Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Des savoirs essentiels qui manquent à l’école…

Des savoirs essentiels qui manquent à l’école…

Aborder la question des « savoirs essentiels qui manquent à l’école… », c’est interpeller le programme, c’est également poser la question de la place de l’école dans l’éducation du jeune. Fournit-elle aux jeunes les repères pour leur époque ?.. Or aborder la question du programme en France, c’est (r)allumer immédiatement la guerre scolaire ! Dès qu’un ministre se lance dans l’idée de repenser ce dernier, aussitôt on voit se lever de toutes parts nombre de boucliers ; et les médias s’en emparent aussitôt, augmentant la confusion.

La fabrique des programmes n’a jamais été très claire en France… Historiquement laissée au bon vouloir des inspecteurs généraux, la situation est sans contrôle depuis une vingtaine d’années, variant de discipline en discipline… Il y a bien eu une structure de concertation sous Jospin, mais elle a vite fait long feu. Qu’en sera-t-il de la nouvelle ? En fait, tout est affaire de lobbies en la matière. Des inspecteurs généraux, aux associations de professeurs ou aux universitaires, tous « bourrent » les dits programmes pour défendre du moins leurs territoires pour les uns, leur petit pouvoir pour les autres ! Sans oublier le forcing perpétuels des éditeurs qui veulent tous les trois ans de nouveaux programmes pour doper leur chiffre d’affaires…

Faut-il encore ajouter que si par malheur on touche à certaines disciplines sensibles, notamment l’histoire ou la littérature, les idéologues de toutes tendances et des groupes de pression très actifs se lèvent en masse et montent au créneau… Ils font appel aux Académies, aux Grands Corps de l’Etat, s’introduisent à la télévision et… tout reste en l’état. Certains ministres s’en plaignent, du moins en aparté… ; mais malgré leurs effets d’annonce, aucun n’a réussi à faire bouger le système. Bien au contraire, trente ans de supposées réformes peu préparées, installées à la hâte, pas évaluées, abandonnées aussitôt que mises en place ont bloqué le système. Toutes illustrent la morale du film le Guépard de Luchino Visconti, adapté du roman homonyme de Giuseppe Tomasi di Lampedusa : « que tout change pour que rien ne change ! »

 

Un programme, style Belle époque

Ainsi, les savoirs proposés à l’école d’aujourd’hui restent le reflet des préoccupations de la «  Belle époque », celles qui prévalaient au moment où l’école républicaine démarrait. Seules les disciplines qui avaient cours à la fin du XIXème siècle continuent à être au programme ! On les a seulement un peu « modernisées » ; toutefois, tout comme les dessins de Robida quand il imaginait le XXIème siècle… la mentalité du XIXème continue à prévaloir !

Pourtant des solutions existent. Nombre de pays ont remplacé la notion de programme trop rigide par celle de curriculum plus large, car centré sur des compétences à acquérir et plus souple, parce qu’on ne dicte plus par le détail les points à traiter. L’institution fixe des axes généraux, libres aux enseignants ou aux équipes d’enseignants de choisir aussi bien les contenus que les pratiques les plus adéquates…

D’autres propositions plus originales ont été avancées sous le couvert de l’UNESCO. D’abord, le rapport coordonné par Jacques Delors et intitulé L’éducation, un trésor est caché dedans[1] ; il propose quatre « piliers » qui sont autant de directions de travail pour sortir les objectifs de l’école des dysfonctionnements actuels : « apprendre à vivre ensemble, apprendre tout au long de la vie, apprendre à affronter une variété de situations, apprendre à comprendre sa propre personnalité ». De même, le livre manifeste d’Edgard Morin, Les sept savoirs nécessaire pour le futur de l’éducation[2], suggère entre autre de « rassembler des savoirs dispersés dans chaque discipline pour enseigner la condition humaine et l'identité terrienne  ».

Depuis quelques auteurs[3] ont tenté de (re)formuler les savoirs essentiels pour l’école obligatoire ou pour le seul collège, sans plus de succès pour l’instant. Enfin, il faut encore citer tout le travail réalisé autour de Socle commun de connaissances et de compétences. Il constitue une première véritable évolution pour sortir des polémiques. Toutefois son application est encore plus qu’incertaine, en tout cas très discrète ; et sa conception comporte pareillement trop d’adhérences à la seule culture des disciplines habituelles. Subséquemment à chaque rentrée scolaire, on entend dans les médias le même leitmotiv : « les savoirs de base de l’école sont « lire, écrire et compter » ». Et comme on les considère comme les seuls constituants de base, professeurs et parents ambitionnent de les voir enseignés en premier ! Peu importe si les situations de classe demeurent artificielles, et par là forcément ennuyeuses aux yeux des élèves. Les disciplines et les contenus enseignés dés lors, ne sont jamais interrogés et restent à l’identique…

Ainsi, enfermé dans une lutte de territoires, les décideurs oublient en permanence ou évitent de se questionner sur… les savoirs dont un jeune doit disposer pour comprendre le monde, la société, l’autre, se comprendre, participer à la vie citoyenne, aborder une activité professionnelle, en changer et apprendre toute sa vie ?

 

Sortir du tabou

Pour tenter de sortir de ce tabou lié au « programme » et aux difficultés d’en changer, ne faudrait-il pas avancer une proposition authentique : « Rites et morale, Calligraphie et mesure, Tir à l’arc et conduite de char » ! En fait, il s’agit du programme d’école pour « l’homme de bien  », conçu il y a 2500 ans par Confucius !.. Peut-être peut-on considérer qu’il ne correspond pas totalement aux attentes de notre époque ! Seulement que mettre à la place ?..

Bien sûr, loin de nous l’idée d’évacuer des savoirs de base l’« apprendre à lire ». Pas question d’en faire l’impasse, savoir lire est libérateur et favorise l’autonomie de l’enfant. Celui-ci a seulement plus de chance et plus de facilité d’y parvenir quand il éprouve un intérêt pour le contenu[4]. Par ailleurs, pourquoi attendre 6 ans pour envisager cet apprentissage, alors qu’à 4 ans les enfants ont le désir et les structures mentales aujourd’hui pour apprendre seul à lire, à travers des jeux[5], sans… méthode comme pour apprendre à marcher ou à parler[6].

Débarrassé du pensum de l'initiation à la lecture, on peut alors vraiment s’interroger sur ce que veut dire « apprendre à lire » en ce début de XXIème siècle ?.. Dans une société en mutation, savoir lire ce n'est plus seulement savoir déchiffrer un texte, c'est en premier comprendre et partager un message écrit sur tout support[7]. C'est encore être capable de traiter les multiples informations écrites dont ont besoin les enfants pour mener à bien leurs différents projets. Au quotidien, les élèves sont entourés de données multiples à décoder ; en permanence, il leur est utile de rechercher et surtout, faute de se perdre, de trier les informations.

Avec les bases de données, les réseaux et les moteurs de recherche, il s'agit encore d'apprendre à lire en lecture rapide et en hypertexte. Autant d'approches devenues indispensables et pourtant pas évidentes à maîtriser… Par ailleurs, apprendre à lire, c'est également apprendre à lire… les images, fixes et animées. Vu la place que tiennent les médias dans notre quotidien, n'est-on pas tout autant analphabète, quand on n'est pas au fait de la conception et de la production des images ?

Enfin, apprendre à lire, n'est-ce pas encore s'interroger en permanence sur les sources, la validité et la pertinence des informations ? D'où viennent-elles ? Qui les donne ? A quel moment ? Pour quels enjeux ? Les informations, leur diffusion, leur codage ne sont jamais neutres. Très tôt le jeune peut être sensibilisé à la place et aux fonctions des données. Son esprit critique demande à être aiguisé aux techniques de saisie et de décodage des différents médias, du livre à Internet[8].

Apprendre à « compter » se doit également d’avoir toute sa place, mais ne charge-t-on pas trop la barque[9] ? N’accorde-t-on pas des vertus magiques à cette discipline alors que les programmes sont loin d’être à la hauteur… On fait passer beaucoup de temps à nos chers chérubins sur les fonctions qui leur serviront uniquement à passer les examens ou un peu plus tard s’ils se spécialisent en balistique ! Alors qu’ils n’apprendront rien sur comment maintenir leur corps en bonne santé, avec lequel ils vivront toute leur vie. Ils n’apprendront rien sur les ressorts de la finance qui gère l’économie mondiale ou sur les dynamiques de la dernière crise pour éviter la suivante. Ils n’apprendront rien non plus des rudiments du droit, alors la Nation se veut une société de droit…

 

Introduire de nouveaux regards

Introduire de nouveaux regards dans le programme devient indispensable, dès l’école primaire, et notamment des notions de base : de droit, d’économie et de finance,d’environnement et de développement durable, de santé, d’urbanisme et même de consommation.

Au collège, pourquoi ne pas introduire la « jeunesse » comme objet d’étude, à travers l’adolescence, l’affect, la relation à l’autre (y compris sexuelle). Les programmes actuels de sciences, d’histoire, de géographie les « gavent » comme ils disent ; pourquoi ne pas les centrer sur leurs interrogations pour les faire entrer dans les connaissances plus classiques. Encore faut-il introduire en parallèle l’apprendre à apprendre, par deux axes. L’un très concret pour les faire entrer dans le métier d’élève par le biais d’outils indispensables pour toute la scolarité : comment mémoriser ? comment prendre des notes ? comment argumenter à l’oral comment entreprendre ? Etc.. L’autre par un aspect plus théorique : que veut dire apprendre et que permet l’apprendre ? L’essentiel des élèves ne voit que les aspects désagréables et fastidieux de l’apprentissage « par cœur ». Ils n’envisagent pas en quoi ce processus est totalement libérateur.

Toutefois, n’en restons pas aux seuls savoirs disciplinaires, des savoirs transversaux sont à promouvoir. L’énergie par exemple n’est pas exclusivement une question de physique, le concept se décode à l’interaction de l’histoire, de la biologie, de l’économie,... De même sont à promouvoir des « concepts organisateurs ». Avec les multiples médias, dont Internet, nos jeunes sont perdus dans une foule de savoirs parcellisés. Des savoirs-phare peuvent leur servir de balises pour fédérer nombre d’informations.

L’acquisition des attitudes et des démarches devient également incontournable. N’est-il pas important d’introduire chez l’apprenant une disponibilité, une ouverture sur les savoirs, une curiosité d'aller vers ce qui n'est pas évident ou familier ? Nombre de démarches deviennent également inéluctables : maîtriser l’information, savoir investiguer, savoir déconstruire son savoir pour le reconstruire autrement, etc. (voir tableau ci-dessus). Il en est deux en particulier qui s’avèrent désormais indispensable. En premier, l’analyse systémique[10], elle vise à clarifier et à formuler une réalité (événement, situation, etc.) en tant que système. Elle permet de préciser notamment les liens entre les éléments ou les composants, les niveaux d'organisation, les états possibles du système, les échanges entre les sous-systèmes (flux, turn-over, etc.), les limites et les échanges avec l’environnement, les facteurs de régulation internes et externes et leur dynamique.

Complémentaire de l’analyse cartésienne qui réduit un ensemble à la compréhension des composants élémentaires, l’analyse systémique s’avère particulièrement pertinente pour modéliser l'interdépendance des éléments, le plus souvent en matière de flux de matière, d'énergie et d'information, l’interdépendance du système et de l’environnement et la « cohérence » de l'ensemble, notamment par le biais des systèmes de régulation[11].

La pragmatique ensuite, est une autre démarche qui tente d’apporter des solutions -ou du moins des optimums- à des situations posant problème(s). Elle n’apprend pas seulement à résoudre ces derniers, mais d’abord à bien formuler chaque problème, du moins à tenter de les énoncer pour donner prise à une ou plusieurs investigations. Ensuite celles-ci peuvent commencer : les problèmes sont à hiérarchiser, les causes principales et secondaires sont à rechercher. Comme elles sont le plus souvent multiples et en rétroaction, il faut alors mettre en avant leurs interrelations et les structurer dans le cadre d’un système à préciser (le lieu, la ville, la région, la biosphère, la société, l’entreprise, etc.). La pragmatique se conçoit d’entrée comme une pensée qui intègre l'action, notamment par la recherche de solutions sur le court et le moyen terme. Les obstacles aux changements sont à identifier en priorité[12]. Ceci implique sur le plan pratique une série de phases successives mutuellement régulées.

 

Sortir de la culture de l’Instruction Publique

Pour conclure, il faut repérer que même si le terme « d’éducation nationale » est mis en avant, la culture de l’école reste à l’image de la fin du XIXème : le temps de « l’instruction publique ». Sa vocation se centre sur la « connaissance », on oublie toujours « l’éducation du jeune ». Il est vrai qu’à la naissance de l’école, l’individu avait peu sa place, il fallait « civiliser » les masses paysannes pour en faire de bons ouvriers et de futurs soldats pour prendre la revanche sur l’Allemagne.

Actuellement, la « personne » de chaque jeune est à « mettre au programme » ; Apprendre à être, apprendre à devenir un citoyen responsable[13]… et pour commencer « apprendre à se connaître » comme le préconisaient déjà les anciens grecs devraient avoir une place de choix dans les fondamentaux de l’école républicaine. D’autant qu’elle est le plus puissant moteur de l’apprendre[14]… Dans ce cadre, l’important serait pour commencer d’amplifier le désir d’apprendre que l’on voit actuellement s’étioler au cours de la scolarité, éventuellement de le (re)susciter quand il n’a jamais été présent ou s’il a disparu. En complément, l’objectif serait également de favoriser la confiance en soi, l’estime de soi, le regard positif sur soi, sur l’autre et le désir d’entreprendre avec l’autre[15]… Comme l’indiquait André Gide, « le meilleur moyen d’apprendre à se connaître, c’est de chercher à comprendre autrui  ». Cela ne peut que conduire à apprendre à vivre avec les autres… dans la différence et la bienveillance[16]. Un tel projet éducatif, même s’il peut être surprenant, ne serait pas très difficile à mettre en place ; il suffirait d’introduire –ce qui se fait parfois- des « moments » intégrés de philosophie, d’anthropologie, de psychologie, de sociologie dès la maternelle[17].

 

Bien sûr la question de la refonte des programmes va de pair avec d’autres questions tout autant essentielles abordées par ailleurs…, notamment l’importance décisive de la formation des enseignants… et mais également des autres personnels de l’éducation, comme les directeurs ou les inspecteurs. Pour avancer dans ces temps dits de « crise », il faudrait ne plus avoir peur de dépasser des injonctions contradictoires, non pas dans un compromis mou, mais en visant le haut, par une émergence née d’un travail sur les antagonismes mis à plat. Les conflits sont une piste d’innovation pour sortir des évidences ou des non-dits ; à condition qu’ils soient régulés.



[1] Jacques DELORS, Rapport de la Commission International Unesco, I996, L’éducation, un trésor est caché dedans, Odile Jacob, 1996

[2] Edgar Morin, Les sept savoirs nécessaires à l'éducation du futur, UNESCO, Le Seuil 2000.

[3] André Giordan, Une autre école pour nos enfants ? Delagrave, 2002, Jérôme Saltet et André Giordan, Changer le collège, Oh ! Editions, Play Bac, 2010

[4] L’intérêt peut naître dans les questions que se posent l’enfant et qui sont tout autant à la base de l’éducation. Sur le plan pédagogique, on peut prendre appui sur d’autres savoirs, comme l’histoire, les sciences ou la littérature, tout autant de base et points de départ pour apprendre à lire ou à écrire…

[5] Notamment des jeux numériques, mais pas uniquement…

[6] Généralement les méthodes ne « marchent » que pour les personnes qui les ont écrites. Or chaque élève est différent !

[7] C’est en lisant ou en écrivant qu’on apprendre, non pas par des exercices artificiels qui créent de l’ennui et du découragement.

[8] Chacun a sa spécificité, ses rituels, ses contraintes, sa culture ; chacun demande à être décodé et situé de façon spécifique.

[9] Le prochain programme demanderait à démythifier la place des maths à l’école. Cet enseignement est essentiellement algorithmique ; il ne développe pas la créativité et l’esprit critique. Il enferme l’élève dans des modes de résolution standardisés. En outre, il s’agirait de sortir de la logique classique –binaire et linéaire- qui ne fournit pas les outils pour aborder la complexité ou à gérer l’incertitude. La pensée mathématique a pourtant mieux à proposer.

[10] Parfois nommée démarche systémique ou approche systémique,

[11] L’analyse systémique pilote ainsi le réseau des relations (en particulier le réseau des chaînes de régulation) entre les éléments ou les acteurs du système. A travers la production et le fonctionnement d’un modèle, elle conduit à matérialiser une organisation, souvent hiérarchisée selon plusieurs niveaux et à fixer les limites du système, son histoire et les interactions avec son environnement.

[12] Les entraves sont toujours sous-estimées : avantages acquis, habitudes de vie, gestion administrative, réglementations de tout ordre, habitudes ou peur du changement Une recherche de compensations satisfaisantes pour préserver les intérêts particuliers afin de faire accepter les changements est à inclure. Plusieurs scénarios peuvent être conçus en parallèle, chacun étant élaboré à partir de valeurs différentes. Les données, les règles du jeu évoluent de jour en jour. L'important est la régulation des problèmes plus que la réponse qui ne peut être que conjoncturelle.

[13] Pour commencer : « qu’est ce qu’on veut faire de sa vie ? », « qu’est ce qu’on veut être plus tard ? », « à quoi l’on tient et quelles sont les conséquences de ses valeurs ? »

[14] A son origine, l’école républicaine fut fondée sur une vision étroite des capacités intellectuelles avec une volonté politique centrée sur la Nation. Ce qui a induit des programmes limités ou des méthodes pédagogiques standardisées ; vision qui continue à se maintenir durablement dans la culture scolaire.

[15] L’école fonctionne sur le mode de la consommation. Les élèves attendent que le « prof. » leur offre tous les savoirs, alors ce devrait être à eux d’aller les chercher…

[16] Cette proposition est directement en relation avec les préoccupations humanisantes d’Armen Tarpinian et de l ‘Ecole changer de cap. http://www.ecolechangerdecap.net/

[17] La culture scolaire en cours ne permet toujours pas d’investiguer sur « ce que nous sommes ». Elle suppose qu’en enseignant l’histoire, les sciences, la littérature, etc., l’élève reçoit les outils pour ce faire. On oublie que chaque discipline reste dans son territoire et étudie les questions qui intéresse sa propre communauté ; les liens à tisser qui permettraient de comprendre et de se comprendre sont ainsi perdus.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Hervé Hum Hervé Hum 28 janvier 2014 10:41

    Ce que vous dites très bien souffre d’un grave problème, c’est qu’il vise à éveiller les esprits, à conscientiser les enfants, alors que le but du système vise à conditionner les cerveaux. De ce coté là, on reste toujours dans le domaine de l’instruction publique.

    La différence entre éducation et instruction, de mon point de vue toujours, est que l’éducation concerne l’être tandis que l’instruction concerne l’objet. Ou autrement dit, on éduque le coeur et on instruit le cerveau, parce qu’une instruction est un ordre non discutable en lui même, donc mécanique. Pour pouvoir discuter le bien fondé d’une instruction, il faut faire appel à l’éducation qui seule permet le questionnement sur le bien fondé de l’objet relativement au sujet qu’est l’être. Or, comme vous le rappelez, le but du système actuel, issu du passé, consiste à fabriquer des ouvriers (manuels ou intellectuels) obéissants aux instructions avec un minimum d’éducation, visant à faire accepter l’état du système et non à s’interroger sur celui ci. Et cela marche très bien !

    Pour faire évoluer le système instructionnel et éducationnel dans le sens que vous préconisez, il faut concomitamment faire évoluer le système économique et social pour lequel il est destiné. Autrement dit, cela suppose une révolution politique, sociale et économique. A défaut, le système ne peut que se durcir vers plus de cloisonnement et de violence, parce que le système économique et social actuel suit ce chemin.

    Mais le rôle fondamental de l’école des jeunes enfants est « apprendre à apprendre », soit, « aimer apprendre » et on n’attire pas les mouches avec du vinaigre ! Mais encore une fois, cela suppose une inversion du paradigme économique où le travail, dans son sens étymologique, est réduit à sa portion congrue pour laisser place à l’activité libre et créatrice.


    • Aldous Aldous 28 janvier 2014 18:16

      En attendant l’OMS préconise d’éveiller les 3-4 ans à la sexualité.

      https://www.sante-sexuelle.ch/wp-content/uploads/2013/11/Standards-OMS_fr.pdf

      Voici le programme ...

      On peut lire à la rubrique « Informer l’enfant sur » :

      le plaisir et la satisfaction liés au toucher de son propre corps, la masturbation enfantine précoce

      la découverte de son propre corps et de ses parties génitales

      le fait que le plaisir lié au contact physique est un aspect normal de la vie de chacun

      la tendresse et le contact physique comme une expression de l’amour et de l’affection


      Puis à la rubrique « Compétences » : permettre à l’enfant d’exprimer ses propres besoins, désirs et limites, par exemple en « jouant au docteur » 

      Des travaux pratiques de « jouer au docteur » ? 

    • Hervé Hum Hervé Hum 29 janvier 2014 00:38

      Aldous, j’ai écrit d’éduquer le coeur, pas le sexe.

      Cela dit, le sexe fait bien partie du corps physique, qu’on ait 4 ans ou plus. Par contre, on en a certainement pas le même intérêt parce que pas la même sensation. Bref, la masturbation à 4 ans cela ne veut rien dire du tout, mais avant de juger, je prendrai le temps de lire un peu du rapports que vous avez gentiment mis en ligne


    • jmdest62 jmdest62 29 janvier 2014 08:18

      je pense que la « shoah » * devrait être au coeur de l’enseignement et je suis heureux que notre ministre prenne des dispositions dans ce sens .
      On peut aborder de cette manière tous les sujets modernes : la logistique ,la chimie , la physique etc...

      @+

      * Il est vrai que l’on aurait également pu penser à la traite des noirs mais le sujet est beaucoup trop ancien


    • Hervé Hum Hervé Hum 29 janvier 2014 09:49

      jmdes62

      il est faux de croire qu’il suffit d’enseigner une chose à l’école pour qu’elle deviennent sacré. En effet, l’école (entendez dans le strict cadre de la classe) est un versant de l’apprentissage, elle agit essentiellement au niveau instructif et faiblement au niveau éducationnel, ceci parce que les relations entres les personnes se font essentiellement hors du cadre scolaire.

      Si dans le même temps du cadre scolaire, la société et le climat social renvoi une image décalé et négative, non pas en rapport direct avec le génocide, mais avec l’image de la communauté juive, toujours étroitement lié aux stéréotypes, l’antisémitisme trouvera toujours un public plus nombreux.

      Le meilleur, sinon le seul rempart contre le rejet d’autrui qui a sens large contient toutes les formes de racismes, est la justice sociale. Or, ce qui est mis en avant dans l’affaire Dieudonné, c’est précisément l’injustice mémorielle d’une part et le conflit israélo-palestinien d’autre part où Israël montre l’image d’un état violent et pour certain comme raciste.

      Dans un tel contexte, il n’est pas sûr que le renforcement de l’enseignement de la Shoah ait l’effet escompté, si dans le même temps la situation économique et sociale se dégrade.


    • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 28 janvier 2014 10:47

      Puisque vous enseignez en Suisse, dites-nous ce qui se passe dans la Confédération et si on y applique vos suggestions (souvent pertinentes, à mon humble avis –même si je ne suis pas sûr que tous les enfants de 4 ans ont en eux tout ce qu’il faut pour apprendre à lire un texte écrit).


      • Aldous Aldous 28 janvier 2014 18:47

        A Bâle, en Suisse...



        Bâle signifie basilic, le serpent mythique de la bible (Livre d’Isaïe, prophétie sur la naissance du sauveur.)

        « L’enfant (...) qui aura été sevré portera sa main dans la caverne du basilic. »



      • Ecométa Ecométa 28 janvier 2014 11:34

        Bonjour,

        Il y a forcément un problème de programmes, mais il y a surtout un problème d’éducation de masse, de massification de l’éducation, d’une
        éducation en masse, productiviste, qui,avec plus de trente élèves par classe et des milliers dans un établissement, confine forcément à la promiscuité !

        Au niveau des programmes il serait temps, au lieu d’enseigner l’absolu, celui des sciences , des mathématiques... ; il serait temps d’enseigner le relatif, car il n’ y a pas d’absolu, seulement du relatif : que du relatif !

        Il serait temps d’enseigner les acquits intellectuels du 20è siècle, issus de la physique quantique, hautement philosophiques, qui, bientôt auront un siècle... et ne sont toujours pas enseignés ! Mais voilà, ces acquits intellectuels du 20è siècle posent problème car ils rendent le savoir incertain : le savoir, et c’est une certitude, est incertain !  


        • lcm1789 29 janvier 2014 00:30

          Bien sur la masse n’a pas besoin de connaitre l’absolu...


          Ce sera plus facile pour vendre des produits dérivés à des maire ignares...

          Ce commentaire montre bien combien cet article est dangereux.

          Le relativisme en pédagogie, c’est l’antithèse de l’universalisme des Lumière pour le traduire en langage clair, c’est dire

          wa le Keum de téci il a pas besoin de connaitre Rousseau il est tellement trop bon en rap qui kif sa mère...

          Voilà ce que nous vendent les pédalo bobo pourfendeurs d’élitisme républicain :
          Ils vendent de l’inégalité et les dernières enquêtes PISA le prouvent.

        • Graffias Graffias 28 janvier 2014 12:14

          Bonjour

          L’auteur est très candide. Le rôle du collège est de formater les esprits. Pink floyd avec another bricks in the wall l’ont bien montré ainsi. Il n’y a pas de place à l’école pour quelqu’un de logique et rêveur. C’est en lisant annie lacroix-riz que j’ai compris pourquoi j’étais nul et detestais l’histoire en troisième au collège. En lisant noam chomsy et d’autres j’ai pris plaisir à deformater mon esprit.

          • Ruut Ruut 28 janvier 2014 12:36

            Trop d’informations tue l’information.
            Se limiter aux fondamentaux lire + écrire + compter + cuisiner est essentiel jusqu’au début du collège.
            Après les matières inutiles ou de spécialisations ont toutes leurs places.


            • claude-michel claude-michel 28 janvier 2014 13:53

              Certains pays d’Afrique n’ont pas de cahiers ou de crayons...Chez nous nous avons des cahiers et des crayons...mais nous formons des chômeurs.. ?

              Bizarre...

              • howahkan Buddha Marcel. 28 janvier 2014 17:36

                 smiley....................


              • bakerstreet bakerstreet 28 janvier 2014 14:45

                 « Par ailleurs, pourquoi attendre 6 ans pour envisager cet apprentissage, alors qu’à 4 ans les enfants ont le désir et les structures mentales aujourd’hui pour apprendre seul à lire, à travers des jeux[5], sans… méthode comme pour apprendre à marcher ou à parler[6]. »


                C’’est vrai, encore faut il ne pas imposer un moule pour faire la pâte à crêpe ?
                 
                J’ai encore lu dernièrement un article d’un professeur du collège de France, spécialiste de l’éducation, en grande fureur, et on le comprend, devant le fait que 70% des enseignants continuaient à utiliser un manuel de lecture obsolète, car faisant référence à la méthode globale, cette hérésie, dont les neurologues ont montré l’absurdité : Les structures sur lesquelles elle s’appuie sont en effet incompatibles avec le développement cérébral d’un enfant de six ans....

                Pour mon compte, j’ai appris à lire et à écrire tout seul, à l’age de trois ans, avec l’aide c’est vrai, aimante de mon père, un cordonnier qui mettait dans le jardin un gros billot de bois, sur lequel il traçait mon nom au crayon. Il me restait donc à suivre les lettres, en les décorant de clous que j’enfonçais tout le long de leur parcours. 
                Il avait compris tout seul l’utilité du jeu, et de la capacité qu’ont les enfants à remplir les vides, en mettant du sens et de la méthode. 

                Malgré quelques bleus sur les mains, j’ai gardé mon amour du marteau, des clous, de la tenaille, et des lettres. Une méthode qui ferait hurler des pédagogues, pleins de vain savoir, et secs comme une terre aride. 
                En conséquence, comment voulez vous que les fleurs s’épanouissent ? 

                De mon éducation scolaire, en dépit de bien des souvenirs plus douloureux que mes plaies aux doigts, j’ai gardé le souvenir ébloui de quelques enseignants, qui donnaient simplement envie d’en savoir plus, et vous donnaient du goût pour leur matière, une fois les grandes vacances offertes. 

                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 28 janvier 2014 14:52

                  Un de mes neveux a appris la lecture ,avec les corrections de ses parents ,à l’aide des bons vieux cubes en bois ...


                • Hervé Hum Hervé Hum 28 janvier 2014 15:31

                  Le cerveau est comme l’argile, très malléable, tant qu’il n’est pas cuit !!!


                • lcm1789 28 janvier 2014 16:03

                  article verbeux et pédagago idiot.


                  L’élève au centre, l’évaluation par compétence, l’enseignement d’attitude, tout cela c’est du blabla made in UE et OCDE.

                  Car en toutes choses, il faut constater la matérialité des faits sur le terrain, ici une observation objective de la réalité conduit à constaté que les concepts réclamés à corps et à cris par l’auteur sont à l’oeuvre depuis 20 ans dans l’éducation nationale avec les résultats que l’on sait.

                  Non il ne faut pas sous couvert de pédagoconstructivisme céder au néolibéralisme éducationnel qui conduit à :

                  1) Attaquer l’universalisme qui est un progrès immense légué à l’humanité par les lumières.
                  2) Par voie de conséquence attaquer les mécanismes de qualification collective (diplômes, conventions collectives) qui permettent aux jeunes de France d’échapper (un peu) à la jungle concurrentiel qui prévaudrait sans ces mécanisme.



                  • Venceslas 28 janvier 2014 22:45

                    Rien à ajouter.


                  • lcm1789 29 janvier 2014 00:25

                    Je viens d’aller voir le pedigré de l’auteur et en fait je ne suis pas surpris ce sont des types comme ça qui sont en train de démolir l’enseignement.


                    J’ai un point commun avec l’auteur je suis agrégé mais j’ai une grande différence, j’enseigne !
                    Ce n’est pas facile tous les jours, mais au moins ça m’empêche de théoriser des conneries réactionnaires qui n’ont pour but que de démolir ce que les penseurs progressistes de Socrate à Wallon en passant par Rousseau ou Condorcet ont produit.

                    Cet article montre que le pédagogisme made in OCDE est à l’enseignement ce que le libéralisme est à la liberté.

                    Evidemment l’Auteur ne descendra pas de sa tout d’ivoire pour débattre.

                    Enfin je reviens à ma question du départ à laquelle un Agrégé de Biologie devra se sentir obligé de répondre :

                    Les solutions préconisées sont mises en oeuvre depuis plus de 20 ans (L’élève au centre en France c’est Jospin en 1993 !)
                    Est ce que ça fonctionne ?

                  • lcm1789 29 janvier 2014 18:52

                    Remarquer que je n’ai pas de réponse...


                  • howahkan Buddha Marcel. 28 janvier 2014 17:35

                    il y a formatage...des gens formatés conditionnent des enfants pas encore formatés pour qu’ils deviennent aussi « vieux cons » que eux même......

                    le pire reproduit le pire...

                    je pense que ce savoir, le savoir rends con et incapable de s’en rendre compte...que l’on est « con »

                    m’enfin vous avez vu l’état de la planète et des gens.... ??

                    la société des humains est en train de s’enfoncer, bientôt le fond, pas tous !! ....la science comme le reste a échoué a faire des humains des gens de bien....mais surtout intelligents ..a ce stade a part accompagner le mourant je ne vois pas trop autre chose a faire....


                    • vesjem vesjem 28 janvier 2014 22:03

                      "Au collège, pourquoi ne pas introduire la « jeunesse » comme objet d’étude, à travers l’adolescence, l’affect, la relation à l’autre (y compris sexuelle)"

                      la théorie du genre n’a pas été abordée ; une prochaine étape ?


                      •  C BARRATIER C BARRATIER 29 janvier 2014 16:11

                        Décidéménent c’est haro sur l’école...à croire que ceux qui s’en occupent sont des incapables...Haro sur l’école et haro sur la République. Tout cela sent l’orchestration, internet, think tanks, politiques de droite, intégristes religieux, manifestants autour de dieudonné, n’xagère - t- on pas un peu ? L’histoire de la théorie du genre et les appels à manquer l’école pourtant obligatoire....Faut il revenir au pétainisme et à l’enseignement obligatoire des prétendus « devoirs envers dieu ? »...

                        Voir en tale des news :

                        Ecole, République, Opus Déi, DARCOS, Dieudonné

                         

                        http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=197

                         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès