Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Des « Gay Games » qui posent question

Des « Gay Games » qui posent question

Après avoir perdu l’organisation des Jeux Olympiques de 2012 au profit de Londres, la ville de Paris a – modeste compensation – décroché lundi l’organisation en 2018 des « Gay Games » au détriment de sa concurrente britannique. Un succès dont se félicitait mardi matin sur l’antenne de France-Inter le maire de la capitale Bertrand Delanoë. Mais au fait, les « Gay Games », de quoi s’agit-il ?

JPEG - 20.8 ko

Officiellement, les Gay Games ont pour objectif de mettre à l’honneur les valeurs d’intégration des minorités et la lutte contre toutes les formes de discrimination. Calqués sur le modèle des Jeux Olympiques avec une trentaine de sports en compétition, mais aussi de nombreux évènements culturels, les Gay Games sont ouverts à tous ceux qui souhaitent y participer, sans distinction d’âge, d’origine ethnique, de couleur de peau, d’orientation sexuelle, de nationalité et de religion.

C’est au médecin et décathlonien Tom Waddell (6e aux JO de Mexico) que l’on doit l’existence de ces Jeux dont la 1ère édition a été organisée en 1982 à San Francisco sous le nom de « Gay Olympics ». La 9e édition aura lieu à Cleveland en 2014. Elle devrait, comme la précédente, organisée à Cologne en 2010, réunir environ 15 000 participants. Et comme en Allemagne, la délégation française, encadrée par la Fédération Sportive Gaie et Lesbienne (FSGL), portera officiellement le nom d’Équipe France.

Équipe France, un nom validé lors de l’édition de 2010 par les autorités françaises en la personne de Rama Yade, alors en charge du maroquin des sports. Une Rama Yade qui avait alors reçu les responsables de la FSGL conduits par son président, Bruno Aussenac, et leur avait attribué une subvention de 15 000 euros pour financer les tenues labellisées des participants de notre pays. Ce label « France », le président de la FSGL y tenait tout particulièrement pour rompre avec un passé où les athlètes ne représentaient que leur association sportive ou culturelle. « C'est un geste fort qui va créer une véritable cohésion dans cette équipe. (...) C’est un vrai soutien moral », avait confié Bruno Aussenac au journaliste du site Le Monde.fr Thomas Héteau. Pour cette 10e édition qui aura lieu en 2018 dans la capitale française, « Paris et la France sauront offrir une grande fête ouverte à toutes et tous sans exclusion ni discrimination », a commenté Valérie Fourneyron, ministre en exercice, en se référant aux objectifs déclarés de ces Jeux.

Certes, mais comme le notait, sans esprit polémique, Thomas Héteau dans un article du 30 juillet 2010, les Gay Games sont « un événement sportif et culturel incontournable pour la communauté homosexuelle ». Et c’est bien là que le bât blesse. Non qu’il y ait quoi que ce soit de choquant dans la tenue de ces Jeux, mais le fait qu’ils soient organisés par des homosexuels pour des homosexuels n’en pose pas moins question, le nombre des participants n’appartenant pas au milieu « lesbiennes, gays, bi et trans » étant purement symbolique. On est donc bien loin, dans la réalité, des objectifs œcuméniques affichés par les organisateurs et relayés par les politiques.

En maintenant, édition après édition, cette appellation de Gay Games, les organisateurs s’enferment en effet de facto, et sans doute volontairement, dans une approche communautaire de ces Jeux. Les « lesbiennes, gays, bi et trans » ont pourtant longtemps milité, à juste titre, pour leur droit à l’indifférence, autrement dit leur droit à se fondre dans la société sans que leur orientation sexuelle puisse jouer le moindre rôle, qu’il soit positif ou négatif. À cet égard, le « mariage pour tous » s’inscrit parfaitement dans cette évolution de la société vers ce droit à l’indifférence. Or, voilà qu’avec ces Jeux, les organisateurs mettent en lumière précisément leur différence. S’ils n’avaient pas voulu foncièrement cela, et s’ils avaient agi en vecteurs de cet œcuménisme affiché dans les objectifs officiels, ce ne sont pas des Gay Games qu’ils auraient dû organiser, mais des « Jeux pour tous », des « Games for all » !


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

111 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 8 octobre 2013 16:32

    Bonjour à tous.

    J’aurais même pu ajouter : Des « Games for all » en rupture avec le grand cirque du fric et du dopage que sont devenus les Jeux Olympiques.


    • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 8 octobre 2013 19:01

      Bien écrit Fergus, tout est là : Droit à la différence ou droit à l’indifférence ?

      En ce qui me concerne, organiser des jeux « gays » est pour moi aussi con et sectaire que d’interdire les gays dans les jeux qui devraient être universels.


    • Fergus Fergus 8 octobre 2013 20:02

      Bonsoir, Manu.

      C’est très exactement ce que je pense.


    • Hermes Hermes 9 octobre 2013 18:37

      La société des variétés se renforce.....

      Le plaisir intellectuel que l’on prend dans l’idée de la gène provoquée aux autres par l’affirmation de sa différenciation n’a rien à voir avec une quelconque liberté, et n’apportera jamais la profonde satisfaction tranquille à laquelle tout le monde aspire........

      C’est un sujet très vaste qui englobe beaucoup d’autres phénomènes actuels de société. Au niveau individuel chacune de nos personnalités peut nous entrainer à en vivre des manifestations dans notre quotidien, chacun de nous sur des thèmes différents bien sûr, persuadés de ne pas le faire, car il y a toujours de bonnes justifications.

      Mais si je me plais à diviser, comment puis-je trouver mon unité ? Voyons plutot de quoi est fait celui qui jette la pierre, c’est à dire soi-même.

      Et il n’y a aucune différence au fond ! smiley


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 8 octobre 2013 16:56

      Misère du communautarisme sous les sunlights des tropismes ...


      • francesca2 francesca2 8 octobre 2013 17:24

        Aita, le communautarisme est le cancer de la République, et, comme la gauche humanitariste et et la droite centriste interdisent la chimio, nous en creverons.


        Fergus
        excellent article, vraiment.

      • Fergus Fergus 8 octobre 2013 20:09

        Bonsoir, Aita Pea Pea.

        J’aime bien « sous les sunlights des tropismes ». Belle formule !


      • Fergus Fergus 8 octobre 2013 20:13

        Bonsoir, Francesca.

        Je ne sais pas exactement ce que vous entendez par « chimio », mais le fait est que les communautarismes sont des fossoyeurs des valeurs républicaines et du lien social. Dans le cas qui nous intéresse ici, il est dommage que les organisateurs de ces Gay Games ne perçoivent pas qu’ils attentent eux-mêmes à leur légitime droit à l’indifférence.


      • francesca2 francesca2 8 octobre 2013 21:09

        Oh si Fergus ; je crois que vous savez exactement ce que j’entends par chimio...


        D’accord avec la suite de votre commentaire.
        A mon avis les organisateurs savent très bien ce qu’ils font : de la com, rien que de la com.
        Ils surfent sur l’air du temps du gay is beautiful........

      • ZenZoe ZenZoe 8 octobre 2013 17:13

        D’accord avec votre argument Fergus. L’appellation est pour le moins bizarre pour des gens qui veulent absolument être traités « comme tout le monde ».
        Vous nous dites que ces jeux à part se donnent pour objectif de « mettre en valeur les valeurs d’intégration des minorités » ? Un comble ! Heureusement que les minorités n’ont pas attendu pour s’illustrer de manière remarquable au cours du dernier siècle dans diverses compétitions sportives.


        • Fergus Fergus 8 octobre 2013 20:14

          Bonsoir, Zenzoé.

          100 % d’accord avec votre commentaire. Rien à ajouter.


        • Jelena XCII 8 octobre 2013 17:30

          Un hétéro a le droit de participer une seule fois aux JO, un homo 2 fois.

          Dis maman, pourquoi tu ne m’a pas fait lesbienne ?  smiley


          • Fergus Fergus 8 octobre 2013 20:15

            Bonsoir, Jelena.

            Et même à 3 si cet homo est handicapé !


          • L'enfoiré L’enfoiré 8 octobre 2013 20:25

            « dis à ton « boss » que t’as une minute de retard  »


            T’est un peu en retard.
            C’est un peu ce que je disais à Fergus.
            La France dans ce cas est bien en retard.
            Comme le confirmait mon caricaturiste préféré, Vadot.
            « J’ai beau ne pas être belge, je trouve que ce pays est quand même, malgré sa complexité politique et les trottoirs défoncés de sa capitale, nettement plus moderne que beaucoup d’autres, notamment en France, à bien des égards »

          • Jelena XCII 8 octobre 2013 17:39

            Pendant ce temps là à Belgrade, la « gay pride » vient d’être annulée de peur que la ville se transforme une fois de plus en « guérilla urbaine » comme lors des 2 éditions précédentes (1.000 manifestants étaient attendus + 6.500 policiers (! !)).


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 8 octobre 2013 17:41

              Et c’est bien là que le bât blesse. Non qu’il y ait quoi que ce soit de choquant dans la tenue de ces Jeux, mais le fait qu’ils soient organisés par des homosexuels pour des homosexuelsn’en pose pas moins question, le nombre des participants n’appartenant pas au milieu « lesbiennes, gays, bi et trans » étant purement symbolique.


              En fait, les organisateurs ne ferment pas la porte aux hétérosexuels. S’ils sont si peu nombreux, c’est parce qu’ils ne veulent pas venir avant tout.

              Il faut bien savoir que le milieu du sport professionnel est très homophobe, que ce soit au niveau des spectateurs, des fédérations et des athlètes eux-mêmes.

              Pour une Mauresmo qui affiche sans vergogne son lesbianisme, combien d’entraineurs de foot disent haut et fort que l’homosexuel présent dans son club doit absolument se taire ?

              Sans parler de la corporation arbitrale qui, si l’on en croit les spectateurs du dimanche, en sont tous dès qu’ils sortent un carton à l’encontre d’un joueur de leur équipe.

              Il ne faut pas non plus compter sur les stars médiatiques du moment. S’ils affichent de grands sourires sur le sujet face aux caméras, ils font bien attention une fois les journalistes partis à ce que les vestiaires demeurent hétéronormés. 

              Même si Gareth Thomas a commencé à briser le tabou, il reste encore du chemin à parcourir.

              • Fergus Fergus 8 octobre 2013 20:24

                Bonsoir, Mmarvinbear.

                Vous écrivez « En fait, les organisateurs ne ferment pas la porte aux hétérosexuels. S’ils sont si peu nombreux, c’est parce qu’ils ne veulent pas venir avant tout. » Vous avez raison, mais on a quand même nettement l’impression que cette ouverture aux non-homosexuels n’est qu’un alibi pour justifier des jeux gays.

                A noter d’ailleurs qu’à propos de ces Gay Games, il est précisé sur la plupart des sites qui y font référence qu’aucun certificat, aucune vérification de l’homosexualité n’est exigé. Une précision pour le moins étonnante, non ?

                Pour ce qui est de l’homophobie qui prévaut dans les milieux sportifs professionnels, vous avez raison, bien que les choses aient beaucoup évolué, au point que des sportifs notoirement gays ou lesbiennes peuvent désormais pratiquer leur sport sans trop de difficultés. J’ajoute qu’il ne s’agit pas là de sportifs professionnels.


              • Aldous Aldous 8 octobre 2013 20:59

                Tu m’étonnes qu’ils veulent pas venir les héteros.


                Si on veux les faire venir faut prévoir, au lieu des vestiaires Hommes-Femmes traditionnels, faudrait des vestiaires Homme Homo, Homme Hétéro, Femme Homo, Femme Hétéro.

              • Mmarvinbear Mmarvinbear 8 octobre 2013 21:42

                A noter d’ailleurs qu’à propos de ces Gay Games, il est précisé sur la plupart des sites qui y font référence qu’aucun certificat, aucune vérification de l’homosexualité n’est exigé. Une précision pour le moins étonnante, non ?


                il faut plus y voir de l’ironie je pense.

                Après tout, le monde sportif classique en est réduit à réaliser des tests ADN pour vérifier si la championne aux allures si viriles est bien une femme ou pas. Avec parfois des surprises.

                Tiens, les espagnols avaient envoyé aux jeux paralympiques des candidats valides pour concourir au basket pour handicapés mentaux. 

                Gros scandale sportif. Quinze responsables sur le banc des accusés. Le verdict est tombé aujourd’hui.

                Une amende et quatorze relaxes après négociation.

                Je vous laisse, faut que j’aille vomir.

              • Mmarvinbear Mmarvinbear 8 octobre 2013 21:46

                Si on veux les faire venir faut prévoir, au lieu des vestiaires Hommes-Femmes traditionnels, faudrait des vestiaires Homme Homo, Homme Hétéro, Femme Homo, Femme Hétéro.


                Faut pas croire que le changement de tenue tourne au gang-bang, hein (je vous laisse trouver la définition tout seul...).

                Bon, c’est vrai, parfois y’en a un ou deux qui reviennent « en retard » du terrain parce que l’entraineur voulait « leur parler avant » et qui se changent quand les autres sont déjà partis et qui nous disent combien ils se sentent seuls, mal aimés, déprimés ou bien parce que leurs copines ont leurs règles depuis trois mois non stop.

                Dans ces temps là, normal de donner un coup de mains, non ?

                Faut s’aider, entre hommes !

              • Fergus Fergus 8 octobre 2013 23:10

                Bonsoir, Aldous.

                Bof ! Tout le monde mélangé dans un vestiaire commun, à la scandinave.


              • Aldous Aldous 9 octobre 2013 09:19

                Marvin, en France on dit partouze.


              • Mmarvinbear Mmarvinbear 9 octobre 2013 12:49

                Marvin, en France on dit partouze.


                Bon, apparemment tu n’es pas allé voir la définition...

                Dans une partouze, c’est tout le monde qui baise tout le monde.

                Dans un gang-bang en revanche, c’est un peu comme les Trois Mousquetaires : Tous sur Un et Un pour tous !

                Mais bon, faut avoir la santé...

              • Aldous Aldous 10 octobre 2013 16:16

                Et oui j’avoue que ces détails sordides m’échappent.


              • appoline appoline 13 octobre 2013 19:53

                Aldous,


                Ben, dans ces cas là, on la ferme.

                Je rêve de voir un départ du 100m où les participants auraient une plume dans le cul. Là, ce serait une révolution.

                Quant à la pédale de gauche, il peut se gausser de cela par contre, celui n’a pas l’air de le gêner que dans sa commune nombre de gens dorment à même le sol, dehors comme des chiens, non monsieur a des priorités, se faire emmancher par exemple

              • Fergus Fergus 13 octobre 2013 22:51

                Bonsoir, Appoline.

                On peut regretter la présence de trop nombreux SDF sur les trottoirs de Paris sans insulter Delanoë sur ses orientations sexuelles qui ne regardent que lui.

                Je vous rappelle d’autre part que le sort des SDF est du domaine de l’Etat, ce qui n’interdit évidemment pas aux communes de prendre des initiatives.


              • appoline appoline 14 octobre 2013 13:08

                A partir du moment où on devient un homme publique, la privée n’est justement plus privée. Comme tous les pédérastes, les déviances sont lot et en cela, c’est intolérable


              • L'enfoiré L’enfoiré 8 octobre 2013 17:58

                Salut Fergus,


                 Des Gay Games en France....
                 C’est dire à quel point, ils se sentent discriminés...
                 Nous on a ça, et il y a beaucoup de monde à chaque fois.

                • Fergus Fergus 8 octobre 2013 20:28

                  Bonsoir, L’enfoiré.

                  « C’est dire à quel point, ils se sentent discriminés... » ????

                  Pour ce qui est de la « Gay Pride » ou « Marche des fiertés LGBT », pas de problème, il s’en déroule presque partout, excepté Moscou où il n’est pas bien vu (à commencer par le très tolérant Poutine) d’avoir des orientations sexuelles différentes de la majorité des Russes.

                   


                • L'enfoiré L’enfoiré 8 octobre 2013 20:40

                  A Moscou ?

                  Pas uniquement. La preuve
                  Dans un pays, où on a le français comme deuxième langue.

                  Tiens, voilà qu’on est en version 43...
                  Tout augmente, décidément
                  Faudrait qu’il progresse en 43.5 avant de passer à la 44.. 

                • Jelena XCII 8 octobre 2013 23:38

                  @Fergus >> il s’en déroule presque partout, excepté Moscou (...)

                  Moskva + Beograd = ilots de résistance face à la décadence US. ^^


                • marmor 8 octobre 2013 19:02

                  Il y a aussi les jeux olympiques handisport
                  Doit-on considérer les handicapés comme une minorité ou une particularité ?


                  • Fergus Fergus 8 octobre 2013 20:35

                    Bonjour, Marmor.

                    Les Jeux paralympiques répondent à des situations de handicap qui interdisent de facto aux sportifs diminués de participer aux JO des valides. Ils sont donc pleinement justifiés, même si les conditions d’organisation de certaines épreuves laissent à désirer en matière d’équité. Ici, l’essentiel est de participer. Ou du moins ce devrait être le cas, les Jeux paralympiques commençant à être atteints par les dérives des JO.


                  • 雛罌粟 雛罌粟 8 octobre 2013 21:29

                    Il y a aussi des Jeux Juifs (ou « maccabiades » et qui, eux, ne sont pas ouverts aux non-Juifs).

                    On attend maintenant que Fergus nous explique en long et en large tout le mal qu’il faut penser de ce communautarisme.

                    (Ensuite on passera aux Jeux Panarabes, aux Jeux de la Solidarité Islamique, aux Jeux Asiatiques, etc.)

                  • Fergus Fergus 8 octobre 2013 22:50

                     Bonsoir, 雛罌粟

                    Sauf erreur de ma part, ces Jeux Israéliens sont ouverts aux non-Juifs résidant dans le pays.


                  • 雛罌粟 雛罌粟 8 octobre 2013 23:15

                    Au temps pour moi : “ Participation in the 19th Maccabiah Competitions is open to all Israeli citizens and to Jewish athletes from all over the world”.

                    Donc :
                    • ou bien israéliens ;
                    • ou bien juifs non-israéliens .
                    Il est donc loisible de penser que les non-juifs représentent un petit pourcentage de tous les participants, qui comportent pas loin de 10 000 athlètes juifs.

                    À comparer, donc au pourcentage d’hétérosexuels, qui participent aux Gay Games (environ 10 %).

                  • King Al Batar King Al Batar 9 octobre 2013 14:54

                    Bonjour,

                    il existe aussi les championnat du monde arabe de boxe thai, ou les regles sont celle du k1. Je l’ai découvert recemment car j’ai rencontré un champion du monde Arabe justement. Un irakien qui a une droite a assomer un boeuf.

                    http://www.muaythaigalaxy.com/index.php/fr/news/891-sidibe,-bougossa,-beausejour-et-serradj-champions-du-monde-au-yemen.html

                    Il existe aussi chez nous, ce que l’on appelle la force basque, et c’est d’ailleurs bien sympathique à regarder.
                    http://fr.wikipedia.org/wiki/Force_basque

                    Le truc c’est de savoir qui finance ca. Le championnat de boxe du monde Arabe, c’est au Yemen et ce sont des fédérations qui les financent (certainement avec l’appuie de nation tels le Qatar). La force Basque, je ne sais pas si c’est la région ou si c’est privé.

                    Et c’est Gay Games... ? Moi je suis Parisien, ca m’emmerderais franchement qu’on finance ça avec mes impots. Surtout que ce sont les memes qui viennent vous dire que ce n’est pa normal que le PSG mobilise des effectifs de Police, et que l’état n’a pas a dépenser de l’argent pour les clubs de foot... J’ai envie de dire que moi j’m’en bat les couilles de leur concours et que j’ai pas envie de le payer. Mais on va encore me dire que je mets de la mauvaise volonté... On organiserais les jeux juifs, les jeux musulmans, les jeux affro, les jeux hétéros... les jeux je ne sais quoi, je penserai pareil. En revanche comme le dit Fergus, des jeux pour tous, c’est à dire des jeux Olympiques, oui bien sur : !


                  • Fergus Fergus 9 octobre 2013 16:06

                    Salut, King.

                    J’aimerais moi aussi savoir qui finance. Probablement en partie l’état et les collectivités concernées - autrement dit pour 2018 la région IDF et la ville de Paris - étant donné la récupération que font les politiques de toutes les initiatives gays à des fins électorales.

                    Bonne journée.


                  • Mmarvinbear Mmarvinbear 9 octobre 2013 19:16

                    Le financement des Gay Games est assuré par la Fédération des GG, qui use du sponsoring, des frais d’inscriptions des participants et des dons pour payer l’événement.


                    Les jeux de Cleveland 2014 sont ainsi payés par le secteur privé à 90 %. 

                    Il faut bien entendu noter qu’aucune construction d’infrastructure lourde n’est prévue pour Paris 2018, les jeux utilisant les stades existants.

                  • Fergus Fergus 9 octobre 2013 22:29

                    @ Mmarvinbear.

                    Merci pour ces précisions.

                    Bonne nuit.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès