

                    Je suis assez souvent en Angleterre, il faut dire que c’est à 30 Km de chez moi .
                    Je n’ai pas fait d’analyse des causes mais le Pub a une importance sociologique chez eux .
                    Toutes les générations s’y retrouvent et cohabitent (je parle du Pub traditionnel)

                    L’alcool est donc un facteur socialisant par ricochet ...
                    Rapport de cause à effet je ne sais pas, mais grande tradition qui ne date pas d’hier là c’est certain .

                    Il y a déjà 30 ans c’était comme ça, même avant ça, ce qui explique leur réglementation sur les horaires d’ouverture des Pubs ...
                    Il y a donc un facteur culturel et éducatif assez important ...


                  • Annie 16 février 2009 18:24

                    @la Mouche zélée,
                    C’est vrai que les pubs ont été et sont encore un lieu privilégié de socialisation, surtout pour les hommes auxquels ils étaient par accord tacite réservés par le passé. J’ai encore le souvenir d’être entrée seule dans un pub d’un petit village du Pays de Galles en 79 dans un silence "pregnant". J’ai trouvé difficile d’élever mes enfants dans une société qui était beaucoup permissive que la société française ; les enfants veulent s’aligner sur leurs pairs et c’est normal. Mais cela veut dire qu’il faut trouver des arguments et quelquefois savoir imposer des limitations qu’ils trouvent totalement injustes. Je trouve simplement qu’après 25 ans en Angleterre, il est impossible de comprendre ce pays sans en replacer les particularités dans un contexte aussi bien social qu’historique. Il y a une logique à certaines attitudes ou comportement qui pour nous semblent bizarres . La question de l’uniforme dont j’ai déjà parlé sur AV a personnellement été pour moi un incroyable soulagement, étant donné l’importance que revêtent les marques dans ce pays. Si je peux me laisser aller à une seule généralisation à propos de la GB, qui est aussi pertinente au port de l’uniforme, c’est que c’est une société marquée par un système de classe encore très divisif, mais qui n’ose pas dire son nom.


                  • TimeLord Wetz25 16 février 2009 17:24

                    Internet repairs des pédophiles...en effet...repairs aussi de tout ce que l’on peut trouver dans la société. Sauf que pour les pédophiles, le net constitue un excellent outil. Quant à vouloir le flicer...bon courage ! 
                    Mais faisons confiance au rois Sarko ! Il a la solution ! Il responsabilisera ses jeunes alcooliques, drogués, fénéants et j’en passe...
                    Bienvenus dans le Meilleur des Mondes...au fait ils nous l’implantent quand notre puce sous-cutannée ?


                    • TimeLord Wetz25 16 février 2009 17:32

                      Le problème avec la jeunesse, c’est qu’on déprime, et qu’on as de quoi !
                      Aucun avenir, aucun espoir, rien du tout ! Ha si le chômage certainement, avec un peu de chance, on ira tous vivre sous les ponts...ou dans les égouts, tient, pendant que l’élite des politiques & Co se bâfrerons sur le dos des vache à lait qui bosserons encore. 
                      Si ça continue, les PME vont toutes fermer (et c’est bien partit pour ça, depuis un certain temps, avant la crise) une fois toutes les PME fermées, l’Etat aura bien du mal à avoir de l’argent, ses vaches à laits ayant disparues, il en trouvera certainement d’autre. Oui c’est important que le président et ses amis et ministres puissent continuer d’avoir à leur service du personnel, des MOF et j’en passe, de bouffer du homard et du caviar au petit-déjeuner...
                      Mais à part ça, que la jeunesse ne déprime pas, hein !


                      • Crazy Horse Crazy Horse 17 février 2009 09:27

                        Il m’arrive de penser que si il n’y avait pas l’alcool, le tabac et tout le reste, alors la révolte ne tarderait pas à prendre des formes véritablement compromettantes pour le pouvoir en place.

                        Que se passerait-il si nous arrêtions de nous détruire et que l’on commençait à mettre en acte nos pensées révolutionnaires ?

                        Il n’y a pas de mystère : arrêtons toutes nos conneries, drogues, alcool, oisiveté, branlette intellectuelle, gaspillage de semence (si si)...

                        Le pouvoir de changer le monde est à la clé. Qui a-til de plus puissant qu’un être humain en pleine possession de ses capacités ?

                        Allez, au boulot. Euh, par où commencer...


                      • Papybom Papybom 16 février 2009 20:41
                        Notre jeunesse recherche le bonheur, comme nous. Chacun envisage une solution.
                         
                        Je me souviens d’une histoire amusante.
                         
                        Un jeune garçon entre dans une pharmacie et demande des tampax. L’apothicaire, surpris lui demande les raisons de cet achat. Réponse du gamin, je veux courir, aller nager, sortir en boite et faire ce qui me plait sans problème. Comme ils le disent à la radio.
                         
                        Et bien moi, je veux une carte de l’UMP.
                        Pour circuler en ville, pendant les visites du Roi,
                        Pour prendre le train, sans crainte de la police de la SNCF,
                        Pour obtenir un emploi, à l’ANPE,
                        Pour passer devant les CRS, sans crainte…. 

                        • jak2pad 17 février 2009 13:37

                          comme d’habitude, ce type d’article assez indigent suscite un feu d’artifice de bons mots, jeux de mots et plaisanteries d’école primaire

                          et démontre du même coup qu’effectivement, la grande différence entre la France et l’Angleterre, et d’ailleurs entre la France et presque tous les pays du monde, réside dans un énorme décalage de maturité qui se met en place très tôt, dès l’école, et qui persiste et s’aggrave .

                          A preuve, le sentiment de responsabilité envers les autres, assez tristement absent dans notre pays dès le jeune âge

                          le sentiment d’appartenance et de respect envers le corps social, transformé en une soif impérieuse de profiter tout seul d’un avantage qu’on a trouvé, et que n’ont pas les autres

                          le sentiment de compétence professionnelle et d’éthique du travail, qui est un sujet de plaisanterie

                          l’observance des règles de base de la vie en collectivité, par exemple pour traverser ou garer sa voiture....

                          Cela explique d’ailleurs de manière très simple le manque de respect de beaucoup d’immigrés pour leur pays d’accueil : pourquoi devraient - ils respecter ce que les citoyens euxmêmes ne respectent absolument pas ?
                          Il faudrait donc arrêter de leur faire ce mauvais reproche : en ce sens, ils sont tout à fait français.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Nick Carraway

Nick Carraway
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès