Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Deux poids, deux mesures

Deux poids, deux mesures

Quand la justice passe, les décisions prises ne font pas toujours l’unanimité, et quand c’est l’environnement qui trinque, elle se montre parfois très conciliante.

La liste des accidents industriels dus à l’activité humaine s’allonge un peu plus chaque jour, et il est inquiétant de voir avec quelle lenteur, et quelle indulgence, la justice traite parfois les différentes catastrophes. lien

Le 10 juillet 1976, il y a 34 ans, l’usine chimique Icmesa, filiale de Givaudan du groupe chimique suisse Hoffmann-La Roche, laissait échapper à Seveso un nuage mortel de dioxine.

Résultat : 3300 animaux meurent intoxiqués, 77 000 têtes de bétail sont abattues, 193 personnes sont atteintes de chloracné, et 20 personnes sont blessées légèrement.

La chloracné est une dégradation de la peau.

Le président Viktor Iouchtchenko en porte les stigmates sur son visage, après un empoisonnement à la dioxine. lien

L’entreprise responsable de ce drame a eu seulement à payer un peu plus de 200 millions d’euros, sans autre condamnation. lien

Cette somme est une goutte d’eau pour celle ci qui engrange chaque année 3 milliards de francs suisses de bénéfice pour un chiffre d’affaire de 31,2 milliards de francs suisses. lien

Le 16 mars 1978, ce fut le naufrage de l’Amoco Cadiz : 227 000 tonnes de pétrole seront déversés sur   de côtes bretonnes, provoquant la mort de 10 000 oiseaux, et touchant 35 espèces de poissons, coquillages et crustacés.

Le transporteur étant insolvable (Amoco transport) la France s’est tournée vers Amoco International Oïl Company, et n’a pu opposer face à ses centaines d’avocats (dont un prix Nobel d’économie) qu’une poignée d’avocats et quelques dizaines de scientifiques. lien

Après 14 ans de procès, le pollueur sera condamné 187 millions d’euros. lien

Cette compagnie a fusionné maintenant avec BP qui se retrouve impliqué dans la catastrophe du golfe du Mexique.

6 ans après, le 19 novembre 1984, l’incendie de l’usine de gaz liquide Pemex, à San Juan, près de Mexico, provoquera la mort de plus de 500 personnes, (1200 personnes ayant disparu) en blessant 7000 autres, et mettant 200 000 personnes à la rue. lien

C’était il y a 26 ans et les victimes attendent toujours une indemnisation.

Le 13 novembre 1996, nouvelle explosion de trois réservoirs de la même compagnie.

Bilan : 4 morts, 14 blessés, et 10 000 personnes évacuées.

Un mois après, le 3 décembre 1984, c’est la catastrophe de Bhopal.

Plus de 25 000 indiens y on laissé leur vie suite à l’explosion de l’usine de pesticides d’Union Carbide, et 100 000 personnes sont tombées malades.

La justice indienne a rendu son verdict 25 ans après l’accident (lien)

7 dirigeants, et une personne morale ont été condamnés à 2 ans de prison pour « négligence ayant provoqué la mort » et à une amende de 2 100 dollars.

Ils ont été libérés sous caution, ont fait appel, et l’entreprise a versé 390 millions d’euros, finançant aussi la construction d’un hôpital.

Sauf que l’argent dormait depuis 15 ans sur un compte en banque, et qu’il a fallu l’intervention de la cour suprême indienne pour que l’argent soit enfin versé aux survivants.

Union Carbide India a eu une amende de 10 000 dollars.

Le PDG de l’entreprise, Warren Anderson n’a pas été nommé lors de la sentence, la cour l’ayant déclaré « en fuite », et l’Inde demande en vain son extradition depuis 17 ans. lien

Chaque décès a été compensé par le versement de 1750 euros, et les blessés ont reçu 450 euros. lien

Ces chiffres sont à mettre en relation avec le chiffre d’affaire de l’entreprise : 5 milliards de dollars. lien

Le 26 avril 1986, c’est Tchernobyl et la mort de 67 000 personnes d’après une étude du centre d’expertise indépendante de l’académie des sciences.

Il a fallu attendre 5 ans pour voir apparaitre une loi concernant « la protection sociale des personnes ayant souffert de Tchernobyl ».

Malgré tout, certaines prestations ne sont toujours pas versées, ce qui a provoqué 200 arrêts de la Cour Européenne des droits de l’homme début 2009. lien

Le 21 septembre 2001, le stock de nitrate d’ammonium de l’usine AZF de Toulouse explose, provoquant la mort de 31 personnes, et en blessant 2000 autres.

En juin 2009, le tribunal correctionnel de Toulouse relaxe tout le monde, y compris le directeur de l’usine, et la société Grande Paroisse (Total).

Total a tout de même versé 2 milliards d’euros d’indemnisation pour les dommages corporels et matériels à la suite de l’explosion.

Ce qui reste modeste, si on le compare au chiffre d’affaire réalisé en 2009 : plus de 130 milliards d’euros. lien

Mais le groupe Total peut dormir sur ses deux oreilles, il est abonné à la total(e) impunité comme le raconte dans son livre Jean Philippe Demont-Piérot. vidéo (Total(E) Impunité, Res Publica Editions/ 2-2010)

Plus près de nous, c’est la catastrophe avec l’explosion de la plate forme pétrolière dans le Golfe du Mexique.

Ce qu’on oublie, c’est que le 3 juin 1979, une plateforme pétrolière (Ixtoc1) avait déjà explosé déversant durant 9 mois entre 500 000 et 1 million de tonnes de pétrole dans la mer.

Cette fois-ci, c’est BP qui est montré du doigt, lequel promet que tout le monde sera dédommagé. lien

L’avenir nous le dira, car comme disait mon vieil ami africain :

« Un tronc d’arbre peut séjourner dans le fleuve, il ne deviendra jamais crocodile ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • herbe herbe 12 juin 2010 12:20

    cette vidéo qui commence à bien tourner sur le web illustre avec un certain humour noir ( de café..) le désastre en cours où BP est impliqué :

    http://viralvideochart.unrulymedia.com/youtube/BP_Spills_Coffee?id=2AAa0gd7ClM


    • olivier cabanel olivier cabanel 12 juin 2010 15:54

      Herbe,
      merci de cette excellente vidéo.
      à+
       smiley


    • Clojea CLOJEA 12 juin 2010 13:29

      Salut Olivier. Très bon article, et encore je pense que malheureusement la liste est loin d’être exhaustive. J’aime bien les phrases de ton vieil ami africain. A +


      • olivier cabanel olivier cabanel 12 juin 2010 15:55

        Clojea,
        oui, la liste est loin d’être complète,
        il aurait fallu hélas un article beaucoup plus long,
        je transmet à mon vieil ami africain.
         smiley


      • joelim joelim 12 juin 2010 14:10
        @herbe : excellente la vidéo parodique sur BP. Je trouve que ce type de travail satirique est un moyen de résistance intéressant.

        Sinon, avec BP c’est très mal parti en effet, dans la continuation de ce que l’article décrit très pertinemment. J’en profite pour commenter 2 extraits d’un article du Parisien (le gras est mis par moi-même). 1er extrait :

        Une menace à peine voilée qui vise notamment le groupe BP, accusé d’avoir multiplié les erreurs avant et après cet accident qui fit 11 victimes. Interrogé par la chaîne NBC, Barack Obama a aussi laissé entendre qu’il était favorable à une démission de Tony Hayward, patron du groupe pétrolier, qui a multiplié les déclarations maladroites.

        Traduction : Obama donne un signal aux industries polluantes des Etats-unis afin de les rassurer sur les risques qu’ils peuvent s’autoriser à prendre ou non avec l’environnement. 

        En effet : être moralement (c’est-à-dire, sans coercition) obligé de démissionner n’est guère douloureux, à part, de façon mineure, pour l’ego. Le gars, il garde ses primes et sa retraite dorée, tout ce qu’il a mis goulument de côté. Au pire du pire on ne lui octroira pas d’indemnités de départ, et cela sera interprété comme de la fermeté par la cour médiatique des bouffons au service des grands seigneurs féodaux

        Bien sûr il sera remplacé par un copain qui suivra exactement la même politique de développement industriel cynique et irresponsable.

        Deuxième extrait : 

        Autre bataille, sur le plan réglementaire celle-là : la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, veut faire passer d’ici au 4 juillet un projet de loi qui renforcerait le service qui supervise l’exploitation pétrolière en mer et relèverait le plafond des indemnisations dues par les compagnies pétrolières en cas de dégâts écologiques et économiques. D’ores et déjà, les normes en matière de forage sont devenues plus sévères. 

        Traduction : vous n’avez pas d’inquiétude à avoir, on vous confirme que nous ne souhaitons pas remettre en cause l’existence d’un plafond vous permettant d’avoir une responsabilité limitée, et donc de limiter la casse. 

        Ils peuvent donc se permettre de continuer à prendre tous les risques industriels leur permettant de développer leur business. En effet, puisque leur responsabilité est limitée, il suffit si le pillage convoité est suffisamment intéressant qu’ils provisionnent le montant du « plafond » et ils peuvent tout se permettre. 

        Un peu comme si on instituait un plafond de remboursement aux coupables de hold-ups : on vous a attrapé, hop, vous nous devez 1 million d’euros de plafond à rembourser fissa ! ! !
         
        Ah vous avez volé 1 milliard ? Pô ben grave... les contribuables-moutons payeront les 999 millions d’euros manquants.  smiley smiley Et, bien sûr, continuez de nous filer en loucedé de bonne grosses com’ pour nous récompenser de nous fatiguer à fabriquer des lois vous permettant de piller la terre en toute légalité (je n’exagère pas, il est évident qu’une partie des bénéfices pétroliers profitent à ces élus corrompus, ne serait-ce qu’au travers de leur patrimoine financier).

        En conclusion, Obama envisage d’investir dans une tapette à mouche pour procéder à la punition de BP. Punition qui n’a pour but que de pouvoir justifier leur rédemption, afin qu’ils puissent continuer sans interférence leur business immonde.

        • joelim joelim 12 juin 2010 14:33

          Bon, soyons un peu positifs : EXIGEONS une responsabilité totale, pour les catastrophes industrielles produites par les grands groupes ! 

          Sinon, c’est les inciter à continuer à empoisonner la planète et les gens qui y vivent, à l’opposé de ce qu’ils disent dans leurs publicités mensongères où ils osent parler qu’ils contribuent à un monde meilleur...

          Meilleur pour leur portefeuille et c’est tout.

          Les hyènes gouvernent le monde, derrière une fine pellicule de démocratie d’apparat.

        • olivier cabanel olivier cabanel 12 juin 2010 15:57

          Joelim,
          j’ose espérer qu’Obama ira plus loin que la tapette à mouche,
          je suis peut etre trop optimiste !
          merci pour les extraits d’article, ils complètent bien le tableau.
           smiley


        • slipenfer 12 juin 2010 17:23

          2 Mondes, 2 Ordres, 2 Lois
          Le monde des tabasseurs matérialiste,les prends sa dans ta tronche et crève.
          Le monde des ouille ! ouille ! ouille ! Mazoute ! J’ai mal OQ ,bobo le flouzzz.

          L ’ordre des je te piquetous ! j’ raz la planète ,et d’japot en poche.
          L ’ordre des tientoi a carreaux donne a ton voisin,soi gentil.

          Les lois : je bute qui je veux, j’ vaxine en mass,j’arnak a donf et je paye en dinards
          Les lois :ta une saltronche direct entol,un ty feu rouge tu cask un max.

          La clarté, la lucidité va bientôt s’imposer d ’elle même.
          Pour les autres : la tête dans le sable, mais attention a vous.....
           Bernard Tapis, grand amateur d ’autruches est en patrouille. smiley


          • olivier cabanel olivier cabanel 12 juin 2010 18:14

            slipenfer,
            belle description,
            merci d’avoir prévenu les autruches,
            la tête dans le sable, elles ne voient pas arriver le danger,
            tapis derrière un rocher,
            specialiste de l’e...age, comme aurait pu dire didier Porte.
             smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès