Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Des étudiants manifestent contre le blocage de leurs universités

Des étudiants manifestent contre le blocage de leurs universités

Etudiants, lycéens, ou encore jeunes professionnels, ils se sont retrouvés place du Panthéon vendredi 17 mars à midi, afin de demander la réouverture des universités. Partagés sur la question du CPE, les manifestants ont avant tout voulu faire entendre leur voix. Ils ont répondu à l’appel des collectifs « SOS facs bloquées », « Halte au blocage » et « Stop blocage Nanterre », qui militent contre le blocage des facultés.

Tous sont unanimes, ils revendiquent la liberté d’aller en cours et le droit d’étudier. Ayant le sentiment d’appartenir à la « majorité silencieuse », ces étudiants ne se sentent pas représentés par leurs syndicats et sont bien déterminés à se faire entendre.

Une étudiante de Paris II souhaite montrer « que l’on peut s’exprimer autrement que par la violence ». Elle est venue pour faire entendre sa voix car elle ne se sent pas représentée par l’UNEF.

Stan, étudiant à Nanterre, ne peut plus assister à ses cours depuis plusieurs semaines. Il est partagé sur le CPE : selon lui, cela ne devrait pas changer grand-chose. Ce qu’il souhaite, c’est que sa faculté soit réouverte et qu’un service d’ordre assure la sécurité pour que les cours puissent se poursuivre. Pour lui, les assemblées générales qui ont voté les grèves étudiantes ne sont pas légitimes.

Quatre lycéens du lycée Paul Lapie manifestent pour défendre le CPE et le Premier ministre. Selon eux, 80% des élèves de leur lycée auraient voté pour la grève la veille, mais les cours ont eu lieu normalement. Membres de l’UDF ou de l’UMP, ils affirment : « Le CPE, c’est la flexibilité ! »

D’autres sont venus de facultés ou de lycées qui ne sont pas bloqués afin d’exprimer leur solidarité envers ceux qui voudraient pouvoir passer leurs examens à la fin du semestre.

Une manifestation apolitique ?

La manifestation se veut apolitique. Les collectifs qui ont appelé à cette contre-manifestation sont officiellement neutres sur la question du CPE.

Un des organisateurs du collectif « Halte au blocage » explique que l’association ne soutient pas le nouveau contrat. « Une majorité de nos membres sont en faveur du CPE, mais l’objectif du collectif c’est de réouvrir les facs ! » Il a de quoi être satisfait : créé il y a seulement dix jours, « Halte au blocage » a mis une pétition en ligne qui, selon les organisateurs, aurait déjà récolté 10 000 signatures. Le collectif prévoit d’autres manifestations la semaine prochaine.

De son côté, le collectif « SOS facs bloquées » ne veut pas non plus prendre position sur le CPE. Toutefois, Aymar de Chaunac, un des organisateurs du collectif, déclare à titre personnel que le CPE, « c’est la flexi-sécurité ; c’est le modèle danois qui arrive en France ; c’est une chance pour la France ! »

En dépit de cette neutralité officielle, on peut lire des slogans tels que « Contrat plein emploi » ou encore « Sous les pavés, l’ANPE ». Séverine, étudiante de Paris III, est outrée. Fermement opposée au projet du CPE, elle est venue manifester pour la réouverture de son université et craint une politisation des manifestations. Sa faculté est bloquée depuis trois semaines, et selon elle, les étudiants auraient commencé à organiser des « cours clandestins ». Ils se retrouvent avec les professeurs hors de l’université pour continuer leurs études malgré la grève. Elle a déjà assisté à l’un de ces cours et espère qu’il y en aura d’autres.

Une chose est certaine, au-delà de leurs divergences sur le CPE, les étudiants qui se sont rendus place du Panthéon vendredi midi sont tous déterminés à reprendre le chemin des salles de cours le plus tôt possible.

Documents joints à cet article

Des étudiants manifestent contre le blocage de leurs universités

Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (91 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • Gio (---.---.162.36) 20 mars 2006 11:56

    Il est effectivement temps que les blocages illégaux des universités s’arrêtent.

    Une minorité,ce qui est le cas, n’a pas la droit de bloquer l’accès aux cours. Ces blocages sont le preuve du caractère factieux de ce mouvement, soutenu par la gauche.

    Cela me rapelle la déclaration de François Mitterand en 68 se déclarant prêt à prendre, de suite et bien sûr sans élection, la tête de l’ Etat. Beau sens de la démocratie.


    • c florian (---.---.162.39) 20 mars 2006 13:29

      les blocages de facs sont illégaux, qu’il y est majorité ou pas. la greve est un droit, pas le blocage. les routiers risquent le retrait de permis si ils bloquent les routes. chacun a le droit de travailler. il est donc logique que des etudiants se manifestent afin de revendiquer leurs droits. maintenant il ne faudrait pas que cela se transforme en maifs pro cpe et que les etudiants qui ne demandent qu’à reprendre les cours soit utilisés par les partis et assos de droite.

      c’est tout le probleme de notre pays, on nous impose un camp : si tu n’es pas avec moi, tu es contre. les etudiants ont alors le choix entre soit etre anti cpe et doivent accepter les blocages et la greve en se faisant traiter de gauchistes et d’immobilistes par l’autre coté, soit etre pro cpe et s’opposer au blocage en devenant un facho pour les autres. il est quasi impossible de s’inquieter pour son avenir mais de vouloir etudier quand meme en toute neutralite. et choisir entre notre droite et notre gauche est un dilemme plutot difficile : dans la connerie ils font fort tous les deux !


      • Gio (---.---.91.178) 20 mars 2006 13:57

        OK, j’ai omis de préciser qu’en la matière la majorité ne donnait pas le droit de blocage.

        Les piquets de grève sont illégaux.


      • Rage Rage 20 mars 2006 14:01

        Sans blocage pas de sentiment de solidarité nationale contre le CPE.

        Alors bien sûr la manière n’y est pas toujours (voir même jamais) et le temps peut sembler long. Mais si vous saviez ce que CPE vous confère comme droits... Vous feriez mieux de comprendre que l’enjeu c’est avant tout de défendre ses droits à venir plutôt que de chialer pour 10 h de cours manqués...

        Mais peut-être faîtes vous parti de ces riches bourgeois qui se fichent de la plèbe et la méprise par une suffisance sans nom ?


        • Gio (---.---.162.36) 20 mars 2006 14:23

          Vous ne parlez que des droits, vous ne connaissez que cela, et jamais des DEVOIRS. Le droit de grève n’a jamais donné le droit de blocage. Il y a, et vous avez, comme nous tous avons le DEVOIR de respecter les autres.

          Quant à votre petit couplet sur mon appartenance supposée à la bougeoisie, je rigole. Allez plutôt demander à Fabius, Lang et autres grands de la gauche caviar ce qu’ils sont.

          Ridicule, vraiment ridicule de bassesse intellectuelle.


        • Fred (---.---.155.75) 20 mars 2006 14:25

          Le totalitarisme dans toute sa splendeur, « mon probleme est plus important que le tien donc fermes ta gueule », c’est sur qu’avec autant d’argument et aucune proposition on a envie de vous ecouter. J’aime bien les gens qui veulent imposer la solidarite, cela ne va-t-il pas contre la liberte ?


        • Gio (---.---.162.36) 20 mars 2006 14:28

          Pour vous bloquer les facs c’est être solidaire de ceux qui veulent travailler !

          C’est nouveau, ça vient de sortir. Belle solidarité de gauche.


        • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 20 mars 2006 14:30

          Les étudiants anti-blocage, abondamment interviewés ces derniers temps, se fendent souvent de la phrase suivante : « il y a d’autres moyens ». Ah oui ? Et lesquels ? Comment espérer obtenir quelque chose sans causer de nuisance ? Les piquets de grève sont peut-être illégaux, mais ils n’en demeurent pas moins indispensables à la lutte : sans eux, les « jaunes » vont bosser, les entreprises tournent et le patronat ne cède rien. C’est exactement la même chose pour les facs, le gouvernement et le CPE. Que les étudiants anti-blocage soutiennent le CPE, c’est une chose, mais qu’ils prétendent ne pas prendre position sur le sujet est une posture de Tartuffe : si on leur donne raison et que les cours reprennent, la voie royale s’ouvre pour Villepin, et le voilà tiré d’un bien mauvais pas. Etre anti-blocage, c’est donc bien objectivement favoriser le maintien du CPE.


          • Fred (---.---.155.75) 20 mars 2006 14:38

            C’est bien, c’est la loi de celui qui gueule le plus fort ; vous me faites trop rever avec vos valeurs democratiques.


          • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 20 mars 2006 14:43

            Si, dans le passé, certains n’avaient pas « gueulé le plus fort », jamais n’auraient existé les congés payés. Je vous repose la question : comment obtenir quelque chose sans causer de nuisance ?


          • ni-ni (---.---.216.46) 20 mars 2006 15:22

            contrairement a ce que vous dites c ’est pas parce qu’ils « ont gueulés plus fort » que les congés payés sont arrivés, ils sont arrivés avec le front populaire donc par le vote !! la démocratie c’est l’expression du peuple par le vote pas par la rue. aucune légimité n’est aquise par la rue dans une démocratie. seul le vote compte !! l’expression de la « légitimité » du peuple qui manifeste est valable seulement dans les dictatures soit dans le soutient au gouvernement (elle justifie entre autre des politique comme la « révolution culturelle », ou les manif anti caricature en syrie ou AUCUNE manif n’existe sans l’aval du pouvoir) soit contre celui ci (normal les élections sont truquées) en France jusqu’a nouvel ordre le vote est libre donc les manifs n’ont AUCUNE légitimité (même avec 1,5 millions de manifestant.... sur 65 millions d’habitants (je connais pas les derniers chiffres de la pop française dsl)). Que la gauche se sente frustrée de ne pas être au pouvoir alors que sans le vote extreme gauche elle aurait gagné les elections se comprend, mais la démocratie c’est aussi de savoir que CHAQUE vote est important et que voter « contestataire » est dangereux et antidémocratique.... il faut s’assumer dans la vie comme dans le vote.

            ceci dit je ne suis pas pour le 49,3 ou les decrets mais la gauche comme la droite les utilisent à tour de rôle et que ni les uns ni les autres n’envisagent sérieusement de les supprimer, il est donc un peu hypocrite d’expliquer quant c’est l’« autre » camp qui l’utilise que c’est « antidémocratique » et scandaleux !!


          • RR (---.---.247.32) 20 mars 2006 15:27

            Vraiment vous me faites frémir avec de tels arguments ! Comment obtenir quelque chose sans nuire à autrui... Il faut des gens qui gueulent plus fort que d’autres... (pitié pourvu que vous ne soyez pas prof de philo !!!)

            Nombre de grands changements opérés dans notre société ont été le fruit d’échanges et de réflexions, pourquoi n’en serait-il pas de même pour le CPE ? Il ne me semble pas que le gouvernement fasse la sourde oreille...

            Ce qui est cependant exasperant, c’est cette culture française de refus de tout changement. Vous n’avez pas l’impression qu’on a un réel problème d’emploi depuis déjà un certain temps ??? Il ne vous semble pas que toute initiative est bonne à prendre ?


          • Gio (---.---.91.178) 20 mars 2006 15:51

            Ce que vous dites est, encore une fois, le reflet parfait du facisme de la gauche autoritaire.


          • Mathieu (---.---.212.160) 20 mars 2006 16:26

            « Il ne me semble pas que le gouvernement fasse la sourde oreille... »

            Ah bon ??Il me semblait pourtant le contraire


          • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 20 mars 2006 17:52

            « Il ne vous semble pas que toute initiative est bonne à prendre ? » Toute initiative ? Certainement pas ! Avec ce type de raisonnement, on fait n’importe quoi... Pourquoi ne pas instituer le licenciement sans justification non pas durant deux ans, mais à vie ? Le Medef serait ravi. Et d’aucuns défendraient cette réforme en disant : « on peut essayer, pour voir, ça pourrait marcher ! » Pourquoi serait-ce toujours aux mêmes de payer les pots cassés ? Pourquoi les catégories modestes se serreraient-elles toujours davantage la ceinture et accepteraient sans cesse plus de précarité alors que pour l’année 2005, le nombre de Rmistes a augmenté de 4,7 % en France, pendant qu’au titre des exercices 2005 des entreprises du CAC 40, leurs actionnaires se verront distribuer plus de 30 milliards d’euros de dividendes, contre 24 milliards pour 2204 ?


          • julian (---.---.132.39) 22 mars 2006 17:24

            Donc si je comprends bien, il faut rester comme on est, de toute façon un jour ou l’autre tout va aller mieux comme par magie, et on aura plus de chomage et on redeviendra une VRAIE puissance mondiale ? c’est bien ca ?


          • mowglii (---.---.64.89) 27 mars 2006 01:39

            notre premier ministre ne peut pas reculer , sinon les votants à droite iront partiellement à lepen, « parce que le systeme est bloqué »que la gauche et la droite c’est pareil" et que les votants de gauche seront confortés /

            si villepin recule malhabilement, s’il donne l’impression de reculer le deuxieme tour sera entre le pen et royal


          • Mathieu (---.---.212.160) 20 mars 2006 14:35

            C’est fou comme certains s’indigne devant les actes « illégaux » seulement quand ça les arrange. Je crois qu’il y a bien plus grave comem acte que ce blocage des universités et pourtant c’est ce qui provoque le plus d’indignation. Ces actes sont des actes politiques d’une jeunesse de moins en moins politisée et tout le monde s’indigne. J’avais oublié que le rôle de la jeunesse c’est de rester bien sagement devant la télé, au moins ils ne dérangent personne


            • Fred (---.---.155.75) 20 mars 2006 14:42

              Ben je vais aller bloquer votre lieu de travail pendant plusieurs semaines juste pour exprimer mon mecontentement et on verra si vous aurez le meme discours. C’est fou comme quoi les gens pronent la solidarite en l’imposant ; vous avez le droit d’exprimer votre opinion sans enfreindre mes libertes, si vous en etez incapables ce n’est pas mon probleme et je devrais avoir le droit de vous poursuivre en justice.


            • ni-ni (---.---.216.46) 20 mars 2006 15:32

              et si on faisait un blocage de votre immeuble, par une bande de dealer de crack tous mineurs, pour demander la légalisation de celui ci ainsi que de toute les drogues. seriez vous pour au motif que la jeunesse doit se rebeller ?? ou soyons moins provocateur, un bloquage des fac par des militants d’exreme droite au motif que celles ci acceuille trop d’ « immigrées » (perso moi j ’envoye les crs pour les dégager)

              C’est beau comme les principes s’efface selon les motifs invoqués !! si c’est « a gauche » c’est normal et c’est l’expression du peuple, c’est « démocratique » autrement il faut réprimer c’est ca ??


            • Mathieu (---.---.212.160) 20 mars 2006 16:30

              « et si on faisait un blocage de votre immeuble, par une bande de dealer de crack tous mineurs, pour demander la légalisation de celui ci ainsi que de toute les drogues. seriez vous pour au motif que la jeunesse doit se rebeller ?? »

              Vous rendez-vous compte du ridicule de vos propos ?


            • ni-ni (---.---.216.46) 20 mars 2006 17:09

              bien sur :)) .... y en a au moins 1 qui suit :)) mais ils ne sont pas plus ridicules que les propos qu’ils illustres :)) c est juste que les uns sont tellement habituels que l’on ne s’en rend même plus compte alors mettre des propos ENORMES permet peut etre a certain de se rendre compte qu’ils ne font que repeter une bouillie idéologique moralement et éthiquement inacceptable :))


            • mowglii (---.---.64.89) 27 mars 2006 01:41

              hé, c’est pas « la télé ou l’anarchie »

              l’alternative c’est d’aller voter


            • (---.---.151.100) 20 mars 2006 16:08

              Vive la grêve, Vive la grêve !

              Ahhh, les pense-petits qui n’ont de yeux que pour leurs intérêts personnels et ne voient pas l’utilité de la défense de l’intérêt général.

              Vive la grêve !!!!!!


              • Fred (---.---.155.75) 20 mars 2006 16:15

                C’est sur que toutes les greves sont dans l’interet general, risible.


              • ni-ni (---.---.216.46) 20 mars 2006 16:24

                oui a la grêve, c est un droit et il n’est pas attaqué ! ce qui est est en cause c’est le bloquage de l’universite (ou occupation d’usine, ou bloquage des route par taxis ou routiers mécontent) qui par contre est illégale (ca s’appelle du lock out quant c’est un patron qui le fait et la tout le monde est contre !!). ne pas aller travailler est légitime empecher les autres d le faire non.... ci on applique ce principe qui est juste du respect des autres, alors on rigolera en juin après les examens (en plus pas de problème pour les dit étudiants : il seront encore à la fac a repasser leur année le cpe s’appliquera donc pas a eux). par contre pour les plus précaires qui sont dépendants des bourses : malaise si ils doivent repasser l’année, ils perdrons celle ci et dans certains cas devront arreter leur études.....moralité les étudiants les plus anti-cpe sont issus de la bourgeoisie et font des études qui de toutes manières leur apporteront pas de boulot (c’est juste pour la culture) type socio ou philo (étonament il y a moins de anti cpe en gestion ou droit ) .


              • c florian (---.---.162.39) 20 mars 2006 16:51

                aux dernieres nouvelles la france est encore un pays democratique. le peuple peut exprimer son mecontentement envers ses dirigeants mais pourquoi le faire de maniere violente ? le blocage n’est pas la seule solution. une grande manif est plus efficace qu’une semaine de blocage des facs.

                bien sur qu’il existe d’autres solutions. souvenez vous de la revolution orange en ukraine. au lieu de bloquer les facs, un sitting de plusieurs jours dans le jardin du luxembourg ou devant l’assemblée aurait une image beaucoup plus forte. pour faire reviser une loi, il ne faut pas jouer sur la force, c’est le meilleur moyen pour ne pas avancer.


                • ni-ni (---.---.216.46) 20 mars 2006 17:52

                  oui mais en ukraine les élections étaient truquées.... la rue était donc le seul moyen de rétablir la démocratie. En france, le scrutin n’a pas été contesté le gouvernement y est donc légitime. Qu’il ne plaise pas a un certain nombres de personnes est un fait ... ils auront donc le moyen de le faire changer en 2007... en attendant la rue n’a AUCUNE légitimité. seul le vote donne une légitiité dans une démocratie (en plus jusqu’a nouvel ordre 1,5 million (chiffres hauts) sur 65 millions (je connais pas les derniers chiffres) ca fait ni une majorité ni une légitimité. c’est drole si les 15% de français qui on votés le pen descendaient dans la rue pour demander par exemple l’expulsion immediate de tous les étrangers ou le rétablissement de l’église d’état et le rétablissement de la tutelle des femmes PERSONNE (a part les manifestants) ne considererait que le puvoir viens de la rue et est légitime (et ca ferais plus que 1,5 millions...)


                • c florian (---.---.200.77) 20 mars 2006 18:41

                  la rue n’a pas à faire la loi, je suis d’accord. mais villepin a lancé le cpe sans aucune concertation et a mis les deputes devant le fait accompli. et comme en france on vote les lois en fonction de son parti et non de ses idées, le cpe est passé. pourtant tout le monde s’accorde pour dire que des modifications sont à apporter à ce contrat. mais la negociation dans notre beau pays passe forcement par une epreuve de force voulue et revendiquée par les politiques et les syndicats. ils ont trop d’ego pour penser à l’interet general.


                • ni-ni (---.---.216.46) 20 mars 2006 18:52

                  tout a fait d’accord si ce n ’est que les articles sur le cpe on fait l’objet de débats à l’assemblée et que poser comme préambule à des négociations le retrait d’une loi me semble abusif (question subsidiaire une fois que la loi est retirée ils négocient sur quoi ?)


                • alise (---.---.140.35) 20 mars 2006 18:59

                  qu’est-ce que quelques jours de fac bloquée, si c’est pour éviter à je ne sais combien de jeunes de vivre pendant deux ans voire plus (puisqu’on peut enchainer les cpe) dans la précarité ? est-ce que nous sommes tous individualistes pour ne penser qu’à avoir son année ? bloquer les facs : Parce que c’est la seule façon de se faire entendre par un gouvernement sourd !


                  • Fred (---.---.155.75) 21 mars 2006 08:50

                    Qui etes vous pour juger de ce qui est important ? Sous pretexte de solidarite, vous volez la liberte des autres. Et apres vous osez traiter les autres d’individualistes.


                  • ramadi (---.---.25.35) 21 mars 2006 00:07

                    A olivier Beunet

                    Vous etes immonde en traitant les etudiants anti-blocage de « jaunes »Un peu de decence !cette expression a une connotation raciste qui rappelle de tristes souvenirs !

                    « Vous dites que les etudiants anti-blocage sont de fait pour le CPE et pretendre le contraire est une posture de tartuffe »Votre mensonge est scandaleux et c’est vous le tartuffe:combien d’etudiants ont declare officiellement à la tv,lors des AG qu’ils etaient opposes au CPE,mais qu’ils etaient aussi opposes au blocage.

                    Je ne suis pas favorable au CPE,mais je suis respectueux de la loi que nous avons librement votee et qui interdit de s’opposer a ceux qui veulent travailler !Votre position est inacceptable,antidemocratique et vos arguments affligeants.


                    • Imaginus (---.---.68.26) 21 mars 2006 09:18

                      Ce qui est sur c’est qu’avec ou sans diplome on vous proposera a coup sur des CPE. Content ou pas content.C’est bien trop tentant surtout pour un employé diplomé qui coute cher...

                      Ce qui est sur aussi c’est que les banques vous diront d’aller vous faire voir si vous voulez faire un credit.Ou alors ca sera un credit perso à 17%. Ca fait un peu plus reel pour vous ?


                      • c florian (---.---.162.39) 21 mars 2006 09:27

                        s’il vous plait ne changer pas de sujet. d’autres articles traitent du cpe. celui ci parle du blocage des facs.


                      • Fabien (---.---.201.205) 25 mars 2006 09:29

                        Sur certains commentaires : il faudrait avoir un peu le sens de la mesure et ne pas assimiler le blocage des facs à un acte « fasciste », « totalitaire » ou encore y voir, comme on a pu l’entendre, une « prise d’otages ». D’abord, c’est banaliser de ces termes en s’en servant comme insulte et réduire le sens des expériences qu’ils représentent. Par ailleurs, on peut - on doit meme - discuter pour savoir si la bataille contre le CPE mérite le sacrifice de quelques semaines de cours, on peut se demander dans quelle mesure les décisions prises en AG, dont dépend le blocage, sont légitimes ou non... mais de là à voir l’occupation de la fac et l’arrêt des cours comme des actes foncièrement liberticides, il y a un pas qu’il conviendrait de ne pas franchir.


                        • mowglii (---.---.64.89) 27 mars 2006 01:34

                          hein ?!! pas liberticide ? ben quoi alors ?

                          legitimité ? de quoi ? de qui ? depuis quand des etudiants aurient une legitimité à ne plus aller en cours ?

                          les cancres reunis en nombre pres du radiateur deviendraient une « assemblée legitime »

                          oulala, l’aterrissage en zone realiste va pas etre facile pour certains


                        • Gil (---.---.93.79) 27 mars 2006 00:03

                          On peut être pour ou contre le CPE, mais on ne doit pas prendre tout le monde en otage. Ceux qui choisissent de travailler doivent pouvoir le faire, c’est leur liberté et elle doit être respectée.

                          Les manifs devraient avoir lieu le week-end, comme ça au moins, ceux qui sont contre tout en souhaitant continuer d’étudier sereinement, pourraient aussi aller manifester.

                          Gigantesque sittin devant les mairies de France tous les samedis pendant une heure jusqu’au retrait du CPE, avec collecte de denrées alimentaires pour les exclus et débats publics, ça pourrait avoir plus de gueule que ces manifs, non ?

                          Bon, vous me direz, les éternels casseurs rapliqueraient aussi... ça reste effectivement un problème.


                          • Courouve (---.---.102.41) 27 mars 2006 00:05

                            Les casseurs sont un problème, mais la gauche a toujours été opposée aux lois anti-casseurs ; c’est un autre problème ...


                          • Gil (---.---.93.79) 27 mars 2006 00:06

                            Et des referundums municipaux sur le CPE, c’est possible ça ? Après tout, toucher au droit du travail, c’est un choix de société pour lequel tout le monde a son mot à dire, non ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès